Derniers sujets
» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Aujourd'hui à 13:41

» A l'abordage !
par Chen Stormstout Aujourd'hui à 11:03

» En ligne de mire
par Cypher Aujourd'hui à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Aujourd'hui à 0:10

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Hier à 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Mer 13 Déc 2017 - 12:23


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Étranger, nous n'aimons pas les étrangers
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 216
Age : 22
Localisation : Vaisseau-mère de la Shinra
Date d'inscription : 17/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
266/550  (266/550)
Jeu 22 Déc 2016 - 23:22
Ainsi, la conquête de l’ouest se dévoilait sous les pieds de Kurt et les membres de son escouade. Un vaisseau affruité spécialement par la compagnie avait déposer les SOLDATs devant l’entrée de la ville de Hill Valley, pour ensuite aller se poser à quelques lieux de là, l’endroit désigner par les architectes de la Shinra afin de construire la prochaine station dédiée aux transports interplanétaires. Ceci était une terre vierge, un endroit découvert récemment sur les routes stellaires et seulement de rare personne avait fait l’escale ici afin de profiter du climat si particulier.

- C’est ici que le psychopathe au crochet a abattu deux hommes de sang-froid ? Questionnait le technicien, son arme à l’épaule.
- D’après les bruits de couloir et les rapports.
- Ses derniers rapports médicaux font état d’un léger penchant pour l’alcool, le Président craint qu’il ne sombre dans l’alcoolisme. Compléta le médecin.
- Des alcoolos et des junkies, elle est belle la compagnie ! Ricana Hadrien.

Loris se joint aux rires du sniper, alors que Kurt riait jaune au point de forcer un ricanement sarcastique avant d’ordonner à la troupe d’avancer. De nouveau sérieux, les deux SOLDATs s’avancèrent derrière le médecin. Ce dernier avait toujours du mal avec cette histoire, elle avait pris des mesures disproportionnées au sein du vaisseau-mère alors que la vérité était bien différente. Un bête quiproquo, rien de plus ! Et le voici surnommé le junkie par les troisièmes classes, si ça c’est pas une preuve de la puissance des ragots.

Ordonnant le silence, la troupe s’avançait le long de la ruelle principale de la ville. Ce décor, c’est maison de bois et les tenues de cowboys ! Le médecin avait cette étrange impression de se retrouver dans un film passant à la télé lors des journées de repos, à la différence qu’il ne portait pas de chapeau et que les habitants regardaient les trois hommes de la Shinra d’un oeil désapprobateur. Au point que, les hommes disaient aux femmes et aux enfants de rentrer chez eux.

- Vous allez voir les gars, le shérif va débarquer du coin de la rue et nous pointer de son arme pour un duel ! S’extasiait le technicien en pointant le canon de son arme à la fin de la rue.
- On n’est pas dans un western. Soufflait Hadrien. Clint Westwood ne va pas débarquer et flinguer tout le monde.
- Techniquement, nous sommes dans un western. Enchérissait Kurt. Et nous ne faisons pas très couleur locale dans notre tenue.
- Standing de la compagnie ! Et ça nous protège au moins des balles ou des surins, ça me suffit comme tenue.
- C’est un fait…

Alors que les chemises de lin, longue robe ou jeans ornaient chaque personne présente, les SOLDATs étaient dans leur tenue habituelle. Le casque rivé sur le crâne, des bottes avec un jean ample et un pull de laine estampillé Shinra par-dessous le harnais composant l’armure des troupes de la compagnie. Autre chose, alors que quelques personnes de ce monde avaient le colt à la ceinture, Kurt et ses compagnons avaient ranger dans leur dos leurs armes automatiques et autre joyeuseté. À quoi ressemblaient-ils à leurs yeux, étaient-ils craintifs devant ça où plutôt indifférent.

