Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Hier à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Hier à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Jeu 16 Nov 2017 - 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Jeu 16 Nov 2017 - 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Jeu 16 Nov 2017 - 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Une journée habillée comme un sac !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Lapin
Masculin
Nombre de messages : 53
Age : 24
Localisation : Vaisseau-mère
Date d'inscription : 30/12/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
267/400  (267/400)
Mer 4 Jan 2017 - 1:24
« Coucou, c’est D.Va ! » Dis-je avec un sourire à la caméra. Je ne suis plus dans ma combinaison mais j’ai encore mieux, une blouse de patient ! Je suis couchée sur mon lit dans la clinique du vaisseau-mère, entourée d’une multitude d’autres lits, pour la plupart occupés ! Tant pis, c’est pas comme s’ils avaient mieux à faire que de m’écouter ! Rien qu’un jour passé ici et je m’ennuie. « Regardez ça comme je suis cabossée, les amis ! » Je pointe l’objectif vers une petite coupure au cou recouverte d’un pansement, vers des bleus sur mon bras gauche. « Si vous voyiez mes côtes... » dis-je en riant d’excitation. « Rien à faire ! » Je regarde la caméra avec un air déterminé. « J’ai réussi ma première mission, je suis trop fière de moi. J’avais super peur que Shinra me gronde pour une raison ou une autre mais non, il est suuuper sympa !  Il m’a déjà donné quelque chose à faire ! » Un quelque chose beaucoup plus dans mes cordes. J’ai acquiescé quand il m’a parlé de mon statut de soldat qui fait que j’ai davantage envie d’être dans l’action que dans le calme mais… allez… Sérieusement ? « Au fait, je suis navrée, j’ai pris plus de temps que prévu pour uploader la vidéo au Colisée. Il a fallu que je monte tout ça et… » Je montre mon bras droit à la caméra, complètement plâtré. « Avec un seul bras, c’est difficulté extrême ! » Je repose mon bras contre le lit, fais une moue songeuse, détourne légèrement le regard de la caméra pour regarder les autres patients. Certains ont l’air dans un sale état ! « Dans une semaine, ça devrait aller, m’a-t-on dit. Ici, les médecins et les infirmiers slash infirmières font du super boulot ! Ils ont un monde fou à soigner non-stop, H24 et ils gèrent comme des pros ! Bon allez, je m’habille… Et je pars faire ma mission ! Aujourd’hui, que des Vlogs, je filme un peu durant toute la journée et cette aprèm, je fais le montage. Cette vidéo-ci, je la mets directement en ligne. L’autre avec toute ma journée, je pense que je posterai ça vers… 17h00. Allez, bisous ! »

J’éteins la caméra ! Aujourd’hui… tant pis pour la forme, je me la joue décontractée ! J’ai un bras dans le plâtre donc… je vais certainement pas porter ma combi, d’ailleurs je sais même pas si j’arriverais à l’enfiler ! Je me relaisse tomber sur mon oreiller. Pour la tenue, on va la jouer mignon, je pense. Pas de décolleté ou… si ?
Mince. Rien à faire, mon agent est doué pour ça! Pour l’instant, j’ai aucun moyen de le contacter dans mon vaisseau où il va jamais être admis. Bon ! Après je vais pas le faire se déplacer pour choisir mes vêtements…
Je me lève finalement et tire les rideaux qui me cachent des autres compartiments avant de me changer avec l’espèce de pyjama prévu par la clinique. Ouh… Moi qui me plaignais hier du regard des gens dans les couloirs à la vue de ma combinaison. Là je vais devoir… traverser le vaisseau-mère comme ça ? Pour atteindre ma chambre ? Super géniale ! Allez, plus vite c’est fait, Hana, plus vite tu seras dans une jolie tenue pas beaucoup plus adaptée !

Je me grouille de sortir de la clinique et d’accéder à un des cent-soixante-mille ascenseurs du vaisseau. Et faut que j’en traverse pas moins de trois avant d’accéder à ma chambre. Je dois être… écarlate pendant toute la durée du trajet et… pitié. Pitié que personne ne reconnaisse celle qui se promenait dans sa tenue moulante la veille !

J’arrive finalement dans le couloir où se trouve ma chambre. Bon. Tu n’as pas toujours très envie mais là, une vidéo s’impose. Je sors ma caméra, l’allume, filme légèrement ma tenue.
« Glam, pas vrai ? C’est ma nouvelle combinaison. » dis-je en plaisantant et en avançant dans les couloirs, le bras tendu devant moi en train de me filmer. « Je… vais… peut-être découvrir mes colloc’s maintenant. Je dois passer dans ma chambre pour me changer. » Je fais une grimace à la caméra. Je détourne les yeux pour chercher mon numéro de chambre, pas encore très habituée. « Ici. C’est ici. » Je filme mon numéro de chambre et toque à la porte, un peu craintive. « J’espère qu’elles sont sympas. » murmuré-je.

« Entrez. » Je prends une inspiration. Une voix claire mais un peu sèche… J’ouvre la porte et vois au milieu de la chambre un soldat. Enfin… Une personne en tenue classique, uniforme, genouillères et épaulières en acier ainsi qu’un casque à peine flippant avec trois yeux rouges qui… bref ! « Je... » Je regarde le numéro de la chambre avant toute chose, tiens. Non c’est… c’est bien ici. « Qui êtes-vous ? » dit une voix féminine, la même que tout à l’heure, oui c’est logique, D.Va ! Je continue de filmer devant moi et… baisse mes yeux sur la caméra, à la recherche d’une poitrine ou de formes pouvant me rassurer sur l’image. Ah… Ah oui un peu ! Mais mon vis-à-vis fait bien un bon mètre quatre-vingt et est plutôt large d’épaules.

« A… Hana ! Je… »

« Ah, on se partage la chambre. » La personne lève ses deux gros bras et retire son casque, dévoilant son visage et des cheveux… rasés ? Ou quasi. Mais je souris légèrement quand je vois qu’elle a quand même un visage assez doux. Elle me tend une main que je serre maladroitement de la main gauche après avoir logé ma caméra entre les doigts limités de ma main gauche. « Liza. Tu... » Elle paraît hésiter. Un sourire se dessine sur ses lèvres alors que je reste assez intimidée. « Tu filmes, là ? »


Bon D.Va, c’est quoi ça ?
Un sourire coupable s’affiche sur mon visage.


« Oui, enfin… Si ça ne te dérange pas ! Je fais des vidéos et y a des milliers de gens qui me suivent. D.Va, c’est… mon pseudo ! »

« Ton pseudo ? » Elle n’a pas l’air de comprendre mais hausse les épaules. « Non t’inquiètes, je m’en fiche. Moi j’ai tendance à rentrer à des heures pas possible, complètement saoule, donc… Tu pourras pas plus énerver les deux autres avec ta caméra que moi. » Je rigole à sa plaisanterie ! Quand même… sans complexe, la fille ! Dire ça devant une caméra alors que je lui ai dit que j’étais suivie par plein de gens !

« Bon faut pas que je traîne, j’ai une mission d’escorte à Agrabah. Tu me raconteras l’histoire de ce plâtre »

« Ah oui moi aussi, je suis pas en avance ! Enchantée de faire ta rencontre, Liza ! » Je tourne ma caméra vers moi, lui fais un petit clin d’œil et l’éteins.. Je me dirige vers mon lit, une couchette du haut dans cette chambre de quatre. J’y ai laissé mes sacs. J’en ouvre un et prends de quoi. Quand j’ai fini de faire mon choix, par chance, Liza est déjà partie. Ouf ! Elle a l’air super et j’ai entendu dire qu’à la Shinra, il fallait pas être trop pudique. Mais voilà, un petit temps d’adaptation, c’est sympa aussi.

Quelques minutes plus tard, je suis habillée d’un short m’arrivant quelques centimètres en-dessous des fesses et d’un pull à capuche super large, bordeaux, sans rien en-dessous sinon un soutien-gorge, pour pouvoir passer mon plâtre dans la manche sans trop de difficultés. J’aimerais bien me faire un chignon mais avec une seule main c’est mission impossible. Tant pis.

Je me dirige vers l’endroit qu’on m’a désigné. Sur le chemin, je me trouve un endroit tranquille, un couloir pour le coup, pour me filmer sans montrer des choses délicates sur la shinra.
« Alors, je vous explique. Super grand projet pour la Shinra, il nous faut des jolies serveuses, des hôtesses, des croupiers, vous voyez le genre ? Comme j’ai le poignet en compote et qu’il me trouve cool avec les gens… » Je hausse les sourcils l’air impressionné et flatté. « il m’a choisie très personnellement pour gérer le recrutement ! Là je vais en salle de conférence, je… sais pas trop pourquoi ils font ça là mais enfin. Je vais filmer mes entretiens et je dirai que c’est pour les archives de la shinra ! Je rallumerai quand j’y serai. »

Je m’y dirige en sautillant, exhibant mon plâtre, histoire de prouver que c’est normal que je sois habillée comme une ado. J’arrive dans la salle et oula… Sur les rangées de siège devant une estrade, je vois pas moins d’une trentaine de participants. Ils me regardent avec de grands yeux.
Je vous disais quoi ? Les vêtements. Toujours les vêtements. Non mais ils vont me laisser tranquille ! Ils sont tous… super bien habillés, super chics, c’est impressionnant ! J’allume ma caméra, changement de programme. Je vais m’asseoir dans les gradins et fais semblant d’attendre avec eux. Je fais en sorte de cacher ma caméra sous les ourlets de mon pull et murmure.


« Ok. C’est un peu parodique, c’est un peu le scénario d’une mauvaise caméra cachée mais… je fais genre... » J’arrête de parler quand un autre participant entre dans la salle et passe près de moi. Je fais genre de rien en posant mes pieds sur le dossier du siège devant moi. L’instant d’après, je recommence à discuter avec ma caméra. « Je fais genre je suis l’une des participantes, je me mêle cinq minutes et je vois comment ça se passe. »
Mon avantage c’est que je suis assez mignonne pour le job de serveuse dans je sais pas quoi ! Donc ils peuvent y croire. En plus, je dois être l’une des rares à pas porter l’uniforme dans tout le vaisseau, au contraire ! Short et pull kangourou ? Je n’ai l’air ni d’une serveuse, ni d’un soldat !
Je me lève, cache ma caméra dans la manche de mon pull. On aura pas l’image sur le vlog mais bien le son, c’est ce qui compte.
Je m’approche d’un groupe d’une dizaine de filles et deux mecs. Alors, je sais pas mais y a du y avoir une petite sélection de base parce qu’ils sont tous assez beaux. Non puis leur costume ! Les deux gars sont en costard un peu pingouin, tu sais… pour le côté costume. Les filles sont dans des tailleurs ou carrément de longues robes leur arrivant jusqu’aux genoux. Par contre niveau bijou, c’est… Non c’est joli, j’aime bien mais elles portent certainement pas des bijoux qui coûtent cher.


« Salut ! »

Ils me regardent. J’entends un ou deux « salut » polis. Les autres… disons qu’ils sourient plus ou moins gentiment.

