Derniers sujets
» Que la vengeance commence!
par Kestia Aujourd'hui à 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Aujourd'hui à 19:09

» Chasse aux corsaires
par Lotis Terrick Aujourd'hui à 17:08

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Aujourd'hui à 12:23

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 23:02

» Tour du Propriétaire
par Surkesh Hier à 22:58

» Le savoir c'est le pouvoir
par Narantuyaa Hier à 3:51

» Mille Épines
par Death Lun 11 Déc 2017 - 18:27

» Cachons tout ça
par Milla Maxwell Lun 11 Déc 2017 - 11:08

» Tombent les masques
par Maître Aqua Dim 10 Déc 2017 - 0:41

» Fiche Technique: Waltz
par Waltz Sam 9 Déc 2017 - 17:52

» Au coeur du Vide
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 17:29

» La vertu des brutes
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 16:56

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 21:12

» Attaque Nocturne
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 15:16


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Moineau Silencieux
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 215
Age : 22
Localisation : Vaisseau-mère de la Shinra
Date d'inscription : 17/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
266/550  (266/550)
Ven 16 Juin 2017 - 17:13
- T’es déjà venu ici !? S’écria Farah, quittant son siège pour venir s’asseoir à côté du médecin. Raconte, ça ressemble à quoi ?
- Est-ce qu’il y a des steppes, ou des ours ! Demanda alors Boris, étant venu lui aussi à côté de Kurt.
- Alors, il n’y pas d’ours. Il se retourna pour regarder le guerrier de l’escouade. Désolé, mon vieux. Il se retourna de nouveau et observa l’experte en explosif. Et j’suis venu trois fois, avec Loris et Hadrien.
- Oh. Elle baissa alors la tête, visiblement gênée. Ça doit te faire bizarre, de revenir avec nous et sans eux.

Le médecin rigola un instant avant de sortir une cigarette de son paquet et l’amener à sa bouche, ensuite, il sortit son briquet de sa poche et alluma cette dernière avant de reprendre la discussion.

- Pas tellement. Conclu le médecin. La première fois, nous sommes venus en civil afin de récupérer des informations. Rien d’extravagant. Il tapa alors le dessus de sa cigarette, faisant tomber les cendres sur le sol de la soute du vaisseau. La seconde fois, c’était pour passer un entretien d’embauche chez Krei et me faire jeter comme une vieille merde. Il commença alors à rire en pensant à son dernier voyage dans ce monde. Et la troisième ? Opération du SOLDAT, extraction de VIP de la tour Krei et destruction de sans-coeur en masse.
- Tu es un véritable guerrier ! S’exclama donc Boris, donnant un coup sur le dos de son chef d’escouade. Il aurait fallu que je sois la plus tôt, pour vivre ça !
- Merci. Kurt s’étouffait en recrachant la fumée, suite au coup du guerrier. Donc, pas de problème Farah, rien ne m’attache à ce monde. Il fit alors un clin d’oeil à sa collègue avant de s’étendre sur son siège.

Pendant le reste du voyage, le médecin se contenta de raconter les histories relatives aux missions effectuées. L’histoire avec Krei intéressait Boris et il rêvait dorénavant d’affronter les sans-coeur araignée, quant à l’experte en explosif, elle écoutait simplement en souriant de temps à autre.

- Dis. Demanda finalement Farah. C’est quoi notre affectation du jour ?
- J’me disais bien que j’avais oublié un truc. Répondit le médecin en se frottant le menton. Personne ne me le rappel, aussi !
- Kurt. Dit alors le guerrier de sa voix forte. C’est toi qui n’arrêtes pas de parler de tes exploits, comme si tu te retrouvais à la table des dieux ! Camarade, quelle est notre mission ?
- Un centre d’expérimentation, de l’autre côté du golden gate. Commença le médecin. D’après les données extraites par le Président, il s’agirait du site de la société Krei et nous allons à la chasse d’information ou aux inventions. Pas de cran de sécurité et on se préparer à voir de tout, des questions ?

Les membres de l’escouade acquiescèrent en silence, et à ce moment, l’équipage du vaisseau annonçait que les SOLDATs arrivaient sur la zone d’atterrissage. Kurt se leva alors, fit tourner son poing dans les airs et invitait ses collègues à s’avancer vers la rampe, arme à la main jusqu’à ce qu’elle s’ouvre devant eux.

- Nous ne devrions pas en avoir pour longtemps, pas la peine de quitter les parages. Répondit le chef d’escouade au pilote en même temps qu’il s’accrochait pour la descente en rappel. On se retrouve bientôt.
- Roger. Répondit simplement le pilote. La zone de large est la zone d’extraction, il n’y a qu’un quai sur cette île.

Les trois SOLDATs débarquèrent entre les grillages du quai, un signe indiquant la quarantaine sur l’une des grilles et rien à voir aux alentours. Kurt s’avança alors vers l’entrée présumée du complexe, suivit par les Boris et Farah, eux aussi avec leurs armes à la main.

- C’est quand même dommage. Commença Farah. Première affectation dans un monde nouveau, et j’me retrouve à des dizaines de kilomètres de la ville.
- Et nous sommes entourés d’eau. Répondit le mastodonte. Je n’aime pas ça…
- Nous l’avions remarqué à l’odeur. Rigola le médecin. T’inquiète Farah, nous pourrons nous rendre en ville plus tard. Il parait qu’ils font combattre des robots à mort dans les rues.
- Peuple de fou. Ricana Farah alors qu’une épaisse porte d’acier fit son apparition dans le champ visuel de l’escouade. Il semblerait que ce soit une mission pour moi !

L’experte en explosif prit la tête de la troupe, prenant soin de vérifier si la porte était verrouillée ou non, avant de poser quelques charges à différent endroit de la structure. Pendant qu’elle s’activait, le médecin posa son arme sur épaule en restant aux côtés du guerrier, le regard perdu dans le vide.

- Qu’est-ce que tu regardes ? Demanda alors Boris, sans pour autant le dire trop fort.
- Hien… Quoi !? Cria presque le médecin, redressant le regard. Rein... Rien !
- Ne me prends pas pour plus stupide que je ne le suis. Ricana le géant en posant ses deux poings à la taille. Et tu sais, il faudrait être aveugle pour ne rien voir.
- De quoi tu parles. Chercha à esquiver Kurt. Non, j’vois vraiment pas c’que tu racontes…
- Vous êtes mignon. Finit-il dans un sourire. Vous devriez parler, tous les deux. Ça évitera de revoir la même scène devant les toilettes des troisièmes classes.
- Chut ! S’empressa alors le médecin alors que Farah se relevait. Tu ne dis plus rien, rien du tout ou j’te colle en corvée pour deux semaines.
- Moi, c’que j’en dis…
- Les mecs, à couvert ! Prévint l’experte en explosif. Cette porte doit peser son poids, et j’pense qu’aucun de vous deux ne veux ce la prendre sur le pied.

À l’abri derrière un container, Kurt et Boris attendirent que l’experte presse sur la détente de son déclencheur pour entendre le bruit sourd de l’explosion, suivit d’un second bruit. Ils sortirent de leur couvert pour découvrir la porte étalée au sol, les charnières étant simplement détruite sous l’explosion.

- Cool. Commença Farah en rangeant son détonateur. J’ai pas perdu la main pour les explosions contrôlées… Impressionné, les gars ?
- Il en faut plus pour m’impressionner ! Éructa le mastodonte en se penchant pour rentrer dans le complexe. Toutefois, j’admets que ce n'est pas trop mal.
- Et toi, Kurt ?
- J’me demande comment j’ai fait pour vivre avant ton arrivé dans l’escouade. Dit-il en passant devant elle, un sourire aux lèvres.
- T’es con. Répondit-elle en rougissant.

Boris en tête d’escouade, épée au clair, il donnait le rythme à la formation alors que Farah et Kurt couvraient ses arrières. Armes aux poings et aux aguets, les SOLDATs avancèrent lentement dans la structure semblable à un bunker. D’épais murs de béton, une lampe à intervalle régulier et une bonne odeur de moisissure.

- C’est presque comme les mines. Dit soudainement le médecin, passant une main sur la surface du mur.
- À la différence que… Continua l’originaire d’Agrabah. Le plafond ne risque pas de nous tomber sur le coin de la gueule.
- Vous ne cessez jamais de vous plaindre, vous deux. Ricana doucement le guerrier, gardant son regard devant lui.
- Boris ! Commença le médecin, grinçant des dents. Le guerrier se retourna alors, observant son chef d’escouade avec un air niais alors qu’il percuta enfin d’être passé à proximité d’une porte, Kurt ne cessant de la pointer de sa lampe-torche. Oh, regardez ! Une porte… Et ouverte !

Passant sa main sur le visage, Kurt laissa le guerrier ouvrir cette porte pour dévoiler une importante salle éclairée par un trou au plafond. Lentement, les hommes du SOLDAT avancèrent et comprirent rapidement qu’il devait s’agit d’une des nombreuses salles d’expérimentation. Le guerrier toujours en avant, ils découvrirent peu à peu la pièce en question. Au bout de la salle, ils trouvèrent un mirador dont les fenêtres étaient brisées. En face de celles-ci, ils purent remarquer deux rails, dont l’un particulièrement amoché et se terminant sur deux étranges cercles de métal. Dont l’un semblait détruit.

- Qu’est-ce que c’est que ça ? Demanda alors Farah, laissant retombé son arme pour regarder le spectacle.
- J’ai l’air d’un scientifique…? Répondit simplement le médecin en s’avançant vers le mirador. Il doit y avoir un truc là-dedans, c’est un poste d’observation.
- Regarde, Kurt. Coupa l’experte en explosif. Il y a un symbole sur les deux cercles, on dirait un oiseau, le truc rouge. Non ?
- Da. Répondit le guerrier en plaquant sa main sur son front. Il s’agit bien d’un oiseau !
- On en découvrira plus là-haut, en avant les troupes.

Lentement, les SOLDATs passèrent sur la passerelle de fer et contournèrent les deux étranges structures pour rejoindre le poste d’observation. Ils découvrirent alors une myriade d’ordinateurs, d’écran et de bouton qui n’attend plus qu’une personne pour être utilisé. Ainsi qu’un écran géant sur lequel se répétait le symbole de l’oiseau et une série de vidéo de surveillance.

- Et c’est dans ce genre de cas que nous n’avons pas Loris. Rigolo le médecin en sortant une cigarette. Le mur du fond, ça ressemble à des vidéos surveillance, on ne touche qu’à ça pour le moment.
- T’es sûr que ça ne risque rien ? Demanda alors Farah, croisant les bras devant les écrans.
- Si nous déclenchons une explosion en regardant des vidéos… Commença le médecin. Ça veut dire que nous étions trop cons pour vivre. Il rigola tout seul, avant d’arrêter soudainement, conscient que sa blague n’avait pas eu l’effet escompté. Bon, ça marche comment ?

Pendant de longue minute, les trois membres de la compagnie s’enchaînèrent afin de comprendre comme cela pouvait bien marcher. Boris abandonna rapidement, prétextant un mal de dos pour s’asseoir sur l’un des sièges faisant face aux deux cercles en métaux. Et finalement, ce fut Farah qui découvrit le moyen d’allumer les vidéos.

- Oui ! S’exclama avec joie l’originaire d’Agrabah.
- Parfait Farah, nous allons avoir nos informations et pouvoir retourner sur le vaisseau-mère. Soudainement, le son des téléviseurs grimpa et les vidéos s’enchaînèrent devant les membres du SOLDAT.
- Ah ! Je savais que vous n’aviez pas besoin de moi. Répondit Boris en se joignant au reste de son escouade.

Devant eux défilèrent plusieurs vidéos de surveillance utilisées pour garder une trace d’un essai avec l’armée, le prouvant l’homme en uniforme que Krei accompagnait le long de la passerelle. Ils étaient accompagnés d’une troisième personne et s’arrêtèrent devant les cercles de métal.

- On nous a demandé l’impossible et nous l’avons fait. Raconta Krei à ses invités. Nous avons tous simplement réinventé le concept du transport. Mes amis, je vous présente le projet “Moineau Silencieux”. À cet instant sur la vidéo, les deux cercles s’allumèrent en même temps dans un étrange halo bleuté. Mon général. Demanda Krei en prenant la casquette du concerné. Vous permettez ? Il envoya la casquette devant lui pour que, quelques secondes après, celle-ci revienne dans le halo juste à côté.
- Qu’est-ce que c’est que ça ? S’exclama Boris, effrayé.
- La téléportation. Répondit Krei, au travers de la vidéo. Le transfert instantané de la matière à travers l’espace. Désormais, ce n’est plus de la science-fiction. Farah coupa alors la vidéo à cet instant, montrant l’équipe dans le poste d’observation.
- Kurt, tu penses que le Président nous a envoyés ici pour récupérer ça ? Elle pointa du doigt le portail de gauche, celui qui ne semblait pas détruit.
- Cela me semble évident. Répondit simplement le médecin en jetant son mégot au sol. Mission accomplie, il ne nous reste plus qu’à trouver un moyen d’extraire les vidéos et de ramener ça à la maison.
- À vos ordres. Répondit l’experte en explosif à contre-coeur. Il n’y a pas matière à discuter ? Demanda-t-elle finalement au chef d’escouade, tournant ensuite son regard en direction de Boris.
- Discuter les ordres de notre Président ? Ricana Kurt. Si nous revenons sans rien, ce sera à quelqu’un d’autre de venir faire enquête et il aura ce qu’il veut. Il haussa alors des épaules. Que ce soit nous ou un autre, il n’y a aucune différence à mes yeux. Il posa sa main sur l’épaule de Farah. Parfois, il n’y a pas d’autre choix que d’obéir aux ordres.

Au même rythme qu’à la découverte du bouton permettant de lancer l’enregistrement, les membres du SOLDAT cherchèrent un moyen pour copier les vidéos présente sur l’ordinateur du centre d’essais de l’industrie de Krei.

- Attention ! Cria soudainement le guerrier tout en plongeant pour attraper le médecin et Farah, au même moment, un rocher vint s’écraser et détruire l’ordinateur de surveillance.
- Contact ! Hurla alors, le médecin en se relevant le plus rapidement possible. Farah… Boris… Au rapport !
- Je n’ai rien. Éructa alors le guerrier, se redressant en dégainant son épée et observant le lieu d’où provenait l’attaque. Là ! Il pointa son doigt de l’autre côté de la vitre.
- Qui s’est… Ça ? Questionna Farah, du sang coulant de sa tempe.

Amenant son fusil à l’épaule, Kurt suivit la direction du doigt du mastodonte pour découvrir un type habillé de noir, dans un grand manteau de la même couleur et revêtant un masque blanc strié de rouge. Enlevant le cran de sécurité, le médecin ne réfléchit pas plus longtemps et appuya sur la détente de son fusil, donnant l’ordre au reste de l’escouade à faire feu.

Cependant, l’homme en noir se contenta de lever une main en l’air et un mur se forma devant lui pour bloquer les tirs des membres de la Shinra. Baissant le canon de son arme, le médecin fronça les sourcils un instant pour ensuite voir le type tendre son bras dans leurs directions, alors, s’en suivit une série de pique noire se ruant sur les SOLDATs. Une fois de plus, le mastodonte hurla de se couvrir, laissant juste assez de temps aux membres de l’escouade d’esquiver l’attaque pour se mettre à couvert.

- C’est quoi, ce truc !? Hurla alors Farah. Plaçant un nouveau chargeur dans son arme ainsi qu’une grenade dans son lanceur. Les ordres !?
- Il a détruit les preuves, ce mec ou cette machine va servir de rapport de mission. Le médecin enclencha alors son chargeur. Évite de trop le détruire… Boris ! Couvre-nous une sortie sur la passerelle !
- C’est comme si c’était fait ! Hurla le mastodonte en se relevant et brandissant son bouclier.

À peine fut-il debout qu’une des piques se métamorphosa en main et attrapa le mastodonte par le pied et l’expédia en dehors de la cabine de surveillance dans un cri strident, et suivit d’un bruit sourd quelques secondes plus tard. Le médecin écarquillait les yeux un instant avant d’observer Farah, cachée au même endroit que lui. Elle couvrait sa bouche de ses mains, une larme naissant dans le coin de ses yeux. Enragé, le médecin se releva et visa brièvement le type en noir tout en se déplaçant vers la porte d’entrée. Comme la première fois, un nouveau mur vint se former devant lui alors qu’il vidait son chargeur pour attirer son attention.

- Farah ! Sort de la pièce, et attire le… Il fit tomber son chargeur vide pour mettre un nouveau. Donne-moi du temps pour récupérer Boris !
- Ok… Ok. Elle se releva instantanément et sauta au travers de l’entrée, esquivant une autre pique formée par le truc qu’ils affrontaient.

Maintenant qu’il y avait deux fronts simultanés, la machine en noire ne savait plus où donner de la tête. Le médecin rendait coup pour coup, vidant chaque chargeur qu’il avait sur lui alors que Farah tirait ses explosifs en cadence. Aussi soudainement qu’à son arrivé, le type en noir descendit de quelques mètres et rappelait à lui ses appendices pour qu’elle l’entoure, créant ainsi un bouclier impénétrable en forme de boule.

- N'arrête pas une seconde ! Hurla le médecin en passant par-dessus la verrière cassée et sautant en contrebas pour rejoindre Boris.
- Fait attention. Il sourit en entendant cela pour ensuite atterrir à côté du corps de Boris, inanimé.
- Mec ! Kurt donna rapidement quelques claques au mastodonte, sans que cela n’ait d’effet. C’est maintenant que tu te décides à dormir !?

Il baissa ensuite le regard, il remarqua rapidement que le genou du guerrier n’était pas dans un angle naturel. Grinçant des dents, il se releva pour pointer de son arme la boule noire et il comprit rapidement son erreur. Le globe dans lequel se trouvait le mec en noir se contractait un instant avant de devenir une sorte d’oursin pour allonger chacun de ses membres. Des dizaines et des dizaines de piques filèrent dans toute la zone, l’une d’elles transperçant l’épaule et le ventre de Kurt, le faisant crier sous la douleur. Il entendit exactement le même cri venant de la passerelle supérieure, son sang ne faisant qu’un tour à l’instant où il comprit que tous les membres de l’escouade étaient probablement hors service. En dernier, il remarqua que Boris venait de se relever pour prendre une troisième pique qui aurait dû toucher le médecin au torse.

- Boris ! Les appendices propulsés de la machine ne c’étaient toujours pas retiré. Qu'est-ce que...
- Mon ami… C’est moi, ton bouclier… Il parlait difficilement, cependant, le médecin n’arrivait pas à voir son visage. Il ne voyait que le sang coulant devant lui. Ne l’oublie jamais…

Aussi soudainement que l’attaque s’était produite, les pieux retournèrent la boule noire pour que celle-ci libérer son occupant. Boris tomba au sol, de nouveau dans une immense flaque de sang alors que Farah tomba de la passerelle à une dizaine de mètres du médecin et de Boris. Les yeux de Kurt passèrent du corps sans vie du guerrier, de Farah allongée au sol et du type en noir qui ne fit rien d’autre que de les regarder. Tentant de se relever, le médecin se fit automatiquement remettre au sol pas un bras consolidé par la machine, le bloquant au sol et appuyant sur ses blessures, alors que celle-ci rentrait dans le poste d’observation.

- Farah ! Hurlait alors le médecin, plaquer au sol et incapable de voir quoi que ce soit. Putain, fait ou dit moi un truc ! Allez !
- Kurt… Il entendit sa voix, suivit d’un gémissement de douleur. Il est où ?
- Ne pose pas de question ! Continuait de hurler le médecin. Remonte l’échelle ! Et barre toi, appel le vaisseau et demande du renfort, maintenant !
- Non. Elle gémissait. J’dois pas te laisser ici…
- C’est un ordre ! Dit simplement Kurt. Et foutre dieu, tu vas obéir à cet ordre et te casser d’ici… Maintenant !

La tête contre le sol, le médecin en voyait rien, mais il pouvait entendre Farah qui s’approchait de lui. Il fulminait, hurlait pour qu’elle parte. Elle n’en faisait rien. En un instant, un bruit métallique se fit entendre et un halo bleuté illumina la pièce au même moment que l’étreinte dont il était victime cessa et que l’appendice remontait vers la salle de surveillance. Difficilement, tenant sa plaie à l’épaule de sa main libre, Kurt se releva et s’approcha de Farah et la prendre dans ses bras. L’attaque de la boule transformée en oursin et la chute ne l’aidait pas, trois plaies étaient visible à son torse et à sa cuisse alors que du sang perlait sur son visage, la forçant à fermer un oeil.

- Farah. Il appuya son front contre celui de sa collègue. On ne peut pas gagner, on doit y aller !
- Pas sans toi… Elle se redressa difficilement.
- Monte l’échelle, rapidement ! Un craquement se fit entendre, forçant le médecin à regarder au-dessus de lui.

L’un des deux portails c’était activé, seulement, comme il n’avait pas de sortie pour équilibrer, il commençait à aspirer tout ce qui était présent dans la pièce. L’un des rails s’arracha pour tomber dans le portail, et lentement, le médecin se sentie partir dans les airs.

- Cours !!! Hurla alors le médecin, alors que ses pieds avaient déjà quitté le sol et que son corps se dirigeait vers le coeur du halo.
- Non ! Elle attrapa de justesse le médecin à l’aide d’une de ses mains et s’agrippa avec l’autre aux barreaux de l’échelle. Nous partions, ensemble.

Tentant d’oublier la douleur, Kurt utilisa son bras invalide pour s’agripper à Farah et ce trainer difficilement vers l’échelle alors que celle-ci tirait de toutes ses forces. Il fallut de longues secondes pour que le médecin assure sa poigne sur les barreaux et soit à l’abri. Lui laissant le loisir de lever la tête et de voir l’homme au masque, fixe dans le poste alors que des dizaines d’objets se faisait attirer dans le portail. Il abaissa brusquement sa main et l’aspiration se fit encore plus grande, tirant le médecin et Farah en arrière d’un coup.

Kurt parvint à se tenir aux barreaux, il eut juste le temps de voir le corps de Boris emporté par la gravité relative et disparaitre dans le portail. Il voulait dire quelque chose, cependant, son attention fut attirer par le cri de l’originaire d’Agrabah.

Il eut juste le temps pour tourner le regard et remarquer que Farah n’avait pas réussi à se maintenir aux barreaux de l’échelle. Elle était devant lui, à moins d’un mètre à tendre les bras et crier son nom alors que le vortex aspirait tout. Il voulut tendre la main, c’est ce qu’il fit, mais trop tard. Le temps qu’il cligne des yeux qu’il vit le dernier membre de son escouade disparaître dans le portail. Il reste figé, se tenant avec le creux de son coude, il venait de la voir disparaître et rien en se produisait. Le temps de réaliser, de son bras blessé, il dégaina son pistolet et vida son chargeur sur l’homme au masque en hurlant toute sa rage.

Et quant à ce dernier, il se contenta de créer un autre mur pour parer les attaques et disparaitre dans la cabine pour que le vortex cesse ensuite de fonctionner.

N’étant pas prêt pour le choc, le médecin bascula au sol et tomba la tête la première. Il retint difficilement une larme alors qu’il se relevait difficilement, glissant sa main à sa ceinture pour recharger son pistolet et grimper lentement à l’échelle tout en exprimant sa rage. Il lui fallut du temps pour arriver dans le centre d’observation, et bien entendu, le type en noir n’était plus là.

Kurt chuta alors au sol, exprimant sa rage et sa colère tout en tapant des poings sur le sol. Il délirait, il ne comprenait plus ce qu’il se passait alors qu’il se relevait péniblement pour regarder le portail inactif. Ils avaient disparu, en un instant et il ne pouvait rien faire. Frénétiquement, le médecin se releva et partit appuyer sur tous les boutons présents devant lui. En vain. Rien ne se produisait. Il n’y avait pas de halo bleu, pas de portail, pas de Farah. Il frappa une nouvelle fois de plus sur le tableau de commande de ses deux poings, hurlant de rage devant cette solitude qui venait de le prendre à la gorge. Chutant au sol, il finit se recroqueviller sur le lui-même, pleurant de douleur et de peine.


Dernière édition par Cypher le Lun 9 Oct 2017 - 11:59, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 425
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Ven 16 Juin 2017 - 20:42
HARDCOOOORE

J'sais pas trop quoi dire. C'est vraiment une bonne mission avec plusieurs parties distinctes, j'aime bien. Est-ce que la mission aurait été aussi bien sans les éléments cruciaux de ce RP ? Peut-être. T'as joué une carte dangereuse en choisissant de crever tes deux PNJ, et j'imagine que t'en es conscient.

Je vais gentiment passer ton intro et la découverte des portails. Non pas que cette partie soit nulle ou quoi, c'est juste que clairement ce n'est pas le point central de ce RP. Oui t'allais rentrer dedans, oui t'allais découvrir les portails (si tu les avais pas découverts, ça aurait été un comble quand même) et oui, c'était logique de voir l'homme masqué mystérieux des mystères.

Je vais directement passer à la confrontation. Le combat, si l'on peut le qualifier ainsi, est plutôt bien rendu. C'est à peu près du même niveau que le film ; le mec est badass, il est vraiment chaud, il tape, vous subissez. Si tu me l'avais flingué dès maintenant, j'aurai un peu gueulé mais t'as respecté la prétendue difficulté du bonhomme, c'est bien.

Parlons maintenant du plus important. La disparition de Boris et de Farah. Je disais plus tôt que c'était une carte dangereuse et je vais t'expliquer pourquoi. Boris, n'est ou n'était (j'y reviendrai) pas un PNJ de ouf, on est d'accord. Il avait finalement pour utilité que de tanker et d'être con. Pourtant, dans ce qu'il devait être, tu le gérais plutôt bien. Je ne vais pas dire que c'est dommage que tu l'aies buté parce que sa mort est plutôt nice. Il prend cher, lâche une petite phrase de héros holywoodien et se fait aspirer comme une vieille poussière. Ça, c'était funky. Y'avait un peu de feelz dedans, on sentait que ça faisait quand même chier Kurt et... je pense que sans les petites interactions de Boris plus tôt, on s'en serait plus ou moins foutu. Là, même s'il reste très con, il fait quand même vachement nice guy. C'est le mec sympa, il voit des trucs, il taquine Kurt. C'est limite si ça serait pas le mec le plus gentil que t'aies eu dans ton escouade. Du coup, sa mort avec la mise en scène qu'elle implique est ok.

Là, où ça pêche selon moi, c'est celle de Farah. Farah était un PNJ super utile pour Kurt je trouve. En plus d'être cool, elle amenait une petite touche sympathique dans tes RP, tout ça. Je sais que tu travaillais le truc depuis quelques RP, par de petites touches plus ou moins subtiles et je trouvais vachement intéressant la tournure que ça prenait. Là pendant le RP, je me disais "Wow, Boris le con va le griller ça va être rigolo", tout ça tout ça... Alors, qu'on se comprenne, j'ai aucun souci à ce que tu la butes, c'est ton PNJ, je t'en ai fait cadeau, truc, machin... et peut-être même que sa disparition est la prochaine étape du développement de ton personnage. Mais y'a quand même quelque chose qui me gêne.

Tuer l'un, ou tuer l'autre, c'était cool. Tuer les deux d'un coup, ça pouvait l'être sur le papier. Seulement, je pense que tu n'as pas assez développé le côté que tu cherchais avec elle pour que sa mort soit super symbolique. Peut-être que c'était pas ce que tu cherchais à faire non plus, peut-être que t'es pas dans les conneries de symbole etc. Mais je sais pas... je trouve que ça fait "trop". Certes, par ce "trop" on évite le cliché de, situation initiale, élément déclencheur, grosse catastrophe, sacrifice du comic relief, mise en sécurité, aveux sentimentaux après dure épreuve mais j'ai quand même un problème là-dedans et je pense que c'est nos façons d'envisager le truc qui diffèrent. Je vais être totalement subjectif.

Farah meurt, on a rien. Pourquoi ? Pourquoi y'a aucune parole à ce moment-là ? Pourquoi on a juste l'image de doigts qui se décrochent d'une échelle, d'un corps qui vole et c'est tout ? C'est pour traduire la brutalité, la rapidité de l'évenement ? Peut-être, mais dans ce cas, Boris n'aurait pas dû avoir le temps de réagir à ça non plus. Le problème en fait, c'est que la situation est méga paradoxale. Boris on est censés s'en foutre un petit peu, et il a une mort classe, Farah est censée être importante et... elle se fait juste bazarder dans le tp et "allez bisous !".

Je comprends le délire, hein. Le truc de la brutalité de la perte, la rapidité avec laquelle ça se passe, le déchirement, tout ça. Je comprends tout à fait, mais j'aurai quand même bien vu un truc en plus. Je trouve qu'il manque un petit truc.

Enfin, quoiqu'il en soit, je ne faisais qu'exposer mon point de vue. Le RP n'est pas mauvais, ni décevant, il est plutôt "claque dans la gueule" et c'est cool. Les idées sont bonnes, c'est peut-être juste la forme qui bite un tout petit peu. Et j'appuie le "tout petit peu" !

Puis bon... On me la fait pas. Boris était blessé, donc là j'imagine qu'il est bien mort. Mais Farah ça allait. T'sais ce qu'on dit, tant que y'a pas de cadavres... y'a pas de fun !

Bref !

La difficulté psychologique ne rentrant pas (du moins il me semble) en compte dans le barème, je vais juste te le mettre en difficile.

41 xp, 410 munnies, 4 + 1 PS. Un en force, un en dex, deux en défense, un en psychisme !

Hé... J'y pense... C'est dommage que Kurt soit pas super fort dans la série aimant ... Le pauvre....
Twisted Evil

Ce que t'as pas dit, c'est que quand le téléporteur s'est calmé, t'as eu une feuille qu'est venue se coller sur ta tronche : rapport ! (tu sais comment ça fonctionne !)

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maïwenn, le Moineau triste
» Moineau s'ennuie
» Nuage du Moineau | Rivière
» Force de moineau
» Exlu Exlu! donné par S.A.M.!