Derniers sujets
» La cerise sur le gâteau
par Général Primus Aujourd'hui à 15:04

» Loué soit Son nom
par Cypher Aujourd'hui à 14:01

» Tombe la chemise
par Cissneï Aujourd'hui à 3:26

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Huayan Song Aujourd'hui à 0:14

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Cissneï Hier à 23:19

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Hier à 22:19

» Vlog au Moulin rouge ! On vous dit tout ! On cache rien !
par Chen Stormstout Hier à 18:19

» Breaking News : Annonciation du Primarque Matthew March
par Roxanne Ritchi Hier à 14:34

» Discussion entre éclopés
par Vesper Earl Dim 15 Oct 2017 - 18:44

» Douce nuit
par Rufus Shinra Dim 15 Oct 2017 - 17:48

» Diviser pour mieux régner
par Huayan Song Dim 15 Oct 2017 - 15:42

» Jour de fête
par Matthew March Dim 15 Oct 2017 - 12:15

» Que tombe la foudre!
par Narantuyaa Dim 15 Oct 2017 - 0:39

» Baigné dans la lumière
par Agon Wiley Dim 15 Oct 2017 - 0:13

» La mystique des sombres mystères
par Surkesh Sam 14 Oct 2017 - 21:30


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Solus ‘Roméo’ Raeka
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Ouaouaron
Masculin
Nombre de messages : 11
Age : 22
Date d'inscription : 26/05/2017

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
23/400  (23/400)
Mar 30 Mai 2017 - 4:52
ROMÉO


Nom : Raeka
Prénom : Solus « Roméo »
Titre : Le Ouaouaron
Faction : Shin-Ra
Foyer : P-42 (Routes stellaires)
Espèce : « Crapeau bipède ! »
Grade : Commandant



Apparences

Chez mon espèce, on meurt à 30 ans. Très rarement plus, trop souvent moins. Le temps passe vite, chez nous. Littéralement, il passe vite. Trente ans, pour un humain, c’est la moitié d’une vie. Pour nous, 30 ans, c’est la vie.
Il faut comprendre ça. Il faut comprendre que chez nous, le temps passe vite.

Notre métabolisme compense. Il est productif. Beaucoup plus que la moyenne, et encore. Des nerfs plus efficients, plus tendus que les mammifères. Des sens optimisés pour des réactions prestes (les longues réflexions – peu d’entre nous ont le temps pour elles). Un circuit sanguin bref. Une respiration rapide. Pas saccadée, mais rapide. Une mémoire photographique. Pas le temps d’oublier ! Un système immunitaire au quart de tour aussi.

Chez vous, par exemple, il faut deux semaines pour vaincre un virus, virus bénin s’il en est. Chez nous, une histoire d’heures. Les plus jeunes en ont auront fini avec les symptômes en quelques minutes. Se réveiller malade mais s’endormir en pleine santé.
On a 30 ans à vivre. On ne les passera pas à étendre nos visqueuses. La maladie, c’est les autres.

Nos muscles aussi sont développés pour ça. Un mode de vie rapide qui demande des réponses rapides. L’agilité est dans nos veines. En fait, dans nos gènes. Un trait physique ne coule pas avec le sang. Ce serait ridicule.
Notez aussi qu’il ne faut pas confondre agilité et adresse. Par exemple : nos mains et nos pieds sont faits pour toutes les surfaces. La glace. L’argile. Le roc. Même l’eau. L’eau glisse sous nos palmes. C’est ça, l’agilité.
L’adresse, par contre, n’est pas innée. Loin de là. Nous sommes gauches, un peu gaffeurs. En fait, nous sommes reconnus pour ça. Des pilotes qui perdent la mise. Des techniciens aux mains légères. Des scientifiques pyromanes contre leur gré. Ainsi de suite.
La liste peut continuer. Notre espérance de vie n’est peut-être pas biologique. Purement artificielle. Résultat d’un nombre incalculable de lourdeurs. Il ne faut pas confondre agilité et adresse, donc.

Nous sommes agiles. Nous sommes maladroits aussi.

Pour les autres, on parle trop rapidement. Ils captent un mot sur deux. Je n’ai pas calculé cette probabilité. Ils captent peut-être un peu plus. Disons trois mots sur quatre. Avec le temps, on apprend. Avec le temps, on tempère. On ralentit le débit, on calme le ton. On s’adapte. C’est une de nos avantages.
L’adaptabilité est un avantage pas une qualité. On a tendance à se dissiper dans la masse. Vous me direz qu’un amphibien bipède ne se dissipe pas. Rétorque logique, je le concède. Mais mettez l’un de mes frères dans une université. Un monastère. Une cour d’école. Un chenil, même. En deux semaines, il aura parlé comme vous tous. En deux mois, il dormira comme vous tous. En deux ans, on aura oublié qu’il vient d’ailleurs.

Un avantage pas une qualité. On perd notre identité rapidement. On dit que c’est instinctif. Je dis que c’est normal. Vouloir vivre le rythme des autres, tout à fait normal. Triste, mais normal.

Tout comme le fait de s’isoler. Ça aussi, tout à fait normal. On s’éloigne rarement du foyer. On évolue entre nous. Notre planète. Un grand marais. Beau comme tout dans nos yeux. Fosse galactique dans les yeux des autres.
Mais on vit ensemble. On aime notre planète. En communautés soudées. Familiales, surtout. Naître à coups de centaines, survivre à coups de dizaines. C’est notre fatalité. Alors on vit ensemble. C’est l’instinct de survie.

J’ai dit qu’on évoluait ensemble. Notre passage est court, je le rappelle. Chez nous, il faut penser à long terme. Penser à court terme, toujours, serait déprimant. On prend les décisions pour les autres. Les générations futures, les enfants. De cette façon, on progresse sans cesse.
Notre processus est simple. On envoie les Architectes dans les mondes. Ils rapportent le savoir au foyer. La population accumule le savoir dans son bagage génétique. Elle le met en pratique. Fabrique des merveilles.

Par exemple. Mon équipement est en alliage de la Terre des Dragons. Un métal noir. Ancré dans un versant pentu. Les technologies holographques de mon armure. L’omni-lame, l’arme jetable générée par cette technologie. Tout ça. De la part des scientifiques du Jardin Radieux. Mes armes à feu. Précises. Efficaces. Brutales. Toutes issues de celles des pirates. Port-Royal est notre grand fournisseur de savoir guerrier.

Chez nous, la mémoire est presque collective. Le cerveau de la progéniture est presque héréditaire. Pour nous, le savoir est presque une question génétique. Bien sûr, je suis peut-être un peu trop poétique. Mais la science est cruciale, ici.

J’aime apprendre, comme tous les autres avant moi. Comme tous les autres après moi aussi. On appelle ici cette intuition la conscience du savoir. On naît avec, on meurt avec. On l’utilise à bon escient. Seulement à bon escient. On n'a pas de propension au mal. À la domination. Au pouvoir. Que des humbles créatures. Nous ne sommes que ça.



Pour résumer, donc. Sur P-42, il y a trois types. Ceux qui restent : le peuple. Ceux qui reviennent : les Architectes. Et ceux qui partent. Dans cet ordre de proportion. Ceux qui partent sont peu nombreux. Presque inexistants. L’appel au foyer est primitif. La boussole en nous pointe là-bas. Toujours.
Je me souviens beaucoup. Peu sont partis depuis que je suis né. Cinq, six. Peut-être dix. C’est curieux. Le nombre m’échappe. C’est peut-être parce qu’on efface ceux qui partent. On fait le deuil ensemble. On sait qu’un aller simple dans l’espace signifie trop souvent un adieu.

Les adieux de mon frère : douloureux. Les miens : comme l’épée retournée dans la plaie. Je suis parti après lui. Pas pour le retrouver. Je ne l’ai d’ailleurs jamais retrouvé. Pas même un indice de son existence. Il est probablement mort. Probablement est un mot faible. Les mondes sont en guerre, partout ailleurs qu’au foyer.  
Je suis parti après lui. Pas pour le retrouver, donc. Pour me retrouver, moi. Je suis un membre de mon espèce. Certes. Je suis avide de savoir. Je ne laisse pas tomber les autres. Ceux qui comptent, en tout cas – une question de famille, je crois. Je suis méthodique, scientifique. Mais je suis autre chose que ça.
Les membres de mon espèce stagnent dans leurs marais. Je suis un explorateur. Je veux sentir l’inconnu. Pas le lire dans les livres. Pas l’entendre de la bouche d’un tuteur. Sentir l’inconnu. Comprendre le savoir. Chercher la solution. La mettre en pratique.

Chez nous, on apprend. On pratique dans des laboratoires, dans des ateliers supervisés. Pas dans la réalité.
Vous allez rire. Je ne connais pas le vrai échec. J’ai fait exploser des béchers. J’ai raté des examens. J’ai soumis de mauvaises hypothèses. Mais je ne l’ai jamais affronté, le vrai échec. Celui qui a une conséquence, une vraie. Pas le nettoyage forcé d’un laboratoire. Pas la colère d’un professeur. Une vraie conséquence. Une blessure. Un regret. De la rancœur. Des sentiments. De l’espoir. Mieux, le contraire.

Chez nous, on se répète qu’il faut être logique. Qu’il faut agir selon la norme. Qu’il faut suivre les anciennes générations. Pourquoi ? Parce qu’elles ont vécu. Chez nous, on se répète tout ça. Tout le temps. Entre deux classes. Dans un festin familial. Même pendant notre service militaire. « Il faut être logique. »
Vous savez quoi ? J’ai bien suivi ma tête. Toute ma vie. Je l’ai bien entendue. Je l’ai bien écoutée. J’ai survécu aux dangers. Je les ai esquivés parce que j’ai agi de façon logique. C’est logique. Tout ça est purement logique.

Quand je suis parti, j’ai arrêté de l’écouter, ma tête. Je ne dis pas que c’est la meilleure décision. Je ne dis pas que je vais survivre. Je suis optimiste. Pas utopiste. Non. Je ne dis pas tout ça. Je dis juste une chose.

C’est le cœur. C’est le cœur qui meurt en dernier.



Origines

Le nom chez nous veut dire beaucoup. Il raconte mon origine. Nos origines. Les ancêtres. Il rappelle notre genèse, notre futur. Surtout, pourquoi on se bat. On ne veut pas effacer ces souvenirs. Les détails sont importants. Alors, on les calque dans notre nom.
C’est comme une promesse. Celle de ne pas oublier. On n’oublie pas le nom de son frère. De son père. De toutes ses tantes. On oublie pas le nom d’un être cher.
Je m’appelle Solus ‘Roméo’ Raeka dit le Ouaouaron. Je suis des miens. Même loin d’eux.

Raeka…

Raeka est ma tribu. Sur P-42, tout repose sur les tribus. Pas qu’on soit particulièrement territorial, ici. Pas non plus qu’il y ait de la guerre. On est pacifique. On aime le calme. Par contre, on ne se leurre pas. Le monde se gère mieux en communautés. Nous étions peut-être mille à l’époque. Jamais plus. Gérer mille cerveaux en constante éruption. Voilà une chose qui me semble improbable. Les tribus sont nécessaires, oui. Elles sont un gage de stabilité.

Les tribus sont matriarcales. Elles évoluent autour d’une activité unique. Par exemple. Raeka est connue pour ses armes de pointe. Les Architectes rapportent les plans. On les adapte. En fait, on les améliore. On rend les armes plus stables. Plus précises. Moins lourdes. Plus faciles à manier. Raeka est l’as de la guerre.
On n’est pas territorial. On n’est pas non plus un peuple guerrier. Je le rappelle, car ailleurs, on l’oublie. On oublie que c’est aussi une voie. Mais P-42 doit se protéger. Les aliens sont partout. Les sans-cœurs aussi. Il faut être prêt.
Partir en guerre serait ridicule. Ne pas s’y préparer le serait encore plus.

Pour les autres, P-42 était un dépotoir. Depuis toujours. Dans les bibliothèques, dans les livres, on raconte notre histoire. On raconte comment les voyageurs ont pollué notre planète. Nos marécages sont radioactifs. Nos terres étaient recouvertes de détritus. Notre territoire était un cimetière à épaves.
Avec la montée de la Shin-Ra, le nettoyage était toujours plus improbable. Improbable, pour ne pas dire impossible. On déversait sur notre foyer sans cesse. On avait beau protester. Rien à faire. Rien du tout. Personne n’écoutaitun peuple de crapauds.
Nous n'étions pas humains. Mais nous avions de l’humanité. Personne ne semblait la percevoir dans notre regard « vitreux ».

D’ailleurs, notre peuple a toujours perdu. Contre la Shin-Ra, surtout. Quand elle est débarquée pour creuser nos sols. Quand elle a décidé d’implanter un de ses hangars. Quand elle a décidé qu’un marais n’était pas un foyer. On a toujours perdu. On est un peuple de martyrs. Mais on n’abandonne pas. Abandonner serait illogique.

C’est une question de famille… Je crois. Les familles ne se lâchent pas.

Le territoire de Raeka est très radioactif, donc. Plus que les autres. Chez nous, certains naissent avec des capacités étranges. Pas moi. Je n’ai pas hérité de ça. J’en suis content. J’ai vu certains de mes frères périr. Je reprends : j’ai vu plusieurs de mes frères périr. Au bout de leurs forces après avoir abusé de ces capacités. C’était… d’horribles scènes. Tout à fait terrible. J’en ai de très mauvais souvenirs.

Notre famille est toujours restée calme. Face à la défaite. Face à l’adversité et aux problèmes. En fait, toute P-42 est restée passive. À une époque, plus personne ne disait rien. Plus personne ne protestait. Les rumeurs dans les rivières étaient mortes.
C’est une réaction cohérente. De la pure autodéfense. Se soumettre au joug pour rester en paix. On ne faisait pas le poids face à la Shin-Ra et à l’espace. On ne l’a jamais fait. On ne le fera pas non plus. Alors, on se contentait de nettoyer. Nettoyer les marécages. Démanteler les épaves. Purifier les eaux. Rendre l’air respirable.
Quand je suis parti, plus personne ne disait rien.

Solus…

Ma naissance est une question de chance. Je suis le huitième éclos sur dix fois plus d’œufs. Soixante-deux d’entre eux ont éclos au total. Quarante-et-un sont parvenus jusqu’à l’eau. Vingt-deux ont vécu plus de dix jours. Huit ont eu dix ans.
Vous voyez, maintenant. Ma naissance n’est qu’une question de chance. Un jeu de probabilité. Je n’ai pas demandé à survivre. Non, je ne dis pas ça par pathétisme. Je le dis par réalisme. Je ne me suis battu pour ma vie plus qu’un autre. Je n’ai pas cherché l’eau mieux qu’un autre. J’ai simplement… mieux échappé au destin.

Solus, c’est le prénom qu’on m’a donné. C’est aussi celui d’un de mes ancêtres. Un grand scientifique. Un grand Architecte de surcroît, disparu dans l’espace. Notez ici l’utilisation du mot « disparu ». On a toujours cru son départ volontaire. C’est ce qu’on m’a dit. C’est ce que j’aime croire. Évidemment.
Il a été le premier à rencontrer Port-Royal. Plutôt, à rencontrer ses flibustiers. La première fois, il n’en est pas sorti indemne. Le hasard l’a épargné. Je dirais même qu’il l’a sauvé. Il avait trop parlé devant certains. De la part d’un de nous, peu surprenant. Absolument prévisible. On était sur le point de le tuer. Comme ça, sur la place publique. Une rixe a éclaté dans la taverne. Il s’est échappé. A survécu. Pur hasard.
Une autre fois, son vaisseau a pris feu. Comme ça, sans raison. C’est ce qu’il a dit. C’est ce qu’on peut lire dans ses mémoires. La chute aurait brutale pour n’importe qui. Sauf pour lui, semble-t-il. Il s’est échappé. Encore un pur hasard.

J’ai toujours pensé que j’avais un peu de lui en moi. Un peu de Solus. Il était un membre de son espèce. Bien intégré, bien formé, bien cadré. Tout comme moi. Mais pas totalement satisfait. Absolument comme moi. Le jour où il est parti, il s’est donné une chance. J’ai décidé de faire pareil.

On m’a donné le nom de Solus. En même temps, on m’a donné ma première chance. Comme les autres, j’ai commencé à étudier tôt. On m’a formé à la conscience générale à Raeka. La conscience générale, c’est notre culture. On apprend qui on est, ce en quoi on excelle. De cette façon, tout le monde commence sa vie sur les mêmes bases.
C’est là qu’un tuteur a parlé des Architectes. La première fois, je suis resté perplexe. Un océan dans les airs, qu’il disait. Infini de surcroît. Je n’arrivais pas à comprendre qu’il puisse exister autre chose. Ailleurs qu’ici. Des créatures différentes. Des visages plus pâles, ou plus foncés. Des monstres à cent bras. Des objets loquaces. À ce moment-là, j’ai compris que je devais partir.

J’ai terminé la conscience générale. On m’a ensuite formé à l’art de Raeka :  la guerre. Pendant des années, j’ai appris comment démonter des explosifs. Comment réparer des armes de destruction massive. Comment améliorer la stabilité d’une arme à feu standard. Comment comprendre un vaisseau spatial, même.
J’ai suivi et réussi cette formation. Comme tous les autres. Peu d’entre nous échouent. La pression sociale est trop importante, je crois. On vous dirait que c’est une question de gènes. Je ne pense pas. Le cerveau est un mystérieux appareil. Il peut se déformer indéfiniment pour s’adapter à sa réalité. La nôtre, c’est celle de ne pas suivre le fil rouge.
On ne rate pas ses études quand on sait que personne ne l’a fait. Ce serait absurde.

J’ai réussi cette formation, donc. Au moment où je terminais, mon frère est parti. Il n’est plus jamais revenu après. Ma famille s’est efforcée de l’oublier. Elle voulait combler le vide. Pour ma part, je n’ai fait que penser à lui pendant des semaines. À son départ, plutôt. À son courage, même.
J’ai préparé des plans d’évasion. Des dizaines et des dizaines. Presque infaillibles, je dois dire. Je ne les jamais mis à exécution. Du moins, pas à cette époque. J’avais peur de blesser quelqu’un. Non, ce n’est pas tout à fait vrai. J’avais peur de devenir ce que mon frère est devenu. J’avais peur d’être oublié.

Vous voyez, on ne prend pas le temps de grandir. Chez nous, on ne fait que vieillir. Personne ne s’en plaint. Tout le monde avance en file. Personne ne déroge. Du moins, jusqu’à ce qu’on voie un paradigme différent. C’est ce qui s’est passé pour moi.
Un jour, on m’a demandé ce que je voulais être. Biologiste, chimiste, astronome, physicien, médecin, chirurgien, ingénieur, technologue. La liste était longue. Bien longue. Elle s’est arrêtée quand j’ai entendu Architecte.

Je n’avais plus envie d’être de ceux qui restaient. Je voulais être de ceux qui revenaient.

Roméo…

Devenir Architecte. Le plan a plu à ma famille. À toute la tribu. Il est peut-être difficile pour vous de le concevoir, mais notre peuple est sédentaire. La volonté de partir n’existe pas chez nous. Elle se crée. Et elle se crée très rarement. Quand la volonté est là, on dit qu’il y a élection. Devenir Architecte est une vocation. Bien plus que ça.
Je n’ai pas pris de répit. Ce n’est pas dans ma nature. J’ai commencé la formation d’Architecte. La formation est lourde. La formation est militaire. On y apprend comment lutter et comment se battre. On y apprend les rudiments de la navigation. C’est une dure vocation, celle d’Architecte. C’est chaque fois accepter de ne pas revenir. Accepter d’être dévoré par un sans-cœur. Achevé par un hors-la-loi.

Tout de suite, j’ai été le centre d’attention. L’éducation dans Raeka y a été pour beaucoup. Pour tout, en fait : le pilotage, les armes, l’équipement, lasa machinerie. J’ai pu entrer en fonction rapidement.

Quand on devient Architecte, notre identité mue. Les experts disent que c’est pour optimiser nos chances. On adapte la forme de nos armes à celles des hommes. Même chose pour les équipements. On prend des comprimés pour ralentir notre système. On applique une teinture sur notre épiderme pour la rendre plus matte. On met des lentilles noires sur nos yeux trop profonds. En fait, on essaie de nous uniformiser.
C’est une bonne chose, je pense. Personne n’aime les aliens. Personne n’aime les monstres galactiques. On ne devient pas humain avec la mutation. On ne devient pas… normal non plus. On devient plus naturel. Moins stellaire.

À l’époque, on a aussi changé mon nom. Seulement pour les voyages, qu’on m’a dit. Le nom a marqué la tribu. Le faux nom des Architectes marque toujours la tribu. C’est inévitable. Ce n’est pas mesquin, juste inévitable. Quand j’étais jeune, on se moquait de Sonny. Plus vieux, c’était Rikku. J’étais mentalement prêt quand on m’a dit que c’était Roméo.

Les premiers voyages se sont déroulés sans encombre. On a rapidement vu que j’étais efficace sur le terrain. Avec les machines, surtout. Je rapportais plus de ressources. Plus de matériaux. Et beaucoup plus de savoir. J’étais un bon Architecte. J’avais la vocation dans la veine…
Cette fois-ci, j’ai bien l’impression que ça coule dans la veines.

Quand je revenais à la maison, on m’attendait. Autour d’un festin, la plupart du temps. Pendant ce genre de soirée, il existe une coutume. Quand l’hôte demande si la nourriture est bonne, il faut répondre : « Je ne suis pas venu pour la nourriture. Je suis venu pour bien plus que ça. » Au début, la réplique semble forcée. Rapidement, elle s’imbrique et devient normale. Tout à fait normale.

Quand je suis devenu architecte, j’ai commencé à voir plus. J’ai vu des paysages que je ne croyais pas réels. Des personnages plus loufoques que moi. Des technologies bien plus évoluées qu’ici. Rapidement, je n’ai vu que le ailleurs. J’ai délaissé P-42. J’ai délaissé ma famille, ma tribu. Je partais de plus en plus souvent en mission. De plus en plus loin. Et pour de plus longues périodes. Je quittais en ayant mal de revenir.

Pendant mes premiers périples, j’ai rencontré la Shin-Ra. Pour tout dire, je n’ai rencontré personne. Je n’ai vu que son ampleur. J’ai vu sa présence sur chacun des mondes. J’ai vu ses transports, ses armements. Sur P-42, nous avions déjà peur de cette entité. Nous n’avions pourtant aucune idée de ce qu’elle était, vraiment. La Shin-Ra est un cartel. La Shin-Ra est un empire. P-42 serait un dépotoir pour toujours.
J’ai ensuite tenté de parler avec eux. J’ai rencontré la milice pendant un voyage. J’ai essayé de comprendre leurs ambitions. J’ai essayé de saisir pourquoi. La plupart m’ont dit que c’était une question de pouvoir. La Shin-Ra leur offrait des opportunités. La Shin-Ra leur donnait des portes vers l’aventure. J’ai été charmé, sans doute. Tellement que j’ai fait durer le périple suivant pour rejoindre leurs rangs.

Je me suis enrôlé avec l’espoir de changer les choses pour P-42. Je ne pouvais pas affronter la Shin-Ra. Pas par moi-même. Pas avec l’armée de mon foyer. Pas avec n’importe quelle machine. Rien ne pouvait l’affronter. Si je grimpais les échelons, je pourrais peut-être avoir un mot à dire. C’est ce que je me répétais.
En fait, je ne le faisais pas pour P-42. Pas pour la famille. Pas pour la tribu. Pour moi.

Ce jour-là, je suis retourné sur la planète. J’ai rejoint un festin. Ma mère m’a demandé si la nourriture était bonne. J’ai répondu oui. Il y a eu un silence. J’ai regardé autour de moi. Ils étaient tous là. Comme d’habitude. Dans leurs marais à jamais nucléaires.
J’ai compris que j’étais maintenant de ceux qui partaient.

Le Ouaouaron…

La Shin-Ra a été impressionnée. J’ai utilisé mes acquis. Nombreux provenaient de la formation de ma tribu. On m’a appris à démonter des explosifs. J’ai montré à la compagnie que je pouvais aussi détoner. On m’a appris à réparer des armes de destruction massive. Je leur ai montrés à en assembler à un temps record. On m’a appris à améliorer la stabilité d’une arme à feu. Je leur ai montrés que je savais la manier. Et on m’a appris à comprendre un vaisseau spatial. Je leur ai montré que j’étais un pilote.
Donc, la Shin-Ra a été impressionnée. Grandement impressionnée. J’ai gravi les échelons. J’ai grimpé mieux que quiconque. J’ai obtenu mon groupe d’assaut. Mon titre. On a fait de moi un SOLDAT.

Mon ascension a été rapide. Prompte. À la vitesse de tous mes ancêtres. Je n’avais pas le temps pour les demi-mesures. Trente ans, c’est une période plutôt courte. Vous allez me dire que tout le monde meurt avant, ici. Ici, partout comme ailleurs. La guerre est néfaste, mortelle. Elle tue des innocents et des civils avant l’âge.
Mais les enfants qui naissent ici ont espoir de vivre longtemps. Pas moi. Pas nous. Je n’avais pas le temps pour les demi-mesures. J’ai montré à Rufus Shinra et à tout le cartel que j’étais apte. Apte à gérer des têtes et apte à en cribler.  

Un soir, j’étais au QG. Je me préparais pour une mission. Une feuille s’est glissée sous ma porte. Je me suis approchée pour la prendre. En la dépliant, j’ai reconnu le symbole. Le sceau du président. Je doute qu’elle ait été écrite par lui. Je doute même qu’il ait pris une décision. Mais ce soir-là, un bout de papier me libérait. Un bout de papier sur lequel on pouvait lire « Au Ouaouaron | Primeur ». J’ai lu le contenu à haute voix. Une première fois.
Une deuxième fois aussi, pour la chance.

« Roméo,

Veuillez nous excuser des délais. Nous avons finalement considérer votre plainte. Il est vrai que déverser des tonnes de produits dangereux dans les marais de la planète P-42 n’est pas une solution adéquate pour s’en débarrasser. Nous sommes conscients des formes de vie sensibles qui y vivent.
C’est pour cette raison que nous déverserons à l’avenir tous nos déchets sur la planète voisine, P-47. Soyez en sûr : nous nous sommes assurés qu’elle était inhabitée.  

Veuillez agréer, monsieur, à mes salutations les plus sincères.
M. Rufus Shinra. »

Au bout du compte, je doute qu’on ait su que c’était moi. Ma famille a probablement convenu que j'étais mort. Tout P-42 le croirait sans doute. Ce n’est pas une mauvaise chose. Pour tout dire, ce n’est pas une mauvaise chose. Ma planète est libérée de son fardeau. La Shin-Ra m’a libéré du mien. J’ai arrêté d’être de ceux qui partent.

Je suis maintenant de ceux qui vivent.


Spoiler:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 769
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Jeu 1 Juin 2017 - 1:44
J’ai vraiment trouvé ça très très chouette. Quand je lis ça, je me dis que ce n’est pas si dur de me faire plaisir. Vraiment, je me dis… si tous les rpistes m’amenaient une fiche de présentation comme celle-ci, qui est super intéressante, avec un style excellent, un concept un peu original… jamais je ne pourrais les trouver banales.

J’aime particulièrement ta fiche parce qu’elle est en harmonie avec ma « pensée » sur les personnages et les rps. Je répète souvent qu’il faut, lorsqu’on fait un nouveau personnage, sortir de son confort, aller chercher la difficulté, se mettre en difficulté. Il faut se lancer un putain de défi. Exactement comme ici. C’est tellement différent de ton style habituel et ça ne doit pas être facile d’écrire d’une manière aussi mathématique. Alors oui forcément ça me plait. Je me dis vraiment : On devrait toujours s’imposer ce genre de choses.

J’ai pas envie de dire que ton texte est parfait. Il a quelques petits défauts mais c’est un texte qui fait plaisir, vraiment plaisir. C’est super frais, ça fait du bien.

Alors ! Un style mathématique, oui. C’est vraiment bien. Enormément de phrase nominale, ça m’exaspérerait dans un autre cadre. C’est très… Idée + Nouvelle idée = Conclusion. Idée + Nouvelle idée – Nouvelle idée (erreur) = Conclusion. Aucun enchassement, aucune conjonction de subordination ou de marqueur (toutefois, alors). D’ailleurs, c’est presque étonnant, voire un peu décevant, de voir des « donc ». Honnêtement, je trouve qu’ils étaient limite de trop. Tu as évité tous les adverbes, du moins ai-je eu l’impression et je trouvais celui-là de trop.

(Oui parce que là vous vous dites « Mais ou et donc or ni car » c’est la liste des conjonctions de coordination ! Pourquoi il parle d’adverbe ?Et bien « donc » est souvent un adverbe donc la vraie liste est plutôt « mais ou et or ni car ».)

Doit y avoir… deux fautes dans le texte. J’en ai pas vu plus.

Sinon ! Oui… Autant l’histoire est très (trop?) développée, pareil (et encore mieux) avec le caractère. Autant le physique est à la rue. C’est pas que c’est mauvais, tu as négocié ça de manière intéressante mais crois-moi, sans l’image ? Impossible à visualiser, tu ne donnes aucune vue d’ensemble, tu dis très peu de choses. A la fin tu fais quelque chose d’intéressant : tu décris Roméo par rapport aux autres membres de sa race, donc… quelles sont les différences entre lui et les autres ? Oui c’est une super façon de faire mais elle n’a de sens que si on a bien en tête l’apparence de la race de base. Parce que bon, à part crapaud aux yeux vitreux, j’ai rien assimilé, tout est trop diffus.

Pourquoi dis-je que l’histoire est trop développée ? Pour ceux qui lisent ce commentaire, Roméo incarne un personnage venant d’un autre monde que ceux de KH et du forum, car il se sert de cette exception : « Quelques exceptions à la règle : Si vous êtes un ange, ou un démon (dont la provenance n’est pas sur le forum ^^) ou si vous êtes… un extraterrestre… genre défini comme étant un Alien ^^ « 

Et il a bien sûr raison de le faire. Je dirais tout de même, malheureusement, que pour un alien, comme je te l’ai expliqué, tu devais davantage mettre l’accent sur ton personnage de race étrangère qui arrive dans des mondes… que l’accent sur ton personnage qui vient d’un autre monde.
L’idée du monde duquel tu viens doit être mise en marge. Tout ce qu’on doit voir, c’est l’alien qui arrive sur « terre ».

Ici pour le coup, tu n’as pas vraiment respecté mes consignes, je suis pas super super content.

Evidemment, je le dis avec un peu de peine au cœur parce que j’ai adoré l’histoire et les spécificités de ta race. En fait jusqu’à la deuxième partie ça allait mais quand t’as vraiment commencé à parler des tribus, des guerriers, des architectes… ouais tu vois, t’es quand même très précis. On sent un peu moins l’adaptation même si ailleurs elle est très appliquée.

Bon j’avoue qu’encore une fois, je ne comprends pas le choix du groupe… Je… Attention, très honnêtement, considérant que j’interdisais, sous mon règne, la propagande hrp, je ne le ferai pas mais je suis étonné de voir tous ces potentiels artistes qui vont à la Shinra ou ailleurs… ou de voir que le Sanctum fait plus confiance à des ingénieurs de la Shinra qui ont tout appris au jardin radieux, qu’à des consuls, pour réparer une porte mais enfin…

Après, je conçois une chose : Le choix du Consulat dès qu’on est artisan, ça peut sembler rasoir. Et je comprends quand même le choix de ton personnage mais enfin.

Quoi d’autre… Bon j’ai vraiment beaucoup aimé.

Je te donne le grade de commandant. Et… je me demande quel âge a ton perso, c’est quand même étonnant de ne pas le dire.

Fiche validée et toutes conneries du style.


_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» URGENT - Roméo caniche x bichon 2 ans en fourrière (40)
» Oh Roméo, pourquoi es-tu Roméo ? 14.05.11 10h16
» Roméo et Juliette
» La légende de Roméo et Juliette
» Hommage è un grand tribun le Pasteur Paul G. Roméus du Limbé