- Du coup, qu’est-ce que nous faisons ? Interrogea Loris. On loue un cheval et on se balade dans les alentours pour récolter les informations demandées ?
- Que dalle, j’suis pas venue ici pour fumer des roulés ou des pieds de chaises. On trouve le saloon, on pose des questions aux gens et on repart, nous ne sommes pas ici pour ratisser la zone.
- Enfin, un peu quand même. Répondit Hadrien. Le patron ne voudrait pas avoir un rapport complet ? Où du moins, plus fournis que celui du crochet.
- On verra suite à nos questions au tenancier du saloon. Dit Kurt avant de reprendre la marche jusqu’au bâtiment à la double porte en battant.

Les gens présents dans la ville ne cherchaient pas à croiser la route des SOLDATs, autant dans le saloon, ils s’en foutaient complètement de qui venait rentrer. Le barman avait levé son regard en direction des hommes de la Shinra, souffla du nez pour ensuite recommencer à nettoyer le verre qu’il tenait à la main. Quelques badauds jouaient au poker sur une table au son d’un piano présent dans le coin de la salle, une dame de compagnie où l’autre traînait entre les tables dans une tenue des plus dénudé en rapport à ce qu’ils avaient vue dans les rues de la ville.

- J’ai l’impression d’être Clint Westwood. Chuchotait le médecin à l’adresse de ses collègues alors qu’il s’approcha du bar.

Marchant au travers de la pièce, Kurt alla à la rencontrer de l’homme derrière le bar alors que ses deux collègues prirent place sur une table vide de la salle. Enlevant son casque, le passant sous le bras, le médecin prit l’initiative de parler au barman.

- Salue la compagnie ! Dit Kurt en passant sa main dans ses cheveux plaqué par son casque et la chaleur.
- Hmm…
- Faut chaud… Hien ?
- Hmm hmm…
- Ehm… Qu’est-ce que vous avez à boire ?
- Du whisky, à la bouteille et que l’on sert dans des verres. Dit-il en posant trois verres sur le comptoir et rempli avant de partir de l’autre côté de son bar.

Poussant un long soupir, le médecin attrapa les verres remplis qu’il amena à table et tendit à ses collègues avant de s’asseoir lourdement sur la chaise en bois.

- Ça risque d’être compliqué les gars.
- Comment ça ? Interrogea Loris après avoir vidé son shot.
- Le barman n’est pas très causant, j’crois que les conneries de notre collègue ferment certaines portes aux nouveaux arrivants.
- En gros, il a merdé et on va en chier pour la suite.
- Voilà. Conclu Kurt en avalant lui aussi son verre d’une traite.

N’ayant pas vraiment d’autre piste à suivre, et n’ayant pas payé la consommation, les membres de l’escouade restèrent autour de la table à écouter la musique alors que personne ne s’approchait d’eux. Les minutes passèrent, pour que finalement, le bruit caractéristique de la porte à double battant ainsi qu’une arme se faisant charger se fit entendre. Tournant le regard, Kurt distinguait deux personnes dans l’encadrement de la porte, celui en tête brandissait un fusil qu’il gardait à l’épaule. Sur sa longue veste de cuir, il n’était pas difficile de voir une étoile au niveau du coeur afin d’affirmer le rôle de ce type dans la ville de Hill Valley. Au rythme des éperons frappant le sol, le shérif s’avança dans le bar pour venir à la table des SOLDATs et poser le canon de son arme sur le bois de la table, face au médecin.

- Étrangers, vous n’êtes pas le bienvenu chez nous. Dit-il d’une voix ferme alors que son adjoint posait sa main sur sa ceinture.
- Nous ne cherchons pas les problèmes, nous sommes juste venues prendre un verre dans le saloon de votre ville. Tentait Kurt, se voulant le moins hostile possible.
- Le dernier étranger qui est venu prendre un verre à trouer le ventre d’un bon gars et éclater le crâne de son frère. On à dû croire la bonne foi du blessé pour imposer son nom sur sa tombe.
- Hum… Nous allons quitter la ville dans l’instant. Proposa Loris en se relevant de sa chaise.
- Pas si vite étranger ! Ordonna le shérif en posant le canon de son arme sur le torse du technicien.
- Je le répète, nous ne cherchons pas les problèmes. Disait Kurt en se relevant aussi vite que possible et tendant ses mains en face de l’homme de loi.

