Derniers sujets
L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 28 Nov 2016 - 17:01

Quand il t’annonce l’attaque de la caserne de la Garde Noire, non sans sourciller, tu restes abasourdie. Comment avait-on pu y faire un attentat sans que tu t’en rendes compte ? C’était impensable pour toi. Tu demandes une rapide description de cette Milla à ton boss. Il t’indique qu’il s’agit d’une jeune femme blonde aux vêtements très clairs. D’instinct, tu pars sans demander ton reste dans une course effrénée.

Tu n’as même pas eu le temps d’entendre Géraldine crier "On ne court pas dans le Manoir !" que tu te retrouves déjà à l’extérieure de la bâtisse. Tu files à tout à l’allure à travers la ville pour rejoindre rapidement le lieu de l’incursion rebelle. Il n’était pas question que ces immondes contestataires prennent d’assaut et mettent à mal tes précieux futurs soldats.

 Tu te demandes ce que tu vas trouver une fois que tu seras arrivé à destination. Des hommes morts ?  Le bâtiment en ruine ?  Pourtant, rien de tout ça ne se présente devant toi.  Tu vois tes hommes attrouper autour du trou qui servait autrefois de porte d’entrée et agglutiné autour de deux corps.

-Je veux un état des lieux, dis-tu au premier pélot que tu rencontres.

-Ouais, commence-t-il avec un fort accent rural, bén eùl sèrjant Kingston astoût lô, dèwôrs a rén foute. I pârloût avè in-ome.


Heureusement, tes péripéties à travers le monde de la Bête t’ont conduit dans des villages parlant un dialecte fort semblable, tu comprends donc ce qu’il raconte.

-Oups, pardonnez-moi, reprend-il d’un français plus correct, mais avec un accent toujours présent. Quand je stresse, mon patois reprend le dessus. Je disais donc que le sergent Kinston était dehors à parler avec un homme. Soudainement, il demanda de l’aide en criant. J’accourus pour voir de mes yeux vu ce qu’il se passait. Je n’ai eu le temps que d’apercevoir ce type faire sauter une ceinture d’explosif. Le sergent en est mort et la porte fut soufflée par l’explosion. Une jeune femme, Milla, est ensuite arrivée sous l’ordre de Death afin de débusquer ceux qui commirent cet acte infâme. Elle est partie en ce moment même dans les rues de la cité.

-Bien, je vois. Merci. Nous enterrerons Kingston avec dignité. Pour l’heure, c’est moi qui reprends le commandement de toutes les unités de la Garde Noire. Officié, vous êtes le nouveau sergent à présent. Rassemblez les chefs de troupes dans la salle de réunion et apportez une carte. Je veux également cinq personnes en garde devant la porte !




Dernière édition par Abigail Underwood le Mar 13 Déc 2016 - 20:11, édité 2 fois
Seigneur des Esprits

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
374/500  (374/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 30 Nov 2016 - 15:13


Je m'étais aventuré très rapidement hors du bureau après avoir reçu cet ordre de mission.

J'ai froid dans le dos rien qu'en pensant que des personnes peuvent être assez cinglées pour tenter de faire une chose pareille... Bon je sais. Il y en aura toujours pour penser que la Coalition Noire c'est le mal et qu'il faut l'éradiquer... C'est eux qu'on devrait faire disparaitre.

J'avais atteins d'un pas décidé le lieu où l'attaque avait eu lieu. Et je compris très vite qu'ils n'avaient pas été de main morte. Bien que je ne comptais que deux décès, le carnage sur la porte, un trou béant.

Je demandais très rapidement à un homme qui était là de me dire ce qu'il savait. Bon je dois bien l'avouer, sur le coup je n'ai pas tellement compris ce qu'il avait baragouiné. Un dialecte assez étrange. Et je n'avais pas tellement envie de discuter avec lui ou même de taper le carton.

Je partis donc très rapidement dans les ruelles pour essayer de trouver une quelconque trace d'un des acolytes du kamikaze.

Il ne pouvait y avoir eu qu'une seule personne à penser et à réfléchir à ce plan -tordu soit dit en passant-. Je ne vis que sur le pavé de cette venelle des gens, ils avaient l'air d'être d'un milieu très modeste... Limite pauvre.

Certains étaient presque en guenille, d'autres mendiaient. La misère de ces gens me dérangeaient, je n'avais pas eu une vie très rose, mais pour eux c'était encore pire.

Alors que je continuaient de marcher dans cette rue pour trouver une éventuel indice, un homme m'interpella.

- Une petite pièce madame ?
- Ça dépend.
- Ça dépend de quoi ?
- Tu n'aurais pas vu quelque chose de particulier ?
- Quoi comme genre de chose ?
- Quelque chose d'inhabituel.
- Hum... Non. Enfin je pense pas qu'on puisse appeler ça comme ça.
- Dis moi ce que tu as vu.
- Bah vous... Mais comme je l'ai dis c'est uniquement, parce que je ne vous ai jamais vu avant aujourd'hui.


Je m'avançai un peu plus vers ce pauvre homme et lui donnai deux munnies tout en le remerciant.

Je sais, ce n'est pas grand chose, il ne m'avait rien appris de plus, mais il me faisait trop de peine.


Je continuai donc de longer cette ruelle, espérant trouver quelqu'un qui pourrait m'aider, mais ça, c'était moins sûr.

Alors que je marchai sans vraiment regarder où j'allais, je me souvins que Death m'avait dit qu'un autre membre de la Coalition Noire enquêterait avec moi. Je décidai donc de m'arrêter et je me posai contre un mur, j'espérai ainsi le voir arriver. Je ne savais cependant pas quoi mon collègue ressemblait, j'étais « le petit dernier de la famille ».












Édit : J'ai oublié de le préciser, mais je me suis retirée les munnies donné au pauvre homme.
L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 13 Déc 2016 - 0:19

Tu te retrouves dans la salle de réunion du préfabriqué de la Garde Noire, entourée par une dizaine de soldat et regardant une carte de la Cité du Crépuscule.

-Messieurs-dames, l’heure n’est pas à la rigolade. L’attaque d’il y a quelques jours sur nos entrepôts n’a visiblement pas suffi aux rebelles, voilà qu’ils s’en prennent à votre quartier général.  Nous n’allons pas laisser passer cela.

Tu te mets à observer la carte quelques instants et essayes de déterminer la meilleure stratégie à adopter pour parer à n’importe quelles éventualités. Soudainement, une idée te vient. Il ne s’agit peut-être pas de la plus brillante possible ou encore de celle qui pourrait tuer tous les rebelles et vous débarrasser de ces gêneurs une bonne fois pour toutes, mais il s’agit de celle qui répond au plus gros du problème actuel.

-Comme vous le savez, chacun d’entre vous a entre dix et quinze soldats sous son commandement, commences-tu en saisissant quelques figurines et en les dispersant de manière stratégique. Il y a trois ruelles qui mènent jusqu’ici. Nous allons poster deux escouades par ruelles, pour un total de plus ou moins soixante personnes en protection de la caserne. Le reste de la garnison sera affecté dans le reste des venelles à rechercher d’éventuels trouble-fêtes.  Pensez bien à fouiller les égouts également. Death m’a rapporté que certains d’entre eux allaient se réfugier là-bas.  

La porte du local s’ouvre et se referme d’un seul geste. Tu t’interromps dans ta conférence militaire pour regarder qui rentre dans la pièce. Du coin de l’œil, tu aperçois une blonde au vêtement plutôt clair qui s’offre à ta vue. Tu ne la reconnais pas du tout. Tu en viens donc à faire la seule déduction logique.

-Et bien, j’imagine que tu es la Milla dont Death m’a parlé. Viens, prends place parmi nous.




Dernière édition par Abigail Underwood le Mer 11 Jan 2017 - 1:14, édité 1 fois
Seigneur des Esprits

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
374/500  (374/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 13 Déc 2016 - 11:11


J'avais préféré faire demi-tour et ainsi essayer de rencontrer ce membre de Coalition Noire avec qui j'allais travailler.

C'est donc à toute vitesse que je retournais à mon point de départ lorsqu'un homme de la garde m'indiqua qu'une réunion avait lieu en ce moment même avec mon collègue coalisé.

Je pénétrai dans la plus grande discrétion qui soit -je plaisante bien évidemment- et je refermai la porte derrière -avec toujours autant de retenue.

- Et bien, j’imagine que tu es la Milla dont Death m’a parlé. Viens, prends place parmi nous.


Je lui fis un signe de tête, comme pour lui faire comprendre qu'elle avait vu juste.

C'est donc sans dire un mot que je décidai de m'installer sur une chaise, je voulais participer au reste de cette réunion.

Mais je ne pouvais m'empêcher de dévisager mon collègue. C'est la première fois que je le voyais aussi.

Elle était de taille moyenne et avait des cheveux rouges. Sa tenue -contrairement à la mienne- faisait un peu moins tâche dans le paysage, elle était même totalement à l'opposé, très sombre.

