Derniers sujets
» La Menace Chocolatée
par Huayan Song Hier à 14:24

» Il faut du soin
par Pamela Isley Hier à 12:18

» Thé glacé sous les palmiers
par Kurt Brown Jeu 20 Juil 2017 - 16:25

» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Jeu 20 Juil 2017 - 15:06

» Après une pause
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:24

» Libre, l'univers pour t'accueillir
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:11

» Est-ce qu'il y a un médecin dans l'assemblée ?!
par Chen Stormstout Jeu 20 Juil 2017 - 12:04

» Entre ciel, terre et campagne
par Agon Wiley Jeu 20 Juil 2017 - 9:49

» Des morceaux de Fred dans les cheveux
par Jecht Jeu 20 Juil 2017 - 1:43

» Les Orphelins
par Natsu Dragneel Mer 19 Juil 2017 - 21:43

» Réglementations et demande de Partenariat
par Le Cygne Mer 19 Juil 2017 - 16:45

» Trois petits oiseaux
par Le Cygne Mer 19 Juil 2017 - 7:18

» Chasse aux trésors et/ou aux monstres
par Lili Mar 18 Juil 2017 - 10:47

» La Chute de Nottingham
par Freyja Crescent Lun 17 Juil 2017 - 23:23

» Une main tendue
par Cissneï Lun 17 Juil 2017 - 21:27


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Une pierre à l'édifice
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 98
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
356/400  (356/400)
Jeu 1 Juin 2017 - 12:59

L’été était proche, et celui-ci apporterait son lot de crise à gérer durant toute une saison. Cassandra connaissait que trop bien les problèmes causés par un soleil d’été. Les Templiers seraient appelés dans les rues afin de distribuer de l’eau ou encore pour s’occuper du rationnement devant les puits en cas de canicule. Était-il nécessaire de parler des fermiers arrivant par douzaine, demandant l’autorisation de puiser dans les douves afin d’arroser leurs récoltes ? Chaque année, c’était la même chose. Les gardes de la ville n’auront rien d’autre que de stupides problèmes à régler tout en se déplaçant dans leurs armures de plates sous un soleil cuisant. Toutefois, il valait mieux qu’ils fassent cela plutôt que de mourir dans les rues de la Citadelle.

Toutefois, la jeune femme n’était plus un Templier et n’avait pas à se soucier de ce genre de sottise.

Passant l’entrée du château pour se retrouver sous un ciel bleu, elle profitait d’avoir enfin l’approbation du médecin pour quitter sa chambre et s’en aller marcher. Elle ne portait rien d’autre qu’un pantalon de cuir, une chemise blanche et une paire de bottes. Cela serait bien suffisant pour ce qu’elle comptait faire, et pour le peu que cela importait de toute façon.

Elle marchait dans les rues de la ville, le bruit de sa canne claquant contre le pavé alors qu’elle déambulait entre les habitations. Ou du moins, sur les vestiges de l’attaque provoquée par la Coalition Noire. Pentaghast pestait en repensant à cela, à ce prétexte pour abattre les flammes d’un dragon dans les rues du domaine. Durant de longues heures, elle avait accusé le sort de son inutilité et avait pleurer dans son lit telle une gamine. Cela ne ramènerait pas les morts à la vie, le mal était fait et rien ne pourra y changer, il ne lui restait plus qu’à aller de l’avant pour que la ville se relève.

Et chaque habitant allait dans ce sens, redonner ses couleurs au domaine du Roi Stéphane. Passant dans la rue, Cassandra reconnu un groupe de Templier occupé à aider des paysans à dégager les rues. Il y avait Wilhem et Mantrh sans leurs armures, occupés à dégager les débris et à faire grossir le monticule de pierres et de bois noirci. Massacre et larme, le Sanctum traversait une mauvaise période et ils avaient tout deux raison d'épauler les citoyens, redorer le blason de l’ordre et de la faction. Poliment, elle salua les deux hommes d’un signe de tête avant de continuer son chemin vers les faubourgs de la ville et rejoindre l’un des quartiers les plus gravement touché par l’attaque.

L’entrée de la ville, la herse se terminant sur le pont de pierre est l’endroit ayant eu le moins de chance. L’attaque était brutale et imprévisible. Et il s’agit des habitants ayant eu le moins de temps pour se mettre à l’abri des flammes, l’odeur de la chair brûler semblait toujours flotter dans l’air. Cassandra se couvrit la bouche un instant avant de contourner les décombres d’une maison afin de rejoindre la place du puits et sa destination, la petite église tenue par le père Gregor. Et ce n’est qu’une fois en face du bâtiment qu’elle comprit qu’il n’avait plus rien du lieu de culte qu’elle appréciait fréquenter il y a encore un mois. La toiture était détruire et un pan du bâtiment s’était effondré sur lui-même alors que la lourde porte de chêne reposait sur le pavé.

