Derniers sujets
» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Aujourd'hui à 4:31

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Hier à 21:55

» Reading Project
par Sauron Hier à 21:00

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Septimus Hier à 20:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Hier à 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Hier à 19:24

» Aux abonnés absents
par Rufus Shinra Hier à 12:02

» Les Orphelins
par Septimus Mar 19 Sep 2017 - 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Mar 19 Sep 2017 - 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Un petit service
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 22
Date d'inscription : 19/12/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
330/400  (330/400)
Mer 15 Mar 2017 - 22:23
Qu'est ce que je ferais pas pour rendre service ? Et même pas à un supérieur ou quoi, non, c'était Penthagast qui m'avait demandé de donner un coup de main à une fabrication de potion à base de champignon curatif venu d'on ne sait où.

Sérieux est ce que j'ai une gueule d'apothicaire ? J'y connais que dalle là dedans moi, à Illusiopolis quand j'avais une plaie je pissais dessus, j'essayais de mettre la main sur des bandages pas trop crade pis je croisais les doigts pour éviter la gangrène, point. Honnêtement ça aurait été un pécore à la con qui m'aurait demandé ça j'pense que j'l'aurais envoyé chié, mais bon en l'occurrence c'était pas un pécore à la con.

Non c'était M'dame Penthagast et pour elle j'me sens un peu obligé de faire un effort. Déjà un peu parce qu'elle a prit bien cher dernièrement à cause de toutes ces histoires avec Swain et qu'ça fais un peu de la peine d'la voir dans cette état.
Mais surtout parce que démission ou pas ça reste encore pour pas mal de monde le symbole des templiers, elle représente ce pourquoi j'me suis barré d'ma ville de merde : la volonté de protéger les autres quitte à y passer par derrière.
Et même si il y en à certain qui l'appelle la dame de fer (voire la grosse frigide quand elle nous met de garde à deux heures du mat') j'pense que tout les templiers souhaitent qu'elle se remette et qu'elle reprenne sa place vite fait.

Bref même si ça m'fais franchement chié j'peux bien faire ça pour elle.

Et me v'la donc arrivé : une petite salle sombre près des cuisines du château à peine éclairée par deux torches placés sur des murs opposés. J'arrive à discerner deux grosses armoires fermées et une grande table en bois au milieu où sont placé des ustensiles de cuisine et de chimie, une pile de bouquin et différentes plantes dont nos fameux champignons.

Champignon qu'une bonne femme à l'air sévère était d'ailleurs en train d'inspecter minutieusement, semblant chercher quelques chose à l'intérieur, néanmoins elle s'interrompit bien vite en m'apercevant.


« -Ah, vous devez être le templier assigné à la préparation des médicaments c'est ça ?

-Yep, et vous...

-Ruth Bachburg, bon dépêchons nous j'ai des patients qui m'attendent. Au niveau du mode opératoire j'pensais concentrer les propriétés curatives du Spongius Lycoperdon Forticus via une création d'huile essentielle par distillation d'une solution de broyat de champignon, le soluté étant bien évidemment capturé par d'la matière adipeuse sous forme liquide. Quelque chose à redire ?

-Heu...Non, non...c'est sans doute une...super idée.

-Vous n'avez rien compris n'est-ce-pas ?

-J'ai décroché dès que vous avez parlé des spongichoses. »

Ça n'a pas eu l'air de lui plaire beaucoup, elle s'est frotté les yeux en soupirant légèrement, puis, tout en commençant à assembler de la verrerie, elle reprit la parole :

« -J'aurais dû m'en douter, un templier avec des connaissances en médecine ça m'surprenait. Tant pis c'est pas grave, il paraît que les sorts c'est votre domaine et les potions peuvent être renforcer magiquement avec des sceaux ou j'sais pas quoi. J'ai emprunter des bouquins là dessus à la bibliothèque
, dit elle en agitant vaguement sa main en direction de la pile de livre sans quitter son ouvrage des yeux. Jetez-y un œil et dites si c'est dans vos cordes.
-Ben...,
commençais-je après une courte inspiration gênée.J'suis pas contre hein mais y's'trouve qu'à ce niveau là j'y vais un peu à l'instinct. J'veux dire que si il faut aut'chose que balancer des blocs de glace sur vos fioles où congeler vos champi...j'préfère passer mon tour.
-Je vois...
lâcha t'elle lentement en arrêtant son montage. Et si je vous demande de broyer un champignon, vous pensez y arriver ?
-Je...pense.
Dis-je en m'emparant d'un ustensile tout en maudissant Pentaghast.
-Bon j'vous arrête tout de suite vous avez prit un hachoir, il faut un pilon pour broyer.

-Ah mince s'cusez... »

D'un geste elle m'indiqua de me taire. Bordel ça devais bien être la première qu'on m'demandait de la boucler.
Ceci dit elle avait pas l'air en colère ou même irritée, juste fatiguée.


« -Non, pas la peine de vous excuser. Ecoutez je suis très contente que des gens aient envie d'aider et j'suis sure que vous êtes plein de bonne volonté, vraiment. Mais là j'suis désolé j'ai simplement pas le temps de vous expliquer quoi faire ou de vous surveiller, sinon j'aurais prit un commis de cuisine.

Ceci dit
, reprit elle en se dirigeant vers la pile de livre, j'aurais b'soin de quelques ingrédients en plus. Je pensais aller m'en occuper pendant qu'la distillation se faisait mais autant profiter de vous avoir sous le coude. Il me faudrait de la molène, du trèfle rouge et de la mélisse, un bon sac. Avec ça plus les champignons et un peu d'astragal et de scutellaire on devrait obtenir un traitements très efficace.

Tenez vous trouverez toutes les infos là dedans,
m'informa t'elle en me plaquant un épais volume à la couverture marron et trois grands sacs sur le torse. Et maintenant bougez vous ! J'ai pas que ça à faire. »

Tu m'étonne que j'ai pas attendu pour décaniller d'la salle. Même au milieu d'une fusillade je me sentais moins mal que ça.
Mais bon le problème est encore loin d'être résolu : j'ai des plantes à trouver et mon seul indice c'est un gros bouquin, ce qui, pour un analphabète, reste légèrement insuffisant.

Je m'adosse un instant contre le mur du couloir pour réfléchir aux opportunités dont je dispose.

Je commence d'abord par songer à Mamie Belette, une amie du quartier fauve, mais j'écarte cette idée aussitôt, cette semaine il me semble qu'avec d'autres hybrides elle donnait un coup de main pour préparer une messe en mémoire des personnes disparues ces derniers temps.

Des templiers avec qui j'ai fait l'aller retour chez Maléfique deux sont morts et deux autres sont en train de faire une ronde je ne sais où, du coup il m'reste...


« -B'soin d'un coup de main ? »

Sortant de mes cogitations j'aperçois une jeune femme revêtue d'une armure de templier qui me regarde d'un air un peu désabusé en grignotant un petit pain. Je l'avais déjà vue celle là son nom c'est...Aubrey ou un truc comme ça. C'était difficile de pas la remarquer, toujours à bouffer ou à se plaindre.
Bon ça f'ra l'affaire, prenant une inspiration je me lance :


« -Ouais en fait j'dois trouver des plantes, le problème c'est qu'les endroits où elles poussent sont indiqués dans s'bouquin mais...j'ai un peu de mal avec ça. »

Au moment même où j'ai dit ça j'ai tout de suite su que j'avais fait une erreur. Elle s'est redressée et ses yeux ont brillé de la même lueur que les miens quand j'ai trouvé un pigeon.

« -Et c'est important?
Commença t'elle l'air de rien. Je veux dire t'en a besoin pour mission ou...
-Pas vraiment c'est Pentaghast qui m'la demandé »

A vrai dire je pensé jouer un peu sur sa corde sensible en disant ça, vu que l'ex templier en chef était gravement blessé et tout.... Mais le sourire qui s'est dessiné sur ses lèvres a eu tôt fais de me détromper.


« -Ha ! Encore pire si tu reviens les mains vides, même dans son état elle serait bien capable de t'énucler ! Allez sept munnies pour que j'puisse m'acheter des beignets aux pommes et j'te traduis ton truc.

-...Bon, deal. Il me faudrait la position de la molène, du trèfle rouge et de la mélisse. »

En temps normal j'aurais sans doute chercher un négocier plus que ça mais j'dois avouer que j'étais plutôt content de m'en sortir aussi vite. Lui donnant le bouquin j'ai cherché les sept munies dans ma bourse et il me restait plus qu'à attendre.

Une dizaine de minute et bien des plaintes plus tard elle finit par trouver ce que je voulais savoir : la molène se trouvait un peu partout, j'en trouverais sûrement dans le jardin près de la citadelle. Le trèfle rouge poussait en dessous des chênes dans la forêt (elle eu la gentillesse de m'expliquer gratuitement à quoi ressemblait un chêne) et la mélisse par contre poussait uniquement en petites touffes dans la montagne interdites.

Après m'avoir corné les pages correspondantes pour que je puisse retrouver facilement les dessins des plantes elle empocha le fric et s'en alla, sans doute pour dévaliser les étales de sucreries du marché.

Maintenant j'ai toutes les infos, à moi de jouer ! Première étape : la montagne interdite, autant commencer par le plus difficile.

Vu la distance qui me séparait des ronces mangeuses d'hommes j'ai préféré prendre un canasson à l’écurie. Vu que j'suis templier les palefreniers ont pas fait de difficulté mais je me suis quand même gardé de leur dire où j'allais. Inutile de leur dire qu'il reverront peut être jamais leur bête, et l'homme qu'est au dessus aussi.

Pas la peine de vous dire que le chemin n'a pas du tout était une partie de plaisir, je n'ai ni l'expérience ni les fesses d'un chevalier de métier. Heureusement le bestiot était calme et bien dressé, à condition de bien me cramponner à la selle et de pas aller trop vite j'arrivais à rester à peu près stable.

Au final il me faut quand même plus d'une heure pour arriver en vue de la montagne. Et une heure à se découvrir des muscles dans des endroits de plus en plus improbables je peux vous assurer que ce n'est pas agréable !

Mais bon trêve de bavardage j'ouvre le bouquin et commence à chercher quelque chose qui ressemble au dessin.
D'après le livre c'est une plante très vivace mais à ce que j'ai cru comprendre les environs sont devenu stérile je doute donc d'arriver quand même à trouver ce que je cherche. Pour le moment en tout cas c'est surtout des cailloux. Finalement j'ai réussi à trouver cinq touffes qui correspondaient exactement au dessin mais c'est loin d'être de la chance.

Parce que ces connasses n'ont rien trouvé de mieux que de pousser pile au bord du précipice.

Sérieux les filles vous avaient des centaines de mètres carrés d'espace ou il n'y a absolument RIEN, pourquoi là ? C'est sur qu'il doit pas y avoir beaucoup de cueilleurs qui vont aller chercher aussi loin mais à un moment faut arrêter de penser qu'à soit, égoïste !

Enfin, tu fais ça pour la bonne cause Fiathen, courage. Ni une ni deux je pique un sprint d'enfer qui se termine en dérapage juste au bord du gouffre, je tends ma main pour cueillir la première touffe et au moment où je la referme dessus les ronces jaillissent soudain vers le ciel. J'ai juste le temps de saisir un autre groupe de plante de ma dernière main libre avant de filer.
Bordel faut vraiment que je l'apprécie cette pute de Pentaghast !

Les ronces me coursent pendant une dizaine de mètres mais heureusement je suis pile assez rapide pour ne pas me faire bouffer. Finir dans l'estomac d'un végétal alors que je devais en cueillir aurait été tristement ironique. Par contre les ronces ont du broyer la mélisse restante, j'espère qu'il y en aura assez.

Alors que je rejoins mon cheval en contrebas je suis finalement assez content de la torture qui s'annonce pour rejoindre la forêt. J'aurais mal mais vu mon souffle il est peut probable que j'aurais réussi à revenir à la citadelle avant la nuit sans moyen de transport.

Arrivé à la forêt les ennuis sont d'un autre ordre. Aubrey m'a indiqué la forme des feuilles de chêne sous lesquelles sont censé poussé le trèfle. Mais on est en hiver : y a pas de feuille.
Bordel, tu m'étonne qu'elle me l'a dit gratuitement cette radasse !

Et me voilà donc à avancer lentement, fouillant le pieds de chaque arbre pour vérifier ce qui pousse. Heureusement au niveau des sans cœurs ou des prédateurs c'est plutôt calme, mes sens magiques m'ont prévenu de l'approche d'un petit groupe d'ombre et de deux genres de chiens tout noirs mais rien de très sérieux.

Cependant ma patience finit par payer, au bout de facilement vingt minutes de recherche à avoir le nez sur le sol je finis par dénicher un bosquet qui doit être constitué de chêne, parce qu'au pieds d'une demi-douzaine d'arbre se trouvent mes précieux trèfles.

Allez j'enfourche mon cheval une dernière fois en priant pour que mon cul ne reste pas avec la selle lorsque j'arriverais et direction la citadelle.

Une fois à destination je me précipite, enfin je vais aussi vite que possible avec les courbatures que ma foutu monture m'a refilé, vers les espaces verts près de la citadelle où je me permet un certain désherbage de molène. Faut que j'aille un peu loin pour en avoir une quantité raisonnable et je me permet de vandaliser discrètement les cultures d'un habitant mais comparé au deux autres plantes c'est presque donné !

Une fois mon sac plein je vais voir Ruth qui était en train de finaliser sa distillation et qui inspecte ma cargaison avec la même sévérité que les champignons plus tôt dans la journée. Mais elle à l'air plus satisfaite par mes talents de cueilleur que de chimiste car elle me retourne un joli sourire et une petite tape sur le bras.


« -Bon, je devrais en avoir largement assez, dommage pour la mélisse mais c'est surtout pour le goût de toute façons. Merci de votre aide mon brave, ça me fera ça de moins à faire avant d'aller m'occuper de mes patients! ».

Bilan de la journée :
-Une petite humiliation
-un racket de sept munnies
-une belle frayeur
-des courbatures à ne plus savoir qu'en faire
-Quelques litres de potions

C'était un plaisir de vous rendre service Commandant Pentaghast !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 116
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
44/500  (44/500)
Mar 21 Mar 2017 - 12:48
Déjà, pardon d’avoir pris plus de temps que d’habitude pour t’avoir noté. Le plus comique dans l’histoire, c’est que j’ai déjà le commentaire en tête ! Ayant lu ta mission au moment où t’as posté, j’ai juste eu la flemme de le mettre par écrit à ce moment.

Voici un scoop, le commentaire ne risque pas d’être super long ! Cependant, sache qu’il y a du moins bon, du bon et du très bon.

Pour commencer par ce que j’ai le moins apprécier, c’est simplement que tu as fait quelque chose d’assez courant et que je commence doucement à de plus en plus réprimer. En voilà un grand mot pour une simple idée. C’est simplement le fait de « détourner » un ordre de mission. Pour cette mission, ta tâche était d’assister le médecin dans la création des potions et de pouvoir l’aider en cas de soucis et peut-être (j’insiste sur la condition) donner un coup de pouce à la préparation de la mixture d’un point de vue magique. Ici, je ne suis pas bête, j’suis au courant qu’il s’agit d’une série de compétence que tu ne possèdes pas et que tu n’aurais pas eu la possibilité d’accomplir à proprement parler. Sauf que l’on pouvait imaginer un truc comme quoi la femme pouvait te montrer des gestes ou une autre connerie du genre, bref, ce n'est pas le sujet de ma critique !

Donc, ce que je reproche, c’est simplement que tu avais matière à faire sur la préparation d’une potion. Alambic et tout le bordel technique dont j’ignore la plupart des choses. Et que t’as plutôt décidé de prendre la petite trappe sur le côté et devenir le coursier de Ruth. Peut-être que tu n’as pas trouvé cela très rp avec ton personnage, que Fiathen n’est pas du genre à jouet avec deux fioles et pilonner trois champignons ou plus simplement, la raison énuméré dans les rp. Simplement que je trouve dommage d’esquiver des moments plus « compliqués » pour son personnage pour ensuite se rendre dans notre champ d’action habituelle.

Ensuite, ce qu’il y a de bon, simplement ton style en général et la façon de penser de Fiathen. Le fait qu’il ne soit pas un monstre de foi, et qu’il soit un poil pessimiste donne un ton au personnage que j’apprécie. Et cette impression constante que les cieux sont contre lui à chaque fois qu’il se retrouve avec une tâche confiée, sans oublier les réflexions sur son boulot et la façon de l’accomplir. Ce que je dis est très vague, mais l’intention est là !

Et ce que j’estime être très bon, c’est simplement l’exploitation du contexte. Les gens vont dire que j’ai pris le melon, mais simplement les raisons que tu énumères afin de te pousser à rendre ce service. Personnellement, je trouve toujours ça intéressant de savoir comme un personnage se situe par rapport aux autres, comme tu l’as fait ici avec Cassandra ou encore avec le pnj de Fabrizio, Aubrey. Ce n'est pas un truc qui te fera gagner le premier prix de littérature, mais dans un forum rp où tu te retrouves avec plusieurs acteurs sous une même bannière, j’trouve que ça rajoute un plus à tes rp de penser à ce qui t’entoure et à ne pas t’enfermer dans ta bulle.

Et surtout, tu lances des putains de fleur à mon personnage. Enfin voilà, je n’ai rien d’autre de constructif à rajouter !

Mission accomplie !


Avancé : 30 points d'expérience + 300 munnies + 3 PS ! Un en Psychisme pour la concentration et deux en Dextérité pour avoir posé ton cul sur un cheval.

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit service
» Petit service pour une jeune bergère
» Un petit service, discretos :D [PV Beth Scott]
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air