Derniers sujets
Échos NocturnesHier à 18:24Huayan SongGarance prend son envolHier à 18:12FiathenLe bleu est une couleur chaudeHier à 15:09Maître AquaJour de fêteHier à 3:04Général PrimusL'Erreur est HumaineJeu 20 Sep 2018 - 23:34NarantuyaaLes JardinsJeu 20 Sep 2018 - 22:51NarantuyaaPour allumer le feuJeu 20 Sep 2018 - 15:03LenoreQuelques ossementsMer 19 Sep 2018 - 23:45DeathLa roue de l'infortuneMer 19 Sep 2018 - 19:47DeathConfidences d'un ApatrideMer 19 Sep 2018 - 19:26NarantuyaaFilatureMer 19 Sep 2018 - 18:34DeathJeu de rôleMer 19 Sep 2018 - 13:29LenoreNuit AnormaleMer 19 Sep 2018 - 10:42Chen StormstoutUne Dernière LettreMar 18 Sep 2018 - 21:40Huayan SongToujours gagnant, jamais perdant !Mar 18 Sep 2018 - 17:27Chen Stormstout
Lumière d'Étro

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
224/500  (224/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 31 Aoû 2017 - 20:19

Le silence régnait dans le compartiment de transport du vaisseau de la Shin’ra. La troupe composée de sept personnes du Sanctum restait assise à leur place, respectueusement, alors que chaque regard fixait la boîte en bois de pin disposé au centre de la pièce. Le nouveau Paladin-en-Chef ainsi que ses commandants, se recueillirent alors que l’escorte de Templier encadrait Pentaghast, le poing sur la garde. Les gardes de la ville avaient beau agir comme garant, ce n’est pas pour autant qu’ils bâcleraient la tâche confiée par le Haut-Prêtre Haegel.

Le corps d’Angeal Hewley reposait à leurs pieds, enfermé dans cette boîte et conduit jusqu’à son dernier lieu de repos. Il ne s’agissait nullement d’une motivation du Sanctum, uniquement de la motivation de ses hommes cherchant à rendre une dernière fois l’honneur à leur chef. Les Paladins y étaient allés de leur poche pour ce voyage, semblable au tribut qu’une âme devait payer au passeur alors qu’ils se rendirent ensemble dans un monde gouverné par les arts.

— Sommes-nous attendus ?
Saton avait brisé le silence, redressant son regard pour fixer celui de Cassandra. Elle-même en proie au même mot qui l’assaillait à chaque fois qu’elle mettait un pied dans un vaisseau. Blafarde un moment, elle se redressait et répondit à son interlocuteur.

— Aucune missive n’a été envoyée, si telle est la question que vous posez.
— Comment allons-nous faire ? Errer dans la ville, espérant croiser la mère d’Angeal que seul Carken connaît, et juste de nom.

Passant le dos de son gantelet sur le front, elle reprit la parole de nouveau, non sans agacement dans la voix.

— Le Consulat possède, tout comme nous, une garde dans la ville. Après avoir quitté le vaisseau en transportant le cercueil, nous iront les retrouver et demanderont audience au Porte-parole.
— N’est-ce pas, irrespectueux ?
— Ils étaient amis, Rhapsodos trouvera le temps de nous recevoir.

Les deux Templiers s’observèrent un instant, avant de participer eux aussi à la conversation.

— Une troupe armée se rendant dans la capitale d’un ennemi, ne craignez-vous pas que vos actions soient mal interprétées. Aucun d’entre-nous ne se retrouve sans son armure complète, nous serons perçus comme une menace.
— Transportant un cercueil ? Il serait idiotie de nous considérer de la sorte.
— Saton. N’oublie pas qu’il s’agit d’artistes, ils peuvent être imprévisibles, à leur manière.

Exaspérée, le Paladin-en-Chef demandait le silence d’une voix forte avant de pointer le cercueil du doigt, pour ensuite reprendre parole plus calmement.

— Angeal était convaincu que Consulat et Sanctum avaient leur place ensemble. Parler ainsi au-dessus de sa dépouille, Garmac, je ne peux le tolérer.
— Pardon…
— Vous attendrez d’être dans le vol de retour pour exprimer vos idées, pour l’heure, nous faisons tout cela pour Ser Hewley et vous êtes prié de ne faire aucune référence aux tensions animant les deux groupes durant la durée de cette escale au Jardin Radieux. Me suis-je bien fait comprendre ?

Les commandants acquiescèrent en silence alors que Cassandra baissait le regard, fixant sous ses genoux un moment. Le voyage se terminait une demi-heure plus tard, laissant le temps aux quatre Paladins de soulever le cercueil et de le poser sur leurs épaules pour ensuite quitter le transporteur. Le Paladin-en-Chef était en tête d’escorte, toujours encadrée par les Templiers, ils se retrouvèrent rapidement en dehors de la station. Sept hommes du Sanctum en armure complète ne passèrent pas inaperçu, rapidement, deux gardes du Consulat s’approchèrent et se mirent en travers de la route des personnes de foi, les interpellant.

— Vous, que faites vous ici et qu’êtes-vous en train de transporter ?
Cassandra s’avançait un pas, faisait face aux gardes et amenant sa main à la ceinture, prenant la pose avant de s’exprimer.

— Faites appel au Porte-parole, l’ordre des Paladins amène la dépouille d’Angeal Hewley afin que celui-ci repose auprès de sa famille. Je vous prie de ne pas perdre de temps en question inutile, ne serait-ce que par respect envers la famille du défunt.


Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1114/500  (1114/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 8 Sep 2017 - 0:12
« Faites-les venir au sommet de l'art. Prenez deux soldats et proposez à ces hommes de l'aide pour porter la tombe. »

Genesis enleva ses lunettes de lecture, se massa les tempes et attendit que le garde partît pour se lever en soupirant. Si vraiment la tombe qu'amenaient ces paladins contenait le corps d'Angeal, alors bien sûr, c'était une bonne nouvelle. Bonne mais pas excellente. Il en était désolé de le penser mais persuadé comme il était de ne jamais recevoir la dépouille de son meilleur ami, il en était arrivé à prévoir d'utiliser le refus du Sanctum devant les médias. Utiliser un mal pour un bien était plus ou moins sa spécialité. Mais son désir d'avoir sur sa terre le corps du héros mort au combat était sincère, principalement pour la famille de ce dernier.

« Un piège. » murmura-t-il légèrement, comme un songe, alors qu'il saisissait son manteau. « Oui... » Car, à n'en pas douter, on pouvait tout craindre du nouveau Primarque crachant sur la main tendue... par exemple, une bombe à la place d'un corps. Genesis ne se méfiait pas des membres du Sanctum, seulement de Fitzgerald. Le fou, comme il l'avait appelé devant Roxanne Ritchi. Encore une manoeuvre marketing, bien sûr, associer un surnom comme cela à un personnage politique pouvait, sur un malentendu, aider le peuple à retenir de ce primarque son premier crime.
Jusque-là... Il allait recevoir ces paladins comme il le fallait.

Il s'assit sur le rebord de son bureau et activa derrière lui le microphone.


« Fabienne... Faites venir Gillian Hewley ici, s'il vous plait. Elle vit dans la ville basse, rue des Arbalétriers, n°2. »

« Ah. Entendu, Genesis. »

Il ferma les yeux et massa ses paupières une dizaine de secondes durant. Depuis la mort d'Angeal, il ne pouvait se dire débordé. Il ne faisait rien... Non seulement cette guerre avec le Sanctum le préoccupait, mais aussi pensait-il chaque instant à son enfance, son ami, la forteresse oubliée quand ses frères et lui grandissaient. Genesis devait donc reléguer pour que le Consulat reste à flots. À part de la politique, qui était à ses yeux le travail le plus fainéant qui existât, il n'avait pas le courage de travailler. Ce que le Consulat devait comprendre, du moins espérait-il. Nul n'ignorait sa relation avec Angeal et le Sanctum...

Quelqu'un toqua à sa porte. « Les paladins sont dans la cour, monseigneur. »

Le consul hocha la tête, enfila son manteau et quitta son bureau. Il retrouva un groupe de soldats assez vite, devant les portes du dôme, transportant un cercueil, comme on lui avait décrit. Il ne l'avait pas fait vérifier, bien sûr... et il était seul avec trois gardes du Jardin radieux devant sept soldats objectivement mieux entraînés que les soldats de la cité, donc... bombe ou pas, le Sanctum avait là une très belle occasion. Mais bien qu'il y pensât, il ne s'en souciait pas.
À l'aube de sa mort, quelques soldats ne l'impressionnaient pas vraiment.

Il s'approcha de la tombe et s'immobilisa devant la personne menant ce groupe.


« Je... Genesis. »

Il enleva son gant de la main droite et la tendit vers la femme au visage scarifié. Elle n'était pas vraiment belle mais son armure l'était assez. Genesis attendit que son vis-à-vis lui serre la main pour serrer de la même façon celle des compagnons qui étaient à ses côtés.

« Merci, ça représente beaucoup pour moi et pour la mère de votre Primarque. Elle arrive, par ailleurs. Il sera enterré selon vos rites, mais dans un cimetière n'étant pas rattaché à un temple du Sanctum, celui où est enterré son père. Remerciez monsieur Fitzgerald pour moi. »

Il fit une pause, attendit une réaction des soldats mais reprit la parole aussitôt, voulant exprimer cette idée qui agitait son cerveau.

« Vous savez, Angeal avait renoncé au territoire d'Atlantica parce qu'il avait compris que la conquête religieuse de son groupe n'était précisément pas territoriale mais... personnelle. Alors, considérez que dans un monde profondément marqué par le Sanctum, il est ici avec sa famille mais aussi avec de nombreuses personnes croyantes qui viendront lui présenter leur gratitude. »
Lumière d'Étro

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
224/500  (224/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 9 Sep 2017 - 1:25

L’ancienne garde ne put s’empêcher de hausser un sourcil à la mention du nom de Fitzgerald, ignorant toujours comment le Primarque avait pu hériter de ce sobriquet suite à l’annonce de l’Éclaireur.

— Sauf votre respect, le plus important à mes yeux est que sa famille et ses amis puissent se recueillir sur sa tombe. Il a donné sa vie pour le Sanctum, j’ose espérer que la mort le libérerait du fardeau qui l’accablait aux derniers jours de sa vie. Tout homme, aux yeux de la Déesse, mérite de reposer en paix une fois sa tâche accomplie.
Elle avait de l’estime pour cet homme, que ce soit pour les décisions qu’il eut à prendre de son vivant ou encore par son sacrifice afin de repousser la Coalition Noire. Néanmoins, elle était persuadée qu’il méritait la place auprès de son père et il ne fallait pas qu’il devienne source de querelle entre sa patrie et ses idéaux. La place d’Angeal Hewley n’était plus sur l’échiquier de la politique, elle l’avait suffisamment dit pour que l’idée ne lui soit pas ôtée de la tête.

Elle ne put s’empêcher de dévisager le Porte-parole. L’expression d’un homme ayant vécu trop de malheur en peu de temps, il semblait presque prêt à se briser à la moindre chute. Le teint pâle, la chevelure terne et parole semblable à un râle.

— Cassandra Pentaghast, successeur au rôle de Paladin-en-Chef.
L’espace d’un instant, elle regretta d’avoir énuméré son nouveau titre. Ser Hewley venait seulement de mourir et quelqu’un d’autre avait déjà été nommé pour diriger l’ordre qu’il avait lui-même commander durant des années.

Elle balaya bien rapidement ce manque de respect en fouillant dans la sacoche accrochée à sa ceinture, sortant deux statuettes en argile ainsi qu’un masque de jonc. Elle fixait ceux-ci un instant, les trois objets posés dans le creux de ses mains jointes, pour ensuite offrir ceux-ci au consul. Garnac, Ardon, Saton et Carken possédaient eux aussi des biens appartenant à leur ancien chef, objet qu’ils désiraient offre à Angeal Hewley dans sa dernière demeure.

— Nous nous sommes déjà occupé des objets qui l’accompagneront vers la Lumière d’Étro. Vous l’ignorez sans doute, mais la statuette à l’effigie de notre divinité est bien plus qu’un bout de terre cuite, il s’agit d’une part de lui-même et nous espérons que vous conserverez celle-ci auprès de lui.
Malgré la piètre qualité du travail en comparaison avec les artisans peuplant les Cités Dorées, pensait-elle et conservant cette idée bien ancrée au fond de son coeur. Elle attendit patiemment que Genesis prennent les objets de sacrements avant d’inviter les Paladins à déposer le cercueil au sol, devant cet imposant dôme composé de neuf tours.

Fixant de nouveau le Porte-parole, elle prit une courte inspiration avant de reprendre.

— Nous aimerions, tous, assister à la mise en terre. Cependant, il serait peut-être mal venu qu’une troupe du Sanctum erre dans les rues de votre capital. J’ose croire, par ailleurs que celui-ci ne sera pas médiatisé plus que de raison, par respect pour le défunt.
Il s’agissait là d’un demi-mensonge. S’il advenait qu’elle se retrouve à parler au nom du Sanctum en face des caméras, elle en serait probablement fort incapable.


Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1114/500  (1114/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 7 Oct 2017 - 16:09
Genesis ne put réprimer un léger sourire en entendant la doléance de la guerrière devant lui. Alors qu'il regardait les statuettes et le masque, il se surprit à penser, naturellement, qu'une médiatisation n'avait rien d'irrespectueuse envers un défunt. Quel mal y avait-il à permettre au plus grand nombre d'assister de loin à la mise en terre d'un homme tel qu'Angeal ? Il était un ange, un héros. Il aurait mérité des funérailles splendides... Toutefois, bien sûr, Genesis ne désirait aucunement faire de cet enterrement un événement important. Il voulait quelque chose de simple et imaginait de la part de la mère de son ami la même réaction.
À vrai dire, il était on ne peut plus d'accord avec son interlocutrice sur un point très précis. Angeal avait offert le reste de sa vie au Sanctum, à ses nouveaux amis, à cette postiche de famille... Sa mort n'appartenait qu'à ceux qui l'avaient vu vivre vraiment, qui avaient vu sa jeunesse, qui connaissaient ses secrets, ses pensées et ses rêves. Loin de l'officiel, de l'institution religieuse ou même de l'art. Pour tous les autres, il y aurait une statue au centre d'une place.


« Non. »

Genesis leva le regard vers la jeune femme et lui fit un sourire poli avant de regarder ses compagnons.

« Ce n'est pas mal venu. Le Sanctum et le Consulat sont alliés, mlle Pentaghast. Vous serez toujours les bienvenus dans les cités dorées. »

Peut-être était-il difficile de convaincre les pontes de l'armée des paladins d'une telle chose. Genesis n'essaierait d'ailleurs pas davantage. Il avait bel et bien manqué de respect à l'univers entier toute sa vie, il avait provoqué les plus grands et les plus forts mais... voilà une promesse qu'il avait faite il y a longtemps et que jamais il ne pourrait rompre. L'alliance entre le Sanctum et le Consulat avait représenté tellement pour eux deux. Et revint d'ailleurs à Genesis, à ce moment précis, le souvenir de cette lettre qu'il avait envoyé à son ami... parlant de nombreuses choses, mais principalement de l'alliance qui unissait leur deux groupes ainsi que de la guerre à venir. Le Tragédien avait supplié Angeal de toujours lui faire confiance, de ne jamais s'opposer au Consulat quoiqu'il puisse faire.
Et son successeur n'avait pas respecté cela. Il se méfiait, mais de qui ? Le consulat n'a jamais commis la moindre faute envers le Sanctum. À y repenser, Genesis sentait de nouveau la colère monter en lui. Il se croyait homme à tout défier, mais en voilà un, Fitzgerald, qui s'attaquait à des choses qu'il ne pouvait vaincre.

Si. Il y avait bel et bien une guerre, mais elle était entre lui et cette crapule.


« Félicitations, mlle Pentaghast pour votre ascension. Je n'imagine pas la charge de travail sur vos épaules, et vous voilà pour l'enterrement d'Angeal, malgré tout. »

Genesis mit les deux figurines dans la poche intérieure de sa veste et garda le masque entre ses doigts, en se retournant, sentant une présence qu'il connaissait, lumineuse. Escortée par quelques gardes, une femme d'une soixantaine d'années marchait vers eux dans les jardins du Sommet de l'art. Lorsqu'elle fut à leur niveau, le consul put reconnaître vraiment les traits de son visage fatigué. Gillian Hewley, la mère d'Angeal, était une femme petite, douce et digne. Ses cheveux gris et ses rides n'enlevaient rien à sa beauté. Genesis la serra dans ses bras aussitôt.

« Cela faisait longtemps, Gillian. »

« Genesis. »

Le consul sentit les bras de cette douce femme le serrer affectueusement. Elle resta contre lui quelques secondes et s'écarta avant de le regarder dans les yeux tristement.

« Désolé pour ta perte. Je suis avec toi. »

Elle hocha la tête en souriant faiblement. Genesis se retourna vers le cercueil, alors que Gillian s'en approchait. C'était, pour le consul, une femme qu'il aimait tendrement pour de nombreuses raisons... et notamment pour avoir toujours été incroyablement bonne avec son fils, malgré ses différences. Rejetté par ses parents à cause de son aile, le tragédien avait su trouver chez elle un réconfort.

« Je te présente Cassandra Pentaghast. » prononça-t-il alors que la vieille femme s'éloignait légèrement de la sépulture.  « C'est elle qui succède à Angeal dans son poste de Paladin-en-chef. Et c'est elle qui, avec ses compagnons, nous a amené son corps. »
Lumière d'Étro

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
224/500  (224/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 12 Oct 2017 - 19:11

Cassandra fixait la mère d’Angeal, se permettant un mince sourire sur son visage alors qu’elle hochait simplement la tête pour la saluer. Les quatre commandants firent de même, accentuant leurs salutations par un mot ou un signe de réconfort. Quant à elle, Gillian, croisant ses mains pour faire une simple référence avant de prendre la parole.

— Merci d’avoir ramené la dépouille d’un fils à sa mère, mademoiselle Pentaghast. Du fond du coeur.
Elle détournait son regard un moment, fixant le couvercle de la bière et retroussait légèrement ses lèvres. Sans détourner son visage, elle posait une seule et unique question.

— Comment est-il mort ?
Le Paladin-en-Chef baissait légèrement les épaules, ainsi que son regard jusqu’à fixer les pieds de cette femme. Dire qu’elle n’avait pas anticipé la question aurait été un mensonge. L’attention des membres du Sanctum était pour les vivants, non pour les morts et personne n’avait désiré partager cette histoire avec l’Éclaireur. Les rares Paladins ou Templiers présent à cet instant avaient, eux aussi, été avares en détail. Ce contentant de saluer la mémoire de leur guide plutôt que d’accabler son trépas.

— Il… Angeal est tombé dans les rues de la Citadelle, aux côtés de ses hommes qu’il défendait au péril de sa vie. Il est intervenu malgré les séquelles d’un affrontement, refusant d’abdiquer devant la Coalition Noire, il a rendu son dernier souffle afin que le Sanctum puisse vivre.
— Angeal n’était jamais aussi vivant qu’à cet instant…

Carken, le vétéran de l’ordre, avait repris à la suite des paroles de Cassandra. S’avançant d’un pas.

— Il a quitté le château, traversant la ville à en perdre haleine pour se dresser devant Death. rien que par sa présence, même s’il était chancelant, galvanisait ses hommes. Priant Étro, prenant sur lui, il est resté stoïque jusqu’à ce que…
— Ne vous arrêtez pas.
— Jusqu’à ce que la mort elle-même vienne le faucher, s’enfuyant après cela, criant à qui voulait l’entendre qu’il avait accompli ce que nous pensions tous impossible.

Il était inutile de continuer l’histoire, personne n’ignorait la suite. Cassandra relevait la tête, les yeux de Gillian brillaient sous l’émotion. D’un geste méthodique, elle passait le dos de sa main sur ses joues avant de prendre une grande respiration.

— Avez-vous aussi ramené l’épée de mon défunt mari et de mon fils ?
Cette fois-ci, se fut à Cassandra qui se pinçait les lèvres. Elle n’ignorait pas les doléances de Genesis Rhapsodos, tout homme présent à la suite de l’attaque les connaissait. Toutefois, elle n’avait pas eu son mot à l’histoire concernant l’héritage de Hewley. Soutenant le regard de la mère du défunt, elle ne perdit pas plus de temps à répondre.

— Malencontreusement, l’ordre des Paladins ne s’est pas vu remettre l’héritage de votre famille. Il m’a été impossible de ramener celui-ci avec nous, elle est encore au Domaine Enchanté, sous la garde du Primarque. Vous m’en voyez désolé.
Elle avait réussi à trouver un moyen, une possibilité de ramener le corps d’Angeal Hewley pour qu’il soit inhumé aux côtés de son père. Cependant, elle n’aurait jamais pu rentrer dans le vaisseau avec l’arme de l’ancien Primarque. Il y avait des limites à ce qu’elle pouvait accomplir.


Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1114/500  (1114/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 26 Jan 2018 - 23:44
« Cette épée était une fierté pour lui… » Genesis s’approcha de Gillian, qui regardait toujours fixement la commandante des paladins, et posa une main sur son épaule. « Il aurait détesté l’idée de la savoir en de mauvaises mains… » Il regarda la jeune femme qui semblait affronter cette rencontre comme une épreuve. Oui, les souvenirs de cette nuit n’étaient agréables pour personne.
Pour Genesis, ces bribes du passé étaient comme peintes en carmin dans sa mémoire. Il n’y avait que ça, que le malheur d’être seul, dorénavant. Mais doucement, les choses se définissaient devant lui. La jeune femme semblait avoir pris certaines libertés, et… à vrai dire, Genesis pensait sincèrement que si l’ordre de ramener la dépouille d’Angeal avait été donné par Fitzgerald, Cassandra Pentaghast n’aurait certainement pas manqué de le préciser. Mais ce n’était que spéculation… Officiellement, rien ne tacherait la gratitude qu’il ressentait pour le Sanctum, que ce soit… sous la figure de Fitzgerald ou d’une autre.
« toutefois, c’était un homme de foi. Il aurait espéré qu’elle revienne à quelqu’un qui en fera quelque chose de… d’intéressant. »

Intéressant… comme de ne pas combattre des artistes qui ne voulaient que les aider, des artistes qui les avaient traités comme des frères. Le tragédien fit une légère grimace de douleur et détourna ses yeux du paladin-en-chef. Ils voulaient tant faire ensemble et… apparaissait aujourd’hui cette femme qui considérait le Consulat comme une menace, sans doute. Non… elle n’était pas venue sereine. Une alliée, comme elle devait l’être une semaine auparavant, agirait différemment.

Un léger sourire apparut finalement sur le visage de la Corneille. Et ce n’était que par respect pour Gillian et pour les invités qu’il se retint de prononcer l’ironie qui venait de l’effleurer. Combien de consuls mourraient sous le fil de l’épée d’Angeal ?


« Je vais… faire en sorte que le corps de… » Genesis marqua une légère pause pour avaler sa salive douloureusement. « Nous l’enterrerons demain matin. La cérémonie et la mise en terre seront organisés d’ici là et… je ne doute pas que de nombreux croyants viendront. Vous êtes mes invités, mangez et dormez où il vous plaira. Gillian, je vais vous raccompagner. »

Le Tragédien hocha la tête et tourna le dos à la petite compagnie avant de donner quelques ordres aux gardes qui saisirent le cercueil.



Le lendemain, il y eut des chants, de nombreuses prières, des danses. Autant de choses que Genesis ne pouvait partager avec personne. La joie de savoir son frère béni était pour les autres. Lui avait droit non pas au doute, mais à l’angoisse. Oui, il croyait qu’Angeal avait droit au paradis, quel qu’il soit. C’était sa seule foi, seule confession. Malheureusement, aucun dieu ne l’accueillerait pour ce petit effort.
L’angoisse de ne jamais le retrouver sur cette plaque de tôle sur laquelle il lui avait promis de le rejoindre.
Donne ta vie et on pardonne ta mort, avait dit un jour un chanteur. Si seulement, oui.

Et ils se retrouvèrent tous devant une tombe vide, devant le cercueil d’Angeal prêt à retourner en terre.

Genesis ignorait la confession de Gillian mais parmi les dizaines de personnes présentes ce matin, il n’y avait qu’elle qui devait ressentir un sentiment comparable au sien. Aucune foi ne peut être assez puissante pour occulter la perte. Qu’importait l’au-delà, pour Genesis, car à ce moment, c’était lui qui souffrait et qui était seul.

Il ne pleurait pas, non. Il souhaitait. Les yeux rivés sur Angeal, son ami. Le sien. Il souhaitait le retrouver, il souhaitait voir son sourire. Genesis soupira d’agacement. Arraché, voilà comment il aurait qualifié le sourire de son plus vieil ami. Un sourire qu’on méritait à peine mais qu’il daignait offrir parce qu’il avait pitié. Cette parfaite suffisance qui ornait ses traits importants était le magistral symbole d’ô combien il était insupportable.
Astral, le Consulat, le Sanctum… a bien y repenser, était-ce de bonnes raisons de se séparer ? Avec un léger sourire, Genesis songea au contraire à leur union… Les trois monstres pour régner sur le monde, pour le détruire ou pour le sauver, ô… finalement, Genesis se serait accommodé aux trois, avec un peu d’efforts.
Lumière d'Étro

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
224/500  (224/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 30 Jan 2018 - 15:41

Ce n’était pas son premier enterrement, ce ne serait probablement pas son dernier. Cassandra était resté en arrière, observant les personnes réunies pour ce triste jour, elle était une inconnue à cette cérémonie. Entre amis proches, famille et frère de sang… Que valait-elle.

Était-elle capable de dire qu’ils étaient proches ? Plutôt, aurait-elle le culot de le mentionner. S’ils devaient partager quelques choses, ce serait un titre ainsi que le sens des valeurs. Encore, là-dessus, elle serait incapable de l’affirmer. Quelles sont les réelles raisons l’ayant poussée à défier l’autorité du Primarque nouvellement découvert pour se rendre ici, dans ce cimetière en compagnie de personnes dont-elle ignorait tout ? Parfois, elle pouvait être stupide et aveugle. Les évènements de la nuit de Swain en étaient une preuve, elle aurait dû réfléchir avant d’agir.

Pourtant, en sa qualité de chef, elle n’avait pas à agir contre ce qu’elle croyait. Elle n’aimait pas cette idée, pourtant, ce sont bien les actes qui nous définissaient et sa nouvelle lubie ne faisait que de le démontrer une fois de plus. Le retour au domaine serait bien compliqué, elle l’appréhendait déjà.

Étro, toi qui sais, toi qui vois…
Elle relevait la tête, quittant ses pensées pour s’approcher de l’attroupement. Le prêtre, un homme vivant en terre consul, débutait la mise en terre. Le cercueil était toujours ouvert, l’homme de confession d’Étro venait d’inviter la mère du défunt à poser le masque sur son visage. Cassandra aimait les chants, entendre les louanges à sa Déesse et les récits des héros tombés. Plus particulièrement, elle avait envie de croire qu’Angeal Hewley reposait maintenant dans ce haut-lieu, dans lequel il n’aurait plus à être soucieux et qu’il serait accompagné de sa propre foi jusqu’à leur prochaine rencontre.

Insolente enfant d’Étro, assez sotte pour croire qu’elle avait sa place au côté d’un homme aussi droit que pouvait l’être l’ancien Paladin-en-Chef.

Veille, Etro, de ton regard protecteur, sur le chemin d’or qui les mènera de leur dernier sommeil au repos. Salue-les, pardonne-leur les plus malheureux de leurs actes, et défend-les de se perdre sur le chemin de l’âme.
Un bouquet de fleurs bleues, cadeau du Consulat, reposait sur le torse du mort. Effrayant ainsi Schémazaï, portant loin le regard de sa perversion sur le corps immaculé.

Il y avait aussi les présents des vivants. Celui des Paladins et des autres, elle ne s’attardait pas dessus, il n’y avait que la lettre qu’elle avait elle-même léguée. Probablement la seule qu’elle n’avait jamais écrite à cet homme. Un aveu de faiblesse, une preuve de sa culpabilité, une attestation de ce qu’elle était au plus profond d’elle… Il méritait de garder cela auprès de lui.

De chacun tu te souviens, et jamais tu n’oublies.
Les dernières paroles du prêtre furent entendues comme un écho, répété par les hommes de foi et par Cassandra elle-même. Le nom de l’ancien Primarque ne serait jamais oublié.

Le couvercle de la bière recouvrait finalement le corps du défunt, cachant à jamais Angeal Hewley à la vue de tous. Les quatre Paladins quittèrent alors l’attroupement, s’avançant et soulevant le cercueil afin de le poser au fond de la tombe. Le Paladin-en-Chef observait la scène, n’osant regarder le visage des autres. Elle était une étrangère, pourtant, elle avait partagé ce moment avec d’autres. Cependant, elle n’attendait pas qu’un verre lui soit adressé pour retourner chez elle.

Elle laissait passer le temps, inutile de bousculer l’un ou l’autre. Finalement, elle allait retrouver le Port-Parole quand l’heure était venu pour lui parler avant son départ.

Monsieur Rhapsodos. Merci pour ce que vous avez fait pour votre ami, ainsi que pour nous avons permis d’être là en ce jour. Nous allons devoir y aller, j’espère ne pas avoir à vous recroiser sur un champ de bataille… Cette guerre est une honte pour sa mémoire…
Cassandra soupirait un instant, presque honteuse d’avouer cela.

Cependant, j’agirais selon ma conscience et envers mon devoir. Dans l’espoir qu’Étro nous épargne de tout cela.


Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1114/500  (1114/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 31 Jan 2018 - 6:00
Pour première réponse, il lui tendit la main avec un sourire, cette fois, sans enlever son gant. Et lorsqu’elle saisit celle-ci, le tragédien effaça son sourire. Ils étaient non loin de la sépulture de son ami, aussi… y avait-il une plus courte voie pour que des dieux les entendent ?

« L’humanité, mlle Pentaghast. C’est l’humanité et seulement elle qui vous épargnera de cette guerre. »

Genesis ne lâcha pas sa main, non. Au contraire. Il la serra pour qu’elle ne se dégageât pas, sans vouloir la blesser ou la brusquer. Quelques jours. Quelques jours depuis l’ascension au trône de ce Fitzgerald… et quelques jours de pure folie du Sanctum. Et ces quelques jours étaient de trop. Ils suffiraient à causer leur perte. Alors quelques secondes à se faire violence, c’est tout ce qu’il espérait. Cette jeune femme représentait la maigre lueur d’espoir qu’il avait encore concernant le Sanctum… Il ne la laisserait pas quitter son pays sans avoir tenté de la raisonner.

« Je ne suis pas un homme bon, mademoiselle, c’est vrai. Je n’aurai pas un si bel enterrement, quand ma mort viendra. Mais mon peuple ? Les consuls ? »

Son visage se déforma dans une grimace de douleur et de dégoût. Il venait d’enterrer son plus grand ami qu’il considérait comme un frère et devait maintenant… tourner la page ? Se préparer à la guerre ? Fitzgerald l’avait insulté plus que n’importe lequel de ses ennemis ou détracteurs. Jamais, il n’aurait trahi le Sanctum. Et cela, il se le répétait chaque jour, chaque minute depuis la déclaration de guerre… car ce primarque avait sali la seule chose qu’il restait de l’amitié entre Angeal et lui.

« Vous ne me croiserez pas sur un champ de bataille, mademoiselle. » Du coin de l’oeil, il aperçut les quelques pontes paladins s’agiter, amener leur main à leur épée… mais que pouvait-il craindre ? Mourir ? L’affaire était déjà prévue. « Si vous ou un de vos hommes croisez un consul, il n’y aura pas de bataille. Les miens vous laisseront les abattre comme s’ils n’étaient que des porcs… Vous exécuterez des enfants dans les rues, des hommes devant l’âtre, des femmes dans leur lit. Car il n’y a pas de bataille. Le Consulat ne se défendra pas contre les assauts du Sanctum. Je l’ai déjà dit, je le redis. »

Il lâcha la main de la commandante mais sans en avoir fini pour autant. Il parlait avec sincérité mais avec encore plus de rage.

« Votre devoir, mademoiselle… » Il leva une main et la glissa dans ses cheveux par nervosité. « Si c’est la volonté d’Etro que d’abattre des consuls… » Genesis cracha à terre avec dégoût. Voilà ce qu’il faisait d’une telle déesse. Oh… il n’avait pas toujours été un homme de peu de foi. Autrefois, il avait aimé une déesse. Et n’était-il pas le fils d’une Muse ? Mais il ne croyait plus, n’espérait plus de soutien ou une rédemption. Et en voyant le Sanctum, il en éprouvait une certaine fierté. S’il avait eu une bonne étoile faite de bonté et de lumière, il aimait croire qu’il aurait été lui-même un homme bon. Le Sanctum avait cette bonne étoile mais… où cela les menait-il ?

« Etro ne vous épargnera pas, mademoiselle. Elle vous a envoyé un fou. »

Il hocha la tête péniblement et fit volte-face avant de s’en aller, sentant une plus grande rage gagner son coeur…
À ses yeux existait un grand malheur. Non seulement il allait mourir mais il ne connaîtrait jamais le plaisir de tuer Fitzgerald de ses mains.
Il aurait certes pu quitter la paladin-en-chef d’une manière plus noble, plus cordiale. Mais Genesis, en ce jour, s’accordait le droit d’être lui-même. Son meilleur ami était mort. Sa mémoire était souillée… Ses dessins… ? Réduits en cendres.
Lumière d'Étro

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
224/500  (224/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 1 Fév 2018 - 15:36

Le Paladin l’observait s’écarter, quitter le cimetière sans rien dire, la main toujours tendue alors que ses paroles résonnaient en elle. C’est alors la voix de ses commandants qui lui permettait de sortir de sa léthargie, ramenant brièvement sa poigne à elle afin de la masser.

Pentaghast ? Ça va, un problème…?
Ce n’est rien…

Son visage se déportait lentement pour fixer la tombe, le fossoyeur remuait déjà la terre et déposait celle-ci sur le cercueil. C’en était de trop, trop pour elle. Deux de ses hommes d’escorte étaient toujours prêts à dégainer leur épée, elle fronçait les sourcils un instant avant d’attraper le poignet de Garnac avec force pour le dégager.

Je vous interdis formellement de sortir vos armes sur les terres du Consulat ! On s’en va… Maintenant…
Ils se fixèrent un instant, abasourdi. Ils n’avaient pas eu connaissance des paroles du Porte-parole, c’était mieux ainsi. Le vétéran prenait alors parole pour le groupe, se tenant derrière son supérieur.

À vos ordres. Les gars, nous y allons.
Déjà ?! La cérémonie vient n’est pas terminée et…
Maintenant !

Forçant le pas, elle quittait ce cimetière morose, plus rien de l’attendait ici. Plus rien ne l’attendait dans cette ville ou sur d’autres mondes consul. Elle tournait brièvement la tête, observant ses commandants du coin de l’oeil, une crainte grossissait dans son estomac. Elle devait partir, rejoindre un vaisseau et s’enfuir d’un tel charnier. Au rythme de ses pas, son armure lui semblait de plus en plus lourde, oppressante à la vue des habitants du Jardin Radieux. Hommes, femmes et enfants vivaient sans crainte par-delà l’immense dôme de pierre du Sommet des Arts.

Ce n’était pas ce qu’elle désirait, ce qu’elle voulait inspirer. Elle n’était pas un boucher ou un monstre sanguinaire, cette marque était réservée à la Coalition Noire et non au Sanctum. Étro n’était que justice, loyauté, amour…

Elle fermait les yeux, amenant sa main au front afin d’effacer cette idée de la tête. Non, ça ne pouvait pas être cela. La Déesse ne pouvait avoir envoyé un homme motivé par d’aussi sombres intentions, March n’était pas comme cela, il devait être bon pour avoir été reconnu par les Hauts-Prêtres de l’église. Il était le Primarque, sa venue a été annoncée et attendue depuis tellement d’année.

L’idée d’être définie par ses actes la rebutait. Pourtant, c’était une vérité et elle était définie par ceux-ci. Maintenant qu’elle avait cette idée ancrée en tête, elle se posait la question de savoir ce que pouvait représenter March.

Débarquant dans une ville dont-il ignorait tout avec le cadavre d’une enfant sur les bras, dans l’unique but de donner une leçon de morale à qui voudrait l’entendre. Refusant pertinemment de s’afficher, préférant tirer les ficelles dans l’ombre. Exigeant à Cassandra de quitter son monde en pleine reconstruction, dans l’unique but de préparer la colonisation d’un autre. Finalement, il y avait un dernier choix qu’elle-même n’avait pas discuté. Être nommé Paladin-en-Chef après tout ce qu’elle avait pu faire, jouant sur sa culpabilité pour qu’elle accepte de diriger les armées du Sanctum. Jurant qu’elle devait faire ça afin de se racheter une conscience, qu’elle était profondément bonne et idiote.

Ainsi tel était la réponse qu’elle ne voulait pas entendre, elle avait été aveuglé par sa foi. Elle avait été gonflée d’orgueil à l’idée de succéder à Ser Hewley, voulant croire le Primarque. Sauf qu’il devait avoir d’autres objectifs pour elle, de plus sombres desseins. Elle avait été l’élément déclencheur de l’un des plus grands massacres orchestrés par le Sanctum, il espérait surement à ce qu’elle recommence en plein Consulat.

Elle en avait la nausée, rendue malade par cette idée. Tournant la tête, elle observait l’une des nombreuses fontaines de la ville en imaginait déjà les eaux remplacées par le sang qui allaient couler. D’un geste bref, elle arrachait les sangles de son bouclier, le laissant tomber derrière elle.

Pentaghast, qu’est-ce que vous faites ?!
Rien.
Elle est juste folle…

Le Paladin se moquait de la réflexion, attrapant la ceinture sur laquelle reposait son fourreau avant de l’arracher et faire tomber son épée au sol avec fracas. Elle voulait-être un symbole, appeler la lumière de la Déesse et protéger l’innocent. Dorénavant, elle avait compris et elle ne comptait pas être abusée une seconde fois. Elle était Cassandra Pentaghast, enfant d’Étro et refusait de croire que ce Primarque était la personne qu’elle avait attendue depuis tout ce temps. Elle ne précipiterait pas de massacre inutile contre un ennemi qui ne l’est pas un, la Déesse ne pouvait avoir guidé ses croyants à un tel dénouement, un tel massacre.

Aujourd’hui, plus qu’à son habitude, elle allait laisser sa conscience dicter ses actes afin qu’elle puisse accomplir son devoir. Voilà ton ce dont elle désirait, elle ne craignait plus le jugement d’Étro.


Clef Noire

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
45/0  (45/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 5 Avr 2018 - 18:29
Alors... forcément, on parle d'Angeal et du grand homme que c'était, je ne peux qu'être super content de ce rp ^^ C'est un peu comme regarder son propre enterrement et... putain c'est cool.

Déjà, ce que j'aime, c'est que tout à chacun y met du coeur. Vous quand vous écrivez bien sûr... mais surtout Cass', Genesis, les paladins, Gillian et le reste, touts les persos mettent du coeur à cet enterrement. Toute cette volonté de respect et de paix, d'un côté comme de l'autre, cette peine parfaitement partagé... ce rp est lourd en émotion ^^ Et ce n'est pas qu'Angeal qui meurt, c'est tout ce qu'il construisait qui meurt avec lui... dont l'alliance entre Consulat et Sanctum. Bref, c'est pleins de regrets, de peines, de rages et de doutes, y a de l'introspection... du folklore sur la religion du Sanctum (toujours appréciable !) et... ok, autant je jouais mal Auron... autant Angeal, je le maitrisais (vite fait un peu trop bourrin dès fois mais osef).

Le fait est que... Angeal (et moi avec) aurait adoré cet enterrement. C'est aussi solennel que sobre, tout en respect et modestie. Solennel serait le mot que je retiendrais. Y a toute une lourdeur à l'évènement en fait... on ne pleure pas juste un proche, les deux groupes sont officiellement en guerre ^^ Toute la conversation à mot pesé (enfin, presque toute) et c'est passionnant de suivre les états d'âmes de chacun, leurs réflexions. Truc intérèssant... j'ai appris avec ce rp que la mère d'Angeal s'appelait Gillian ^^"

Le côté religieux, cérémonieux, diplomatique et même parfois intime qui se mélange... ca fait une espèce d'ambiance du tonnerre. Après, je l'ai lu deux fois et... j'ai eu deux lectures comme pour un manga. La première fois, j'ai lu post par post comme on peut suivre le scan d'un chapitre et la deuxième d'une traite comme si j'avais le tome en main. Après, pour avoir l'impression de regarder l'anime en lisant... et je vous le dis sérieusement... ce sont les descriptions plutôt sommaires. Les points importants sont décris, surtout les personnages et au final... si on considère la dépouille d'Angeal (avec cercueil fleur masque et tout le bordel)... bah n'ont été décrit quasiment que des personnages.
Et d'accords... on a une tripotée de gestes, expressions et autres... mais clairement, rien n'est décrit pour rien et ça se sent.

Ce n'est pas forcément un mal mais pour que je vous dise qu'en lisant j'ai eu l'impression d'avoir la version animée... il aurait fallu me décrire tout le décor... on au Jardin Radieux quand même, dans le quartier résidentiel sous le dôme du sommet des arts ! Je veux bien croire que Cassandra soit une dur et qu'elle est autre chose à penser mais... non, justement. Cassandra a tout à fait conscience que venir au Jardin Radieux, ce n'est plus pareil et que la prochaine fois qu'elle y retourne, ça sera peut-être pour se battre. Et le Q.G d'un groupe, quelqu'un soit, c'est toujours un minimum impressionnant. Pareil Genesis, c'est ta ville, fait nous rêver !

En soit, j'ai cherché un défaut, un manque... et je l'ai trouvé donc ^^ Malgré ça, rien ne m'empêche de préférer la version papier, elle me suffit parce que... ouais, je m'en fous un peu du décor en l'occurrence. Je m'intérèsse bien plus aux persos, à ce qu'ils ressentent et ce qu'il adviendra des deux groupes... raison pour laquelle j'aime particulièrement les deux derniers posts. Parce que voilà, ce rp a des conséquances ^^ Ou plutôt, il officialise la mort d'Angeal et l'ascension de Matt à la tête du Sanctum... ca n'a rien d'anodin, ce rp non plus d'ailleurs. Ce genre de rp ne peut que marcher parce qu'il a des bases solides et que vous ne le merdez pas. D'ailleurs, c'est décidément le point fort de ce rp : votre capacité à exploiter le contexte et l'historique inrp ^^

Et... niveau perso, c'est facile d'avoir de la sympathie. Entre Cassandra qui prévient de suite que le Sanctum vient pour ramener la dépouille, uniquement ça et Genesis qui est aussi reconnaissant que pacifique... sérieux, c'est la classe de se tenir aussi bien que ces deux-là. Le blasphème de Genesis peut se comprendre et la p'tite crise de nerf de Cass' aussi... je m'en veux d'avoir fait mourir Angeal maintenant !

Parce que... ouais, c'est pas pathos mais ca reste un gros deuil alors... j'adore. Cass' qui se questionne, qui prend peur et qui doute, ca a toujours intérêt... à l'inverse, Genesis a fini de devenir un cynique aigri. C'était très intérèssant à lire et certains moments (Cass' l'étrangère au milieu de gens qui se connaissent de près ou de loin, Genesis blasé de savoir que la majorité des gens à la cérémonie ne connaisse pas vraiment Angeal) m'ont rappelés des enterrements que j'ai vécu ^^ De moi-même je mettrais bien un malus parce que ni l'un, ni l'autre n'avoue avoir été fou amoureux d'Angeal toute sa vie... mais je ne suis pas très objectif sur ce rp donc ni bonus, ni malus.

J'estime que cette mission... est quand même assez épuisante pour l'esprit, ca sera noté normal.

20 points d'expérience + 200 munnies + 2 PS en psychisme et 1 en symbiose pour tout les deux


messages
membres