Derniers sujets
» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Hier à 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Hier à 16:06

» Cachons tout ça
par Death Hier à 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Hier à 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Hier à 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Mer 13 Déc 2017 - 12:23

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Mar 12 Déc 2017 - 23:02

» Le savoir c'est le pouvoir
par Narantuyaa Mar 12 Déc 2017 - 3:51

» Mille Épines
par Death Lun 11 Déc 2017 - 18:27

» Tombent les masques
par Maître Aqua Dim 10 Déc 2017 - 0:41

» Fiche Technique: Waltz
par Waltz Sam 9 Déc 2017 - 17:52

» Au coeur du Vide
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 17:29


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 La nourriture du Diable
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur des Esprits
Féminin
Nombre de messages : 142
Age : 30
Localisation : Pangée
Date d'inscription : 09/11/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
126/500  (126/500)
Mer 25 Jan 2017 - 16:21




La nourriture du Diable



Lorsque le programme de ce Bear Grylls était passé, je ne sais pas pourquoi, mais je m'y étais intéressé. J'avais donc pris note des éléments de la nature de ce monde.

Et c'est que lorsque je débarquai enfin à Oerba -et plus particulièrement dans la forêt et la partie montagneuse- en compagnie de trois hommes de la garde noir qui faisait légèrement la tête. En même temps je peux vraiment les comprendre, suivre les directives d'une femme, ça peut être légèrement déroutant pour l'égo d'un homme.

Les trois gardes me suivaient sans dire un mot, moi même je ne disais rien. Je regardaient de temps en temps le petit dessin que j'avais fait des champignons que l'aventurier avait montré lors de ce reportage.

Le dessin était assez grossier mais je n'avais pas l'intention de gagner un concours avec. C'était uniquement pour me souvenir de leur apparence et de leur caractéristiques.

Il était hors de question que je rentre de ma mission avec les mauvais champignons. Death voulait que je ramène quelques spécimens du fongique meurtrier.

Et éventuellement pourquoi pas un peu du champignon « bon pour la santé » peut-être qu'un savant fou -ou non- pourrait réussir à concocter quelque chose de bien grâce à ça.

Je marchais donc dans cet endroit, ne sachant pas vraiment où je devais aller. J'avais bien vu l'émission de l'homme mais avec le montage, il m'était impossible de savoir où Bear Grylls avait mis les pieds. Et je me souviens bien d'un élément à la fin de son reportage et je n'avais pas du tout envie de me retrouver nez à nez avec des gardes qui protégeaient l'endroit.

Heureusement pour nous, bien que le chemin devenait long à marcher sans relâche dans ce monde. Nous avions un peu d'eau pour nous hydrater et puis la végétation permettait aussi de nous protéger, nous avions ainsi la possibilité de nous arrêter. Et c'est ce que nous dûmes faire lorsque je remarquai qu'un des gardes s'était arrêté près d'un arbre en s'appuyant contre ce dernier.


- Ça ne va pas ?
- Non, ça ne va pas, effectivement ! J'en ai marre de marcher encore et encore dans cet endroit. À croire que vous ne savez pas du tout où vous aller... Dit-il l'air vraiment énervé.
- Jusqu'à preuve du contraire. Vous êtes sous mes ordres et je vous interdis de me parler de la sorte...
- Et vous allez faire quoi ? Appeler le grand chef à l'aide ?
- Non ce n'est pas dans mes habitudes. Mais je pourrais vous laisser seul ici après vous avoir blessé de façon à ce que vous ne puissiez plus bouger et vous laisser vous faire dévorer par une de ces créatures immenses qui vivent ici...


L'homme se mit à déglutir bruyamment. Il paraissait beaucoup plus âgé que moi. Il portait le costume classique des membres de la garde noire. Un cicatrice  en forme de « V » près de sa lèvre supérieure. Il était imberbe mais c'était les petites rides au coin de ses yeux et à la commissure de ses lèvres qui trahissaient son âge.

Je déteste avoir ce corps. À cause de ça les autres hommes me prennent pour une fillette et pense que je suis sans défense.


Je voyais bien que les deux autres gardes me regardaient tout en alternant avec leur coéquipier. Ils n'avaient pas l'air très à l'aise voyant que je pouvais me rebeller. Et il était hors de question de me laisser marcher sur les pieds. Surtout pas pour une mission de cette envergure ni dans un endroit comme celui-ci et je n'avais pas l'intention de mourir -encore-...

J'avais tout de même décider d'attendre que l'homme puisse se reposer. J'avais bien l'intention de leur montrer qui était « le chef » mais je n'étais pas non plus un barbare. Lorsqu'il se releva en buvant une dernière gorgée d'eau, il essuya ses lèvres du revers de la main, il s'avança vers moi en faisant une pseudo-révérence.

- Merci pour votre sollicitude.


Je me contentai de le regarder en levant un sourcil. Je roulai les yeux et repris ma route. Je marchais sans relâche mais je m'arrêtai brusquement quand mon regard se posa sur un des spécimens que je recherchai.

Je m'approchai un peu plus de ma découverte et attrapai délicatement le champignon entre mes doigts. Je n'avais pas envie de l’endommager. Je le regardai par rapport au croquis que j'en avais fait. Mais il ne ressemblait pas vraiment à mes dessins. Je décidai de l'ouvrir en deux pour voir son contenu. Je me souvenais très bien que l'Agaricus Virosa avait un cœur noir. Et c'était ce champignon en particulier qui m'intéressait.  

Quand je vis l'intérieur, ma déception fut assez grande. C'était en fait un Spongius Lycoperdon Forticus. Nous avions marché pendant plusieurs heures et pour l'instant, c'était chou blanc. Je gardai quand même le champignon avec moi. Je le rangeai dans une petite boite qu'un des gardes avait accroché à sa ceinture.

Je décidai de m'arrêter aussi un instant contre un arbre. Bien évidemment l'homme qui avait fait une pause plus tôt ne put s'empêcher de me faire la remarque.

Je fermai les yeux un instant histoire de les reposer eux aussi un peu. C'est à cet instant que j'entendis un bruissement derrière moi. Je rouvris immédiatement les yeux et me relevai tout en dégainant ma rapière. Mes hommes avaient sorti leurs armes respectives.

Nous étions tous à l'affût pour apercevoir la créature -ou la personne- qui s'approchait de nous. Alors que nous regardions tous dans la même direction. Un petite créature plutôt mignonne avec une tête de chat, des oreilles un peu plus grandes, ressemblant plus à celles d'un fennec et son corps était caché dans un pot d'un dégradé de bleu et de noir. S'approcha de nous mais en lévitant.

Tu serais presque adorable toi. Oui « presque » parce que soyons honnête. À part des humains, aucun être ne pourrait être civilisé dans ce monde.


Le monstre s'approcha de nous. Mais pas d'une manière très amicale. Il fonçait vraiment sur les trois hommes et moi. Mon arme toujours hors de son fourreau, je la brandis devant moi. Espérant ainsi faire reculer légèrement la créature. Hélas, ça n'a eu que pour effet de l'énerver encore plus.

Commençant à feuler tout en montrant ses crocs, il se mit aussi à essayer de nous frapper en sortant ses pattes avant pour nous frapper et essayer de nous griffer.

Je donnai un rapide coup d'épée dans la « carapace » de l'animal mais je vis que mon épée avait tout simplement rebondi sur cette partie de son corps et revint rapidement vers moi, j'eus brièvement le temps de l'esquiver.

- Il faut viser sa tête !


Ni une, ni deux. Un des hommes s'avança un peu plus, poussant légèrement ses compagnons et braqua son arme à feu sur lui. Et tira une rafale de balles vers la tête de l'animal tout en criant. Mais je vis aussi que le monstre était très agile et esquivait assez facilement les projectiles du garde.

J'en profitai alors pour me glisser dans le dos de l'animal pour essayer de l'attaquer par derrière, tout en essayant d'être le plus discret possible. Je levai ma rapière et donnai un coup avec le plus de force possible. L'animal se mit à pousser une sorte de miaulement assez rauque avant de tomber au sol.

Je me penchai un peu plus au dessus du corps lorsque je vis qu'il ne bougeait plus et le forçai à me faire face pour voir sa tête de plus près. Je récupérai mon calepin et mon crayon pour essayer de le dessiner grossièrement pour ainsi avoir peut-être plus d'indications plus tard sur la faune de ce lieu.

- Il y en a peut-être d'autres comme lui. Inutile de rester là pour voir ses confrères arriver.


Nous pressâmes le pas pour essayer de trouver de nouveaux champignons « bons ou mauvais » mais lorsque le sol se mit à trembler, nous nous arrêtâmes un instant.

- C'était quoi ça ? Un tremblement de terre ? Un volcan ? Demanda un des deux autres hommes.
- Mais qu'est ce que j'en sais ? J'ai une tête de sismologue ou de botaniste ?
- Le but de l'expédition, c'est de s'envoyer des fions toute la journée ou bosser ? Ajouta le dernier garde.


Là je dois bien l'avouer, cet homme avait réussi à calmer l'ambiance entre les deux autres garde et moi. Et c'est encore lui qui frappa un de ses collègues pour qu'il se taise lorsqu'il aperçut la tête d'un animal.

Il tait impossible de savoir quelle taille cette créature pouvait faire. On ne voyait que sa tête et une partie de son cou au dessus des feuilles des arbres. Et il n'avait pas l'air de se déplacer très rapidement. La partie visible de son corps était grise. Il avait comme une rangée de pics sur le sommet de sa tête et continuait le long de son cou. Ses yeux n'étaient pas très visible par rapport à notre distance avec lui. Il avait aussi comme deux autre petits pics sur le bout du museau et des défenses près de sa gueule.

Nous attendîmes sagement que la créature s'éloigne de nous pour reprendre notre route. Nous restâmes sur nos gardes tout en fouillant pour récupérer un maximum de champignons. Et lorsque le soleil commençait à se coucher, nous décidâmes de faire demi-tour, nous avions en notre possession plusieurs spécimens des deux sortes de fongus.

Nous avions parcourus plus rapidement le chemin de retour pour éviter de tomber sur un autre « chat-en-pot » ou même l'espèce d'hybride entre un diplodocus et un éléphant.

Sentant que la fatigue se faisait de plus en plus présente et que nous avions un peu moins d'eau qu'à notre arrivée, je posai ma main contre un arbre et baissai ma tête en avant. J'entendis un autre mouvement venant de derrière nous. Je décidai de baisser un peu plus ma tête pour voir ce qu'il y avait dans notre dos.

C'était une créature à l'aspect légèrement humanoïde -uniquement parce qu'il tenait sur deux jambes et qu'il possédait un bras, le reste ne ressemblait en rien à un humain-. Il tenait une sorte de katana immense dans sa main droite. À gauche, c'était plus un amas assez rocailleux et de forme assez étrange. Il se mit à pousser un grognement et à courir dans notre direction.

- Fuyez !


Nous n'avions pas mis très longtemps à réfléchir, les trois hommes me distançaient assez facilement.

La galanterie se perdra.


Je jetai un rapide coup d'œil derrière moi et vit que la créature m'avait rattrapé et me flanqua un énorme coup avec son épée. Je m'écrasai au sol, j'avais beaucoup de mal à respirer et tentai de ramper pour avancer un peu plus. Mais le monstre m'en empêcha en poussant de nouveau ce grognement mais mélangé cette fois-ci avec un cri assez strident tout en m'assénant de coup avec ce qui ressemblait à ses pieds.

Je tentait de sortir mon arme alors que j'étais toujours au sol et donnait un coup dans un de ses jambes. La bête cria de nouveau et j'aperçus à cet instant les gardes revenir vers moi tout en tirant sur le monstre avec leur arme à feu.

L'homme qui avait plutôt été impoli au début de notre aventure m'aida à me relever pendant que les deux autres continuaient de tirer sans relâche sur le monstre. Les balles perforaient une fois sur deux son corps, au bout de quelques minutes, il cria une nouvelle fois et fit un bon gigantesque vers les arbres au dessus de nous.

- Et si on rentrait maintenant ?
- Je crois que c'est une bonne idée.


Je voulus rire à cette espèce de blague pas drôle mais j'avais affreusement mal. La violence de ces coups reçus avaient sûrement dû enfoncer quelques unes de mes côtes et peut-être en briser une ou deux.










avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 510
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1054/0  (1054/0)
Mer 1 Fév 2017 - 20:28
Me voici enfin pour la notation, une fois de plus, pardon d’avoir pris autant de temps. Il y a des moments sans, et j’suis dans un de ceux-là. Ne t'inquiète pas, ça ne veut pas dire que ton rp est mauvais ! Il n’est d’ailleurs pas encore lu, j’vais le faire maintenant.

Par la magie de l’ellipse, je viens de finir de lire ton rp !

Cette fois, je vais parler des choses négatives avant de partir vers le positif, histoire de faire passer la pilule. Dans un premier temps, je sais que tu as toujours du mal avec les missions « à grosses difficultés » et je ne pourrais pas te blâmer pour cela. Il y a toujours le stress de louper à un moment, que ce ne soit pas rendu ou mille autres raisons. Ici, ce n’est pas ce genre de chose que je vais critiquer, mais plutôt un aspect général dans le rp de ce type-là.

Ce que je veux dire, c’est que tu te trouves dans le monde le plus dangereux du forum. Même la Fin des Mondes est plus soft. Et malheureusement, je ne ressens ça que vers le milieu de ton rp. Et ça, c’est une critique que je peux faire à beaucoup de personnes qui partent dans ce monde. Oerba, c’est la zone et c’est pire que la banlieue quand tu portes un uniforme de la police avec une cible dessiné à la bombe sur le torse. Il va falloir le réaliser à un moment ! Et désolé que ça tombe sur toi, ce n'était pas voulu. Même si nous ressentons la difficulté à l’arrivée du premier monstre, tu nous indiques tout de même avant que tu passes deux heures dans la forêt sans avoir eu de mauvaise rencontre. Et c’est ça que je critique.

J’ne suis pas en train de te demander que, dans ce genre de mission, il y ait des combats tous les cinq mètres. Attention. Je dis simplement que, pour les mondes dangereux, il faut sentir le danger ! C’est un peu comme si un membre de la Lumière allait faire des trucs à la Cité du Crépuscule et qu’il n’éprouve aucune résistance de la Garde Noire. Les mondes ont un contexte, il ne faut pas l’oublier.

Ensuite, et ce sera ma dernière critique pour ton rp, ce sont les blessures que ton personnage prend. Il prend des dégâts, normal, nous sommes à Oerba ! Ce que je trouve simplement dommage, c’est que nous sommes à cet état pour ton personnage à la fin du rp. Ce qui est souvent intéressant à voir, à noter et à écrire, c’est le contrecoup direct d’une attaque. Ici, Milla se retrouve avec probablement des côtes cassées. Parler de cela en rp, ce serait méga-cool ! Ici, Milla se retrouve avec probablement des côtes cassées. C’est comme prendre une balle dans la jambe, ton personnage boite et nous devons y croire un moment ou l’autre ! Tu vois ou ce que je veux en venir ? Il est intéressant de voir l’évolution des blessures autant que l’avancé d’un personnage, car cela fait partie intégrante de son évolution dans un texte.

Voilà, je pense en avoir dit assez sur le critique de ton texte ! Parce qu’au final, la mission est assez plaisante à lire.

Pour plusieurs raisons. Comme je te l’ai déjà dit, tu prends ton temps de developper les choses et de parler de ton environnement. Tu es la première personne à parler des clôtures à Oerba, tu galères à trouver les mauvais champignons et tu gardes l’idée de la Garde Noire. Car oui, ce sont pas des types cool à la base, à la limite des psychopathes. Et tu as bien pris soin de nous les annoncer de la sorte. Genre, tu m’aurais parler d’eux prêt à te sauter au cou, j’aurai pas été surpris un seul instant. Mention spécial pour reparler de ta condition, celle d'un homme dans la peau d'une femme ! Vraiment, j'me demande jusque ou cela ira.

Vraiment, la mission est chouette pour ce quelle est. J’suis assez content de ce que tu me donne à lire à chaque fois, tu prends vraiment en compte ce qu’on dit et ça donne un coup de fraîcheur au fil de tes rp. Continue comme ça !

Périlleux : 35 points d’expérience + 300 munnies + 3 PS. Deux en Force et un Défense.

Mince ! En revenant au manoir, tu trouves un papier sous ta porte… Surement un rapport ! Pense à demander à Primus pour le recevoir Smile

_______________________________
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corne du Diable = Psycopathe
» "Ou est passé la nourriture que nous avions envoyée.?"
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?
» ? FILET DU DIABLE | RPG | HP