Derniers sujets
» Attaque Nocturne
par Surkesh Aujourd'hui à 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Aujourd'hui à 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Aujourd'hui à 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Aujourd'hui à 11:03

» Météo en live : le 18 octobre
par Janna Hier à 13:02

» Pour un peu de bien
par Lulu Hier à 13:00

» La Chute de Nottingham
par Général Primus Hier à 12:58

» Tombent les cartes
par Lenore Hier à 9:06

» Tombent les masques
par Agon Wiley Hier à 4:28

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Genesis Rhapsodos Hier à 4:24

» Et là, un squelette !
par Genesis Rhapsodos Hier à 4:15

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Hier à 2:21

» Field of Heroes
par Invité Hier à 2:18

» Répétition
par Arthur Rainbow Mar 17 Oct 2017 - 21:39

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Rufus Shinra Mar 17 Oct 2017 - 18:21


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Sans-cœur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 172
Age : 27
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
5/0  (5/0)
Mer 25 Jan 2017 - 4:25
L'épouvantail est vaincu... mais un autre monstre est sorti du Manoir qui trône sur la Contrée du Départ. Cette créature là n'avait aucun besoin de faire peur ou de faire souffrir, n'était pas motivé par le fait de nuire... elle avait juste faim. Pas de chairs mais de cœurs, la bête ne veut rien d'autre que dévorer de la lumière pour entretenir son être fait de ténèbres car l'un ne peut exister sans l'autre, raison pour laquelle elles s'affrontent sans cesse. Ces pauvres gens ne sont ni dans la lumière, ni dans les ténèbres et ne font rien d'autres que de vivre leurs vies sans intérêts : elles ont néanmoins un cœur et sont plus que concernés... elles sont impliqués par la volontés des sans-cœurs. Cette faim était sourde, résonnait comme un ordre dans la tête de Surkesh. De sa nouvelle et deuxième vie en dépendait... il le savait, ne pouvait pas lutter contre, ne le désirait même pas. Sa clef ? Probablement entre les mains de son simili, jamais un sans-cœur n'en aurait voulu même si s'en saisir était possible. Réfléchir lui était possible... ses facultés cognitives restaient intacts... mais à cette heure, où le soleil se lève, aucune réflexion ne pouvait avoir lieu si ce n'était pas en rapport avec le fait de dévorer un cœur. Imaginez-vous mourir de faim, n'ayant pas juste faim d'ailleurs... ayant un besoin urgent et viscéral de manger, penseriez-vous à autre chose ? Imaginez-vous qu'on vienne de vous assénez un coup de poignard et qu'on vient d'en retirer la lame... penseriez-vous à autre chose qu'à votre sang qui s'écoule de la plaie ?

Surkesh cavalant le long de ses gigantesques escaliers pour les descendre... aussi vite que son nouveau corps lui permettait... et se le disait, pas que ça serait du gâteau... mais que les circonstances jouaient pour lui. L'épouvantail n'attaquait que de nuit, les villageois se relâchent donc à la levée du jour... et ne dormant quasiment plus, sont fatigués de ces nuits blanches enchainés. Peut-être que certains dormaient mais les plus vaillants et à même de résister seraient épuisés, en manque de sommeil ou en train de dormir. La lumière du jour ne l'aiderait pas à se dissimuler mais la magie coulait encore en lui, lui permettant de se rendre partiellement invisible. C'était devenu un prédateur froid et logique, il ne foncerait dans le tas comme un idiot mais agirait aussi furtivement que possible. Combien de cœur lui faudrait-il avant d'être enfin serein et rassasié ? Il n'en avait aucune idée mais pariait sur un certain nombre, ces proies ne sont pas non plus des guerriers de la lumière. Plus vite qu'il ne l'aurait cru, absorbé par ses pensées, le sans-cœur arriva aux abords d'un village... et se dissimula instinctivement contre une maison, rampant pour passer sous les fenêtres. C'était un habitant à la périphérie d'un village et de là où il était, aucun des autres habitants n'aurait pu le voir.
C'était un bon mage avant de perdre sa lumière... et mû par son souvenir, la créature utilisa la détection magique... pour ressentir la présence de deux personnes dans la maison.

