Derniers sujets
» Loué soit Son nom
par Cypher Aujourd'hui à 0:12

» Tombe la chemise
par Roxas Aujourd'hui à 0:01

» Nouvelle approche
par Rufus Shinra Hier à 23:11

» Une balade dans les étoiles [Roll20 Starfinder]
par Shadow Hier à 22:53

» Le pire des mercenaires
par Lenore Hier à 21:43

» Tombent les cartes
par Chen Stormstout Hier à 20:55

» Tombent les masques
par Death Hier à 17:08

» Contrats - Demande de Mission
par Lenore Hier à 16:36

» Pour un peu de bien
par Agon Wiley Hier à 6:07

» L'âme d'un chercheur
par D.Va Jeu 19 Oct 2017 - 22:38

» Que tombe la foudre!
par Chen Stormstout Jeu 19 Oct 2017 - 19:18

» Attaque Nocturne
par Surkesh Jeu 19 Oct 2017 - 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Jeu 19 Oct 2017 - 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Jeu 19 Oct 2017 - 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Jeu 19 Oct 2017 - 11:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Aucune limite
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 22
Localisation : Vaisseau-mère de la Shinra
Date d'inscription : 17/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
54/550  (54/550)
Ven 9 Juin 2017 - 19:49
- Garde à vous ! Dit d’une voix forte le commandant des opérations, une femme élancée et enfermée dans une combinaison aussi noir que la nuit. Maintenant, écoutez-moi, je ne vais pas l’répéter. “Peur” est un mot que je ne veux pas entendre, les filles. Si vous faites pipi dans votre caleçon en appelant à l’aide, je ne veux pas le savoir. C’est le moment de faire la fierté de votre maman !
- Ouah, elle est stricte. Chuchota Farah à l’attention du médecin, ranger au garde-à-vous autour des autres guerriers de la borne d’arcade. Tu devrais prendre note, Kurt.
- Attend, t’aime quand on te crie à la gueule et qu’on parle de ta maman ? Demanda l’intéressé en tournant la tête.
- C’est pour toi maman ! Hurla alors Boris en brandissant son épée au-dessus de sa tête.
- Attend, tu vois comment ses hommes sont respectueux !? Dit alors l’experte en démolition. Ils avalent ses paroles.

Une musique tournait à plein régime dans les enceintes du vaisseau de débarquement de la mission à l’encontre des cybugs, au point que Farah n’entendit pas la réponse du médecin. Alors qu’elle fit signe à ce dernier de ne pas avoir compris, une voix résonna dans la soute.

- Ceci est un exercice, soldat. Elle fit une courte pause. Vos ennemis ont été réglés au plus haut niveau de difficulté, votre mission, protéger les VIPs. Les soldats en armure s’écartèrent alors pour laisser place aux membres de la compagnie Shinra, ceux-ci s’avançant devant la commandante. Ils doivent rejoindre le sommet de la tour à n’importe quel prix, vous avez vos ordres.
- À vos ordres, général ! Hurlèrent alors les dizaines de soldats aux allures futuristes.
- Vous êtes le dernier espoir de l’humanité. Continua la commandante en observant le chef d’escouade dans les yeux. Notre mission : détruire tous les cybugs. Vous êtes prêtes recrues ? C’est ce qu’on va voir.
- Ouais. Commença de nouveaux Kurt à l’intention de Farah. C’est comme les simulations dans le vaisseau-mère, on tire et dans le pire des cas, on recommence après. Rien de compliquer.
- T’as pas écouté le hérisson bleu dans le hall central ? Intervint l’experte en démolition en même temps qu’elle posa sa main sur son épaule. Si nous ne sommes pas dans notre borne, pas de réapparition !
- Mmmh. Réfléchis un instant le SOLDAT. Pour une fois, j’vais t’écouter. Il se retourna devant Boris. Les gars, comme dans nos entraînement et on se donne à fond, faut que l’on ramène une médaille pour le Président et que nous revenions en état ! En avant !

Attrapant son fusil automatique en main, Kurt se joignit à la commandante de la mission à l’instant ou la passerelle s’abaissa. Boris était à sa droite, et Farah à sa gauche. Et ensemble, ils comprirent qu’il allait s’agir de plus qu’un simple entrainement.

La musique crachée par les enceintes n’avait pas baissé de volume et continuait de harceler les tympans des SOLDATs, cependant, elle ne parvint pas un seul instant à contenir le bruit des battements d’aile des cybugs. Du moins, c’est ce que le médecin associait aux cybugs. D’étrange mouche géante et aux yeux brillants dans la pénombre et volant en essaim parfaitement coordonné. Les soldats de la borne d’arcade s’étaient déjà avancé sur la plaine qui s’étendait devant eux, et dans le centre de celle-ci résidait l’objectif de la simulation : le laboratoire responsable des monstruosités déjà occupées à descendre la moitié des hommes du jeu-vidéo.

- C’est quoi ce délire…? Commença alors Farah
- Putain de merde. Continua le médecin.
- J’veux voir ma maman ! Termina alors le guerrier de la Shinra.
- On n’vous paye pas pour rêvasser ! Hurla alors la commandante en attrapant Kurt par son épaulière pour le jeter un avant, remarquant que l’un des soldats se fit gober en plein vol par l’un des cybugs. On avance et on me descend du cybugs !

Le rappel à l’ordre ayant fait son effet, le médecin donna alors ses ordres à ses propres SOLDATs. D’un geste de la main, il ordonna à Boris de prendre la tête alors qu’il restait en arrière avec Farah, tout deux avec le fusil à l’épaule. Le guerrier s’avança alors d’un pas lourd, dégainant son épée de la main droite et déployant un bouclier du kit fixé à son avant-bras gauche, une barrière se posa alors devant eux et eut le mérite de stopper la charge de deux insectes.

- Boris, aucun ne doit passer ! Hurla Kurt en tirant sur les deux ennemis au pied du guerrier, les détruisant au passage. Et seigneur dieu, j’te vois charger, j’viens pas te rechercher !
- Da ! Aucune chance que j’fonce dans c’piège. Répondit l’intéresser en brandissant sa lame d’un pas de côté pour embrocher un cybugs d’un coup d’estoc pour ensuite se repositionner.
- Farah… Commença alors le médecin quand il vit une grenade partir dans les airs et exploser dans un mouvement d’essaim, le faisant s’éparpiller l’espace d’un instant avant qu’il ne revienne à la normale. Continue comme ça.
- T’inquiète pas, mon chéri. Elle fourra une autre munition dans son lance-grenade, présent sous le canon de son fusil avant de ramener celui-ci à l’épaule et tirer d’un des insectes cherchant à les contourner.

La troupe avançait lentement, comparativement aux IA de la borne d’arcade qui avait déjà rejoint le pont menant à la base de la tour. Néanmoins, la commandante restait aux côtés des SOLDATs et n’était pas en reste, vidant son chargeur sur les monstres trop ambitieux et hurlant des ordres à Boris.

Voilà plus d’une trentaine de secondes que le médecin n’avait pas enlevé son oeil de la mire de son fusil, tournant sur lui-même selon les indications des autres membres de son escouade et usant de toute sa concentration. Pressant la gâchette de son fusil à intervalle régulier, économisant ses balles en préférant les rafales de trois coups. La plupart du temps, ça passait et les cybugs tombaient inerte au sol, à d’autre moment, ce fut la commandante qui acheva d’un tir de son fusil. C’est au moment où il abattu son neuvième insecte qu’il entendu le clic caractéristique d’un chargeur vide, et justement, c’était cet instant qu’un cybug avait choisi pour charger de côté. Lâchant la poignée de son arme, tenant le fusil par le chargeur de sa main gauche, le médecin dégaina son pistolet et tira trois coups pour voir son ennemi s’écraser à ses pieds.

- Bordel, il y en a combien !? S’énerva Kurt en chargeant un brasier dans la chambre de son pistolet et faisant un unique tir sur un cybug s’approchant de trop prêt de Farah.
- Le moyen de les détruire se trouve dans la tour ! Répondit la commandante, rechargeant son arme. Le premier objectif est d’atteindre l’entrée, les forces extérieures sont trop nombreuses pour les contenir.
- Vous n’pouviez par le dire plus tôt ! Éructa l’experte en démolition en dégoupillant une grenade.
- Boris, on est derrière toi ! Ordonna directement le médecin suite à cette nouvelle information. On rejoint le pont, au pas de course.

La troupe avança et passa à côté d’un corps de cybug calcinés, victime du tir infernal. Durant la course, le guerrier avait mis son bouclier de côté et chargeait en faisant le large mouvement avec son épée avant de se faire interrompre par l’IA.

- Attention aux oeufs ! Elle tira sur l’un de ceux-ci, le faisant exploser. Il faut les détruire avant qu’il n’éclose.
- Ah ! Ce n’était pas assez compliqué comme ça. Hurla Boris en même temps qu’il écrasa l’un des oeufs de sa botte et fendit en deux la mère-pondeuse.

Durant la course, ce ne fut pas la précision, mais le nombre de balle tiré qui fit la différence. Il y avait cent mètres entre le vaisseau de débarquement et le pont menant aux laboratoires. Et pendant cette course, Farah et Kurt se contentèrent de vider chargeur sur chargeur dans les différents essaims un peu trop collant à leur goût. Autant dire que cela n’était pas le summum de l’efficacité, néanmoins, ils arrivèrent rapidement au point de contrôle.

- Les filles… Commença la commandante en arrivant sur le point. On arrête les ronronnements de minette et les batailles de chatouille sur le champ. L’entrée du labo’ est droit devant.
- C’est pas trop tôt. Pestait Farah en engageant un nouveau chargeur dans son arme.
- Derrière toi ! Hurla Kurt à l’attention de l’experte en explosif, tout en dégainant son pistolet et tirant deux balles au-dessus de l’épaule du SOLDAT pour abattre un premier cybugs.

Toutefois, le second cybug n’était pas dans son angle, et l’insecte attrapa une sacoche à la ceinture de Farah avant de reculer de quelques pas et se recroqueviller sur lui-même.

- Faite gaffe ! Hurla la commandante en pointant son canon sur le cybug. Ils deviennent ce qu’il mange.

Et à cet instant, l’insecte fit apparaitre un canon lourd sur son dos avant de s’envoler et tirer des grenades sur toutes la zone. Une série d’explosion balaya le pont, faisant sauter le reste des soldats de la borne d’arcade ainsi qu’une bonne partie des autres cybugs. Les SOLDATs eurent juste le temps, du moins pour Farah, de se jeter derrière le bouclier de Boris. Quant à lui, Kurt prit l’une des explosions de plein fouet et fut soufflé à plusieurs mètres.

- Kurt ! Hurla l’experte en démolition en dégainant son fusil et vidant son chargeur sur le cybug au lance-grenade, parvenant à peine à le faire filer dans un essaim. Boris ! Il faut le récupérer.
- Les bleus ! Dit alors la commandante en attrapant Farah à l’épaule. Pas d’insurrection sous mon autorité, nous avons une mission !
- C’est bon, les gars… Une faible voix, parvenant à peine à passer sous le bruit des battements d’aile se fit entendre.

Le médecin se relevait, utilisant son arme telle une canne et appuyant une blessure sur son ventre de sa main libre. L’explosion avait brisé son casque, il était sans protection alors qu’un filet de sang perlait le long de sa tempe. Il fut rapidement rejoint par Boris et Farah, lui laissant le temps d’attraper l’une de ses potions dans les poches et de l’ingurgiter.

- Là, j’sais c’que ça fait d’être contre toi, Farah. Rigola difficilement Kurt, la potion n’étant pas suffisante pour la blessure qu’il avait.
- On dégage de cette merde ! Ordonna alors Farah. Boris, tu nous permets une retraite et on…
- Eh, poupée… C’est pas toi le chef d’escouade. Répondit le médecin en se redressant et prenant son fusil en main pour le pointer en direction de l’experte de l’explosif. On a une mission à terminer…
- Qu’est-ce que tu fous !? Hurla Farah en reculant d’un pas, alors que la détonation résonna.

Un cybug tomba derrière l’originaire d’Agrabah, alors que le médecin fit retomber son fusil le long du corps dans un sourire niais. Rouge, la femme de l’escouade se retourna et vida son pistolet pour abattre les derniers insectes restés en arrière. Relâchant sa plaie, il amena sa main ensanglantée dans une sacoche pour sortir une seringue qu’il planta dans son cou avec de se positionner derrière Boris.

- Bon, on traverse ce putain de pont ? Dit-il, alors qu’il commençait à être pris de spasme. Et plus vite que ça. Termina-t-il en chargeant les balles du chargeur de son fusil automatique d’un sort de terre. J’vais pas tenir très longtemps et j’ai vraiment envie de ramener cette médaille à la maison.
- Ah ! Enfin, je reconnais un véritable ours en toi, mon ami. Éructa Boris en baissant son bouclier pour assener une série d'attaques à l’aide de son épée. Rester derrière moi !
- La porte est ouverte les filles, c’est la dernière ligne droite ! Hurla alors la commandante en prenant le pas du guerrier de la compagnie.

Au bout du pont, la large porte blindée s’ouvrit pour faire place à une autre essaim de cybugs plongeant sur les lignes de SOLDAT. Un sourire aux lèvres, le médecin se décala un instant pour poser la crosse de son fusil à la hanche et tirer dans le tas tel un malade mental. Les balles chargées de magie fusèrent dans les airs, fauchant les cybugs quand elle touchèrent et faisant de sérieux impact sur les portes pour le reste.

De son côté, Boris retenait les assauts autant que faire se pouvait et donnant de temps à autres quelques coups d’épée pendant que Farah dégoupillait ce qui lui restait comme explosif.

La commandante avait parlé d’un seul assaut à tenir, et Kurt allait faire tout ce qu’il pouvait pour tenir ce front. Reprenant son pistolet en main, le médecin chargea un sort d’aimant dans une balle et attendait que Farah lance une grenade pour toucher celle-ci de son sort, attirant ainsi les ennemis pour les faire exploser. Néanmoins, l’essaim se sépara en deux et contourna le bouclier de Boris pour attaquer les lignes arrières, composé du médecin et de l’experte en démolition. Instinctivement, le médecin relâcha son arme qui pendait sur son épaule par la sangle pour sortir un fumigène de sa sacoche ainsi qu’une charge d’explosifs. Il tendit cette dernière à Farah avant que le nuage de fumée blanche fît son apparition et qu’il poussa Boris à courir.

Les trois SOLDATs, accompagnés par la commandante, avancèrent alors au milieu du pont pour sortir du fumigène alors que l’experte en démolition pressa le détonateur. Une explosion ahurissante vient passer par-dessus la musique et les essaims alors que la troupe avançait sans couvert au milieu des ennemis. Et finalement, ils arrivèrent tous devant la porte pour se retourner dans un dernier baroud d’honneur avant la fin du niveau.

- Les portes se refermeront dans trente secondes, tenez la position ! Ordonna la commandante en trainant Kurt qui venait de retomber au sol, l’effet de son stimulant étant passé. Plus personne ne meurt, aujourd’hui.
- Comment est-ce qu’on est sensés tenir ça !? Hurla Farah, rechargeant son arme une nouvelle fois.

Le médecin s’appuya contre un des murs, maintenant sa blessure de sa main gauche et observant les deux autres SOLDATs tenir difficilement les lignes. Soufflant sous la douleur, le médecin amena sa main libre à la sacoche et déploya deux drones, XZ et YV qu’il envoya sur Boris et Farah. Le premier afin d’offrir un bouclier au guerrier et le second afin de créer un dôme autour de l’experte en démolition. C’était plus ou moins la seule chose qu’il pouvait faire à l’heure actuelle.

Le guerrier avait abandonna sous bouclier et se contentait de donner des grands coups dans les airs, illuminant de temps à autre son épée dans un éclair pour en faucher plusieurs simultanément. Et de son côté, Farah chargeait et tirait de son lance-grenade en profitant aussi bien qu’elle le pouvait du couvert apporté par le drone. Toutefois, cela ne suffisait pas à endiguer la menace. Les cybug gagnait de plus en plus de terrain, il arrivait de toutes parts et trois fusils ne suffisait pas pour ralentir l’avancé. Et cette foutu porte mettait plus de temps que prévu à se fermer.

Attrapant une seconde potion, le médecin l’avala aussi sec avant de se révéler dans un cri de douleur pour ensuite mettre un chargeur plein dans son arme.

Titubant, il fit les quelques mètres les séparant des membres de son escouade difficilement pour lever fébrilement le canon de son arme. Il n’arriverait pas à viser dans ses conditions, la douleur était trop importante. Qu’importe, il allait se contenter de vider son chargeur sans réfléchir, il y avait assez d’ennemis pour que cette stratégie fonctionne. Pressant la détente, il n’arrêta pas son geste et son canon se leva à cause du recul, et les impacts de balle se virent sur le pont et la structure de la porte. Il arriva tout de même à aligner certain cybugs et permis à Farah de respirer un instant, le temps qu’elle jette ce qu’il restait de sa ceinture d’explosif dans la mêlée et stop définitivement l’avancé des insectes.

Finalement, la porte finie par se mettre en branle et se refermer doucement, obligeant les SOLDATs à reculer et contenu l’entrée qui se faisait de plus en plus petite. À leur plus grand bonheur. Et une fois que le claquement du fer se fit entendre, le médecin se laissa tomber en arrière dans un gémissement.

- Soldat, debout. Dit alors la commandante. Nous avons fait le plus simple, nous devons encore rejoindre l’ascenseur et accéder au sommet du bâtiment.
- Pardon !? Demanda Boris, en sueur et s’appuyant sur son épée pour respirer.
- Oui. Le couloir à traverser jusqu’à l’ascenseur. Conclua-t-elle. Vous pouvez marcher ?
- Laisser le respirer ! Hurla alors Farah, s’étant assise au côté du médecin et posant sa tête sur ses genoux. Nous ne sommes pas des machines, nom de dieu !
- C’est cool, Farah. Souffla le médecin entre deux respirations. On va juste faire un truc avant de redémarrer, retire ma chemise et nettoie cette plaie pour commencer.

L’experte en explosion se raidit un instant, ne comprenant pas les ordres avant de s’exécuter.

- C’est ça que ça fait, être déshabillé par une femme. Rigola Kurt, à moitié conscient de ce qu’il se passait. Dans ma sacoche gauche, il y a une bouteille d’alcool et des compresses. Éponge le plus gros avec le reste de ma chemise et nettoie avec les compresses.
- T’es sûr que c’est à moi de faire ça ? Demanda Farah, perplexe.
- Plutôt toi que Boris. Il se retourna sur le guerrier barbu. Sans rancune.
- Da ! Ricana-t-il à son tour.

Consciencieuse, la femme de l’escouade se mit à la tâche alors que le médecin basculait entre conscience et inconscience, gémissant quand l’alcool tomba sur sa plaie ouverte.

- Et maintenant !? Dit-elle en jetant les compresses pleines de sang.
- C’est à mon tour, passe moi l’ampoule dans ma sacoche droite, la verte. Elle s’exécuta et lui tendit. Parfait. Il amena ses deux mains devant la blessure et craqua l’ampoule, faisant tomber le liquide dans la plaie et arrachant une grimace de la part du médecin. Recule, maintenant. Dit-il, haletant.

Le saignement était stoppé, les antibiotiques allaient faire effet. Il ne restait qu’une seule chose à faire. Se concentrant, il amena son énergie magique dans sa main gauche pour concentrer un sort de brasier qui brûlait dans sa main. Et soufflant, suffoquant presque, il finit par coller le sort sur la plaie pour la faire cicatriser. Dans une odeur de cochon griller, il sombra définitivement dans l’inconscience, il avait au moins réussi à faire cicatriser sa plaie et il n’allait pas crever exsangue dans une borne d’arcade de merde.

- Et maintenant ? Demanda Boris, ayant assisté à la scène avec une expression dégoûtée sur le visage. On peut sortir ?
- Négatif. Répondit la commandante. Nous avons passé le premier passage. Soit nous échouant dans le couloir, soit nous allons activer la balise au sommet du laboratoire.
- Génial ! S’écria Farah. Nous voilà coincés dans un couloir de merde avec Kurt dans les vapes sans d’autres choix que d’avancer !? Putain de bonne nouvelle !

L’originaire d’Agrabah s’était levée et pointant son doigt sur l’IA en s’énervant de plus en plus, prête à imploser.

- Soldat, calmez-vous. Ordonna la commandante. Nous pouvons passer ce niveau sans ce soldat, la marche est simple.
- Simple !? Comme affronter un essaim d’insectes entier !? Elle voulut enfoncer son poing au travers de son casque. Foutez-vous de ma gueule.
- Farah. Répondit timidement Boris. Laisse là parler.
- Humph !
- Merci, soldat. Reprit-elle alors. La marche à suivre pour atteindre l’ascenseur est de ne pas faire de bruit, de rester discret. Dans le cas contraire, nous réveillons tout les cybugs présent et l’épisode de l’ascenseur sera un enfer.

À tour de rôle, Farah et Boris se regardèrent avant de remettre leur attention sur la commandante.

- C’est tout ? Questionna Boris.
- Affirmatif. Répondit-elle. C’est un secret de la borne que je vous partager, éviter de le dire à n’importe qui, je vous serais reconnaissant.
- Boris, tu prends Kurt sur tes épaules et on traverse le couloir ? Demanda alors Farah, soulevant déjà le médecin.
- Da. Dit-il en hochant la tête. Il ne doit pas être si lourd.

Une paire de minutes plus tard, le médecin se retrouvait sur l’épaule de Boris, semblable à un sac de patate alors que la commandante prenait la tête de l’escouade. Ils firent une dizaine de mettre pour que finalement, elle pose son doigt sur ses lèvres pour signaler qu’à partir de maintenant, le moindre bruit pourrait causer leur perte. Et à partir de cet instant, Farah et Boris soufflèrent un grand coup avant de prendre le pas à l’IA. Seul le bruit des bottes sur le sol résonnait, effrayant les SOLDATs quelques fois quand ils perçurent des ombres bougées dans les coins. Néanmoins, la commandante restait impassible en s’avançant.

Ils avaient marché durant, semblait-il, des heures pour finalement se retrouver devant un monte-charge. D’un geste, la commandante intima aux SOLDATs de s’approcher. Farah franchis la barrière la première et s’installa sur la plateforme, ensuite, se fit au tour de Boris et finalement au soldat de la borne d’arcade. L’experte en démolition se permit un sourire, s’approchant pour activer l’ascenseur. Cependant, ce fut à ce moment-là que Kurt décide de reprendre connaissance dans un gémissement qui résonna dans le couloir.

Farah et Boris cessèrent de bouger alors que la commandante regardait vers le couloir. Il n’y avait rien. Un second gémissement de la part du médecin qui commençait à se tortiller sur lui-même et à grogner, prise de panique, l’originaire d’Agrabah s’avança et frappa le bouton du plat de sa main. Déclenchant le mécanisme de fermeture et réveillant aussi le bruit du battement des ailes des cybugs. Les SOLDATs eurent juste le temps de voir un nouvel essaim s’approcher de la porte quand le monte-charge commençait sa lente ascension.

- Putain Kurt, tu ne pouvais pas la fermer ! Se mit à crier Farah, reprenant son arme en main et chargeant celui-ci.
- Il n’y peut rien ! Rugit Boris qui déposa le médecin reprenant lentement conscience pour dégainer son épée. Et c’est toi qui as réveillé les insectes.
- Pardon !? Dit-elle en menant son arme à l’épaule et pressant sur la détente.
- Qu’est-ce qui se passe ? Répondit finalement Kurt, émergeant doucement.
- La guerre pour l’humanité, soldat. Dit alors la commandante. Et elle n’attendra pas que le gros bébé se réveil pour survivre.

Les tirs et les cris de cybug finirent de réveiller le médecin qui eut le réflexe de se lever instantanément. Grosse erreur. Il sentit sa peau lui tirer sur le ventre, à l’endroit de sa plaie qu’il observa un instant. Et surtout, il se rendait compte à l’instant qu’il était torse nu et que la douleur ne c’était pas calmé.

- Merde. Éructa Kurt. J’suis resté inconscient ?
- On a d’autre chose à faire ! Cria Farah qui donna un coup de crosse à un cybug, le faisant chuter dans la cage d’ascenseur. Que de répondre à tes questions.

Dorénavant debout, le médecin reprit son arme de service en main et vérifia son magasin avant de porter son fusil à l’épaule. Il allait mieux, cependant, sa vue était toujours brouillé et il ne parvenait pas réellement à toujours les cybugs. Autrement dit, une balle sur cinq dans son chargeur faisait mouche. Ce ne fut que grâce au compétence de Boris que l’escouade s’en sortait plus ou moins bien. Enfin, les insectes ne parvenaient pas à grimper sur la plateforme à cause de ses grands mouvements. Quant à Farah, elle n’utilisait que son arme de service et aucun explosif, par crainte de faire exploser l’ascenseur dans la volée.

- Encore dix étages ! Prévint la commandante. On s’bouge le cul les pucelles, nous y sommes presque.

D’une claque mentale, le médecin se concentra de nouveau après avoir rechargé son arme. L’ascenseur étai en carré et chacun tenait sa position, Kurt s’approchait de son coin et pointait son arme vers l’avant. Une rafale, une seconde et finalement une pression de détente continue. Les cybugs n’ont pas débordé cette position.

- Plus que deux étages !

Pas le choix, les insectes allaient les prendre à revers une fois la porte vers le dernier otage ouvert. Attrapant une grenade à sa ceinture, le médecin dégoupilla celle-ci et compte trois secondes avant de lâcher l’explosif sans le vide.

- On sort ! Hurla le médecin. Tout de suite !!!
- Qu’est-ce que t’as fait, le bleu !? Répondit la commandante alors que Boris l’attrapait par la taille pour la propulser en dehors de l’ascenseur.

Les SOLDATs sautèrent ensemble alors que l’explosion balaya la cage d’ascenseur et fut chuter cette dernière à la base de la tour. Péniblement, le médecin se releva en observant la plaie sur son ventre, ça faisait un mal de chien et cette cascade n’allait pas aider cette blessure à aller mieux. Farah et Boris se relevèrent sans mal, alors que la commandante se releva en hurlant à l’encontre du médecin.

- Vous avez détruit ma tour !? Dit-elle en s’approchant de Kurt. J’ai été bien sympathique à vous laisser vous entraîner dans ma borne d’arcade, pas pour que vous fassiez de mes locaux un tas de rocher.
- C’était ça, ou ils nous auraient coupées la retraite. Répondit simplement le médecin, trouvant un meuble pour s’asseoir dessus et regarder sa blessure. Navrée, la compagnie viendra récupérer ça.
- Vous pensez que nous avons besoin de vous ? Elle soufflait du nez. Il suffit d’un reset, je ne veux plus vous revoir dans ma borne après la reine cybug.

Boris cligna des yeux un instant avant d’avoir un léger mouvement de recul avant de reprendre la parole et s’adresser à la commandante.

- La reine des cybugs ? Il amena son index à ses lèvres. Qu’est-ce que c’est ?
- Tout est dans le nom. Dit-elle en rechargeant son arme. Dans la pièce suivante, vous trouverez la reine au centre de la pièce. Suffit de la tuer et vous aurez votre médaille.
- C’est tout. Demanda alors Farah. Rien d’autre à faire ?
- Il y a aussi des oeufs de cybugs, ne les toucher pas et il ne vous arrivera rien. Elle remit alors son casque sur la tête. Vous êtes prêtes, les filles ? La salle ouvre dans une heure et je n'aurai pas assez de temps pour réparer vos conneries.

Chaque membre de l’escouade fit alors de même, vérifiant son équipement et ses chargeurs. Autant dire que, depuis le début de la mission, ils avaient bien entamé la réserve de de munition supplémentaire qu’ils avaient apporté. Farah ne possédait plus de munition pour son lance-grenade et il ne lui restait qu’une charge, l’épée de Boris et son bouclier était en mauvais état et Kurt n’avait plus que trois chargeurs et quatre grenades.

- Les explosifs au cas où les cybugs éclosent. Commença le médecin. Boris en première ligne et on nous envoyons tout le plomb qu’il nous reste, Farah ?
- Oui. Dit-elle, fatigué par cet entraînement.
- En cas de problème et j’entends par là en cas de gros problème, tu poses ta charge sur la reine et tu m’exploses sa race. Dit-il avec un léger sourire. J’vais pas être utile à grand chose, autant assuré nos arrières. Il pointa ensuite la commandante. Au pire, elle pourra reset. En route !

Préparer, l’escouade s’avança dans la dernière salle, un grand hall circulaire dans lequel se trouve des centaines d’oeuf de cybugs ainsi qu’un énorme cybug en son centre. Et ce dernier semblait ne rien faire d’autre que d’attendre un adversaire.

- Boris, à toi l’honneur. Ordonna le médecin, sa main gauche sur sa brûlure qui lui tirait toujours autant.
- Rester derrière moi ! Hurla-t-il en posant son énorme bouclier sur le sol, faisant réagir la reine.
- Ça, tu peux compter là-dessus. Répondit Farah en tirant la première rafale afin d’attirer l’ennemi.

Comme avait prévenu la commandante, la reine traversait l’arène pour venir combattre les SOLDATs. Et suite à cela, le médecin et l’experte en démolition restèrent derrière le guerrier et vidèrent leurs chargeurs sur la reine. Cependant, cela ne semblait pas réellement l’affecter, tant elle continuait d’avancer inexorablement.

Répondant à cela, le médecin se décala sur la droite et chargea des sortilèges de brasier dans ses munitions avant d’amener son fusil à l’épaule. Il tira cinq coups à la suite, seulement, un tir infernal toucha sa cible. Il n’était pas encore remis de sa blessure et ne parvenait toujours pas à viser correctement. Cependant, la balle enflammée avait eu le mérite d’être efficace et de freiner sa course. Dégainant ensuite son pistolet et chargeant un dernier sort, le médecin tira une balle à l’aspect verdâtre ayant pour but d’empoisonner la cible.

Le combat était risible, les SOLDATs eurent le temps de vider plusieurs de leurs chargeurs avant qu’elle ne face quoi que ce soit.

Et c’est à ce moment qu’elle développa une nouvelle technique. La reine cybugs cracha un nuage de poison qui entoura la zone ou se trouvait l’escouade, affectant directement chaque membre. Pour qu’ensuite, elle tira à son tour un dard en métal qui vient se planter à quelques centimètres de la jambe de Farah. Dans un réflexe, la formation fut rompue et les SOLDATs battirent en retraite en toussant. Le médecin avait plus de mal et ne parvint à faire autrement que d’inhaler encore plus de poison pour se retrouver à genou en train de cracher ses poumons.

- On passe au second plan ? Demanda directement Farah en jetant son chargeur au sol.
- C’était peut-être la meilleure idée. Répondit Kurt, crachant du sang. Farah par la gauche, Boris au centre et j’attire son attention sur la droite.
- T’es sûr ? Demanda l’experte en démolition, inquiète.
- Oui, oui. Répondit le médecin en se relevant et grimpant sur une passerelle sur la droite alors que Boris chargea tête baissé.

Le guerrier arriva rapidement au contact, alors que Kurt n’avait toujours pas fini de monter sa rampe pour pointer son canon sur la tête du monstre. Boris, comme première attaque, donna un coup de son bouclier sur l’un des pattes, déstabilisant la bête et ce qui permit au médecin de faire un tir parfait. Cependant, et ignorant pourquoi, tomba alors en arrière et exposait son ventre dans lequel une lueur verte brillait.

- Farah ! Hurlait alors le médecin, pointant la zone de son doigt à l’experte en explosif. Elle hocha la tête, faisant mine d’avoir compris pour se ruer à cet endroit.

Sauf que ni elle, ni Boris fut assez rapide quand la reine se releva et balaya le sol. Faisant tomber les deux SOLDATs au sol et remuant ainsi les oeufs en gestation. Et progressivement, ils commencèrent tous à éclore. Jurant, le médecin ne réfléchit pas plus longtemps et détacha sa ceinture de grenade qu’il lança au pied de la reine cybug. Boris ayant vu l’action, il abandonna son arme et son bouclier pour plonger en arrière avant que l’explosion n’ait lieu et remettre la reine dans la même position.

L’occasion parfaite, Farah se releva et lança la charge dans les airs qui atterris plus où moins sur la zone en surveillance. Une seconde, deux secondes, trois secondes… Et la charge explosa dans une déflagration qui força le médecin à se mettre à couvert.

C’est une fois que la fumée retomba que le médecin put remarquer qu’une immense colonne de lumière venait de faire son apparition au milieu de la salle et que tout les cybugs présent cessèrent leur activité pour se diriger vers celle-ci et mourrir grillé comme une mouche s’approchant d’un grille-moustique. Il ne manquait plus que le petit pet d’électricité pour que la scène soit parodique. Et arrivant tel un champion, la commandante fit son apparition en même temps qu’un hologramme occupé à vanter les mérites des guerriers ayant réussi à débarrasser l’humanité des cybugs.

- C’est quoi, ça ? Demanda Kurt, marchant dorénavant avec difficulté. Cette colonne ?
- Ça. Demanda-t-elle, presque crédule. À chaque fin de partie, l’arme s’active et détruit tout les cybugs.
- Vous n’aviez pas envie de l’activer plus tôt. Hurla alors Farah.
- Il s’agissait d’un entraînement, non ? Répondit simplement l’IA. Comment seriez-vous entraîner s’il n’y avait pas de cybugs. Elle s’abaissa et tendit alors un objet au chef d’escouade. Tenez, votre médaille.
- Ne voyez pas cela comme une attaque personnel. Commença alors le médecin avant d’attraper l’objet de leur mission. Mais, je vous déteste. Sincèrement. On remballe !


Dernière édition par Cypher le Lun 9 Oct 2017 - 12:02, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 373
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
243/650  (243/650)
Ven 9 Juin 2017 - 21:54
Ah, un bon petit entraînement en conditions réelles ! Ça fait pas plaisir quand même ? Hein ? C'est mieux que les tours de terrain et les pompes à la con, non ?

Juste une petite déception : j'ai trouvé ça trop simple en fait. Non, bon... J'arrête de te faire chier et j'passe à un vrai commentaire Smile

Effectivement, y'a une petite déception ! C'est pas grand chose, mais ça m'embête quand même un peu. J'imagine qu'avant de faire cette mission tu as vu le film qui correspondait. J'ai... pas vraiment trouvé de différences par rapport à ce qui nous est montré dans le film. Alors attention, je vais rendre mon truc moins crédible d'un coup : j'ai pas souvenir d'un boss en fin de truc. Peut-être tu l'as rajouté, peut-être il était déjà présent, franchement je me rappelle pas. Mais ça change pas trop trop ce que je veux dire finalement. Je pensais à ajouter de nouvelles "phases" dans la progression du jeu, j'sias pas si tu vois ce que je veux dire.

Bon, d'un autre côté c'est pas méga méchant non plus. On t'as dit "va faire Hero's Duty en mode ultra chaud sa maman", t'as fait Hero's Duty en mode ultra chaud sa maman. C'est plus une question d'attente de ma part qu'autre chose ^^

Je... J'ai franchement envie de passer sur le "Farah et Boris, truc machin, dialogue, ça marche bien" parce que tu le sais, je le sais, les gens peuvent lire n'importe lequel de mes quarante derniers commentaires, ils le savent aussi ^^ Je vois pas l'intérêt de repasser dessus encore une fois pour dire les même choses. Donc là dessus : tu maîtrises.

A la limite, si. Y'a UN truc que j'attendais de ouf. C'est pas arrivé, mais ça rend le truc encore plus drôle. Quand Kurt se blesse (je développerai davantage cette partie), je m'attendais à un truc cool entre lui et Farah. Genre, un mode berserk du cliché, un truc qui débloque un tout petit peu la situation entre eux deux quoi Very Happy Mais... Mais tu l'as pas franchement fait et c'est encore plus rigolo dans le sens où... la logique veut que si on suit tes RP, ce moment nous fasse dire "OMG c'est quoi la réaction de Farah, vas-y balaaaance !" Et tu nous mets une petite quenelle rigolote. C'est comme si, en ne mettant rien, t'arrivais derrière avec un petit sourire et un "you mad, bro ?". C'était rigolo.

D'un autre côté... Est-ce que c'était justifié qu'elle s'en presque-batte les couilles ? Je vais me poser de mon point de vue cinq minutes... T'as Farah... T'as Kurt. Ils bossent ensemble, se voient régulièrement... Ils s'entendent bien, déconnent, s'engueulent... Y'a matière en vrai ! Et même si tu décides que non, reste qu'il y a une relation forte entre eux deux. Ils s'apprécient.
Je pense que cette occasion est la première où l'un des deux se prend une mandale assez sympathique. J'aurai pensé qu'il y aurait eu un peu plus de ...

D'un autre côté, Hero's Duty en "HARDCORE SA RACE", c'est pas l'endroit idéal pour se lancer des pâquerettes.

Aussi, j'ai été content de retrouver un passage plus médical. Ton personnage est avant tout un médecin, seulement ses trucs médicaux ont été tellement rares... plutôt insignifiants ces derniers temps, que lorsque je te voyais le dénommer "médecin", j'me disais "Ah ouais.. c'est vrai Very Happy ".
Là on retrouve un passage beaucoup plus médical. Compresses, alcool... Potions cheloues vertes... CAUTÉRISATION AU BRASIER PUTAIN.

C'était somme toute assez métal... et cool !

Peut-être un autre truc. Kurt prend cher, tombe dans les vapes... se réveille... a un peu mal... et finalement combat tranquillou. Alors, tranquillou c'pas forcément le terme non plus, j'te le concède mais... le mec marche et combat, on est d'accord. Il combat pas bien, mais il combat. Après s'être complètement fait exploser le bide au point qu'il y ait besoin de recoudre... le temps passé à pisser le sang... j'suis pas médecin mais j'pense que le mec serait quand même pâle comme un linge, tout ça ^^.

Ah oui, parenthèse rapide, quand Kurt était out je me suis dit que si la mission continuait sans lui, ça pourrait être cool de voir les autres se démmerder un petit peu sans leur chef d'escouade.

Y'avait un autre truc, mais ma parenthèse à la con me l'a fait zapper.

Putain, je trouve plus, navré.
Ah si !

La défense. T'as pleiiiin de défense et tu morfles sur un bête truc. Ça me pousse à la reflexion. Ils est SUPER facile d'abuser de ses stats. Les nouveaux le font tous au moins une fois, toi aussi au début t'étais pas trop calé sur ce que tu pouvais faire/endurer ou pas. Est-ce que du coup, le fait d'avoir plein de stats... empêche le fait de s'en prendre plein la gueule ? Je saurais pas expliquer ce que je veux dire en fait, et puis... ça n'a rien à foutre sur un commentaire de mission ^^ M'enfin tu vois où je veux en venir, j'me demande si, le fait que ta défense soit élevée t'empêche de faire des petits drama comme ça. J'pense pas, mais bon.

Bref, c'était une mission quand même cool ! J'imagine qu'elle ta plu vu la taille de ton texte. J'voulais te donner un truc un peu plus vénère pour que tu puisses t'amuser dessus vu les dernières missions que j t'ai filé.

Atroce : 47 points d'expérience + 470 munnies + 4 PS, un en défense, un en magie, un en vitesse, un en dextérité.
Ah oui... Désolé mais j'ai plus envie d'avoir de médaille Smile Tu peux la garder Very Happy

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Titus Cornelius Servilius ? Mon ambition n'a aucune limite
» date limite des transactions ?
» Murdo : L'univers est sans limite ...
» Sans aucune opposition
» Plus aucune PUB!!!