Derniers sujets
» De retour au bercail...
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:16

» Monter la garde, une affaire simple ?
par Death Aujourd'hui à 18:56

» La nuit égale au jour ; la veille de l'automne
par Fabrizio Valeri Aujourd'hui à 3:20

» Le Train, les Rails et la Montagne
par Narantuyaa Aujourd'hui à 2:08

» L'enthousiasme éternel
par Death Hier à 23:42

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 22:39

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Lotis Terrick Hier à 22:06

» La Mage Tricentenaire / Kestia
par Kestia Hier à 20:51

» Un mort pour pouvoir vivre libre
par Rufus Shinra Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Roxas Hier à 18:10

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Hier à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Hier à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Mer 20 Sep 2017 - 21:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Mer 20 Sep 2017 - 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Mer 20 Sep 2017 - 19:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Pensées rationnelles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ange de Réconfort
Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 23
Date d'inscription : 22/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
577/0  (577/0)
Mar 12 Sep 2017 - 19:50
Elle n'avait jamais eu le souvenir d'un jour avoir eu peur de cet endroit.

De la crainte, peut-être, quelque chose de diffus qui restait chaque jour avec elle. Une très légère appréhension, celle que l'on avait lors d'un voyage long-courrier dans l'espace. Cissneï pouvait imaginer ce que quelqu'un entrant pour la première fois dans une navette Shin-Ra pouvait ressentir, seulement, elle ne se souvenait pas avoir, un jour, ressenti la même chose. Elle se souvenait de son premier voyage en vaisseau, dans la même direction prise par celui dont elle sortait à l'instant. Vers le Vaisseau-Mère.

Monstre de matière métalliques pour certain, il avait été son point de retour pendant de nombreuses années. Et elle l'avait appelé sa maison à plus d'un titre. Aussi, elle quitta le quai et se dirigea vers les espaces administratifs. Il lui fallut quelques minutes. Quelques minutes pendant lesquelles elle se vit un millier des fois dans les vitres et les sols, en reflet sur les écrans et les murs. Sa veste et son pantalon noirs étaient parfaitement repassés. Son visage n'était pas maquillé, mais ses yeux l'étaient. Sobrement, certes, mais elle espérait que les traces de ses mésaventures de l'année passée soient tues par une allure agréable et un visage plaisant.

Cela n'allait peut-être pas marcher, mais elle aurait tenté le coup, songea-t-elle en s'armant d'un sourire charmant devant une secrétaire. Répondant à son propre salut, elle l'envoya vers un autre service. Plus loin, plus haut hiérarchiquement.

Cissneï la remercia et continua son chemin au sein du Vaisseau. Au fur et à mesure de son avancée, les employés se faisaient plus rares. De guichet en guichet, elle fit son chemin seule jusqu'à ce que la compagnie d'un agent de sécurité la guida jusqu'à un dernier point.

« Bonjour, Cissneï, dirigeant de la Lumière. J'ai un rendez-vous avec monsieur Shin-Ra à 9h30. »

Il était peut-être l'heure, à vrai-dire, la dernière fois qu'elle avait vu l'heure, c'était sur le téléphone qui venait de lui être retiré pour raisons de sécurité. Elle avait passé tout portail de sécurité nécéssaire bien plus tôt dans sa progession. L'endroit n'avait pas changé.

« Suivez-moi je vous prie. » lui annonça cet homme en noir qui avait déjà pris les devants.

L'endroit était calme, pas un son. Pas-même celui du faible ronflement d'une climatisation. Ici, il n'y avait ni chants d'oiseau ni vent en capacité de faire remuer les feuilles d'un arbre, aussi, le millier de petits bruits d'un vaisseau en marche devenaient très rapidement naturels. Cissneï en avait perdu l'habitude, aussi comme elle les avait remarqués plus tôt, elle réalisait leur absence en ce moment même.

Le silence lui fit réaliser toute l'ampleur de son calme, et c'était ce calme plat qui lui faisait réaliser l'ampleur de la situation. Et qui commençait à faire naître une inquiétude silencieuse au creux de son ventre.

« Le président va vous recevoir dans une minute. »


Elle attendit. Quelques longues secondes durant lesquelles elle songea à des centaines de possibilités. Énonçant un problème, trouvant une solution possible. Sans se rendre compte qu'elle avait essayé d'arrêter ce genre de raisonnement mécanique à son départ de cet endroit-même. Il semblait que l'espace n'était pas bon pour elle, même si en réalité, elle savait que se retrouver ici n'était jamais quelque chose d'entièrement bon pour elle. Que pouvait-il se passer ? En une minute, c'étaient une dizaine de scénarios qui venaient de lui passer par la tête, alors qu'elle regardait l'espace au travers d'une vitre. Une myriade d'étoiles scintillaient dans l'espace noir comme de l'encre.


_______________________________


Dernière édition par Cissneï le Mer 13 Sep 2017 - 18:42, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 345
Age : 21
Localisation : Dans mon bureau
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
221/650  (221/650)
Mer 13 Sep 2017 - 13:49
Votre rendez-vous est arrivé, Monsieur.

Je ne répondis rien, si ce n'est un sourire et un geste de la main invitant à la faire rentrer. Piochant dans mes souvenirs, je commandais une paire de cafés noirs pour mettre mon invitée plus à son aise et, une fois devant moi, je l'invitai à s'asseoir. En tant d'années, elle n'avait pratiquement pas changé. Ni l'âge, ni la vie n'avaient altéré la pureté de son visage. Une pureté qui fut souvent la dernière vision des ennemis de la compagnie. Efficace en son temps, il était maintenant connu de tous qu'elle dirigeait un groupuscule parmi tant d'autres : la Lumière. Et c'était en qualité de dirigeante qu'elle s'était présentée à l'accueil...

Une négociation, peut-être ?


Ravi de vous revoir parmi nous, Cissneï... Actuelle dirigeante de la lumière et... déserteuse de la Shinra.

Je pris un ton plus grave en terminant ma phrase avant de ré-adoucir mon expression. Au même moment, nos cafés arrivèrent. L'un fut placé devant Cissneï, et le second devant moi.

Noir, dis-je souriant. Je m'en souviens car en matière de café, nous avions les mêmes goûts. Alors, très chère Cissneï... Que me vaut l'honneur de votre visite ? S'agirait-il d'une simple visite de courtoisie ? Un coup de nostalgie ? Un, pardonnez-moi de l'espérer, simple retour au bercail ? Ou...

Ou elle avait quelque chose à demander, comme je le pensais plus tôt. Fait amusant quand on y pense. Je pars d'un principe simple : il y a les groupes, et il y a la Shinra, au dessus. Si l'un de ces groupes à besoin de mon entreprise, c'est qu'il s'est trompé lors d'une prise de décisions. Nul ne devrait avoir besoin de mon aide. Je ne suis moi-même pas censé intervenir, sauf si j'ai quelque chose à y gagner. Je n'étais que la personne leur permettant de voyager entre les mondes, celle qui leur permettait de continuer leurs petites querelles incessantes.

Ici, c'était différent. Il s'agissait d'une ancienne employée et... bien que cela puisse paraître étrange, y compris à moi-même, c'était plus par curiosité que par intérêt que j'avais accepté ce rendez-vous. Et... bien qu'elle fut une Turk compétente, je me savais en sécurité pour le moment. Il ne s'agissait là aucunement d'une pauvre tentative d'assassinat maquillée.


Ou c'est bien notre café qui vous manque ? dis-je en buvant une gorgée de celui-ci. Un mélange unique, pensé pour ravir toutes les bouches même les plus délicates. Quoi qu'il en soit, je vous écoute. Vous me connaissez... je suis d'un naturel curieux, dis-je, croisant les bras et fixant ma locutrice.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ange de Réconfort
Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 23
Date d'inscription : 22/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
577/0  (577/0)
Jeu 14 Sep 2017 - 19:04
« Le café m'avait manqué, c'est indéniable. »

Elle ne pouvait pas mentir. Bien qu'elle tentait vainement de diminuer son importante consommation de café, le goût caractéristique lui remémora bien des choses et lui faisait réaliser combien s'interdire ce petit plaisir était futile. De longues journées de travail aux matinées où elle partait, bien avant que les couloirs ne s'emplissent d'employés. Mais aussi les soirées où ce café l'attendait, avec la promesse de calme, d'un rapport à faire, d'une mission accomplie. Elle se laissa aller à ces souvenirs, s'étaient longtemps considérée en paix avec.

