Derniers sujets
Contrats - Demande de MissionHier à 23:07DeathIgnorer les apparencesHier à 23:02DeathBrisez les ChaînesHier à 18:25Chen StormstoutDe quoi faireHier à 17:41KestiaDans nos coeursMer 25 Avr 2018 - 20:05SoraIl y a toujours un cheminMar 24 Avr 2018 - 22:50Chen StormstoutGène-VMar 24 Avr 2018 - 21:09InvitéLa protection du chantierMar 24 Avr 2018 - 19:13CissneïPlan de carrièreMar 24 Avr 2018 - 16:21LenoreTerre de feuMar 24 Avr 2018 - 15:22Chen StormstoutPrendre l'air avec une Maîtresse de la KeybladeMar 24 Avr 2018 - 9:56KestiaFace contre TerreLun 23 Avr 2018 - 19:00LenoreAide à S.O.S SociétéLun 23 Avr 2018 - 13:26CissneïToujours gagnant, jamais perdant !Dim 22 Avr 2018 - 21:20Ioan KappelField of Heroes Dim 22 Avr 2018 - 16:18Invité
L'Aquilon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
181/400  (181/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 15 Juil 2017 - 15:55
-Allez dépêchez vous ! Il nous attend.

-Oui oui, on arrive, grommela-t-il.

Septimus et Henry peinaient un peu à suivre Emma, plusieurs mètres devant eux, et malheureusement en haut d’une colline. C’était l’idée de la jeune femme de faire un pic-nique tous ensemble au Domaine Enchanté. Si elle n’avait rien voulu savoir quant à l’embrouille entre Richard et lui, elle tenait tout de même à ce que tous s’entendent bien. Et voilà pourquoi ils se retrouvaient tous les trois sous le soleil de plomb, les bras chargés de chaises, de paniers contenant beaucoup plus de sandwichs qu’ils ne pourraient décemment en manger, et deux glacières particulièrement lourdes attachées dans leur dos. Les deux hommes se regardaient et soupirèrent de concert.

La marche du petit groupe continua un petit moment. Fort heureusement pour les mules, ils passèrent bien vite sous les arbres d’une forêt, dont le feuillage dense les protégeaient grandement du soleil, et leur apportait une fraîcheur bienvenue. L’étudiante continuait à diriger la petite troupe, mais le blond pouvait constater qu’elle paraissait de plus en plus agacée au fur et à mesure que le temps et les mètres défilaient. Où s’était installé l’albinos ?

Le trio finit par le trouver à moitié endormi, installé contre un arbre, près d’un étang où une famille de canards barbotaient. Tandis que la brune courrait vers Richard, les deux compagnons déchargèrent leurs affaires sur le sol, soupirant de soulagement. Puis ils se mirent à installer leur petit campement. Tout affairé à sa tâche, le maître de la keyblade prit toutefois le temps de jeter un œil à son camarade de chambre. Son visage était joyeux alors qu’il discutait avec Emma. Mais lorsque leurs regards se croisèrent, il put déceler un éclair de peur mêlé à de la colère. Il avait eu beau s’excuser – en laissant une note – depuis ce fameux jour, il n’avait pas revenu l’albinos. Ce dernier le fuyant autant que possible, et il ne pouvait l’en blâmer.


-T’en fais pas, ça finira par s’arranger. Comme pour nous.

-Tu n’as pas vu son regard ce jour-là… Tu ne m’as pas vu. Je ne sais pas s’il y parviendra.

-Mais si. Je t’ai bien aidé et soutenu, même lorsque tu étais impossible. Ou une grosse bête noire !

L’étudiant ne répondit pas. Il prit une bouteille d’eau glacée, et en prit une gorgée. Oui Henry lui pardonnait beaucoup de choses. Mais c’était son frère. Ils se connaissaient depuis leur tendre enfance. Ils avaient grandi ensemble, et avaient vécu d’innombrables aventures où ils avaient parfois risqué leur vie. Le tisserand et lui ne faisaient que partager une chambre, et parfois des cours.

Le jeune homme soupira légèrement tandis que ses deux homologues s’approchaient d’eux. Au même instant, un bruissement se fit entendre un peu plus loin. Immédiatement, il regarda dans cette direction, à l’affût du moindre danger. Ils n’étaient plus dans les cités dorées, et ils étaient loin du château. Qui sait quelle créature vivait dans cette forêt ? Quel monstre pouvait surgir des ombres ? Sa prudence fut néanmoins un excès de zèle puisque quelques instants plus tard, une nuée d’oiseaux envahi leur petit campement. Les perroquets s’arrêtèrent sur des branches, tout autours d’eux. L’espèce lui sembla étrange. Il n’imaginait pas ce genre de créatures appréciés le climat d’un monde comme celui sur lequel ils pic-niquaient.


-Oh ! S’exclama Emma. Ce sont des perroquets à cantique !

-C’est vrai que Janna avait prévu leur migration, se souvint Richard.

-Et… en quoi ils sont particuliers ? Demanda-t-il.

-Faut vraiment faire toute ton éducation. Ils peuvent chanter ! Observe. Il se racla la gorge. Rester la nuit pour observer les étoiles, couché sur le dos dans le frais du gazon, ça suffirait parfois pour qu’au-delà des illusions, on puisse se dire Y’a d’bons moments quand même !

Les oiseaux reprirent dans une parfaite harmonie ces paroles tout juste fredonnées par Henry. Des sourires naquirent sur leur visage à mesure que le temps passait. Leurs yeux brillèrent d’amusement, d’excitation. Et le keybladeur se surprit à découvrir de nouveau que les mondes qui l’entouraient étaient remplis de merveilles et moments magiques comme celui qu’il était en train de vivre. Il fallait qu’il passe moins de temps à se focaliser sur ses problèmes, à s’apitoyer sur son sort, et davantage à apprécier les petites joies du quotidien. Oui, il fallait qu’il le fasse.

-Je vais essayer à mon tour. Il ferma les yeux. Dans la vie, on n’a besoin de rien. L’argent, la gloire n’enrichissent en rien. Ce qui vous soulève des foules, se joignit Emma, c’est une chose très simple. L’amour. L’amour pour votre prochain. Pour votre frère, accompagna Henry, pour votre mère. La passion qui naît dans les cœurs, et la même qui se dresse contre les erreurs. Contre l’injustice, contre le malheur. Et c’est pourquoi, dans la vie, on n’a besoin de rien, finit Richard. Juste d’aimer, et d’être aimé.

Les perroquets à cantiques reprirent leur chanson pendant de nombreuses minutes. Puis ils décollèrent vers une destination inconnue, porter de la joie à quelqu’un d’autre. Toute rancune, toute peur, toute colère avaient disparu de leur esprit et de leur cœur. Les quatre amis s’installèrent confortablement dans leur chaise, et ils commencèrent à manger, observant du coin de l’œil la famille de canards qui se disputaient les morceaux qu’ils leur lançaient. C’était une magnifique journée.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
246/400  (246/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 17 Juil 2017 - 12:34
Septimus en mode hippie, allongé dans l’herbe à côté d’un étang, il n’y a plus de jeunesse ! J’vous l’dis… D’mon temps, on allait à la mine pour ramener de l’argent !

Il y a une première remarque à faire ! Et c’est rapport à ton titre, il s’agit d’une faute d’orthographe ! En vérité, c’est un mélange entre l’anglais et le français. Dans notre pays, nous disons « pique-nique » et le terme anglais est « picnic » ! En gros, ici, tu nous à fait un savant mélange des deux termes. Donc, voilà, si tu voulais faire le titre en bon français, il aurait fallu que ce soit « Pique-nique enchanté » ! Voilà, j’ai pu faire une remarque du genre, bravo à moi.

En soit, j’ai pas grand chose à dire de ce rp. Il s’agit du genre de chose que j’aime, les choses un peu en dehors de la trame ou le personnage se retrouve dans un moment de vie. Septimus est loin de l’académie, il est avec ses amis (C’est toujours tendu avec Richard, c’est bien dans la continuité) et va juste bouffer un sandwich et boire un jus de pomme prêt d’un étang. C’est simple, c’est contemplatif et nous assistons à la scène en même temps que lui. Ça marche, c’est presque émouvant. Et là, vient le truc que j’trouve à la fois sympa et dommage.

Ce n’est pas parce que tu n’es pas un membre du Sanctum que tu ne peux pas parler des évènements liés à Bouc Emissaire. Certes, nous avons l’habitude de dire : « Ne prenez pas des évènements en compte tant que le rp n’est pas fini », sauf que t’es bien placé pour savoir que nous parlons déjà des éléments en question dans plusieurs rp. Après, j’suis pas en train de demander quarante paragraphe parlant de l’attaque, simplement du référence dans l’histoire.

D’un autre côté, ce que j’aime dans l’idée, c’est d’avoir de la quiétude à côté de cet évènement d’une rare violence. Dans le sens où, le monde à été terrorisé par Maléfique, ensuite attaqué par un dragon ! Faut des moments de calme de temps en temps. Tout ça pour dire que, dans son genre, le rp est super bon pour ça. Avec la ligne parlant de l’attaque en plus, il aurait été parfait.

D’autant qu’il y a des télévisions dans le Jardin Radieux et elles ont retransmis l’attaque en direct !

Exploit accompli !


Très Facile : 7 points d'expérience + 55 munnies + 1 PS en Symbiose

_______________________________
 
 
 
messages
membres