Une était à l'étage, sans se déplacer, qu'elle dorme ou soit simplement assise ou alors en train d’exécuter une action à un point donné. L'autre était en bas, s'agitant à se mouvoir dans un espace restreint sur lequel donnait la fenêtre. Surkesh se leva pour d'un geste vif, mettre en mouvement son ombre et tendit ses griffes vers ce qui se révéla être un jeune homme en train de cuisiner. L'ombre devient alors tangible, brisa le verre et s'engouffra dans la maison sous forme de tentacules qui se saisirent de la personne, la happant brusquement en-dehors. Alors que Surkesh tenait l'homme prisonnier de son ombre, il serra le poing et resserra son sort par la même occasion... on avait peut-être entendu le bruit du verre qui se brise mais aucun cri. Sa détection magique toujours active, le sans-cœur pu ressentir la deuxième présence qui venait à lui... et écrasa, via son ombre, sa proie au sort... plusieurs fois d'affilés. Quand il ne senti plus de résistance, son sort s'annula et laissa un homme sur le point de mourir mais pas tout à fait mort, ce fut suffisant pour qu'il plonge sa main dans sa poitrine.
Pourtant, il n'y avait ni sang, ni os brisé... juste cette main passer au travers d'une sorte de petit portail noir... duquel un cœur de lumière s'échappa pour se subdiviser en petits éclats... convergeant vers le sans-cœur comme des lucioles.

Quelque chose... s'apaisa chez Surkesh... son besoin était toujours là, pressant mais plus urgent, il pouvait déjà un peu plus prendre son temps... quand la deuxième personne de la maison se mit à hurler au monstre ! Ça aurait été sans doute plus intelligent de fuir pour ré-attaquer plus tard mais... la créature ne vit que ce cœur avec de la lumière et ne pu s'empêcher de vouloir le dévorer, dans l'instant. Avant d'avoir pu commencer à incanter le moindre sort, le monstre se prit un carreau dans l'épaule... s'arrêta quelques secondes... mais l'instant d'après, Surkesh se remettait à couvert. D'autres gens viendraient, et très vite mais ce petit cœur... n'était pas assez pour lui, ça l'apaisait un peu sans parvenir réussir à le calmer. Entre les deux fenêtres, la créature arracha le carreau de son épaule, grinçant des dents pour ne pas que la douleur lui fasse révéler sa position. Le tireur partit à sa poursuite, arme à la main et se pencha à la fenêtre défoncée, regardant rapidement des deux côtés. Aussi rapidement que possible, le sans-cœur poignarda la gorge de sa proie avec le projectile et l'attrapa pour la tirer vers le sol... s'empressant de lui dévorer le cœur. Cette fois-ci, il enfonça sa main pour la ressortir aussi sec. Le procédé a été le même que précédemment mais beaucoup plus rapide. De sa plaie ne coulait aucun sang mais suintait un liquide noire dense et compact comme de l'encre ou du pétrole.
Ça allait mieux... mais ça n'allait pas bien pour autant... il lui en fallait plus. S'offrant un sort d'invisibilité partielle, le sans-cœur se camoufla quelque peu.

Des présences faisaient le tour par de chaque côté de la maison... trois à droite et deux à gauche... tandis que deux dernières rentraient à l'intérieur... pour un total de sept. Surkesh s'engouffra dans la maison, se cachant immédiatement sous la table de la cuisine dans laquelle il était débarqué. Des armes, ici, il y en avait énormément... et au sol, s'offrit à ses yeux un couteau que sa première victime, probablement en train de cuisiner, avait lâché. Un frisson d'adrénaline parcouru son corps immobile et sans respiration... attraper l'arme, laisser un garde mourant et infliger le même sort à l'autre... combien de temps cela lui prendrait, au juste ? Pouvait-il seulement espérer que nul ne le remarque ? Une nappe à carreau rouge le dissimulait, partiellement et le table était assez large... cela suffirait-il ? Partiellement invisible, on pouvait espérer que oui.
Grâce à sa détection magique, il savait que les deux personnes à l'intérieur de la maison firent le tour de la table et ont convergé vers la fenêtre.

" Vous deux, allez vérifier la maison... nous on s'occupe des alentours et de prévenir les gens... putain d'épouvantail. "

Les deux à l'intérieur sont revenus sur leur pas... lentement... et Surkesh rampa au sol à leur poursuite, lentement, veillant à faire le moins de bruits possibles. La cuisine menait directement vers un couloir qui, lui-même, donnait sur plusieurs autres pièces avec au bout, un escalier. Soudain, l'un des deux hommes se retourne... non pas armé d'une arbalète mais d'une épée, l'autre ayant quand à lui arc. Surkesh se relève dès l'instant et pousse le garde contre l'autre... l'archer tombe à la renverse mais pas à l’épéiste qui charge immédiatement en hurlant. Silencieux, le monstre stoppe son assaillant d'un flash illusoire et enchaine en le chargeant, attrapant son bras armé au poignet de ses mains... puis tire tout en frappant d'un coup de pied sec, sentant l'épaule qui se déboite. La créature se baisse pour attraper l'arme et se rue vers son ancien manieur pour lui trancher la gorge sans forcer... a par chance toucher une veine d'où le sang s'écoule en jet et fait pivoter le cadavre, encore debout, pour aveugler l'archer du sang de son allié.
Prenant le risque, le sans-cœur contourne sa première victime et précipite une estoc que son ennemi dévie habilement de son arc bandé... tente de repositionner son arme mais forçant simplement de sa lame, Surkesh dévie le tir avant. La bête lâche l'épée et à la hâte, attrape l'arc pour l'arracher de ses mains sans finesse... recule d'une roulade pour esquiver une estoc de flèche à main nue... et se relève pour voir l'homme fondre sur une flèche à la main.

Le corps de la créature ne répond plus aussi vite ou aussi bien, il lui semble alors comprendre de l'épuisement en lui et reste momentanément prostré. Puis c'est l'agresseur qui se fige sous l'effet d'un sort de peur, lancé par Surkesh d'un spasme du corps qui le mit en position d'attaque... et celui-ci fonce vers une pièce, le salon. L'homme ne le poursuit pas mais récupère son arc, rentre dans le séjour... quand la porte ouverte se referme sur lui, le comprimant contre l'encadrement. L'archer, dès qu'il le peut, se libère de la porte qu'aucune force ne retient plus... et un vase vole vers lui, en pleine tête. C'est suffisant à la sonner mais plutôt de l'achever, le monstre retourne jusque dans le couloir et s'approche du mourant... désormais mort... une sorte de rage l'envahit alors à l'idée d'un cœur perdu. Se saisissant de l'épée, il revient vers l'archer mais trois à peine qu'il entend la porte à l’extrémité du couloir s'ouvrir... et la lumière du jour s'en échappe, le faisant fuir par la fenêtre de la cuisine.
Son instinct de survie le contredit alors... fuir ou continuer de traquer des cœurs... ? Les deux options s'offrent à lui mais... sa faim, encore vivace, le poussa au deuxième choix.

Par chance, les présences sur son rayon de détection s'agglutinaient dans les maisons... et s'enfermaient dans des bunkers de bois ou au mieux de pierres... barricadant probablement portes et fenêtres. Dans la maison qui nous concerne, néanmoins, on faisant le tour... mais on ignora les deux ombres qui furetaient autour de la maison, s'en prenant aux gardes cherchant à venger les humains dont ils étaient issus. Avant qu'elles ne soient pas vaincus par les habitants plutôt coriaces du village, Surkesh se rua vers l'arrière de la maison et déploya son ombre en quatre tentacules, chacune empalant un garde au niveau du torse. Aussi vite qu'il lui était permis, le sans-cœur qu'on pouvait au moins qualifier de supérieur s'empressa de dévorer les quatre soldats improvisés... et en naquirent des soldats sans-cœur. L'ombre au prise avec eux était morte mais venait de quelqu'un de lambda, on pouvait donc déduire que le sans-cœur présent à l'intérieur serait lui aussi un soldat. Lorsqu'une présence disparu, Surkesh en déduit que c'était le sans-cœur mais il y en avait quatre autres... et sachant les humains occupés à combattre, il passa par la porte, juste derrière ses congénères. D'un geste de la main, celui-ci déclencha une salve de laser préventive qui surprirent les quelques humains présents et se rua dans la cuisine pour se saisir du couteau.
Ça parait logique que des sans-cœurs ne s'attaquent pas entre eux, les ténèbres ne les intéressant pas... mais si Surkesh commençait à voler les cœurs de leurs victimes, ils s'en prendraient probablement à lui pour les garder pour eux.

Il retourna alors dans le couloir pour voir un soldat sur un corps d'humain bientôt mort... et se rua la créature d'un petit mètre pour la chasser d'un coup de pied, dévorant le cœur en quatrième vitesse pour s'enfuir à la sixième. Ses pensées furent déjà bien moins confuses après ce qui lui paru être un repas honnête... suffisamment pour sortir de la maison et apercevoir des humains qui encerclaient la bâtisse, prêt à y mettre le feu à coup de torches. Surkesh s'échappa d'un super-saut, passant directement par-dessus ses assaillants et depuis le ciel, déclencha une salve de laser dont la vitesse ne lui important pas tant que le nombre. Cela distrayant les nombreux humains, plus occupé à esquiver ou se mettre à l'abri qu'à l'attaquer et une fois au sol, le sans-cœur préféra sa survie à la gourmandise.
Sa course fut effrénée... continua bien après que nul ne soit plus à sa poursuite... pour enfin se laisser s'écrouler au sol.

Tout cela avait été... brouillon et précipité... mais en agissant plus calmement, en se nourrissant de manière à ne plus être affamé, Surkesh pourrait reprendre sa vie à Port Royal comme si de rien n'était. Pourrait se fondre parmi les humains comme le ferait un tueur en série. Qui plus est, il ne laisserait pas de cadavre et à condition de la jouer fine, pourrait continuer d'être mercenaire... mais pourquoi faire ? Pour avoir des alliés ou de quoi s'en payer... et se venger de Death... il ne trouvait pas de meilleur objectif dans ses souvenirs. Par contre, il lui sembla bien que c'était ce village qui avait commandé la mort de l'épouvantail et pour le chemin du retour jusqu'au Q.G des mercenaires, il aura besoin de frauder. Cette idée ne lui paraissait pas tant compliqué... ce qui l'était bien plus... ce serait de se retenir de dévoré touts ses cœurs pris au piège d'une boite de métal avec lui à l'intérieur.
S'il n'était pas suffisamment rassasié de lumière pour le voyage, il allait probablement mourir d'un crash... mais pour l'instant, ça avait l'air d’aller, sa raison était encore là.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Noirâtre Acceptation
Féminin
Nombre de messages : 335
Age : 26
Date d'inscription : 22/06/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
562/650  (562/650)
Jeu 16 Fév 2017 - 19:30
L’introduction est pas mal. J’apprécie l’exploitation assez animale et intuitive du sans-coeur. On voit que ce n’est plus le même personnage, qu’il a changé et que ce n’est pas juste « Surkesh en plus ténébreux ». Non vraiment, je me suis dit en lisant que tu pourrais apporter une adaptation un peu plus proche du monstre que ce qu’on a vu jusqu’à présent.

Bon par contre, quelque chose qui me gêne vraiment beaucoup ici, et je viens juste de le voir dans un autre rp : tu te plantes tout le temps de temps. Genre tu passes continuellement du présent au passé simple. Sauf pour quelques exceptions genre énoncer des généralités, ou vouloir faire un récit sur deux temps bah c’est une erreur. Non vraiment ici, tu nous racontes les événements mais passant d’un temps à un autre sans raison. Tu n’es CLAIREMENT pas le seul sur ce forum à avoir ce problème, mais je trouve que dans la mesure où c’est une erreur qui pourrait être facilement éradiquée pour peu que tu fasses un automatisme dans ta tête de toujours te demander « et là qu’est-ce que je mets comme temps ? ». Si tu décides d’écrire au passé, ce sera soit l’imparfait ( vite fait action longue), soit le passé simple ( vite fait action brève), éventuellement le plus que parfait (pour ce qui est antérieur à l’instant décrit) parfois le conditionnel présent pour les « possibilités futures ». Si tu décides d’écrire au présent, ce sera le présent, bingo, c’est plus facile, et éventuellement le futur simple.

Bon c’est très simplifié mais voilà, si tu te renseignes un peu, que tu choisis un style (présent > < passé), et que tu te poses toujours la question de savoir « quel temps ? », tu ne devrais plus faire d’erreur.

Sinon, de façon globale, c’est comme je le disais un peu plus haut. Ce qui est vraiment positif, c’est le rapport avec la transformation. Le fait que Surkesh soit tellement obnubilé par son envie de chasser qu’il hésite entre ça et sauver sa peau, son obsession pour la chasse, le fait qu’il ne soit jamais rassasié longtemps, j’ai trouvé ça bien exploité, tu as bien pris le temps de le développer.

Le texte n’est pas mal écrit mais comme je te le disais, les erreurs que tu fais rendent la lecture par moment un peu fastidieuse.

Avancé : 30 points d'expérience + 350 munnies (dont un bonus de 50) + 3 PS en défense
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?