L'Aquilon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Immortel Left_bar_bleue102/500Immortel Empty_bar_bleue  (102/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 8 Aoû 2017 - 21:58
-Votre professeur m’a demandé de passer pour vous donner une leçon aujourd’hui, commença un homme à la peau basanée et aux cheveux tirés en arrière. Comme vous le savez, la peinture est une chose fabuleuse. Elle permet de retranscrire la beauté, les intenses émotions. Mais les œuvres que produisent les peintres sont fragiles ! Le quinquagénaire leva les bras aux ciels et fit les sens pas. Tant de chef d’œuvres ont été perdu suite à des guerres, des vols, des incendies et j’en passe. Il secoua la tête de dépit. Mais ! Il y a une expression de la peinture qui perdure à travers les années, et qui risque moins de disparaître. Le tatouage ! Ou tatau comme nos chercheurs ont découvert son origine. Le mot veut dire marquer, dessiner ou frapper. Et effectivement, rit-il, ce sens est très approprié. Au fils des siècles, ce procédé à permis de marquer des esclaves, ou de montrer au monde que de simples garçons étaient devenus des hommes, de part le simple fait de l’opération quelque peu douloureuse que leur corps a subi. De nos jours, le tatouage sert l’artiste dans l’expression de son art. Mais ! Haussa-t-il la voix, il peut également servir à montrer au monde qui vous êtes réellement. Il pointa une élève du doigt. Vous pouvez être une véritable furie sous vos airs de gentille fille. Il pointa une autre personne. Derrière votre sourire assuré et enjôleur, vous n’êtes peut-être qu’une âme en peine qui cherche le bonheur. Il en pointa une autre. Derrière votre timidité apparente se cache peut-être un tigre, une bête sauvage. Voilà le véritable pouvoir du tatouage. Il fit une pause et retourna près du bureau où siégeait plusieurs instruments. Si certains veulent tenter l’expérience, venez. Pour les autres, vous devrez dessiner la forme, l’aspect que prendrait votre tatouage si vous passiez à l’acte.

Septimus regarda chacun de ses condisciples. Certains parlaient entre amis, d’autres réfléchissaient seuls et quelques rares élèves prenaient même la peine de griffonner des formes sur un brouillon. Mais personne ne semblait savoir ce qui le représentait, ou être prêt à passer sous l’aiguille du tatoueur. Il détourna son regard d’eux, et observa l’extérieur.

Le temps était magnifique, pas un nuage à l’horizon. Un oiseau vola près de la fenêtre et alla se poser sur la branche de l’arbre le plus proche, chantant si le jeune homme ne se trompait pas. Un ballon apparut l’espace d’un instant, et les rires d’enfants lui parvinrent légèrement, étouffés par le bruit des étudiants mais également par la vitre très épaisse. Quand avait-il perdu cette insouciance ? Depuis combien de temps était-il enfermé dans cette vie, cette routine qui ne le menait nul part ?

L’estropié se leva et se dirigea vers le bureau du professeur intérimaire sous le regard de plusieurs de ses camarades. Sa canne, son plâtre et son bras inerte ne l’aidaient pas à passer inaperçu. De même que son côté solitaire et bien trop polyvalent dans son cursus. Il tendit son bras droit, et demanda au tatoueur de le marquer au niveau du poignet. Après quelques minutes où le son de l’aiguille électrique se fit entendre, après avoir épongé les gouttelettes de sang, il put observer le résultat, satisfait.


-Qu’est-ce que ça représente ? Demanda faiblement l’homme.

-Le triangle représente mon corps. Le cercle mon être, mon âme, mon coeur, peu importe comment vous appelez ça.

-Et le trait ?

-Il représente le lien.

-Et pourquoi voulais-tu qu’il coupe le cercle ?

-Le coeur agit sur le corps. Et inversement. Il serra le poing. Et aucun cœur n’est totalement pur.

Le maître de la keyblade salua d’un signe de tête le quinquagénaire, et après avoir reçu les recommandations d’usage, il quitta sans un mot la salle. Lorsque la porte se referma sur lui, il entendit les murmures de tous les autres. Et les pas d’une nouvelle personne, prête à se faire marquer à son tour.
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Immortel Left_bar_bleue1124/500Immortel Empty_bar_bleue  (1124/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 15 Aoû 2017 - 9:34
Alors alors...

Déjà, je suis content de voir une cohérence entre ce cours-ci et le précédent. Je te dirai que Septimus suit un cursus, et même s'il en est à ses débuts et qu'il peut certainement assister à un cours en tant que spectateur ou élève libre, il va en principe suivre une série de cours de manière régulière et répétée. Il n'y aura pas qu'un cours de peinture, notamment.

Après, bien sûr, il peut y avoir des exceptions, des cours de sensibilisation.

Alors ici... J'ai particulièrement aimé le principe du cours et le titre du rp, d'ailleurs. Mais pour le principe, simplement parler du tatouage a déjà réussi à me satisfaire. Je me suis dit que c'était à la fois tout à fait dans le délire du Consulat et qu'en plus, ça allait t'amener à quelque chose qui peut paraître simple mais qui aura de l'importance, à changer quelque chose dans le physique de ton personnage.

Tu as fait un peu ce que tu as fait dans ton rp précédent. Au beau milieu de la création, tu as pensé à quelque chose qui t'a amené finalement à la réponse. J'aime bien mais je dirais qu'il ne faut pas en abuser ou alors... il faut changer la manière de l'amener. Je pense réellement que de réfléchir à autre chose peut clairement inspirer mais il faut qu'à chaque fois, ça reste intéressant.

Et vient le symbole.

J'ai été directement un peu titillé, énervé par la question du professeur :

"Qu'est-ce que ça représente ?" Je trouve que ce n'est pas une question d'un artiste (du moins d'un artiste qui peint, tatoue ou qui a des notions d'histoire de l'art)

L'art abstrait ne représente rien. Tu peux y voir un soleil, la violence ou tout ce que tu veux, tu peux mais ça ne veut pas dire quelque chose, ce n'est pas le but recherché. Alors forcément, y aura toujours un peintre pour dire "j'ai voulu représenter ceci" mais ça n'empêche qu'à mon sens, un artiste qui travaille avec l'art abstrait ne pourra pas poser comme question "Ca représente quoi ?"

Déjà, je pense que beaucoup de tatoueurs s'en foutent, moi. Que t'aies voulu représenter l'amour qui te lie à ton chien ou tout ce que tu veux, je crois que la tatoueur, il s'en tape.

"Oui mais c'est un symbole." Alors là c'est autre chose, bien sûr. Sauf que le tatoueur n'en sait rien. L'abstraction géométrique, y a bien des triangles, ils ne représentent pas quelque chose.

C'est un peu hors-sujet mais finalement, je trouve que la meilleure raison qu'il y ait pour choisir un tatouage plutôt qu'un autre, c'est parce qu'on le trouve beau.

Pour le reste, j'ai trouvé le rp très bien. J'aime bien cette ambiance et le fait que Septimus soit un peu bizarre dans ce cours-ci, même si à nouveau je pense que tu as trop tendance à simplifier les choses. Imagine un cours avec des gens que tu connais où on demande "Dessinez ce que vous voulez vous faire tatouer". T'auras toujours un ou deux gars qui iront très vite parce qu'ils y ont déjà réfléchi. Ici, non, c'est même bizarre que Septimus agisse ainsi.

Comme tu m'as commenté très récemment et que tu es très attentif aux fautes, je me suis dit "Je vais faire pareil avec lui." Pas du tout pour t'énerver ou quoi que ce soit mais histoire que ça soit un peu productif, puisque ça t'importe.

Je précise que je ne souligne pas les fautes d'inattention. Je trouve qu'elles sont les plus graves qui soient mais je trouve ridicule de mettre l'accent dessus, dans la mesure où la personne en face sait qu'elle s'est trompée. Le seul bon conseil est : Relis-toi.

"Tant de chef d’œuvres ont été perdu suite à des guerres, des vols, des incendies et j’en passe. "

Tant de chef d'oeuvres. Tant suppose qu'il y en a plusieurs, donc il y aura forcément un pluriel. Tu le savais puisque tu as mis oeuvres au pluriel mais tu n'as pas été cohérent jusqu'au bout. "Chef d'oeuvre" s'écrit en un mot, chef-d'oeuvre, et au pluriel, on l'écrira "chefs-d'oeuvre" (pour être exact, avec le o et le e attachés). Si tu veux une cohérence à cela, dis-toi que chef-d'oeuvre veut dire " peinture la plus remarquable dans une collection d'oeuvres", donc en gros, la peinture CHEF de l'OEUVRE d'un artiste. Au pluriel, les peintures CHEFS de l'OEUVRE d'un artiste". Donc chefs-d'oeuvre.

ont été perdu.

On parle d'un pluriel, auxiliaire être au passé composé. Ca s'accorde, donc "perdus".


"Ou tatau comme nos chercheurs ont découvert son origine"

Ici ce n'est pas une faute orthographique mais finalement de cohérence. Si tu parles de l'étymologie d'un mot, c'est parfaitement insensé de ne pas préciser la langue d'où ce mot provient. L'étymologie permet de comprendre plein de choses, pour peu qu'on soit exhaustif.
Alors forcément, la langue d'où ça vient soulignera une incohérence. "L'espagnol n'existe pas sur KH kanak" par exemple. Oui mais... dans ce cas fallait juste pas parler d'étymologie.

"Au fils des siècles, ce procédé à permis de marquer des esclaves"

On dit "Au fil des siècles". Un fil qui passe à travers les siècles. Finalement, c'est une erreur assez surprenante. Tu le mets au pluriel mais "Au" reste au singulier, ce n'est pas très cohérent ^^.

Je n'ai pas vu d'autres fautes car j'ai été attentif à autre chose à partir d'un moment ^^.

J'aimerais revenir au titre pour une chose. En fait c'est en le lisant que je me suis dit qu'autant je l'aimais, d'ailleurs je trouve qu'il représente très bien le rp et en effet le tatouage, autant je me suis dit que le tatouage était finalement un des arts les plus éphémères. Je ne m'y connais pas mais à la décomposition d'un corps, à la destruction de ce dernier, la peau est finalement un des trucs qui est... le plus vite éliminé, non ?

Enfin!

Très facile pour celui-ci.

6 xp, 60 munnies et 1 PS en symbiose.

Oh ! Un rapport sort de ton tatouage ! (Non je rigole... Il est dans tes céréales du matin.) Si je t'en dois un, inutile de me le dire ^^
messages
membres