Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Aujourd'hui à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Aujourd'hui à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Hier à 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Hier à 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Hier à 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Un réveil agité
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Véritable Primarque
Masculin
Nombre de messages : 102
Age : 29
Date d'inscription : 20/12/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
73/650  (73/650)
Dim 2 Avr 2017 - 17:02
La ville du Domaine Enchanté, tranquille et calme comme à son habitude. Le château du roi Stéphane, splendide avec ses pierres blanches, imposant avec ses tours immenses, dominait cette ville, apportant un sentiment de sécurité à ceux qui levaient les yeux vers lui. Pas un nuage dans ce ciel si bleu qui annonçait une excellente journée à tous. Puis soudain, une ombre voila le soleil l’espace d’un instant, plongeant les habitations dans l’ombre, changeant la couleur du château en un gris déprimant. Une immense bête ailée survolant les environs. La ville était dévorée par les flammes. Les tours du château s’écroulèrent, écrasant les maisons qui ne pouvaient soutenir leur poids. Les rues se remplirent de sang, créant un véritable fleuve. Et celui-ci prit feu, donnant l’impression que les enfers se déchaînaient sur terre. Et à travers la fumée, riant à plein poumon, un être ailé et squelettique, plus petit que la bête, regardait le spectacle. Il trancha de son immense faux la fumée, et ses yeux brillèrent l’espace d’un instant. La mort était arrivée en ville.

Je me réveillai sur cette dernière image, les cheveux en batailles, le dos couvert de sueur, la respiration haletante. Il me fallut quelques minutes avant de retrouver mes esprits, avant de réussir à me convaincre que ce n’était qu’un rêve, ou plutôt un cauchemar, et que j’allais parfaitement bien. Enfin, parfaitement était peut-être exagéré. J’allais bien. Lorsque je fus sûr d’être de nouveau maître de mon esprit et de mon corps, je balançai mes jambes hors du lit à baldaquin et me levai. J’enlevai le pyjama que m’avait apporté le haut prêtre d’hier, et je m’habillai avec mes vêtements, les seuls que j’avais, et qu’une aimable servante avait lavé pour moi hier. J’étais heureux de voir que le sang, et l’odeur de cadavre les avaient quitté.

Je sortis de la chambre qui m’avait été attribué à mon grand regret. Je n’étais encore connu que de peu de personnes ici. Le Sanctum ne pensait pas encore que j’étais leur primate, ou primarque, enfin leur sauveur élu. Et cette situation m’allait parfaitement dans un premier temps. Si j’avais sauté sur l’occasion que le vieux sénile m’offrait, je ne me voyais pas berner les foules ad vitam aeternam sans autres informations que celles apportées durant ma discussion avec Cassandra, ou lues grâce à l’éclaireur. Mais qui pouvais-je interroger discrètement pour les avoir ? Pour une fois, je séchais complètement devant une question qui se posait à moi.

Tout en marchant dans les couloirs, admirant les tableaux, les tapisseries, les armures ou les tapis qui les décoraient, je réfléchissais à cette enigme. J’avais la possibilité de demander directement à Cassandra qui m’avait semblé réticente à accepter ma nouvelle situation. Je pouvais également questionner Marvin si je m’y prenais correctement, avec subtilité. Mais c’était risqué. Si je faisais le moindre faux pas, je m’exposais à perdre la chance qui m’était offerte de changer le fonctionnement de nos mondes. Alors que j’énumérais mes possibilités, je vis au bout du couloir un vieil homme qui tomba à terre, laissant échapper de nombreux ustensiles et fioles qui, fort heureusement, ne se brisèrent pas. Je ramassais ce qui se trouvait près de moi, puis j’aidai mon prochain à se relever.


-Vous allez bien monsieur ?

-Oui, oui merci jeune homme. Il se frotta le dos en grimaçant. Je me suis encore pris les pieds dans ces maudits tapis.

-Ce sont des choses qui arrivent. Un moment d’égarement, et la chute arrive vite, répondis-je en souriant. J’ai moi-même failli chuté en sortant de ma chambre. Où alliez-vous ?

-À mon laboratoire.

-Puis vous accompagner dans ce cas ? Et peut-être vous tenir compagnie. Je ne sais pas quoi faire de mon temps libre actuellement.

-Si vous voulez. Et je vous trouverai bien une occupation si vous n’avez vraiment rien à faire.

Ensemble, nous reprîmes notre marche, bien que dans mon cas, je rebroussais surtout chemin. J’avais de la chance de tomber sur le médecin du château. Les rares que j’avais rencontré étaient discrets et promptes à aider autrui. Et si je n’étais pas une personne en quête d’aide, qu’étais-je ? J’avais vraiment besoin d’informations pour survivre dans ce nouvel environnement. Et puis je pourrai me renseigner sur la situation de Cassandra au passage. S’il consentait à m’en parler du moins.

Lorsque nous arrivâmes à destination, je le laissai entrer le premier et je refermai la porte derrière moi. Le vieil homme qui m’avait dit s’appeler Stephen ouvrit une fenêtre et alluma un bec bunsen. Il revint ensuite à mes côtés, et me donna un pilon, une tasse et des feuilles à broyer. Je me mis aussitôt au travail, observant du coin de l’œil ce qu’il faisait. J’imaginais que c’était un médicament, de quelque sorte que ce soit. Cependant, je n’écartais pas qu’il puisse s’agir d’autre chose infiniment plus dangereux.


-Depuis combien de temps êtes-vous au château ?

-Oh, depuis bien des années. Je travaillais déjà ici quand le Sanctum s’est installé parmi nous.

-Vous devez en connaître des choses alors.

-En médecine oui. Sur les gens que je soigne aussi. Mais pour la religion, je suis loin d’être un prêtre. Pourquoi cette question Matthew ?

-Et bien… J’avais un choix à faire, ici et maintenant. Je suis arrivé hier au Domaine, et alors que je discutais avec une templière du nom de Pentaghast, un prêtre m’a dit que j’étais le primarque. Je fis une pause, lui laissant le temps d’assimiler que j’étais l’élu de son culte. J’ai joué le jeu, j’ai accepté ce qu’il disait parce que ça m’arrangeait. Mais je ne suis pas le primarque. Je suis juste un homme qui vient de débarquer du fin fond de son petit monde. Et j’aurai aimé que vous m’en disiez plus sur cette se… religion. Ça m’aiderait à m’adapter plus facilement.

L’homme ne répondit pas. Comme il m’avait tourné le dos pour travailler, je ne pouvais voir son expression. Était-ce de la surprise, de la colère, ou du désespoir qui se peignait sur son visage ? Je n’aurais su le dire, même si ma vie en dépendait. Le silence continua encore pendant de longues minutes, faisant peser sur mes épaules un poids réel. Avais-je commis une erreur en me livrant autant ? Si facilement ? Non. Non ce n’était pas une erreur. Je devais le croire.

-Matthew… Je ne suis pas un prêtre. Que vous soyez le primarque ou non, je ne peux que me fier à leur dire. Il se tourna vers moi. Ils voient plus de choses que le commun des mortels. Il se tut quelques instants. Votre secret sera le mien, mais je ne peux malheureusement pas vous aider comme vous le souhaiteriez.

-Oh… Et bien tant pis, souriais-je de dépit. Vous êtes médecin Stephen. Peut-être pourriez-vous me dire de quoi souffre Cassandra ? Et comment ça lui est arrivé.

-J’ai bien peur que non. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle a reçu une très mauvaise blessure. Et qu’elle ne se soigne pas comme il le faudrait, rajouta-t-il avec une pointe de colère dans la voix. Les guerriers sont tous les mêmes.

-Que faudrait-il pour qu’elle aille mieux ?

-Du repos. Beaucoup de repos. Mais elle a la bougeote. Et puis il faudrait qu’elle accepte de prendre du lait de pavot, continua-t-il en montrant de la main une étagère où se trouvait un liquide blanc sale. Mais elle refuse strictement et je ne peux pas la forcer à en prendre.

-Je vois. J’essaierai de la convaincre de changer d’avis. Elle m’écoutera peut-être.

-J’espère mon garçon. J’espère.

Je continuais encore quelques minutes à broyer les feuilles qu’il me donnait. Puis j’allai déposer les instruments et les ingrédients près de lui, prétextant qu’un prêtre voulait me voir dans la matinée. Au passage, et tant qu’il avait le dos tourné, je subtilisai un flacon de lait et quittai la pièce. Ça pourrait toujours servir à l’avenir. Et si Cassie refusait son traitement, je pouvais peut-être lui administrer d’une autre manière.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 128
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
59/500  (59/500)
Lun 3 Avr 2017 - 10:38
Eh bien, répondant à ta demande, me voici pour noter cet exploit ! Rentrons directement dans le vif du sujet, j’ai deux critiques à faire pour cet exploit. Et j’vais les partager directement sans dire un mot gentil.

La première chose vient de ta vision. C’était dans le contrat, le Primarque du Sanctum par son lien avec Étro recevra des visions de cette dernière pour l’avertir de certaines choses. Et par extension, se sera à toi et à ton lecteur de les interpréter en bien ou en mal quand elles arriveront. De ce point de vue là, pas de souci ! Ma critique est la suivante, et j’invite d’autre personne que moi tel que Lulu ou d’autre à répondre à la suite de ce commentaire si je me trompe, c’est que la vision est quand même vachement clair !

Dans ta fiche de présentation, si j’me souviens bien, t’avais reçu une vision assez succincte et imprécise du Domaine Enchanté et c’est cela qui t’avait conduit à rejoindre le monde.

Il y a des chances que, c’est moi qui trouve la vision aussi claire parce que Bouc Émissaire est déjà bien avancé, mais j’ai vraiment l’impression que tu donnes trop d’éléments pour comprendre la vision. Dans le sens, j’ai déjà les éléments pour comprendre la vision. Pour prendre un exemple à la Grecque, la Pythie de Delphe avait ses visions dans un état de transe hardcore et les prêtres d’Apollon devaient interpréter à plusieurs ce qu’elle racontait et ça pouvait parfois être du grand n’importe quoi. Autre exemple, un Orcale qui a racontée à Laïos, Roi de Thèbe, le mythe d’Oedipe et ce con avait agit de la plus mauvaise façon et à réalisé la prophétie par ses actes.

Ici, c’est un point de vue personnel et j’invite vraiment à me contredire si je me trompe, j’avais plus l’image de ce genre de vision que de rêve aussi clair. Du coup, est-ce que c’est une véritable critique ou il s’agit du fait que je possède les éléments pour interpréter correctement cette vision ? Seul le futur nous le dira, et si tu veux, nous pouvons en discuter ensemble plus tard.

Et pour la seconde critique, il s’agit d’un manque de documentation ! Quand je t’ai vu parler du lait de pavot au travers de la voix de Stephen, j’ai directement vu l’embrouille se pointer. Et ici, je suis aussi responsable de cette erreur. Le lait de pavot, en tant que tel dans notre monde, n’existe pas ! Il s’agit d’une libre inspiration de ma part qui provient de Games of Thrones, les moments où les Mestres invitent les combattants après un combat à prendre du lait de pavot. Sauf que, et la nuance ici est subtile, il ne s’agit pas d’un médicament, mais d’un sédatif puissant venant directement du pavot et décanté / transformé par les Mestres de la série. En lisant ça, tu dois comprendre d’où vient l’erreur, il s’agit simplement d’un anti-douleur que se refuse mon personnage dans ses rp avec de bien ressentir la douleur suite à ses actes !

En bref, mes deux critiques ne sont pas gravissime dans ton rp. La première étant purement subjectif et la seconde, tu as fait l’erreur de me faire une confiance aveugle et de penser que je parlais de médication. Donc, ce n'est pas grave mon jeune ami !

Et parce que je fonctionne comme ça, j’vais quand même te souligner le positif. Pour ce qui est de ta vision, même si je regrette le manque d’interprétation, celle-ci est superbement bien écrite et pousse à la réflexion. Tu travailles avec du symbolisme et ça rend très bien, pour l’exemple, tu ne cites jamais le mot dragon, mais nous faisons le lien avec les flammes et le vol. Pour ce qui est de Death (tu parles d’un autre de mes personnes, j’suis flatté), tu ne donnes que les symboles liés à sa transe et à son arme de prédilection. Le rendu du carnage et la nouvelle vision du domaine est bien. Même si j’ai critiqué ce passage, ça n’enlève en rien la qualité d’écriture.

Le déroulement de l’exploit est lui aussi intéressant, surtout de voir que Matthew se « confie » directement au médecin. C’est à la foi malin et intriguant, j’imagine que tu joues sur le serment d’Hippocrate. La discussion est bien écrite et j'aime voir les liens que tu fais déjà avec le groupe avec que, d’un point de vue rp, tu viens seulement d’arriver. On sent que, même si ton personnage à un côté insolent, il reste porté sur le bien des autres. J’estime que ton personnage est bon de par ses paradoxes, et franchement, je suis pressé de voir ce que cela donnera au futur !

Exploit accompli !


Très Facile : 7 points d'expérience + 60 munnies + 1 PS en Dextérité !

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]
» Une Nuit Agitée [Reyson]