Derniers sujets
» La Menace Chocolatée
par Huayan Song Hier à 14:24

» Il faut du soin
par Pamela Isley Hier à 12:18

» Thé glacé sous les palmiers
par Kurt Brown Jeu 20 Juil 2017 - 16:25

» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Jeu 20 Juil 2017 - 15:06

» Après une pause
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:24

» Libre, l'univers pour t'accueillir
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:11

» Est-ce qu'il y a un médecin dans l'assemblée ?!
par Chen Stormstout Jeu 20 Juil 2017 - 12:04

» Entre ciel, terre et campagne
par Agon Wiley Jeu 20 Juil 2017 - 9:49

» Des morceaux de Fred dans les cheveux
par Jecht Jeu 20 Juil 2017 - 1:43

» Les Orphelins
par Natsu Dragneel Mer 19 Juil 2017 - 21:43

» Réglementations et demande de Partenariat
par Le Cygne Mer 19 Juil 2017 - 16:45

» Trois petits oiseaux
par Le Cygne Mer 19 Juil 2017 - 7:18

» Chasse aux trésors et/ou aux monstres
par Lili Mar 18 Juil 2017 - 10:47

» La Chute de Nottingham
par Freyja Crescent Lun 17 Juil 2017 - 23:23

» Une main tendue
par Cissneï Lun 17 Juil 2017 - 21:27


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Le lendemain de la veille
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maître brasseur
Masculin
Nombre de messages : 320
Age : 27
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
271/350  (271/350)
Mer 25 Jan 2017 - 17:23

Le bruit d’un réveil-matin vient de fendre mon sommeil de plomb, quelle heure peut-il bien être…?

Machinalement, je lève ma patte gauche en enfonçant ma gueule dans mon oreiller. Cette dernière heurte violemment le bois de ma table de chevet, cherchant à atteindre la source du bruit. Deux bruits lourds plus tard, le marteau cesse enfin de martyriser la cloche en bronze et laisse le loisir à ma patte de tomber mollement, s’écrasant sur le sol. Usant de tout mon courage, de ma vivacité et de ma fougue hors pair, il me faut pas loin de cinq minutes pour extirper ma tête du sac de plume et m’asseoir sur le bord de mon lit. À cet instant, il y a deux raisons à la noirceur ambiante. La première étant qu’il est bien trop tôt pour se réveiller, et la seconde étant que mes paupières sont collées. Passant ma patte du sommet de mon front jusqu’au bout de mon menton, je me rends vite compte qu’il s’agit de l’option numéro deux.

Mâchant dans le vide, tentant vainement de faire passer cette désagréable sensation de pâteuse dans la bouche, j’use encore de toute ma dextérité pour me lever et rejoindre l’évier dans ma salle de bains. Une chose de bien, je suis rentrée à la brasserie après cette soirée au Moulin Rouge.

Passant de l’eau sur ma figure, trois fois pour traverser le pelage, je passe à l’étape suivante en avalant un grand verre d’eau. Fixant mon reflet dans la glace, je finis par mettre le plat de ma patte devant la gueule et souffler un petit coup, constatant ainsi les dégâts via les effluves de la veille. Dans un grognement, j’attrape le tube de dentifrice ainsi que ma brosse à dents et passe les deux minutes syndicales à frotter mes crocs et nettoyer le tout par un bain de bouche avant de me diriger finalement vers l’entrée de la brasserie.

Laissant mon regard partir vers l’encadrement de ma porte, observant l’horloge, je constate qu’il est plus tard que dans mon imagination. Treize heures, j’ai loupé le déjeuner ! Mais il me reste probablement des restes de la vieille pour faire passer le mal de mon estomac, promis, jamais plus la même. D’un pas lent, je me dirige vers la boîte aux lettres et attrape le quotidien de l’Éclaireur avant de me diriger dans la cuisine et remplir mon bol d’un café bien noir et bien fort. Avec un peu de chance, mes paupières se redresseront et je verrais ce qui se trouve dans mon assiette. Ce qui se limite à un morceau de fromage et une grappe de raison. Le regard vite dans mon assiette, une pointe de tristesse se remarque sur mon visage quand j’attrape un raisin et lance dans ma gueule.

— Tu parles d’un lendemain de fête, j’suis pas un moine…
Vidant mon bol de café et gobant les quelques raisins restant ainsi que le carré de fromage, je profite d’un moment de lucidité et ouvre le journal en posant mes lunettes de lecture sur le bout de mon museau.

En première page du journal, nous pouvions voir le Colisée de l’Olympe en gros plan ainsi qu’une série d’articles venant les nouveaux combats présentés par le célèbre satyre. Ainsi que la présentation des harpies qui n’allaient pas tarder à inaugurer le prochain spectacle. Plus bas dans la page, il y avait un petit carré d’information relatant sur l’assassinat d’une douzaine de gladiateurs, tué dans leur sommeil. Le journaliste, répondant au nom de John Trauille, parlant d’une attaque de sans-coeur escrimeur étant la cause de l’assassinat, et conseillant de bien allumer la lumière avant de se coucher pour éviter ce genre de désagrément.

— Ils ne savent pas quoi inventer, des sans-coeur escrimeur ! Et pourquoi pas des similis ninja…
Tournant la page, regardant le verso, plusieurs articles se partagent la seconde page. L’un faisant état des visites à Costa Del Sol, une mosaïque d’image présentant différent lieux ainsi qu’un bon de réduction pour le transport de cinquante munnies. Ensuite, la publicité commandée par le Consulat afin de présentateur le prochain spectacle des nymphes au Moulin Rouge. Dans un ton moins joyeux, une image des habitants d’Agrabah suivis de l’article parlant de la dictature instauré par Armand de Beaumont et les accidents contre le peuple s’abattant de plus en plus au fil du temps.

— Mince… Il faudrait vraiment faire quelque chose pour eux, un peu comme le recrutement des mogs ou des danseuses…
Passant mon regard sur la droite, je remarque finalement trois portraits couvrant la totalité de la page avec la mention de leurs noms. Ainsi qu’une annotation certifiant qu’il s’agit d’ennemis dangereux et ennemis du Consulat. Reposant mon bol un instant, fronçant les sourcils en approchant le journal de ma truffe pour analyser les portraits malgré le mal de crâne naissant. Et soudainement, un de mes sourcils s’arque en même temps que je découvre le portrait de Adam à côté d’un clown et d’un mec en costume rouge.

À cet instant, deux choses se passèrent en boucle : moi en train de reculer ma tête et frotter mes paupières et recommencer mon analyse du portrait. Oui, c’était bien lui ! Même sans son costume et la femme à son bras, je reconnais sa tignasse et son visage. Une fois que mon esprit avait fait l’association du portrait et de mon compagnon de boisson d’un soir, mon regard se porte un peu plus bas et lit le nom de « Roxas ». Ma gueule s’ouvrit lentement alors que mon cerveau faisait la seconde association du dîner.

— Mince…
Malgré le mal de crâne et de ventre, ainsi qu’un intestin en vrac, je viens de comprendre la plus grosse erreur que j’ai fait de ma vie en tant que consul. Roxas, l’un des types ayant fait parler de lui lors de la réunion était à côté de moi au Moulin Rouge et je n’avais pas fait attention à cela une seule seconde. L’un des plus grand ennemis du Consulat, responsable de la mort de Frollo à passé sa soirée avec moi et m’a offert quelques pintes et je n’ai strictement rien remarqué.

— Si Genesis l’apprend, je ne donne pas chère de ma fourrure…
Reposant mon journal sur la table, me redressant et faisant le quatre cents pas dans la pièce, je me rends enfin compte de ma stupidité. Comme un criminel venant de commettre un crime, je cherchais un moyen quelconque à trouver une solution en rapport à cette bêtise.

Calme-toi Chen, ce n’est pas un souci, ce n’était que quelques verres avec un mec sympa ainsi que sa femme. Un type normal, venu au Moulin Rouge pour décompresser et boire des coups. Ça ne peut pas être lui, il est notre ennemi ! Oui, c’est ça. Il n’était pas là, j’ai trop bu et il ne sait jamais rien passer. Attrapant une bouteille rangée au-dessus de mon frigo, j’ouvre celle-ci et verse son contenu dans mon bol avec un doigt de café pour le goût. Non, ce n’est qu’un rêve et j’ai juste passé la soirée avec un type du Domaine Enchanté, pas Roxas ! Même s’il a commencé à faire flotter des chopes vides et les nettoyer.

En fait, si. C’était Roxas et j’ai été trop stupide pour le remarquer.

Qu’est-ce que je vais dire à Genesis ?! La vérité, ou je garde ça pour moi. Cependant, le mec est dangereux ! C’est dit dans le journal, sinon, ce ne serait pas vrai. Oui, je dois prévenir le Porte-parole pour augmenter la sécurité au Moulin Rouge. Il ne doit pas y avoir d’accident, sinon, je m’en voudrais toute ma vie. Un instant, c’est possible que ce soit lui ! Il était sympa comme type, on parlait tranquillement tous les deux sur le bar, de la vie des consuls et des danseuses… Merde… Est-ce que je n'ai pas divulgué des informations pas inadvertance ?! Est-ce que je dois toujours le dire à Genesis, surtout si je ne me rappel pas de ce que j’ai raconté. Et si j’avais parlé de la forge ? Ou pire, des trucs secrets raconter durant la réunion. Mince, mince, mince ! Qu’est-ce que j’ai fait !

C’est bon, j’ai une idée…

Reposant mes affaires dans l’évier, fermant le journal ainsi que la porte de la Brasserie, je remonte les escaliers vers ma chambre et ferme les volets. Me cachant sous la couverture, je ferme les yeux et me rendors, c’est surement un mauvais rêve et ça ira mieux demain. Une bonne nuit de sommeil, et je me rends devant le bureau du Porte-parole et je lui raconte la soirée avec Roxas au Moulin Rouge en évitant de lui dire ce que j'ai bien put lui raconter. Ça va passer, ça doit passer.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tragédien
Masculin
Nombre de messages : 676
Age : 23
Date d'inscription : 23/08/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1024/500  (1024/500)
Mer 25 Jan 2017 - 21:31
Exploit accompli.

C'est un petit rp que j'ai bien aimé ! Super intéressant dans sa construction. J'aime bien ce contenu entièrement consacré aux pensées de Chen, c'est vraiment super. J'aime toujours bien cette idée, qui plus est, elle est un exercice intéressant. Après, tu ne décris pas "que" les pensées des personnages. Non en fait, c'est même ce que j'ai bien aimé, tu parles d'un réveil et tu le décris super super bien, j'ai vraiment été convaincu. C'est assez marrant, non seulement le réveil mais le moment du café ou surtout... surtout le moment où tu lis le journal qui est vraiment chouette.

Le coup du "Hum... Non je dois me tromper. Oh putay de mérde !"

C'est un rp très chouette et j'avoue que je serais tenté d'y répondre d'une manière ou d'une autre. Je t'avoue que je ne me vois pas m'impliquer dans un troisième rp avec Genesis, considérant l'inspiration que j'ai pour ce personnage !

Le seul défaut de ta fiche, c'est la relecture. Et ici je parle bien de relecture et pas d'orthographe. J'ai vu quelques fautes bien moches qui sont juste des problèmes de distraction. Comme je le dis souvent, je pardonne moins les erreurs d'inattention qui peuvent être réglées par une lecture.

"Ensuite, la publicité commandée par le Consulat afin de présentateur le prochain spectacle des nymphes au Moulin Rouge."

Il y en a d'autres mais... je n'ai pas vraiment le courage nécessaire !

Mission très facile : 5 xp, 50 munnies et 1 ps en dex.

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lendemain de veille
» "La vidéo qui réveille^^"
» Pour pourfendre une veille bedaine, et lui vider ses pleines gibernes. [PV]
» [Manoir Kuroichi] Ô lune, astre céleste, veille sur nous...[PV Murasaki Kuroichi & Rindo]
» Lendemain de fête