« Vous êtes tous super canons, c’est incroyable. » Certaines filles me sourient, j’en vois une qui pouffe de rire. « Je me rendais pas compte qu’il fallait être aussi bien taillée pour venir. Vous pensez que… ça va poser problème ? »

L’une d’elles s’exprime super vite. Elle est grande, a des cheveux bouclés roux et une robe en bustier.

« Honnêtement, chérie, oui. Tu veux être hôtesse ou rappeuse ? »

Ahah. Touchée. Mais je le prends même pas mal. Bon en plus du fait que je joue un rôle et que je veux pas réellement devenir serveuse, je sais pas… Elle est franche, tu sais. Alors on demande pas à une hôtesse d’être franche mais je veux pas être ignoble… Je sais bien qu’elle ne se comporte pas comme ça quand elle pratique le métier… pour lequel elle est sûrement mille fois plus qualifiée que moi.  Non mais sérieusement, qu’est-ce que je fais là, au juste ? Je suis qui pour les juger !?
Par contre ! Petite erreur de jugement, y a trois autres filles qui rigolent à la question de la rousse qui elle, ne rigole pas du tout. 
Et ça, je le prends plus mal déjà.


« L’important c’est d’être jolie et sympa, non ? L’uniforme, ils nous le fournir…

« Le maquillage, ça passe. Et tu as de jolis cheveux mais les laisser détachés comme ça, sans même essayer de te faire une coiffure un tant soi peu élaborée ? Non et puis… ton pull, sérieusement. »

Quelques autres rigolent. Bon ! Je sais pas. Ca m’amuse mais pas tant que ça. Autant le côté jouer avec les gens, c’est… bon. Ca va, quoi. Autant voir à quel point y en a qui peuvent être méchantes, c’est pas super pour le moral. Je connais l’esprit de compétition, je… Je suis l’esprit de compétition personnifié et je tacle tous mes adversaires mais voilà, le respect. Ca c’est important, le respect.

« Ok. » Je quitte le groupe et j’entends encore quelques filles rigoler aux éclats. C’est… Ah ! Je sais pas, ça commence à me démanger. Je monte sur un siège et d’une voix forte demande à tout le monde : « Est-ce que l’une de vous a une brosse à me prêter ?! »

Je m’attends pas à ce qu’on me tende un million de brosses à cheveux, je regarde juste toutes les filles, vu que les gars n’en auront pas et… guette leurs réactions. Ok allez, ça suffit. Je descends de là et monte sur l’estrade.

« Ok, pas besoin de vous asseoir, les gars ! La Shinra m’a demandé de m’occuper de votre entretien d’embauche.  » Je lève la caméra devant mes yeux et filme tous les jeunes gens ainsi que leur délicieuse réaction. Certains sourient, d’autres ont l’air un poil surpris. Et à voir le visage fier de certains, je suis sûre qu’y en a quelques-uns qui se doutaient. Bah c’était pas… le coup du siècle ! Et je m’attendais à quelque chose de plus parodique que ça dans les réactions des filles. Je pointe quatre des filles et un mec qui se sont moqués de moi. « Vous cinq, là. Bye bye. Une serveuse ou un croupier, ça doit au moins avoir l’air sympa. La base. »
Ils prennent du temps à partir mais… j’attends patiemment.

« Ok c’est pas fini ! » J’affiche un large sourire, parcours la salle de mon regard coquin ! « Vous deux, vous partez. » Je désigne deux autres personnes. « Vous avez l’air super froides.  Désolée. »
J’attends à nouveau qu’ils s’en aillent, tourne la caméra vers moi. Petite mise au point ! « Alors, oui ! C’est pas très cool de ma part mais si vous êtes accueillis par quelqu’un qui fait la tête dans un établissement, vous le vivrez mal ! Pas sûre que la Shinra veuille prendre ce risque. »
Je filme à nouveau les participants du concours ! J’ai pas l’habitude de me montrer comme ça dans mes vidéos et… je réfléchirai peut-être à le couper au montage mais je pense quand même avoir raison !

« Alors ! On est encore… une grosse vingtaine. » Woah. Combien de temps ça va me prendre un tel truc ? « Vous allez tous aller dans le couloir et passer sur la scène un par un et je vous… passerai au crible !On commence avec… Lana.  » Une minute plus tard, je vais m’installer au milieu des gradins avec tous les dossiers sous le bras. Tout le monde s’en est allé sauf Lana, une grande black. Je la regarde un peu quand elle monte sur l’estrade. Elle a des jambes su…per musclées. Sa robe jaune est… un peu courte quand même mais ses jambes nues font rêver. Sauf ! Sauf ses genoux, super abîmés, pas très jolis. Et ses talons font plus ou moins ma taille.

« Salut Lana ! » Je place ma caméra en équilibre sur le dossier d’un siège pour l’avoir bien dans mon objectif tout en lui parlant. « T’es super jolie. Tu as des tatouages ? » Je la regarde davantage dans l’écran de ma caméra qu’en vrai, pour m’assurer que la qualité de la prise est bonne.

« Non. »

« Piercings ? »

« Non. »

Je cesse de regarder ma caméra, pose mes pieds sur le dossier en face de moi et mets une de mes mains dans la poche de mon pull alors que mon bras plâtré reste sur l’accoudoir. Elle a l’air toute stressée et crispée. Bon j’avoue que je les ai pas mis en confiance.

« T’inquiètes ça va bien se passer. Souris un peu. » Elle m’obéit genre… « Woah t’es super sérieuse. Tu devrais entrer dans la Shinra. Tu viens d’où ? »

« Je viens du palais des rêves, mademoiselle. » Elle s’incline légèrement et quand elle se redresse, me fait un léger sourire. Ouh, bien joué, ça. « J’étais une domestique là-bas. Et pour l’instant, je vis dans un appartement à Illusiopolis.  »

« Oh… C’est pas marrant. Enfin… Et ta couleur de peau, ça pose problème au Palais des rêves ? »

Elle semble surprise. Un petit sourire en coin apparaît au coin de ma bouche.

« C’est difficile, mademoiselle. »

« Ok. Oh non ! C’est pas vrai ! »

« Que… se passe-t-il ? » Elle joint ses mains devant elle, l’air soucieux.

« Tu as fait tomber un plateau juste devant toi ! »

Elle me regarde un instant, sans comprendre. Je lui réponds d’un sourire et sans me redresser, lui dis d’une voix un peu traînante : « Faut que tu le ramasses. Allez, allez. » Et… elle… réfléchit. Ah ! Elle plie les genoux, enfin et woah ! Aucun souci, elle reste ancrée sur le sol même avec des talons comme ça !

« Allez, c’est bon, t’es engagée, chérie. »

Lana se redresse brusquement et me regarde avec un sourire éclatant ! Trop mignonne ! Je me retiens d’aller faire un selfie avec elle, c’est… tentant mais j’ai encore plein de personnes à voir. Et mince, je me rends compte que j’aurais du refuser la première pour leur foutre la pression et qu’ils se dépensent ! C’est sûr, je fais pleurer la deuxième !!
Je prends le dossier de Lana, vais à la dernière page et dans la case prévue à cet effet, j’écris avec ma main gauche : « Engagée » en entourant le mot d’un coeur… ultra maladroit. Difficile de ma mauvaise main !

La deuxième candidate entre dans la salle. Pendant qu’elle se dirige vers la scène, je la regarde de haut en bas avec intérêt, tout en lui souriant. Toute mimi, petite, visage rond et cheveux roses qui entourent son visage.


« Tu t’appelles comment ? »

Elle se loge au centre de la scène et me répond d’une voix sage :« Margaux. »

« Tu sais à qui tu ressembles ? Amy Rose dans Sonic. »

Margaux ne réagit pas. Visiblement, elle connaît pas, super. « Ok. Dis-nous ce que tu penses de la shinra, Margaux. »

Elle prend une longue inspiration et commence. « Le… Le président Rufus Shinra apporte progrès et prospérité aux mondes de tout le système depuis des années. C’est une entreprise florissante offrant des milliers d’emplois à travers les mondes. Comparée aux mercenaires ou au Consulat, cette société se soucie de la vie du peuple et non de l’élite ou d’elle-même. »

Je fais une moue songeuse, réfléchis quelques secondes. « Ok pas mal mais… devant les clients, tu ne parles pas des autres groupes. Un client, il doit voir tout de suite que tu kiffes ton employeur. Tu ne dois pas être engagée dans la cause de la shinra par rapport aux autres groupes, ça te rend moins sympa. » Je me redresse et presse un doigt sur le micro de ma caméra pour ajouter : « Regarde-moi. Je ne parle jamais de guerre dans mes vidéos. Seulement d’à quel point le président est sympa et ce genre de chose. »

Bon je vais quand même feuilleter le dossier de celle-là. Je le mets sur mes genoux et tourne les pages de ma seule main libre. « Tu viens de la cité des rêves. » Je relève le regard sur elle « C’est pas un monde où y a une religion ? »

« Si, mademoiselle. »

« Ok. Pas de signe religieux, hein ? »

« Non, je sais. »

« Oh ! Tu as migré au Jardin radieux ! »

« Pour entrer à l’académie. »

Je ferme le dossier et le repose à côté de moi. Je viens de là-bas donc je connais un petit peu le truc. « Pourquoi t’es pas consule, alors ? Ils sont pas méga bien payés ? »

« Si. J’ai suivi un début de formation de trois ans où j’ai appris à recevoir, à discuter, à servir selon différentes techniques de différents mondes et à bien paraître. Seulement, pour être consule, il faut normalement six ans d’études. Financièrement je ne pouvais pas me le permettre et le niveau était haut. Je n’ai pas réussi à obtenir une bourse pour continuer. J’ai quand même un diplôme. »

… Ah quand même. Six ans d’étude ?! Jamais je pourrais, personnellement ! Puis pour le métier d’hôtesse, si tu commences à 18 ans, toute fraîche et jeune, t’es censée finir à 24 ans ? Super. Tu auras… trois ans pour faire ton métier avant qu’on ne te juge trop vieille ! Bon après tu restes consule, mais c’est absurde.

« Ok. Y en a d’autres qui sont dans le même cas que toi ? Des presque-consuls ? »

« Une dizaine. »

… Forcément. Un boulot en or comme ça, ça rameute du monde.

« Ok t’es acceptée. On va s’occuper du groupe des artistes donc tu m’en envoies un ? »

J’accepte sa candidature. Les vingt minutes suivantes, je fais défiler les différents « consuls ». Y a du niveau. Trois hommes et huit femmes. Je les accepte tous sauf deux filles, pas suffisamment jolies.

« Ah !! »

Arrive la jolie rousse qui m’a… durement évaluée ! Elle a les joues rouges et les yeux un peu enflés. Quand je vois ça, mon sourire disparaît. Oh non… Je l’ai fait pleurer. Elle monte sur la scène, j’ose plus trop la regarder. Quand elle est devant moi, je lui dis à demi-voix :

« Tu t’appelles comment ? »

« Mab. »

Je hausse les sourcils. Drôle de prénom. J’ai peur de la vexer donc je ne dis rien mais…

« Désolée pour tout à l’heure, mademoiselle. »

Elle baisse les yeux. J’entends mieux sa voix, toute cassée. Mince… elle me brise le coeur.

« Ca va, t’inquiètes pas. » Je passe ma main dans mes cheveux et fais semblant de m’étirer pour ne pas la regarder. « J’ai pas été très correcte non plus. » Elle ne répond rien mais semble soulagée et… un petit silence s’installe.

« Ok alors. Tu es une vraie rousse, Mab ? »

« Non. »

Je prends la caméra dans ma main gauche et essaie de zoomer sur sa robe quelques secondes. Son bustier rouge lui arrive en-dessous des genoux et lui va super bien. Elle a une belle poitrine, que je ne me gêne pas de filmer en gros plan avant de viser de mon objectif son visage, tout en lui parlant. « Quel âge as-tu ? »

« 21 ans. » me répond-elle d’une voix claire. « Je viens de Port royal mais n’ai aucune affiliation avec le Centurio. » Je rigole légèrement alors que la caméra filme son visage. « Pourquoi tu me dis ça ? » dis-je en la regardant avec gentillesse.« Pour… rien, mademoiselle. » Alors là… Là ça m’intéresse ! « Allez, Mab, dis-le ! Regarde, je... » Je pose mon pouce sur le micro et filme ailleurs. « Je ne te filme plus. Vas-y, dis-moi. » Elle semble hésiter avant de dire « Une amie s’est présentée il y a quelques semaines et a été refusée parce qu’elle pourrait être une espionne du Centurio. »

Je fronce les sourcils et pouffe finalement de rire. Quelle idée ridicule! « On m’a rien dit à ce sujet donc… je m’en fiche. » Je recommence à filmer. « Et tu faisais quoi à Port Royal ? » Elle répond soudainement : « Je suis encore serveuse là-bas. »

« Et tu gagnes bien ? »

« Des clopinettes, mademoiselle. »

« Et comment tu t’es achetée cette robe ? »

« Je… Je l’ai louée. »

Je la regarde directement, sans faire attention à ma caméra. J’acquiesce et mets en pause. « Où ça ? C’est pas le genre de Port royal, c’est plutôt… »

« Au jardin radieux. Une boutique près du concessionnaire shinra. »

« Oh. Combien est-ce que ça te coûte ? »

« Cin… Cinquante munnies par jour. »

Mon sourire disparaît. « Un peu cher. »

« C’est vrai. »

« Tu saurais apporter demain matin la preuve de ta location ? »

Elle ne répond pas. Oh, pauvre fille, ce que je lui fais subir. Allez, ça suffit.

« Désolée, Mab. Tu n’as pas loué cette robe. Ce que tu fais pour gagner autant, c’est vraiment pas mon problème mais la Shinra a un certain standing et je suis sûre que tu es une formidable serveuse mais je ne peux pas prendre ce risque. »

La jeune femme s’en va en pleurant… Oula. J’ai l’air d’un monstre. Et j’ai pas filmé, non pas pour ne pas avoir l’air méchante mais pour éviter à cette fille que tout le monde le sache. Soit elle a volé, soit elle se prostitue, soit c’est autre chose d’encore plus grave qu’elle cache.
Bon… Les cyclopes, finalement, c’était pas si mal.

La prochaine arrive, une jolie métisse avec des rondeurs et de grosses fesses ! Chouette ça change un peu ! Elle est en tailleur, c’est mignon. Je rallume la caméra et la filme.


« Clara, mademoiselle. »

Elle a un joli sourire séducteur, c’est pas mal. Fière d’elle, j’aime ça.

« Moi c’est D.Va. Alors… Je suis un super beau gosse, prince du palais des rêves, j’arrive dans l’hôtel où tu travailles et je viens vers toi. Bonjour mademoiselle. »

Elle prend un instant pour afficher un grand sourire et salue comme une princesse ! Trop mignon, elle y va à fond.

« Bonjour votre majesté, comment puis-je vous servir ? »

Je résiste à peine à l’envie de dire alors je souris et lui réponds avec une voix qui n’est pas la mienne, très pompeuse : « Conduisez-moi dans ma suite, je vous prie. »

« Mais bien sûr. Si vous voulez bien me suivre. »

Je me lève, prends la caméra avec moi et vais sur scène en courant. Je rejoins l’hôtesse et lui dis de ma voix de prince : « Avec plaisir. » Du bout des lèvres, je lui dis de me conduire à l’autre bout de la scène. J’observe sa démarche alors qu’elle marche légèrement devant moi. Ma main se pose délicatement sur son dos alors que je me mets à sa hauteur. Elle ne réagit que par un frisson que je perçois. Ok, j’avoue que je ne sais pas quelle est la bonne attitude à avoir dans son cas donc je continue et alors que nous marchons, descends ma main sur ses fesses. Clara s’arrête, se retourne, toute rouge. Elle me sourit et me dit « Je regrette, votre majesté mais j’ai comme consigne de garder une certaine distance avec la clientèle. »
Je lui réponds d’un rire, approche mon visage du sien et en me mettant sur la pointe des pieds lui fais un bisou sur la joue. « Allez c’est bon, t’es engagée. Vas-y, coquine ! »

Pour la suivante, je reste sur scène ! C’est quand même plus sympa et là je sens qu’y a une bonne succession ! Je suis peut-être un peu trop généreuse, je n’en sais rien, j’en ai accepté… Les deux du début, les neuf presque consuls, la métisse, ça fait treize. Et j’en ai refusé… neuf.

L’hôtesse vient sur scène. Même avec ses talons, elle n’est pas beaucoup plus grande que moi. Elle a le teint mât, les yeux sombres. Je la filme de près.


« Tu t’appelles ? »

« Jasmine. »

« Ok… sans vouloir faire des stéréotypes. Agrabah ? »

« Oui. »

« Ok, c’est très sexy ça. » Et en effet, c’est une très jolie femme. La shinra a été exigente pour les dossiers qu’elle a laissé passer jusqu’à moi. Jasmine, qui se prononce Iasmine, porte un joli tailleur, plus court au niveau de la jupe que Clara. « Alors. Je suis… un vieillard un peu dégueulasse mais très riche. Je pue le cigare, c’est insupportable. Et d’ailleurs, je suis dans ton restaurant, à une table de ton secteur. Toi tu es une hôtesse, donc. Et je fume à table et ça gêne les tables voisines. Qu’est-ce que tu fais ? »

« Je… Est-ce que vous êtes accompagné ? »

Euh… « Oui, un collègue de travail. On parle affaire. »

« D’accord, alors je vais vers vous, je me penche et murmure à votre oreille pour ne pas vous embarrasser : Monsieur, je regrette mais je n’ai pas le droit de vous laisser fumer au sein de l’établissement. »

Je prends une voix grave, tords ma bouche et réponds « Ce cigare coûte cent munnies l’unité, p’tite. Si tu penses que j’vais l’gâcher d’si tôt ! »

Elle réfléchit un instant puis se met dans le rôle et me tend le bras. « J’allais justement fumer une cigarette à l’insu de mon patron. Vous voulez m’accompagner ? »

« Ouille, belle impro ! » lui dis-je avant de pouffer de rire. « Allez c’est bon, je t’accepte aussi ! »

Elle est contente, je suis contente, c’est bien comme ça !

Le suivant est un mec. Ca ne dure pas bien longtemps, j’ai la très désagréable impression qu’il me drague en pensant que je le drague donc je lui dis que son nez est tordu et que c’est pas possible. Quand il est sorti, je m’adresse à la caméra :
« Flippant ! Il passe un entretien d’embauche, il a cru que c’était Meetic ! »

Alors que j’attends le suivant, j’entends du bruit dans le couloir et finalement des cris. Je sors et vois deux filles qui ne sont pas passées littéralement se battre. Et pas… pas en se tirant les cheveux, non. L’une d’elle frappe l’autre à terre et à voir le visage de celle qui frappe, elle est pas la seule à s’être bagarrée. Je suis presque contente que ça arrive, ça me permet d’avoir moins de travail.

« Woh ! Mais vous êtes cinglées ! » crié-je… en les filmant. Elles s’interrompent et me regardent, alarmées. « Allez, vous dégagez ! Je suis soldat deuxième classe et je suis entraînée à tuer ! » Dis-je pour ajouter du poids à mon ordre ! En vérité si elles décident de s’en prendre à moi pour se venger, je serai totalement mal avec mon bras dans le plâtre !

Elles finissent par partir et je regarde celles et ceux qui restent et doivent encore auditionner. Six. Il y a quelques années, un peu lassée, j’aurais fait quelque chose de méga imprévisible comme tirer au sort ou quelque chose dans ce goût-là ! Mais non, D.Va ! Maintenant tu joues le jeu, tu prends tes responsabilités. S’il doit encore y avoir six longs entretiens, il y aura six longs entretiens !


« Allez suivant. » Je souris à peine avant de rentrer dans la salle, suivie d’un homme en costard de pingouin qui va spontanément sur la scène alors que je vais m’affaler sur mon siège.

« Alors… Hum... »

« Louis. »

« Louis. Pourquoi est-ce que tu veux devenir serveur slash croupier slash ce que tu veux dans la shinra ? » Oula, Hana, ça se voit à peine que t’es blasée. C’est quoi ce coup de pompe ? Y a dix minutes t’étais super dispo et là, tu ressembles à rien !
Louis donne bien. Il est beau, a des cheveux très courts et fait un mètre quatre-vingt. Plutôt costaud et droit comme un i, il a la tête de l’hôte parfait donc… sur les capacités, je ne vais pas tellement le juger.


« Pour l’arzent, tout d’abord. Ze crois que ze doit d’abord être honnête avec vous. »

Oula. Je me redresse un peu et coupe la caméra. Ce qui va suivre, je ne peux pas le filmer ou je perds tous mes fans.

« La politique de la Finra a amené à travers le temps des zens de tous les mondes à réezayer ailleurs. »

« Euh... »

« Z’est pour zela que ze veux réezayer mais izi. »

Je lève la main. Mon dieu, qu’est-ce que je vais dire… Impoz… Pardon, impossible de laisser passer ça, je me ferais licencier par manque de professionnalisme !

« Écoute, excuse-moi mais ça va pas être possible. T’es très beau et je suis sûr que tu trouveras un job quelque part mais ta prononciation va poser un problème. »

Il baisse les épaules et me regarde avec déception. Oui, je… me doute qu’il a déjà du entendre ça deux cent fois.

« Bon, écoute, je connais quelqu’un. »

Je prends un bout de papier et écris une adresse dessus. Je lui apporte ensuite.

« J’avais moi aussi des problèmes de locution. Il… n’a absolument pas réglé mon problème. »

« Mais... »

« Il va t’apprendre à ne plus… du tout prononcer de mots en  « j », « ch » ou « s ». »

Il accepte mon aide et s’en va pendant que je réfléchis à la manière dont il va se débrouiller pour ne jamais plus dire « je ». Mais soit ! Le suivant arrive.

« Ah salut ! Excuse-moi mais tu pourrais aller me chercher un paquet de chewing-gum ? Je vais m’endormir sinon ! »

Je lui passe deux munnies et il s’en va. Celui d’après arrive, encore un homme. Il est tout petit, tout jeune, tout mince ! Je le regarde avec amusement monter sur la scène !

« Christopher, mademoiselle. C’est un honneur. Je suis un de vos fans. »

« Oh sérieusement ?! » Je reviens vers la scène et m’asseois juste au premier rang avec curiosité, la caméra dans ma main gauche. « Tu dis pas ça pour m’impressionner ? »

« Non non ! » Il a une voix super claire et il est super distingué ! Il me plaît ! « Vous vous êtes fait cette blessure en combattant deux cyclopes ! »

J’acquiesce énergiquement, faisant trembler un peu la caméra ! « Ok je te crois ! Alors, Christopher, dis-moi ! » Je lui fais un grand sourire et un clin d’oeil. « Tu regardes mes vidéos la veille d’un entretien d’embauche ? Rien de mieux à faire ? »

Il a l’air décontenancé mais mon sourire ne disparaît pas ! Alors, comment tu vas t’en sortir, gamin ?

« Je… j’étais confiant ! »

« Ouais ? » Plus maintenant, ahah !

v« Je pense qu’il est important, lorsqu’on veut être productifs, de savoir prendre un peu de temps pour soi, pour se détendre. »

Je ricane et me loge au fond de mon siège, les jambes croisées sur ce dernier.

« Pas mal ! Tu es en forme. Alors… quelle expérience as-tu ? Tu as quoi ? Treize ans et demi ? »

Il rigole à ma plaisanterie, bonne idée, et commence à répondre à l’instar de la plupart des candidats : comme un soldat bien entraîné.

« Dix-huit ans, mademoiselle D.Va. Je... »

Je le coupe pour m’adresser à ma caméra que je tourne vers moi. « Message à tous mes fans ! Ceci est une exception ! Pour tous les autres, ne me vouvoyez pas si vous me croisez dans la rue ! » À la fin de mon message, je le filme de nouveau, lui souriant encore, guettant sa réaction. Muet, il me regarde, perturbé. Allez, mon gars ! Ne me fais pas paraître pour une méchante auprès de mes followers...

« J’ai travaillé les deux dernières années dans un restaurant – bar devant la tour du souvenir, l’un des plus côtés de la ville. »

« Oui ! J’y suis allée une fois. Le... »

« Le Reflexion ! Avec un x. »

« Oui ! Tu n’y travailles plus ?! »

« Le patron a déménagé dans un autre monde. Le restaurant va fermer. »

« Ah. »

Je soupire d’agacement.

« C’est dingue ça. On vient à Illusiopolis pour changer de vie et… si on ne l’a pas, on s’en va, c’est ça ? »

« Oui, on devrait se battre pour travailler dans ce monde et montrer que c’est possible. »

« Oui ! Voilà, exactement ! » Je tourne la caméra vers moi et me lève pendant que je m’assois sur la scène, me filmant en contre-bas de façon à ce que Chris soit dans l’objectif. « C’est pas l’endroit où on vit qu’il faut changer, les amis. C’est la manière dont on vit. Et je suis convaincue que Illusiopolis peut devenir un haut lieu de tourisme avec une population active et responsable si les gens changent ! »

Hors de question que je donne du boulot à des personnes qui vivent dans d’autres monde qu’Illusiopolis et pas à ce petit gars.

« Filme-moi, Chris ! »

Je me lève et vais rechercher son dossier et mon bic rouge ! Je vais à la dernière page et signe en entourant une nouvelle fois « Engagé » d’un grand coeur de traviole. Je ramène le dossier. « Fais un gros plan. T’es pris, Chris! »

« Merci beaucoup D.Va ! T’es trop géniale ! »

« Allez déguerpis ! Suivant ! » crié-je avec un sourire.
Le gars que j’ai envoyé me chercher un paquet de chewing-gum revient et me tend le paquet avant de monter sur scène. Je regarde son dossier trente secondes, un peu indécise quant aux questions que je vais lui poser. C’est un type d’Agrabah, le teint sombre et le reste. Ok…


« Que penses-tu de la Coalition noire ? »

Il n’a pas tenu longtemps. Durant trente secondes, il ne dit rien pendant que je mâche un chewing-gum pour le perturber. Je finis par répondre à sa place.

« La bonne réponse était : je n’en pense rien, mademoiselle, voulez-vous un peu de vin ? »

Je ne lui ai même pas demandé son nom mais… Kaleb, comme le dit son dossier, bredouille des excuses.

« Allez c’est pas grave. Reprends-toi et appelle la suivante. »

Elle arrive… Superbe, un corps incroyable, une robe rouge avec un beau décolleté, des cheveux blonds en cascade. Sans doute miss vaisseau-mère. Je l’invite à venir près de moi d’un signe de main. Je lui tends le paquet de chewing-gums.

« Tu en veux un ? »

Elle me regarde un instant, me fait un grand sourire et prend un chewing-gum avant de monter sur scène. Je la vois l’engouffrer dans sa bouche et le mâcher.

« Je m’appelle Fran et... »

« Salut Fran ! » Je souris moi aussi. De toutes c’est peut-être la plus rayonnante et souriante mais… « Tu viens réellement d’accepter de manger un chewing-gum en plein entretien d’embauche ? »

Elle me regarde, médusée, elle baisse la tête, semble réfléchir et va le jeter. Pas la peine de lui faire la leçon, j’ai tout dit.

« Je peux encore essayer ? »

« Bien sûr, chérie. »

Je pose mes pieds sur le dossier en face de moi et l’écoute.

« Je suis hôtesse de la compagnie shinra depuis un an. J’ai à mon actif quarante-cinq voyages. Je suis affectée en temps général au domaine enchanté. J’ai majoritairement emprunté le trajet Domaine enchanté – Jardin radieux, particulièrement utilisé depuis l’alliance signée entre les deux groupes.  Je m’adapte à ce qui m’entoure ! En effet, je sais comment m’adresser à un natif du domaine enchanté aussi bien qu’à un natif du jardin radieux. Toute mon équipe et mon patron sont contents de mon boulot. Les passagers me complimentent régulièrement pour mon professionnalisme. »

Elle finit sur un joli sourire. Et seigneur, est-ce qu’elle s’apprête à parler à nouveau ?!

« Non attends ! » Oula, j’ai presque crié. « C’est impressionnant, honnêtement, je le pense. Mais la Shinra recherche des jolies filles… discrètes. Tu prends un peu trop de place pour moi. Essaie d’apprendre à parler moins pour un tel job. »

Euh… Truc ne le prend pas très bien et s’en va, écarlate. Je la surveille pendant qu’elle s’en va. On sait jamais qu’elle me lance un truc à la figure !
Allez, Hana ! Encore deux !

Pendant que l’avant-dernière entre, je lis son dossier. C’est une intellectuelle ! Elle a étudié le droit pendant cinq ans et a été remerciée quand sa boite a été détruite par une catastrophe quelconque. Je la regarde au bout d’une minute. Je braque ma caméra sur elle puis sur moi.
« Mignonne ! Petite, cheveux bruns, belle poitrine et taille de guêpe ! Non je ne parle pas de moi ! Alors… » je braque à nouveau la caméra vers elle. « Manon, explique-nous pourquoi une intello veut devenir hôtesse ? »

Au fur et à mesure qu’elle parle, Manon me dévoile deux choses ! D’une, sa mâchoire est peu en avant, mais c’est mignon. De deux, elle est un peu pimbêche mais ça passe ! « C’est bon, on t’engage. »

La dernière arrive. Elle a des cheveux châtains, un très joli visage. C’est la seule que je vois qui a des lunettes. Je constate quand même que niveau forme, c’est pas trop ça. C’est même inexistant. Son tailleur ne lui va pas, on ne sait pas trop quoi regarder, c’est pas joli. Je parle avec elle pendant quelques minutes, espérant un méga charisme qui me convaincrait que… Mais non. Bien sans plus.

« Je regrette mais la Shinra recherche un autre profil que le tien. »

Elle s’en va… Ouf. Enfin fini ! Les entretiens, du moins ! J’ai un montage colossal à faire avec des heures de vidéo. J’essaierai de faire plus léger pour la prochaine fois. Je fais un bisou à la caméra et l’éteins une dernière fois.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 412
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Mer 4 Jan 2017 - 11:50
Déjà, bien joué.

Pour une mission plus ou moins débile, qui pourrait facilement être expédiée, tu nous as fait un bon petit texte. Ce que je vois ici, par rapport aux précédentes missions de ce style que j'ai donné, c'est que c'est quand même pas mal complet. J'explique, au cas où Kurt et Killian passent ici.

La dernière mission de ce type que j'ai donné, c'était à Killian. J'avais dit être plutôt déçu qu'il n'y ait pas de vraie description de personnes, que beaucoup de faisaient dégager tout ça. Alors, les gars, encore une fois si vous lisez, je dis pas que vos missions étaient nazes hein ! Je dis que celle de D.Va est plus complète avec les gens embauchés.

Parce que là, ils ont presque tous un nom, une provenance, une petite description physique rapide : on se les imagine quoi. Et je suis très content que tu aies fait sortir ça. Après, j'imagine que t'as un peu glissé dans le sens où, au début j'imagine que tu partais avec la meilleure intention du monde, et que finalement ça t'a piégé. Arrivé vers la fin, on sent une baisse de "rythme", la fatigue quoi ^^

Du coup, ouais, je suis assez content ! Les recrues (et même les refus) ont quand même une petite personnalité quoi. On se les représente sans mal, c'est franchement une réussite.

Et puis, le texte est quand même rigolo et heureusement tu me diras. Pour les trois persos qui ont du faire cette mission, les trois mettaient un peu d'humour par ci par là et j'ai été content de voir pareil ici, c'est une mission à la cool, sans vraiment d'enjeux énormes pour le perso.. Tu vois ce que je veux dire.

Les profils me plaisent bien !

Et puis, y'a plein de petites références sympa ! T'as la couleur de peau de Lana au Palais des Rêves, c'est pas facile. Mab' qui loue des robes hors de prix alors qu'elle est QUE serveuse, c'est bizarre... Non, je l'ai déjà dit plus haut, mais finalement, tu leurs donne une existence à ces gens là, et c'est cool !

Bref ! Vraiment une mission très sympa, je te félicite !

Ah si ! C'est ça que je voulais dire. Quand je lis D.Va, j'ai vraiment sa voix dans ma tête. Alors, je sais bien que tu t'en fous pas mal mais... ça veut dire que le ressenti est là !

Mission très facile :

7 xp, 70 munnies, 2 PS ; 1 en défense (pour la convalescence), et 1 pour la dex (pour que tu fasses de plus jolis coeurs de l'autre main)
Tu gagnes aussi un Stylo de la Shinra !

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» comment est habillé un soldat?
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet