Derniers sujets
» Loué soit Son nom
par Cypher Aujourd'hui à 0:12

» Tombe la chemise
par Roxas Aujourd'hui à 0:01

» Nouvelle approche
par Rufus Shinra Hier à 23:11

» Une balade dans les étoiles [Roll20 Starfinder]
par Shadow Hier à 22:53

» Le pire des mercenaires
par Lenore Hier à 21:43

» Tombent les cartes
par Chen Stormstout Hier à 20:55

» Tombent les masques
par Death Hier à 17:08

» Contrats - Demande de Mission
par Lenore Hier à 16:36

» Pour un peu de bien
par Agon Wiley Hier à 6:07

» L'âme d'un chercheur
par D.Va Jeu 19 Oct 2017 - 22:38

» Que tombe la foudre!
par Chen Stormstout Jeu 19 Oct 2017 - 19:18

» Attaque Nocturne
par Surkesh Jeu 19 Oct 2017 - 15:11

» Reading Project
par Lotis Terrick Jeu 19 Oct 2017 - 14:27

» Jour de fête
par Cassandra Pentaghast Jeu 19 Oct 2017 - 12:57

» 1297 Mishtaven Street
par Roxas Jeu 19 Oct 2017 - 11:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 D.Va vous aime !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Petit Lapin
Masculin
Nombre de messages : 43
Age : 24
Localisation : Vaisseau-mère
Date d'inscription : 30/12/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
215/400  (215/400)
Ven 30 Déc 2016 - 15:04

D.Va



Identité

  • Nom  : Song

  • Prénom : Hana

  • Titre  : Petit Lapin

  • Âge :  19 ans

  • Monde d'Origine:Jardin radieux

  • Race  : Humaine aux réflexes de jedi !

  • Grade désiré : Maximum seigneur ! Au-delà, ce serait trop facile




Test rp <3


Tu sais, il y a ce moment, juste avant une mission ou une épreuve, où c’est calme. Ce moment, souvent, on ne le remarque pas. Je l’oublie plus qu’à mon tour mais… quand je le prends, ce moment, pour me dire « Hana… Passée cette ligne, il y a toi, il y a l’objectif et une victoire assurée », je me sens immédiatement beaucoup plus confiante ! Ce n’est pas une question de sérénité, de calme intérieur ou quoi que ce soit. Non, écoute… c’est une façon de se dire qu’il y a un avant et un après. Avant, je faisais ainsi. Maintenant je fais ça !

Je sors du sas du vaisseau et j’avance, assurée, chargée à bloc ! Sur mes deux flancs, deux soldats de mon camp, dans des armures que je devine identiques à la mienne. Je ne vois que le visage de mes deux escortes à travers la visière de leur casque. Pour le reste, tout est à deviner à propos du physique des membres de mon escouade.

Ils parlent. Moi je n’écoute pas. À vrai dire, je n’entends rien, si ce n’est une musique électro qui résonne à fond la caisse dans mon casque. Je connais tellement notre mission que je pourrais lire la moindre instruction sur leurs lèvres ! Et tiens, celui-ci dit…


« Ils arrivent !! »

Évidemment, chéri ! Montrons-leur ce qu’on sait faire ! Je brandis mon fusil mitrailleur dans les airs. Le ciel est si sombre, l’horizon si noir… On se croirait dans du dark fantasy ! Et je les vois… les millions de droïdes verts, volants et dégoûtants qui, tel un essaim, s’enfuient de la citadelle et se dirigent vers notre unité. Mes alliés tirent… Mais seulement pour me mettre dans l’ambiance ! Ce n’est que du décor, pour l’instant !

Les choses sérieuses commencent. Des dizaines de ces créatures volent proches de moi, se dirigent vers moi et mon escorte. Et… Que la fête commence ?

Je vise et tire en courte rafales. Toujours de la même façon. Le recul de ma machine est très bien géré, aussi, j’abaisse toujours un peu le canon quand je flingue un cybug. Les balles fusent de mon fusil et abattent mes adversaires bien avant qu’ils ne m’atteignent et… rien de perdu, ou presque !  Dans ce niveau, je prévois toujours une fourchette d’une balle pour abattre les insectes. Ce n’est pas un souci de gaspillage des munitions, simplement… de dps. C’est du dps pur. Le dps influe sur le score et le score sur le classement. Je ne dois pas utiliser trop de balles par ennemi pour recharger le moins possible et aux moments les plus opportuns.

Au début c’est facile, mon bras armé bouge instinctivement, vise avec précision les cybugs. Les pattern des premières vagues est… basique, linéaire. La compétition mise à part, je pourrais parler à mes voisins tout en jouant. Je laisse sur mon sillage une montagne de frags. D’ailleurs… quand, comme moi tu as fait un bon millier de fois cette même campagne, tu remarques certaines choses. Ici je n’ai pas le temps de m’y attarder mais à tout joueur de Hero’s Dutti, je conseille ceci : Faites bien attention au cybug le plus à gauche de l’écran lors de la deuxième vague d’ennemis. Si vous le détruisez alors qu’il survole la plaque de métal tordue, jaillissant du sol comme un pique, vous verrez qu’il s’embroche dessus ! J’adore le design de ces machins, c’est ce qu’ils ont le plus réussi ! Des frelons noirs aux ailes vertes et lumineuse ! Quatre ailes, six pattes crochues, deux pinces à l’avant, un dard gigantesque à l’arrière et un regard… ouuuh ! C’est tellement creepy.

On avance dans le décor, vers la citadelle ! Les vagues sont un peu plus disparates, c’est plus difficile de discerner ce qui va avec quoi, aussi, un débutant aura du mal à se concentrer sur certains mobs plutôt que d’autres. Au bout de centaines d’heures… Disons que je déchire grave ! Je vois deux groupes d’ennemis dans mon champ de vision. Un sur le coin en haut à gauche de l’écran et l’autre de face. Le premier essaim semble se diriger en hors-champ, aucun souci. Je dégomme tout ce que je peux avant qu’il ne quitte l’écran. Je recharge d’un coup sec. Je n’ai pas réussi à tous les avoir et c’est normal. Je vise les cybugs en face de moi, en détruis la totalité avant qu’ils ne disparaissent. Ceux-là ne sont pas agressifs. Ils sont juste là pour faire gagner des points. Aussitôt que j’ai détruit le dernier cybug, je braque mon fusil en bas à gauche où réapparait la vague que j’avais entamée. Je tire une nouvelle fois, achève les cybugs et recharge. Les munitions sont infinies dans ce jeu… C’est pas la plus grande qualité de cette borne mais ça rend le jeu excellent pour se défouler !

Nous avançons dans ce désert de métal vers la citadelle noire. Nous arrivons devant un pont. La quasi-totalité de mon unité est restée sur le champ de bataille. Ne restent que les deux gars de mon escorte. Je profite d’un checkpoint pour les regarder et vérifier l’état de leur armure. Je parlais de qualité et de défaut du jeu. Voilà un super point : Ton escorte n’est pas invincible. Au fur et à mesure des coups qu’ils subissent, leur armure est de plus en plus cabossée. Dans le pire des cas, on peut se retrouver absolument seul contre le boss final !

Et ils sont tout clinquants ! Absolument magnifiques ! Ah je suis fière de moi. Le dps que l’escorte représente est minime mais comme je l’ai dit, tout ce que tu peux faire pour augmenter ton dps est bon à prendre. Mes concurrents dans ce tournoi ne doivent pas avoir la même chance que moi.
L’armure des deux soldats est telle qu’ils l’ont mise juste avant de m’assister ! Parfaitement polie, brillante, noire comme la pierre. Aucune fissure sur leur visière teintée de rouge. Les clignotants sur leurs épaules fonctionnent tous impeccablement. L’armure qu’ils portent est, quoi qu’en disent les créateurs de cette merveille technologique, clairement inspirée de Halo. Les fusils, quant à eux… et bien, c’est plus difficile à dire ! D’énormes machins noirs, avec des clignotants partout, une intense lumière au niveau du fût de l’arme, donnant l’impression que l’arme est en train de chauffer.

Allez D-Va ! On se concentre !

Nous avançons sur le pont, doucement… Ma vitesse de marche est évidemment réglée par le jeu lui-même mais je le précise au cas où ! Je ne regarde pas les alentours. Mes yeux sont figés sur la gauche du pont. Les ennemis vont surgir à exactement 10 heures. Je braque mon canon… C’est l’un de mes moments préférés et je ne peux dissimuler un petit sourire. Je tire. Je n’attends même pas de bien voir mes cibles, je les canarde. Les cybugs se suivent à la queue leu-leu, jaillissant de sous le pont et piquant vers nous. Ici, pas besoin de bien viser. Il suffit de garder le viseur au même endroit et de vider son chargeur en attendant que les mobs se placent au centre de l’écran. Par contre, si on le fait mal, c’est le game over assuré. On parle d’une déferlante d’insectes qui se brisent sur vous, quand même !
Ok pour la première vague! Je braque mon canon vers ma droite, à l’instant et à l’endroit précis où arrive une deuxième file de cybugs exécutant la même technique. J’extermine tout… avant d’une nouvelle fois braquer mon fusil vers la gauche et abattre une dernière succession de cybugs.

Je souris, lâche un soupir. Je me retourne vers la réalité, lâchant des yeux l’écran. D’une main je balaie mes cheveux bruns qui tombent dix centimètres en-dessous de mes épaules et d’un air joyeux et assuré, je parle à mon public alors que j’ai toujours de la musique dans les oreilles.


« C’est mon spray anti-frelons personnel ! »

Je fais un clin d’oeil tout en posant le canon de ma manette, une fausse arme, tout contre mon épaule. Ils rigolent aux éclats, ça me suffit ! Je regarde à nouveau l’écran ! L’important… Non… le plus important, dans mon métier, c’est de choyer son public. On peut être très bon, si on ne donne pas à ses fans des raisons d’aimer non seulement notre skill mais aussi notre personne, alors on n’arrive jamais à rien.

C’est simple… Je m’enregistre à chaque fois que je joue à un jeu depuis un an et demi. Je parle, je fais des commentaires, des tonnes de dédicaces dans mes vidéos et je diffuse. J’ai un partenariat avec la presque-totalité des salles d’arcade d’Illusiopolis. Je commence même à m’exporter au Jardin radieux et à la cité du crépuscule ! J’ai bien dit commencer !

Je fais en sorte qu’ils me voient… et toujours sous mon bon jour ! Récemment, on m’a même conseillé de me filmer en train de faire certaines choses un peu anodines comme… faire des courses ou parler aux gens dans la rue.

Moi ça va ! Ca me plait ! Je dois… quand même reconnaître que j’aime l’attention des gens sur moi. Avant que tout ça arrive, j’avais tendance à souffrir de ne pas être un peu attendue, admirée, etc. Oui d’accord, c’est super gamin mais c’est ma tendance à rêver ! Et actuellement, je suis la fille la plus heureuse de la terre, sûrement. En tous cas, d’Illusiopolis c’est sûr ! Les gens m’adorent. Pas tout le monde car beaucoup ignorent tout du jeu vidéo mais j’ai plein de fans et c’est super épanouissant.

Allez !

Nous entrons dans la citadelle. Étape déterminante mais très facile… C’est une séquence d’infiltration. Un couloir se profile devant nous, un long et sombre couloir éclairé que par les… centaines… d’ailes… lumineuses… des centaines de frelons ! J’entends l’inspiration du public ! En vérité, rien de plus simple. Les frelons sont attirés par des ampoules disséminées partout autour du couloir. Tant que les ampoules sont intactes et tant que le joueur ne fait pas trop de bruit, les frelons restent immobiles. La marche n’étant pas contrôlée par le joueur dans ce jeu, comment faire ? Très simple. L’arme du joueur doit être totalement immobile. Le temps que le personnage traverse la pièce, il y a douze secondes.

Et il n’en faut pas plus pour se faire aimer.

Mon bras droit tient le fusil relié à la borne d’arcade et ne bouge pas, alors que je me tourne légèrement vers mon public. Je mets mon index sur mes lèvres.


« Chuuuuuut. » dis-je en fronçant les sourcils, l’air concentré. J’entends quelques rires, je regarde l’écran… Encore huit secondes, sans doute. Alors que mon bras droit reste parfaitement immobile, je bouge le reste de mon corps, mimant une démarche silencieuse et grossière. Faisant du surplace, je veille à toujours poser la pointe de mon pied délicatement devant la borne d’arcade, avant de soulever mon autre jambe excessivement haut. Ma combinaison juste-au-corps étant suffisamment moulante et souple pour me permettre n’importe quel mouvement, je ne prends aucun risque malencontreux !

Plus que quelques mètres avant d’atteindre la cage de l’ascenseur. Ok. Quatre secondes. Et j’ai une idée absolument pas subtile qui devrait plaire à mon public. Je me retourne encore une fois à moitié,   écarte ma jambe gauche de mon corps et glisse sur ma cuisse un doigt séducteur, lisant tout haut l’un des logos présents sur ma tenue, d’une des marques qui me sponsorisent.


« Fais pas ta D.Va, achète Mek…

Un coup de feu retentit derrière moi. Les baffes m’indiquent que c’est bien ma console. Je me retourne brusquement et vois un des soldats de mon escorte regarder son fusil, alarmé. Mon public a l’air au moins aussi surpris que moi, et… davantage lorsque le soldat dit :

« Oups. »

Le vrombissement des ailes des frelons couvre mon injure sur ce crétin de PNJ, alors que je prête toute mon attention à l’écran. Ok ! Ok Hana, c’était trop bizarre. C’est jamais arrivé avant et surtout… Oups ? Un pnj avait dit oups ? Les concepteurs avaient vraiment trouvé judicieux de créer un pnj qui défaille une fois sur mille pour aucune raison et qui dit oups ? Et surtout pourquoi cela doit m’arriver en pleine compétition promotionnelle !?

Non ! Pas de souci, D.Va, y a pas de souci. C’est un imprévu. Tu connais pas le pattern, pas grave. Tu vas gérer.

Mon personnage et les PNJ se sont tous les trois retournés vers les insectes alors que l’ascenseur est quelques mètres seulement derrière nous ! Ils volent tous et s’approchent plus ou moins vite. Je tire sur les plus proches, changeant de cible après chaque courte rafale. Je recharge, je tire. L’un des cybugs s’approche d’un des soldats, tant pis. J’ai pas le luxe de protéger mon escorte. Ils sont indemnes, ils pourront bien tenir jusqu’au boss !

Des dizaines de cybugs sont visibles à l’écran et à quelques mètres. Je fais l’équivalent d’un tir de barrage sur les insectes, balayant l’écran d’une rafale, ralentissant le vol des insectes, laissant du temps à mon escorte d’en descendre quelques-uns. Je recharge et tire encore, visant les cibles les plus proches. Nos personnages commencent seulement à reculer et d’un coup d’oeil, je peux voir de nombreuses blessures sur les armures de mon escorte. Bon… Arrivés à l’ascenseur, on serait pas sortis d’affaire. Ils avaient forcément prévu une phase de tir en ascenseur pour ceux qui faisaient du bruit dans le couloir mais qui parvenaient quand même à l’atteindre, c’est genre évident ! Mince ! J’aurais du faire du bruit intentionnellement durant mes sessions d’entraînement pour découvrir le jeu une fois cette erreur faite et me préparer au pire ! Ca m’était jamais arrivé avant, c’est pour ça que je n’y ai pas pensé.

J’ai beau tirer, ne m’être pris aucun dégât, vu la masse d’ennemis, ma méthode ne peut pas fonctionner.

Bon. Tu es D.Va. Tu as décidé de faire quelque chose d’autre de ta vie que de jouer aux jeux vidéos, tu as décidé de rejoindre un groupe, précisément pour vivre en vrai le danger. Alors mince, panique pas !
J’enlève le casque rose, particulièrement volumineux, de mes oreilles et me concentre à fond !

Je tire encore en rafales. Je devine qu’on va atteindre l’ascenseur mais ça ne me rassure pas tellement. Là je vois, en dernier plan sur l’écran, sur une armoire affaissée, un item bleu. C’est une arme. D’habitude, je ne les utilise jamais, l’arme de base étant la meilleure et la plus fiable mais celle-ci… est peut-être ma porte de secours.

Je tire sur l’item. Je vois les portes de l’ascenseur devant moi qui tentent de se fermer mais qui sont bloquées par des cybugs. Ok !

Devant moi, je déploie une tourelle… Mon personnage se baisse et… je canarde tout devant moi. Le flot ininterrompu de balles perfore mes ennemis et les éloigne des portes de l’ascenseur qui se referment devant moi. C’est sûr, j’ai perdu au moins 10 % en précision, c’est la cata !
L’ascenseur monte discrètement les étages et je commence à fredonner une musique d’ambiance, faisant rire mon public qui s’est montré particulièrement silencieux durant la phase du couloir… Pourtant, là, je ne ris pas. Mes yeux sont rivés sur le PNJ qui a gaffé. J’arrive pas à croire que ça se soit produit, je comprends même pas… Des milliers de game et je n’avais jamais vu ça !
J’hésite à lui tirer une décharge en pleine tête… mais renonce. Je sais ce que c’est, moi aussi quand j’ai commencé à jouer aux jeux vidéos, j’avais tendance à protéger inutilement les pnjs qui m’accompagnaient et à les choyer alors que maintenant, je me rends compte que sur la scène compétitive, seul compte le score. Mais en abattant un membre de mon escorte, même pour des raisons logiques, mes fans risquent de perdre l’image de l’ado motivée et sympa que j’essaie de donner.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrent devant nous.


« Centième étage : Allée de la mort. Bonne journée ! » dis-je d’une voix chantante tout en regardant l’écran et braquant mon fusil à l’endroit précis où va apparaître le premier mob. Je me débarrasse des deux premières vagues facilement et j’avance vers la salle du boss final, une drôle d’arène au milieu duquel pond une gigantesque reine des cybugs. Elle me voit arriver mais reste immobile. Le jeu me donne un choix, d’un coup de canon je décide de ne pas rentrer dans l’arène et aller dans les gradins. C’est le seul bon choix, tout joueur correct le sait. L’arène est truffée d’œufs et briser le moindre d’entre eux provoque immanquablement une réaction en chaîne. Je tire une courte rafale, précise, pour attirer le boss vers moi. Ca ne manque pas, il arrive. La stratégie est pauvrissime, je tire sur les pattes alors que mon personnage recule, je provoque le déséquilibre du mob et le headshot au moment où il chancelle pour qu’il s’effondre. Ensuite, je tire sur son ventre, son point faible.

Je recommence deux fois sans me faire toucher. Le niveau se finit alors que mon personnage est salué par les hologrammes de mes prédécesseurs morts pour le pays, et tout ça et j’en passe. Je range la manette et me tourne vers le public sans écouter le speech de fin et sans regarder la médaille.

Ils sont une centaine et me regardent, prennent des photos, déploient des affiches.


« On y est arrivés ! » dis-je en levant ma main en l’air, triomphante. « Merci beaucoup, vous avez été sensationnels ! » Je fais un coeur avec mes doigts en faisant une jambe pin-up, ramenant celle-ci près de mon postérieur quelques secondes. C’est mon truc, ça, le coeur avec les doigts !
Les organisateurs me font signe de continuer. Ok pas de souci, l’impro et le contact avec le public, c’est tout ce que j’aime !


« Je crois qu’il reste encore quelques participants ! Vous pensez qu’ils ont une chance de me battre ? »

Le public répond en choeur « Non ! ». Et j’aimerais qu’ils aient raison, oui. Mais avoir raté le passage du couloir, ça ne pardonne pas, même si j’ai bien réagi !

«  Vous avez raison ! Ils n’ont aucune chance ! D’ailleurs, le célèbre joueur, Yanker, doit encore passer ! Sa partie va commencer dans deux minutes. Durant le temps de sa partie et jusqu’à la fin des participations, je serai dans mon stand, si vous voulez ! Passez me faire un petit coucou ! »

Je les salue et descends de l’estrade où est la borne d’arcade et l’écran géant pour me diriger vers un coin qui m’est dédié. A côté d’un bureau métallique se tient une pancarte qui me représente mais… légèrement plus grande que moi! Je râle un peu, normal. On verra plus la fausse que la vraie mais bon ! Il faut dire que je suis petite… 1m58, pour vous dire. Mon agent est convaincu que c’est du à mes origines. Alors, origine, de quoi parle-t-il, je n’en sais rien ! Je viens du jardin radieux, à la base mais personne ne manque de me rappeler que mes traits sont étranges. J’ai une excessivement petite tête, des traits fins, un nez plutôt minuscule et des yeux sombres… un tout petit peu bridés. Je suis sûre que c’est ça qui perturbe les gens !

Je me pose sur ma chaise. Un vigile est devant mon stand et empêche le public de passer. Oh je les adore mais j’ai besoin d’un moment. J’ouvre une bouteille d’eau, me penche en arrière jusqu’à ce que la chaise tienne sur seulement deux pieds et je laisse tomber ma tête sur une épaule après avoir bu une gorgée. D’un sursaut, je pose mes pieds sur la table et reste immobile, les yeux fermés.  Ma pose n’est pas banale, je m’expose devant des dizaines de fans dans ma combinaison moulante. Je dois dire que… et je pense être pudique, comme tout le monde… le côté moulant, sexy et le reste ne m’ont absolument pas dérangée ! Une fois qu’on accepte son nouveau corps, les nouveaux vêtements c’est facile ! Et ne me demandez pas pourquoi, je n’ai pas attendu qu’on m’offre un sponsor et une place dans la scène compétitive pour porter des combinaisons moulantes. Je pense l’avoir toujours fait. C’est très souple, c’est léger et ça sublime le corps! Dans mon cas, ça se voit. Niveau fesses, je suis gâtée mais je n’ai pas une grosse poitrine. Non mais… c’est un plus quand on fait du gaming. Le décolleté plongeant a un effet immédiat sur les viewers !Toutefois, une combinaison moulante comme celle-ci et votre B se transforme en une chose merveilleuse qui fait pleuvoir les sponsors.  

Mais c’est vrai que je ne portais pas ce genre-là de combinaison moulante. J’ai eu toute une phase latex et j’ai porté d’autres choses alors qu’aujourd’hui, je porte une tenue qui ressemble vraiment à une combinaison de motard. Mais c’est joli et les couleurs sont flashy et correspondent bien à mon tempérament ! Un bleu roi sur mes abdos, mes fesses et ma poitrine ainsi que sur mes avant-bras et l’intérieur de mes jambes. L’extérieur de celles-ci est en blanc et on peut voir plusieurs logos de marque ici et là, mis en évidence. Finalement, les parties noires de ma combinaison sont en cuir et sont mieux protégées, ce qui concerne seulement mes hanches.

Protégées de quoi ? Je vous le demande. Je suis à l’aise mais c’est seulement la deuxième fois que je porte cette tenue. Elle m’inspire plein de choses, je dois dire. Je crois que c’est pour ça que je l’aime déjà.

Elle me donne l’impression que ce que je fais, l’esport… c’est un vrai sport. Un sport qui a du sens en tant que spectacle mais aussi en tant qu’activité dans la vie. Les jeux vidéos, ce n’est pas qu’un loisir et c’est… l’une des raisons pour lesquelles je veux rejoindre la shinra. Je veux prouver au monde, aux anciennes générations, que les jeunes n’ont pas tort de rester, une manette dans les mains, au lieu de jouer au football à l’extérieur.
Le jeu vidéo améliore la perception globale du joueur. Il lui donne les outils pour repérer un problème dans une suite complexe. Quant au fait que ce ne soit pas physique, c’est faux. Le jeu vidéo améliore la psychomotricité de quiconque s’y adonne, sans manquer.

Et grâce à ce sport, je compte sauver des vies, je compte apporter de grandes choses à Illusiopolis, je compte faire sourire les gens !

Et cette combinaison me donne aussi l’impression que si je prends deux cent grammes, ça se verra tout de suite puisque avec ça sur le corps, j’ai déjà l’impression d’être toute nue.

Mince. Ca, ce n’est pas une bonne attitude, D.Va ! Je me promets toujours de réfléchir à ma partie juste après, pour directement souligner mes erreurs. Bon… Il y a le pnj qui s’est planté. Ok. Et je dois admettre que c’est peut-être de ma faute. À y réfléchir, c’est impossible qu’un pnj agisse aléatoirement comme ça. Obligatoirement, j’ai fait un mouvement de manette insuffisant pour justifier que je fasse du bruit mais suffisant pour que le jeu me piège.
Au final, je n’aurais peut-être pas du plaisanter avec le public. Mais alors, là… on oublie tout ce qu’il y a de fun dans l’e-sport.

Bon je n’arrive à rien. Je fais un signe au vigile qui laisse entrer la première personne. C’est une fille qui est un peu plus âgée que moi, des cheveux en dreadlocks, de grands colliers au cou mais des habits assez classiques.


« Oh ! J’adore tes bijoux ! Ils sont tendances ! »

« Ah ! C’est vrai tu le penses ? »

Elle me regarde incrédule, je me lève et m’approche en souriant, l’invitant à venir près de moi. Je m’assieds sur la table, en tailleur, et prends l’un des pendentifs dans le creux de ma main.

« C’est super joli ! Tu dois me dire où tu l’as acheté ! »

« Ah je ne l’ai pas acheté, c’est… le symbole d’Etro. »

« Etro ? »

Je la regarde dans les yeux en souriant, mes sourcils s’occupant d’ajouter une touche interrogatrice. Pendant que je lui parle, je reste toujours le plus possible tournée vers la file de personnes qui attendent leur tour.

« La déesse du Sanctum, oui. Tu ne connais pas ? »

Je souris et hoche la tête pour dire non. Si, je connais… un peu… mais mon agent m’a déconseillé de parler de religion devant des caméras. Je ne suis pas filmée mais on ne sait jamais.

« Tu as aimé la partie ? »

« Oui beaucoup mais j’aurais aimé que ce soit coopératif. Deux pnj, c’est dommage. »

« Ah oui ? Moi pas. » dis-je franchement dans un rire, tout en touchant affectueusement l’épaule de la jeune femme. Dans ce genre de cas, le tout c’est de jouer franc-jeu. Je sais que je peux être très maternelle, trop douce avec mon public mais mes vrais fans savent comment je suis avec mes adversaires.

« Non je… je ne devrais pas dire ça mais je préfère le pvp ou une bonne borne d’arcade individuelle et une course au score. »

« Mais des joueurs, même débutants, seront souvent meilleurs que des pnj, non ? »

« Souvent. Mais... » je souris encore d’un air coupable. « Les meilleures victoires, ce sont celles en solo, crois-moi. Quand tu ne dépends de personne et quand personne ne peut dire que sans elle, tu n’y serais jamais arrivée. »

« Oh… Tu es tellement cool, D.Va. T’as pas peur de dire ce genre de choses, tu t’en fiches de ce que pensent les gens ! »

« J’aimerais bien ! En vrai, j’ai la trouille que vous ne m’aimiez plus ! »

Nous rions toutes les deux. Je me rassois finalement quand elle tient à m’offrir une boite de gâteaux en forme de tête de lapin. Trooop mignoonnn ! C’est ma marque, mon symbole, si on veut ! Je serre la jeune fille dans mes bras pour lui dire au revoir.

« On peut prendre un selfie ? »

« Bien sûr ! »

Je mets mes deux doigts en V près de mon visage, montre mon profil et mets l’autre main sur ma taille tout en me tenant proche de ma fan.

« Suivant ? »

Durant une heure, je discute avec mes fans. C’est ultra crevant mais ça fait beaucoup de bien à l’égo ! C’est une décharge d’énergie positive et j’essaie de leur rendre autant d’amour à chaque fois ! Je suis étonnée de voir certaines personnes qui me suivent, par exemple des fillettes ! Ca, c’est quelque chose de très positif, à mes yeux, que le jeu vidéo se répande aussi parmi les plus jeunes filles et pas seulement auprès des garçons. Alors mon agent me dit « c’est en te montrant jolie, dynamique et ado » alors que j’ai dix-neuf ans mais bon « que tu plairas au plus jeune âge. » Et il a raison, je pense qu’en-dehors du gaming, il y a l’apparence qui doit rapprocher les petites de mon public.

Avec elles, le plus simple, et c’est ce que je fais parfois, c’est les maquiller. Je suis… totalement entraînée à ça, à présent. Je me maquillais déjà avant même si c’était des teintes plus sombres mais aujourd’hui, je dois être capable de faire un miracle avec trois fois rien comme accessoire. C’est pas du gaming mais ça me plait et je fais ce que j’ai envie.

L’idée du maquillage avec les petites, c’est simplement de les maquiller comme moi et de leur apprendre, surtout. Au début, classique. Un rouge-à-lèvres rose, léger. Ca plait à tout le monde. Du fard à paupière couleur peau à appliquer avec la main et à bien étendre. De l’eyeliner, mais de façon à ce que ça ne se voit qu’à peine, un peu de fond-de-teint pour la caméra et… la touche finale, la D.Vine touch : Les moustaches roses ! Je leur fais deux triangles rose de part et d’autre du visage, comme sur le mien.

Le planning de la soirée tournant autour de mes prestations, c’est seulement lorsque je finis de recevoir mes fans qu’une voix résonne dans la salle.


« À présent, nous allons afficher le classement. Nous nous retrouvons dans la salle de spectacle pour annoncer les vainqueurs, remettre les prix et vous délivrer une annonce exceptionnelle ! »

Le vigile m’escorte sans que je le demande jusqu’à la salle susnommée. Je me glisse en coulisses. Là-bas, laissez-moi vous dire que c’est un défilé de rivaux. Une bonne dizaine de mes adversaires récurrents m’y attendent mais aujourd’hui, exceptionnellement, je ne me sens pas d’humeur à les accabler de vacheries et de provocations.

Au bout de quelques minutes d’attente et dans un tonnerre d’applaudissements, tous les participants sont conviés à rejoindre la scène. Encore une fois, c’est un moment que je ne peux pas rater. Il ne s’agit pas toujours d’être exceptionnelle mais d’être à fond à chaque moment. Quand je rentre sur scène, acclamée, j’adresse des saluts, coucous, bisous volants sans m’interrompre. Sous le rythme de la musique, je bouge un peu, adresse de nombreux coeurs à mes fans et vais me ranger avec les autres participants.

Un petit temps d’attente précède alors l’annonce.  Je ne cesse de regarder mon public, de faire des blagues absolument silencieuses telle que du mime ou une imitation d’un DJ jouant sur du vide, pour enfin être interrompue dans mon show discret par le présentateur, propriétaire d’une chaine de salles d’arcade dans la ville.


« Nous allons à présent annoncer le nom des vainqueurs ! À la troisième place, Yanker ! Avec une précision des tirs de 93 %, 118 frags et seulement 200 points de dégâts subis ! »

J’applaudis chaleureusement et joyeusement Yanker, un ado blasé, alors qu’il va chercher son prix. Oh joyeuse, je le suis ! Yanker ne m’arrive pas à la cheville. Même avec la deuxième place, j’aurais sauvé l’honneur en le battant.

« À la deuxième place ! Conkerkills ! »

… QuoiPardonCommentça ? Deuxième place ?! 

« 96 % de précision des tirs, 120 frags et 300 points de dégâts subis ! Très belle partier, Conker ! »

Se pourrait-il que…

« Et à la première place, sans surprise, notre invité spéciale : D.Va !! »

Je saute sur place en étirant mes bras en l’air, ravie ! Je me dirige vers le présentateur, émue, les larmes presque au bord des yeux. C’est la cent-soixante-troisième médaille d’or que je reçois mais je ne m’en lasse pas !
Je mets ma médaille autour de mon cou et l’embrasse, adressant de nombreux gestes d’amour à mon public !


« Avec… 87 % de précision seulement mais… 165 kills et 0 point de dégât subi. C’est… une performance incroyable que vous nous avez livrée ce soir, D.Va. Était-ce votre stratégie dès le début ? Provoquer le réveil des cybugs pour gagner des points ? »

Je souris à la caméra et au public et d’une voix chaleureuse mais volontaire, je dis :

« Non c’est un pur accident ! Je n’avais pas besoin de ça pour gagner ! Je vous ai, vous tous ! »

Je dessine un cœur avec mes doigts sur ma poitrine à l’attention du public qui me remercie avec un tonnerre d’applaudissements. Le concours se termine ainsi mais je reste sur scène avec l’animateur alors que les autres participants s’en vont. Un fauteuil m’est amené et l’ambiance devient un peu plus talk-show.

« Chers téléspectateurs, chers fans d’e-sport, nous vous avons promis une énorme surprise, un scoop incroyable. Je suis ici avec D.Va. D.Va, parlez-nous de vous. Déjà… quel est votre vrai nom ? »

,« M… Mhhh… Je vous dirais bien que c’est D.Va tant j’aime qu’on m’appelle comme ça mais c’est Hana. »

« Alors… Entre immigrés, racontez-nous un peu l’avant-Illusiopolis. »

« Comme tout le monde, rien de spécial. Ma mère et mon père ont voulu venir ici pour avoir un travail et pour un train de vie moins cher. Nous habitions au jardin radieux mais n’étions pas des artistes donc c’était difficile, voire précaire. J’étais déjà à fond sur les jeux vidéos depuis mes douze ans. Et c’est il y a… un an et demi que j’ai commencé à vraiment m’investir. On peut dire que j’ai eu beaucoup de chance. »

« Et pourquoi D.Va ? »

Je regarde la caméra et d’un air innocent, les mains entre mes jambes et en haussant les épaules, je réponds :

« Parce que je ne supporte pas perdre, je suppose. Je suis une effroyable mauvaise perdante ! »

Et ce n’est pas de la fausse modestie!

« Je comprends mieux. Alors… c’est vrai ce qu’on raconte ? Vous vous retirez de l’e-sport et du gaming de manière générale ? »

J’entends le public protester en criant. J’ignore leurs réclamations et réponds assez vite.

« Non je n’arrête rien du tout. Je continuerai à me filmer durant mes temps libres en train de jouer à des jeux vidéos, le plus possible j’espère ! Et je viendrai avec plaisir participer à des concours, des tournois, etc. Ne serait-ce que pour voir mon public que j’aime tant ! »

J’embrasse le bout de mes doigts et envoie le baiser d’un geste léger vers le public, parfaitement réactif.

« Mais qu’est-ce qui va changer… ? On… On peut le dire ? »

« Mon activité principale ne sera plus le gaming, c’est vrai. J’ai… décidé qu’il était temps pour moi de faire quelque chose pour tous ceux qui me suivent, pour tous les habitants d’Illusiopolis. Je compte prouver que c’est le jeu vidéo qui m’a amené si haut et qui permettra aux habitants d’Illusiopolis d’être plus heureux et de ne plus souffrir comme ils souffrent ! »

« Dîtes-nous, D.Va. » dit le présentateur d’une voix lente et douloureuse. « Qu’avez-vous décidé ? »

« Je vais entrer dans la Shin-Ra. »

Et ouh… le public n’est pas unanime. J’entends beaucoup plus de protestations que d’encouragements. Je baisse légèrement les yeux sur mes jambes, je sens mes épaules s’affaisser.

« Expliquez-nous. Pourquoi la Shin-ra, en-dehors du fait que c’est elle qui possède Illusiopolis ? »

« Et bien ce n’est que ça, Alan. Je fais ça pour Illusiopolis. »

« Donc à ceux qui… diront que c’est pour l’argent ? »

« Je ne gagnerai pas plus qu’un milicien, je le promets. En fait, je gagnerai moins bien ma vie qu’à présent, pour être franche ! »

Je tire la langue, l’air gêné, tout en faisant un clin d’oeil à la caméra. Je réussis à gagner un rire du public, c’est bien ! Mais je redeviens sérieuse ! Quand je suis sérieuse, ça donne… des sourcils froncés, oui, mais un petit sourire volontaire plus qu’une mine triste! Je veux inspirer l’énergie, la joie, pas la tristesse et la pitié !

« Le peuple d’Illusiopolis doit croire en lui. Je souhaite qu’il cesse de se poser en paria, qu’il cesse de donner aux autres mondes l’image d’un peuple sali, pauvre, criminel. L’Éclaireur et les autres mondes ne voient que les gangs, que la prostitution et la citadelle qui baigne dans la richesse. À présent, je veux que l’on voie aussi le vrai peuple, cette… diversité que nous partageons et qui nous différencie de partout ailleurs. Nous venons de mondes différents, nous sommes tous infiniment différents ! Je veux me battre pour mon monde, me battre pour que la Shin-ra nous comprenne ! Nous avons beaucoup souffert ces dernières années. Il est temps que nous cessions d’attendre de l’aide et que nous nous serrions les coudes ! »

Ils m’applaudissent, ce qui me fait sourire, rayonner, naturellement.

« Bon, je crois que vous les avez convaincus ! »

« J’espère ! »

« Alors… Soyons sérieux. Je vous imagine bien en scientifique, à créer et réparer des programmes comme dans l’image qu’on se fait du geek mais... »

« Oui, peut-être. »

« Votre tenue me laisse penser soit à un département pilote de course de la shinra, soit à un département beauté. »

Je ris en même temps que le public à la plaisanterie, de bon coeur. Le tout c’est de répondre en se valorisant mais sans avoir l’air prétentieux !

« J’espère que je pourrai faire un mi-temps pour les deux, oui ! Mais vous avez raison, je n’entre pas dans le département scientifique. J’ai une place dans le SOLDAT, dans un corps de méca, si vous voyez ce que c’est. »

« Oui bien sûr. » Le présentateur regarde la caméra. « Ce sont des machines bipèdes contrôlées par des hommes ou à distance et qui… représentent, je crois, une force d’artillerie lourde. »

« Exact. Sauf que je ne serai pas équipée par la Shinra mais par mon sponsor, MEKA. »

Je montre mon sponsor sur ma combinaison en affichant un large sourire. S’il devait y avoir un instant pour la photo, c’était bien celui-là.

« Oh… et… avez-vous des images exclusives à nous montrer ? Peut-être ? »

« Hum... »  Je pose un doigt au coin de ma bouche et détourne les yeux, l’air pensif. Finalement, je me relève d’un air décidé et m’éloigne de la caméra, me dirigeant vers le fond de la scène.

« C’est… assez impressionnant et je ne l’ai pas testé mais… Allez, pour le fun ! »

Je lève mon bras gauche devant mes yeux, je regarde ma montre… et appuie sur l’écran d’un air décidé. Brusquement, comme une météorite, une incroyable masse atterrit du ciel juste derrière moi.  La salle entière tremble, une partie du public crie de surprise et moi… j’ai l’impression d’avoir attendu ce moment toute ma vie.

Cette masse est un robot habituellement de deux mètres cinquante, recroquevillé sur lui-même. Son dos est ouvert pour qu’une personne particulièrement fine… Oh ! Moi par exemple ! Pour qu’une personne particulièrement fine, donc, puisse s’y glisser et piloter l’engin.


« Je vous présente mon Méca personnel ! À vrai dire, j’en ai plusieurs, en cas de game over. »

Le public, entre la fascination et l’inquiétude, m’accorde quand même un rire de fond.

« Vous pouvez l’appeler petit lapin ou encore… « le jeu vidéo le plus D.Vin de l’histoire ! » »

Alors oui. Quand je l’avais imaginé, il ressemblait plus encore à un lapin mais… il y a quand même de l’idée. Le méca a constamment les genoux pliés, même lorsqu’il est en état de marche, ce qui selon les plans, permet quand même de faire des bonds sympas! Les bras de la machine sont en avant, eux aussi légèrement pliés, évoquant un lapin qui grignote une carotte. Sauf qu’au bout de chacun des bras se trouve, en lieu et en place de jolie papattes qui tiennent une carotte, des canons rotatifs pouvant tirer de manière quasiment ininterrompue et détruire à courte portée n’importe quoi ou n’importe qui et… qui ne tiennent pas de carotte. Et finalement, la grosse tête rose de la machine où je dois me loger est une grosse tête toute mignonne qu’on imagine bien avec des dents de devant proéminentes ! Et elle a des ailerons pour faire les oreilles ! C’est bien un lapin !

« Vous voyez à travers la visière verte de la tête ? Et bien c’est là-bas que je suis assise ou plutôt allongée sur le ventre. Je dois tenir les deux joysticks juste devant la visière pour viser et tirer. »

Bon ! Je dois essayer ! Pour le public! Je contourne la machine, me place juste devant le dos du méca, prends une grande inspiration et me glisse en avant. Quand je dis, je glisse, je glisse vraiment ! La machine s’allume au même moment et c’est parce qu’elle se redresse que je ne percute pas la vitre de la visière, vu comme la machine est inclinée.
Et je ne contrôle rien… mes mains ne tiennent pas encore les manettes mais la machine est levée et tremble… tellement ! C’est inouï, j’ai l’impression d’être couchée sur un avion. Oulala… mais qu’est-ce qui m’a pris ? Je ne m’habituerai jamais !!


« Montrez-nous comment ça marche, D.Va ! »

« Euh… Oui d’accord ! »

J’entends l’exclamation étonnée du public et… me rends compte que ma voix à l’instant n’était pas tout à fait la mienne. C’est comme si elle avait été modifiée par auto-tune ! Ok, bien ! Ca me rend impressionnante !

« Pour avancer, je… mets mes mains sur les manettes et… je les incline du même cotAH ! »

Pour de bon, je me cogne le crane sur le haut de la machine en sursautant après que le méca s’est légèrement et super méga violemment avancé ! Faut pas être claustro, sérieux. Le public rigole, ok mais… faut pas que ce soit à mes dépends ! Allez… j’ai lu le manuel, quand même. Si j’appuie sur les gachettes en haut de chaque manette, ça tire. Pas besoin de tester ça! Si j’incline du même côté les deux manettes, ça avance du côté choisi ! Si je les… rapproche l’une de l’autre, ça…

« AAAAhhhh !! »

La. Méga. Gaffe.

Les turboréacteurs s’enclenchent, je sens littéralement que la machine n’est plus en contact avec la terre ferme et ça tremble tellement que je suis certaine que ça va exploser ! Le méca, à du cinquante kilomètres heure au moins, commence à foncer vers le public. Je redresse comme une dingue les manettes et voilà que le méca me fait un angle de 90° dans sa trajectoire et se dirige vers le plafond.  Je penche à gauche, évitant la première catastrophe. Je suis à un mètre à peine du plafond, l’appareil n’est pas du tout droit. Pour vous dire, l’inclinaison de mon corps avec le sol est parallèle ! J’ai peur de piquer vers le bas pour éviter le mur, pensant à la vie de mon public, mais…

Bon ! D.Va ! Joueuse numéro 1 mondiale ou qu’est-ce qu’il se passe ?!
On prend des risques, All-in, et on fait du spectacle ou c’est rien du tout !

Je prends une longue inspiration et tourne les manettes, forçant le méca à se redresser… Et je pique vers le bas avant de directement tourner une nouvelle fois à gauche, faisant demi-tour dans ma plongée  et de redresser mes manettes pour me diriger vers la scène. Je me pose… comme une reine. Et petit tour de magie ! Le méca dessine en pixels, juste devant lui, un grand coeur adressé au public.

Explosion de rires, d’applaudissements, d’hurlements ! Je suis… trop heureuse ! Je me remets à parler, quand même un peu plus en confiance, avec ma voix toute modifiée.


« Je vous annonce aussi que cette vitre verte est une caméra développée par mon sponsor. Elle filme ce qu’il y a devant elle et ce qu’il y a derrière. Je continuerai à filmer tout ce que je ferai, tant que je ne dévoile rien des affaires privées de la shinra. Je diffuserai mes aventures, c’est promis ! »




Questions diverses



1) Votre personnage est-il capable d’aimer, d’avoir une relation ? Et des milliers de fans déçus ?! Peut-être mais en cachette !
2) Si l’esprit de votre personnage s’incarnait en un animal mythologique ou chimérique ou réel (nuances acceptées). Que serait-il ? Un lapin.
3) Qu’en est-il de la fidélité et de l’esprit de camaraderie de votre personnage ? Fidèle à ses rêves, amie pour la vie !
4) En vue de votre race, quand pouvez-vous dire que votre personnage a forgé une amitié. Citez quelques unes de vos relations amicales. J'ai peu de vrais amis !
5) Quelle est la devise de votre personnage ? S'il y en a plusieurs, donnez les toutes. Je les garde pour plus tard !
6) Vis à vis de votre façon d'écrire, quels sont vos points forts et points faibles? J'ai deux extrêmes. De temps en temps, je pousse la description à l'extrême, alourdissant le texte. On me le reproche principalement pour les combats. Et de temps à autre, j'ai tendance à oublier de décrire ce qui entoure mon personnage. En-dehors de ça et ce que je vais travailler avec D.Va, c'est un style plus dynamique, méga chaleureux. Elle est l'exact opposé de Lulu, donc je dois... la jouer à fond, tout le temps.
7) Pourquoi incarner ce personnage ? D.Va est un personnage qui d'apparence ne me correspond pas du tout. C'est pour ça, en fait. Elle représente un style avec cette facette de star, de joueuse pro, que je n'ai jamais pu aborder et je vais vraiment... prendre mon pied, j'en suis sûr.



avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Maître brasseur
Masculin
Nombre de messages : 411
Age : 27
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
88/400  (88/400)
Lun 2 Jan 2017 - 16:47
Ainsi, ma première notation de fiche se fera avec deux contraintes grosses comme mon poing ! La première étant que je note Xaldin, comme il passe sa vie à commenter celle des autres, il y a de fortes chances qu’il sache éviter la plupart des erreurs. Et la seconde ? Nous sommes juste après le durcissement des grades, et comme j’ai toujours mal estimé les fiches, ça va être funky.

Gardons espoir, il est possible que je fasse quelque chose de bien et sans exagérer ! Bref, commençons la lecture.

Bon, je viens de finir la lecture de ton test-rp. En lisant celui-ci, j’ai repensé à ce que tu avais dit lors d’un de tes commentaires, comme quoi tu ferais un jour un test-rp afin de prouver que l’on pouvait parler de tout les éléments nécessaire pour faire une fiche de personnage. Du coup, j’ai sorti un petit bloc-notes et j’ai passé mon temps à noter des traits de caractère et de physique dessus pour voir si tu tenais ta promesse ! Oui, je suis consciencieux, commençons dont le commentaire !

Quand j’ai vu que tu voulais incarner D.Va, mille questions ce sont bousculé dans ma tête. Des questions attendu, genre, comment expliquer le Méca ? D.Va est d’origine coréenne, comment est-ce que tu vas expliquer ça ? Une gamine dans un Méca ?! L’obscénité de la fille sur les POTG… C’est compris, j’ai démarré ma lecture avec énormément de question et je me demandais si tu allais y répondre. Et surtout, comment !

N’étant pas vraiment habitué à noter des fiches, je pense fonctionner d’une manière un peu conne en séparant mon commentaire en trois parties. Caractère, physique et histoire. Et une partie final pour l’interprétation, il s’agit tout de même d’un test-rp.

Dans l’ordre de mon bloc-notes, je vais commencer par le caractère.

Première chose que j’apprécie personnellement, c’est que nous n’avons pas des paragraphes afin d’expliquer un pan de caractère et qu’il fasse lire entre les lignes. C’est réellement subjectif, voir une dizaine de lignes qui font :

« Alors moi, c’est Leïa. Oui, la Princesse d’Alderande. Le peuple me connaît parce que je suis très gentil. Quand je parle de gentillesse, ces genres que je vais voir le peuple et je lui offre du pain par pure gentillesse. Car les gens ont faims, il aime manger et ils sont heureux parce que je suis gentil. »

Oui, nous comprenons que t’es gentils, mais il y a aucune preuve comme quoi tes gentils outre tes dires. Pour croire que t’es gentil, je veux voir un bout de ton histoire ou du donne un bain à un clochard d’Illusiopolis. Dans mes notes, j’ai noté que D.Va était : « Suffisante et ne cherchait pas l’erreur ». Qu’est-ce qui me fait penser ça ?

« Mince ! J’aurais dû faire du bruit intentionnellement durant mes sessions d’entraînement pour découvrir le jeu une fois cette erreur faite et me préparer au pire ! Ca m’était jamais arrivé avant, c’est pour ça que je n’y ai pas pensé. »

J’avais d’abord écrit que D.Va était « Intelligente et ne laisse pas place à l’erreur » en lisant entre les lignes. Et ici, en lisant ce bout de paragraphe, on se rend compte que ton personnage ne prend même pas le temps d’imaginer les scénarios possibles devant une histoire d’enchaînement de pattern. Dans la logique de la compétition, le gagnant aurait été la personne anticipant le mieux et donc une connaissance parfaite de la map sur la borne. Personnellement, ça me donne la sensation d'ouf que ton personnage est suffisant et qu’il ne prend pas la peine d’imaginer tous les cas de figure alors que c’est son boulot. Donc voilà, pour soutenir ce que je raconte… En deux phrases, on en apprend plus que si tu avais dit : « D.Va est suffisante, elle sait qu’elle gagnera alors elle ne prend pas la peine d’imaginer tous les scénarios. »

C’est sujet à interprétation, mais si tu glisses ça dans ton test-rp, c’est qu’il y a une raison.

Après, je dis pas ça pour te mettre une auréole sur la tête, dire que tu as trop bien gérer cela et que tu es Dieu durant un instant. Le fait de fonctionner comme ça est pour moi à double tranchant. Comme dit plus haut, j’ai finalement donné deux points de caractère différent tout au long de ma lecture. Pour moi, le test-rp à le bonus de pouvoir de certifier de qu’on pense du caractère d’un personnage. Alors si avec dix minutes de différences, j’arrive à donner des opposés, il y a peut-être eu une mauvaise écriture où une mauvaise interprétation ? Le commentaire reste subjectif, t’es le maître de ton personnage et tu ne peux pas mal l’interpréter. Mais ici, il y a la question à se poser, d’où vient le problème ?

Après, je parle beaucoup pour ne rien dire. Durant ma lecture, j’ai donc noté plein de points de caractère pour ton personnage et j’arrive presque à me demander s’ils y en a certain qui sont ajouté par ma seul interprétation. La raison pour laquelle j’ai relu une seconde fois pour être sûre de moi. Et mine de rien, il y a une myriade de qualité et de défaut que j’ai retrouvé en lisant D.Va.

Elle a de l’assurance, elle sait ce qu’elle veut et va l’accomplie / Élitiste dans le sens où elle calcule à fond son parcours, son dps, le bug-exploit du couloir pour obtenir le meilleur score / Prête une attention au détail avec l’épisode de la plaque / Elle est putain d’égocentrique et cherche le feu des projecteurs (et ne va pas me dire que c’est pour son image, elle le dit elle-même qu’elle kiff à mort) / Jimmy Punchline / Déterminée / Colérique avec le « oups » / Fille qui se donne un genre sympa et énergique / Arrogante / Fière d’elle, de son corps et de ses performances ( Ahlala, seulement ma 163e médaille !) / Idyllique

Probablement que j’ai beaucoup trop interprété, mais si cela était parfaitement calculé (comme le fait D.Va, référence). Tu nous offres un éventail plutôt large de son caractère, genre, nous avons de tout pour voir que ce n'est pas une petite princesse parfaite, mais que c’est aussi une sacrée pisseuse. D’ailleurs, j’en profite pour le dire que j’ai cette impression que chacun de tes personnages à toujours un trait négatif de son caractère qui est méga accentué. Ici, c’est la façon dont D.Va peut-être parfaitement énervante à faire parler d’elle et uniquement d’elle. Et je suis curieux de voir comme cela va rendre durant un rp avec une autre membre du forum. Où même, si elle continuera ses placements de produit en pleine mission.

Bref, nous n’aurons compris, j’ai cette impression que le caractère est plus que complet et qu’il assez intéressant à voir à la Shin’ra comme membre du Soldat. En fait, c’est une grande question que j’ai en ayant fini la fiche, qu’elle sera sa réaction face à la hiérarchie ?



Maintenant, je vais passer au physique et je sais déjà qu’il va être plus court que mon appréciation sur le caractère. Il y a deux critiques que j’ai envie de faire sur le physique.

La première chose est que, il y a certain élément qui ne vienne pas dans l’ordre. J’ai un exemple tout frais et tout chaud pour expliquer cela, j’appelle le casque audio de D.Va ! Si je ne me trompe pas, c’est au moment du bruit dans le couloir où D.Va le retire pour se concentrer et que tu nous donnes une précision sur ce dernier. Tu dis clairement qu’il s’agit d’un casque rose volumineux que tu enlèves de tes oreilles et cela m’a fait tiquer pour une bêtise. Simplement, qu’elle est l’échelle de référence ? Genre, en prenant nos têtes dans la vérité véritable, un casque volumineux pour toi ne l’est pas pour moi. Et donc, l’adjectif utilisé ici me laisse un peu sur ma faim, car je n’arrive pas à imaginer (en faisant fit des images que je connais de D.Va) à quel point il est imposant. Et cela, je n’ai pu l’imaginer que plus tard, au moment où tu parles de la taille du personnage et de sa tête en particulier. C’est très con, un détail qui parait futile, mais ça m'a laissé dans le doute pendant un moment.

La seconde chose, c’est la façon dont tu décris D.Va de pied en cap, et choses assez marrante, c’est un reproche que tu m’as fait pour la fiche de Freyja. La technique du miroir, à la différence que tu nous l’as détourné pour qu’elle passe inaperçu.

Ça sonne comme un reproche, et c’en est un demi. Dans le sens où, tu parsèmes des descriptions légère du personnage, comme sa signature où les poses qu’elle prend lors des placements de produit. C’était super discret et pourtant ça en donnait énormément d’un coup. Et là, arrêt au stand après que D.Va prenne un coup d’eau, il y a une sorte de pause dans le temps dans laquelle tu prends plusieurs paragraphes pour tout nous expliquer. Toi et les lecteurs pourrez comprendre, j’ai eu cette impression de moment figé quand elle est sur les deux pieds de sa chaise (imprudente, c’est dangereux !) et posa sa tête sur son épaule. Mon reproche est donc celle-ci, la technique du miroir pour décrire son visage / sa pose / sa tenue. Ce qui est le plus drôle, c’est que tu ne balances pas tout et tu en profites plus tard pour continuer les descriptions dans un ton plus léger comme au début de la fiche. Un exemple de virilité pour l’homme que tu es, le moment maquillage.

Le physique est vraiment très bon et complet, tu gagnes ton pari avec ça. Malheureusement, il y a cette technique qui vient vraiment casser le rythme qui était d’un dynamisme fou tout du long de ton test-rp. C’est, pour moi, le bémol du physique que tu nous donnes.



Le meilleur pour la fin, l’histoire de ton personnage, un passage délicat dans un test-rp, d’après mon point de vue. Pourquoi donc ? Simplement que, le test-rp nous plonge dans une situation précise. Et genre, t’imagines un instant entendre D.Va dire pendant sa run d’Hero’s Duty (et pas Hero’s Dutti, comme tu l’as écrit) qu’elle est née aux Jardins Radieux.

Non, t’as été malin sur le coup en utilisant le journaliste pour te permettre de raconter ton histoire. Tu aurais pu aussi le faire avec tes fans, même si ça avait eu moins d’impact, un vrai fan connaît toute la vie de son idole. C’est le truc classe avec ton histoire, c’est qu'elle en donne suffisamment pour que nous nous imaginions qui elle est et d’où elle vient. Il n’y en a pas trop peu et il n’y en a pas trop non-plus. Tu vois ce que je veux dire ? Il y a un juste-milieu, même si on se demande ce qu’est advenu des parents de D.Va. Laisser leur petite fille se balader dans les rues d’Illusiopolis dans pareil tenu, c’est un coup à attraper la mort ! Voilà, c’est peut-être ça qui est dommage et qui aurait donné plus d’empathie au personnage, simplement avoir maman où papa pour applaudir dans le public avec le cliché ultime de « Je tiens à remercier mon papa et ma maman ! »

Par contre, j’ai un truc à dire sur ton histoire que j’ai particulièrement adorée et qui touche aux motivations de D.Va à rejoindre la Shin’ra.

C’est l’idée de multi-culturalité que tu exploites dans ton histoire, dans ton idylle et dans le gaming. Honnêtement, j’ai trouvé cela super comique que ton personnage désire changer les choses à Illusipolis en ce servant du modèle que « nous sommes tous des gameurs, nous vivions tous sous le même toit et on est des copains ! Sauf l’autre connasse qui a été plus précise que moi. » Et surtout de nous rappeler que les habitants d’Illusiopolis sont des gens de tous les autres mondes qui cherchaient la lumière dans un autre monde. Le speach que tu fais à ton public est d’un cucul… Pourtant, il fonctionne bien et marche dans le contexte. L’idole des jeunes qui les écoutent et cherche à avancer les choses ! Une fois de plus, je suis pressé de savoir ce que ça donnera en rp, si D.Va vraiment faire avancer les choses et comment elle agira quand elle en sera plus devant un écran LCD.

Oui, j’attends beaucoup de ton personnage et je suis pressé de voir ce que ça va donner sur le forum ! Je t’observe Billy, et j’attends beaucoup de toi…



C’est marrant, je viens de relire mon commentaire pour voir ou j’en suis. Et j’ai dit beaucoup moins de choses pour ton physique et ton histoire que ton caractère. À croire que j’ai réellement sur-interprété ton texte et que je suis allé un peu trop loin. Bref, avant de donner un avis global, je vais te donner une liste (comme tu adores les listes) des trucs m’ayant fait réellement tiqué et / où que j’ai trouvé bizarre / cool. Finir sur une liste, tu ne trouves pas ça cool ?

- L’idée des Vlogs, même survolée m’a fait rire et je pressens que ça reviendra plus tard
- La discussion avec ta fan, celle croyant en Étro, les dialogues sont d’après moi les plus faibles de ton test-rp.
- Les placements de produit en mode pin-up alors qu’elle est l’idole des jeunes, j’ai rigolé.
- Quand tu invoques ton Méka, dis-moi comment est-ce qu’il ne défonce pas le plafond ?! Surtout quand tu utilises le terme de météorite.
- Pourquoi un type est second au classement alors qu’il prend plus de dégât que le troisième ?
- Est-ce qu’elle va prendre du poids ? Et allons nous voir le résultat sur sa combinaison ?

Voilà, le top étant fini. Je vais te dire que j’ai pris vraiment beaucoup de plaisir à lire ta fiche. C’était frais et top, je trouve que c’est un personnage intéressant à voir et j’attends le voir en rp. Ce petit décalage, je me demande un peu comment va se passer la vision de gameuse à Soldat dans la Shin’ra. Et puis maintenant, tu vas pouvoir dire qu’il est possible de mettre tous les éléments d’une fiche dans un test rp ! Vantard.

Dorénavant, c’est le moment le plus compliqué : donner un grade à D.Va. Depuis toujours, j’ai toujours été assez dur sur les grades que je donne au gens, genre, deux crans en dessous de ce que tu donnais au final. Du coup, est-ce que sa colle avec la dernière élévation de la difficulté ? Mystère et boule de gomme.

J’hésite entre Capitaine et Commandant. J’oscillais avant de noter ta fiche, et avec les éléments que j’ai critiqués où apprécier, cela me donne le classement suivant pour chaque catégorie de notation citée : Seigneur pour le caractère / Capitaine pour le Physique / Commandant pour l’histoire. En agissant par proportion, en ajoutant quatre et retirant deux du carré de l’hypoténuse… Cela nous donne un grade final de Commandant.

Félicitations, venez chercher votre médaille et votre badge de membre officiel de la compagnie.

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je vous aime. Oui, je suis originale pour les titres, merci, merci.
» 8 SIGNES QUE VOTRE CHAT VOUS AIME
» Je vous aime, mais je pars ?
» Le guide du newbie ? Parce qu'on vous aime fort.
» Louba canichou (ex du refuge de Tabanac) s'en est allé