Derniers sujets
» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Aujourd'hui à 13:41

» A l'abordage !
par Chen Stormstout Aujourd'hui à 11:03

» En ligne de mire
par Cypher Aujourd'hui à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Aujourd'hui à 0:10

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Hier à 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Mer 13 Déc 2017 - 12:23


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Les complications d’une cueillette aux champignons rudimentaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Héritière perdue
Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 22
Date d'inscription : 08/12/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
35/650  (35/650)
Dim 8 Jan 2017 - 3:36




Les complications d’une cueillette aux champignons rudimentaire



Mémoire du renouveau d’Arturia Pendragon
Chapitre 3
Ma première mission


J’étais à peine sortie de ma stase qu’on m’envoyait en mission à l’étranger. Je ne pouvais pas me plaindre, c’est moi qui ai demandé une tâche pour prouver ma valeur. On m’envoyait sur Oerba. C’était un nom qui m’était totalement inconnu.  Il me fallait donc combler le manque d’informations.

Quand Angeal me laissa avec mon ordre de mission et de l’argent pour mon aller-retour, je me dirigeai vers le seul endroit qu’on m’avait indiqué et qu’il me paraissait logique de trouver des indications sur le monde qu’on me demandait d’explorer, le centre d’information. Je suivis minutieusement le chemin que m’indiqua l’un des gardes du château du Domaine Enchanté, bien que j’aie failli me perdre au moins une fois.

En rentrant dans la pièce, je fus ébahie par la grandeur de la collection de livres qu’elle contenait. Bien que j’aie l’habitude de la vie dans pareil bâtisse, je n’avais pas imaginé qu’on y placerait une bibliothèque de cette envergure. J’attendis patiemment mon tour jusqu’à ce qu’un des tenanciers vienne m’appeler. Je lui demandai des renseignements sur Oerba, ce qu’il pouvait me dire sur ce qu’il m’attendait là-bas. Je fus surprise quand on m’indiqua quelques détails vagues sur ce monde. Les monstres habitaient cette contrée. Je n’avais plus qu’à me débrouiller avec mes compétences de survie. Je demandai aussi à voir l’émission du dénommé Bear Grylls à propos des champignons.

Je sortis de cette pièce avec beaucoup de questions en tête. Je demandai qu’on me remette un sac pour contenir les fongus. Une fois en ma possession, je me dirigeai vers les transports Shin-ra. En sortant du château, je pris la direction du village contenu dans l’enceinte fortifiée. J’avais aussi l’habitude de ce genre de bourg, mais retomber dans ce genre de construction me rappelait tant de souvenirs, parfois douloureux, parfois joyeux. Mais, j’avais pris la décision de faire face à toute cette situation.  Je déambulai un peu dans les rues de la cité, retrouvant parfois des choses familières comme un forgeron, un drapier, une friperie, et plein d’autres échoppes similaires.

Le bâtiment de la Shin-ra me parut imposant de l’extérieure, mais encore plus de l’intérieure. Ca n’avait rien avoir avec l’ambiance de ce monde. Tout paraissait plus moderne, comme au Jardin Radieux. Il y avait foule ce jour-là, le bruit était partout.  Je n’avais jamais pris un transport en commun au paravent, je me trouvai vite perdue dans toute cette installation. Je fus extrêmement contente quand un membre du personnel vint s’occuper de moi.

-Bonjour mademoiselle ! dit l’homme souriant. Puis-je vous aider ? Vous me semblez perdue.
- Effectivement. Je dois prendre un trajet jusqu’Oerba, mais je ne sais pas quoi faire. Voyez, c’est la première fois pour moi.
-Oh, mais bien sûr ! On voit tout les jours des nouveaux utilisateurs de nos vaisseaux en commun. D’abord, il vous faut prendre un ticket à l’un de nos guichets ou auprès d’une de nos bornes automatiques. Ensuite, si vous allez là-bas, il faut aller au quai numéro 13.
- Je vous remercie, m’exclamai-je.
-C’est moi qui vous remercie de faire confiance à la compagnie Shin-ra pour vous conduire en toute sécurité, là où vous le désirez ! Bonne journée.


Je regardai autour de moi et constatai qu’il y avait beaucoup de monde au guichet. Je fis donc ce que cet homme m’expliqua en allant vers la borne et en y déposant la somme demandée, soit cent vingt-cinq munnies. Le transporteur devait partir dans les cinq minutes, je me dirigeai donc rapidement sur le pont d’embarcation. Il y avait peu de gens avec moi dans l’appareil. Autant ne dire personne. Le voyage se fit sans réelle complication, quelques astéroïdes à éviter çà et là. Il dura plus ou moins une demi-heure. Une demi-heure à être assise perdue dans mes pensées. Nous atterrîmes en haut d’un pic rocheux d’Oerba. Le port était aussi dans une ambiance moderne, mais encore bien différente de celle du Sanctum. On m’indiqua qu’il y avait des téléphériques gratuits pour descendre dans la plaine et de là je pourrai rejoindre la forêt. Dans la cabine, j’arrivai à distinguer au loin les longues étendues d’arbre, là où je devais me rendre. Il me faudra bien une heure avant d’y arriver.

Une fois sur les vastes landes de se monde, je me mis en marche vers le nord, vers ma mission. Que fus-je bête d’avoir pensé que mon périple se ferait sans trop de danger. Il ne fallut pas dix minutes avant qu’un des monstres de l’endroit ne vienne m’attaquer. Il s’agissait d’un humanoïde de près de deux mètres et demi. Son corps était totalement difforme. Sa peau était de roche. Une pierre rouge était incrustée dans son torse et présentait d’étranges symboles autour. Sa tête était quasi recouverte par la pierre de sa chair, ses bras et ses mains étaient immenses et incruster de roc épais. Il marcha vers moi d’un pas décidé, mais maladroit, supporter tout ce poids devait être difficile. Je ne pouvais pas compter sur ma vitesse pour échapper à cette ignominie, seulement sur ma force et ma défense.

Je sortis d’un geste ma lame, dont le fourreau apparut sur mes hanches, et mon bouclier de l’espace immatériel où elle réside et m’apprêtai à affronter cette créature. Il abattit son imposant bras dans ma direction. Je parai d’un coup d’écu et contre-attaqua d’une estafilade sur le flan du monstre. Mais, mal me prit. En rencontrant la roche, mon arme s’émoussa légèrement. Je ne pouvais décemment pas combattre de manière vraiment physique, il me fallait utiliser la magie. Il m’asséna quelques assauts que je ne pus parer. Mon armure encaissa la majorité des dommages, mais je sentais déjà mon propre corps souffrir. Je me reculai vivement de la créature pour prendre quelques instants afin d’utiliser un sortilège de protection destiné à renforcer ma résistance physique. Me concentrant un bref moment, mon plastron se parsema d’une lueur bleu clair, m’indiquant que mon sort était actif. D’un glissement de toi sur le fil de mon épée, j’imprégnai ma lame de glace et la lançai comme un boomerang. Visiblement, cet élément eut de l’effet sur cette créature. Son bras droit gisait désormais à terre quand mon épée revenue dans ma main. Pourtant le monstre se remit à marcher vers moi. Il m’attaqua de plus belle, m’infligeant d’autres blessures.

Je le bloquai dans la glace au niveau de ses jambes pour réfléchir à la marge à suivre. Je m’éloignai encore un peu de ce bougre et l’inondai de glace. Sa pierre commença à se fissurer par endroit. Bien, il fallait l’achever maintenant. Mais comment ? Une idée me vint rapidement. Il se débattit un peu pour se sortir de sa prison hivernale et une fois qu’il s’en délivra il rechargea. Je profitai du fait qu’il levait son bras restant pour venir me coller à lui et, apposant mes mains sur sa poitrine, insufflai dans sa carcasse un sortilège de feu. L’implosion fit éclater sa roche en mille morceaux. Je révoquai mes armes après cela.

Enfin, c'en fut fini de cette créature hideuse. Comment diable avait-on pus m’envoyer jusqu’ici pour une première mission ?  Enfin, si j’en revenais indemne, j’espérerais avoir une bonne place au sein des paladins du Sanctum. Je pris quelques instants pour reprendre mon souffle et mes esprits. Si tous les monstres sont aussi fort que ça ici, voire plus, je ne donnais pas cher de ma peau. Il fallait que je sois extrêmement prudente. Les tremblements dont la terre fut secouée à l’instant m’indiquèrent qu’une grosse créature était en approche. Je ne devais pas m’attarder là. Je me remis en route rapidement vers ma destination, mais en me retournant quelle ne fut pas ma surprise quand j’aperçus une créature au loin d’au moins quatre bons mètres de haut.

Le reste de mon trajet se passa sans trop de danger. Je dus éviter plusieurs créatures, ce qui détourna légèrement ma route. La forêt s’étendait à perte de vue face à moi. Les arbres étaient assez espacés les uns des autres, mais pas assez pour en voir le bout. J’y pénétrai en espérant avoir une cueillette tranquille. Mais que nenni. Il me fallut dix minutes pour tomber sur la première culture de champignon décrit par Bear Grylls. Je les ouvris tous en deux avant de les jeter en constatant que ce n’étaient pas les bons. Cela allait me prendre plus de temps que je l’avais escompté. Je fus vite interrompue par une harde de gros moustiques rose à quatre pattes. Plus d’une fois, j’ai pensé que ma vie allait s’arrêter là. J’ai dû user de quasi toute ma réserve magique et une grande partie de mon endurance physique et il me fallut suer sang et eau pour en venir à bout.

J’étais exténuée. Je n’avais qu’une envie, c’était d’un peu de repos. Malgré l’ombre qui émanait de l’épaisse verdure, je parvins à comprendre qu’il se faisait déjà tard. Le soleil allait bientôt se coucher. Il fallait que je fasse un feu, afin d’éloigner les éventuels prédateurs de la forêt. Je partis donc à la recherche de bois et d’herbe séchée. Quel ne fut pas mon bonheur quand je suis tombé sur une colonie de champignon curatif. Je les ai tous mis dans ma besace. Il devait y en avoir pour un bon kilo. Je trouvai ensuite rapidement tout ce dont j’avais besoin. Je me mis alors en quête d’un endroit à l’abri. Un petit amas rocheux fit ma satisfaction. Le feu ne fut pas difficile à faire, quelques minutes tout au plus, le temps de disposer les divers éléments et d’utiliser mes dernières ressources pour allumer les brindilles. Je n’avais rien à manger et n’avais vu aucune bête pouvant vraiment me nourrir. Je pris donc la décision de jeûner. Le sommeil me trouva difficilement, la froideur de la forêt et le peu de chaleur que m’apportaient les flammes rendirent le processus d’endormissement bien difficile. Mais je finis par trouver les bras de Morphée, mais que d’un seul œil.

La nuit fut pénible et peu revigorante. Plus d’une fois, les divers bruits qui parsemaient les arbres me réveillèrent, j’en profitai pour raviver le feu et essayai ensuite de me rendormir. Une fois, j’ai même dû lutter. De drôle de bestioles dans des coquillages sont venu m’agresser. J’ai dû me saisir d’une branche en feu pour arriver à les faire partir.

À mon réveil, j’éteignis avec de la poussière et me mis sur le chemin du retour. J’avais récupéré un peu, mais pas totalement. Quittez la forêt me prit le double du temps que celui que j’avais pris pour y entrer. Je n’imaginai même pas la traversée de la plaine. J’avançai prudemment. Deux heures, il me fallut tout ce temps  pour arriver en vue de la station Shin-ra. Seulement, mon calvaire n’était pas fini. La bête de quatre mètres fut sur mes traces et le pire c’était qu’il m’avait rattrapé rapidement. J’essayai de le distancer en courant, mais une énorme baffe de sa main droite m’envoya valser à au moins vingt mètres de là où je me trouvais. Je me relevai et fus pris d’une vive douleur sur mon flanc gauche. Je sentais que j’avais quelques côtes cassées.  Je marchai avec moins de facilité qu’il y a trente secondes.  Mon armure me gênait beaucoup. Je pris donc sur moi et l’envoyai dans le même plan qui contenait mon épée et mon bouclier. Je courus à toutes jambes vers la station. Je l’entendais marcher distinctement vers moi.

Une joie immense s’empara de moi quand j’atteignis le téléphérique avant que le monstre ne m’atteigne et que je fusse tout en haut du pic. Cependant, la compagnie devrait réparer son installation pour atteindre les plaines dans les semaines qui viennent. Le monstre l’avait détruit en essayant de m’attraper avec la nacelle. Je revenais enfin vers un monde civilisé, indemne, mais pas sans blessure. Merci qui que tu sois qui veille sur moi.














avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ainé des Surhommes
Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 27
Date d'inscription : 04/09/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
239/350  (239/350)
Dim 8 Jan 2017 - 18:12
Alors ! La mission n'est pas mauvaise, elle est même plutôt pas mal et j'estime qu'au fond, t'en donner une aussi difficile dès le départ n'était peut-être pas une bonne idée mais c'est de ma faute.

Je vais commencer par un point positif qui est le déroulement général de la mission, autrement dit, ce qu'il s'y passe du début à la fin. J'ai été plutôt content, on sent que tu cherches à retranscrire la rudesse de ce monde et on y sent bien un petit côté survie, une notion qu'on ne peut éviter quand on est à Oerba. En plus de ça, on a le droit à Arturia qui affectionne le Domaine Enchantée puisqu'il lui rappelle un environnement qui n'est pas dépaysant... elle arrive ensuite au transport Shinra puis Oerba et c'est déjà un peu plus dépaysant. Pour le coup du téléphérique, soit tu as vu ça dans une autre mission et je te salue de d'être informé... soit tu as sortis de ton chapeau et l'idée est cool ! Tu prends la peine de nous sortir un déroulement logique et cohérent, sans ellipse ou sans être directement à Oerba dès le départ. C'est toujours appréciable pour un lecteur qui ne sait rien de comprendre ce que le personnage fait là et pourquoi... on a une continuité, notamment en rapport avec la bibliothèque.

Je reviendrais sur une critique tout aussi générale à la fin... mais on arrive à Oerba et tu tombes sur le premier monstre. Soit il est inventé et ce n'est pas un mal, soit il existe déjà mais je ne l'ai pas trop connu. Un golem de pierre incrusté de pierre rouge !

En fait, on en vient direct à cette critique générale... de toi, je connais que Abigail, n'ayant jamais lu Samus ou alors très brièvement dans son rp à Sheerwood. Les descriptions sont... autant, tu décris bien le déroulement et la suite des faits... mais pas vraiment les faits en eux-mêmes. Notamment le golem, je comprends bien que c'est un monstre de pierre incrusté de pierre rouge qui, grosso modo, est aussi peu mobile que toi et j'ai plutôt bien compris le combat.

Tu vois... les descriptions sont cruelles... trop de descriptions et ça casse le rythme, on sera dans la contemplation, non dans l'action. Pas assez, on ne se représente pas assez la scène, on est pas vraiment dedans non plus... après, hormis le "un glissement de toi" (glissement de main ?^^) on comprend quand même bien ce qu'il se passe. Pour t'expliquer bien ce que je veux dire...

Citation :
Je le bloquai dans la glace au niveau de ses jambes pour réfléchir à la marge à suivre. Je m’éloignai encore un peu de ce bougre et l’inondai de glace. Sa pierre commença à se fissurer par endroit. Bien, il fallait l’achever maintenant. Mais comment ?

Désolé mais je vois pas du tout comment Arturia s'y prend là ! Ah si, elle enchaine des sorts de glaciers, soit... glacier, glacier + ou ++ ? La glace nait directement sur son corps où y a des projectiles ? Quid des incantations obligatoire pour un sort ? J'ai très bien compris le déroulement des faits... mais j'étais pas dans l'action à ce moment là ! J'avais l'impression d'être Angeal qui lit directement le rapport d'Arturia et ce fut le cas durant presque toute la mission.

Pour la magie, faut se mettre en tête que c'est une arme et je te cite encore.

Citation :
Il abattit son imposant bras dans ma direction. Je parai d’un coup d’écu et contre-attaqua d’une estafilade sur le flan du monstre. Mais, mal me prit. En rencontrant la roche, mon arme s’émoussa légèrement.

Pour comparer avec la manière dont tu décris la magie... si tu décrivais le combat de la même manière, ça donnerait plus ou moins ça : Je bloque et contre-attaque.

Alors, je salue l'effort pour mettre en exergue les points faibles de ton personnages mais à ce niveau-là, j'ai quelques remarques. Ce ne sont pas tant des abus que des incompréhensions, selon moi. Pour briser la pierre d'un coup et en y allant quand même avec le cœur, il faut quarante en force pour briser un bon bloc de pierre... à trente en force, j'estime qu'on peut briser la pierre en s'acharnant dessus. Je comprends bien que la glace le fragilise mais tout de même ! Tu aurais dû plus peiner pour lui couper le bras même avec frappe glaciale... mais on va dire que tu l'as bien amoché avec des sorts de glaces. Puis tu l'achèves d'un bon gros brasier (que j'estime ++ et contre de la pierre, je sais pas trop... mais allez, on est dans un esprit final fantasy on va dire que ça passe).

Outre des descriptions de l'action qu'on peut trouver un peu rapide ou/et simple, ça n'empêche pas la compréhension... mais nuit un peu à l'immersion. Outre ça, j'ai remarqué une... froideur à ton rp. Au niveau des émotions et du ressenti. Pourtant, toi qui te réveille d'un long sommeil (plus ou moins, on va pas jouer sur les mots) tu débarques de nulle au domaine qui t'es plutôt familier... pour ensuite te retrouver à Oerba... et j'aurais imaginé Arturia un peu plus prise pas les émotions ! Sans même parler des émotions, je parle de ressenti, de peur, de surprise et autres... les actions s’enchaine, on a parfois presque l'impression qu'Arturia est un simili ^^

Une joie immense t'envahit quand tu quittes le monde... la nuit est éprouvante et peu revigorante... mais on ne le ressent pas vraiment, on le sait juste parce que tu nous le dis. Mon conseil avec Arturia sera que tu essayes d'y mettre les formes et d'y mettre du cœur. On a beaucoup d’éléments dans ta mission mais le plus développé c'est le combat avec le golem... qui est pas mal mais... le combat avec le golem est bien plus détaillé que t'as nuit passé, que la cueillette en elle-même ou que deux heures passés dans les plaines.

A mon sens, si on passe un quart d'heure dans les plaines sans rien croiser d'hostile, c'est signe qu'il faut jouer au loto ^^ Y a le gros monstre aussi ! L'idée est super cool, je crois comprendre qu'il t'a traqué le bestiau... mais punaise, à quoi il ressemble... ? La mission est sympa, faut que tu lises ce commentaire en disant que c'est naze, ça ne l'est pas mais il faut travailler tes descriptions... pour que le lecteur ressente ce qu'endure Arturia ! Le ressenti, ouep, face aux monstres comme au décor d'Oerba... donc voilà. Alors oui, même là, je me sens de rajouter qu'on ne sent pas assez les blessures et la fatigue d'Arturia et comment ça impacte sa mission... mais c'est une foule de détails qui manque en fait. Personne ne pense à tout mais pour résumez mon commentaire : plus de ressenti, plus de détails et plus de descriptions ! (Après, si dans une autre mission je viens te dire qu'il y a beaucoup trop de descriptions... ben... désolée, y a un équilibre à trouver ^^")

Difficile : 35 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS... hum... 1 en défense pour les quelques coups reçu, 2 en magie et 1 en vitesse (pressée de partir ? Smile)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme on cueille des champignons [Celanyth, Logan, Ysabella]
» Cueillette... ( pv Keiko )
» Patrouille des champignons
» un atlas des champignons
» Fête de la pomme, du miel et des champignons