Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officier
XP:
128/150  (128/150)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 7 Avr 2017 - 19:52
Cissneï est revenue après avoir disparue... je n'en sais pas plus mais c'est une bonne nouvelle et c'est d'elle que je tiens ma prochaine mission : étudier un mystérieux artefact. Le bijou d’Euripide, en l’occurrence, dont le dernier possesseur était un garde de la Lumière originaire du Colisée de l'Olympe, Télémaque. Ce dernier tenait la pierre précieuse de sa grand-mère et, selon sa version... sa grand-mère l'aurait obtenu en le piquant à un Sphinx avant que son petit-fils ne le récupère. Apparemment, ce serait un objet hanté... et selon Télémaque, sa grand-mère lui aurait raconté que ce bijou contenait la larme d'une enfant promise à un mariage malheureux. Par contre, ni Cissneï, ni les rapports concernant le bijou d'Euripide n'explique quoique ce soit sur la raison qu'on a de penser que c'est hanté et la Boss elle-même veut vérifier si c'est le cas, ou non, parce qu'elle ne sait pas non plus. Du propre aveux de Télémaque, on ne sait pas si sa grand-mère dit la vérité ou non... et j'ai un premier indice, bien flou. Quand on le regarde, ce n'est qu'un bijou incrusté d'un rubis... soit, très bien... mais... tout le monde en fait tout un foin. Une simple rumeur dit que ce bijou est hanté et la Boss de la Lumière elle-même, à l'aube d'une guerre contre la Coalition Noire et le Consulat, veut s'en assurer. Autre détail étrange, Télémaque a déclaré avoir ramené le bijou parce qu'il appartenait à sa grand-mère pour, aussitôt, le remettre à la Lumière sous prétexte que c'est hanté.
Si c'est hanté, pourquoi ne l'a-t-il pas tout simplement laissé là-bas ? Et pourquoi récupérer un bijoux de famille... soit pour le revendre, soit pour l'attachement sentimentale... alors pourquoi le donner à la lumière ? Pour répondre à mes questions, je me suis dit que rien ne valait d’aller voir l’intéressé en personne.

Cissneï m'ayant offert carte blanche, j'ai tout simplement consulté les registres des gardes et regardé les horaires de Télémaque ainsi que son affection. Suite à ça, direction les murailles pour moi et après un long trajet à gravir des escaliers par dizaines de dizaines, je suis enfin arrivé jusqu'à lui. La carrure d'un gladiateur dans son armure qui le rendait d'autant plus imposant, il avait des cheveux bruns légèrement bouclés et presque roux. Équipé d'une glaive et d'un bouclier, il avait aussi une arbalète qu'il tenait, prêt à tirer depuis les remparts. Par habitude, je l'ai salué de la main droite... et ait vite rangé mon moignon pour le saluer de la main gauche.

" Officier Télémaque. Qui es-tu ? "

On a le même grade ! Je suis ne suis certes pas dans la garde mais je n'échappe à la hiérarchie pour autant et Fiona m'appelle tout le temps par mon grade. Contrairement à Cissneï m'a appelé par mon prénom, peut-être serait-elle moins militaire ? Soit, ce n'est pas très important. Personnellement, j'arborais un sourire léger, pas trop appuyé mais juste assez, en tenant tout particulièrement à regarder mon interlocuteur dans les yeux. Lui était bien plus sévère et rustre mais ça lui allait plutôt bien.

" Je me présente, Officier... " Officier Vorys ? Ou Officier Melkiore ? Lequel des deux sonne le mieux ? " ... Vorys. " Sans penser que ça sonne le mieux, pas forcément, c'était sous ce nom là qu'on me connaissait et pour gagner en notoriété, il faut une identité claire avant tout. " Cissneï m'a demandé de faire des recherches sur le bijou d'Euripide, que vous auriez ramener. Je peux en savoir plus ? "

Comme l'ordre venait directement de la boss, il n'a pas bronché même s'il c'est étonné que cela fasse deux ans qu'on ne lui en ait pas parlé et... apparaissait relativement mal à l'aise par rapport à cette histoire. Télémaque commence donc à raconter l'histoire. Il est retourné au Colisée de l'Olympe quand sa grand-mère est morte, a vu ce qu'il pouvait récupérer et le joyau en faisait partit. Lui-même a répété l'histoire de la grand-mère qui a baratiné un Sphinx pour obtenir le joyau contenant la larme d'une enfant promis à un mariage malheureux mais après ça, ne peut pas garantir que c'est vrai. Ensuite, vient ma question qui me parait... tout bonnement central dans cette histoire.

" Dis-moi, Télémaque... qu'est-ce qui te fait dire que le bijou est hanté ? "

" Je me suis mis à faire des cauchemars... et dans la nuit, j'entendais parfois des pleures... à mon réveil, certains objets avaient bougés, de manière inexplicable. J'avais l'impression qu'on m'observait. "

" Excuse-moi d'avance, c'est particulièrement indiscret mais... t'avais pas des problèmes avec ta grand-mère ? Je veux dire, tu te sentais peut-être coupable de pas lui rendre assez visite. D'où les cauchemars, les pleures et la sensation qu'on te surveille. "

" Non, je suis sûr que non. Et même si c'était vrai, ça n'explique toujours pas les objets qui se mettent en mouvements. "

" Okay, okay... " Et j'ai gratté mon menton de ma seule main, façon philosophe, cachant mon disgracieux moignon au passage. " Les cauchemars, les pleures et la sensation d'être observé ont commencés et cessés quand ? "

" Ça a commencé dès la première nuit où je l'ai récupéré... et ça s'est arrêté dès que j'ai remis le bijou à l'état-major qui l'a scellé. "

" A cette époque là, il y a deux ans, qui était tes camarades de chambrés ? "

" Deux bleusailles aujourd'hui officier, Linda et Marco. "

" Très bien... merci pour tout Télémaque. Merci d'avoir répondu à mes questions mais surtout, merci de veiller sur nous chaque jour comme vous le faites, la Lumière vous doit sa sécurité. "

Télémaque afficha un petit sourire fier... les gens au Château Disney sont, plus ou moins, sympathiques. Bien plus qu'à la Coalition Noire où tout le monde se confronte en permanence et bien plus que ces mercenaires qui n'avaient pas accordés leurs confiances à Surkesh. Je tenais tout particulièrement à ce que ça continue et d'être apprécié restait mon objectif... déjà pour choper une fille, pourquoi pas... mais surtout parce que c'est terriblement plus agréable lorsque quelqu'un vous apprécie. Je préféré qu'on me regarde comme un ami plutôt que comme un simple collègue ou pire, quelqu'un dont il faudrait se méfier. Je n'avais pas tant l'impression que mes yeux jaunes les dérangeait et c'était une bonne chose, l'ambiance m'était jusqu'ici confortable. Enfin soit, je suis retourné voir les registres des gardes avant d’aller interroger Linda et Marco.
Ils ont confirmés que dans la nuit, des objets changeaient de places... dès fois un livre, d'autres fois des fringues et d'autres choses. J'ai pensé à l'idée de la farce. Or, si c'est une farce, les gardes le sauraient... on ne s'introduit pas dans leurs quartiers comme ça. Donc, si c'est une blague, ça vient forcément d'eux mais... ça fait deux ans. La Boss elle-même est encore dessus... je n'exclus pas que le garde responsable de la farce, si farce il y a, se couvre et ait peur de la punition mais tout de même ? Par contre, ils n'ont pas eu de cauchemar ou la sensation d'être observé, pas plus qu'ils n'ont entendu les pleures.

Donc... il y a une manifestation physique par le déplacement d'objet et une manifestation psychique localisée sur une personne. Surtout quand le cas des objets qui changent de place, c'était fait indépendamment que l'appartenance de l'objet, les trois gardes ayant pu retrouvé leurs possessions autre part qu'où ça était rangé la veille. Tout porte à croire que c'est bien hanté... et je ne vois pas l'intérêt que Télémaque aurait de mentir sur les syndromes qui le concernent personnellement. Par contre, détail intéressant, tout ça n'arrivait que la nuit.

Hum... autant vous dire que j'adorais cette mission et l'enquête qui va avec ! En tant que simili, j'ai horreur de réfléchir... à mon absence d'émotion, mes buts dans la vie ou si seulement il doit y en avoir un... et j'aime particulièrement avoir de quoi m'occuper. Et c'est ce que j'aime à la Lumière, on me dit comment m'occuper via les missions, je n'ai même pas à réfléchir à ce sujet-là. Soit, j'étais dans le jardin, assis en tailleur sur la pelouse et tenait l'extrémité du pendentif, laissant le rubis pendre au niveau de mon regard. Je le scrutais attentivement, tâchant d'en repérer quelque chose dans l'éclat mais sans succès après de longues minutes. Soit, j'irais voir de quoi il en retourne cette nuit mais d'ici là, je vais étudier mon dernier indice : Euripide. Me rendant à la bibliothèque du château, j'y ai cherché des livres parlant de ce fameux Euripide et j'en ai trouvé. Pour résumer, c'était l'un des trois grands tragiques du Colisée de l'Olympe a une époque reculée... et dans les informations intéressantes, il était connu pour sa sympathie sans égale envers toutes les victimes de la société, femmes incluses. Ce qui est cohérent avec l'idée d'un mariage forcé malheureux.
Et c'est en outre l'inventeur du concept de la cage théâtrale emprisonnant des femmes et des hommes qui se détruisent mutuellement par l'intensité de leurs amours et de leurs haines, qui sera ensuite repris dans plusieurs pièces de théâtre.

Et si la cage n'était pas si théâtrale que ça en fait ? On en saura plus cette nuit.

...

Je me sens observé et j'entends des pleures... mais je ne dors pas, je fais semblant. Au moindre bruit suspect, outre que cette femme qui pleure à grande eaux, je me réveille pour surprendre cet entité. D'ailleurs... je ne suis pas censé ressentir quoique ce soit et c'est le cas... mais à l'écouter pleurer... je me rends compte à quel point c'est un son étrange. Je trouve ça laid et mélodieux à la fois, étrangement. Puis je me réveille en sursaut ! On se regarde un instant dans les yeux puis elle lâche la lampe qui explose au sol... et se rue vers moi comme l'aurait fait une bourrasque... revenant dans le bijou. Moins d'une minute après, les gardes arrivent et je leur explique la situation. Finalement, ils s'en vont même s'ils m'ont prévenu que ma chambre serait particulièrement surveillé. Après ça, il ne s'est plus rien passé de la nuit... comme si le fantôme m'évitait sans que je sache pourquoi.
Au moins, on est sûr d'avoir affaire à un fantôme, la question étant maintenant... qui est ce fantôme et que veut-il ? C'est étrange puisqu'elle a lâchée la lampe comme si je l'avais surprise, n'ayant sans doute pas envie qu'on la voit.

Je suis retourné lire des trucs sur Euripide... et outre la cage théâtrale qui avait pris tout son sens, j'ai relu un passage qui m'a interpellé. La période antique du Colisée de l'Olympe a connu de nombreux tragédiens... mais Euripide, Eschyle et Sophocle ne sont pas décrits comme tels. Ils sont appelés, texto, les "Trois Grands Tragiques" de leur époque. Personnellement, j'ai été chercher des infos sur Eurypide à la bibliothèque en cherchant du côté du Colisée de l'Olympe... et sans plus de précisions, on sait que les racines du Consulat sont aux Colisée de l'Olympe. Est-ce que çà serait lié ? Pour l'instant, ce n'est que pure déduction foireuse et ce n'est pas ça qui me fera avancer. Je dois trouver un moyen de... parler avec l'esprit. J'ai rangé les livres sur le Colisée de l'Olympe et leurs tragédiens pour allez chercher un vieux grimoire.

"Chamanisme et Nécromancie, les deux faces de la Symbiose liée aux morts" ! D'après ce livre, il est à la portée de n'importe qui doué de symbiose de prendre contact avec une âme errante qui a perdu la vie suffisamment récemment pour que quiconque puisse entendre son souffle. Soit, environs, une journée puisqu'au delà, l'âme part vers le paradis, l'enfer, le néant ou l'endroit auquel elle revient. Et, exactement, on est dans cette idée que l'âme ne peut être appelé que récemment parce qu'après un certain délai, elle s'en va vers un autre monde. En théorie, une âme est immatérielle mais certaines techniques symbiotiques permettent de matérialiser les âmes. Clairement, ce bijou à quelque chose à voir avec toutes ces techniques liés aux esprits. Peut-on imaginer qu'Eurirpide, le grand tragique, ait enfermé un ou plusieurs esprit dans son bijou ? La seule chose que je sais... c'est qu'il reste impossible pour moi d’appeler un esprit et encore moins de l'arracher à sa "prison". Puis c'est étrange, l'âme serait prisonnière du bijou mais pourrait en sortir à condition que quelqu'un en prenne possession ?
Deux options... soit je brise le caillou pour voir ce qu'il en retourne sans avoir idée des conséquences... soit je vais demander conseil à un pro de la symbiose et ça ne court pas forcément les rues. Y en a pas chez les mercenaires et quand j'étais à la Coalition Noire, le meilleur en symbiose là-bas, c'était moi.

Donald avait beau être un grand mage et même si avec la carte blanche de Cissneï, je pourrais demander son aide, je doute qu'il puisse m'aider. Par contre... j'ai pensé aux Indiens du Pays Imaginaire ! Je n'imagine pas une tribu de peau-rouge sans un chaman et ce dernier pourra probablement m'aider.

Si j'ai carte blanche, je dois probablement pouvoir me faire payer mon voyage jusqu'au Pays Imaginaire.

La Suite
messages
membres