Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Cissneï Aujourd'hui à 1:03

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 La Ferme du Vieux Gildas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Clé du Destin
Masculin
Nombre de messages : 997
Age : 21
Localisation : Château Disney
Date d'inscription : 25/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3449/3500  (3449/3500)
Mer 17 Mai 2017 - 9:41
Aller chercher des cornichons ? Sérieux ? Putain mec, j'aurai dû aller les chercher à un centre commercial y'avait pas de soucis, j'étais payé pour rien foutre. Mais là ? Fallait que monsieur joue les putains de gastronomes et m'envoie chercher des cornichons bien spéciaux au fin fond du trou du cul de l'univers, le Domaine Enchanté. Je me rappelle y'a deux heures quand il m'annonçait ça, je me retenais de pas me foutre de sa gueule. Tu l'aurais vu, on aurait dit que son cœur avait été brisé. Qui aurait pu croire que la grande faiblesse du Boss de la Coalition serait des cons de cornichons ?

Enfin, j'ai vite déchanté quand j'suis arrivé. Y'avait d'la merde partout dans cette ferme ! En plus il pleuvait donc j'te raconte pas le délire. J'avais complètement niqué mes pompes avec ces conneries. Encore heureux que je les touchais gratos. Pour une fois, mater la météo de Janna aurait pu m'être utile mais j'étais parti un peu les mains dans les poches. Non là c'était galère, mes pieds s'enfonçaient dans la boue à chaque pas, à un moment, j'ai même voulu lever le pied pour avancer mais ma chaussure est restée dans la boue. J'te raconte pas la tronche que j'ai tiré quand j'ai posé ma chaussette dans la boue. Ah j'étais pas content. Obligé de la retirer et d'la jeter plus loin pour remettre mon pied nu dans ma chaussure. Inconfortable au possible, j'comprenais pas comment Jecht faisait pour se balader tout le temps pieds nus.

Quand j'ai enfin atteint la ferme, là aussi c'était comique. J'ai frappé à la porte deux fois et un vieux cliché du paysan s'est pointé devant moi. Déjà, il sentait pas ouf, genre à se demander s'il connaissait les douches, et il arrive en se gratter le cul, en lâchant une vieille perle bien coulante et en souriant.


Salut mon gars ! Kék' y veux l'garçon, lô ?

Euh... Monsieur Gildas ?

Lui même ! Mais çô répond pô à ma question, lô. Kék' y veux ?

Je viens pour vous acheter des cornichons. Vous en reste t-il ?

Ah bah oué HIN ! Vas-y rent' j'vais y chercher çô, lô.

J'suis rentré dans le bâtiment, et dès l'entrée, hop, reflexe de survie. La première respiration que j'avais prise m'avait littéralement cramé le nez. Un mélange d'alcool fort, de pisse et d'un autre complètement non-identifiable. J'ouvris la bouche et me promis à moi-même qu'aussi longtemps que je serai là-dedans, je ne respirerai pas par le nez. Je crois que l'odeur de cette baraque aurait de quoi faire gerber un morbol, c'est dire.

Le vieux Gildas alla dans une pièce derrière et me ramena un bocal assez gros rempli de cornichons baignant dans du vinaigre. Il ouvrit le bocal et trempa son doigt dans le vinaigre avant de me le tendre.


Y veut-y goûter ? C'est mon vinaigre que ma femme fait moi-même, lô !

Euh, non merci, Monsieur Gildas. Je ne suis que le coursier.

Bôh ! C'pô grav', HIN ! Personne saura s'il goûte ! Vas-y, aie pô peur, lô ! fit-il en clignant d'un œil.

Non, non, je vous remercie mais je tiens à faire mon travail comme il se doit. Mon employeur pourrait me tuer s'il l'apprenait.

Ok, j'le force pô. Mais y sait pô c'qui rate, lô.

Gildas ? C'est qui ? Hurla une voix qui se rapprochait et qui s'apprêtait à descendre les escaliers.

C'est l'coursier qu'y veux m'acheter des cornichons lô. Reste là haut la femme, faut qu'tu répares mes slips. Il se retourna vers moi. C'est en pétant, j'ai fait un trou, lô ! Qu'il me dit en me tapant son coude sans les côtes, tout sourire.

Nan mais dis-donc là, oh !

Des pas un peu plus rythmés par la colère se firent entendre et c'est bientôt la femme de Gildas qui nous rejoignit. Elle me salua en premier lieu avant de mettre un coup de poing à son mari.

Si j'avais sû, j'aurai pô écouté Papa, HIN ! T'es aussi bon mari que frangin, Gildas ! J'en ai marre, lô !

Non mais chouquette, calme toi lô. T'vois pas qu'on à du monde, lô ? S'tu continues çô vô mal finir, HIN !

Je les regardais s'engueuler sans trop savoir quoi foutre. Je commençais à comprendre un peu la situation et c'était malaisant.

… et pis tu veux p'tête qu'on en parle des gosses lô ? Même pas foutu de faire des gosses correc' Gildas ! Ta zigounette elle est cassée, lô !

Ouais, ouais, rigole ! C'pô moi qui les sors complètement gogols, lô. Obligé d'leur mett' un coup d'bèche au bazar, et d'aller les enterrer dans le jardin, lô. T'crois ça m'amuse, lô ?

Bon, s'il vous plait. Vos cornichons ont l'air cool, on m'a demandé de vous en acheter plusieurs bocaux. Une douzaine suffirait.

En fait non, mais là, je la jouais altruiste. Même ceux que j'aime pas à la Coa méritaient pas de venir ici pour aller chercher ces putains de cornichons. Les deux... fermiers... se sont calmés et Gildas est allé me chercher d'autre bocaux.

La cagette c'est cadeau, lô, dit-il un peu triste.

Merci Gildas, dis-je en lui tendant son argent.

Pressant le pas, je quittai la maison et me dirigeai vers mon vaisseau. Plus JAMAIS le Gildas. Putain, c'était malsain, ça puait, c'était crade. J'te raconte pas comment j'ai kiffé reprendre une bouffée d'air frais une fois à l'extérieur.

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 455
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
934/0  (934/0)
Jeu 18 Mai 2017 - 7:06
Mec, j’ai pas demandé un rp à Lille mais au Domaine Enchanté ! Suivez un peu les ordres de mission, didjeu…

Bon, trêve de plaisanterie. Il s’agit d’un des rp « détente » que j’apprécie de voir. Dans le sens où, j’te donne un bac à sable avec un seau et une pelle pour que tu t’amuses comme un grand gamin. Dans quel sens je dis cela ? Simplement parce que ce genre de mission n’a pas grand impact sur le scénario et qu’il est-ce qu’il est, un bon moment à passer en le lisant. Après, peut-être que certaines personnes auront envie d’amener de nouveau le bon Gildas et sa femme/soeur dans un de ses rp.

D’ailleurs, ça pourrait être une bonne blague à voir.

Enfin, tu te doutes, il s’agit d’un rp où il n’y aura pas grand chose à critiquer. L’ordre de mission est un prétexte, tu aurais pu te ramener avec des carottes dans un bocal que ça n’aurait pas eu d’incidence sur la notation. C’est un rp qui n’a pas d’autre ambition que de faire rire et que le lecteur passe un bon moment, et pour ma part, cette tâche est accomplie. C’est une petite bouffée d’air frais, ça fait plaisir… Un peu comme le moment où tu quittes la fermette…

J’pourrai dire que la plupart de tes rp sont dans ce ton décalé, sauf qu’ici, la vis est poussé jusqu’à la parodie en prenant compte de surprendre ton lecteur. Et ça, c’est cool. Ce n'est pas une série de blagues que tu vois venir à quatre kilomètres, même si j’avais prévu le coup des enfants mongoles, j’ai pas vu le coup de bêche arriver.

Bien, pas la peine de tergiverser pendant des heures. Une petite mission à la cool, et bien marrante.

Mission accomplie !


Facile : 12 points d'expérience + 120 munnies + 2 PS pour la forme

_______________________________
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» Haiti en Marche: la RD ferme ses frontieres aux aliments
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011