Derniers sujets
» Loué soit Son nom
par Cypher Aujourd'hui à 0:12

» Tombe la chemise
par Roxas Aujourd'hui à 0:01

» Nouvelle approche
par Rufus Shinra Hier à 23:11

» Une balade dans les étoiles [Roll20 Starfinder]
par Shadow Hier à 22:53

» Le pire des mercenaires
par Lenore Hier à 21:43

» Tombent les cartes
par Chen Stormstout Hier à 20:55

» Tombent les masques
par Death Hier à 17:08

» Contrats - Demande de Mission
par Lenore Hier à 16:36

» Pour un peu de bien
par Agon Wiley Hier à 6:07

» L'âme d'un chercheur
par D.Va Jeu 19 Oct 2017 - 22:38

» Que tombe la foudre!
par Chen Stormstout Jeu 19 Oct 2017 - 19:18

» Attaque Nocturne
par Surkesh Jeu 19 Oct 2017 - 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Jeu 19 Oct 2017 - 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Jeu 19 Oct 2017 - 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Jeu 19 Oct 2017 - 11:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Un chant d'en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 125
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
59/500  (59/500)
Jeu 15 Juin 2017 - 13:20

Deux semaines étaient passées depuis que Cassandra avait fait sa promesse à son vieil ami, un temps qu’elle avait passé avec lui à remettre son église dans un état convenable et à former les orphelins de la ville. Elle était fatiguée, assise sur l’un des bancs à se tenir la tête de ses deux mains alors que le prêtre s’approchait avec une tasse dans chaque main. L’ancienne garde de la ville avait perdu en endurance, la cause étant l’emprisonnement et le fait qu’elle cesse de se mouvoir dans sa lourde armure, elle ne s’était sentie aussi éreinté depuis des lustres.

Gregor arriva alors à sa hauteur, présentant la hanse de la tasse à la jeune femme. Elle accepta avec un sourire avant de boire de son contenu et le poser à sa droite.

— Merci, Gregor.
— Si quelqu’un doit être remercié, c’est bien vous.

Il gardait le même petit sourire au visage avant de tirer une chaise pour se mettre en face de Cassandra. Il prit aussi une lampée de café avant de poser sa tasse dans le creux de sa main.

— Sont-ils prêts ?
Elle ria un instant avant de se redresser pour regarder son ami dans les yeux, fronçant ensuite les sourcils.

— Non, il y a encore à faire pour qu’il soit digne d’être entendu.
— N’êtes-vous pas, légèrement, trop ambitieuse pour les enfants du domaine ?
— Ce serait déjà un miracle qu’ils chantent juste. Et les deux autres, les fils Kiryon, ils vont me rendre folle avec leurs manigances et leurs bêtises.

Le prêtre rigola un instant avant de venir poser sa main sur la cuisse de Cassandra, la faisant arquer un sourcil alors qu’il reprenait d’une voix douce.

— Ce sont des enfants, et des jeunes orphelins. Ils cherchent peut-être en vous l’attentions que leurs défunts parents donnaient de leur vivant.
— Je ne suis pas leurs mères.

Elle coupa sèchement en se relevant, faisant quelques pas dans la pièce tout en posant sa main sur la cicatrice de sa blessure. Le claquement de sa canne résonnait dans l’église alors que le prêtre s’enfonçait dans sa chaise.

— Actuellement, vous êtes ce qui s’en rapproche le plus. Et…
— Ce titre ne m’intéresse pas. Rappelez-vous, je suis ici sous votre demande et vous ne m’avez jamais demandé d’essuyer la morve qui coule de leur nez.
— Cassandra…
— Quoi ?!

Gregor se releva et déposa sa tasse sur sa chaise pour ensuite aller faire face à son amie. Il était plus grand qu’elle, pas tellement, mais suffisamment pour qu’il dépose ses deux bras sur les épaules de la dame.

— Votre tâche ne doit pas se limiter à celui de sentinelle.
— Cela me conviendrait.
— Néanmoins, ce n’est pas ce que vous avez à faire, ils ne voient que vous depuis deux semaines, vous allez devoir agir comme un guide et non un sergent-instructeur avec eux. Maintenant que vous connaissez leurs voix, il va falloir les accompagner pendant tout le chant et à tour de rôle afin qu’ils soient entendus pas tous.

Les yeux de Cassandra tournèrent dans leurs orbites avant de se focaliser de nouveaux sur le prêtre. Elle était agacée. Il savait parfaitement comme pousser la jeune femme à faire les choses à sa façon, et cela l’énervait d’autant plus. Il avait raison, elle le savait et n’avait d’autre choix.

— Bien. Nous allons faire comme ça, Gregor.
— Que j’aime entendre ces paroles.
— Comme si tu pensais ne pas faire mouche, vieil homme.

Elle sourit légèrement à son attention alors qu’il abordait son plus beau sourire. Décidément, elle était incapable de refuser quelque chose à cet homme. Rapidement, elle remercia le prêtre et retourna s’asseoir afin de terminer sa tasse et prendre en main la partition qu’elle allait devoir travailler durant cette après-midi.

Il y avait un total de vingt-deux orphelins, du moins, il s’agissait de ceux ayant décidé de rejoindre l’église du père Gregor. Il n’était pas impossible de croire que bien plus d’enfants se retrouvaient sans parent, cependant, il n’y avait que ce petit nombre qui avait décidé de rejoindre la chorale. Si elle fut encore Templière, sans nul doute que Cassandra se serait occupé des autres enfants ou du moins, ceux en bas âge. Sans famille ni toit, ils devaient errer sans but dans les rues dévastées de la ville. En attendant, ceux-ci s’occupaient et c’était tout ce que pouvait espérer la jeune femme dans ce monde.

Les deux membres du Sanctum avaient décidé de séparer, selon leurs voix, les orphelins en quatre groupes.

Le coeur de la chorale était représenté par les sopranos, ils étaient plus de treize d’enfants dans celui-ci et était composé des voix les plus aigües. Ensuite, dans une note plus grave et duquel appartenait Cassandra, il y avait trois orphelins pour représenter les altos. Deux garçons et une adolescente. Les garçons les plus âgés, mais n’ayant pas encore changé de voix, représentant les ténors et ils étaient quatre. Quatre fringants garçons ayant connu plusieurs récoltes. Finalement, il ne restait plus que deux orphelins en proie à devenir des soldats et rejoint par le prêtre afin de former la voix de basse.

Ils étaient tous réunis, debout devant la jeune femme à répéter inlassablement les mêmes paroles. Pendant ce temps, la partition à la main, Cassandra se concentrait pour écouter les voix de chacun.

— Ce n’est pas ça.
Le chant venait de finir quand Cassandra relevait son nez de la partition, la mine sombre et un mal de crâne prenant de plus en plus d’ampleur. Elle déposa la feuille sur son pupitre avant de s’avancer en claudiquant dans l’église.

— Vous quatre, vous êtes incapables de suivre un canon.
Prenant appui sur sa jambe gauche et levant sa canne pour pointer le groupe des ténors. Ensuite, elle tourna son bras sur la droite pour pointer le prêtre et les jeunes hommes.

— Et vous deux, on vous demandez de chanter et non de crier dans la foule. Vous devez accompagner, et non dominer la chorale. Cette remarque est valable pour vous tous.
— Cassandra…

Gregor grinçait des dents, lançant un regard noir à la dame. Roulant une fois de plus des yeux, elle s’approcha du groupe de ténors et afficha un simple sourire sur son visage à l’attention des orphelins.

— Désolé… Nous…
— Ce n’est pas grave, oublié ce que je viens de dire.

Prenant appui sur la canne, la dame souffla un instant et tentait aussi bien que mal de se rappeler qu’il s’agissait d’enfant et non de soldat.

— Vous avez bien compris votre rôle ? Ici, vous devez travailler en harmonie pour que cela fonctionne. Et votre rôle, quel est-il ?
— Le canon, m’dame Pentaghast ?
— Exactement. Vous comprenez bien le principe ?
— Attendre avant de chanter ?[/color]

Elle se redressa et sourit à l’attention du gamin ayant répondu. Il devait avoir quoi, huit ans ? Enfant de fermier à en croire la tenue. Il cherchait à s’appliquer, c’était déjà une bonne chose.

— C’est simple, vous répété les paroles de vos amis avec un temps de retard. Vous en serrez capable, ou il vous faut un exemple.
— Vous l’ferez, m’dame Pentaghast ?

Elle arqua un sourcil, étonné, pour ensuite se racler la gorge et reculer d’un pas.

— Une seule fois… Deuxième couplet, première phrase et vous reprenez au troisième temps.
Retournant devant son pupitre afin de prendre la partition, Cassandra parcouru rapidement la feuille pour retrouver le passage et se le mettre en tête. Ensuite, elle leva la tête pour fixer le groupe d’enfant et commencer à chanter d’une voix forte cette partie de la partition.

— Soyez juste envers nous, Ô divine Étro…
Elle calcula de tête les temps, articulant chaque parole distinctement et en appuyant les tons bas. Finalement, au troisième temps, les enfants accompagnèrent l’ancienne garde.

— Soyez juste envers…
— … découvrez vos enfants du mal qui les accable
— … nous, Ô divine Étro…

Et ils terminèrent le chant, conservant approximativement le même temps alors que Cassandra avait fini. Elle hocha alors la tête dans un sourire avant de se rapprocher du groupe des altos.

— C’est bien…
— Merci m’dame Pent…
— Laissez-moi terminer. Il vous reste une chose à travailler, cesser de vous faire distraire par les autres voix. Votre rôle est justement d’être en décalage, alors, pas la peine de ce fixez  sur les sopranos et les ténors.
— D’accord, m’dame.

Elle se retourna alors pour se mettre prêt du prêtre et surtout, prêt des enfants qu’elle pointa d’un doigt accusateur.

— Vous deux. Ce n’est pas un duel, cessez de crier vers les cieux comme le chant d’un troubadour. Vos vers sont adresser à la Déesse, pas au Nuage noir.
— Désolé…
— Tu fais bien, nous reprenons !

Cassandra fit demi-tour et alla se ranger derrière son pupitre afin de lancer un nouvelle répétition du chant. Il ne s’agit que d’une seule et unique mélodie, pourtant, il allait en passer du temps dessus. Encore combien de temps, au juste ? Enfin, elle laissa cette pensée s’enfuir dans les méandres de ses pensées alors que les orphelins se remirent à chanter.


« Je m’avancerai jusque dans ta lumière, celle de la joie et de la paix.
Soyez juste envers nous, Ô divine Étro, découvrez vos enfants du mal qui les accable
Soyez notre force, Ô divine Étro, que les ténèbres quittent nos coeurs
Donnez-moi la Lumière et la foi, qui cela nous guide à travers vous
Et nous allons chanter, Ô Divine Étro, que les ténèbres quittent nos coeurs
Confiez vos paroles et vos louanges au Créateur, car il est à la base de tout chose
Gloire au Créateur, à Étro et à son Primarque, qu’ils nous guident en ces temps de peine »



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Véritable Primarque
Masculin
Nombre de messages : 101
Age : 28
Date d'inscription : 20/12/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
73/650  (73/650)
Sam 17 Juin 2017 - 20:41
Et on a la suite ! Plus particulièrement, la rencontre entre Cassie et des enfants depuis cette terrible nouvelle !
Je ne m’en étais pas rendu compte, mais j’attendais beaucoup de choses de cet rp ! Voir comment Cassandra allait gérer. Et j’ai envie de lui foutre une claque, et de lui faire un calin !

Mais voyons dans le détail. Et d’abord, les choses qui fâchent !
Je ne parlerai pas de la balise qui traîne, je sais que lorsque c’est le cas, tu as des problèmes de codes. Et puis ça arrive une fois ici donc ça passe !
Je ne vais pas rajouter une couche puisque tu as déjà eu le commentaire de Peper sur les temps (d’ailleurs j’ai du voir qu’une ou deux erreurs quand je l’ai lu tout à l’heure) !
Non on va aborder les fautes, les erreurs, les répétitions et les phrases construites bizarrement !
« L’ancienne garde de la ville avait perdu en endurance, la cause étant l’emprisonnement et le fait qu’elle cesse de se mouvoir dans sa lourde armure, elle ne s’était sentie aussi éreinté depuis des lustres. »
Je remarque que tu fais souvent ça dans tes rps. Tu pars sur une phrase, une idée que tu justifies, expliques, et puis tu continues ta phrase avec une autre proposition. Généralement en rapport, je te l’accord. Cependant, les virgules ne font pas une coupure assez importante d’après moi, et ça cause une certaine... maladresse. Tu écris bien, donc je sais que tu peux rectifier le tir !
Ah, et je n’ai pas choisis cette phrase par hasard non plus puisque je vais faire une autre critique ! Que tu perdes de l’endurance à cause d’inactivité, de blessures ok. Mais parce que tu ne portes pas une énorme armure de 15 kilos ? Ca devrait être l’inverse !
« Elle coupa sèchement en se relevant »
Je pense que tu as oublié un mot ! En tout cas c’est l’impression que j’ai eu, et ça m’a coupé un instant de ma lecture. Ca peut arriver ! Mais une relecture arrange tout ça!
« Il ne s’agit que d’une seule et unique mélodie, pourtant, il allait en passer du temps dessus. »
C’est quelque chose que je fais avec Matt et où tu m’as déjà repris. Mais attention au sujet ! Ici, tu parles des orphelins, ou de la chorale… donc soit un pluriel masculin, soit un singulier féminin !
« — Je ne suis pas leurs mères »
Sauf couple lesbien, les gamins n’ont qu’une mère ! Donc tout ça au singulier !

Et… c’est tout pour les reproches ! Passons maintenant aux critiques, positives ou négatives !
Pour ça, je vais prendre ton intro !
On est toujours dans le post BE, dans l’église que tu nous as présenté la dernière fois. C’est cool ! Mais comme tu le disais si bien, l’église était au moins partiellement détruite. Ce qui n’est pas terrible pour tenir des répétitions de chorale ! Donc tu répares… chose logique ! Et tu pourrais véritablement aidé ! Si tu n’étais pas si mal en point. Tu continues d’avoir une canne pour te déplacer, et juste de lever te fait souffrir comme le prouve ta main sur ton ventre ! Donc même si tu ne précises pas en quoi tu aides pour les réparations… je ne vois pas comment tu aurais pu. Ou même pourquoi le prêtre ton meilleur ami pour la vie te le permettrait ! Il a l’air assez protecteur avec toi, ou les démunis !

Gregor te ressert une tasse ! C’est sympa de sa part (enfin je vais quand même finir par croire que ce n’est pas du café!). Par contre, mis à part le rôle de serveur, et vaguement d’oreille à l’écoute de Cass, j’aurai bien aimé le voir davantage dans son rôle de prêtre, d’aide de la communauté. Parce que là, il t’a juste refilé tout le boulot !

On continue les critiques en parlant de l’attitude de Cassandra. J’aime beaucoup le côté maladroit et très sergent instructeur du personnage.
Elle doit gérer avec beaucoup d’émotions, de pensées contradictoires et parasites. Et possiblement sans expérience des mômes ! Donc même si tu n’explicites pas tout ça, c’était bien à voir. M’enfin je le redis, j’ai des envies de tartes et de câlins là !!!

Le chant était sympa, de même que le vocabulaire des différentes tonalités de voix.
Par contre, j’aurai deux… reproches ! Le premier, c’est sur les voix basses. Sauf erreur de ma part que Primus pourra rectifier, on les appelle des barytons. J’ai trouvé dommage que tu n’utilises pas le terme après avoir parlé de soprano, tenor et d’alto !
L’autre c’est le terme « découvrez vos enfants du mal qui les accable ». Le chant est bien, court mais bien. Par contre, je tique sur le verbe découvrer. Pourquoi l’avoir utiliser ? Il ne me semble pas être utile au contexte. Et si jamais c’est un sens que je ne connais pas du mot, qui n’est pas souvent utilisé. Pourquoi l’avoir fait ? J’aimerai des explications !
C’est pas grand-chose hein ! Donc le prends pas mal non plus, ça ne nuit pas totalement au chant !

Je conclurai ce commentaire sur une note positive !
Il est plaisant à lire et on apprend une nouvelle facette de Cassie !

Mission Facile 
Tu gagnes 10 points d'expérience ainsi que 100 munnies et 2 PS en symbiose et dextérité !
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Le héros le plus crédible en "méchant"
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué
» Quel est le méchant le plus méchant de Disney? [Survivor]
» LA " MARSEILLAISE CHANT de HAINE