Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Rufus Shinra Aujourd'hui à 13:19

» Aux abonnés absents
par Rufus Shinra Aujourd'hui à 12:02

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Défense de chantier
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 343
Age : 21
Localisation : Dans mon bureau
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
221/650  (221/650)
Ven 17 Mar 2017 - 3:15
Finalement, cette journée avait ce quelque chose de divertissant. A rester confiné dans mon bureau toute la journée, à serrer des mains moites et à discuter avec des incompétents, j'en avais oublié l'adrénaline que pouvait apporter le terrain. Certes nous risquions nos vies, mais je me surprenais par moments à plaisanter avec mes employés. Cette journée loin des bureaux me plaisait.

Nous avions vidé un des nombreux quartiers de la ville de toute présence Leprechaun et nous continuions notre route vers les zones qui étaient encore à risque. Le chantier en cours, celui de notre établissement, commençait à crouler sous les sans-cœur, aussi je donnai l'ordre de nous y rendre sur le champ. Si les soldats stationnés là-bas étaient nombreux, ils commençaient à fatiguer et à manquer de munitions.


Scarlett ? Dis-je, en appuyant sur mon oreillette. Faites envoyer un ravitaillement sur le grand chantier, nos hommes manquent de balles.

C'est déjà fait Monsieur le Président.

Ah... Je vous remercie, Scarlett. Vous faites du bon boulot.

Lorsque nous arrivâmes sur les lieux, je constatai que les alentours du chantier étaient devenus un véritable champ de bataille. Nous nous frayâmes un chemin à travers les sans-cœurs jusqu'aux soldats.

Le ravitaillement arrive, tenez la position.

Monsieur le Président ? Vous ici ?

L'instant d'après, une pluie de balles s'abattit sur les lignes ennemies faisant de gros trous dans leurs défenses. Malheureusement, c'est à ce moment-ci que nous dûmes recharger ; les sans-cœurs en profitèrent pour s'avancer dangereusement et attaquer nos soldats en première ligne.

Il faut créer un trou, repousser cette attaque et s'occuper ensuite des dernières lignes. Explosifs !

Suivant mes directives, les plus hauts gradés transmirent mes indications aux autres soldats et ce fut un déluge de grenades qui fut jeté dans la foule. Une grande ligne d'explosions en résultat, ce qui eut pour effet de supprimer les sans-cœur, et de nous laisser le temps de nous occuper de ceux qui commençaient à franchir le périmètre de sécurité. A nouveau, les tirs fusèrent dans une symphonie de coups de feu et bientôt...

Monsieur le Président ! Quand arrive le ravitaillement ? Nos hommes sont à sec !

Il est en route. Je ne peux pas vous dire clairement.

Il sera là dans huit minutes, Monsieur.

Huit minutes ! Tenez bon ! Les gars, on avance.

Moi et mes Turks quittâmes le périmètre de sécurité et commençâmes à avancer en direction de la dernière ligne ennemie. Si jamais d'autres apparaissaient derrière nous, nous étions cuits. C'était un pari risqué, mais je ne pouvais me permettre de jouer les couards devant mes hommes et devant les habitants de ce monde, de mon monde.

Armes chargées nous ouvrîmes le feu sur les sans-cœur. Malcolm et Bridges jetèrent leurs armes en arrière, probablement par manque de balles, et sortirent des matraques électrifiées. La situation était tendue. Nous tirâmes sur les cibles les plus proches tandis qu'eux deux s'occupaient de ceux qui s'approchaient de trop. Le véritable ennemi de cette escarmouche était le temps de recharge. Je ne possédais que deux tirs avant de recharger, et mes alliés encore armés possédaient un chargeur d'une capacité de dix-huit balles.

Je sentais la situation nous échapper dès lors que nous dûmes faire un pas en arrière. Peut-être que pour le coup, j'avais été un peu trop confiant. Un pas, puis un autre... Si nous nous retournions, nous étions morts et je commençais à être à court de cartouches.


Monsieur le Président, reculez ! L'ADAV est ici.

Un ADAV ?

Sauf votre respect, je me doutais que vous auriez besoin d'un appui logistique.

Vous... Vous avez bien fait. ON SE REPLIE !

Nous nous retournâmes alors que l'ADAV chargé du ravitaillement arrivait au dessus du site. Nous nous mîmes à courir et une fois à une distance... discutable, il se mit à tirer ses roquettes et à faire feu de son canon principal. Les sans-cœur furent pris dans l'explosion et les quelques survivants finirent criblés de balles.

Beau travail. Juste la prochaine fois... Si vous pouviez attendre une dizaine de secondes de plus.

Ils vous suivaient Monsieur le Président...

L'ADAV se posa et les soldats s'affairèrent à descendre les ravitaillements. Nous montâmes dedans et demandâmes au pilote de nous poser près de notre vaisseau. Une demie heure de trajet à pied économisée plus tard, nous remontâmes et fîmes le plein de munitions. Je décidai aussi de troquer mon fusil contre une paire de Desert Eagle semblables à ceux des Turks pour une question de pratique.

Monsieur ?

Oui, Scarlett ?

Nous venons de recevoir des infos venant de San Francokyo. Apparemment, la situation serait bien pire là-bas. Nos hommes sont déjà sur place, mais j'ai pensé que si vous y faisiez une apparition publique, cela pourrait être une bonne chose.

C'est une bonne idée Scarlett, je vous remercie. Les gars, cap sur San Francokyo !

_______________________________
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maître brasseur
Masculin
Nombre de messages : 376
Age : 27
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
356/350  (356/350)
Ven 12 Mai 2017 - 11:44
Me voici pour le deuxième exploit ! Alors, ici, nous avons l’appui de Monsieur Bay pour la mission !

Contrairement à ton premier rp, utilisé pour planter le décor dans ton rp, nous sommes dans le coeur de l’action. Ce que j’veux dire par là, c’est que nous avions un contexte installé ainsi qu’une accentuation sur la menace que représentait les sans-coeurs. Maintenant ? Nous savons de quoi ils sont réellement capables et qu’il ne faut pas déconner avec.

Ici, nous avons de l’action de décrite de A à Z. C’est, revigorant comme rp. Ce que je veux dire, c’est que nous n’avons pas une longue introduction. Nous sommes directement plongés dans l’action, les balles et les larmes. Si j’devais me plaindre d’un truc, c’est simplement qu’une personne prenant ce rp en cours de route, il n’aurait pas idée de l’enjeu à proprement parler. Enfin, il se rendra compte de la menace ! Sauf que là, il se retrouvera directement à la huitième marche de l’escalier de la badassitude sans avoir grimpé les marches précédents.

Ne prends pas ça pour un truc du genre : « Il fallait un moment chiant avant » mais plutôt comme un : « C’est cool, ça pète ! Mais j’suis dedans parce que j’ai lu le truc avant ».

L’action est bien décrite, et c’est assez intéressant de voir ce genre de combat. Qu’est-ce que je veux dire ? Simplement que, c’est à la Shin’ra que nous avons de gros moyen logistique et que nous pouvons voir ce genre de façon de combattre. C’est-à-dire, l’utilisation d’arme à feu. Outre les membres de la Shin’ra, Indrick à la Coalition Noire et quelques élus avec un arc à flèche, nous avons bien peu d’utilisation des compétences de tir. Et comme ça, à chaud, j’pense que ça ne doit pas être simple de faire de l’action uniquement avec des tirs.

C’que j’entends par là, c’est simplement que pour moi, c’est plus difficile de voir du dynamisme dans du « pan-pan et boom-boom » que des combats au corps-à-corps. Genre, lire la description d’un pugilat entre deux personnes et plus sexy que de voir Rufus charger son fusil pour tirer et toucher sa cible.

Enfin. L’action est bien dosée ici, et j’ai peur en relisant ça ici que t’ai balancer toutes tes cartouches et que tu te retrouves à court pour la suite.

Exploit accompli !


Périlleux : 38 points d’expérience + 350 munnies (Bonus de la St Patrick, soit un total de : 1050) + 3 PS. Les trois points en Défense.

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chantier embrayage sur D15
» Guédelon - Chantier Médiéval -
» Devoir de Défense contre les Forces du Mal
» Chantier naval de la Marine Royale
» [Hungeria ; Nakamura] Chantier Naval de Nakamura