« Je ne suis pas venue ici pour un quelconque renouvellement de contrat, ni aucune des autres raisons que vous avez énoncées. »

Elle ne savait pas vraiment par quel côté aborder la chose. En effet elle connaissait le Président que trop bien, mais elle ne l'avait pas vu depuis des années. Aussi, même si elle avait l'impression de se retrouver face à l'exacte même personne qu'elle avait quitté des années auparavant, elle essayait de ne pas le considérer comme tel. Elle réfléchissait à ses paroles.

« Je suis venue parce que La Lumière aurait grandement besoin des services de votre compagnie. »


Au final, c'était peut-être une exposition des plus simples qui seraient la plus efficace. Elle n'avait pas vraiment trouvé quelque chose de mieux. Elle avait pensé que, bien que cet homme en face d'elle eut pu changer, peut-être n'appréciait-il toujours pas les ronds de jambe. D'une certaine manière, elle supposait qu'il était habitué aux grosses offres de milliards de munnies, peut-être les appréciait-elles. Mais elle n'avait pas autant à offrir, et cela, peut-être le savait-il.

Tout se jouait ici même.

La tasse de café qu'elle avait pris et gardait désormais dans ses mains était chaude à la limite du supportable. Une sensation qu'elle retrouvait avec plaisir. Un réconfort qui n'était qu'une goutte d'eau dans un désert. Elle était mal à l'aise, car elle était partagée. Ici, ce n'était plus sa place mais ça l'avait été. Son esprit rationnel, celui qu'elle essayait de faire taire, lui hurlait de regagner sa place. Elle garda la tasse dans ses mains mais ne but pas.

« Je ne vous demande bien évidemment pas de faire preuve de bon cœur, en venant avec une demande, je suis prête à donner une contrepartie. Si cela vous intéresse, je vous prie de me le dire auquel cas, j'entrerais dans les détails. »

Elle n'avait pas envie de prendre le risque de dévoiler la situation de la Lumière et de se faire renvoyer chez elle, aussi fixait-elle le Président d'un air sérieux. Elle n'avait pas envie non plus de montrer une quelconque raideur, aussi essayait-elle ne rester calme.

_______________________________


Dernière édition par Cissneï le Ven 15 Sep 2017 - 1:44, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 345
Age : 21
Localisation : Dans mon bureau
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
221/650  (221/650)
Jeu 14 Sep 2017 - 21:00
Au moins se rappelait-elle comment je fonctionnais. Je me rappelais d'elle comme d'une personne douée d'une certaine intelligence, capable de réflexion ; pourquoi aurait-elle fait partie des Turks dans le cas contraire ? La mention d'une contrepartie dans son discours était la clé pour que je songe éventuellement à m'intéresser à sa requête.

Eh bien, très chère Cissneï... Je me dois d'avouer que votre demande est plutôt culottée. Je me rappelle pourtant de vous comme quittant le navire la tête pleine d'informations confidentielles, brisant une promesse de fidélité envers la compagnie, trahissant la confiance que je vous avais accordée à vous qui faisiez partie des personnes les plus proches de moi.

Il était vrai que les Turks étaient moins nombreux que les SOLDATS, et que par conséquent les relations que nous avions étaient différentes. Sans aller jusqu'à parler d'une proximité proche d'une amitié, toutefois.

Néanmoins... Bien qu'aujourd'hui la plupart soient obsolètes, je pense pouvoir affirmer que jamais vous ne vous êtes servi de ces informations contre ma compagnie ce qui fait de vous quelqu'un de... optons pour le fair-play. Par ailleurs, vous me voyez flatté de vous voir encore vous présenter sous le nom qui vous a été attribué il y a des années. Celui-ci vous sied à merveille, vous l'ai-je déjà dit ?

Je me levai de ma chaise et me dirigeais vers la baie vitrée derrière moi, posant mon regard sur le millier d'étoiles qui composaient les routes stellaires. Je voyais plusieurs choses. Je voyais ces mondes qu'il nous restait encore à découvrir, je voyais aussi ceux qui vivaient leur dernière heure avant de sombrer dans les ténèbres ; des mondes que nous n'aurions finalement jamais eu la chance de visiter. Et à travers ceux-ci, je voyais ma compagnie, omniprésente... Le pouvoir que nous avions était tel qu'il nous était possible de résoudre bien des problèmes de par de-la les mondes. Malheureusement, nous n'étions pas les gendarmes du monde, il n'y avait pas de « bon coeur » qui tenait. En notre qualité d'entreprise, tout se monnayait, toutes nos actions se devaient d'être lucratives.

Je garde mon droit de retrait, mais allez-y, dites m'en plus.

Ce service rendu faciliterait bien des choses. Un pied dans la Lumière ne pouvait nous être que bénéfique, ne serait-ce que pour les relations commerciales. Pour autant, il ne me fallait pas m'emballer aussi vite, je n'avais encore une idée de quel service la dirigeante de la Lumière allait me demander. S'il s'agissait d'un soutien militaire à l'encontre d'un autre groupe, je me verrais bien évidemment dans l'impossibilité d'accéder à sa requête. D'autant plus si le groupe en question était la Coalition Noire. Il aurait été dommage de briser une alliance avant même que celle-ci ne soit conclue.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ange de Réconfort
Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 23
Date d'inscription : 22/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
577/0  (577/0)
Ven 15 Sep 2017 - 2:17
« En toute honnêteté, je ne pense pas pouvoir me racheter. Je vous avoue mes fautes passées car elles sont indéniables, à défaut d'être perdonnables. »

Il se montrait rassurant, d'une certaine manière. Mais il avait raison sur tous les points. Quant à sa situation, mais aussi quant aux informations. Il était vrai que les tenants et aboutissants de l'assassinat de la famille Velhäll-Petersen n'intéressaient plus personne désormais. Il y avait encore cinq ans, elle auraitpu vendre des informations comme celle-ci à prix d'or, mais jamais elle ne l'avait fait. Son esprit avait alors été tourné vers un millier d'autres choses.

« Je vous remercie. »

Changer d'identité ? C'était inutile. Elle n'avait plus aucune preuve de son nom de naissance, il avait disparu de tout papier la concernant. Tout ceci restait secrètement en elle, et comme les dossiers enterrés dont elle avait connaissance, rien n'avait plus d'importance. Étais-ce ironique de la part du Président ? Une flatterie sans fond à laquelle elle venait de répondre, c'était comme un échange parfaitement innocent.

« La Lumière se trouve dans une situation délicate. Je ne sais pas à quel point la Shin-Ra est renseignée sur l'affaire. Il se trouve que notre possession du territoire est très restreinte. La présence de la Lumière se limite au Château Disney ; les faubourgs, sont envahis de sans-cœur. Le service que je demande, c'est l'élimination de ses sans-cœur. »

Dit comme cela, c'était comme si la tâche était aisée. Et pourtant, personne ne pouvait entrer dans ces quartiers sans risquer sa vie. Les sans-coeur en avaient fait un viver de ténèbres. C'était un faux-pas que de continuer à espérer garder la Lumière en état de fonctionner si cette dernière ne pouvait pas avoir un monde sûr. Un endroit où rentrer, des quartiers qui ne risquaient pas, à la nuit tombée, de voir procreer des créatures capables du pire.

Cissneï regardait le Président. Surprise une fois encore de le voir telle une présense immuable. Comme un rocher au bord de l'eau. La société avait en effet traversé des années de disette financière. Elle, elle en était partie, n'avait pas résisté. Mais lui était resté. Elle savait que venir lui proposer cette chose, c'était risquer gros. Elle essayait de voir ceci comme un marché plutôt qu'une demande d'aide.

Comment dire ? Quels mots employer ? Comment faire voir ce marché comme juteux pour la Shin-Ra ? Bien entendu,elle ne cherchait qu'à aider la Lumière. Mais aider quelqu'un sans contrepartie ? Quel avantage y avait-il à cela ? Elle avait travaillé pour la Companie aussi savait-elle qu'agir sans attendre de profit, c'était de la charité. Et la Shin-Ra ne faisait pas preuve de charité en affaires.

« Bien entendu, l'idée est de les éliminer pour de bon. Car ça ne sert à rien de les tuer un par un ; ils reviennent toujours. La contrepartie sera de votre choix. Je ne saurais quantifier la valeur d'une telle tâche aussi je suis prête à négocier un prix à la hauteur des forces mises en œuvre. »

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 345
Age : 21
Localisation : Dans mon bureau
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
221/650  (221/650)
Ven 15 Sep 2017 - 9:37
Je vois...

Ce que me demandait mon ancienne employée était une nouvelle preuve du manque de contrôle de la Lumière sur ses propres mondes. Jamais il ne m'avait été donné d'entendre qu'un de leurs mondes se portait à merveille. Même leur monde principal était devenu proie aux sans-cœurs ces dernières années, un comble quand un groupe ose s'appeler « La Lumière ». Dos à ma locutrice, je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire à cette idée. Leur principale défense avait été détruite il y a plusieurs années, ce qui les laissait vulnérables aux assauts répétés des créatures des ténèbres.

Je me retournais enfin et vins me rasseoir en face de Cissneï.

Ce que vous me demandez n'est pas une mince affaire. Disneyville est connue pour être dans état lamentable. Je pourrais éventuellement vous aider dans la reconquête de la ville, mais sachez que vous devrez vous occuper des travaux de reconstruction seuls.

Car si la ville appartenait aux sans-cœurs depuis tant d'années, il apparaissait évident que des travaux seraient à prévoir. Je n'avais absolument aucune envie de participer à de tels travaux ; trop coûteux en temps et en argent. Une rapide estimation des frais d'une telle opération militaire me fit prendre conscience que la « contrepartie » évoquée plus tôt allait devoir être convaincante.

Une chose m'échappe cependant. N'avez-vous pas confiance en vos effectifs ? Ne comptez-vous pas parmi vos rangs, la Générale Primus, la Maître de la Keyblade et le fameux Roxas ? Il me semble avoir entendu plusieurs de ses « exploits » notamment la destruction partielle du Monde du Jouet. Un monde sous votre juridiction, si je ne m'abuse. Avec de telles personnes à vos côtés, êtes-vous sûre d'avoir besoin de nos services ?

Loin de moi l'idée de lui retirer ce service de la tête. Non, il s'agissait plus de lui faire reconnaître que ses membres avaient leurs limites et que seule la Shinra pouvait aider. Une affaire presque inutile dans le cas présent, mais incroyablement glorifiante.

Restait une seule chose à déterminer avant de savoir si oui ou non la Shinra allait intervenir dans cette histoire de reconquête : la fameuse contrepartie. Qu'avait-elle à m'offrir ? Probablement que ce qu'elle me proposerait ne serait pas suffisant au vu des maigres ressources dont son groupe disposait, mais il était toujours intéressant de voir ce qu'elle estimait suffisant par rapport à la lourde tâche qu'elle s'était imposée et où mon aide était requise. Et pourtant... elle venait d'employer cette formule propre aux indécis : votre prix sera le mien.

Bien... Admettons que j'accède à votre requête. J'ai quelques idées quant à cette petite contrepartie. Premièrement, je souhaiterais avoir un accès libre aux écrits de votre Bibliothèque. Ceux-ci contiennent des renseignements précieux dont ma compagnie pourrait difficilement se priver. Rassurez-vous, vous ne vous retrouverez pas tout les quatre matins avec une nouvelle tête dans vos couloirs. Nous procéderons à une numérisation et vous ne nous aurez plus dans les parages. Deuxièmement... Il va sans dire que votre ville est morte pour le moment. Je projette d'ouvrir un nouveau service dans peu de temps, permettant aux habitants des mondes de bénéficier d’électricité. Je veux donc un contrat d'exclusivité avec la Lumière pour fournir Disneyville en énergie lorsque celle-ci sera libre de tout sans-cœurs. Il pourrait même en être de même pour Londres. L'idée est simplement de faciliter le quotidien des habitants mais puisqu'il s'agit de vos mondes... je me dois de vous demander la permission.

Je pris une courte pause, le temps pour moi de reprendre une gorgée de café qui s'était malheureusement refroidi, et pour elle de comprendre ce que je venais de raconter.

Et dernièrement, je voudrais une copie des travaux de... comment s'appelait-il ? Aidez-moi... N'aviez-vous pas un membre porté sur les sciences, vêtu d'un poncho ? Il partait souvent en mission avec le simili irresponsable... Bref, voici mes prix. Rien de bien onéreux en somme, vous en conviendrez.

Et si ce n'était pas très cher payé, ces quelques petites bricoles allaient nous être diablement utiles...

Oh, par ailleurs, rien à voir avec tout ceci mais laissez-moi vous poser une question. A l'heure actuelle, que pensez-vous des Mercenaires et de leurs agissements ? Ce n'est pas une question piège, vous pouvez répondre franchement.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ange de Réconfort
Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 23
Date d'inscription : 22/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
577/0  (577/0)
Mer 20 Sep 2017 - 1:03
« Vos conditions sont plus que raisonnables. Je pense que nous pourrions en arriver à un accord en l'état. Même si je ne m'attendais pas à voir la Shin-Ra s'atteler au commerce de l'énergie. »

Quoique, après celui des transports, la diversification des activités de la Shin-Ra ne devaient plus surprendre. Toujours était-il que Cissneï restait troublée par la demande de son ancien patron.

Elle tournait et retournait ses conditions dans son esprit. Elle songeait à une probable anguille sous roche, comme il ne serait que peu surprenant. Mais à l'heure actuelle, c'était tout de même plus qu'elle ne l'avait espéré. Un contrat pour de l'énergie ? Tant que la ville était débarrassée de ses sans-cœur, c'était le cadet de ses soucis. A vrai dire ; elle préférait voir des promoteurs de la Compagnie se balader dans les rues que des sans-cœur. Qui ne le préférerait pas ?

Elle regrettait tout de même d'en arriver là ; un regret qui l'attrapait à l'arrière de la gorge. C'était une petite trahison en soi, elle n'avait prévenu personne à part Aqua. Mais que perdait-elle ? Qu'est-ce que la Shin-Ra pouvait trouver de plus dans les documents de la bibliothèque de la Lumière, ou dans les recherches de Nikoleis ? Oh, ils trouveraient leur bonheur, et à ce moment, elle regretterait. C'était avec une plate certitude qu'elle se figurait les grandes lignes de l'avenir. En se représentant, avec sa sale manière habituelle, tout le monde en tant qu'ennemi tenace.

« La raison pour laquelle je viens vous demander ce service n'importe peu. De plus vous pourriez vous rendre compte qu'avec les antécédents que vous venez de nommer, je n'aie pas envie d'envoyer Roxas s'occuper de Disneyville comme il s'est occupé de la Maison d'Andy. » elle soupira ; cette blague n'était drôle pour personne, pas même pour elle. « En réalité, la Lumière se bat sur d'autres fronts. En tant que dirigeant, je suppose que vous comprendrez les sacrifices que cela peut impliquer. »

Elle espérait qu'il comprenne, en réalité.

Sa dernière question la laissa perplexe, aussi garda-t-elle le silence quelques secondes, rassemblant ses pensées. Les Mercenaires ? Ça, c'était de la question étrange. Alors, oui, Cissneï savait bien qu'il y avait eu des démêlés entre la Shin-Ra et ces derniers mais comme cela avait été le cadet notoire de ses soucis, elle avait relégué toute opinion au fond de son crâne. Si opinions il y avait jamais eu. D'où son silence et sa désormais apparente réflexion silencieuse.

Étais-ce réellement une petite question, comme ça, sur le ton de la conversation ? Elle avait un doute, aussi réfléchissait-elle bien avant toute réponse. Le Président avait énoncé ses conditions, et semblait accepter sa requête, ce n'était pas le moment de tenter le diable en lançant une quelconque opinion sur le sujet, non ?

«  En toute honnêteté, je n'en pense que peu ou pas de choses. J'ai eu un différend avec Natsu, mercenaire de son état il y a de cela des années. Mais je crois que ça s'arrête là. Je ne pense pas avoir eu un passé commun assez notable pour formuler une opinion. Cela comprend bien entendu leurs derniers agissements. Pourquoi ça ? »

Sa méfiance avait-elle une raison ? Peut-être, car, comme elle pouvait en juger, le président n'avait pas changé, rien n'avait changé. Même si, peut-être, tout était lié au fait que le goût du café était le même et que, maintenant qu'elle le buvait enfin, elle retrouvait une sorte de plénitude. C'était la Shin-Ra telle qu'elle y avait appartenu, même si tout était différent.

Putain de café.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 345
Age : 21
Localisation : Dans mon bureau
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
221/650  (221/650)
Mer 20 Sep 2017 - 13:19
« La Lumière se bat sur d'autres fronts » ? Est-ce qu'un jour la Lumière s'était seulement battue ? Jusqu'à mes oreilles parvenaient les exploits de la Coalition, du Consulat, même des Mercenaires... Et pourtant, aucun récit ne faisait mention d'une action de la Lumière. Il ne me semblait pas avoir entendu l'Éclaireur parler de la Lumière d'une quelconque façon. Pas plus que la Lumière n'avait été le Sanctum contre la Coalition Noire lors de leur assaut sur le Domaine Enchanté.

En vérité, et ce qu'elle voulait éluder, c'était que la Lumière était pieds et poings liés. De pauvres petits guerriers prônant la lumière et la justice... mais incapables de bouger à l'heure où tout les groupes semblaient agir dans leurs propres intérêts. Non... A moins qu'elle ne sache cacher son jeu, le temps où la Lumière combattait les ténèbres était maintenant révolu. Même leurs propres membres semblaient participer au chaos ambiant. C'était de leur inactivité, de leur incapacité à réagir qu'étaient nées les heures sombres que les mondes vivaient.

Soit, nous les aiderions. Un peu de troupes ne serait pas une perte conséquente si les choses venaient à tourner mal au cœur de cette ville de ténèbres. Et puis... Si elle est inintéressante à mes yeux, le profit qui peut se dégager de cette conquête, lui, l'est.

Cissneï, prouva une fois de plus sa passivité en répondant à ma question.


Je vois. J'aurais pensé que l'organisation nommée « Lumière » aurait eu quelque chose à redire des agissements des mercenaires. J'aurais pensé qu'elle se serait affairée à défendre les indiens du Nouveau Monde contre les armes de ces pirates par exemple. Peut-être devriez-vous songer à renommer votre groupe. Si certains de vos membres semblent brillants, vos idéaux, eux, se sont ternis avec le temps, Générale. Je me souvenais d'une époque où votre groupe œuvrait pour le bien et punissait les injustices, mais peut-être mes souvenirs me font défaut.

Je sortis de mon bureau une feuille vierge ainsi qu'un stylo et le tendis à la dirigeante de la Lumière présumée.

Nous vous aiderons. Je vous laisse faire les bricoles habituelles. « Je soussigné » et toutes ces formalités administratives. Il ne s'agit là que d'une assurance. Naturellement... Si vous en veniez à rompre ce contrat, je pense qu'il n'est pas nécessaire de préciser que vos relations avec la partie lésée en ressortiraient... compliquées.

Une assurance bénigne pour m'assurer de ne pas faire cela pour rien.

En tout cas, sachez que je suis content de vous avoir revue, Cissneï. Je n'oublierai probablement pas votre désertion, mais j'ai bon espoir que nos groupes respectifs pourront entretenir de bonnes relations dans le futur, ne croyez-vous pas ?

Je pris un papier libre et commençai à écrire dessus moi aussi.

Tenez. Des munitions vous seront livrées dans les jours prochains. Si la menace que nous nous apprêtons à combattre est effectivement sans-cœur, demandez à vos mages les plus compétents de rendre ces balles plus efficaces contre les ténèbres. Nous en aurons besoin. Et s'il vous plaît... Considérez mes hommes comme les vôtres sur le champ de bataille.

Je me levai et tendis ma main en direction de la Générale de la Lumière. Une poignée de main sincère, pour sceller ce rendez-vous et surtout, ce pacte.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ange de Réconfort
Féminin
Nombre de messages : 591
Age : 23
Date d'inscription : 22/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
577/0  (577/0)
Mer 20 Sep 2017 - 19:29
« L'organisation, oui. A vrai dire, si je n'ai pas de griefs d'ordre personnel avec les mercenaires, leur participation à cette immonde suite d’événements au Pays Imaginaire les fait paraître comme une bande d’assoiffés. Mais ils ne sont pas les seuls, pourquoi ne blâmer qu'eux ?  C'est une situation qui peut se voir dans presque chaque monde. »

Elle ne mentionnait pas la Coalition, à vrai dire, la situation était bien plus compliquée que ça et elle n'était pas là pour parler de cette dernière. Le Pays Imaginaire avait été une situation problématique en tous points depuis de nombreuses années. Chaque action entreprise par un des membres de la Lumière se retrouvait, dans la semaine ou le mois qui avait suivi, détruite par quelqu'un d'autre. Et ainsi de suite, pendant des mois.

« Je me suis rendue compte il y a bien longtemps que la Lumière était un idéal qui n'était qu'une chimère. La Lumière telle que les gens l'imaginent,du moins. Telle que je l'imaginais. Les idéaux n'ont pas changé, et c'est dans leur intérêt que je suis prête à tout. Mais comme vous l'avez si bien dit, je ne fais plus partie de votre Compagnie et n'ai donc pas de comptes à vous rendre. »

Elle ponctua sa phrase avec un sourire. Etant devant le fait ccompli, elle n'avait plus rien à dire. Dire quelque chose, ce serait s'excuser, ce serait s'expliquer, ce serait quelque chose de trop, de superflu. Et Cissneï n'avait plus envie de s'abaisser à ce genre de choses. Elle était venue pour une chose, et elle était en bonne voie de réussir à l'obtenir. S'arrêter à chaque remarque sur sa manière de diriger la Lumière, ou la Lumière en elle-même, c'était perdre son temps. A vrai dire, peu de gens aujourd'hui remarquaient que si la Lumière avait gardé ses idéaux d'antan, elle aurait depuis longtemps disparu.

Peut-être aurais-ce été une bonne chose ? Détruire tout ce vieux pour laisser place au neuf ? Mais elle connaissait trop les groupes, elle connaissait trop les Hommes. La tâche serait ardue. Peut-être arriverait-elle à quelque compromis entre ses idéaux et la guerre qui se profilait tranquillement à l'horizon comme les nuages obscurcissaient un jour d'été. Constants. Toujours présents, tant et si bien qu'on les oubliait presque.

Elle écouta ses dernières conditions ainsi que ses conseils, ratifiant sans vraiment y réfléchir les termes du contrat et y ajoutant sa signature.

« Je ne vois aucun intérêt à ce que nos deux groupes ne s'entendent pas, en effet. J'oserai dire qu'il est temps de repartir sur de bonnes bases, compte-tenu de notre passé commun. »

Elle lui rendit le papier avant de serrer sa main tendue.

« Je vous remercie. » conclut-elle.

_______________________________
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seul et sage pensée!
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Petite pensée pour le Japon
» reflexion bidon sur le mode de pensée de la société !!!!!
» Tome 9 - Ce que vous en avez pensé ! ♥