Derniers sujets
» De retour au bercail...
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:16

» Monter la garde, une affaire simple ?
par Death Aujourd'hui à 18:56

» La nuit égale au jour ; la veille de l'automne
par Fabrizio Valeri Aujourd'hui à 3:20

» Le Train, les Rails et la Montagne
par Narantuyaa Aujourd'hui à 2:08

» L'enthousiasme éternel
par Death Hier à 23:42

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 22:39

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Lotis Terrick Hier à 22:06

» La Mage Tricentenaire / Kestia
par Kestia Hier à 20:51

» Un mort pour pouvoir vivre libre
par Rufus Shinra Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Roxas Hier à 18:10

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Hier à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Hier à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Mer 20 Sep 2017 - 21:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Mer 20 Sep 2017 - 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Mer 20 Sep 2017 - 19:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 On y était presque !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 157
Age : 26
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
307/350  (307/350)
Mar 3 Jan 2017 - 14:34
Trois-cent munies restant sur le chèque-cadeau !

Pour résumez... je suis arrivé à Costa Del Sol et grâce au jeu-concours de Jaina -que j'aime encore plus après ça-, j'ai le droit à deux jours dans un hôtel de luxe tout frais payé avec cinq-cent munnies en chèque-cadeau utilisable sur toute la station de Costa Del Sol ! J'ai débarqué dans l'hôtel mais en suite vite sortit pour m'acheter des tenues de plages et dès que c'était fait, je suis parti à la plage... j'ai essayé de surfer, résultat ? Pas terrible... mais je me suis ensuite fait embarquer pour une partie de volley et j'étais déjà plus doué ! Tellement qu'on ma proposé de remplacer un joueur pour participer à la finale d'un tournoi qu'on a finalement gagné. J'ai du tricher un peu pour ça mais rien à foutre, pas vu pas pris comme on dit. Après ça, j'ai invité l'équipe dans ma suite et je sais pas si c'est mon charme exceptionnelle ou l'ambiance vacancière... mais j'ai chopé Clara ! Ou plutôt l'inverse vu qu'à la base, je voulais me faire sa petite sœur... et je suis resté avec la grande jusqu'à ne plus avoir le droit à l'hôtel gratis. Les autres ont pu squatté mais avait intérêt à nous laissez tranquilles où je sortais le parasol !
Je vous jure qu'à la seconde même où les quarante-huit heures de gratuités se sont terminés, le directeur était là pour que je dégage. Gentil et poli au possible, histoire que je fasse pas de la mauvaise pub... mais clairement au taquet pour pas que je profite d'une seule minute de plus. Ici, y a que les vacanciers qui profitent de ce monde : les autres sont trop occupés à s'en mettre plein les poches. J'aimerais pas travailler ici, le personnel est au top et... j'imagine pas tous les efforts que ça demande. Jamais je supporterais de voir les gens profiter de leurs vacances pendant que je taff, ça me foutrait trop les nerfs !

Enfin bon ! J'étais arrivé dans l’hôtel vers midi, un peu avant ou un peu après... mais grosso modo vers le zénith et c'est à ce moment-là, deux jours plus tard après mon arrivé, que je repartais avec trois-cent munies restant sur le chèque-cadeau ! En sachant que je m'étais fait des potes, et même une copine, chez qui squatter. Eux, ils étaient là pour deux semaines à moitié entamés... comme quoi ça sert d'avoir des amis, perso, ça m'a rapporté une semaine d’hébergement presque gratuit ! Évidement, comme beaucoup de jeunes vacanciers, ils ont pris l’hébergement le moins cher et faudra que je participe un minimum mais ça n'aura rien à voir avec ma suite de luxe. Ça peut pas être pire que mon appart à Port Royal en tout cas ! Pour la place, ils doivent déjà se serrer et pour les lits... je prend bien évidement celui de Clara ! Niveau bagage, j'avais quasiment rien et même pas un valise, transportant mes fringues dans les sacs que les magasins de la rue commerçante m'ont laissés.
Ma... copine ? Bon, j'en suis pas fou amoureux mais une fille en vaut une autre à mes yeux... et je suis pas si grand séducteur pour me permettre de faire le difficile, je prends ce que je peux. C'est sûr que si ça tenait qu'à moi, je forcerais les femmes à faire des concours de beautés pour sortir avec moi mais... c'est pas le cas.

Un amour de vacance ? Pour moi, c'est juste une fille qui veut bien de moi et c'est déjà beaucoup... pour elle, je sais pas trop mais tant que j'en profite, ça me va. Par contre, elle m'a bien fait comprendre que niveau hygiène, l'eau de mer suffisait pas et on est donc allé dans la rue commerçante me trouver le minimum nécessaire. Dentifrice et savon... pour la brosse à dent ou le rasoir, je me sers de la matière noire mais j'ai aussi acheter une serviette, du déodorant. Pour les sous-vêtements, j'ai menti en lui faisant croire que j'avais de la rechange... et ne m'ayant pas cru j'ai acheté des sous-vêtements... puis une paire de claquettes, tout de même. Clara a failli me lâcher dans la nature à cause de ça mais j'ai réussi à lui expliquer que j'étais partit à l'arrache et c'est quand même vrai.
Évidement, comme le veut le système d'une bande de pote, faut que je participe financièrement... mais putain, ça me faisait chier. Donc, à la sortie de l'hôtel, ils sont rentrés dans leur hôtel à soixante munnies la nuit et nous, on est dans la rue marchande sous un dôme de verre. D'ailleurs, il sert à quoi le dôme ? Bref, j'ai vite fait invité Clara dans un restaurant avant qu'elle me demande, ou m'induise subtilement, de lui acheter quelque chose.

Donc... étant plutôt fine, elle mangeait pas beaucoup... et j'aurais surement pu l'impressionner en l'emmenant dans un super restaurant gastronomique avec un cuisinier consul ! Mais ce qui impressionne le plus les filles, c'est les mecs qui restent eux-mêmes, non ? Puis vous voyez, Clara est une fille élégante, j'allais pas le ramener dans un kebab non plus mais sortir le grand jeu, je me suis dis que ça serait trop. Surtout que bon, sortir le grand jeu avec mon chèque-cadeau ? Ça fait un peu naze... et j'aimerais bien repartir de Costa Del Sol sans lâcher un seul munnies de ma poche. Jetant les dés comme au casino, j'ai simplement laissé ma copine choisir le resto et bingo, on se retrouve dans un bar-restaurant avec un nom qui m'a bien plus : Le Septième Ciel.

On s'est retrouvé sur un balcon servant de terrasse... caressé par une brise tropicale, vu sur la mer... à l'ombre des palmiers et entourés de fleurs sauvages de milles couleurs. C'est la première fois que je suis heureux d'offrir quelque chose à quelqu'un... mais au final, ce qui me fait plaisir n'est pas le sien ! C'est juste que son air émerveillé... et bien, à côté de ça, je ne vois pas ce que la vue a de si grandiose. J'ai tout autant de mal à comprendre ce qu'elle me trouve... et je n'ai jamais compris ce que les femmes veulent.
Juste après nous avoir installé, après que madame se soit extasiée, la serveuse nous demande ce qu'on veut boire.

" Qu'est-ce que vous avez sans alcool ? "

" De superbes cocktails à bases de fruits ! "

Elle regarde la carte, pose des questions à la serveuse de sa voix si belle à mes oreilles... et moi je la regarde... je la regarde tellement que ça doit en devenir flippant, je la fixe carrément en fait ! On va pas se mentir, je suis pas non plus prêt à donner ma vie pour elle ou des conneries du genre... mais vraiment, je l'adore. Son attitude me fascine, discrète et réservée malgré son initiative à mon égard.

" Surkesh, on te parle là ! " Dit-elle, me sortant de ma contemplation, gênée... mais d'après son visage, Clara comprend très bien pourquoi je semble absent. Vu son expression tendrement moqueuse et son sourire en coin pas peu fière d'elle, ça a l'air de lui plaire !

" Hein ? Heu... pardon... donc pour moi, ça sera un whisky... " J'ai répondu ça sur le feu... puis je rajoute, plus pour faire classe qu'autre chose. " ... sans glace. "

On se fait servir très rapidement puis on nous laisse avec la carte du restaurant, le temps de déguster le verre et de choisir notre repas. Là, faut que je me concentre... pourquoi d'ailleurs ? J'y réfléchis un peu... puis j'en viens à la conclusion que je veux garder ma copine pour le reste des vacances... et je suis pas sûr d'en avoir une autre de si tôt. L'idée me vient carrément de continuer à la voir après m'être barré de Costa Del Sol... et pourquoi pas ?! Ça dépend ce que ça me demande comme effort.
Forcément, j'engage la discussion en lui posant des questions connes... jusqu'ici on rigolait, délirait et se câlinait chaudement sans réellement discuter... mais dans ce cadre plutôt romantique, je vous décris même pas les autres clients. Parce que je ne les vois juste pas ! J'ai ma chérie et je garde mes yeux rivés dessus.

" Du coup, je suis mage blanche mais pas seulement ! Avant de découvrir que j'avais un don pour la magie curative, j'ai fait des études de médecines et finalement, je travaille dans un hôpital du Jardin Radieux. "

" Un don... une nature élémentaire, tu veux dire ? "

C'est à cause de ma nature élémentaire que mon vieux maitre m'a récupéré, forger à son image... pour qu'ensuite j'atterrisse à la Coalition Noire. C'est con mais j'y pense. Clara m'apparait alors d'un coup toute gêné par rapport à une réflexion qu'on avait eu... au sujet de ma nature élémentaire.

" Ah non ! " Crache-t-elle avec élégance, me surprenant un peu et me sortant de ma zone de confort. " J'ai eu du bol... comme toi t'en as pas eu. "

" La nature élémentaire... qui peut dire si c'est la cause ou la conséquence ? Tu es faite pour soigner les gens, moi pour utiliser les ténèbres... mais tu pourrais soigner des ordures, ne soigner que pour le fric... et non, tu soignes simplement les gens ! T'es vraiment quelqu'un de bien, la preuve, t'as fait médecine avant même de savoir que t'étais une guérisseuse ! Pour en finir avec ça, je suis ténébreux... et je pourrais être à la Coalition Noire tu vois... mais non, je me bat pour de bonnes causes. Je met mon pas-de-bol à profit ! "

Elle pouffe de rire, pleine d'imperfections... et a beau se foutre de ma gueule, je craque complètement pour son visage d'ange.

" Je t'imagine tellement pas à la Coalition Noire ! "

Je change vite de sujet avant que mon malaise ne transparaisse et... je lui sors un mytho, vite fait... parce que c'est plus fort que moi, je ressens le besoin de rayer cette option de sa tête. Lui dire que je suis mercenaire... ? Ça me parait pas plus glorieux non plus, je veux avoir l'air d'un mec bien.

" Ah ouais ?! Faut vraiment que je bosse mon côté bad boy alors ! Mais du coup, comme ils m'ont refusés là-bas parce que j'étais trop beau gosse pour eux, je suis allé à la Lumière. "

" La classe ! Je suis un peu étonné qu'il t'ait accepté... enfin, tu sais, rapport à tes yeux... bref. C'est comment le Château Disney ? T'as déjà vu le Roi Mickey ? La Reine Minnies ? Et Sora ? Tu dois en voir du monde ! "

Bon, quelque chose me dit que mentir... c'est un truc que je sais faire. Elle a des étoiles dans les yeux depuis que je lui ait parlé du Château Disney et va falloir assumer maintenant !

" Pour Sora, le roi et la reine, je les ait déjà vu mais bon... ils sont du genre accessible donc on les croise souvent ! Après, on est très occupé à la lumière donc on a pas vraiment le temps de faire causette... moi, j'ai pas eu de vacances depuis un bail et eux, ils en prennent juste pas. Je me verrais pas les aborder, je saurais pas quoi leur dire et sincèrement, ils ont beaucoup mieux à faire. J'imaginerais pas les déranger, question de respect ! Puis moi aussi j'ai pas mal de chose à faire là-bas... "

" Tu dois être si fier... mais c'est pas trop dur là-bas ? Je veux dire, rapport à tes... "

" ...yeux ? T'inquiètes pas, j'ai pas peur de parler de ce genre de truc... j'assume et comme tu vois, j'ai pas trop le choix... rapport à mes yeux ! "

" C'était censé être drôle... ? "

" Oui... "

" Raté ! "

" Tu me cherches ? Fait gaffe... rapport à mes yeux ! "

" Je te donnerais des cours pour être marrant à l'occasion ! Si t'as pas envie de parler de ça, je te laisse tranquille mais... je me demande un peu comment ils ont réagis en te voyant. "

" Ils se sont méfiés... mais petit à petit, à la dure, j'ai fait mes preuves et prouver que j'étais fiable. Bien sûr, on se demandait si j'étais pas un traitre, certains se le demandent encore mais je m'en tape, ils m'empêcheront pas de faire ce que j'estime devoir faire ! Les bonnes personnes, celles qui commandent, me font confiance et c'est tout ce dont j'ai besoin. "

C'est pas possible de lui raconter ça... puisque là, j'ai quitté la Coalition Noire et j'arrive même pas à convaincre le Centurio que je suis assez fiable pour eux. Pourtant, ils le sont vraiment pas ! Non, Clara peut pas croire un truc pareil... mais j'y crois pas... elle gobe tout sans réfléchir et me répond un truc... qui me fait tellement mal au cœur.

" T'es vraiment un type bien, Surkesh et je... je t'apprécie énormément. "

J'ai jamais demander à comprendre ces conneries de remords, de scrupules et de honte ! Enfin non, je comprends toujours pas mais... je le ressent et... ça fait pas mal. Pas littéralement je veux dire... mais avec ça, c'est juste impossible de profiter du super moment que je passe avec elle. Autant, un mec comme Death me faisait chier mais j'ai pu m'enfuir... et en la jouant fine, je peux carrément le tuer pour qu'il arrête de me saouler, pareil pour les mercenaires. Tuer Clara n'y changerait rien... ça aggraverait juste le truc... et non, je peux pas fuir mon cœur. Enfin non, je me trompe, c'est pas de la honte ou une émotion de faible ! C'est juste que mes mensonges... je peux pas les poursuivre au-delà de Costa Del Sol et... putain. Putain de merde.

Je veux pas arrêter de la voir ! Et c'est pas moi qu'elle aime, c'est le mec que je prétends être. Alors vous voyez, elle pourrait me pardonner de lui avoir menti... et encore, pas sûr. Par contre, me pardonner d'avoir été à la Coalition Noire ? Ma putain de rédemption c'est les mercenaires et... je suis vraiment fait pour côtoyer ces enflures. Clara peut juste pas comprendre qu'on s'en tape des autres et de leurs souffrances, ça se sent que dans son cas, elle est pas devenue médecin pour la science. D'ailleurs, elle pue la lumière à des kilomètres... moi je sens autre chose et je pourrais jamais lui faire comprendre qu'on puisse être une enflure.
Si être un mec bien peut me faire la continuer de la voir, je suis prêt à essayer et je peux pas continuer de mentir plus longtemps, je vais tout lui avouer ! J'ai une chance sérieuse ou pas ? Faut que j'essaye à tout prix et non, j'attendrais pas la fin des vacances... je veux changer, maintenant. Et à devenir mercenaire, je resterais la même sous-merde qu'avant.

J'avale la moitié de mon verre d'une seul gorgée... et toujours assis, je me penche vers elle en la regardant intensément.

" Écoute ! Faut que je te dise un truc important, en fait... "

" Vous avez choisi ? "

Connasse de serveuse... je m'affale alors sur ma chaise, désespéré, et lui répond... hyper sèchement, sur un ton méprisant au possible.

" Le steak de chocobo à la sauce épicée, saignant... avec des tagliatelles en accompagnements. "

" Humpf ! " Bien obligé de fermer sa gueule, je sais pas si elle veut me le montrer ou si elle arrive pas à le cacher mais ça crève les yeux que la serveuse l'a mal pris. Connasse, j'en ai rien à foutre de sa gueule, je m'enferme dans un air renfrogné. " Et vous madame ? "

" Hum... " Clara reste souriante et joviale, observant la carte avant de finalement se décider pour un tartare de saumon. Elle remercie la serveuse, satisfaisant aux règles de politesses auxquelles j'ai manqué et s’excusant presque pour moi avec une attitude très gentille. Puis son regard se fronce et m'accuse, je me sens mal... " T'étais obligé de jouer au connard ? "

" Désolé... mais putain, elle voyait bien que j'allais te dire un truc important ! "

" Bah... je m'en fous moi, tu m'as rien fait... mais la pauvre quoi. C'était si important que ça ce que t’aillais me dire ? "

" Laisse tomber, elle a pourrie l'ambiance. "

" T'es un sacré connard quand tu t'y mets quand même. "

J'affiche un rictus haineux, entre rage et sourire... si elle savait... mais je me ressaisis, concentré sur l'essentiel, sur elle. Après avoir retrouvé un visage pleins de bons de sentiments... je lui avoue !

" J'allais te dire que... que je suis très content de passer du temps avec toi, Clara. Vraiment. "

Ouais, depuis que la serveuse est passée, j'ai complètement oublier ma résolution de lui avouer mon passé... et mon présent avec. Bordel, comment je lui explique que j'ai été à la Coalition Noire et que j'y égorgeais des chatons ? Et qu'ensuite, je suis parti au Centurio pour tabasser des chiots avec une meilleure paye ? Non, ça passe pas et j'ai bien raison de lui mentir, je gagne du temps grâce à ça.
Clara soupire longuement... puis me sourit comme une sœur qui veut engueuler son gosse sans trop le blesser... et j'aime bien sa tendresse envers moi.

" C'est tout... ? J'avais cru comprendre ! Moi aussi Surkesh, j'ai vraiment de l'affection pour toi mais... j'aime pas quand t'es agressif comme ça, on dirait un petit merdeux. Je préfère quand tu restes cool ! "

J'ai repris une gorgée de whisky, justement pour me calmer et bon, je tiens à lui faire passer un bon moment tant que je suis à Costa Del Sol. Puis merde, non, c'est moi qui veut passer un bon moment ! C'est compliqué mais ses petites vacances, c'est l'occasion de m'oublier, de devenir un autre sous le soleil. Et même si c'est foutu pour avoir quelque chose de sérieux, depuis quand je veux quelque chose de sérieux au juste ? Bref, j'en sais rien, on discute plus trop... on s'échange des banalités et quand la bouffe arrive, je suis aux anges... j'échappe à la gêne de la conversation remplie de blancs mais le steak de chocobo est super bon. Et de son côté, elle bouffe son tartare de saumon.
Ce repas risque de me gouter une fortune et bordel, si c'est pour que ça se termine comme ça, j'aurais mieux fait de la ramener dans un kebab. Faut que je me concentre, que j'oublie toutes mes conneries de mec torturé et que je me rappelle où je suis.

" Bon... j'ai un peu cassé l'ambiance, désolé... tu veux un dessert ? Un café ?"

" Non merci, je te remercie... "

Elle reste douce, gentille... mais carrément saoulée. Putain, j'ai même pas réussi à la garder trois jours ? Quel con je fais. Alors bon, j'ai plus à mentir et à me prendre la tête mais je suis très déçu. Par contre, j'en démords pas, quelle connasse cette serveuse ! On sort du restaurant et Clara me dit qu'elle va se promener sur la plage. L'idée me parait cool mais elle me précise bien vite que sa promenade se fera sans moi. Et... je sais pas quoi dire, alors je la laisse partir comme un tocard. A partir de là... même Costa Del Sol arrive pas à me mettre en joie. Donc j'erre dans les rues ensoleillés et plus ça va, plus je me sens comme un putain d'errant... seul. Le soleil éclatant, le cadre paradisiaque et tous ces gens heureux, ça me déprime... pire que ça, j'en deviens envieux, j'ai soudain l'impression de voir des couples partout.
Je m'assois alors sur un banc... plus que deux-cent-vingt munnies sur mon chèque-cadeau et merde, j'aurais décidément mieux fait de me prendre un casse-dalle dans mon coin. Ça m'apprendra à m'attacher... et je finis ma déprime sur un petit banc de sable à même les pavés de la ville.
A l'ombre d'un arbre exotique au tronc épais comme un chêne, le feuillage entre la saule pleureur et le palmier, je fume une clope tranquille avec des sacs de courses à mes pieds. Là, un truc tombe du ciel.

Je sursaute pas mais reste prostré, c'est quoi ça ? Un type débraillé... le costard mal ajusté et mal mis, sans cravate. Ses cheveux sont rouges en pics et avec une queue de cheval. Je détaille et voit un manche à sa ceinture que je devine être une matraque télescopique et des lunettes de soleils au front pour laisser voir ses yeux verts avec deux traces rouges en-dessous. Le mec se remet à peine de sa chute, geignant de douleurs avant de faire comme si tout allait bien. Je regarde brièvement au-dessus de moi... et il m'a l'air d'être tombé de l'arbre... mon regard se repose sur lui. Comme si j'étais pas là, l'inconnu se met à stresser et avoue à qui veut bien l'entendre qu'il a merdé. Puis reprend un air nonchalant, malgré tout sérieux, et confiant.

" Yo ! T'as merdé mon gars ! "

" ... T'es qui ? "

" Le mec qui te surveille ! Tu t'imagines comment c'est chiant ?! J'suis tout seul en plus et... j'étais pas mécontent d'avoir une belle nana à surveiller en même temps que toi ! "

Tseng m'avait pourtant dit que je remarquerais rien... ?

" Vous deviez pas être cinq à me prendre en filature ? "

" Hein ? Bah non, je suis tout seul là... " Me répond-il comme si c'était évident avant que son visage ne s'illumine d'un éclair de lucidité. " Heu... ah si ! On est cinq et on est des pros... mais je vais pas te le dire ! Parce qu'on est des agents secrets, tu vois ? "

" ...je vois ça... très secret même. "

" Parce que tu ferais mieux moi peut-être ? Yo mon gars, reprend-toi parce que t'es franchement pas sexy alors qu'elle... c'est une bombasse ! Tu t'en fous que je puisse me rincer l’œil ou pas mais faut vraiment que tu fasses un effort... pour toi quoi, tu vas rester seul comme un dépressif ? "

" Dégage et va faire ton taff. "

" Arrête de faire le connard ! Ça te mènera à rien mec. "

" Reno ! Remonte tout de suite ! " Lâche une voix rude et autoritaire qu'on sent passablement agacé.

Reno, donc, lève les yeux en l'air et soupire longuement... finalement, ils sont au moins deux à me suivre... c'est quoi ces bouffons au juste ? Je passe une main sur son visage, soupirant de rage mais une fois ma main passé, il n'y a plus personne. Bon, on va faire comme si on avait rien vu hein ?

" Pssss... "

" Quoi encore ?! "

Ça commence à me saouler là ! Alors je regarde en l'air comme si je parlais à l'arbre... et les passants me regardent bizarrement... évidement, faut qu'ils soient partis pour qu'on me réponde enfin.

" Elle est partie faire bronzette aux niveaux du magasin de surf... le même que l'autre fois... on croit en toi mec ! Fais pas le con, yo. "

" Reno ! Arrête tes conneries ou je t'emmanche ! "

Costa Del Sol, ça commençait à prendre la tête... et mon nouvel hébergement compromis, je suis allez m'en prendre un, le moins cher possible pour y déposer mes affaires. Plus que cent-soixante munnies sur mon chèque-cadeau. Ah non, cent-trente avec mes courses de ce matin. Je m'éclaterais aussi bien tout seul de toute façon ! Et me reste plus tellement pour être généreux... quand à mettre de ma poche... on verra. J'ai franchement pas envie de me casser le cul pour une gonzesse, surtout si c'est pour me sentir mal. Sérieusement, d'où elle en vaudrait la peine ?! Un jour je serais pété de tune, puissant, j'aurais une classe de tous les diables et j'aurais qu'à claquer des doigts pour qu'une quinzaine de mannequin tombe d'un arbre !

Je vais plutôt profiter en solo ! Sans personne pour me prendre la tête.... l'amitié, l'attachement et l'amour, ouais ! Mais si c'est pas à sens unique, c'est pas pour moi.

...

Bizarrement, parmi toutes les activités proposés à Costa Del Sol... j'ai choisis le surf...

" Yo... elle est partie faire de la planche à voile depuis... "

" Arrête !!! "

Va pour la planche à voile !

...

" Non ! "

" Écoute, j'ai fais le connard et je m'en excuse mais... "

" Mais rien du tout ouais ! Au début t'avais l'air sympa mais je te sens plus du tout mec. T'es louche, je le sens ! Je le sais ! T'as pas des yeux de sans-cœurs pour rien finalement et les gros cons, j'ai déjà assez donner. "

Et là, je me grille complètement, à jamais, pour l’éternité aux yeux de Clara.

" Et toi t'es plate mais je te pardonne ! "

" Ça veut dire quoi ça ? Je suis pas assez bonasse pour toi c'est ça ?! Ou alors j'suis chiante, c'est ça que tu veux me dire ? T'es un connard, c'est tout. Fraichement dépucelé et ça se prend pour le roi du monde ? T'es minable. Laisse-moi kiffer mes vacances tranquille maintenant ! "

" Yo, c'est vraiment un gros naze celui-là ! "

" Ouais j'suis d'acc... faut qu'on arrête ça Reno ! "

" Qu'est-ce tu parles dans mon dos en plus !?! "

Folle de rage et plus belle que jamais avec ses cheveux en pétards, elle me fout une gifle, gravant que je suis un connard au fer rouge sur ma joue. Ça fait pas mal, pas physiquement en tout cas mais ouais, j'suis trop un naze. Immédiatement, trois membres de la Shinra débarque et pas en tenue de vacances... ils regardent la scène... mais j'ai, en grand seigneur, la classe de leur expliquer la situation. Donc, on s'en sort sans heurts pour elle comme pour moi... sinon un rappel à l'ordre pour me prévenir qu'une droite d'un volleyeur et une gifle d'une dame, ça commence à faire de moi un fouteur de merde. Au troisième incident où je suis impliqué, on me virera de Costa Del Sol ad vitam æternam ! Étrangement, je me sens mieux, le cœur beaucoup plus léger maintenant que j'ai plus aucune chance avec Clara, je passe à autre chose avec facilité et dans cette histoire, j'y ai quand même gagné ! Après... j'aurais du l'envoyer chier dès qu'on est sortit de l’hôtel, en fait.
Je suis vraiment un connard finalement ! Et grâce à ça, je vais profiter du reste de mes vacances tranquillement... au fond, j’espérais quand même que Clara souffrirait de m'avoir perdu. Ça conforterait mon égo qui, je vous le cache pas, à un peu été mis à mal !

Alors vous voyez... je pouvais pas me mentir à ce point là... j'ai raté une occasion de fou dans ma vie et c'était de tomber amoureux. Là, je me refuse tout simplement à aimer quelqu'un qui m'aime pas et donc, forcément, j'avais besoin de me vider la tête.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 762
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Dim 22 Jan 2017 - 0:14
Exploit accompli.

Alors désolé pour le temps que j'ai mis.

Déjà, je vais redire très brièvement ce que j'avais déjà dit ^^ tout en ayant conscience que tu n'aurais pas pu savoir puisque j'ai noté tes trois premiers rps après que ton quatrième et ton cinquième ont été écrits. Mais évidemment, ce que je dis vaut toujours : incruster Reno et Rudo, à l'instar de Tseng ou de l'autre meuf, c'est pas possible. En fait, en-dehors du fait que c'est pas possible, je trouve que c'est assez mal amené. Sincèrement je trouve les dialogues sympas et objectivement réussis mais... trois agents super emblématiques des Turks qui tournent autour de Surkesh, c'est pas très subtil.

De plus, je le répète : C'est pas pour... une claque que quelqu'un va se retrouver banni de Costa del Sol.

Pour le reste. Je trouve que c'est un rp assez chouette mais je l'ai trouvé assez décousu. Déjà, commencer avec le résumé des épisodes précédents, j'ai trouvé ça assez chiant. Un rp doit se suffire, oui, et on doit le comprendre sans avoir lu les précédents mais ça, je trouve ça un peu grossier. T'aurais pu faire ça autrement.

Pourquoi décousu, donc. Y a des moments où j'ai pas trop compris vers quoi les choses évoluaient. J'ai deux exemples. Surkesh et Clara viennent d'avoir un petit clash. Ok. Juste après, tu nous dis que c'est un peu froid et qu'il déguste son steak qui est succulent et que... J'ai juste pas du tout compris pourquoi t'avais fait une ellipse sur tout ça, sur la gêne et tout. Honnêtement, je ne sais pas ce que j'aurais fait mais ce que je veux te dire c'est qu'au moment du steak, je n'avais pas compris que ça partait à ce point en couilles entre les deux.

En fait je pense que tu aurais du ralentir à partir du clash et décrire au moins la façon dont Surkesh pensait sur le moment. Comment est-ce qu'il croit pouvoir sauver l'affaire? Comment est-ce qu'il s'adresse à elle ?

Juste après, le moment avec Reno et Rudo est plutôt réussi, assez bien décrit, je visualisais très bien la scène mais on revient à une maladresse quand il retrouve Clara et mon dieu, j'avais aucune idée de la situation, de l'endroit, de comment était qui. Ils parlent tous les deux dans un vide, on ne sait pas ce qui les entoure. D'ailleurs on entend Rudo et Reno parler mais sérieusement j'avais... aucune idée d'où ils étaient. Et quand Surkesh répond "Ouais tu parles dans mon dos ?" j'ai juste pas compris à qui il parlait.

J'ai quand même trouvé le rp chouette, évidemment. J'ai beaucoup aimé le thème et j'ai adoré que Surkesh ne s'en sorte pas. Après peut-être que dans le cinquième rp !! Mais là il s'est planté. Je trouve cool que tu n'aies pas fait de Surkesh le prince du love, capable de se sortir de ce genre de situation facilement. Ton personnage est super humain.

Très facile : 5 xp, 50 munnies 1 PS en symbiose.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un dîner presque parfait
» Il était une fois... Carrefour!
» Il suffirait de presque rien ...
» Un dîner presque parfait
» je croyais que c'était terminer...