Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Hier à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Hier à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 C'est comme ça qu'on devient un héros
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Clé du Destin
Masculin
Nombre de messages : 1036
Age : 21
Localisation : Château Disney
Date d'inscription : 25/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3689/3500  (3689/3500)
Ven 17 Mar 2017 - 12:08
Ça faisait un petit moment qu'on avait pas traîné au lit avec Maddie. Déjà parce que je n'étais pas souvent là en ce moment, et parce que les rares fois où j'étais là il était tout simplement impossible de faire la grasse mat'. La destruction de la pierre angulaire remontait à pas mal de temps maintenant, et les assauts des sans-cœurs étaient devenus quotidiens. Et tout les matins, profitant des derniers instants où la lumière du soleil était absente, ils sortaient des ombres et l'alerte était donnée.

Ce matin ci, nous étions tranquilles. Allongé sur mon lit, ma belle à mes côtés je laissais mon regard se perdre alors que je passais ma main dans ses cheveux. Nous ne discutions pas vraiment, nous étions juste là, à profiter de l'instant. Tout était calme autour de nous, et en de rares fois seulement mes pensées mes ramenaient à la réalité. Le château, l'insécurité, la guerre, la lumière, les ténèbres toutes ces pensées venaient à moi par vagues avant de finalement s'en aller pour ne plus laisser que ce qui comptait vraiment à cet instant.


J'aimerais... J'aimerais vraiment passer davantage de temps avec toi. Tu sais des fois, je me sens un peu coupable. J'ai l'impression de te retenir ici. Tu es là, au château, et tu ne fais rien. Je sais que tu aimerais voir les autres mondes, surtout... que tu aimerais voir autre chose. Finalement, à peu de choses près, la vie que je t'offre n'est pas si loin de ta vie d'avant.

Elle posa sa main sur ma bouche pour me couper. Je tournais la tête dans sa direction ; elle avait les yeux fermés.

N'en dis pas plus. Je suis ici parce que j'en ai envie. Je sais qu'au-delà des mondes, c'est dangereux. J'aimerais les visiter, les découvrir... mais j'aimerais surtout être avec toi. Je sais aussi que tu as du travail, que beaucoup de gens doivent compter sur toi. Jusque là, jusqu'à ce que tout ça soit terminé, je prendrai mon mal en patience. Et une fois que tu seras libéré de toutes ces missions, une fois qu'il n'y aura plus de souci à se faire... Alors nous pourrons vivre pleinement ! Nous pourrons visiter tout ces mondes qui nous entourent... Ensemble.

Elle bougea son bras et amena sa main près de la mienne avant de passer ses doigts entre les miens.

Pour l'instant... Profitons de ces rares instants de calme. S'il te plaît.

Quand tout sera fini... Ouais. Je remis ma tête dans sa position initiale. Un goût amer m'emplissait la bouche alors qu'elle prononçait ces mots. Le « lendemain » était encore lointain... Et... Il était possible que finalement, cette promesse d'avenir avec elle ne soit qu'un doux songe. Je fermais les yeux, resserrant mes doigts autour des siens et tentant de calmer les émotions qui m'assaillaient.

Nous restâmes quelques minutes encore dans cette position avant que quelqu'un vienne frapper à notre porte. Laissant échapper un soupir, je me redressai en prenant soin de la recouvrir, puis j'ouvris la porte.

Ouais ?

Euh... T'es en caleçon Roxas...


Ouais, je dormais. Qu'est-ce qu'il y a ?

On a une invasion de sans-cœ....

Ouais, comme d'hab'. Vous pouvez pas gérer ça tout seuls ? C'est pas parce que je suis pas là que c'est la fin du monde...


Non mais... Ces sans-cœurs sont particulièrement tenaces, ils essaient de se frayer un chemin jusqu'à la salle des coffres en agressant tout ceux qui se trouvent sur leur passage.


Le bras posé sur le contour de la porte, je tournais la tête dans la direction de Maddie avant de me retourner vers le garde.

… J'arrive, laisse-moi cinq minutes.


Ok, mais fais...

La porte claqua me laissant de nouveau seul avec Maddie. Je fis quelques pas vers mes fringues, les pris et commençai à me changer. Elle se leva, elle aussi, et m'imita.

Tu... fais quoi ?

Je viens avec toi !


J'eus un mouvement de recul.

Euh... bah non.

Pourquoi ?

Parce que t'es trop... Tu vas pas t'en sortir. C'est pas un jeu dehors, tu sais.

Je sais ! Mais bon... à quoi bon lire tout le contenu de la bibliothèque si c'est pour ne jamais rien mettre en pratique hein ? Et puis... que je sache, les appartements ne sont pas protégés plus que ça. Tu préfères garder un œil sur moi, ou laisser ma sécurité entre les mains des gardes ?

Hm.

Voilà ! Allez, on a du boulot ! Y'a pas que toi qui peut se rendre utile !

Prête, elle ouvrit la porte et fit quelques pas avant de s'arrêter net.


Qu'est-ce qu'il y a ?

Y'a... beaucoup....

Je sortis de la chambre et jetai un œil par le balcon. Les sans-cœur étaient nombreux et ça ne s'annonçait pas facile. Plusieurs d'entre eux jaillirent du balcon et nous sautèrent dessus. Maddie eut le réflexe d'invoquer sa Keyblade et d'en repousser un, tandis que je tuais les autres d'un coup circulaire.

J'ai changé d'avis. Tu vas rester avec moi.


Les rôles étaient inversés. C'était elle qui n'était pas rassurée, et moi qui voulais qu'elle reste.

Tu ne me lâches pas d'une semelle. Si on est séparés, tu cries. Ne joues pas aux héros.

Elle acquiesça d'un signe de tête, et nous nous mîmes en route pour la cour. Nous dévalâmes les marches menant au rez-de-chaussé tout en prenant soin de tuer les sans-cœurs qui se mettaient sur notre route. Lorsque nous rejoignîmes le couloir principal, nous vîmes les soldats aux prises avec des sans-cœur que je n'avais jamais vu.

Ok... Tu te rappelles quand je t'apprenais quel type de sans-cœur faisait quoi ?

Euh... oui ?

Eh ben là, j'en ai aucune foutue idée. Va falloir improviser, tu te sens prête ?

J'ai... pas trop le choix...

Pas trop, non.

Nous courûmes vers les sans-cœur aux prises avec les soldats et commençâmes à distribuer autant de coups qu'il nous était possible. Je gardais un œil sur Maddie, au cas où, mais pour le moment elle semblait bien se débrouiller. Elle arrivait à savoir quand l'un d'entre eux allait passer à l'attaque, comme elle arrivait à savoir quand elle pouvait passer à l'attaque. Ce constat me fit relâcher un peu de l'attention que je lui portais pour me concentrer sur le combat. Si je n'avais pas grand chose à craindre, j'essayais de faire en sorte que les soldats ne soient pas trop blessés. Quelques coups de keyblade plus tard, le couloir était dégagé. Je me retournais vers Maddie qui était essouflée.

Ça va aller ?

Elle hocha la tête, et souffla une réponse affirmative.

Je t'avais dit que c'était pas de tout repos. T'es pas blessée ?

Elle me montra son bras qui avait subi quelques griffures légères. Je passais ma main sur son bras pour la soigner avant de l'inviter à reprendre la route.

On a encore beaucoup à faire, si ça ne va pas, tu peux rester dans la Salle d'Audience avec les autres résidents.

Non... Je veux continuer.

Nous descendîmes donc les marches qui menaient aux jardins et vîmes une large flaque de ténèbres au sol. Une quantité innombrable de yeux jaunes nous fixaient, nous et les soldats qui nous accompagnaient.


Ok, ils viennent d'ici. Personne ne s'approche de ce portail, restez en arrière et occupez vous de ceux qui arrivent à passer.

Pour la cinquantième fois, on ne reçoit pas nos ordres de...

Et bien allez chercher Fiona pour recevoir vos ordres, si ça vous chante ! Que ceux qui sont prêts à se battre restent. Que ceux qui ont peur partent. Point.

Finalement, les soldats restèrent et nous pûmes commencer à s'occuper de la menace qui planait sur le château depuis trop longtemps déjà. Les sans-cœur commencèrent par sortir par vagues, puis accélérèrent le rythme jusqu'à ce qu'il ne s'agisse plus que d'un flot continu, presque inarrêtable. Je tentais tant bien que mal de contenir l'invasion, mais seul c'en devenait impossible, d'autant plus que je devais faire attention à Maddie... qui semblait se débrouiller vraiment bien en fait.

Un bon quart d'heure passa, et le flot continu de sans-cœur s'arrêta peu à peu, comme si les ténèbres elles-aussi s'essoufflaient. Et lorsque le dernier sans-cœur à être passé fut tué, tout le monde hurla à la victoire. Je pris Maddie dans mes bras, à la fois pour la féliciter, et pour exprimer ma joie d'avoir réussi à la protéger. Par deux fois la situation m'avait semblait désespérée, mais malgré le danger, son courage ne l'avait jamais abandonnée.

Puis, alors que tout le monde se félicitait de notre réussite, le portail de ténèbres au sol s'élargit et une gigantesque main s'en échappa. Elle attrapa le sol de sa main griffue, et le reste du corps se hissa en dehors de l'immense brèche sombre. Les ennuis commençaient seulement.


Maddie, c'est un DarkSide, tu ne peux pas encore gérer contre ça. Vas te mettre à l'abri, vite !


Non ! Je... peux le faire.

Non tu ne peux pas ! Rentres immédiatement. TOUT LE MONDE RENTRE ! Hurlai-je, en me retournant vers les gardes. Bizarrement, la plupart d'entre eux m'écoutèrent du premier coup. Seule la poignée de soldats restant dût être convaincue.

Je vais pas pouvoir tous vous protéger. Emmenez-la, s'il vous plaît. Vous serez de toutes façons plus utiles à la lumière si vous restez vivants... CASSEZ-VOUS !

Les soldats restants se retirèrent, et l'un d'eux prit Maddie par le bras. Ils montèrent les marches et se rendirent dans la salle d'audience ; une des rares salles à disposer de murs assez épais pour essuyer un tel assaut. De mon côté, j'invoquai ma seconde keyblade et me préparais à combattre.

Le Darkside au chapeau vert s'agenouilla et leva son bras avant de le plonger dans le sol, créant au passage une immense flaque de ténèbres. Quelques leprechauns en sortirent et je commençai à m'en défaire sans mal. Puis, le sans-cœur géant retira sa main du sol et en sortit un orbe de ténèbres. Il approcha son autre main et commença à laisser la sphère noire s'envoler vers le ciel. Pour avoir déjà combattus ce genre de sans-cœur, je savais exactement ce qui allait se passer : une multitude d'orbes allait pleuvoir sur le château. En somme, j'allais devoir passer entre les gouttes d'une pluie mortelle.


Euh... ?

Ah ben non. Il pleuvait des... munnies ? Des putain de munnies pleuvaient ! Peut-être que si je laissais le sans-cœur faire ses trucs, nous allions pouvoir devenir riches ? Je me dirigeais vers les munnies qui s'approchaient du sol, et mis mes mains en creux pour les recevoir. Le munny descendit lentement et lorsqu'il toucha le creux de mes mains.... Disparut en une explosion ténébreuse et me fit un mal de chien !

Je me tins la main l'espace d'un instant, comme pour en évacuer la douleur avant de jeter un regard noir au Darkside qui devait bien se foutre de ma gueule. Je ré-invoquais mes keyblades et me résignai à en découdre. Il allait passer un sale quart d'heure.

Je me ruai sur lui, esquivant les munnies qui tombaient ça et là et, une fois arrivé à sa hauteur, lui infligeai quelques coups de toutes mes forces. De minces filets de vapeur noire s'échappèrent de ses bras, mais rien de plus. De retour sur le sol, je fis une roulade pour me dégager de la zone à risque et je le vis se laisser tomber sur les genoux avant de serrer ses bras autour de sa poitrine. Le réceptacle de cœur s'illumina d'une couleur violette et lorsqu'il desserra les bras, cinq gigantesques munnies s'échappèrent de la lumière et se mirent à voler vers moi. Ces gros munnies devaient facilement valoir pour mille ! Et pourtant, il était impossible de les récupérer. Est-ce que ses semblables plus petits collectaient les munnies des habitants pour nous les rebalancer de cette sorte ? Une espèce de leurre qui pouvait s'avérer fatal pour les gens les plus cupides.

Si je me fiais à mon expérience, j'allais devoir les frapper pour les lui renvoyer. Le véritable point faible de ces créatures résidait en ces attaques. Et pourtant, lorsque je frappai le munny géant, il éclata en plein d'autres petits munnies qui me touchèrent pour la plupart, m'infligeant des douleurs que je n'aurai souhaité à personne.

Le souffle haletant, je tentai un timide sort de soin pour essayer de récupérer un petit peu de mes blessures avant de retenter un assaut. Il se concentrait de nouveau pour m'envoyer ses gros munnies, j'en profitai pour le frapper au plus vite avant de vite rejoindre un couvert. J'entendis les munnies éclater et rebondir sur le sol et, une fois qu'il n'y eut plus de tels bruits, je repassai à l'attaque.

Puis, lorsqu'il en eût fini de ses munnies trompeurs, il s'entoura d'une aura rouge. Je m'arrêtai un instant, et ne cherchai plus à l'approcher. Des lors, des lasers verticaux partirent de sa position et filèrent dans six directions autour de lui. Je fis une roulade pour éviter celui qui était dirigé sur moi, avant de me redresser et de me faire percuter par le retour du laser. Il traversa l'articulation de mon bras, et j'eus la sensation que celui-ci allait m'être arraché. Je n'avais plus ressenti ça depuis que Jecht avait tenté de me l'arracher quand il était en transe.

A quatre pattes, au sol, je tentais de reprendre mon souffle. Mon bras était complètement paralysé, je ne pouvais plus le bouger pour le moment. C'était une sensation des plus désagréables. Je poussai sur mes jambes et repris Tendre Promesse dans ma main libre. J'allais le vaincre, pour Maddie, pour tout le monde. Rien ne pouvait me surpasser, et surtout pas un bête sans-cœur de merde !

Je courus en direction du sans-cœur, fit une roulade pour esquiver un laser, puis une autre pour esquiver le retour. Je sautai vers sa tête coiffée comme ces connards de rastas et lui infligeai les plus gros coups que je pouvais encore lui porter. Mon arme concentrait de l'énergie de Lumière, ça ne pouvait qu'avoir son effet !

Je continuais d'enchaîner les coups, désireux de tenir la promesse que je m'étais faite. Je m'étais tellement d'énergie dans mes coups que je ne perçus même pas sa main qui vint me saisir. Il resserra sa poigne autour de moi avant de m'amener devant son visage, de reculer sa tête et... Oh merde.

Il désserra sa main et m'infligea un gigantesque coup de chapeau. Je fus propulsé en arrière à une vitesse folle et finis mon vol plané contre l'un des piliers qui portait le toit du couloir principal. Je sentis la gravité reprendre ses droits alors que mes articulations me faisaient souffrir. Je peinais à me tenir droit, j'avais du mal à tendre mes jambes....

Si j'avais pas fait autant de conneries ces derniers temps, j'aurai pu invoquer mon armure le temps de récupérer. Malheureusement, et parce qu'on avait été pété la gueule à cette connasse de mercenaire, c'était risqué pour moi de l'appeler. J'allais devoir faire sans. Il en était de même pour Bahamut. Peu de personnes connues étaient capables de l'appeler. A vrai, je ne connaissais que deux personnes capables d'un tel exploit. Ariez... qui était morte, et moi-même. Si je l'appelais maintenant, je cramais l'une de mes cartes et je pouvais m'attirer les soupçons pour le Nouveau Monde.

Je me mis à sourire. Peut-être que ça s'arrêtait ici. Je ne pouvais rien invoquer qui puisse tenir la route. Je ne pouvais... rien faire ? Non. Non ! J'allais pas abandonner comme ça ! J'allais pas laisser le château, et surtout la sécurité de Maddie aux mains de ces incapables de gardes. J'allais pas laisser Primus impunie. J'allais pas laisser Sora dans la merde. J'allais... J'allais vaincre, comme d'hab'. J'étais Roxas, le seul et unique Maréchal de la Lumière. Si j'avais réussi à détruire une maison entière en étant qu'un simple jouet... Rien ne m'était impossible !

Je posai ma main encore valide au sol, je pris appui dessus avant de me redresser un peu et de me tenir finalement sur mes jambes encore fragiles. Je les sentais trembler sous le poids de mon corps, mais elles n'allaient pas me lâcher. Elle ne pouvaient pas.

Je me mis à concentrer toute mon énergie symbiotique. Le DarkSide commençait à se laisser tomber à nouveau sur des genoux pour envoyer ses grosses munnies. Ce que je m'apprêtais à faire était risqué, mais faut dire que j'avais plus trop le choix. Je devais faire vite, l'énergie noire commençait à sérieusement s'amasser dans le réceptacle de cœur de mon ennemi.

Lorsque j'en fus capable, je transportai le roi des leprechauns avec moi dans une bulle entre notre plan et celui des invocations. C'était la première fois que j'essayais ça. Peut-être la dernière. Dans ce lieu en dehors de toutes lois physiques, je pouvais appeler qui je le voulais pour venir m'assister. Je choisis de faire appel à mon armure.... et de faire appel à Bahamut. Ma vision se brouillait, je commençais à être vraiment pas bien. Je perdais connaissance pendant quelques secondes avant de revenir à moi. J'espérais juste garder assez de lucidité pour ne pas perdre le contrôle de mes invocations.

J'ordonnai d'une pensée à mon armure de chevaucher Bahamut et de simplement détruire le sans-cœur. Peu importe la façon. Bahamut se mit à prendre de l'altitude et à voler autour du Darkside Leprechaunesque avant de faire des vrilles tout autour pour permettre à mon armure d'attaquer en de lourdes frappes destructrices. Les gigantesques munnies refirent leur apparition et se mirent à virevolter vers moi. Si Bahamut ne s'interposait pas, ça pouvait très mal finir.

Je perdis conscience un court instant et revins à moi, dérangé par la sensation de sang qui coulait de ma bouche. Manquait plus que ça... Lorsque je rouvris le yeux, je vis l'armure encaisser les dégâts pour moi avant de retourner à l'assaut. Elle se mit à concentrer toutes ses forces en un seul coup, alors que Bahamut chargeait sa plus puissante attaque. Toute la zone allait être balayée par les flammes. La seule question qui me passait par l'esprit était : vais-je réussir à me protéger ?

Je n'eus pas à chercher la réponse. Devant mon questionnement, mon armure se joignit finalement à moi pour m'absorber et me protéger des flammes. La protection n'était pas parfait, je sentais la chaleur, mais c'était suffisant pour survivre. Luttant pour garder les yeux ouverts, je vis mon armure disparaître en même temps que Bahamut et le Leprechaun. Finalement, le décor éthéré s'estompa peu à peu pour laisser place au jardin du château.

J'entendis une voix lointaine m'appeler, une énergie bienveillante m'envelopper par vagues... La dernière chose que je vis était le plafond qui défilait sous mes yeux, et le visage de Maddie inquiet. Putain... J'allais à l'hosto... J'aurais du rester couché... Je le savais.





_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Maître brasseur
Masculin
Nombre de messages : 438
Age : 27
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
100/400  (100/400)
Mar 28 Mar 2017 - 12:52
Avec un peu de retard par rapport à la St Patrick, voici finalement ta notation pour ton exploit !

J’vais relire ton rp une seconde fois, histoire de faire un commentaire complet et non basé sur mes souvenirs de cet épisode. Cependant, soit déjà au courant que j’avais eu une bonne impression lors de ma première lecture. C’est déjà bien, non ?

Bien, j’viens de finir la relecture ! Comme j’le pensais, j’en garde un bon souvenir. Après, j’ai deux critiques à faire et j’vais commencer par celle-ci avant dire du bien. La formule habituelle en somme, je n’étonne plus personne.

Histoire de dire, durant ma lecture, j’ai remarqué quelques erreurs d’inattention. Genre, des mots qui manquent ou des mots qui ne sont pas à être là, genre des « mes » à la place de « me » et d’autre connerie du genre. Tu le dis toi-même, ce n'est pas grave on en fait tous ! Cependant, une petite relecture n’aurait pas été de trop. Seconde chose, c’est plus une question de construction de phrase, il s’agit bêtement de l’utilisation du même mot dans deux phrases qui se suivent. L’exemple ici, c’est quand Maddie montre sa blessure au bras, et que tu soignes cette dernière. Tu fais ça en deux phrases, t’écris deux fois le mot « bras » alors que tu pouvais tourner la phrase autrement ou bien mettre un synonyme. Une fois de plus, ce n'est pas grave ! C’est juste qu’une autre construction de phrase aurait rendu cela plus jolie, aurait moins fait tiquer.

Et la seconde chose, c’est une critique que j’ai souvent et qui tend à s’améliorer depuis un certain temps. C’est simplement le fait que j’ai parfois l’impression que nous avons droit à trois Roxas différents, et que nous avons droit à un modèle de Roxas selon le lieu où l’on se trouve. Vraiment, j’pense que tu souffles déjà en lisant ça tellement je l’ai déjà dit. Après, comme j’le dis, nous commençons à le ressentir de moins en moins dans tes rp. Genre, ici, j’ai capté une référence pour chacune de tes affiliations. Enfin, je crois, et c’est plaisant de voir cela plutôt que le Roxas de la Lumière qui protège les mondes des méchants. Alors que la vieille, Roxas à transformer la tête d’une blondasse en chili.

Voilà, parlons du bon côté maintenant !

Déjà, la relation avec Maddie prend vraiment de l’ampleur et c’est agréable à lire. Ce genre de moment, il s’agit de petite perle bourrée d’émotion et de messages subliminaux assez sympa à lire. Vesper le disait dans ses notations de mini-séries, c’est vraiment bien ce que tu fais avec et ça offre quelque chose de nouveau avec Roxas que j’apprécie de voir.

Ici, j’vais te proposer un truc que tu ne pourras potentiellement ne plus faire, mais j’aurai trouvé sympa que tu fasses une chose en rapport à l’inquiétude de Roxas sur Maddie. C’est con, mais ça aurait été simplement de créer un lien de douleur avec elle. Dans l’idée, ça aurait accentué le fait que tu sois sur elle, que tu veuilles la protéger et aussi, tu te serais rendu compte qu’elle ne prend pas de coup et que tu la considères trop comme une gamine. Tu vois l’idée ? C’est une proposition, et j’trouve que ça aurait été un bonus conséquent de voir ça, vraiment un coup de coeur qui aurait donné le ton. J’ne sais pas si j’suis précis.

Pour le combat contre le sans-coeur, il est bien décrit et agréable à lire. La seule chose que je pourrais critiquer dessus, c’est qu’il soit un poil trop long. Et j’dis pas ça parce que t’es Roxas et avec tes 700PS , tu lui défonces sa gueule ! Simplement que tu accentues vraiment le côté Shönen avec l’utilisation de deux artifices pour parvenir à tes fins. Après, ne va pas comprendre que le combat est nul, j’avais la sensation d’avoir la manette en main et de voir un combat de boss dans KH. Et avec un sans-coeur qui n’est pas original, dans le sens que c’est un Darkside amélioré, mais sympathique à découvrir. C’est d’ailleurs comique le lien que tu fais au début de ton rp, quand tu dis à Maddie que chaque sans-coeur à un pattern, et que finalement, il possède le même que celui des Darkisde. C’est marrant de réaliser cela.

Enfin voilà, c’est de la bagarre et c’est de la bonne bagarre ! La mission est vraiment sympathique à lire.

Exploit accompli !


Difficile : 35 points d'expérience + 360 munnies (Bonus de la St Patrick, soit un total de : 1080) + 4 PS en… Suprise… Défense !

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier