Clef Noire

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
55/55  (55/55)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 1 Jan 2017 - 16:55
Donc... j'avais cinq cent munnies à dépenser et... sérieux ? J'avais pas réalisé au départ mais c'est genre... plus ou moins le coût de la vie par mois quand on s'en sort pas mal. Et si ça me suffisait pas, j'avais cinq-cent-quinze munnies en plus à dépenser de ma poche ! Mille-quinze munnies au total, j'avais de quoi passer des putains de vacances. Avec ce soleil éclatant, toutes ces filles en bikinis et toutes les activités proposés, j'avais juste aucune envie de me battre ou de me prendre la tête avec des histoires de puissance ou autres.
Alors ma priorité après avoir découvert mon hôtel, ça a bien sûr été le short de bain... et j'ai cherché le magasin le moins cher de la rue commerçante. Direct, j'y ai dépensé cent munnies de fringues sur mon chèque-cadeau pour avoir un peu de réserve. Ensuite, je suis partit pour la plage et... pour l'instant, c'est tout !

Aujourd'hui, je porte un short noir avec des fleurs hawaïennes du même jaune que mes yeux... des lunettes de soleils jaunes aux verres noirs teintés, justement pour cacher mon regard... et content d'être pieds nus, j'ai enfilé une chemise à manches courtes que je laisse ouverte, encore une fois jaune ! J'ai aussi un collier avec des dents de requins. Après ma courte séance de shopping, je suis allé sur la plage et au départ, j'étais décidé à faire du surf... et le patron de mon hôtel m'a filé une adresse pour ça.
Donc j'y vais, tranquillement... je rentre de bonne humeur, gros sourire aux lèvres et je dis bonjour énergiquement ! Les prix me font... fuir, ouais... quand je vois le prix des cours de surf, je me sens soudain l'âme d'un autodidacte et quand je vois le prix de la location d'une planche... je me dis que je suis pas mage pour rien. Je reste le temps de regarder les planches pour en mémoriser les formes et les courbes.

Puis je me casse parce que c'est trop cher à mon goût. Sur la plage, face à la mer, je me concentre et tend les bras en avant, j'étends mon ombre. Façonnant alors le vide de mes mains, mon ombre reste plate mais se fait la silhouette d'une planche de surf qu'on aurait planter debout dans le sable. Après ça, je tâche au mieux d’imiter les courbes encore fraiche dans ma mémoire... et voilà une sombre planche relié à mon corps comme l'est n'importe quel ombre. Avec un soleil aussi éclatant, mon ombre est ample et dense comme jamais donc ça donne un bon support.
Je me jette à l'eau, mon ombre suivant mécaniquement bien qu'elle doit devant et je m'allonge dessus, sur le ventre... puis je rame avec les bras. Une chose est sûre, le magasin de surf est pas là pour rien et y a de la vague ! De la grosse... je m'embarque sur la première... et je saute sur mon ombre debout !

Forcément, je tombe de suite à la renverse et fait un plat du dos... ça claque mais c'est pas si douloureux. Par contre, mon ombre flotte encore... alors je me sers du lien pour me hisser à nouveau dessus et parvient à surfer la vague ! Je la surf mais pas vraiment puisque je reste à plat ventre dessus pour me laisser porter comme le font... bah les gens qui surfent pas ou qu'ont pas de planche. Je réessaye, plusieurs fois... et je finis par tenir deux secondes debout, ça fait ma fierté ! Puis soudain, me vient une idée en tête... donc j'y retourne, avec la même méthode sauf que cette fois-ci... j'englue mes pieds dans mon ombre. Du coup je tiens trois-quatre secondes avant de tomber à la renverse sur le dos et mon ombre qu'a suivit. Je réessaye encore... mais ça finit par me frustrer... et déjà que c'est fatiguant en soit comme activité, boire tasse sur tasse n'aide pas ! Donc je retourne sur la plage et m'écroule volontairement sur le sable, fermant les yeux derrière mes lunettes pour pas voir tous ces mecs qui surfent comme des pros ou la jalousie me fera péter un plomb.
Finalement, je me repose et... ça fait du bien de décompresser un peu, j'ai pas à me soucier de ce qu'on attend de moi ou de munnies à récupérer... là j'en ai, c'est le paradis, je suis serein.

Putain, c'est décidé... je veux être mercenaire et avoir les moyens de revenir ici... voir carrément d'y vivre. J'ai quasiment rien vu de Costa Del Sol et rien fait dedans mais je sais déjà qu'ici, sans fric, t'as que dalle. C'est partout pareil. Le fric et la puissance... ouais, je vois vraiment pas l'intérêt de s'encombrer de grands principes, de morales ou de chercher un sens profond à la vie. Les choses sont telles qu'elles sont et faut faire avec, s'adapter... là, je suis à Costa Del Sol ! Et putain, qu'est-ce que je fous à faire la sieste ? Faut faire avec, s'adapter... mais faut profiter surtout !
Je me relève assis sans l'aide des bras ou des jambes puis j'observe les surfeurs pour m'en inspirer. Puis j'y retourne et c'est déjà mieux...

Très vite, je recommence, peaufinant ma technique à chaque essai... et j'arrive à tenir cinq secondes avant de me viander ! Mieux que tout, j'arrive plus ou moins à décider comment je me viande et je me fait moins mal. Avec une vraie planche, ça serait beaucoup plus pratique... puisque j'ai beau pouvoir engluer mes pieds dans mon ombre... je dois gérer mon équilibre en même temps que mon sort pour ne pas qu'il se dissipe. En plus de ça, je me rends compte que si mon ombre garde la forme d'une planche, grosso modo... elle n'est jamais tout à fait la même d'une seconde à l'autre. Comme de l'argile qui n'est toujours pas sec, c'est un peu fluide donc ça change de forme et on doit la sculpter en permanence jusqu'à ce qu'elle se rigidifie complètement... ce qui dans le cas de mon ombre n'arrivera jamais.
Ce qui m'arrangeait, ça serait d'avoir une planche en matière noire mais j'ai pas encore le niveau pour un truc aussi grand qu'un surf.

Acheter un surf, c'est deux-cent munnies dans la gueule... le louer pour la journée, c'est cinquante munnies soit le prix d'un bon restaurant et j'ai pas envie de me priver des restos et bars de Costa Del Sol ! Pour le surf, je lâche l'affaire... donc... après tout ce sport, j'ai la dalle et repart en direction de la ville quand on m'interpelle.

" Hey ! " Je me retourne pour voir une fille qui me fait signe de la main en sautant... elle est pas toute seule, c'est un groupe de dix environs... et quand je détaille, ils sont neuf autour d'un filet de volley-ball. " Il nous manque un joueur ça te tente ? "

" Ouaip ! "

" Autant te prévenir alors, on est pas du genre à jouer tranquillement ici, tu te donnes à fond ou tu te casses ! "

" Ah ouais ? Vous me plaisez déjà ! "

Ça commence et on me laisse l'honneur de lancer la partie ! Sans attendre, je lance la balle en l'air... puis bondit à sa poursuite et smash de toutes mes forces. D'entrée de jeu, je marque sans réussir à m'empêcher d'afficher un sourire prétentieux. La fille qui m'a invitée, une belle petite brune dans un bikini rouge, me regarde en fronçant les sourcils et n'a pas l'air contente. La mauvaise perdante a pas digérée le point ! Les autres de son équipe non plus, d'ailleurs... mais mes coéquipiers sont plutôt content de m'avoir après ça. Je regarde celle qui m'a invité dans la partie sans défaire mon sourire, on se défie du regard.

" Autant te prévenir ! Je suis pas du genre à jouer tranquillement... tu te donnes à fond où tu te casses ! "

Elle me sort une tête outrée avant d'afficher un mélange de colère et de détermination sur son joli minois... puis smash comme je l'ai fait. La balle m'arrive en pleine gueule comme un boulet de canon mais je reste rigide, elle rebondit sur ma tête et décolle au-dessus de moi à une belle hauteur, toujours dans notre camp. Une coéquipière arrive alors pour un reprise acrobatique du pied que ne renierait pas un joueur de blitzball ! Un adversaire tend le bras pour sauver la balle du poing... puis la brunette pique un sprint éclair et pleine de rage, nous envois un smash en ras de filet ! Vive comme une flèche... j'essaye de la réceptionner mais la balle rebondis sur mes mains aussi sec dans le filet, puis tombe au sol.
Je craque complètement quand elle saute de joie les bras en l'air !

" Un partout monsieur la frime ! Donne-toi à fond ou j’explose tes lunettes pour de bon ! "

Elles étaient déjà déformées, d'ailleurs... mais je les gardais quand même, ça couvrait toujours mes yeux et ça me donnait un style un peu rock. La partie a continué... c'était éprouvant mais j'ai aimé. Ça demandait des réflexes, de la force, de l'endurance et de la vitesse... moi qui me plaint de toujours de trop compter sur ma magie, là, j'étais servit niveau renforcement physique. Finalement, la partie n'a pas duré trop longtemps et c'est l'équipe d'en face qui a gagné... j'ai sympathiser avec quelques uns... puis je suis allé payer ma tournée de cocktail, histoire de faire plus amples connaissances. On est alors allez dans un bar sympa sur la plage avec une terrasse à même le sable.

" Moi c'est Melissa ! " Une brune donc... le corps lisse et énergique, très tonique, pleine de punch. Ses cheveux bruns sont chaotique, lui arrivant en-dessous des épaules en batailles. Elle des formes rebondis, charnus sans être opulentes avec des yeux verts sombres. Sur le terrain, elle se bat pour la balle, lui court après, n'hésite pas à la voler à ses propres coéquipiers et imposent clairement son rythme. Très rapide, plutôt réactive mais... sans élan, elle a du mal à envoyer du lourd. Après tout, c'est mes lunettes qui ont pétés, pas mon nez mais j'ai quand même sentit le coup passé. Je vous cache pas avoir un petit coup de cœur pour elle ! " T'en veux pas d'avoir perdu... j'étais dans l'équipe d'en face et tes coéquipiers étaient nazes... sauf le black, lui il tenait la route même s'il manquait de réflexes. Après, à deux contre cinq, c'est pas un vrai match ! Quoique, avec l'autre rouquin c'était plutôt du deux contre quatre et demi. "

" Ouais, je suis bien d'accords... " ...d'avoir une excuse pour avoir perdu... " ...et vous du coup ? "

" Moi c'est Clara. L'hyperactive, c'est ma... "

" Sa petite sœur !"

Clara a soupiré de fatigue et de lassitude, un regard agacé braqué sur sa sœur... alors que Melissa est plutôt petite, dans les un mètre soixante voir même un peu moins, sa sœur était beaucoup plus longiligne et haute. Ses cheveux étaient lisses avec une frange, bruns comme sa sœur mais tirant vers le roux. A vrai dire, je ne l'ai pas vu envoyer la balle dans notre camp une seule fois, se contentant de réception et de passe. Par contre, dès qu'elle touchait une balle, on se mangeait un méchant tir derrière de la part d'un de ses coéquipiers... et je pense pas que ce soit un hasard.
Alors qu'elle retourne son regard vers moi, m'offrant un sourire aussi doux et serein que sa voix, j'ai remarqué ses doigts extrêmement fins.

" Merci pour les cocktails en tout cas, c'est très gentil de ta part. "

" Moi c'est Brick et ouais, c'est cool de payer ton coup ! "

Lui... il est pas très rapide et pas très réactif, ne fait jamais de passe... par contre, dès qu'il touche la balle... y a plus rien à faire, pour peu qu'il réussisse à viser. Un blond aux yeux bleus coiffé d'un dégradé, massif, taillé comme une armoire à glace qui envoi des météores. Au point qu'après un de ses smash, on a eu besoin de creuser pour retrouver la balle... et qu'un autre nous a forcé à remettre le filet en place après que les poteaux se soient renversés.

" Le meilleur pour la fin... Ray Mundo ! A ton tour de te présenter maintenant. "

Athlétique, bronzé et les cheveux en dreadlocks courts... au début de la partie, il paraissait plutôt banal mais plus on jouait, plus je le trouvais bon... tout simplement parce qu'on fatiguait et s'épuisait mais lui est resté au top de sa forme. C'est à dire que même au départ, sans forcément rayonner sur le terrain, il était très solide et suivait le rythme sans problème. La partie était plutôt serré et sur la fin, quand son équipe était à bout comme la mienne, lui était en pleine forme... c'est lui qui a été décisif pour la victoire. Sans ce gars, je pense que j'aurais gagner même avec une équipe qui suivait pas.

" Surkesh. "

Les présentations terminés, toujours en train de siroter nos cocktails, Melissa est rentré dans le vif du sujet... tout ce beau petit monde forme une équipe de volley participant à un tournoi et cet après-midi, ça sera la finale. Or, un de leur joueur est parti... une histoire chiante à propos de ses gosses, ça me regarde pas vraiment et ça m'aurait saoulé d'avance d'avoir à écouter ça. Le fait est que fallait le remplacer et que... selon eux, je ne suis pas trop mauvais au volley. J'ai donc accepté, pour le sport et le fun, puis on m'a dit qu'il y avait une grosse somme de munnies en jeu ! J'aurais pas une part en entier puisque l'autre a le droit à la sienne mais il a donné son accord pour que son remplacement touche un peu de sa part. En gros, j'allais bien me marrer et être payé pour ça... sans forcément avoir à me taper tout un tournoi entier et les entrainements qui vont avec.
Franchement, j'étais super content et je pouvais difficilement rêver mieux. Par rapport aux cocktails, je m'en suis sortit pour cinquante munnies. A cinq munnies le verre, on en a pris deux chacun et ça a vite monté... une petite larme à l’œil au moment de me dire que j'avais déjà dépensé cent-cinquante munnies.

Avant de partir m'entrainer avec eux, pour bosser la synchro, les stratégies et le travail d'équipe, je me suis offert une bonne bouffe à cinquante munnies. Me reste alors trois-cent munies de mon chèque cadeau et j'étais arrivé ce matin... quand même, ça a un prix Costa Del Sol puisque jusqu'ici, j'ai tapé dans le bas-de-gamme.

Le terrain de volley, à même de sable, est simplement délimité par des tronçons de bois plutôt sommaire avec des gradins qui se montent et se démontent en un clin d’œil, accueillant un public ayant payé leurs places à prix d'or. Le filet doit être l'élément le plus couteux. Des palmiers jonchent les bordures de la zone de jeu sans gêner la visibilité ni des joueurs, ni du public, ni des quelques cameras. Le ballon, très semblable à un ballon de blitzball est aux couleurs de la Shinra. L'arbitre résume rapidement les règles.

Deux équipes de cinq joueurs s'affrontent en maillot de bain mais les accessoires -bijoux et lunettes- sont autorisés. Le terrain est divisé en deux par le filet et chacune des moitiés appartient à une équipe. Le premier engagement est décidé à pile ou face et après ça, peu importe qui marque, c'est chacun son tour. On engage en jetant la balle dans son propre camp. On peut utiliser n'importe quel partie de son corps et se faire des passes indéfiniment mais un même joueur ne peut toucher la balle deux fois d'affilés sinon, l'équipe adverse marque un point. On a pas le droit de faire sortir la balle des limites du terrain, de lui faire toucher les limites du terrain, de la faire toucher le filet ou de la faire passer en-dessous sinon, l'équipe adverse marque un point.
Enfin, si la balle touche le sol de votre moitié de terrain, l'équipe adverse marque un point et c'est la base du volley sur plage !

La magie, le psychisme, la symbiose, les gadgets et produits dopants sont formellement interdis !

Le match commence... Ça se joue en six points. Pour ma part, j'ai juste enlevé ma chemise mais sinon, ma tenue est la même et avec mes lunettes tordues. Les deux mecs sont en shorts, Clara dans un une pièce et Melissa avec son deux pièces. En face, c'est tous des gars avec le même short et rien d'autre que leur maillot. C'est nous qui ouvrons le bal !

Clara envois une belle balle en l'air, Brick y va avec ses gros sabots et s'apprête à frapper le pire des smash, en ligne droite... puis Melissa surgit de nulle pour un smash rapide en biais ! L'adversaire ne s'y attend pas et vu la vitesse de la brunette, a du mal à réagir... pourtant, l'un d'eux sauve la balle qui part très haut dans les airs. On a clairement le temps de se préparer mais un joueur de l'équipe adverse bondit comme s'il était monté sur ressort à plus de deux mètres de hauts et nous choque ! Son tir est plutôt bon et on s'attendait vraiment à avoir quelques secondes de plus. Fort heureusement, Clara est sur le coup et caresse la balle du bout des doigts, la faisant tourner sur elle-même un instant en l'air comme une petite planète... elle s'écarte agilement pour me laisser passer puis des poings joints, je fais une passe en arrière à Ray Mundo. Ce dernier la renvoi vers le filet avec une longue trajectoire en cloche, Melissa s'abstient puisqu'en face, ils se sont trop bien placés et ne lui laissent aucune ouverture.
Sauf qu'a le temps d'arriver Brick et là... y a plus rien à faire, son smash fait s'enfoncer la balle dans le ventre d'un joueur adversaire... elle ne rebondit même pas et tombe simplement au sol après avoir plaqué le pauvre volleyeur au sol.

Un à zéro pour nous.

Ils engagent et nous font languir, jouant à la passe à dix mais on se tient prêt. Puis ça part d'un coup, un tir à ras de filet sur Marco, bien trop vif pour lui ou pour moi. La balle ricoche sur ses pectoraux vers le sol... mais Melissa la sauve d'un tacle glissé, envoyant miraculeusement en l'air la balle du bout du pied ! La brunette a rattrapé le coup puis j'arrive derrière pour un violent smash du poing. Le tir est réceptionné par l'un des adversaires, aussitôt renvoyé par un autre ! Melissa vient à peine de finir son tacle... Brick ne peut juste pas suivre alors que Clara est bien trop loin tandis que moi je suis en train d'atterrir... et heureusement, Ray Mundo pique un sprint puis renvoi la balle sur Clara qui me la renvoi. Maladroitement, ne sachant que faire, je fais la passe à Brick qui, automatiquement, tente un smash... mais j'ai envoyé la balle trop bas pour lui et elle passe sous le filet.

Un partout, à nous d'engager.

De base, notre stratégie c'est que Clara reste au centre, gardant cette position optimale en vue de récupérer les balles délicates.

Brick est à l'avant pour faire barrage aux smashs et en envoyer... moi je suis avec lui pour ajouter un peu d'adresse.

Ray Mundo est à l'arrière, solide et fiable... Melissa aussi même si avec sa vitesse, elle est partout, c'est notre meilleur atout.

Clara envoi la balle haut dans les airs... et elle retombe en ma direction, je bondis comme pour smasher mais c'est une feinte, je la renvois vers Clara qui l’envoi encore plus haut que précédemment. Brick joint ses mains et propulse Melissa en l'air qui, couvert par l'éblouissant soleil de Costa Del Sol, nous sort une magnifique reprise de volley digne d'un Ronaldo ! Tous aveuglé, on voit alors nos adversaires plonger n'importe comment dans tous les sens mais aucun ne rattrape la balle... le public est en délire et la foule commence à nous porter.

Deux à un pour nous, c'est eux qui engage.

Un deuxième engagement à ras de filet, ni moi, ni Brick ne pouvons gérer et Clara n'arrivera pas à temps... mais Melissa est déjà là, faisant maladroitement rebondir le ballon sur son bras, offrant les précieuses secondes qui permettent à sa sœur de me renvoyer une balle dès plus compliquée à gérer. Pourtant, la passe est parfaite et tellement à l'aise, j’envoie le ballon à une hauteur parfaite... Brick smash, y a plus rien à faire du côté de nos adversaires.

Trois à un pour nous, c'est nous qui engageons.

Clara envois la balle en l'air à l'arrière, une passe à l'aveugle parfaitement exécute... et Ray Mundo, sans décoller du sol, shoot du pied sur Brick qui reste figé comme une statue ! Ce tir, parfaitement exécuté, possède un angle qui envoi la balle en l'air... et Melissa était à sa poursuite, prenant appui sur Brick pour suivre l'angle de la balle. Dépassant cette dernière à ce moment, elle nous sort un shoot du pied aérien de folie à ras de filet... on marque le point mais sans avoir le temps d'en profiter... Melissa se réceptionne mal et se pète la cheville.

Quatre à un pour nous, à eux d'engager et n'ayant pas de remplaçant, on continue à quatre même si Melissa est prête à continuer à cloche-pied. Pas le choix, pour elle c'est le banc.

Ils nous refont le coup de la passe à dix, nous surprenant d'une vive balle à ras-de-filet et sans Melissa, plus personne n'est assez rapide pour la rattraper.

Quatre à deux pour nous, on engage...

Clara envoi la balle sur Ray Mundo, qui me la renvoie et je la renvoie à Clara pour qu'elle fasse une ultime passe à Brick. Quatre joueurs de l'équipe adverse se mette en ligne droite, fermes sur leurs appuis et se soutenant les uns les autres. A eux tous, ils parviennent à dévier le tir de notre colosse même si tous tombent à la renverse. Le cinquième, dans un cri de hargne digne d'un tennisman en rûte, intercepte la balle et le renvoi comme il peut : tellement haut qu'elle disparait dans les rayons du soleil. L'autre de tout à l'heure nous sort un bond monstrueux mais pas de chance pour lui, la balle retombe de notre côté... et Brick n'y est pas, Ray Mundo comme Clara sont trop loin. De mon côté, je me sens pas de contrôler une balle qui chute de si haut pour faire une passe et me décide à tenter un smash... mais ma force est juste assez grande pour envoyer le ballon là où je veux... à puissance et vitesse passable. L'équipe adverse la contrôle sans mal et nous sort ce putain de tir ras-de-filet vif comme l'éclair.
Je vais me répéter mais ça nous fous dedans... sans Melissa, plus personne n'est assez rapide pour rattraper ce putain de tir ras-de-filet.

Quatre à trois pour nous, à eux d'engager et j'anticipe la suite, malade de ne rien pouvoir faire !

Passe à dix, ras-de-filet, point marqué... comme on s'y attendait tous.

Quatre à quatre, à nous d'engager...

Clairement, y a plus le droit à l'erreur : on marque ce point... ils nous font ce putain d'engagement et on reste à égalité pour la balle de match mais comme ça sera notre tour d'engager, on pourra gagner. Si on perd ce point, à moins d'un miracle qui fait que l'un de nous quatre trouve la parade et j'y crois absolument pas, on sera cuit.
Clara est sur le point d'engager... et juste avant, je l'interrompt.

" Clara, s'y a  un putain de temps mort dans ce sport, on le prend de suite !!! "

" La seule pause possible, c'est la passe à dix ! "

L'arbitre nous presse de faire l'engagement, on a trois secondes. Trois...

" ON LE FAIT ! "

Deux...

" Ray Mundo ! "

Un...

Clara engage d'une douce passe vers Ray Mundo... ils font la passe à dix à deux, de peur que Brick le bourrin et le débutant que je suis ne fassent une boulette. Lentement mais surement, on se regroupe en cercle comme on peut, le plus proche possible mais si Clara et Ray Mundo doivent garder une certaine distance pour les passes. Alors qu'on arrête enfin de rusher, j'ai toute la fatigue du match et de la journée qui me tombe dessus d'un coup. Ça m'a déjà fait faire quelques erreurs mais là, je pourrais rater même la passe la plus conne qui soit... je suis rouge diable... me jeter dans l'océan ne me tremperait pas autant que ma propre sueur... je respire comme un épileptique et mon cœur bat tellement n'importe comment que ça m'en secoue la cage thoracique. Mes entrailles sont déchirés par la pression, je refuse de perdre les munies en jeu et je refuse encore plus de perdre l'occasion d'impressionner Melissa pour la ramener dans ma suite de luxe. J'ai la bouche si sèche et pourtant, je m'étouffe presque de ma bave mousseuse... mon cerveau m'a l'air sur le point d'exploser... mon crâne est devenu une cocotte minute et mon sang y boue de manière infernal, pas sûr qu'y ait une soupape.
Je regarde mes coéquipiers... Brick ne court pas tellement, il est là pour des smash de fou et reste crevé mais ça à l'air d'aller. Ray Mundo est au top... mais Clara, sans être aussi mal que moi, reste bien crevé. Comme sa sœur, elle court après la balle obstinément... alors que Melissa s'est pété une cheville en s'enflammant, elle s'est épuisée à tenter l'impossible. Moi ? J'ai juste pas le niveau mais bordel, j'ai fait la Coalition Noire et j'ai participer à la capture d'un dragon divin... d'où je peux pas gagner une partie de volley ?!

" On doit gagner ce point, on arrive à cinq à quatre... ils égalisent en engageant, ça fait cinq à cinq mais on aura l'engagement pour la balle de match... sinon, ils nous assassineront. On va refaire le même coup qu'à la manche d'avant... sauf que cette fois, Ray Mundo et moi on inverse nos places pour qu'il puisse couvrir Brick. Je reste à l'arrière et avec la distance, j'ai peut-être une maigre chance de gérer leur contre-attaque là où j'ai aucune chance devant. Puis je pourrais les analyser, à l'avant j'ai pas une vision assez globale. Clara peut gérer le milieu toute seule, pas le choix. Ça vous va ?! "

Tout le monde acquiesce... je file au fond du terrain et j'en suis sûr, s'ils ont l'occasion de viser, ça sera ma zone la cible... et j'espère que je pourrais assurer en fond de terrain. Brick retourne à l'avant et Ray Mundo y va plus tranquille, continuant d'échanger la balle avec Clara. Cette pause, loin de m'aider, m'a coupé dans mon élan... mais on repart.

Clara refait une dernière passe à Ray Mundo qui place parfaitement le ballon pour le smash de Brick... les adversaires se mettent en ligne face au colosse qui y va à fond ! Même scénario qu'à la manche précédente et on se retrouve avec la balle dans les cieux. Rendu momentanément invisible par le soleil... je guette les hauteurs attentivement et comme si je jouais ma vie. Le seul ayant des lunettes de soleils, c'est moi et je devrais être le premier à la revoir maintenant que je suis en fond de terrain avec plan.

Mon cerveau carbure plus rapidement que jamais... soit le ballon tombe hors-jeu et on verra pour la balle de match. Soit ça retombe chez eux, on est dans une merde noire. Soit c'est chez nous que ça retombe... et encore après ça : si ça tombe dans le coin de Clara ou de Ray Mundo, on a une chance... soit ça tombe chez moi, au fond du terrain... alors on priera.
Bénis soient les dieux, ça tombe chez nous et sur Clara en plus !

Elle saute, s'étendant de tout son long avec une grâce infinie mais toute son adresse suffira-t-elle face à un boulet de canon que la gravité transforme en météore... ? Tournant sur-elle même plusieurs fois comme une brève tornade, elle parvient à renvoyer la balle sur Ray Mundo ! Ce dernier, ferme sur ses appuis, en absorbe l'impact de ses poings joints en masse avec les pouces collés-serrés... et offre un amorti surnaturel à Brick qui n'a plus qu'à smasher. L'équipe adverse n'a aucune chance, la moitié sont encore au sol et tout le monde sait, ils ne peuvent juste pas encaisser deux tir aussi puissant dans un intervalle aussi court. Dans un hurlement de fauve à faire trembler Costa Del Sol en entier, Brick nous offre le smash le plus puissant du match et de l'univers !
Et justement, c'est bien trop puissant, ça finit hors-jeu.

Cinq à quatre pour l'adversaire... à eux d'engager et j'enlève mes lunettes, les tenant au creux de ma paume, je serre le poing pour les briser de rage. D'accords, on ne peut pas arrêter ce foutu smash à ras-de-filet... mais on sait que c'est ça qu'ils vont faire... et on sait aussi qui va le faire.

Je ne le quitte pas des yeux... je le fixe avec obsession et je ne le lâche pas une seconde pendant cette échange de passe infernal entre eux. Je joue au bento mais pour peu que je ne perde pas des yeux le smasher, on aura le droit à une balle de match que je suis sûr de gagner. Putain, je l'ai ! Juste avant qu'il ne smash, je fait un pas saccadé et nerveux digne d'un sans-cœur vers lui, les bras tendus jusqu'à mes doigts crochus... puis m'élance si vite sur lui qu'on ne me revoit qu'une fois ma clef-broyeuse encastré dans sa gorge !
Mon sort a fonctionné, le paralysant à court instant juste avant que sa main ne touche la balle et cette dernière tombe simplement. Un adversaire plonge, parvient à la renvoyer mais hélas pour eux, en-dessous du filet.

Je vous raconte pas mon sourire à ce moment-là...

Cinq à Cinq ! A nous d'engager... et quitte à tricher, on le fera jusqu'au bout.

Je fais donc signe à Clara de m'envoyer la balle. La passeuse me rend un regard du genre... t'es sûre, vraiment sûre de chez sûre ? Et ouais, je pue la confiance là. Clara me fait donc une passe, parfaite. Fléchissant les jambes pour y envoyer toute ma magie... je pivote sur la pointe de mon pied gauche et tape la balle d'un coup de pied retourné de la jambe droite. A ce moment, j’envoie de la magie dans le ballon et le contrôle désormais par la pensée grâce au sort mental. Faut pas que ça se voit mais j'ordonne à la balle une trajectoire digne des effets des plus grands artistes de foot... et un adversaire parvient à prévoir la trajectoire, prêt à la renvoyer.
Subtilement, mon ballon dévie légèrement une fois au contact et clairement, on jurerait qu'il tape à côté !

Si j'avais triché dès le début, ça aurait été un peu gros mais là ? On a fait un match de folie... à la fin ils ont craquer et je me suis révélé au moment le plus important... mon équipe vient vers moi... ouais, super, je suis trop crevé là. Content mais... j'ai tout donner physiquement et mentalement, on chopera Melissa après, c'est du tout cuit la concernant.

" J'vous invite tous dans ma suite dans le gros arbre !!! "

Puis je m'écroule sur le sable et relâche la pression... c'est tellement bon !

ON-A-GA-GNÉ !
Le Drapeau Blanc

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 5 Jan 2017 - 21:16
Exploit accompli.

J'ai particulièrement aimé cet rp-là, je dois dire. Je l'ai trouvé super sympa. Déjà, j'ai beaucoup aimé cette gestion de l'argent complètement transparente pour le lecteur. Tu dis tout, c'est assez marrant et je vois que tu t'es... bien basé sur l'explicatif.

Le moment du surf était sympa même si sur le coup je me suis dit texto "T'as des types, leur métier c'est de faire des planches de surf parfaites, aérodynamiques et tout. Surkesh peut pas recopier ça bêtement avec une ombre !"

Putain Surkesh ! T'as pas vu le dessin animé avec des pingouins qui font du surf ?! mais elle est où ta légitimité pour en parler ?!

Après évidemment, ton rp c'est... le volleyball et tu m'as bluffé. Tu as super bien décrit ça, le premier comme le deuxième match, c'est très très précis, j'ai vraiment compris le déroulement du match. Y a juste un moment où... j'ai vraiment pas compris ce qu'il se passait, c'est le moment d'une des tactiques finales

"Clara engage d'une douce passe vers Ray Mundo... ils font la passe à dix à deux, de peur que Brick le bourrin et le débutant que je suis ne fassent une boulette. Lentement mais surement, on se regroupe en cercle comme on peut, le plus proche possible mais si Clara et Ray Mundo doivent garder une certaine distance pour les passes."

Je sais pas.

Tu as donc été très précis et surtout tu as fait ça à fond. JE crois qu'au dernier point j'en aurais eu marre et j'aurais bâclé ça mais non ! Et bravo !

C'est marrant parce que tu es très manga dans ta manière de voir les choses. Dans la description des forces et des faiblesses de tes alliés, je veux dire... Surkesh a pas énormément joué avec eux mais sait dire quelles sont les qualités et les défauts de cette personne en tant que joueur et en arrive à quelque chose de très "gros" si je puis dire, un peu caricaturé. Typiquement on a le bourrin qui court pas mais smash comme un dingue et souvent trop fort. Une meuf qui est très tactique et qui fait toutes les passes décisives mais qui marque pas... Celle qui prend énormément de place, super active, etc...Je dis manga parce que c'est le propre des shonen (bien que j'adore ça) de te proposer des personnages simples, qui ont peu de caractéristiques. Typiquement, aucun méchant dans One Piece (puisque je sais que tu connais au moins un peu) n'est vraiment bien complexe.,

Je ne sais pas si c'est une critique, je t'avoue. Moi ça me fait sourire... Disons qu'il vaut mieux s'intéresser aux pnj et leur donner des caractéristiques plutôt que... ne pas le faire du tout; Je ne trouve pas ça problématique mais je le remarque.


Allez, mission... normale. 24 xp, 240 munnies et 3 PS en dextérité !!

Oh une bouteille à la mer ! Quelle originalité ! Tu reçois un rapport, merci de me le dire par mp (c'est bizarre mais oui, je veux un mp)

_______________________________
messages
membres