Derniers sujets
» De retour au bercail...
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:16

» Monter la garde, une affaire simple ?
par Death Aujourd'hui à 18:56

» La nuit égale au jour ; la veille de l'automne
par Fabrizio Valeri Aujourd'hui à 3:20

» Le Train, les Rails et la Montagne
par Narantuyaa Aujourd'hui à 2:08

» L'enthousiasme éternel
par Death Hier à 23:42

» Reading Project
par Lotis Terrick Hier à 22:39

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Lotis Terrick Hier à 22:06

» La Mage Tricentenaire / Kestia
par Kestia Hier à 20:51

» Un mort pour pouvoir vivre libre
par Rufus Shinra Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Roxas Hier à 18:10

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Hier à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Hier à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Mer 20 Sep 2017 - 21:55

» Pensées rationnelles
par Cissneï Mer 20 Sep 2017 - 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Mer 20 Sep 2017 - 19:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Victoire à la Pyrrhus
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Clef Noire
Masculin
Nombre de messages : 157
Age : 26
Date d'inscription : 14/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
307/350  (307/350)
Lun 19 Déc 2016 - 18:16
« C’est quoi cette mission de merde… » Ai-je craché en sortant du bureau, persuadé que Death me ferait craquer bien avant d’avoir la puissance de me le permettre. Sérieusement, ça lui apporte quoi de me parler comme ça ?! Cet enfoiré m’explique lui-même que c’est impossible de les tuer alors… à part pour me faire chier, pourquoi m’envoyer vérifier un fait qu’il sait déjà ? Pour me faire chier mais ce n’est pas grave, on l’insultera à la prochaine mission puisqu’aujourd’hui, je suis d’excellente d’humeur ! J’ai reçu ce matin-même mes nouvelles chaussures et pas n’importe lesquels… une paire de Roxswagg Roxas II ! Elles sont trop classes, fait par le mec le plus puissant de l’univers et si vous me connaissez, alors vous savez à quel point la puissance compte à mes yeux : je respecte. Et oui, je respecte Death pour être plus puissant que moi… ce qui ne m’empêche pas de lui manquer de respect mais soyons honnête… en face à face, je reste la gueule fermée. N’empêche que… regardez ma paire de baskets, elle déchire ! J’espère que Roxas sortira d’autres modèles… et je rêve qu’il sorte sur le marché un modèle pour les ténébreux.
En tout cas, la si célèbre clef du destin a été chercher l’arme du bourreau de la reine de cœur, la seule à pouvoir tuer les soldats cartes définitivement… et bon, Death vient me demander de vérifier si on ne peut pas tuer les cartes autrement. Franchement ? Cette mission me tient à cœur et j’ai toujours envie de faire chier le Faucheur… alors je vais tout faire pour réussir à tuer les cartes. Suffit de regarder mes baskets, aujourd’hui c’est mon jour !

Dans les cachots de la garde noire, je ne suis on ne peut plus heureux que Marvin ne puisse plus me les briser mais les larbins de Death m’observent attentivement et mon rapport ne vaudra pas le leurs. Je commence donc par une petite phase d’observation. Parce que sont des cartes, ils ne sont pas dans des prisons courantes mais dans deux cages où les barreaux se croisent en quadrillage, sinon ils s’échapperaient en se glissant entre les barreaux. Complètement plat, ça serait inutilement compliqué de les enchainer… certaines cartes sont des cœurs, les autres des piques et dans nos cachots, elles vont de cinq à l’as pour les deux couleurs. Dans un coin de la pièce où sont gardés les soldats-cartes, j’aperçois deux types d’armes : des lances rouges et des haches noires. On devine sans même réfléchir lesquelles manient quoi.

