Derniers sujets
» Loué soit Son nom
par Cypher Aujourd'hui à 0:12

» Tombe la chemise
par Roxas Aujourd'hui à 0:01

» Nouvelle approche
par Rufus Shinra Hier à 23:11

» Une balade dans les étoiles [Roll20 Starfinder]
par Shadow Hier à 22:53

» Le pire des mercenaires
par Lenore Hier à 21:43

» Tombent les cartes
par Chen Stormstout Hier à 20:55

» Tombent les masques
par Death Hier à 17:08

» Contrats - Demande de Mission
par Lenore Hier à 16:36

» Pour un peu de bien
par Agon Wiley Hier à 6:07

» L'âme d'un chercheur
par D.Va Jeu 19 Oct 2017 - 22:38

» Que tombe la foudre!
par Chen Stormstout Jeu 19 Oct 2017 - 19:18

» Attaque Nocturne
par Surkesh Jeu 19 Oct 2017 - 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Jeu 19 Oct 2017 - 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Jeu 19 Oct 2017 - 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Jeu 19 Oct 2017 - 11:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Armer les innocents
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Clé du Destin
Masculin
Nombre de messages : 1022
Age : 21
Localisation : Château Disney
Date d'inscription : 25/06/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3559/3500  (3559/3500)
Dim 22 Jan 2017 - 16:07
Putain.... c'est... lourd...

Je me traînais de fou avec les cinquante mille flingues que Pablo m'avait refilé. Pour que ce soir moins chiant à transporter, je les avais mis dans ma poche intérieure.. mais j'étais à des années lumières de penser que ça serait aussi lourd. Je galérais à mettre un pas devant l'autre. Au début, ça allait c'était lourd mais sans plus. Maintenant, chaque pas était un vrai calvaire.

Je déambulais dans la forêt depuis peut-être quatre heures en dézinguant la moitié de la faune qui venait essayer de me bouffer. Je suais comme c'était pas possible, à tel point que je me demandais si mon armure pouvait rouiller, mais heureusement j'avais pris une bouteille d'eau ! Bon, elle était vide maintenant et j'avais toujours soif, mais ça m'avait permis de tenir pas mal de temps. Et puis y'avait ce glandu qui me pistait depuis une heure et demie. Il se planquait bien mais je sentais sa présence, alors ça servait un peu à rien. J'aurais bien voulu lui dire, mais ça avait l'air de lui faire plaisir et puis... je parlais pas leur langue d'façon.

Finalement, j'ai commencé à apercevoir le village des indiens après une après-midi de marche. J'étais content d'être arrivé, mais j'étais claqué. C'est d'ailleurs ce moment là que le gars qui me filait depuis quatre heures à choisi pour bander son arc à la con et d'essayer de me tirer dessus. Puisant dans le peu de forces que j'avais en stock, j'ai intercepté la flèche en l'attrapant et je l'ai cassée avant de me tourner vers lui et de l'engueuler.


Mec, je galère déjà assez comme ça, t'es pas obligé d'en rajouter !

Puis là, ébauche de plan ! Il allait me servir de contact ! J'ai pris une pierre sur le sol, et je lui ai lancé dessus. Je l'ai lancée tellement fort qu'il a pas pu l'esquiver et qu'il se l'est prise en pleine poire. J'ai cour... trottiné jusqu'à lui et je l'ai choppé par les cheveux. Il a gueulé et à commencé à se débattre, alors j'ai d'abord posé ma main sur sa bouche avant de prendre un air menaçant. Putain, je comprenais rien à ce qu'il disait. Déjà parce que je parlais pas sa langue, et surtout parce que y'avait ma main.

Calmes-toi. Tout doux, mec. Respire, ça va aller.

Comme pour essayer de le rassurer ou quoi, je lui ai soigné ses blessures. Mais genre pas vite fait quoi, j'ai poussé le truc assez fort pour qu'il se sente bien, que l'aura de ma magie lui fasse se dire « Ouais ok, ça va il est cool ». Bon... Ça a marché moyen en fait, il a bien pigé que je le soignais ça pas de soucis, mais je venais de lui balancer une pierre dans la gueule alors ben forcément, le mec était paumé, il comprenait pas trop.

Moi être de métal. Moi ami de ton peuple.

Il comprenait rien c'était chiant. Heureusement, j'avais fait des dessins ! J'ai pris l'un d'eux où il était représenté un indien, moi et un colon. Sur mon dessin, j'étais à côté de l'indien en train de l'aider à repousser le colon. Pour appuyer tout ça, j'ai même pris le dos de sa main et je l'ai caressé. C'était vachement gay, mais fallait qu'il comprenne que j'étais pas méchant.

Ça a duré une bonne heure comme ça, où je lui montrais mes dessins et où il commençait à piger, lentement. Puis j'ai sorti l'une des armes et je lui ai donné. Il m'a regardé bizarrement quand je l'ai sortie de ma poche intérieure, mais il l'a accepté sans trop faire de chichi.


Ça, plus efficace que arc nul. Ok ? Ça tirer fort, tuer facilement. Connards utiliser ça, toi reconnaître ?

J'ai essayé de mimer tout ce que je pouvais pour lui faire comprendre, mais finalement, j'ai invoqué une autre arme. A nouveau, j'ai caressé le dos de sa main avant de poser le dessin au sol et de tirer sur le colon. Il m'a regardé en hochant la tête et en prononçant des trucs bizarres.

Ouais, enfin... je pige pas, laisse tomber. Enfin, j'ai tout ça pour toi.

J'ai invoqué toutes les armes que j'avais stocké. Il m'a regardé avec de grands yeux ronds. J'ai ensuite sorti un dernier dessin avec plein d'indiens et des colons, et j'ai essayé de lui faire comprendre que je donnais ça à son peuple pour qu'il se défende. Je sais pas si j'ai réussi, mais il en a pris plein dans ses mains et m'a fait signe de le suivre. C'était peut-être ma carte d'entrée.

Je l'ai suivi, remettant les armes dans ma poche intérieure et on a traversé le peu de forêt qui nous séparait de son village. Quand on est arrivés, c'était cool. Y'avait de la musique et tout, c'était méga cool ! Mais je me suis aussi fait braquer par une vingtaine d'archers à poil. Mon contact à commencé à se faire engueuler, mais ça s'est calmé quand il a montré mes dessins. Il m'a donné sa main pour que je la caresse, à pris un flingue, et a tiré dans le colon dessiné. Il a continué sa démonstration en tapant des mains et tout, puis j'ai finalement décidé de tout lâcher par terre.

Toutes les armes que Pablo m'avait filé étaient étalées sur le sol devant les indiens qui s'en saisissaient. L'un d'eux à pris un lance roquette, j'suis intervenu immédiatement. De mon psychisme, je l'ai ramené à moi sous leurs regards ébahis.


Ça gros boum boum. Pas utiliser trop près.


Puis merde, une démo, ça coûtait rien. J'ai pris le lance roquette, j'ai visé l'horizon et zoum, la roquette à filé et a explosé. Les indiens ont eu peur, mais ils ont finalement compris que je voulais leur dire de faire gaffe. Tant mieux.

L'indien qui m'avait servi de contact s'est approché de moi et, avec la pointe d'une flèche, s'est entaillé le bras. Il m'a fait des signes en me montrant sa blessures et j'ai compris ce qu'il attendait de moi. Aidé de gestes cérémonieux, j'ai levé le bras de l'indien, et j'ai refermé sa plaie à l'aide de ma magie. Cette fois-ci, c'est un autre mec qui s'est pointé. Il avait l'air un peu chaman, et faisait tournoyer des boules de feu autour de lui. Ça devait le sage vodoo du village ou je sais pas trop quoi, mais hé... Je me suis pas dégonflé ! J'ai moi aussi invoqué trois méga grosses boules de feu que j'ai fait graviter autour de moi. Il avait l'air con lui maintenant avec ses trois pétards de merde là.


Moi aider gentils indiens. Moi pas aimer colons. Moi avoir détruit village colon.

Je suis pas sûr que c'était necessaire de faire une démo. De toutes façons, mon sort de feu était assez représentatif et puis ils passaient leur temps dans la forêt à mater ce qu'il s'y passait alors bon... Ils devaient avoir pigé que c'était moi.

Celui qui semblait être le chef de la tribu m'a, je crois, dit son nom. Alors, ça sonnait pas moche, mais j'étais juste incapable de le redire. Il m'a aussi présenté deux trois autres mecs à côté de lui qui semblaient être importants avant de me dire un truc qui avait un ton interrogateur. Il devait me demander qui j'étais. Naturellement, je lui ai répondu que je m'appelais...


Natsu !

Alors, j'étais pas méga sûr de mon coup là. Mais si jamais ça foirait et qu'ils se faisaient capturer... mettons par le Consulat... ça pourrait foutre la merde entre les deux camps. Et ça, ça serait rigolo à regarder. Enfin, toujours était-il qu'ils avaient leurs armes, que j'avais fait ce que j'avais à faire et qu'il fallait que je trouve une ouverture pour me barrer d'ici. Ils étaient sympas hein, mais j'avais pas envie de rester pour le repas, tout ça. T'sais, c'est toujours cette situation, t'es chez un pote et tout, ça se passe pas trop mal mais tu sens que le mec veut que tu restes. Sauf que toi t'as a faire ailleurs, du coup c'est chiant. Ou alors, ça allait être moi le repas. Et j'avais pas trop trop envie de tous les défoncer d'un coup.

Bon, par contre, je vais devoir y aller les gars ! Prenez soin de vous, je reviendrai vous aider !

Sans qu'ils aient le temps d'en placer une, j'ai invoqué Bahamut, j'ai caressé le dos de la main de mon pote indien, et j'me suis barré à dos de dragon, rejoignant les cieux et sautant de son dos une fois hors de leur vue. Je retournai à mon vaisseau et pris finalement la route du Château Disney, histoire de m'accorder un repos quand même bien mérité.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HYMNE DU SALUT DES INNOCENTS
» Faut-il armer la police municipale ?
» Emeute : Divertissement populaire donné pour des militaires par des spectateurs innocents...ou pas...
» Aux Innocents Les Mains Pleines...
» FILOU CANICHE ABRICOT 4 ANS LES PETITS INNOCENTS FA 27/11