Derniers sujets
Ce qu’on ne fait pas, le temps le faitLun 18 Juin 2018 - 16:59DeathRecensement des Avatars (obligatoire)Dim 17 Juin 2018 - 22:44SurkeshNever Never LandDim 17 Juin 2018 - 18:35InvitéCe qu'on fait par AmourDim 17 Juin 2018 - 18:31Huayan SongTsuki Tricky's ArtDim 17 Juin 2018 - 14:38Pamela IsleyDemande graphique?Dim 17 Juin 2018 - 0:14Daenerys TargaryenLes vertues des cercles vicieux Sam 16 Juin 2018 - 15:57SurkeshContrats - Demande de MissionSam 16 Juin 2018 - 15:45SurkeshFace contre TerreVen 15 Juin 2018 - 15:37LenoreIl y a toujours un cheminMer 13 Juin 2018 - 22:36Fabrizio ValeriBrunch en bonne sociétéDim 10 Juin 2018 - 17:08Huayan SongField of Heroes Dim 10 Juin 2018 - 15:54InvitéRendez-vous gallantVen 8 Juin 2018 - 14:09LenoreMon cœur pour un ingénieur Ven 8 Juin 2018 - 13:46LenoreRevanche sur la CannibaleJeu 7 Juin 2018 - 19:24Surkesh
 

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
373/400  (373/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 30 Oct 2017 - 0:05
[MINI-SERIE]

Le loquet de la porte de bois sauta, et les lueurs des bougies disposées dans le couloir dansèrent sur le sol.

Elles y découpèrent la masse obscure d’un individu encapuchonné.

Son regard parcourut la pièce tout juste sauvée des ténèbres avant de l’y replonger en fermant la porte.
Un lit simple, une table rudimentaire et une chaise basique. Les meubles fournis par la maison.

Une auberge modeste pour voyageurs et marchands de passage.

L’inconnu se dirigea vers la table placée sous la fenêtre étroite. Une unique bougie était laissée à disposition du client. La silhouette battit son briquet à l'amadou avec calme, jusqu’à faire naître la flamme vacillante qui viendrait réchauffer l’atmosphère de la chambre.
Un instant. Les yeux de l’arrivant reflétèrent l’éclat de cette lumière faible mais présente.

La détermination avait balayé la peine et la mélancolie.

Deux yeux vairons. L’un d’un bleu barbeau. L’autre d’un vert-de-gris fade.

Son capuchon s’abaissa pour découvrir un visage féminin et doux encadré de cheveux sombres et ondulés. La jeune femme posa sa besace rapiécée sur la chaise avant de se diriger vers le lit, où la fébrile clarté de la bougie ne pouvait l’atteindre.

Carel se pencha aux côtés de la couche. C’était bien ce qu’elle pensait. L’informatrice du Sanctum — la rebelle, la messagère — tira à elle un sac de cuir clair. Sans se presser, elle le ramena à la table et l’y posa. La flamme vacilla, manquant d’être soufflée, mais tint bon.

Qu’y avait-il dans ce sac ? Ses yeux se plissèrent tandis qu’elle l’ouvrit sans ménagement.

Un patchwork de fourrures en guise de manteau. Elle le jeta au sol.
Une soutane simple. Elle l’y rejoignit.

Un pendentif en forme de tortue, un avis de recherche — Death ? — enroulé, l’édition du jour de l’Eclaireur. Ils prirent place dans le cocon d’étoffe qui jonchait le parquet vieillissant.

Rien d’intéressant.

Elle souleva un caleçon noir d’un tissu étrange qui lui arracha une demi-moue. Puis elle entendit le bruit caractéristique de l’objet tombé, dissimulé dans le sous-vêtement tassé dans un coin de sac.

Une once d’espoir dans ses prunelles cernées, puis un soupir.

Une bourse. Elle l’ouvrit. Deux cent munnies qu’elle prit le temps de compter et un morceau de gemme. Carel la referma avant de l’attacher sans plus de cérémonie à sa ceinture.

Tout ceci ne l’avançait pas.

Vraiment pas.

Le poing de la jeune femme se serra. Sa vue se brouillait.

Dans un sursaut de rage elle saisit le sac pour le balancer violemment contre la porte.

Clonk, fit-il avant de tomber lourdement.

Clonk ?

Carel se rua sur l’objet, faisant grincer le bois sous ses pieds. Ce bruit n’était pas normal. Elle écarta d’un geste vif son ample cape qui la gênait, et palpa les parois du sac. Rapidement, elle sentit quelque chose de dissimulé dans la doublure de tissu rêche. Deux objets. L’un d’une forme essentiellement carrée, l’autre plus allongée. La rebelle arracha sa dague à son fourreau pour découper l’intérieur du bagage.

Il y avait là un carré de cuir épais et une chose d’apparence métallique aux couleurs rouges et grises.
Elle ouvrit le portefeuille et en sortit chaque rectangle rigide, de la forme d’une carte. Des couleurs vives comme d’autres plus claires. Des « club », des « supermarchés » et autres concepts qu’elle ne connaissait guère. Certaines portaient une photo qui la confortait dans ses soupçons. Un rectangle de couleur bleu nuit affichait une suite de chiffres énigmatiques.

Toutes lui criaient « Erik Woods ».

Les lèvres de la jeune fille se pincèrent. Elle déglutit. Ses mains tremblèrent tandis qu’elle serrait entre ses doigts les cartes de plastique.

Son attention se reporta sur l’assemblage métallique — ou n’était-ce pas du métal ? Il était léger maintenant qu’elle avait délaissé le portefeuille pour s’en saisir.
Elle n’avait aucune idée de ce que pouvait être cette chose, mais elle l’apprendrait bien assez vite. Instinctivement, elle se dit que les agents de la Shinra étaient les plus en contact avec la technologie extra-mondiale. Elle les soudoierait tous s’il le fallait. Et elle avait une somme d’amortissement de deux cent munnies.

Carel rassembla ses trouvailles. D’un coup de pied elle dégagea le sac vers l’endroit où se trouvaient les vêtements et autres effets personnels du « prêtre Agon Wiley ». La messagère fourra le portefeuille et ce qu’elle ne savait pas être un portable dans sa besace. Puis elle repartit vers le lit, rengainant sa dague.

Avec soin, elle prit l’oreiller et le lança avec le reste — puis elle renversa le matelas et décala le lit aussi doucement que possible, pour limiter le bruit.

Il était temps.

La jeune femme rejoignit la table. Ces affaires au sol et cet apparent chaos lui convenaient.
Elle mit sa besace sur son épaule, et fit chuter la chaise.

L’homme croirait sûrement avoir été la cible de quelque brigand, voleur, ou autre individu malintentionné. Au moins, l’espérait-elle, il ne la soupçonnerait pas.
Pourquoi le ferait-il après tout ? Elle était son « alliée ».

Qui était-il cet homme, en réalité ?

L’informatrice par intérêt se pencha sur la bougie, sur l’éclat de sa flamme — seul témoin de sa mise en scène.
Elle la fit disparaître d’un souffle.

— — — — —

« Vous avez trouvé ce que vous cherchiez ? »

L’aubergiste lui souffla ces quelques mots à son comptoir. Personne n’était là à cette heure mais il se comportait comme si un espion se cachait dans chaque mur.

« — J’ai pu vérifier ses possessions, répondit-elle froidement.
- Ce… c’est un ennemi de « nos amis communs » ?
- Je dois réunir des informations supplémentaires. Vous ferez comme si vous aviez dû quitter votre poste un moment.
- Je vois, dit-il en hochant la tête.
- J’ai pris garde à ne pas endommager votre propriété. Soyez tranquille.
- Merci. »

Carel inclina du chef avant de rejoindre sa chambre. Elle devrait être là quand son « camarade » rentrerait du Bal.
Noirâtre Acceptation

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
567/650  (567/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 11 Mar 2018 - 18:54
Ouhla. Bon, là j'étais vraiment perdue jusqu'à la fin. Parce que ne connaissant pas ce qui se passe dans la vie d'Agon, je ne comprenais pas qui était cette fille, ses motivations, aussi de qui elle fouillait les affaires. La fin me l'aura dit, évidemment, mais du coup c'était un peu compliqué.

J'ai trouvé le rp très dynamique, car les actions décrites étaient très brèves. Pour autant, j'ai trouvé ça assez descriptif aussi, peut-être trop même, parce que ça me perdait d'autant plus par moment. Je pense avoir compris l'intention : faire en sorte qu'on soit plongés dans l'ambiance. Mais ouais, je pense que limite ça casse le côté très saccadé et spontané qui change de ce que tu fais d'habitude. Encore une fois, ce n'est qu'une opinion.

Du coup, j'ai un peu demandé à Chen ce qui pourrait m'aider à comprendre ce rp histoire de ne pas totalement noter dans le flou. Sachant cela, je peux dire que je trouve qu'ajouter cela à l'histoire de ton personnage est plutôt cool, tu crées ta propre difficulté, tes propres contraintes. Parce que soyons clairs, si c'était trop facile, ce ne serait pas très intéressant.

C'est très accessoire tu me diras, mais je pense que ça pourrait être cool que tu donnes une apparence à tes mini-séries. Il n'y a absolument aucune obligation hein, mais moi j'aime bien me situer, voir un peu à qui j'ai affaire.

Je salue l'effort de description pour les objets modernes même si je ne sais à vrai dire pas à quelle vitesse ont pu se propager les nouvelles technologies dans les mondes plus « anciens ».

Sinon, comme d'habitude, je peux répéter que c'est bien écrit, facile à lire, on n'a pas le temps de s'ennuyer.

Très Facile : 5 points d'expérience + 60 munnies + 1 PS en force
messages
membres