« Faites sortir une carte rouge et filez-lui une lance… »

« Tu te démèrdes. » Lança l’un des gardes, jetant les clefs à mes pieds comme j’avais jeté les fiches aux pieds des gardes qui m’avaient servi de larbins pour récupérer les impôts. D’un geste de la main, sans un regard pour le garde, j’ai récupéré les clefs en me servant de mon ombre et ait ouvert la cage des soldats de cœurs. Les soldats-cartes se sont alors rués sur l’occasion comme des chiens affamés sur un steak et j’en laisse sortir un avant de refermer précipitamment la porte. N’attendant pas plus pour se saisir d’une lance, je les attendais avec ma clef-broyeuse alors qu’ils m’ont encerclés et les gardes se sont éloignés pour que le soldat-carte se contentent de moi. Les regards des gardes noirs pèsent si lourd sur mes épaules et mon âme… à travers leurs yeux, c’est bien Death qui m’observe.
J’esquive un estoc d’un seul pas détendu, attrape sereinement le manche de la lance et l’arrache des mains de mon ennemi en carton. D’un geste du poignet, je remets la lance dans le bon sens pour la lui renvoyer d’un puissant lancer !

Sans attendre, je charge et l’aplatit son corps plat contre le mur… j’ai beau frapper, son corps se déforme mais je finis tout de même par l’assommer. Donc, la carte est à terre et là… j’essaye de le déchirer comme on le ferait avec une carte… mais ça ne marche pas, c’est comme élastique. J’écrase le milieu de son dos avec mon pied, saisit une main et un pied pour tirer aussi que je peux mais ça ne marche pas ! Alors je matérialise une lame de matière noire et essaye de le trancher, ça ne marche toujours pas… mais bien décidé, je réitère l’opération avec des ciseaux… inexplicablement, ma paire pourtant bien aiguisé n’a que l’effet des ciseaux ronds pas tranchant qu’on donne à des enfants. Qu’on ne puisse pas les briser ou les casser, ça parait logique… mais on ne peut pas les trancher ou les déchirer non plus. De quelles matières sont-ils faits ? C’est un mélange de papier, de carton et de caoutchouc absolument infâme… et non, la carte ne se relève pas, je ne lui laisse pas récupérer ses forces. Bizarrement, quand ils sont en éveil, leur corps possèdent une certaine consistance et une résistance, on a vraiment l’impression de se battre contre un vrai ennemi… mais en fait, c’est comme affronter un dessin-animé. Donc, j’ai vite laisser tomber les attaques physiques pour attraper une torche et commencer à le cramer… j’ai cru avoir trouvé la faille quand j’ai vu la carte se mettre à brûler ! Ouais, les flammes accrochaient ! Par contre, quand bien même les flammes l’ont réveillées et fait courir en tous sens, ça ne le détruisait absolument pas. En feu mais sans cramer ni même roussir… on voyait du noir sur sa carte et d’un geste de la main, je l’ai enfermé dans un espace sans air. Les flammes se sont éteintes et sans explication logique de ma part, il n’y avait plus de traces de brûlures. Les éléments ne fonctionnent pas non plus… enfin… pas ceux qui sont tangibles.

Donc… j’avais encore une piste et pouvait potentiellement me défaire de ces trucs… si ça marchait, je ferais chier Death de la pire des façons… d’ailleurs, cette méthode, il n’y a pas accès ! Alors que la carte commençait à se relever, j’ai tendu mes doigts comme des serres… et laissez mon cœur battre de haines, insufflant des ténèbres dans mes veines. J’ai ensuite lancer un sort pulse sur le soldat-carte. Les ténèbres se sont bien insinués dans son cœur… puis j’ai recommencer, encore et encore, lui affligeant quelques coups de clefs de temps à autres pour l’assommer. Pour ma part, ça me paraissait évident que même les soldats-cartes avaient un cœur… n’avaient-ils pas peur de la reine, après tout ? Je dois vérifier ma déduction. S’ils ont un cœur, alors il est fait de lumières et de ténèbres… mais si j’en détruit la lumière au profit des ténèbres, la pauvre carte deviendra un sans-cœur.
Et si ça devient un sans-cœur, sa nature change du tout au tout, peut-être au point de le rendre destructible ?

Enfin… les ténèbres achèvent de bouffer la lumière de son cœur… et ses cœurs, justement, deviennent noirs rayé en croix par le fond blanc de son corps. J’affiche alors un sourire carnassier et jubile, la seule mission que Death aurait voulu me voir échouer, je vais la réussir ! J’attends l’attaque du sans-cœur-carte… et celui-ci me charge, tenant une lance sortit de nulle part à deux mains… j’esquive sereinement d’un pas avant d’enchainer la carte de coups de clefs. J’achève mon combo d’un coup explosif qui envoi la créature valdinguer contre sa propre cage ! Peut-être aurait-il dû y rester… et je déchaine mon ombre en rigolant nerveusement… finalement, les soldats-cartes peuvent être tué à condition d’avoir été transformer en sans-cœur au préalable.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 458
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
934/0  (934/0)
Mer 21 Déc 2016 - 1:43
En soit, ça me fait rire. J’te donne juste une mission corvée / entraînement, un truc comme ça pour justifier un moment au QG avec ton personnage pour se mettre à la cool et glander un peu à la limite. Et toi, il faut absolument que tu tournes cela pour me casser les couilles ! Irp, on s’entend. Pour être très plan-plan dans mon commentaire, je dirais simplement que la mission est assez classique dans son déroulement. Introduction en lien direct avec l’ordre de mission, un petit élément comique pour détendre et faire un lien avec un événement du forum et le coeur de la mission.

Il y a un truc marrant, c’est l’oppression que la moitié de la Coalition Noire inflige à Surkesh. Genre, Death à regarder chacun de ses membres et à ordonner « Briser lui bien les burnes, genre, hardcore ». Vraiment, à la limite de la paranoïa et comme moteur pour son ambition, j’aime assez bien cette facette de ton personnage.

Pour l’abattage des cartes, j’ai l’impression que tu as tenu ab-so-lu-ment à vouloir faire chier Death afin de trouver une solution pour les vaincre. Genre, il faut que je sois ce petit flocon de neige unique qui parvient à le faire. Parfois, il faut savoir faire abstraction de cela et s’avouer vaincu.

Après, j’ai une critique plus où moins conséquente, c’est simplement en rapport avec le titre de ta mission. En le voyant, j’me suis dit que ça voulait dire quelque chose, qu’il avait une signification ! Sinon, tu ne l’aurais pas choisi. Du coup, j’ai demandé à mon pote google, et il me sort ça dans les grandes lignes.

Une victoire à la Pyrrhus est une victoire (généralement militaire) obtenue au prix de terribles pertes pour le vainqueur.

Dans les grandes lignes. C’est un fait, la finalité de ton rp est une victoire sur Death. Une façon de dire que toi, t’a réussi alors que Death n’a jamais réussi à tuer une carte. Après, c’est la finalité de la définition qui me pose problème. Où sont les pertes pour le vainqueur ? T’es le vainqueur, mais, il n’y a aucune perte de ton côté ! De ma magie, de la patience à la limite, mais rien d’énorme en somme. Rien d’énorme, je suis très sympa, car il n’y a aucune perte.

Alors là, on imagine un instant que j’ai la référence et que je vois le titre de ton rp. Directement, j’me dis « Ouah, doit se passer un truc génial dedans ! Une baston géniale, un contrecoup de folie ! ». Et en fait, après lecteur, pas du tout. Tu me laisses sur ma faim en somme. Tout ça pour dire que, le titre d’un rp, c’est important et ça doit pouvoir retransmettre le potentiel ou l’idée du rp. Et ici, bah non, j’ai l’impression que c’est prit parce que ça donne envie. L’idée de ma critique est ici, prenez du temps pour donner un titre à vos rp et que celui-ci reste cohérent. Genre, j’ai souvenir d’un titre de Natalia pour une mission secrète et le titre était « Ne lisez pas, c’est un truc secret ». C’est drôle, c’est dans le thème et tout ! Prenons exemple sur feue Natalia.

Voilà voilà, j’ai dit ce que j’avais à dire. Mission accomplie !

Facile : 12 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS en Magie.

_______________________________
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Viens voir Victoire (Elle)
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Victoire de Noailles }~ Prise !
» Victoire
» La garde a vue de Victoire et Djawad { Boher et Samia}