Plus personne ne parlait dans le saloon, tout le monde regardaient la scène avec attention alors que le shérif ramena son arme à l’épaule dans un petit ricanement.

- Le message est passé, c’est bien. Vous allez rester ici sous la surveillance de mon adjoint jusqu’à ce que la diligence arrive dimanche, à treize heures. Ensuite, vous pourrez quitter la ville.
- Nous sommes venus avec notre propre vaisseau, nous pouvons repartir dans l’heure. Répondit le médecin à l’adresse du shérif.
- Doc, ce n'est pas le moment de marchander… Chuchota le technicien.
- Doc…? Ton pote est en train de dire que t’est un docteur ? Questionna le shérif en haussant un sourcil.
- Euh… Oui, je suis médecin de formation.
- Ok. Toi, tu viens avec moi et les autres restent ici. Dit-il en pointant son arme sur Kurt. Nicolas, tu vas garder ses messieurs le temps que je revienne.

Haussant un sourcil, Kurt finit par se lever et passer devant le shérif qui le guida du bout de son canon à travers les rues de la ville. Hésitant un instant, le médecin fini par baisser ses bras alors que l’homme de loi lui indiquait le chemin jusqu’à arriver devant son bureau sans dire un seul mot. Une fois la porte passée, le shérif déposa son arme contre le mur avant de prendre la parole.

- Écoute étranger. Le docteur de Hill Valley est parti dans la vallée il y a de cela un mois et n’est jamais revenu, les Indiens l’ont eu.
- Pourquoi vous me dites ça…?
- J’ai un type en cellule qui agonise avec une balle dans le ventre depuis une semaine, et j’ai personne pour l’aider. Le croque-mort attend dehors pour creuser sa tombe et je n'ai pas le courage de l’abattre d’une balle dans la tête, ce n'est pas un canasson. Dit-il avant de cracher dans un vase posée au sol prêt de son bureau. Tu t’en occupes, et tu peux retourner chez toi avant l’arrivée du chemin de fer. Où bien que je ne vous envoie au pénitencier pour refus d’obtempérer.
- Je n'ai pas vraiment le choix… Soupirait le médecin.
- Non, pas vraiment. Opina le shérif avant de s’asseoir derrière son bureau et montrer la cellule du regard.

Dans un soupir; Kurt s’avança dans la cellule et remarqua le type allonger sur la table de bois en sueur avec une simple couverture le corps et un bandage à l’arrange autour de l’abdomen. Rapidement, il se mit à sa hauteur pour dévoiler la plaie dans son ventre. Comme il le pressentait, c’était déjà infecté et il devait souffrir mille morts à l’instant. Détachant sa ceinture pour sortir ses ustensiles d’urgence, Kurt parlait au travers de la grille au shérif.

- Qu’est-ce qui s’est passé pour qu’il prenne une balle dans le ventre ?
- C’est le fils de Morty Glunch, l’éleveur de bétail à la sortie de la ville. Il parait qu’un type lui a manqué de respect et il a cherché à faire le gros bras. Sauf que sans papa et ses gars, ça marche moins bien.
- Pourquoi vous n’êtes pas allé chercher un médecin ailleurs ?! La gangrène va le tuer là… Éructa le médecin en enlevant le bandage de fortune. C’est un miracle qu’il vive encore.
- Un coursier du Pony express est parti il y a deux jours, on attend encore de ses nouvelles.

Entre deux gémissements, Kurt administra une batterie d’antibiotique dans le corps du malade avant de finir par une piqûre de morphine pour la suite des opérations. Bercé dans les visions de la drogue, le type cessait de gigoter alors que lentement, le médecin attrapa une pince chirurgicale ainsi qu’un ciseau pour se débarrasser des tissus infectés autour de la plaie. Négligemment, il déposa la chair en putréfaction sur le reste du bandage en retenant l’un ou l’autre haut-le-cœur. Il avait fait ce serment, celui de soigner les gens dans le besoin. Sauf que là, la balle évitera bien des choses à ce gars. Au fil des minutes, il avait dégagé tellement de chaires mortes qu’il se demandait avec quoi il allait pouvoir recoudre tout cela.

Attrapant sa ration d’eau, Kurt mélangea cette dernière avec un peu d’alcool pour ensuite vider le tout sur la plaie béante. Sans surprise, et même sous l’effet de la morphine, le type lâcha un cri de douleur que la moitié de la ville pouvait entendre. Le sang commençant à s’accumuler, Kurt attrapa ses compresses pour éponger le tout et prendre sa pince à dissection pour attraper la tête de la balle qui se présentait devant lui. L’opération finie, le médecin injecta à même la plaie quelques doses de désinfectant et d’antibiotique avant de tenter de refermer la plaie. Une aiguille à la main et le fil dans l’autre, il tenta aussi bien qu’il le pouvait de refermer les tissus restants ensembles avant d’appliquer un nouveau bandage propre.

- Alors ? Demanda le shérif, une pomme à la main.
- Il s’en sortira. Répondit Kurt en nettoyant ses mains pleines de sang.
- Vous venez de faire un heureux en ville, Morty devrait vous recevoir chez lui si vous avez sauver son fils.
- Les étrangers sont le bienvenu maintenant ? Ironisa le médecin avant de passer le pas de la porte.

Ne demandant pas son reste, le SOLDAT traversa la ville au pas de cours pour rejoindre le saloon où il avait laisser ses collègues, ils y a de cela deux heures. Lui qui craignait pour leurs vies, il retrouva le technicien et le sniper en train de danser sur scène avec deux femmes du barman, apparemment émécher. Soufflant pour l'énième fois, il attrapa ses collègues et retourna au vaisseau de la compagnie, bien décider à faire son rapport avec les maigres choses apprises. Et surtout, oublier cette perceptive de venir comme docteur dans cette ville de timbrer.


Dernière édition par Cypher le Lun 9 Oct 2017 - 12:19, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 425
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Jeu 22 Déc 2016 - 23:39
Kurt a t-il réussi à récupérer les conneries de Crochet ? Vous le saurez après la pub !

Chouette mission ! J'ai beaucoup aimé ! Je m'y serais cru à fond dans le western, c'est vrai ! C'est bien représenté, y'a une petite histoire, et surtout, tu nous rattrapes les conneries de l'autre brêle de Jones. Franchement, j'suis content !

Tout est bon, le passage avec le Sheriff est bien cool, le barman pas bavard aussi... Et puis surtout, vous venez d'un monde où le western est connu en tant que film. L'interaction entre "film vivant" et personnes connaissant les films est bien réussie. J'sais pas si je suis clair.

Autre bon point, tu fais le lien entre le RP de Killian, et les rumeurs qui courent comme quoi t'es un junkie. Parce que bon, on est d'accords Killian à merdé, et ça aurait pu nous fermer le monde si jamais t'avais aggravé le truc. Mais là, non c'est funky ! Tu répares tout (peut-être trop bien ? mais ça reste cohérent quand même), une chance que tu sois médecin finalement ^^

Et puis, tout le truc de médecine, ça marche toujours ^^ J'aime vraiment bien ces passages. Déjà parce que ça change de ce qu'on peut voir ici, y'a très peu (à ma connaissance aucun) RP un peu comme ça. Mais surtout, c'est franchement bien expliqué. Y'a ce qu'il faut d'information, c'est ni trop flou, ni trop précis pour paumer le lecteur. Ces scènes là, je les imagine bien !

Petit défaut cependant, toujours les petites fautes d'inattention. Genre au début tu parles de vaisseau affruité ? Ce serait plus affrété je pense ^^

Donc :

Normal : 20 xp, 200 munnies, 2 PS. 1 en Dex, 1 en force.
Tu obtiens aussi une superbe roulée bien costaud !

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !