Derniers sujets
» Mille Épines
par Death Aujourd'hui à 18:27

» Cachons tout ça
par Milla Maxwell Aujourd'hui à 11:08

» Tombent les masques
par Maître Aqua Hier à 0:41

» ...comme si c'était hier !
par Death Hier à 0:31

» Fiche Technique: Waltz
par Waltz Sam 9 Déc 2017 - 17:52

» Au coeur du Vide
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 17:29

» La vertu des brutes
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 16:56

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Kestia Sam 9 Déc 2017 - 9:47

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 21:12

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Ven 8 Déc 2017 - 19:46

» Attaque Nocturne
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 15:16

» Waltz, Le Valseur [terminée]
par Chen Stormstout Jeu 7 Déc 2017 - 17:09

» Nashira - Alya, les Sorcières aux Mille Savoirs et Anysa, la Lame de l'Avenir
par Nashira - Anysa - Alya Mer 6 Déc 2017 - 22:40

» Insomnie
par Chen Stormstout Mar 5 Déc 2017 - 19:10

» Trophées de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 5 Déc 2017 - 14:09


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Tout vient d'Étro
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 130
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
59/500  (59/500)
Jeu 2 Fév 2017 - 17:28

Claudiquant dans les couloirs du Château de Roi Stéphane, Cassandra rejoignant ses quartiers suite à l’interrogatoire du Primarque nouvellement découvert. Le frottement du haut des béquilles sur les aisselles de la garde forçait cette dernière à s’arrêter fréquemment et à tenter vainement de calmer la douleur à la plaie de son bas-ventre, c’était bien la première fois qu’elle mettait autant de temps à arpenter les couloirs de la bâtisse. Soufflant sous l’effort, elle regrettait presque d’avoir exhorté les gardes à la raccompagner dans sa chambre, faute d’orgueil qu’elle payait au prix fort à l’instant où les escaliers se dressaient devant-elle. L’installation de la Shin’ra, ainsi que l’ouverture vers les autres cultures avaient énormément aidé les habitants des mondes. Cependant, expliquer pourquoi il n’y avait rien d’autre que des béquilles en bois dans l’infirmerie du Domaine Enchanté ?!

Fermant les yeux, cherchant le peu de courage qu’elle avait encore au fond de son coeur, la garde entama son ascension des marches jusqu’à ses quartiers.

Pentaghast ne savait pas quoi réellement penser de son entrevue avec la personne sensée être le guide du culte, il semblait à mille lieux de ce qu’elle attendait du messager d’Étro. Quoi que, Matthew cherchait à défendre les valeurs les plus pures de la Déesse en rappelant que les malheurs ne se produisent pas que dans l’enceinte du domaine. Pour utiliser ses mots, il désirait simplement ouvrir les yeux des dirigeants des groupes et qu’ils reviennent à défendre les valeurs qu’ils mettaient en avant. Un acte noble, cependant, voué à l’échec.

La garde le savait, ayant elle-même participé à ce genre d’échange, les dirigeants ne cherchent qu’à proliférer et asseoir leurs puissances. Le jour où elle fut envoyée entraîner les gardes du Consulat dans leur capital, ce n’était qu’un échange de bon procédé et non une mission humanitaire. Même si le Sanctum venait en aide aux réfugiés de Sherwood, il n’était jamais parti en guerre afin de bouter Kefka de la Forêt de Sherwood, il n’était jamais parti affronter les êtres ténébreux à la Cité de Crépuscule avec une autre objectif que de libérer la Princesse Aurore et il n’a jamais cherché autre chose qu’un traité avec les membres de la Lumière. Aussi étrange que cela puisse paraître pour un groupe cherchant à répondre la parole d’une déesse profondément bonne avec ses enfants, il n’avait jamais agi dans ce sens en dehors de ses frontières. Aussi étrange que cela puisse paraître pour un groupe cherchant à répondre la parole d’une déesse profondément bonne avec ses enfants, il n’avait jamais agi dans ce sens en dehors de ses frontières.

Peut-être que, dans un sens, il avait ouvert les yeux d’une âme à l’intérieur du mur d’enceinte. S’il était vraiment la personne qu’il disait être, il y avait des chances que Cassandra ne soit pas la seule personne à changer sa vision du culte et de la direction prise par celui-ci, espérons que ce ne soit pas l’histoire qui se répète. Un autre dirigeant cherchant à plonger le groupuscule dans les ténèbres.

Haletante comme un bœuf, elle avait finalement atteint le haut des marches avant de s’appuyer longuement contre la pierre des murs du château. Son ventre la brûlait et elle sentait les perles de sueur parcourir les joues de son visage, elle s’en voulait d’être aussi faible et incapable. Seulement, ce n’était rien d’autre que sa façon d’expier ses erreurs passées. Il n’aurait fallu que quelques gouttes de lait de pavot pour que la douleur disparaisse et que sa convalescence ne dure qu’un temps. Sauf qu’elle portait le poids des âmes disparues durant cette nuit, et elle n’avait pas allégé cette sanction pour son propre confort.

Frappant la pierre du bout de ses béquilles, elle rejoint finalement la porte de sa chambre alors que les cloches sonnèrent dans la Citadelle. Les douze coups de midi résonnèrent encore au moment où elle s’allongea dans sa couche, soufflant de soulagement en même temps qu’elle rabattait la couverture sur ses épaules et fermer les yeux. Si jamais elle en avait le pouvoir, elle ne quitterait pas ses draps pour le moins du monde, qu’importe la tâche qu’on lui imposerait, elle n’était plus Templier et cela ne changerait pas de sitôt.

— Pentaghast ?
Ouvrant ses paupières et tournant la tête, Cassandra distingua le médecin actuellement en charge dans le Domaine Enchanté. Pauvre homme, il était surchargé de travail et cela se voyait sur son visage. Prenant place au côté de la dame, il s’installa sur une chaise avant de prendre la parole.

— C’est étrange, j’ai le souvenir de vous avoir demandé de ne pas quitter votre lit jusqu’à ce que votre plaie ce soit refermer. Que faisiez-vous à vagabonder dans les couloirs.
— L’urgence de la tâche. Répondit la dame, passablement fatigué. Cela ne se reproduira plus.
— Ce n’est pas moi que cela regarde, uniquement vous et votre santé.

Le médecin se releva et attrapa son nécessaire de travail avant de se dresser de toute sa hauteur devant la dame.

— Vous avez souffert, la douleur à repris de plus belle ?
Cassandra hocha la tête par l’affirmative, faisant soupirer le docteur. Il frappa dans ses mains avant de demander à la dame de lui présenter son bandage, ce qu’elle fit sans pour autant regarder l’homme faire son œuvre. Figeant son regard en direction du mur, la garde retira sa couverture pour ensuite lever sa chemise et abaisser son pantalon au-dessus des genoux afin de laisser le médecin faire son travail. Entre deux souffles d’énervement et le bruit d’un ciseau fendant le bandage, elle ne percevait rien d’autre tant elle sentait sa peau brûler.

— Les coutures ont sautés, vous êtes bons pour une seconde opération.
— Ne perdez pas de temps, dans ce cas.

Le ton de sa voix était neutre alors que le médecin se levait une nouvelle fois pour prendre le matériel nécessaire et revint s’asseoir sur le bord du lit. Imbibant une serviette d’alcool, il posa cette dernière sur la plaie pour ensuite retirer le reste des coutures.

— Toujours pas de lait de pavot ?
Demanda le médecin en tournant son regard vers la dame avant de hausser les épaules et reporter son attention sur sa tâche. Il nettoya les contours de la plaie, attrapant des produits à la chaîne jusqu’à ce qu’elle sente un étirement sur sa peau, la faisant serrer les poings sous la douleur. Soudainement, il approcha son visage de la blessure et tritura de nouveau le corps de Pentaghast avant toussoté dans sa barbe. Elle haletait devant l’exercice jusqu’à ce qu’elle sente la pointe de l’aiguille traverser sa peau et tirer sur celle-ci. Cela dura pendant une dizaine de minutes jusqu’à ce qu’il autorise la jeune femme à s’habiller de nouveau, une fois qu’une nouveau bandage fut posé.

Maintenant que la douleur s’était apaisée, la dame se permit de se relever contre la tête de son lit, fixant le médecin dans les yeux.

— Merci.
— C’est mon travail, ce serait dommage que je ne l’accomplisse pas. Un peu comme vous, sensé nous protéger dans l’enceinte de la Citadelle.

Elle ricana un instant à l’attention du médecin, alors que celui-ci revient prendre place sur la chaise après avoir rangé ses affaires. Il regarda longuement la dame avant de passer sa main dans ses cheveux et demander l’attention de la garde.

— Pentaghast, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai pris plus de temps cette fois-ci. En refermant la plaie pour la seconde fois, j’ai remarqué quelque chose et j’ai le devoir de vous en parler.
— De quoi parlez-vous ?

L’homme se releva et vint s’asseoir sur le côté du lit et poser sa main sur l’épaule de la jeune femme. Apparemment incertain sur ce qu’il devait dire.

— La blessure était plus profonde que ce que j’ai supposé en m’occupant de vous la première fois, et malheureusement…
Le sang de Cassandra ne faisait qu’un tour alors qu’elle tourna légèrement la tête.

— Votre… Utérus… À été touché par le coup d’épée que vous avez pris, et le traitement qu’ils vous ont infligé n’a pas véritablement aidé votre corps. C’est même un miracle que vous ayez survécu à cela.
— Qu’est-ce que vous êtes en train de dire…
— Vous… Cassandra… Vous ne pourrez jamais avoir d’enfant, il est trop tard pour que je puisse faire quoi que ce soit. Désolé.

La jeune femme resta immobile un instant, son regard se perdait dans celui du médecin alors qu’une de ses paupières tressaillit. Dans un mouvement brusque, elle détourna son regard du médecin avant de lui demander de quitter la pièce. Elle attendit que le bruit de la porte se fasse entendre pour laisser son regard tomber sur son bas-ventre, écartant lentement le drap et le relevant sa chemise, elle observa le bandage de longues minutes. Jusqu’à ce qu’une larme quitta son œil et glissa jusqu’au bout de son nez et tomba sur le bandage de lin.

— Pourquoi… Étro, pourquoi…?
Autant de sacrifice, une vie passée à défendre les murailles et à penser à celle des autres avant la sienne. Elle avait souffert le martyr trois jours durant pour finalement être la cause de la mort de centaine de personnes, n’en avait-elle pas encore fait assez, devait-elle encore payer cette dette et être privé du don fait par le Créateur. Donner et ne jamais recevoir, ainsi était la vie de Cassandra ? Elle plongea ses mains dans son visage avant de fondre en larmes, la douleur dans son bas-ventre se faisait de moins en moins oppressante.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Véritable Primarque
Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 29
Date d'inscription : 20/12/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
79/650  (79/650)
Jeu 16 Mar 2017 - 18:04
Bien ! Je suis là, désolé pour le retard que j’ai pris !

Commençons sans plus attendre, je me doute que tu dois être impatiente d’avoir mon fabuleux commentaire à te mettre sous la dent. Après tout, qui n’est pas dans ton cas ?

Mais trêve de bavardage !
Je vais d’abord te citer les mauvais points de ton rp, avant d’aller vers ce qui est bien.
Et le premier point que je citerai, c’est les fautes (de répétition, de temps, d’orthographe). Dans ta première partie de rp (après je n’en ai pas remarqué), tu en fais énormément. Tu n’es absolument pas soignée ! Et c’est bien dommage sachant que tu m’as déjà offert de superbes rps lors de notre rencontre, et qu’il s’agit de la suite ici ! Je n’ai d’autre conseil que te dire de te relire. Tu sais très bien écrire, montre le nous.
Le second point, c’est sur le sens d’un mot : « Soufflant sous l’effort, elle regrettait presque d’avoir exhorté les gardes à la raccompagner dans sa chambre, faute d’orgueil qu’elle payait au prix fort à l’instant où les escaliers se dressaient devant-elle.  » Tu te rends seule dans ta chambre, mais cette phrase est en totale contradiction avec ce fait. Avoir exhorté veut dire que tu encourages les gens à le faire. Donc tu pourrais regretter d’avoir demandé aux gardes de t’aider, s’ils t’aidaient effectivement !
Et c’est tout. En termes de mauvais points, je n’ai pas plus de choses à te dire (si tu veux que je revienne plus en détails sur tes fautes/erreurs, n’hésite pas à me demander).

Passons aux bons points !
Déjà, l’idée de faire ce rp ! C’est la suite directe de notre entrevue (et il est vrai qu’avec Bouc émissaire tu n’as pas vraiment beaucoup d’occasions de rp). Personnellement, je n’aurai pas songé à faire un tel rp, et je ne peux que t’en féliciter ! Comme tu es seule pour écrire, tu peux vraiment aller à fond sur les réflexions, et les impressions que tu as tiré de ta rencontre avec… moi ! J’ai beaucoup apprécié tout ça.
Ensuite, puisque ce n’est pas qu’une réflexion, ce qui t’arrive. Les mauvais événements sont monnaies courantes dans les rps, mais les séquelles sont quelque chose de plus rare. Et quelles séquelles ! Comme nous en avions discuter, je le savais déjà, mais ce qui t’arrive reste énorme, et bien amené. J’ai hâte de voir ce que ça donnera sur la suite de tes aventures, et sur ta psyché !
Enfin, dernier bon point, mais ça tu le faisais déjà dans notre rp, le rendu de ta faiblesse. Elle imprègne tout le rp, mais sans être lourde. On sait que tu es affaiblie, et à aucun moment je n’ai eu l’impression que tu étais soudain en pleine forme. Non, vraiment, bien joué ! Être fort c’est quelque chose de commun, mais la faiblesse est plus dure à jouer.

Malgré ce qui t’arrive, je ne peux que te noter très facile.
Tu reçois 5 points d’exp, 55 munnies, 1 ps en défense.
Oh, et tu découvres sur ta table de chevet un livre : Le petit Chimiste : Passif. Nécessite de connaître les propriétés de chaque plante ,et nécessite un Alambic. L’utilisateur est capable de créer de simples potions à partir de plantes dont l’effet de soin reste très faible. Dex : 8
A force de te faire soigner, tu as fini par retenir quelque chose !

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP Clos] Tout vient à point à qui sait attendre [PV : Uridan Sangried & Chïra Ovenstey]
» Parfois, il me vient des envies de tout brûler, comme ça, pour pas grand chose... [Joanie]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]