Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Rufus Shinra Aujourd'hui à 13:19

» Aux abonnés absents
par Rufus Shinra Aujourd'hui à 12:02

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Chantier sous le domaine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 141
Age : 22
Date d'inscription : 17/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
282/500  (282/500)
Jeu 25 Mai 2017 - 21:33
- Et si vous regardez à votre gauche… Une galerie ! S’exclama le médecin, pointant sa lampe torche sur la gauche. Un endroit connu pour ne contenir rien d’autre que des gemmes à la con.
- Kurt, ça fait trois jours que tu fais la même blague, t’as pas envie de changer de disque. Soupira Farah, tirant sur la sangle de son arme, celle-ci passant sur son épaule.
- Trouve un autre moyen de passer le temps, si t’es si maligne. Ricana le chef d’escouade en continue la ronde dans les galeries de l’excavation de la compagnie Shinra.
- Moi ! Attendez, j’ai une histoire à vous raconter sur les galeries ! Cria Boris en rompant la formation et venant se mettre face aux deux membres de l’escouade. Il s’agit d’une histoire de mon pays, ma mère patrie et là où…
- Où il y a des ours, et des grottes…? Continua l’experte en explosif, toujours sur le même ton lassé.
- Exactement ! Oh, j’ai déjà raconté cette histoire ? Dit-il, inquiet en amenant son index devant la bouche.

Le médecin rassura le nouveau membre de l’escouade d’une tape sur l’épaule, l’invitant alors à raconter son histoire en même temps qu’ils continuèrent leur ronde. Voici maintenant trois jours que l’escouade avait été mobilisée pour la surveillance d’un chantier au Domaine Enchanté. Sauf qu’outre cinq paysans passant dans la forêt, deux sangliers et une volée d’oiseaux, il n’y avait rien à faire dans cet endroit. Le chantier avançait rapidement, les machines de la compagnie faisant le plus gros du travail, et les SOLDATs avaient rapidement abandonné la surveillance extérieure afin de faire une ronde dans les galeries du chantier. Au moins, il faisait moins chaud sous terre et il devait être un temps soit peu attentif.

- Nous étions avec mon frère Vitaly dans l’intérieur de la grotte ! Raconta le géant en mimant les actions de ses mains. Nous étions arrivés trop tard pour sauver le petit Damien, son corps reposait déjà dans une fosse à laissée par l’ours.
- Boris ! Ton histoire est horrible. Cria Farah en amenant sa main devant sa bouche.
- Attends, nous étions encore dans la grotte ! Dit-il en montrant le plat de ses mains. Et derrière mon frère, une ombre se dresse sur ses immenses pattes pour asséner un coup démentiel sur Vitaly ! Le pauvre, il voltigea à plusieurs mètres avant de s’écraser contre la pierre !
- Ton frère est mort !? Intervint Kurt, lui aussi porté par le récit.
- Je n’ai pas fini histoire. Coupa-t-il ne nouveau, l’air ronchon. Donc. L’animal était devant moi, un regard mauvais et j’étais dans tous mes états ! Criant le nom de mon frère, j’ai jeté mon corps sur la bête et agrippé les pattes de l’ours. Comme ça ! Il attrapa les poignets de Kurt et de Farah avec férocité. N’écoutant que ma hargne, j’ai alors jeté ma tête en arrière et donné un coup avec mon front sur la bête.

Se libérant de l’emprise du nouveau membre de l’escouade, les SOLDATs mimèrent l’étonnement en répondant chacun à leur tour.

- Tu déconnes. Commença Kurt.
- Tu n'as pas vraiment donné un coup de boule à un ours. Conclu Farah. Il faut être fou, ou juste très con.
- Pourtant, je l’ai fait ! Dit-il en levant les bras. Ensuite, j’ai fermé mon poing et donné un coup immense sur la mâchoire de l’ours. Il chuta à terre, groggy, pour que je me couche sur le côté et emprisonne sa patte entre mes jambes et lui brise les os en forçant. Il mima alors le bruit d’une facture avec la bouche. Vitaly s’était alors redressé et colla le canon de son arme en plein coeur et abattu la bête. Nous avions libéré le village du monstre.
- Ouf… J’ai cru un instant que ton frère était mort. Respira Farah, la main sur le coeur.
- Nous avons la même mère, nous sommes plus solides que les rochers !
- Ce n'est pas trop possible ça, Boris. Rigola Kurt.

Ayant fini d’explorer l’une des galeries du site, la troupe fit alors demi-tour et revint sur leurs pas afin de prendre la galerie indiquée par le médecin plus tôt dans la ronde.

- Vous ne me croyez pas !? Rugit Boris, visiblement vexé. Frapper moi.
- Pardon…? Répondit le médecin, visiblement surpris.
- Oui ! Frapper moi, et vous verrez. Dit Boris, déboutonnant sa chemise pour exposer son torse.
- Qu’est-ce que tu fais, là. Intervint Farah, arquant un sourcil devant le spectacle.
- Allez-y ! Faites-moi confiance, je suis un véritable roc et ne crains rien de vos attaques !

Les deux SOLDATs se regardèrent en haussant les épaules, ne sachant pas trop comment réagir. Enfin, Kurt s’installa devant le nouveau dans l’escouade avant de faire rouler ses épaules et laisser son poing partir en arrière pour finalement donner un coup dans les pectoraux de Boris. Celui-ci ricana un instant, toujours en tenant sa chemise ouverte.

- Farah, à ton tour ! Dit-il en ricanant.
- Non. Merci Boris. Déclina-t-elle en se retournant et continuant la ronde.
- Ah ! Je vous l’avais bien dit. Ricana-t-il en s’habillant de nouveau. Un roc, personne ne peut le briser. Il posa finalement sa main sur l’épaule du médecin, faisant mine de le réconforter.
- Euh… Tu sais, j’suis pas une base de muscle comme toi, mon petit Boris. Commença le médecin. Demande à D.Va de te mettre une droite dans son méka, il y aura une différence.
- Les machines ne peuvent rien contre moi, je suis le grand Boris ! Dit-il en bandant les muscles. L’ours des steppes !

Les deux SOLDATs se retournèrent alors, s’engageant dans la galerie sans attendre que le nouveau finisse de s’habiller.

- Attendez-moi ! Hurlait Boris en arrivant rapidement au pas de course.

L’escouade avança dans la galerie, et lentement, une lumière au bout du tunnel fit son apparition. Au mur, il y avait un long câble qui parcourait toute la longueur des galeries pour alimenter le chantier en électricité et en lumière. Cependant, comme le prouvait l’utilisation des lampes-torches, les parties des souterrains déjà exploités n’étaient plus éclairés par souci d’économie. Et ici, après avoir terminé leur ronde, ils arrivèrent à la nouvelle artère principale du site de fouille. Les SOLDATs se retrouvèrent alors dans une cavité principale dans laquelle des dizaines et des dizaines d’ouvriers s’attelèrent à la tâche.

Sans se presser, le chef d’escouade s’avança en direction du contremaître pour faire son rapport. Ils étaient alloués à la défense du chantier, et actuellement, il se retrouvait être ce qui s’approchait le plus du supérieur hiérarchique.

- Déjà d’retour ? Demanda le contremaître, un gars avec un casque de chantier et une moustache bien fournie.
- Rien à signaler. Rapporta le médecin, rangeant son arme de service à la taille.
- J’vois l’genre. Dit-il en prenant un cigarillo dans son étui et l’amenant à la bouche. Vous r’tournerez faire l’tour dans une heure, depuis qu’la coalition c’est ram’né avec une grosse bête, j’préfère vous voir rôder autour d’nous en cas d’problème. Il alluma alors ce qu’il avait en bouche pour tendre l’allumette à Kurt qui venait de prendre dans son paquet. Vous avez vos ordres, à plus les gars.
- À vos ordres, m’sieur le contremaître. Répondit le chef d’escouade en se retournant et descendant vers le centre du chantier.

Ils avancèrent dans le chantier, zigzaguant entre les machines et les ouvriers qui se dépêchèrent à extraire le plus possible de gemme présent dans cette cavité. Tirant sur sa cigarette, le médecin observait les caisses remplies des étranges cailloux sans vraiment comprendre à quoi cela pouvait servir. Il se rappela alors des paroles de Farah lors de leur passage à Costa Del Sol, il faut parfois se contenter d’obéir aux ordres et ne pas poser de question.

- Il ne flippe pas un peu le gars ? Demanda Farah, ayant aussi récupéré un cigare qu’elle alluma pour son heure de pause. Qu’est-ce que viendrait faire la coalition noire sur un site d’excavation.
- Elle dit vrai. Répondit Boris. De plus, ils ont perdu leurs armes dans l’action, ils ne sont plus une menace pour quiconque.
- Faut pas les prendre pour des tanches pour autant. Répondit le médecin à son tour. Avec Hadrien et Loris, nous nous sommes rendus à la Cité du Crépuscule il y deux mois. Il eut un petit pincement au coeur. Et rapidement, des gars de là-bas nous sont tombés dessus et prêt à nous abattre sur place. Ils sont dangereux et tout le monde le sait, le gars à raison de vouloir être prudent et mettre une sécurité.

Les deux SOLDATs se regardèrent un instant avant de revenir sur le médecin, s’approchant de lui alors qu’un bulldozer passa à côté d’eux.

- Ça va, Kurt ? Demanda l’experte en démolition, s’approcha légèrement de lui.
- T’inquiète pas, ma grande ! Ricana le médecin en lâchant un sourire à Farah. Ne soyez juste pas assez stupide pour penser que les coalisés soient inoffensifs. On termine le tour ici, et on remonte dans les galeries pour surveiller les entrées. En route les gars.

Pendant les vingt minutes suivantes, les SOLDATs évoluèrent au travers des machines de la Shinra sans problème. Les ouvriers s’écartèrent au passage de l’armée de la compagnie, ou du moins, ne dérangeaient pas ces derniers quand ils passèrent. En trois jours, il n’y a pas eu le moindre problème, pourquoi est-ce que ça commencerait maintenant. Cependant, l’optimise n’est jamais gagnant dans toutes les histoires. Il fallut que l’escouade de Kurt arrive devant l’entrée du tunnel qu’un cri passa au-dessus des machines et attira l’attention des troupes de la compagnie.

Le contremaître arriva en courant, suffoquant et tentant de bredouiller ses ordres.

- Les gars, comme à l’entraînement. Boris, première ligne et Farah à mes côtés. Ordonna rapidement le médecin en s’avançant vers la fosse. En avant !
- À vos ordres. Répondit Boris en attrapant la large épée qu’il avait dans le dos.

Dévalant la colline, arrivant à hauteur du chantier, les SOLDATs eurent du mal à passer outre la vague humaine cherchant à fuir l’origine du cri. Dégainant son pistolet, Kurt fit un tir de semonce pour disperser la foule et permettre à la troupe de contourner un camion et découvrir l’origine du problème.

Autour de quatre ouvriers, des hommes étant armé de pelle et de pioche, quelques ombres ainsi que deux étranges sans-coeurs étaient en train de guette le moment opportun pour passer à l’attaque. Ne demandant pas d’ordre, Boris leva son arme au-dessus de sa tête pour l’abattre sur l’une des ombres présentent devant les ouvriers. Relevant cette dernière et tournant sur lui-même, il s’occupa des autres ombres alors que Farah visa son chargeur sur l’un des nouveaux sans-coeur afin de le faire disparaitre.

Il ressemblait à des gros chats, une sorte d’animal poilu avec d’immense griffe sur les pattes avant. Le dernier survivant se retourna en direction des SOLDATs avant de plonger dans le sol et creuser un sillon dans le sol du chantier.

- Vous quatre, dégagés ! Hurla le médecin alors que trois autres sillons firent leur apparition.

Les ouvriers ne se firent pas attendre, cavalant dans l‘autre direction et sautant par-dessus les tranchées fraichement creusées. Boris, quant à lui, recula pour se remettre en position avec les autres membres de l’escouade, attendant les ordres.

- Dos contre dos, on ne se laisse pas déborder les gars. Ordonna Kurt en chargeant les cinq premières munitions de son arme automatique d’un sort de brasier. Farah, interdiction d’utiliser le moindre explosif.
- Aucune envie d’avoir le toit sur le dos. Répondit le SOLDAT en mettant un nouveau chargeur dans son arme et se tenant prête.
- Boris, continue comme ça, c’est parfait. Termina le médecin.

Les secondes passèrent, rien ne se produisait jusqu’à ce que les sillons cessent d’avancer. Et puis, d’un bond, ils sautèrent à tour de rôle. Le guerrier dressa alors son épée qui s’illumina comme un éclair afin de frapper le sans-coeur taupe en plein vol, le faisant disparaître d’un coup. Farah ne passa pas un instant à viser et se contenta de presser la détente en tirant sur son cigare, causant assez de dégât mais ne permettant nullement d’abattre l’une des trois ombres restantes. Le médecin de son côté, tira ses cinq balles sur la taupe face à lui qui se cristallisa l’espace d’un instant avant de s’écrouler devant lui. Ne se faisant pas attendre, il a donna un coup à l’aide de sa crosse afin de faire taire le sans-coeur pour de bon.

Ils eurent l’effet de surprise de leur côté, les ombres chargèrent sans faire aucun dégât et replongèrent déjà dans le sol.

- Ne vous inquiétez pas, j’vais m’en occuper ! Hurla alors Boris en chargeant, son arme s’illuminant une seconde fois. Il attrapa alors la garde de ses deux mains et pointa la pointe en direction sur sol avant de sauter et plonger l’arme dans la terre à la poursuite de l’un des sillons.
- Eh bien… Commença le médecin en abaissant le canon de son arme. Impressionnant Boris.

Il se redressa avec un large sourire au visage, levant un pouce victorieux alors qu’une autre taupe émergea pour le charger, ne laissant aucun angle d’action au reste de l’escouade. Le combattant prit un coup en plein dans le dos et l’obligea à poser un genou à terre.

Kurt et Farah eurent un mouvement de recul avant de partir vers l’avant, sauf que Boris fut plus réactif et attrapa directement le sans-coeur et le plaqua au sol pour enchaîner les coups de poing avec force. Laissant rien d’autre qu’un nuage de ténèbres à ses pieds. C’est alors que le dernier sans-coeur fit son apparition et le médecin eu le temps de lever son canon et presser la détente dans une rafale afin de le faire disparaître le dernier sans-coeur. S’approchant ensuite de Boris pour l’aider à se relever, la troupe se réuni une fois le combat terminé pour le dernier briefing de la journée.

- Bravo les gars. Complimenta le chef d’escouade. Voilà notre nouvelle affectation jusqu’à la fin de chantier, chasser du sans-coeur.
- Ah ! Avec moi, ils ne s’en sortiront pas vivant. Dit-il en frappant son torse de son poing.
- Nous voilà sauvés, nous allons pouvoir souffler avec Kurt. Répondit Farah en posant ses deux mains sur sa nuque. Le chantier le plus tranquille de ma carrière, il manque quand même de quelques explosions.

Ricanant un instant, le médecin redonna l’ordre à la troupe de fouiller le secteur une nouvelle fois. S’il y avait des sans-coeur qui avait fait leur apparition, c’est qu’il y en avait d’autre le contremaître devait faire une syncope à l’heure qu’il est.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 343
Age : 21
Localisation : Dans mon bureau
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
221/650  (221/650)
Ven 26 Mai 2017 - 0:10
Chouette mission, comme d'hab ^^

J'ai pas franchement quoi que ce soit de négatif à dire. Si, y'a p'tête encore quelques fautes d'inattention ça et là, des fautes de verbe mais c'est tout. Le contenu est bon.

Comme d'hab', je trouve toujours la partie développement plus cool que la partie mission en elle-même. J'dis pas que c'est pas bien hein, mais la partie du début, la première partie donc, est plus vivante. En plus on a du background de Boris et ... putain il est tellement cliché, mais il est cool ! Les interactions Farah/Kurt par rapport à son histoire sont bien aussi, on s'imagine facilement la scène.

Putain, en vrai j'sais pas trop quoi dire ^^ La mission est bien et du coup, soit je me repète pour la énième fois en disant les trucs habituels, soit je cherche du défaut sans spécialement en trouver.

La scène d'action ! Elle est quand même vachement centrée sur Boris. C'est sympa parce que je découvre des trucs, genre je pensais pas du tout qu'il se baladait avec une épée en fait, mais... on a l'impression que les deux autres se touchent pendant l'action. T'as le russe qui fonce dans le tas, limite s'il avait descendu une teille de vodka avant c'était goldé, et les autres font leurs trucs dans leur coin. C'est pas forcément un mal de concentrer l'action sur un perso qu'on a pas l'habitude de voir hein, mais du coup je sais pas.

En tout cas, j'suis content de voir ce que tu fais des PNJ que je te refourgue. T'arrives, à partir du matériau de base (et encore, t'as quoi... un nom c'est tout ?), à les rendre soit intéressants, soit rigolos. Mine de rien, ils enrichissent ton récit de ouf ^^

Normal :
22xp, 220 munnies, 3 PS. Un en magie, un en dex, un en force.
Tu obtiens un superbe fragment de gemme ! GG

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Un temple sous terre [PV Kusari]