Le vague à l’âme, la jeune femme enjamba l’entrée et pénétra dans le bâtiment. Même si les rayons de lumière perçant du ciel et tombant devant l’autel apportait une sensation de quiétude, il n’était rien en voyant les meubles écrasés sous la pierre et les charpentes brisées au sol.

— Cassandra…? C’est bien toi !
Elle connaissait cette voix, lentement, la jeune femme se retourna pour apercevoir le visage du veille homme avec son éternelle bure de couleur noire. Souriant à son attention, Pentaghast s’approcha alors du prêtre pour le serrer dans ses bras alors qu’il lui rendait son sourire.

— Cela fait tellement de temps que je ne t’ai vu, je craignais de voir ton nom soit dans la liste des victimes de cette attaque.
— Je ploie, mais ne rompt pas. Tout comme ton église, Gregor.
— Est-ce que ça va, tu es blessée ?

Le prêtre recula d’un pas avant de pointer la canne de la jeune femme du doigt. Soufflant du nez, elle rassura le vieil homme en postant sa main libre sur son épaule.

— Ce n’est rien de grave, ça passera avec le temps.
— Toutes les blessures ne guérissent pas avec le temps, j’ai entendu pour ton… Emprisonnement… Es-tu certaine que tu te sens bien ?
— Gregor, je vais bien, cesse de t’inquiéter inutilement.

Comme à son habitude, le vieil homme s’excusait avant d’aller déplacer une poutre afin de permettre à Cassandra de s’asseoir sur l’un des bancs et se rendre de l’autre côté de l’autel, laissant la jeune femme seule quelques instants. Il revint rapidement avec deux verres à pied ainsi qu’une bouteille de vin qu’il déposa au sol avant de s’asseoir aux côtés de la dame.

— Toujours le sens de l’hospitalité.
— Il n’y a pas meilleur occasion pour se serrer les coudes, tu ne penses pas ?

Il tendit un verre à Cassandra pour ensuite le remplir tout en souriant avant de faire de même pour lui et reprendre la discussion.

— Il ne faudrait pas avoir de « bonne raison » pour se serrer les coudes, ça devrait être naturel.
— Tu dis vrai. Santé !

Ils amenèrent le verre à leurs lèvres respectivement avant que la jeune femme ne repose son verre au sol pour se retourner vers Gregor, l’homme d’église terminant son verre pour ensuite le déposer à côté de la bouteille. Ils ne dirent rien pendant quelqu’un instant, Cassandra se limitant à regarder l’église en ruine avec un léger pincement en coeur jusqu’à ce que l’homme d’église reprenne la parole.

— Ce ne sont que des pierres, nous reconstruirons cette église et toute la ville en un rien de temps.
— Je sais bien, mais je m’inquiète Gregor.
— Et tu serais une idiote de ne pas l’être, Cassandra. Nous traversons une sombre période, toutefois, je sais qu’il y a de la lumière au bout et elle n’attend que nous.

Elle souriant tout en soufflant du nez. Elle aimerait croire en ce que disait le prêtre, cependant, elle n’était elle-même pas sûr de la présence d’une quelconque rédemption après autant de malheur.

— Pourquoi être venue ?
Il posa la question tout en versant un peu de vin dans son verre pour ensuite prendre la coupe dans sa main.

— Pour venir parler à un ami.
— Alors, pourquoi est-ce que tu ne parles pas ?
— C’est… Difficile. De vivre, de voir l’héritage que nous avons laissé à ce monde.

Il regarda la jeune femme un instant avant de poser la coupe au sol et poser ses deux coudes sur ses genoux avant de prendre une profonde inspiration.

— La culpabilité est l’un des sentiments qui me semble des plus absurde. Disons que, tout homme peut s’en vouloir, c’est humain et le Créateur nous laisse avec ça pour que nos actes ne soit plus qu’une suite de décision sans conséquence. Tu comprends ? Tu peux t’en vouloir de certaines choses, cependant, tu ne dois pas les regretter et laisser la culpabilité te ronger.
— Il m’est impossible d’ignorer mes conséquences, Gregor.
— Est-ce que je te demande de le faire ?

Il laissa sa question s’envoler dans l’air de l’église en ruine avant de reprendre.

— Tu as voulu agir, parce que ça te semblait juste. Et c’est à cela que tu dois penser, et non à ce qu’il en retourne. Tu es une femme bonne, Cassandra et il s’agit de ta plus belle qualité. Ne l’oublie jamais.
— Ce n’est pas aussi simple que cela.
— Tu rends cela difficile, tu ne penses pas ?

Elle tourna son regard pour fixer celui du prêtre, il conservait le même sourire chargé d’optimisme et cela donnait envie à Cassandra d’y croire. Lentement, elle hocha la tête.

— Ne reste pas inactive, et puis, cela ne t’a jamais fait du bien.
— J’ai échoué en tant que bouclier pour le peuple, je ne me vois pas retourner dans mon ordre après cela ou faire quoi que ce soit d’autre.
— Alors, partage un peu de ton temps avec ceux qui en ont besoin.

Il tapa de sa main sur la cuisse de Cassandra avant de se relever pour aller ranger la bouteille derrière l’autel. Il resta à sa place l’espace d’un instant avant d’amener sa main au menton et interpella la jeune femme.

— Tu ne pense pas ?
— Les Templiers s’occupent déjà de déblayer la ville, et je serais un poids mort.
— Cassandra, tu peux faire bien plus que cela…

Il se rapprocha pour se mettre face à la jeune femme sans pour autant s’asseoir auprès d’elle.

— Je ne devrais pas te le dire… Après tout, ça ne restera pas un secret encore longtemps… Le Primarque à été dévoilé, il vit dans le château et va bientôt s’annoncer !
— Gregor, j’étais là quand le Haut-Prêtre Martin à vu en lui le Primarque.
— Comme d’habitude, je suis le dernier mis au courant ! Comment est-il ?
— Pénible, et incroyablement condescendant.

Il ricana un instant avant de s’asseoir de nouveaux prêts de Cassandra.

— Vous devriez bien vous entendre.
— De quoi voulais-tu me parler ?
— Oui. Donc, il va bientôt y avoir la cérémonie pour montrer aux mondes le Primarque du Sanctum. Sauf que nous manquons d’argent, chacun doit mettre du siens pour que le Sanctum et la ville se relèvent.

La jeune femme hocha la tête de désapprobation à cette idée. L’idée de revoir Matthew pavaner devant tout le monde lui était désagréable, il était un clown et Pentaghast ne croyait toujours pas qu’il était réellement la personne que tout le monde attendait.

— Ma solde ne me permettrais pas de vous aider.
— Attends. Dans une heures, les orphelins de la partie sud de la ville vont venir ici.
— Tu veux de l’aide pour les contenir ?
— Non. J’aimerais lever des fonds pour aider à la reconstruction, et les enfants peuvent aider à faire cela. Pourrais-tu m’aider à monter une chorale ?

Cassandra eut un mouvement de recul en entendant cela, elle ne s’attendait pas à ce que son vieil ami lui demande ce genre de chose.

— Moi ? Tu sais bien que je n’ai pas la patience pour cela.
— Et je sais deux choses sur toi, ta capacité à diriger des Templiers et que tu es capable de chanter.
— Ce ne sont pas des chants, ce sont des prières…
— Tu es juste et tu connais les textes, tu es la personne parfaite pour cela.

La jeune femme se pencha en avant pour ensuite se taper le front du plat de la main tout en hochant la tête. L’idée était stupide.

— Gregor…
— Tu voulais aider ? Tu m’aiderais énormément en t’occupant de cela avec moi.
— Humpf. Très bien, qu’est-ce que je dois faire ?

Il sourit de plus belle avant d’inviter la jeune femme à se relever et à rejoindre le prêtre devant l’autel. Rapidement, il sortit une série de chant destiné à Étro ainsi que des partitions de musique, tout en expliquant la démarche qu’il voulait accomplir. L’idée était que les enfants viendraient chaque jour pendant deux heures avec de répéter et qu’ensuite, ils partiraient ensemble au Jardin Radieux dans les locaux de l’Éclaireur afin d’enregistrer leurs voix et faire un appel aux dons. Et dans tout le processus, Cassandra aura à s’occuper de maintenir l’ordre dans les rangs et d’accompagner le chant des enfants afin de leur donner le ton, ce qui n’encourageait pas la jeune femme. Cependant, il s’agissait d’une demande d’un ami et il avait raison sur un point, elle préférait rester dans cette église à faire cela plutôt que de retourner dans sa chambre en attendant sa sentence.

Le jour où elle rejoindra la lumière du Créateur, elle aura au moins l’impression de n’avoir pas tout échoué dans sa vie.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Véritable Primarque
Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 28
Date d'inscription : 20/12/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
45/650  (45/650)
Sam 3 Juin 2017 - 12:05
Et aller, je m’y mets !

J’ai déjà lu une première fois ton rp, mais je vais le relire histoire de ne rien oublier dans mon commentaire !

Et j’ouvre le bal de la critique par une redondance ! Deux fois en deux phrases, tu utilises le mot toutefois ! Tu écris plutôt bien, et tu as pas mal de vocabulaire. Pense donc à varier avec néanmoins, cependant, malgré le fait que… Tu vois le genre ! Même un simple mais peut faire l’affaire !
« Toutefois, il valait mieux qu’ils fassent cela plutôt que de mourir dans les rues de la Citadelle.

Toutefois, la jeune femme n’était plus un Templier et n’avait pas à se soucier de ce genre de sottise. »
Soit dit en passant aussi… Une canicule, les récoltes à gérer, la vie ! Et Cassandra considère ça comme des sottises ? C’est un mot parmi d’autre, et il n’a pas une grande importance mais… ça me fait bizarre de lier les deux. Au contraire même ! Si durant l’été, après l’attaque, tout ce qu’ils ont à gérer, c’est des problèmes quotidiens… je dis banco !

Comme tu peux le voir, je fais un commentaire au fil de ma lecture, pour changer.
J’aime bien voir Cassandra dans une situation nouvelle ! Après l’interrogatoire, après l’attaque. Elle n’est pas encore pimpante, mais elle progresse, va de l’avant. Durant toute cette petite ballade en ville où tu décris ton environnement, j’ai trouvé le texte plaisant à lire.

Et on arrive au passage dans l’église démolie ! Je dois dire que durant ma première lecture, je n’avais pas bien compris comment on en était arrivé là ! Je devrai arrêter de lire en étant fatigué !
Je ne te refais pas le couplet de la redondance avec église !
Globalement, la discussion est bonne. On ressent l’affection, le lien d’amitié entre les deux. Ils n’ont pas toujours besoin de se parler pour savoir ce que l’autre pense. Et comme le prêtre connaît Cassandra, on peut en apprendre davantage sur elle. Donc j’espère le revoir régulièrement !
Par contre, je dois soulever deux points.
Le premier, c’est la réflexion de l’homme de foi sur la culpabilité. Il commence par dire que c’est stupide, mais naturel et qu’au final tout le monde s’en veut? Je n’ai pas vraiment compris où tu voulais nous emmener. S’en vouloir d’une chose, la regretter, culpabiliser pour celle-ci, pour moi c’est du pareil au même.
Le second point, c’est ta réponse à ce discours. J’ai demandé à Rufus pour être sûr de ne pas inventer mais… elle ne veut rien dire !
«  Il m’est impossible d’ignorer mes conséquences, Gregor. »
Ignorer tes conséquences ? Outre le fait que je ne sais pas avec certitude de quoi tu parles (si je devais deviner, ça serait le massacre des hommes du roi), j’ai du mal à comprendre ta phrase. Tu ne peux pas ignorer les catastrophes que tu as provoqué, le sang qui a coulé par ta faute. Mais tes conséquences ? A la rigueur, les conséquences de tes actes. Enfin, tu vois où je veux en venir, il manque quelque chose!

J’ai bien aimé la mention à mon aimable personne ! Et la remarque du père Gregor m’a rendu curieux ! Puisque tu n’aimes définitivement pas Matthew… pourquoi devrais-tu bien t’entendre avec lui ?
L’idée de la chorale est intéressante même si j’ignore la technologie à disposition de l’éclaireur… ou des membres. Enregistrer un CD « les enfoirés » c’est cool mais si personne ne peut l’écouter, je ne sais pas à quoi ça va servir ! Mais plus que cette idée, c’est la réflexion de Cassandra concernant les enfants qui m’a fait rire (mais qui est encore une fois assez bizarre) : il faut les contenir ! La ville est envahie !

Bref, le rp est sympa à lire et il n’y a pas grand-chose de négatif à dire dessus (et je n’ai pas envie de m’y pencher plus sérieusement).
Il laisse présager de bonnes et intéressantes choses à l’avenir pour le domaine, et Cassandra (pourquoi ne pas avoir notre chorale personnelle?) !

Mission très facile.
Tu gagnes 6 points d'expérience ainsi que 55 munnies et 1 PS en dextérité pour avoir enjamber des obstacles sans rouvrir tes blessures !
Oh, et par terre, sous un banc, tu découvres un collier en forme de tortue.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS