Derniers sujets
» De retour au bercail...
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:16

» Monter la garde, une affaire simple ?
par Death Aujourd'hui à 18:56

» La nuit égale au jour ; la veille de l'automne
par Fabrizio Valeri Aujourd'hui à 3:20

» Le Train, les Rails et la Montagne
par Narantuyaa Aujourd'hui à 2:08

» L'enthousiasme éternel
par Death Hier à 23:42

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 22:39

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Lotis Terrick Hier à 22:06

» La Mage Tricentenaire / Kestia
par Kestia Hier à 20:51

» Un mort pour pouvoir vivre libre
par Rufus Shinra Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Roxas Hier à 18:10

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Hier à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Hier à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Mer 20 Sep 2017 - 21:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Mer 20 Sep 2017 - 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Mer 20 Sep 2017 - 19:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 De retour au bercail...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 157
Age : 26
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
307/350  (307/350)
Mer 8 Mar 2017 - 19:22
Le train vola dans l'espace interstellaire jusqu'à se poser sur les railles d'un des ponts de pierre de la Cité du Crépuscule, s'engouffrant quelques minutes plus tard dans la gare centrale. Celle-là même où trône le Clocher du Crépuscule, enfin réparé depuis tout ce temps. Le gros problème de Surkesh, c'était les gardes noirs... tous ne le connaissaient pas mais à chaque fois qu'il en avait croisé, il les avait provoqué et une forte inimitié s'était installé. Ne suffisait qu'un seul d'entre eux qui le reconnaisse et les choses se compliqueraient sévèrement pour lui, la sécurité de ce monde se mettrait en branle. Le sans-cœur n'était pas à l'abri que le boss lui-même ne se déplace pour sa petite personne. La discrétion était donc de mise car dans la gare centrale où la Shinra veillait, on ne pouvait qu’innocemment pensé que la garde noire n'y gardait pas un œil. En soit, Surkesh n'avait rien de suspect et son allure ténébreuse jouait en sa faveur, l'affichant comme un allié... l'on ne devait juste pas découvrir que ce fut autrefois un coalisé. Personne ne quitte la Coalition Noire... pas en vie, en tout cas.

Sa forme humaine ressemblait énormément à l'humain qu'il était, les yeux simplement un peu plus jaune et moins fatigués, les cheveux couleurs cendres au lieu d'être brun, son visage était pourtant resté le même. Pour Surkesh, le but n'était pas de ne pas être vu... mais de ne pas être regardé, raison pour laquelle il ne chercha pas particulièrement à se faire remarquer en se dissimulant. Au contraire, il usa de naturel pour traverser la gare, ni trop vite, ni trop lentement, les gardes noirs le virent sans faire particulièrement attention. Sa forme de sans-cœur lui garantissait d'être méconnaissable... mais l'on est plus au temps de la Princesse Ariez, la plupart de ceux qui servaient autrefois la Coalition Noire sont désormais hors de contrôle. On chercherait probablement à le tuer sans poser plus questions ou alors à en prendre le contrôle... à coup sûr, on le remarquerait mais en aucun cas, on ne l'identifierait. Puis après tout, n'y a-t-il pas un élémentaire de feu et d'acier qui rôde en tant que Coalisé ? Les monstres ne sont pas particulièrement rare par ici.
C'est pourquoi, dès que possible et avec l'aide de sa détection magique, Surkesh chercha une ruelle sans témoin pour se changer à l'abri des regards.

Ses cheveux poussèrent de manière surnaturelles, lui caressant désormais les reins... sa peau fut de plus en plus sombre pour devenir celle d'un pur sans-cœur, noir comme l'ombre et plus que ça, son corps s’étira. Plus fin et longiligne du tronc comme des membres, le sans-cœur dépassait aisément les deux mètres avec de longues griffes acérés. Son visage se résumait désormais à deux ronds et un sourire de citrouille jaunes luisants. Pris d'un spasme qui engagea un pas nerveux et saccadé, le sans-cœur dut s'habituer à son véritable corps, trouvant peu à peu la démarche détendue, véloce et féroce comme celle d'un animal. Quelques passants prirent peur, bien vite rassuré à le voir qui passait sans les attaquer... mais très vite, les gardes noirs débarquèrent, très vite informé de cet étrange sans-cœur qui ne s'en prenait à personne, le mettant tout de même en joug. Craignant un coup de nerf, Surkesh préféra parler le premier, sa voix rauque et éraillé, comme enrouée par des années de tabac et d'eau-de-vie sans modérations, comme une vie passée à hurler.

« Je viens servir la Coalition Noire... » Déclara le monstre comme bien d'autres avant lui et jouissant du soleil noir qui inondait son corps de ténèbres. Que cela faisait du bien d'être enfin soit-même !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Assassin écarlate
Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 22
Localisation : Ici et la, en voyage constant
Date d'inscription : 11/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
36/400  (36/400)
Mer 12 Avr 2017 - 15:56


De retour au bercail...


Une journée comme les autres se profilait à l’horizon en cette belle matinée. Rien n’indiquait que quelque chose de spécial allait se passer. Et pourtant, c’est le cas.

Tu es avec Jessica dans ton bureau à la Caserne Noire. Tandis que toi tu es assise dans ta grande chaise confortable, elle est perchée sur ton bureau, les jambes croisées. Tu as le nez rivé sur tes dossiers en cours, tout en caressant la douce cuisse de ta bonne-amie qui lit un livre de médecine. Soudainement, quelqu’un frappe à ta porte. Tu t’arrêtes dans l’analyse de ton rapport et somme à la personne d’entrer. Deux gardes noires rentrent dans la pièce, accompagnée par une drôle de créature. Tout en lui indique qu’il s’agit d’un Sans-cœur, son teint noir comme l’ébène, ses yeux et son sourire jaunes, mais sait-on jamais, ce n’est peut-être pas le cas.

—Intendante Underwood, commence l’une des deux gardes avec une voix de canard, nous sommes tombés sur cet individu pendant notre ronde dans la rue qui mène à la Gare. Il prétend vouloir servir la Coalition, nous avons donc jugé bon de vous l’amener.

Tu ne réponds pas, griffonnes une missive à l’attention de ton boss et la tends à Jessica.

— Jessica, veux-tu bien faire parvenir ceci à Death s’il te plaît ? Il attend ce papier de façon urgente.

Elle saisit le message, te jette un regard complice avant de refermer son livre et s’en va remplir sa tâche. Tu l’observes s’en aller, ne décollant pas ton regard de son fessier rebondissant. Arrivée à l’entrebâillement de la porte, elle te fait un petit sourire malicieux  et disparaît.

—Vous pouvez disposer, dis-tu à l’attention des gardes. Merci pour vos services, vous pouvez reprendre votre patrouille. Quant-à-vous, asseyez-vous là et déclinez votre nom-prénom ou appellation, race, monde d’origine et intention.  

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 157
Age : 26
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
307/350  (307/350)
Mer 12 Avr 2017 - 20:55
Pourquoi j'aide Lenore ? Me venger de Death ne m’intéresse pas... son cœur n'est pas appétissant et je ne ressens aucune rancune à son égard, bien au contraire, c'est grâce à lui que je suis là. A côté de ça, je me fiche de ce qu'aurait pu vouloir l'humain que je fut. Quand l'expert comptable du Centurio m'a laissé m'enfuir après avoir découvert que j'ai été une taupe, j'avais deux options. Disparaitre, tout simplement, que ce soit aux yeux des mercenaires comme de la Coalition Noire... mais non, j'ai décidé de me ranger du côté des mercenaires. L'idée d'avoir un refuge, de pouvoir me retrancher à Port Royal, reste sans doute ma principale motivation... mais au fond, je crois que ma plus grande envie, c'est de pimenter mon existence. Ça m'étonne moi-même mais finalement, Lenore a eu raison de me faire confiance. A Port Royal, on dézinguerait ma forme de sans-cœur à vue mais en forme humaine, je pourrais y vivre si je ramène l'ingénieur. Ici, c'est l'inverse. J'ai réussi à prendre ma forme de sans-cœur avant que l'on reconnaisse ma forme humaine... et désormais, ne reste plus qu'à faire en sorte que ma véritable apparence puisse circuler ici librement. Pas à pas, je me rapproche de mon but... puisqu'on ne m'a toujours pas détruit... et que la caserne des gardes noirs n'est pas si loin de l'usine de l'ingénieur. Quelle ironie... quand j'étais humain, c'est moi-même qui l'ai recruté... et maintenant, je reviens le chercher.

J'observe, stoïque et impassible derrière mon sourire figée, la jeune intendante de la garde noire. A l'époque où j'étais dans ce groupe, c'est à Marvin que Death déléguait cette tâche. Or, quand j'étais humain, j'ai plus ou moins latté ce cher Marvin à coup de clef jusqu'à ce qu'il en meurt. Et voilà qui est en charge maintenant... une femme rousse, plutôt agréable à la vue, paraissant d'une carrure assassine. Moi comme les autres, on a tous vu comment elle dévorait sa secrétaire du regard et... elle ne devrait pas, pas si ouvertement... ou bien elle a intérêt à ne pas s'attacher. Sinon, si elle a la moindre affection pour l'autre femme, on s'en servira contre elle à coup sûr. Soit, je suis là pour circuler librement à la Citée du Crépuscule, pas remettre le nez dans les intrigues de la Coalition... et donc, je vais jouer le jeu. La rouquine se tenait assise derrière son bureau alors que moi, de l'autre côté, je la dominais de tout mon haut malgré mon dos courbé.

Première question ? Nom-prénom ou appellation, race, monde d’origine et intention, rien que ça mais c'est bien normal. Je vais devoir tout inventer ou presque mais heureusement, je suis plutôt doué pour raconter de jolies histoires, ça sort tout seul maintenant... j'ai tellement l'habitude désormais.

« Du temps où j'étais humain, je m’appelais Alain Manchon et je vivais au Palais des Rêves avant de rejoindre le Château Disney... j'étais un guerrier de la lumière mais j'ai péri face à un sans-cœur, en devenant un à mon tour. Tout ce que je veux, c'est dévorer des cœurs mais le monde est périlleux pour les errants et plus particulièrement pour ceux de ma race. Je suis assez intelligent pour comprendre que la meilleure chose à faire pour moi, c'est de rejoindre un groupe. A part la Coalition Noire, je ne vois pas qui aurait pu vouloir de moi. »


Dernière édition par Surkesh le Lun 4 Sep 2017 - 4:22, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Assassin écarlate
Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 22
Localisation : Ici et la, en voyage constant
Date d'inscription : 11/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
36/400  (36/400)
Lun 4 Sep 2017 - 2:08



Tu l’écoutes expliquer sans cas avec une attention non pas soutenue, mais au moins proportionnelle à l’importance qu’il y accordait. Que peut-il bien être ? Quelque chose cloche chez lui, mais tu ne savais dire quoi. Est-ce peut-être son large sourire glauque ? Ou bien est-ce le fait que c’était le premier de son espèce que tu vois avec une capacité de parole. Pourtant, à en croire les archives, ce n’est pas la première occurrence qui a été recensée. D’autres Sans-cœur ont été vus avec cette capacité.

Réfléchissant un peu à la question, tout en prenant des notes de ce qu’il déblatère, tu te dis qu’il devait s’agir du même genre de caractère qui devait mouvoir un simili tel que ceux de l’ancienne Organisation Treize qui doit animé un être tel que lui. Il ne peut pas vraiment correspondre au type que son histoire raconte. D’autant qu’ici, à la Coalition Noire, malgré notre affiliation ténébreuse, ce n’est pas trop le genre de la maison de fricoter avec les créatures sombres. Enfin du moins, de ce que tu en sais. Tu poursuis, quand bien même, son interrogatoire en restant méfiante, sans réellement le faire paraître.
— Bien si de votre… vivant, on vous nommait Alain Manchon, comment voulez-vous qu’on vous appelle désormais ? Et avez-vous quelques aptitudes qui pourraient nous être utiles ? Ou une quelconque connaissance en art du combat ? Je ne doute pas de votre lien avec les ténèbres, mais je pense que cela va bien au-delà de ça. Non ?

Tu essayes de le sonder, voir ce qu’il peut cacher derrière sa tête perturbante. Insistant bien sur certaines phrases pour orienter la conversation. Voyons donc où cela vous mène. À l’heure qu’il est, Death devrait avoir reçu ton petit mot. Peut-être ferra-t-il une apparition ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 157
Age : 26
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
307/350  (307/350)
Lun 4 Sep 2017 - 7:24
L'interrogatoire continu...

« Comment je veux qu'on m'appelle désormais ? Alain Manchon me va très bien... »

Je peux presque entendre un orgue funèbre chanter mon requiem. Une première note, lourde et puissante, résonne alors dans ma tête. Cette note griffonnée un peu plus tôt à la va-vite, à l'attention de ce cher Death... me concerne-t-elle ? J'étais plus soucieux du lien de complicité entre les deux femmes et de la faiblesse qui en découle probablement mais maintenant que j'y repense, ce bout de papier m'inquiète bien plus. Le faucheur n'aime pas que ce qu'il ne peut pas contrôler et de mémoire, il n'aurait pas été foutu de pousser une pauvre ombre à lui obéir. Ce n'est pas si grave, je ne m'attendais pas à ce qu'on m'ouvre les portes en grand... et on ne m'a toujours pas abattu, jusqu'ici, mon plan fonctionne. Jusqu'à quand ?

« ...je m'en fiche en fait, appelez-moi comme il vous plaira. »

Des notes plus aigues s'enchainent dans ma tête. L'intendante est parfaitement opaque et illisible... de nous deux, j'aurais du mal à dire qui est le plus stoïque. Marvin fut froid mais expressif, direct jusqu'à en être brutal dans son mépris ou sa colère, assez prévisible une fois qu'on l'avait cerné. Face à la rouquine... je ne sais absolument pas à quoi m'attendre et je la devine plutôt maligne. Lenore et son foutu ingénieur, Death et sa putain de Coalition Noire... moi qui revient jouer les agents-doubles... ça ne m'avait pas tellement réussi la dernière fois. Enfin, si... le Faucheur ne m'a jamais pensé coupable de trahison, le meurtre de l'humain que je fut était le fruit d'une grande antipathie, pas d'un soupçon de traitrise. Le Centurio lui-même a appris ma trahison mais j'ai pourtant réussi à négocier. Je réussi toujours à négocier... ce n'est pas celle-là, aussi inquiétante soit-elle derrière son masque de femme fatale, qui va réussir à défaire le nœud des mon intrigue. Quand à savoir si on laissera un sans-cœur rejoindre le groupe ou si on l'exécutera manu miliatri, ça ne dépend pas de moi. Tout ce que je peux faire, c'est rester crédible... et éviter tout rapprochement possible avec un certain Surkesh. Cette gouinasse ne m'aura pas...
...et j'en rigole silencieux en mon fort intérieur. Qu'elle est mignonne à me mitrailler de question pour me faire perdre le fil et presser de confuses réponses.

« Je suis un fauve de pur ténèbres. » Ou une proie acculée par la garde noire, si j'en crois ma détection magique. Que je puisse la tuer ou non, je n'aurais pas le temps de neutraliser tout ce beau monde avant qu'un poids lourd ne débarque et réussisse à m'avoir, moi qui serait affaibli. La prise d'otage, de l'intendant de la garde noire ou de n'importe quel autre gradé, ne marchera pas. Pas ici. Pas à la Coalition Noire, certains seront seulement agacés de devoir la remplacer ; d'autres bien contents à l'idée que sa place se libère. Je le sais mieux qu'un autre puisque si j'ai tué son prédécesseur, c'est essentiellement par jalousie. « J'encaisse. Une balle me fera très mal mais même si j'en reçois trois simultanément, un instant à peine me suffit pour repartir au combat. »

Après un atroce combat contre un épouvantail, alors que j'étais presque mourant, le boss de la rouquine lui-même ne me fit pas cracher le morceau. Encore aujourd'hui, je pense sincèrement que le faucheur ignore que j'ai vendu plus ou moins tout ce que je savais sur son groupe à l'ennemi. Ne s'en doute même pas, parierais-je. Celui-là m'a toujours sous-estimé... la preuve, que je tiens de Lenore, c'est qu'il me croit définitivement mort et j'en rie encore. La tête qu'il ferait s'il savait... et voilà que l'idée pique mon intérêt.

« Malgré mes longs membres, je suis particulièrement agile mais aussi vif, quand je commence à distribuer les coups, je peux vraiment faire peur. »

Natsu Dragneel, le Chasseur Ardent... celui qui prétend attaquer seul le Château Disney pour exfiltrer un prisonnier, celui qui s'est rendu célèbre à travers les mondes en remplissant les contrats les plus dangereux et insensés. Cet homme-là qui voue une haine sans borne à la Coalition Noire et n'a jamais été connu pour sa nature pacifique... celui qui aurait pu me tué d'un revers de main un peu énervé. Celui qui pourtant ne l'a pas fait grâce à mes baratins.

« Et j'ai la force d'un ours, mes griffes aussi solides et affutés que les plus belles épées. »

J'étais entouré de mercenaires assoiffés de vengeances et prêt à me tuer au moindre signe de Lenore, d'humeur tout aussi vengeresse. Une rouquine ou une autre, des criminels en uniforme ou des portes-flingues, le faucheur haineux ou le chasseur ardent coléreux. J'ai l'habitude de risquer ma vie et de voir mon existence ne dépendre que de mes mots. Toutes ces conneries passent en boucle pour moi. Par contre, à chaque fois, il y a des petites variations qui peuvent toute la différence. Je m'étais écrasé face à Natsu et ait pu y survivre... mais je ne me suis pas écrasé face à Death et on connaît le résultat... c'est une erreur que je ne dois pas commettre. Chez les mercenaires, on menaçait ouvertement de me tuer dans d'atroces souffrances... on m'a carrément enchainé à un rocher et le ton était, en cette brûlante après-midi, plutôt direct.
Ici, l'ambiance est déjà plus feutré.

« Avec tout ça, je peux me vanter d'être particulièrement intelligent. »

Pourtant, la rousse qui m'examine d'un regard neutre sous toutes les coutures et ses gardes noirs qui me cernent discrètement dehors n'hésiteront pas à me tuer dans d'atroces souffrances non plus. Ce qui m'a réussi face à Lenore, c'est de simplement lui dire la vérité... mais ici, ça ne marchera définitivement pas. Ce qui a vraiment marcher avec Lenore, ca a été de lui donner ce qu'elle voulait... mais que peut bien vouloir l'intendante de la garde noire ? Ca n'a pas franchement l'air d'une sainte... et les gens n'atterrissent à la Coalition Noire par hasard. Son visage est celui d'une tueuse froide, on dirait presque une machine ou un simili à la voir si impassible.
Elle veut tout savoir sur moi... et donc, je dois lui donner la sensation qu'elle sait tout ce qu'il y a à savoir sur moi. Jusqu'ici, l'intendante n'a fait que me sommer de répondre à ses questions. Je suis déjà son prisonnier, elle s'en cache à peine alors... mieux vaut rester à sa place et se comporter comme tel.

« Quand à mon lien avec les ténèbres, oui, ca va plus loin que ça puisqu'en tant que sans-cœur, j'en suis un fragment même. » Je ne vais pas lui dire tout de mes capacités et ce n'est même pas pour garder quelques bottes secrètes... mais si elle ne fait pas le lien, quelqu'un d'autre le fera pour elle. La capacité à manipuler mon ombre et la matière noire... ce ne sont pas des compétences qui courent les rues même parmi les gens sombres. Les sorts de peurs sont déjà plus courant mais là aussi, je préfère garder le silence comme tout ce qui concerne ma maitrise des ténèbres. Ne reste alors plus que... « Concernant la sorcellerie, je maitrise quelques sorts d'entraves aussi, ça m'est venu tout seul en devenant un sans-cœur. Je peux aveugler mes ennemis avec de l'encre, les empoisonner mais aussi priver un petit espace de lumière, de son et d'oxygène. La magie n'est franchement pas mon domaine de prédilection. C'est juste un bonus appréciable mais rien de plus.  »

Forcément, je me pose la question... jusqu'ici, rien de ce que j'ai dit ne lui a provoqué la moindre réaction, pas même la plus infime. C'est très frustrant... déconcertant et déstabilisant. J'ai toujours pu évaluer immédiatement l'efficacité de ma tchatche. Natsu ne cache pas un seul instant ses sentiments ; Lenore et Death sont plus fins mais laissent transparaitre quelques petits trucs par-ci par-là. Face à l'intendante, ne sachant pas l'effet que pouvait avoir mes mots sur elle, je me sentais forcé de continuer... jusqu'à lui arracher un frémissement de sourcil, peut-être ?

« Je tiens à vous rassurez cependant, j'ai gardé toute ma réflexion et ne suit pas devenu une bête sauvage. Si la faim me prend, j'irais chasser les cœurs des ennemis de la Coalition Noire, eux qui sont si lumineux. Et je sais me faire discret, glisser furtif dans les ombres. » L'idée me vient, soudain, de sortir de timides violons. Mon sourire de citrouille s'éteint alors jusqu'à me faire une bouche toute droite. « A vrai dire, l'existence d'un sans-cœur n'est... pas palpitante, c'est au contraire très routinier malgré le danger. On chasse un cœur, puis un autre, et un autre, encore et encore. J'avoue ne pas avoir été tout à fait honnête. Je ne veux pas seulement rejoindre la Coalition Noire par intérêt... mais aussi pour avoir des buts dans la vie. De moi-même, je n'en trouve pas d'autres que de dévorer des cœurs. Alors tant qu'à faire, si on peut me donner des objectifs à accomplir, même les plus ridicules, ça donnera un peu de sens à mon existence. »

Une petite réaction, rouquine ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Assassin écarlate
Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 22
Localisation : Ici et la, en voyage constant
Date d'inscription : 11/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
36/400  (36/400)
Mar 12 Sep 2017 - 15:46



Il te dépeint un tableau des plus envier. Force, agilité, intelligence, magie… Tout ça lui était acquis, mais ce sentiment bizarre qui naît en toi ne veut véritablement pas te quitter. On a eu l’occasion de te raconter l’histoire de la précédente dirigeante de la Coalition Noire, un Sans-cœur au paraître de femme qui avait fini par perdre la tête. Tu ne veux pas de ça à nouveau pour ton cher foyer. En soi, ta décision est prise, cependant tu te devais de tester cet individu afin de déterminer la menace qu’il représente.
 
— Bien, rajoutes-tu de ton air stoïque en reposant ta plume dans son encrier. Nous allons donc voir si vous répondez à tous les critères que vous évoquez. Dans la cour. Exécution.


Une fois que la vingtaine d’hommes que tu as mandés se réunissent en rang devant toi, tu les toises ainsi que l’être ténébreux non loin de vous.  

— Soldats, t’exclames-tu avec ardeur afin de ne pas perdre contenance face à cet Alain Manchon. Cette personne ici présente veut rejoindre les rangs de notre bien aimée Coalition Noire. Il prétend avoir toutes les qualités requises pour y accéder. Nous allons donc le tester. À vous comme à lui, je vous demanderais de ne respecter qu’une seule règle, aucun mort. Je ne voudrais pas à avoir à rechercher de nouveaux candidats pour vous remplacer. Et je ne pense pas que monsieur Manchon soit venu ici pour se faire occire sans véritable raison. Sinon, tous les coups sont permis. Enfin, vous serez contenir votre appétit, n’est-ce pas, Alain ?

Tu sortis également ta faux, signe que tu veux participer également à ce petit teste et te positionnes en garde  basse.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 157
Age : 26
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
307/350  (307/350)
Lun 18 Sep 2017 - 22:20
Pas le temps de répondre. On rentre dans le vif du sujet directement. Vingt gardes noirs dégainent leurs armes en un éclair et se ruent sur ma pauvre personne. Ils sont beaucoup... et sans mon ombre ni matière noire, je vais peiner à m'en sortir. Certains commencent déjà à me contourner, envahissant mes flancs. Je recule d'un bond vif avant d'être encerclé... certes, je dois me maitriser, me contenir, ne pas en tuer et ne pas dévoiler toutes mes capacités... mais je dois aussi montrer une certaine puissance. Ca s'annonce très compliquée. Mes jambes fléchies comme celles d'un crapaud, je lève mes deux bras en l'air puis les abat comme pour griffer le vide. Autour de moi, une bulle d'un noir absolu m'enveloppe... et j'en ressors partiellement invisible. Mon corps transparent, de base sombre dans un monde qu'il est tout autant me rend difficilement détectable à la vue seule.
Ma seule chance ici... c'est de rester en mouvement... et me voilà qui avance au sol à quatre pattes, ces dernières fléchies me faisant semblable à une araignée. Les gardes noirs pour l'instant concentrer sur la zone d'ombre qu'il encercle alors que je suis déjà parti.

Sans réfléchir, je charge les jambes de gardes noires et cherche à les déstabiliser, voir à les faucher si possible. Puis m'éloigne subitement, marque un court temps d'arrêt et de mes bras croisés, m'offre un sort de dopage pour augmenter temporairement ses facultés physiques. Le contrecoup sera rude mais peu importe, sans l'entièreté de mon panel de sort, j'ai pas vraiment le choix. Me voilà qui repart à la charge... un peu plus rapide, un peu plus résistant, un peu plus fort... bien plus puissant. Les gardes noirs tombent tous, commencent à comprendre que je rode à ras-du-sol.

Ca y est... je commence à réapparaitre... je clignote à intervalle de plus en plus réguliers. Un coup visible, un coup transparent mais toujours en mouvement, difficile à suivre du regard. Ca commence néanmoins à chauffer. De mes bras croisés, je pare un coup d'épée et me laisse reculer de quelques pas... rajoutant à mon repli forcé mon propre élan pour me replier d'une course à reculons. Mes bras toujours croisés suintent d'un liquide noir poisseux... de l'encre que j'envois d'un revers sur ceux qui sont à portés.
Je m'échappe d'une roulade... et rebondit sur mes appuis, rentre dans le lard d'un garde qui n'arrête pas ma course pour en percuter ensuite deux autres. D'un geste pressé, je me recouvre une nouvelle fois d'un sort d'invisibilité partielle.

Le contrecoup ne va pas tarder, je sens mon corps qui se tend et se contracte... de base, je sais avoir plus d'allonge avec mes membres qu'ils n'en ont avec leurs épées. De mes yeux, je cherche l'intendante... mais j'ai bien trop à faire pour rester concentré sur elle. Sans hésiter, je me rue sur l'un puis sur l'autre et je tape à bout de pattes, pas vraiment inquiet de quelques coups de lames.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Assassin écarlate
Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 22
Localisation : Ici et la, en voyage constant
Date d'inscription : 11/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
36/400  (36/400)
Aujourd'hui à 19:16



Tes hommes avaient foncé directement vers cet Alain Manchon et avait essayer de le contenir, mais ces capacités d’être des ténèbres étaient des plus efficaces, tu dois bien le reconnaître. Mais tout cela va bel et bien dans le sens de tes réflexions. Aucune personne comme lui ne devrait être dans un quelconque groupe sans pouvoir être pleinement sous contrôle. Ta décision est donc prise. Selon toi, il n’intégrera pas la Coalition. Pourtant, c’est Death qui possède le dernier mot.

Tandis qu’il met à mal tes soldats, qui essaye de reprendre contenance, tu te faufiles dans le dos du Sans-cœur et lui assènes une estafilade le long de sa colonne. Il chute un peu plus loin de l’endroit où tu te situes. Tu regardes autour de toi et vois que tes hommes ayant le nez sur le sol se relèvent et se ressaisissent. Après un signe de tête général, vous foncez tous ensemble vers Alain. Il utilise toutes ses compétences afin de venir à bout de ton unité. Mais cette dernière commence légèrement à avoir par l’usure Manchon. Il parvient cependant à t’envoyer un coup te sonnant quelques instants.

Une fois tes sens revenus à la normale, tu commences à perdre patience et ne souhaites qu’abréger ce combat inutile. Profitant que tes hommes l’aient obligé à se réfugier de nouveau à ras du sol, tu imprègnes ta lame de ténèbres pures à en concentrant toute ta magie et fonces vers la mare noire. D’un bon, tu fais un salto par-dessus lui, mais plonge ton arme sur lui, l’agrippant contre le manche en bois. Tu l’envoies valdinguer contre le sol et places ta faux sur son cou charnu. Tu le contemples de toute ta hauteur.
— Je suis navré, commences-tu calmement, mais selon moi, malgré toutes votre arsenal, vous n’avez pas les qualités requises pour intégrer notre groupuscule.
—Safety,
hèles-tu, accompagnez cet individu chez Death. Vous avez mon avis sur la situation, vous lui remettrez. Seul le boss peut donner l’ordre final.

Tu te relèves, ranges ton arme, et dans un geste cardial aides ton adversaire à se relever. Un drôle de sentiment t’envahit tandis que tu le vois s’en aller en compagnie de ton sergent. Qu’est ce que la suite allait bien te réserver ?    

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.