Derniers sujets
» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Aujourd'hui à 2:21

» Field of Heroes
par Invité Aujourd'hui à 2:18

» Et là, un squelette !
par Chen Stormstout Hier à 21:45

» Répétition
par Arthur Rainbow Hier à 21:39

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Rufus Shinra Hier à 18:21

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Arthur Rainbow Hier à 16:26

» La cerise sur le gâteau
par Général Primus Hier à 15:04

» Loué soit Son nom
par Cypher Hier à 14:01

» Tombe la chemise
par Cissneï Hier à 3:26

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Cissneï Lun 16 Oct 2017 - 23:19

» Vlog au Moulin rouge ! On vous dit tout ! On cache rien !
par Chen Stormstout Lun 16 Oct 2017 - 18:19

» Breaking News : Annonciation du Primarque Matthew March
par Roxanne Ritchi Lun 16 Oct 2017 - 14:34

» Discussion entre éclopés
par Vesper Earl Dim 15 Oct 2017 - 18:44

» Douce nuit
par Rufus Shinra Dim 15 Oct 2017 - 17:48

» Diviser pour mieux régner
par Huayan Song Dim 15 Oct 2017 - 15:42


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 La mystique des sombres mystères
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 171
Age : 27
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
5/0  (5/0)
Lun 9 Oct 2017 - 12:43
« Nous y sommes, le centre de ce monde ! » Lance Gilgamesh dans un rire orgueilleux, fier de lui ! Ne semblant absolument pas ce rendre compte de l'atmosphère dans laquelle baigne l'endroit. Soit, on comprend bien à le voir qu'être à la Fin des Mondes, ce n'est pas si désespérant ou effrayant que ça et vu sa puissance, ca se comprend. Le centre de l'Explosion d'étoile... y trône l'ample sommet du tour en forme de chapeau pointu de magicien bleu sombre avec les dessins d'étoiles et d'une lune bleue claire, les mêmes motifs ors flottants autour en satellite. Depuis l'extérieur, rien ne choquait Surkesh mais une fois à l'intérieur... il ressent cette incroyable puissance. L'air est saturé de magie comme le cœur d'un volcan est empli de chaleur, c'est à peine soutenable. Est-ce sa puissance... ou son manque total de sensibilité à la magie qui laisse Gilgamesh de glace ? Difficile à dire, sans doute un peu des deux. Prudent, le sans-cœur laisse Gilgamesh ouvrir la voix dans ce qui se révèle très rapidement être un labyrinthe mystique. L'intérieur est incroyablement vaste, composé d'entrelacs d'escaliers en ruines qui montent et descendent, montent et viennent en tout sens sans la moindre logique. Des portails magiques bleus rayonnent, illuminent cette d'une sombre lueur bleue tamisée alors qu'il devrait être plongé dans le noir. Un long moment passe sans que les deux explorateurs n'arrivent quelque part, perdu dans ses escaliers sans même être rentré dans une pièce.
Au point où Surkesh se demande s'il pourra un jour sortir d'ici.

Pourtant, après plusieurs heures particulièrement frustrante, les deux paumés ont atterris... dans une grande pièce en forme de cercle. Les murs n'en sont pas mais se relèvent un enchainement de bibliothèques remplis d'épais livres et grimoires, leurs feuilles volants en tout lieu. Au cœur de l'endroit... repose un long sabre dans un fourreau rouge comme des entrailles qui flotte près du sol ou plutôt lévite, droit comme un arbre et tout aussi immobile. Autour du fourreau, il y a un morceau de tissu qui love la partie centrale ainsi qu’orné de spirales. Sa garde est dorée et sa poignée arbore de nombreuses couleurs assez agressives.
Alors... malgré toutes ces balivernes... Gilgamesh n'aurait pas menti ?

« Ah ! Yojimbo m'a peut-être dépouillé de mes munies mais ne m'a pas menti ! »

Yojimbo... ? Ca n'était pas un mercenaire ça ? Surkesh se le demande mais ses yeux sont rivés sur l'arme... puis sur Gilgamesh qui s'y précipite. Bien forcé d'accélérer le pas, le sans-cœur réalisa plusieurs petites choses. Premièrement, s'il y avait eu un portail pour entrer en ce lieu, il ne voit pas celui qui permet d'en sortir. Deuxièmement, sans porte de sortie, ça parait difficile d'échapper à la colère de Gilgamesh si l'errant tente de lui dérober l'arme sous le nez ! Sa réflexion, soudain, s'interrompt et son corps se fige en même temps que son gigantesque compère s'arrête.

Un unique papillon multicolore flâne tranquillement, sortit de nulle part... puis explose en un nuage de fumée bleue surnaturelle d'où s'échappent des étoiles et lunes de lumières. De la Lumière, après tout ce temps, Surkesh en perçoit ailleurs qu'en Gilgamesh. Quand l'écran de fumée se dissipe, on voit apparaître... une armure de maitre de la clef... et savoir à qui elle appartient n'est pas compliqué, on s'en doute aisément que c'est celle du défunt Yen Sid. A sa vue, Gilgamesh caresse le menton de son masque, posé et serein, examinant l'être avec une attention particulière. L'armure, quand à elle, lève mécaniquement le bras avec lenteur et nonchalance, presque mollesse. L'instant d'après, le corps du sans-cœur s'encastre douloureusement dans le mur-bibliothèque, sonné et voyant soudain flou. Quelque chose le brûle... entre le feu et l'acide, le petit flash de lumière suffit à ce qu'il sente son corps se dissoudre.
Une voix, grave et forte, ancienne, résonne alors dans la pièce.

Zanmato est la lame forgée à l’origine d’un monde, elle appartenait au clan Bushido, un clan de mercenaires. Le forgeron leur donna cette lame car seul un mercenaire put résister à la tentation de basculer vers le mal. J'en suis le gardien... seul celui qui est parfaitement équilibré dans ses passions entre la lumière et les ténèbres pourra l'obtenir. Reprenant peu à peu ses esprits, Surkesh comprend en quoi il est parfaitement équilibré... et aperçoit l'armure pointé du doigt Gilgamesh. Toi, tu peux obtenir cette lame, ton cœur n'est qu'équilibre.

« Pardon ?! » Répond Gilgamesh, d'une voix assez forte à en faire trembler l'édifice... et Surkesh sourit malgré la douleur d'être toujours encastré. Comme quoi, être un beau parleur peut aider... surtout quand on croise des imbéciles aussi puissant que le géant à six bras. « Premièrement ! T'as touché à mon pote ! Enfin, tu l'as pas touché mais... tu vois ce que j'veux dire. Deuxièmement ! D'où tu crois que tu vas me donner la permission de prendre Zanmatoto ? Je prendrais cette épée grâce à ma puissance et non parce que tu m'y autorises. Troisièmement... tu m'as l'air très puissant ! »

De la chance... encore de la chance... et Surkesh s'en veut presque en pensant à toute les fois où il accusait le destin d'être contre lui. Sa seule chance, si mince et si infime, de survie alors qu'il est prisonnier de cette pièce et qu'un combat terrible est sur le point d'avoir lieu... c'est d'obtenir l'arme unique.

Gilgamesh attaque mais son geste même pas fini qu'il gèle déjà. Prisonnier d'un bloc de glace qui se brise dans la seconde, le géant n'ayant semble-t-il eu qu'a bander les muscles pour s'en libérer. L'instant d'après, il décolle du sol de force par un pilier de terre sortit de nulle part... et ses six armes croisés, le voilà qui part un torrent asséné de plein fouet. Pendant que l'armure se concentre sur Gilgamesh, Surkesh en profite pour canaliser les ténèbres dont il est fait... son corps se fait plus dense... ça ne le soigne pas mais l'aide à endurer la précédente attaque. Le géant à six bras, bien plus préoccupant, est une diversion suffisante pour que le sans-cœur atteigne Zanmato et ne s'en saisisse, un sourire mauvais satisfait au visage. Expression qui se défait immédiatement quand simultanément, Gilgamesh et l'amure interrompe leurs passes d'armes pour le fixer du regard. L'armure est froide, aussi impitoyable que le métal aiguisé d'une guillotine... et Gilgamesh a tout le feu de l'enfer dans ses yeux.
Un portail noir apparaît alors... Surkesh se demande un instant si c'est de son fait ou non et la réponse étant non, le mini trou noir n'est pas très engageant. Soit... le sans-cœur n'ayant aucune chance, il se rue vers la seule porte de sortie qui s'offre à lui.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Argument Imparable
Masculin
Nombre de messages : 306
Age : 26
Date d'inscription : 15/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
515/550  (515/550)
Lun 9 Oct 2017 - 17:24
Une pièce sombre... avec comme seule lumière quelques rayons de soleil qui passent à travers les mailles des volets fermés. On sent la poussière se soulever au moindre pas, l'odeur de cette moisissure qu'on ne voit pas mais qu'on devine sur les rideaux usés. Le parquet grince à chacun de nos pas et bon ça va un moment la description. Moi j'ai juste envie de cogner. Avant même qu'il ait sorti son cul du portail ténébreux, j'plonge ma main d'dans pas'qu'j'ai pas l'temps d'être patient. Le mec, j'lui sauve certainement pas les miches, alors la poignée de main, j'vais lui mettre dans sa gueule.
Ma main attrape son col. J'le tire super violemment du tunnel des ténèbres avant qu'il disparaisse, et sans lui laisser l'temps d'même s'poser une question, avant même de réaliser qu'c'est bien lui ou pas, j'le frappe sur le sol, à mes pieds, comme un sac à patates rempli de chatons... Un sac à chatons. C'aurait été Belle ou Alice, j'étais tellement déter, j'aurais même pas calculé et j'aurais fait pareil. J'regarde un instant sa gueule, ou plutôt j'essaie. Mec... Je vois pas son visage, je vois pas ses cheveux de merde, son équipement de merde, ses putains de larmes. J'vois même pas c'qu'il a à m'dire tellement y fait noir et tellement...

Putain j'en ai rien à foutre.

Parce que tout ce que je vois, c'est des yeux jaunes.

Y a rien qui m'arrêtera ou qui m'enlèvera ce moment. Y a rien qui raisonne Jecht. Je lui envoie mon pied dans les côtes, l'envoyant valdinguer contre un mur. Fait pas assez noir pour que je voie sa silhouette pathétique qu'est en train d'ramper sur ce parquet. Et lui putain il verra bien plus qu'un tas de muscles qui s'approche de lui. Il verra l'av'nir. Parce que mon poing qui va lui défoncer l'estomac, Nostradamus il en a fait pas mal de prophéties.

Bam ! Direct dans la mâchoire. Je vois son visage contre terre et putain ça... me fait pas du bien non ? Le frapper, ça me soulage pas. Ca me met encore plus en colère et plus je vois ses yeux, plus j'ai envie de le frapper... et je pourrais en crever. J'pose mon pied nu sur sa joue et je force un peu.


« J'ai rêvé d't'écraser dès qu'j'ai su c'que t'étais. » J'crache au sol, à mes côtés...  « J'imaginais d'jà la scène. » J'me mets à rigoler gravement. « Genre... Hey salut t'es nouveau au Centurio ? Moi c'est Jecht et je... » Je me penche vers lui, tout en gardant mon appui, pour être le plus près d'son visage qu'possible. J'suis pas si souple que ça. « déteste les sans-coeurs. » Mon sourire s'efface.

J'ai lâché la pression et m'suis éloigné.
« Allez, relève-toi. » J'commençais à sautiller sur moi-même pour m'échauffer, en balançant des coups dans le vide tout en mettant quelques mètres entre lui et moi. J'lui tourne encore le dos et là je profite... pas du plaisir de l'avoir frappé mais de l'attente que j'endure de le faire à nouveau. C'est quand le dernier ? C'est quand la dernière fois qu'un sans-coeur avec la gueule qui comprend a été devant moi ? Ulquiorra. En voilà un qui avait bien pigé comment qu'y'd'vait encaisser... Parce que je lui ai pété la gueule, tout comme je casserais en deux tous les sans-coeurs capables de se dire « Putain... Je vais me faire laminer ». C'était ma came, le seul moyen pour moi de décharger mes colères.

« Ouh... Mec. »Je me suis retourné vers lui, j'me suis mis en garde façon bonhomme, genre garde ouverte, et j'ai commencé à me dérouiller l'épaule en f'sant quelques moulinets avec. « J't'en supplie, genre vraiment. Me déçois pas. »

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 171
Age : 27
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
5/0  (5/0)
Lun 9 Oct 2017 - 20:48
Putain... je vais me faire laminer, pensa instantanément Surkesh et comprenant la chose dès qu'il pu sentir cette force titanesque le happé, sans doute Gilgamesh. Destin ou hasard ? Peu importe le nom qu'on donne à ce qui décide de l'enchainement des évènements, l'univers semblait s'amuser à le tourmenter. D'avoir échouer en pleine Fin des Mondes, ca avait beau être de sa faute au départ, ca relevait d'une certaine mauvaise fortune. Ou plutôt, il n'avait juste pas eu la chance de pouvoir s'échouer sur un monde normal puisqu'il en aurait fallu et pas qu'un peu pour ça. Après ça, on pouvait dire qu'il avait eu de la chance et jusqu'au bout, jusqu'à ce salvateur portail des ténèbres... et visiblement, c'était trop beau pour être vrai. Après ça, des... voitures, camions, taureaux, éléphants, hippopotames... d'énormes et terribles choses d'une puissance titanesque l'ont percutés. Sa vision était floue, beaucoup trop pour détailler son agresseur... sinon qu'il n'était pas assez rouge pour être le géant à six bras dont il n'avait pas non plus la silhouette. Ce n'était pas non plus sa voix... non... mais dans ce brouillard de douleurs sourdes, Surkesh ne pu que sentir sa forme véritable reprendre dessus... et percevoir un cœur qu'il connaissait déjà.
Pourtant, ça ne ressemblait à rien de ce qu'il connaissait. Ca... dépassait Death en puissance brute... et ne ressemblait pas vraiment à Natsu. Pourtant, à l'écouter, c'était bel et bien un mercenaire... mais lequel ?

Incapable de se remettre debout, le sans-cœur parvient pourtant à se mettre à quatre pattes, sur ses genoux et ses mains tremblantes. Ainsi se terminerait sa vie comme elle s'est toujours déroulée : dans la faiblesse et l'impuissance. Ne restait plus qu'une phrase... une seule et simple pauvre phrase... lâché comme une raillerie.

« J't'en supplie, genre vraiment. Me déçois pas. »

Ce fut assez ironique d'être supplier par son bourreau et cette fois-ci, c'était peut-être le dernier. Le sans-cœur aurait bien voulu sortir sa tchatche légendaire mais de ce qu'il en comprenait, ce n'était pas possible. Avec son corps brisé, ne lui restait qu'une seule solution pour espérer s'en sortir et ce fut la magie. Pas la peine d'espérer de l'aide, Gilgamesh comme l'armure lui étant désormais hostile. Cette pièce serait son tombeau... mais qui aurait cru qu'autant de monde serait réuni au milieu de nulle part ? Dans l'endroit sans doute le plus merdique au monde ? Et dire qu'au cœur du territoire des ténèbres, c'était encore le sans-cœur qui était le moins puissant.


« Je... vais... faire c'que... j'peux... »

Surkesh plongea ses yeux dans ceux du monstre qui lui avait volé sa fuite et lui rendit son regard... ...avant de devenir gigantesque, bien plus imposant que lui pour l'écraser d'un gargantuesque coup de patte ! Profitant de l'illusion, aussi vite qu'il lui était permis, le sans-cœur ambitionnait de projeter son ombre vers l'ennemi pour une attaque frontale... tandis qu'un fin tentacule se dirigeait vers Zanmato et espérait la récupérer. C'était parfaitement désespéré... un seul coup du monstre et son ombre se dissiperait... mais cette arme unique était son seul joker. S'il avait été plus en forme physiquement, ça l'aurait peut-être fait. Sauf que ce n'était pas le cas mais même là, Surkesh espérait s'en sortir.

Un sans-cœur peut-il espérer ? Ou bien son instinct de survie est plus fort que la logique elle-même ? Quoiqu'il en soit, la pauvre créature de ténèbres n'abandonnait pas !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Argument Imparable
Masculin
Nombre de messages : 306
Age : 26
Date d'inscription : 15/07/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
515/550  (515/550)
Mer 11 Oct 2017 - 2:05
« Je... vais... faire c'que... j'peux... »

Ah ! Putain on m'l'avait jamais faite celle-là. Encore un peu et il me remerciait quand j'le frappais ! Enfin bon, brusquement, l'type est d'venu hyper grand, j'ai même pas vu son évolution, il crevait l'plafond mais... ouais mais y'f'sait toujours sombre. J'ai même pas réagi à ça, ou pas immédiatement, mais y avait un p'tit coin d'mon esprit qui s'disait qu'y avait un truc pas normal. Mais putain, surnaturel ou pas, si un gars d'vient grand et veut m'écraser... Putain j'affronte. Alors l'pied du gars comptait m'aplatir? S'te'plait. J'ai arrêté la chaussure immense avec mes deux mains, j'ai fléchi mes jambes et j'ai forcé comme un dingue. Rien... aucune résistance devant, j'veux dire. Et j'voyais le pied pourtant qui luttait contre mes deux bras et tout mais c'était comme du vent.

Putain. Au moment où j'me suis vraiment rendu compte avec certitude qu'c'était une illusion, elle s'est dissipée. J'aurais craché de dégoût direct si quelque chose d'invisible ou.. genre plutôt de quasiment fondu dans l'décor, m'avait pas fouetté la poitrine violemment. J'ai grogné. L'choc c'était rien mais j'ai senti une vieille douleur au coeur, quelque chose de pas sympa. Et putain, j'en avais plus que marre qu'on s'attaque à lui, il en avait assez bavé pour quatre siècles.

Le sans-coeur avait pas bougé, malgré tout ça. Drôle de gars, c'tait pourtant l'occasion d'faire un peu plus qu'd'me lancer une ombre, qu'j'ai explosé d'un r'vers d'la main, d'ailleurs, sans avoir b'soin d'la voir. Même si mon but a jamais été d'prendre l'avantage sur lui grâce à l'obscurité... putain, en fait c'était carrément chiant. L'gars avait des habits sombres, j'voyais pas tellement c'qu'il f'sait d'ses mains. J'discernais sa silhouette, ses yeux jaunes dans l'noir. Alors si en plus y'm'balançait des trucs noirs dans la gueule, ça allait m'emmerder.


« Tu m'auras plus avec c'genre d'conneries. » J'encaissais tout là... J'm'étais pris des illusions d'ce genre de type toute ma putain d'vie, et j'avais quand même fini par apprendre à encaisser. L'gars était pas un as, sinon il m'aurait balancé toute la putain d'création dans la gueule au minuscule moment où il a eu l'avantage sur moi. Non. Si c'était ça son niveau, j'craignais rien.

'Fin d'façon, j'craignais rien.

J'me suis rué vers lui. Dans l'silence, j'ai entendu le bruit du métal d'une épée frottant dans son fourreau. Merde. J'l'avais pas vue celle-là. Mais la lame... j'ai vu un r'flet dedans, j'ai pu sans problème dire où elle était. J'ai arrêté ma ruée, ai esquivé l'coup en m'penchant en arrière un moment. Coup d'chance. La lame a fait un mouv'ment, j'pouvais pas toujours voir des r'flets d'ssus. Par contre...

J'voyais sa silhouette, j'voyais ses épaules dans l'obscurité et rien qu'là où y r'gardait, pour un sportif comme moi, c'tait plein d'infos. Le mec savait pas s'battre. Putain... Il m'a fait un mouv'ment rapide mais j'ai paré sa lame avec ma brassière. L'mec était... pas terrible.

J'ai chopé l'mec par le col et je lui ai foutu un coup d'boule, sec. J'l'ai laissé tombé à mes pieds... Et y a eu un gros fracas métallique assez horrible. J'sentais qu'j'avais fait tomber ma brassière, 'fin... qu'elle était tombée, quoi. J'ai r'gardé mon bras gauche. Y avait encore l'bout d'métal suspendu à l'épaule mais toute la partie sur ma main et sur mon avant-bras s'était barrée.
Et j'saignais. Une coupure vénère, juste à l'endroit où la lame m'avait frappé.

J'ai fait quelques pas en arrière. L'gars... j'étais pas sûr qu'il allait s'rel'ver tout d'suite ; Il avait bien encaissé mes premiers coups, et j'y étais allé bien bien quand même.


« Putain, j'kiffais cette brassière. J'avais des griffes et tout... »

J'étais trop dégoûté. J'regardais l'bout d'métal au sol... Mais c'était quoi c'putain de délire ? L'mec avait pas du tout frappé fort, c'était moche. J'avais paré en mode balek.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Clé du Destin
Masculin
Nombre de messages : 1018
Age : 21
Localisation : Château Disney
Date d'inscription : 25/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3529/3500  (3529/3500)
Mer 11 Oct 2017 - 8:32
Ce bordel ? J'ai une p'tite idée, mais j'pourrais pas te dire avec certitude.

Depuis qu'il avait commencé à se servir de son arme, quelque chose avait changé chez le sans-cœur que Jecht s'amusait à massacrer. Ça ne provenait pas de son cœur, puisqu'il en était dépourvu, mais une énergie sombre pulsait en lui, comme si elle ne demandait qu'à s'échapper de ses entrailles. C'était beaucoup plus puissant que tout ce qui émanait d'autre chez lui.

Nous l'avions sorti de l'Explosion d'Étoile, l'ancienne demeure de Yen Sid... La brassière de Jecht était coupée en deux sans que le sans-cœur n'ait eu à faire le moindre effort. Je comprenais peu à peu. J'commençais à deviner ce qu'était vraiment le couteau à beurre que t'nait celui qu'on venait de sauver.


Bon, Jecht. On va arrêter là, j'pense. Si tu l’esquintes de trop, on va passer pour des enculés.

J'ai commencé à faire quelques pas vers eux, d'façon il devait déjà m'avoir grillé. J'veux dire, l'gars, c'était un sans-cœur déjà... Et en plus, comme eux, il devait voir dans le noir, partant de là... Enfin bon. Toujours est-il que j'me suis avancé en posant une chaise pour que le sans-cœur s’assoit.

Tu peux t'asseoir si tu veux, Surkesh.

Je le soigne, un peu mais pas trop. Assez pour qu'il recouvre un peu de ses forces, pas assez pour qu'il devienne un problème. On sait jamais, on a pas eu de surprises pour le moment, mais ça pourrait venir. Bref, j'me tourne vers Jecht.

J'espère que tu lui en veux pas trop, j'crois que les sans-cœur sont les derniers trucs qu'il est capable de supporter. Pas de chance, que j'fais avec un grand sourire. Mais ça va, il me semble pas que t'es fait en carton. On te suit depuis un moment... Au contraire de Jecht, j'dirais que t'es quelque... chose de capable.

Ouais... fallait peut-être pas le prendre pour un con non plus. C'était clairement pas le but de l'opération, mais avec le boulard que Jecht venait de nous péter, ça devenait un peu chaud. « Salut ! On est tes nouveaux meilleurs copains ! Celui qui t'as retiré tes dents, c'est Jecht, moi c'est Roxas et je rattrape ses conneries, enchanté ! », ouais non, très peu pour moi. Ça frôlait le ridicule.

Tu me dis si je me trompe. Ancien porteur de la keyblade de la coalition, tu t'es plus ou moins lié d'amitié avec les mercenaires. Tu t'es fait buter, t'es devenu un sans-cœur et tu crèches encore chez les mercenaires. C'est... triste. Alors que tu pourrais avoir bien plus !

Quelque part... après un tournant majeur dans sa vie, habiter toujours à Port Royal, putain ça pue la merde.


Mais bon... Avant de t'en dire plus, faut que je mesure ton intérêt ! Qu'est-ce qui te motive jour après jour ? C'est quoi le truc qui te fait lever le matin, et manquer de crever pour un contrat à la con ? Les cœurs ? Ta faim intarissable ?

Pour le coup, j'attendais une réponse. Clairement, y'avait moyen. Mais fallait voir si il allait pas tout merder, comme avait commencé à le faire Jecht. Mine de rien, même si j'discutais et étais cool... tout ça... j'gardais sa main armée en focus pour éviter le moindre coup qu'il pourrait essayer de me donner avec ça. Vu la gueule de la brassière... j'avais trop envie de finir dans cet état.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 171
Age : 27
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
5/0  (5/0)
Mer 11 Oct 2017 - 9:38
« Putain... » Disait Surkesh, sans haine ou rancœur, dépourvu d'agressivité... il avait lâché ça comme on pousse un soupir de soulagement. Et en même temps, son corps entier tressaillait, pris de spasmes nerveux... mais ce n'était plus seulement la douleur. Roxas avait... une présence incroyablement stressante, la lumière qui émanait de lui était... comme un soleil dont les rayons recouvrait tout le reste. L'étreinte du sans-cœur se resserra sur Zanmato... déjà parce que... on venait de sévèrement lui casser la gueule et que le fraichement nommé Jecht ne semblait pas particulièrement calme. Quand au petit blond juvénile... on le connaissait sous le nom de Roxas, ennemi numéro I du Consulat. Un manieur de clef émérite... raison pour laquelle sa simple présence suffisait à faire sentir un danger de mort imminent au sans-cœur. Les sans-cœurs sont attirés pas les clefs dont le cœur est fort, puissant, parfois profondément ténébreux mais parfois... incroyablement lumineux. Sans parler que ce cœur, Surkesh l'avait déjà et croyez-moi, ce cœur-là était on ne peut plus reconnaissable.
Et putain... Jecht... c'était un mercenaire, l'un des plus balèzes de tous qui avait subitement disparu mais aussi... un grand champion de blitzball, pour ce que ça importe là tout de suite. Surkesh avait failli accepter le contrat pour partir à sa recherche, y a un bail mais fut vite emporté par le tourbillon de ses emmerdes. Le cœur équilibré de Jecht, aussi, lui disait vachement quelque chose... mais son souvenir était flou. Eclipsé par le soleil porteur de clef qui avait émané de l'être qu'on nomme le Tragédien.

Sérieusement... ? Surkesh ne... si les deux consuls qui ont attaqués Port Royal, c'était ces deux-là... alors bordel, le sans-cœur perdrait toute confiance en tout et ne croirait plus jamais à rien. Le seul moyen qu'aurait eu la créature de confirmer sa théorie, ca aurait été de croiser Genesis, le vrai. D'ailleurs, maintenant qu'il y pensait, le porte-parole du Consulat était de réputation doté d'un cœur ténébreux et... merde ! Après un dragon en lances magiques, un zombie enflammé géant, l'armure hanté du plus grand magicien de l'histoire et un géant à six bras qui se trimballe avec de fausses armes uniques...
...Surkesh croisait les Illuminatis. Putain de merde, ils existent pour de vrai.

Parce qu'en plus de ça, le p'tit blond était bien renseigné et... mon dieu, c'te chance quoi.

« Je... veux bien m'asseoir, ouais... » Et il s'est assis, profitant des soins avec, en bonus, quelques maigres mais précieuses indications venant de Roxas. Surkesh avait vachement moins mal... ce qui voulait dire qu'il douillait encore sévère mais la pression retombée... savoir qu'il allait survivre apaisait ces souffrances. Pour ne rien gâchez, Surkesh avait l'égo tout émoustillé de savoir que des types de cette carrure, au moins Roxas, l'estimait... capable. « On... » Un spasme interrompit la créature, sa poigne se crispant autour de Zanmato. Putain que j'ai faim. J'ai la dalle... bouffe-les. Bouffe-les. Avec l'effet de surprise et ce tranche-papier magique ? Ca pa... non. « On va essayer de faire ça vite, s'il vous plait ? Parce que j'aurais du mal à me retenir des heures de me jetez sur vous et... j'aimerais éviter de crever. » On les flatte, vite fait... mais en général, les gens puissants savent bien qu'ils le sont et se fichent bien qu'on le sache. « Déjà, quand j'étais humain, j'étais super fan de toi Jecht... genre... t'as jamais montré l'ultimate Jecht Shoot numéro I... trop classe quoi, jamais eu besoin de révéler ta technique secrète. Et toi Roxas ? J'kiffais ta marque de chaussures, je m'étais acheté une paire. »

Ahem... si on passait aux choses sérieuses et intéressantes, maintenant ?

« Sur mon passif, Roxas, t'as tout bon... quand au cœur et ma faim intarissable, c'est pas tant un but qu'un passe-temps. Genre... vous aussi vous mangez, non ? C'est pas votre passion dans la vie, pas forcément mais vous le faites parce que... faut le faire. Si tu veux tout savoir... ma passion à moi... c'est de risquer ma vie à entreprendre des actions suicidaires. J'aime aussi faire des plans... les mercenaires, je les vois pas tant comme des potes que comme des alliées... je pourrais devenir riche avec eux, avoir un refuge et des gens sur qui compté. Au final, je me demande pourquoi pas j'ai pas choisit la Shinra plutôt que le Centurio et... » Il y eut un blanc de plusieurs secondes, dans son discours comme dans sa tête. « ...je saurais pas dire. Faut croire que malgré moi, je suis lié au Centurio. Après, si c'est bien vous qu'ont foutu la merde là-bas... honnêtement, je vais choisir de m'en foutre parce que bon, les mercenaires hein, c'est pas non plus la chose la plus importante dans ma vie. La chose la plus importante dans ma vie, humain ou sans-cœur... c'est moi, je, moi-même et moi je. »

On en venait... à la vraie question. Surkesh voyait son regard -bizarre de voir son regard hein ?- alterné entre Roxas dont la simple présence le menaçait, l'attirait l'effrayait à la fois... mais scrutait tout aussi nerveusement Jecht. Lui, ça avait rien à voir avec sa présence, c'était juste par rapport à son envie palpable de péter la gueule de Surkesh. Roxas l'effrayait à un niveau instinctif, sauvage et primaire puisque concrètement, il était super cool voir même sympa. Jecht, quand à lui, effrayait toute sa partie logique et réfléchie et... vaudrait mieux pour un certain sans-cœur qu'il soit capable de se retenir.

« Donc voilà... puisqu'on va y venir je pense... vous voulez quoi, vous ? Je pense pas que vous soyez juste des fans du grand et sexy Surkesh. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Clé du Destin
Masculin
Nombre de messages : 1018
Age : 21
Localisation : Château Disney
Date d'inscription : 25/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3529/3500  (3529/3500)
Sam 14 Oct 2017 - 15:38
Des fans ? Ouais... fallait p'tête pas déconner. On le suivait depuis un bout de temps, on regardait comment il se démerdait... Ouais c'était un sans-cœur, ouais il avait tout les défauts que ses potes ombres pouvaient avoir mais il était franc. J'émis un petit ricanement tout en gardant mon air cool. Un grand fan de Jecht, et un possesseur de mes pompes ? Ce mec était soit génial, soit le roi des lèche-cul. J'étais limite désolé de pas pouvoir lui laisser une photo de nous trois et de la lui dédicacer.

Reste qu'il était franc comme j'le disais. Il considérait les mercenaires comme des alliés plutôt que des potes. Ça allait peut-être être un frein, fallait voir sa position vis à vis de ça. Mais on avait plusieurs choses à lui dire, plusieurs choses à lui proposer. C'était son avenir qui se jouait, là maintenant.

Par contre, il avait raison sur un point. Il allait pas falloir mettre trois plombes. Jecht était... bah c'était pas compliqué. Il avait sévèrement envie de lui mettre sa tête dans son cul. Ça se comprenait dans un sens. Mais c'était pas ce qui me faisait le plus peur ; j'avais peur que le p'tit gars devant nous pète son plomb et essaie de nous bouffer nos cœurs. Jecht l'aurait terminé je pense, y'aurait pas eu d'autre alternative. C'était pas c'que j'voulais.


On... pourrait dire qu'on est des fans du « grand et sexy » Surkesh... que j'dis en mimant des guillemets avec mes doigts. On te suit depuis pas mal de temps, toi comme d'autres... on s'intéresse à ce que tu fais. Quand quelqu'un nous semble être une bonne piste, on se renseigne, on surveille ses agissements... Disons que cette rencontre était prévue, mais qu'on attendait le bon moment, concluai-je sur un sourire amical mais tout de même sérieux. Je vais t'expliquer deux trois choses.

Jecht et moi... ainsi que d'autres... ça fait pas mal de temps qu'on bosse sur un truc. On est nulle part, et partout à la fois. T'as peut-être même entendu parler de nos exploits sans même savoir que ça venait de nous. Mais voilà... notre petite bande de potes œuvre dans le plus grand secret, dans l'invisibilité la plus totale, et ça dans un seul but...


Je pris une petite pause rhétorique, histoire de planter un peu l'décor. J'm'approche un peu de lui, et j'écarte grand les bras.

… mais ça pour l'instant, c'est top secret ! La seule chose que j'peux te dire, c'est que ça vaut le coup !

Je m'amuse à jouer avec son attention. Voir s'il nous écoute... voir s'il correspond vraiment à ce qu'on attend de lui... Qu'est-ce qui me dit qu'on peut lui faire confiance ? Qu'est-ce qui nous dit qu'une fois libéré, il va pas aller nous balancer aux mercenaires, aux autres groupes, et nous chier notre plan ? Absolument rien, et c'est pour ça qu'on va pas tout lui balancer dans le nez direct. Faut prendre le temps, même si on en a pas tant que ça.

Comme tu l'as deviné, on attend quelque chose de toi. T'es un sans-cœur, j'suis un porteur... Ça, on s'en branle. Nous ce qu'on veut, c'est que tu marches avec nous. On te demande pas de travailler pour nous... non... on te demande de travailler avec nous.


Entre travailler « pour » et travailler « avec », la ligne était fine. Mais je précisais pas ça pour rien. Chien-chien de la coa... c'était pas nécessairement mieux chez les mercenaires... Il avait toujours eu cette petite étiquette de subordonné collée sur le front. Une proposition comme celle ci allait p'tete nous donner assez de son attention pour être sûr qu'il capte tout les termes du contrat.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 171
Age : 27
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
5/0  (5/0)
Sam 14 Oct 2017 - 21:30
C'était donc bien des Illuminatis... des marionnettistes de l'ombre selon les paroles de Roxas. Et évidement, comme tout cela fut très secret et mystérieux, Surkesh n'eut pas l'honneur de connaître les objectifs de cette "bande de potes". L'appellation avait quelque chose d'étrange... de même que cette insistance sur le fait de travailler "avec" et non pas "pour". De base, face à ces deux-là, le pauvre sans-cœur ne s'imaginait pas tellement pouvoir refuser l'offre. Enfin... refuser lui était toujours possible mais ca serait au prix de sa vie. Déjà parce qu'on venait, mine de rien, de lui révéler l'existence de quelque chose qui ne devait en théorie pas se savoir. Alors le laisserait-on partir comme si de rien n'était en lui faisant confiance pour garder le silence ? Certainement pas. En plus de ça... Roxas est un porteur de clef, pas n'importe lequel et détruire des sans-cœurs, c'est ni plus ni moins que sa vocation. Quand à Jecht, sa rencontre avec Surkesh fut dès plus équivoque quand à ses envies. Tout ça pour dire que ses conneries quand au fait que l'errant serait à égal à égal avec ces deux-là ? Qu'il travaillerait avec eux et non pas pour eux ? Tout ça, c'est de la pure connerie puisque de base, soit il accepte l'offre, soit il crève... et que pour une raison tout simplement basique de rapport de force, ca restera comme ça.
Si on omet le fait que Surkesh avait le choix entre accepter et mourir... même sans sa survie en jeu, tout cela le disait bien.

Déjà parce qu'il était curieux, toute cette histoire avait quelque chose de démentielle. Je veux dire... ce n'est pas comme si deux types lambda étaient venu le démarcher dans son appart pourri de Port Royal comme des vulgaires vendeurs de bibles. Non, Roxas et Jecht, pas des tanches donc, l'ont arrachés au cœur de la Fin des Mondes pour lui parler. Ca avait quand même de la gueule comme recrutement. Sans parler de leurs puissances... au point où Surkesh devenait quasiment sûr que ni Genesis, ni Pamela Isley n'avaient attaqués le Centurio. Après tout, si le sans-cœur pouvait faire quelques illusions sommaires, ca n'était pas impossible qu'un autre puisse en faire de plus élaboré. Ca peut expliquer pourquoi le Porte-Parole du Consulat avait le même cœur de porteur si lumineux et intimidant que Roxas... tout comme ça explique pourquoi la consule de m'horticulture pouvait avoir une force si titanesque.
Bordel... en admettant qu'il soit possible de changer son apparence pendant si longtemps tout en se battant en même temps, ce sont bien ces deux-là qui ont détruis le Centurio. D'ailleurs, Roxas n'avait-il pas répondu à demi-mot lorsqu'il déclara que Surkesh avait peut-être déjà entendu parler de leurs exploits sans savoir que ça venait d'eux ?

Décidément, tout cela était incroyablement intéressant... et Surkesh était décidé à croire ce que lui racontait Roxas. En plus de sa survie et de sa curiosité, l'intérêt le poussait à accepter. Puisqu'après tout, Jecht lui était décrit comme le mercenaire le plus fort jamais vu après Natsu... quand à Roxas, et bien, on raconte qu'il n'y a pas plus puissant dans l'univers. Si, en plus, comme le pensait Surkesh, ces deux-là avaient réussi à se faire passer pour Genesis et Pamela... ca voulait plus ou moins dire qu'à deux, ils avaient éclatés le Centurio. Des récits qu'on en faisait, la présence des mercenaires occupés en ville ou même de la compagnie des indes n'auraient sans doute pas changé grand-chose. Seul Natsu, peut-être, aurait pu faire penché la balance. En soit, Natsu n'aimait pas Surkesh, ne lui faisait pas confiance et avait au moins autant envie que Jecht de lui faire peau sans même savoir que c'était un sans-cœur.
Soit... qu'est-ce qu'ils feront de pire qu'on avait déjà fait à Surkesh ?

Jecht l'avait, plus ou moins et rapidement, torturé... chose qu'avait déjà fait les mercenaires bien qu'avec eux, ce furent moins douloureux. Sans parler qu'ils se méfient tous de Surkesh comme de la peste. Death l'avait carrément tuer, plus ou moins, en plus de l'avoir humilier et exploiter. Sans croire à toutes ses conneries de potes ou de travailler "avec" et pas "pour", le sans-cœur avait du mal à voir en quoi ca pourrait être pire que ce qu'il avait déjà connu. Après, on lui demandera peut-être de faire des choses dangereuses... comme ce que le Centurio lui demandait pour, peut-être, prouver son allégeance... et après tout, n'était-il pas à la fin des mondes de son propre fait ? Certes, ce n'était pas son but à la base... mais de lui-même, Surkesh était décidé à allez bouffer du cœur au Q.G du Sanctum.
Et quand on sait tout ce quoi les religieux ont survécu, ils ne sont pas à prendre à la lumière.

Enfin, dernier point... puisqu'il y avait la curiosité... l'intérêt... l'obligation... et l'excitation. Tout cette histoire puait la merde à plein nez et justement, Surkesh imaginait déjà que... ca pourrait être particulièrement marrant. Après ça, est-ce que les deux Illuminatis -ainsi que tout les autres- pouvaient lui faire confiance ? Non. Absolument pas et en aucun cas. Surkesh ne faisait jamais confiance à personne... et jusqu'ici, ca avait toujours été une erreur de lui faire confiance. Soit, pas besoin de s'éterniser sur cette partie là mais pour le moment, la crainte rendait le sans-cœur plus ou moins fiable.
A voir avec le temps même si au final, la morale de cette histoire... c'est qu'une enflure du calibre de Surkesh ne joue jamais que pour lui.

« Je marche. » Répondit simplement le sans-cœur. « Et maintenant ? »
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Horse Liberty -- La terre des Mystères
» Ta vie a un secret, mon âme a des mystères |Élodie de Froulay|
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» le cercle mystique : HRP
» Le cercle mystique : Rp