Je vis cependant une chose qui me frappa directement, c'était qu'elle avait une balafre en forme de croix. Je ne savais pas comment elle avait pu avoir une chose pareille, mais ce n'était pas très beau à avoir. Sans cette immonde marque, elle était plutôt jolie, fallait l'avouer.

Et il vaudrait mieux que j'essaye de me focaliser sur cette petite réunion plutôt que de la regarder. Je pourrais m'attirer des problème moi...


Je jetai un rapide coups d'œil aux autres personnes présentes ainsi que ce qu'il y avait sur la table au centre. Je compris assez rapidement que c'était mon comparse qui avait en place toutes ces petites figurines en place, un moyen très simple pour faire comprendre qui se place à quel endroit.

Je m'installai donc confortablement dans ma chaise et la laissai reprendre la parole, puisque j'avais réussi à la couper dans son élan.










L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 20 Déc 2016 - 22:50

Tu attends que ta nouvelle invitée prenne place et recommences rapidement ce qui a été dit pour elle.

-Je disais donc que nous aurons prochainement des hommes vadrouillant dans la ville et d'autres en garnison près de la caserne afin que ces deux unités trouvent les rebelles qui sont embusqués dans les venelles de notre belle cité. Compris, miss Maxwell ?

Tu prends le temps d'une petite pause pour qu'elle assimile ce qu'il vient d'être dit et aussi pour boire une bonne gorgée d'eau.

-Vous aurez trois référents différents pendant cette mission. Pour ceux en poste près de notre quartier général, le nouveau Sergent Safety, qui remplace feu le Sergent Kingstone et qui dirige également l'une des escouades, sera le premier vers qui vous vous tournerez.

Tu le vois faire un salut militaire pour  se distinguer de ses collègues.

-Pour ceux qui seront en patrouille, le Capitaine Milla Maxwell sera votre figure de référence, dis-tu en lui adressant un signe de tête. Quant à moi, je serais la grande superviseuse depuis le bureau de l’intendant, mais je n’hésiterai pas à venir mouiller ma chemise si les choses venaient à se gâter. Je confie à chacun d’entre vous un talkie-walkie. Je serai sur le canal 7, Milla sur le 5 et Safety sur le 6.
-Chers soldats,
poursuis-tu plus vivement. La sécurité  de notre domaine est entre vos mains. Je sais que beaucoup d’entre vous sont de vieux loubards et que certains ont gardé une mentalité plus individualiste. Sachez cependant que j’ai foi en vous. J’ai vu ce que pouvait vous apporter une cohésion de groupe et j’ai dans l’intime conviction que cette assemblée militaire un peu spéciale a faite de vous des personnes plus respectables. Alors, je ne dirais qu’une dernière chose, pas de répit pour ces salauds qui ont attaqué ce que je peux considérer désormais comme le foyer de ma nouvelle « famille ». Laissez parler la bête qui est en vous, mais protéger quand même vos frères d’armes. Revenez avec peu de perte et nous fêterons comme il se doit. Rompez !


Tu sors de la pièce en première afin de distribuer les moyens de communication au chef de troupes et à la nouvelle bleue de la Coalition, Milla.

-Je ne te connais pas encore, mais je sens que je peux te faire confiance sur ce coup-ci. N’hésite pas à prendre des initiatives si la situation l’exigeait.


Seigneur des Esprits

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
374/500  (374/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 25 Déc 2016 - 19:03


J'écoutais attentivement pour assimiler assez rapidement ce que disait ma collègue de la Coalition Noire.

Et en sortant, elle me tendit le fameux talkie-walkie, je le branchai sur le canal qu'elle m'avait attribué un peu plus tôt et elle me dit quelques mots en même temps.

- Je ne te connais pas encore, mais je sens que je peux te faire confiance sur ce coup-ci. N’hésite pas à prendre des initiatives si la situation l’exigeait.
- Je ferai mon possible. Bonne chance.


Je repartis avec les quelques hommes qui étaient désormais dans mon équipe de patrouille.

Je voyais bien qu'ils n'avaient pas l'air très à l'aise et me regardaient tous -plus ou moins- avec une drôle de petite grimace.

Je suis quasi-certain que c'est le fait que je sois une femme qui fait que ça les dérange... Hey ce n'est pas de ma faute... Enfin un peu, mais bon ce n'est pas le sujet.


Je m'arrêtai un instant et leur fis face. Je les regardais tous, sans exception dans le blanc des yeux.

- Écoutez, je me doute que d'être sous les ordres d'une femme, pour un homme, ça peut être vexant. Mais croyez-moi, le capitaine Abigail Underwood, ne se serait pas portée volontaire pour superviser, ni me nommer chef de cette patrouille si elle ignorait totalement ce qu'elle faisait. Vous devez lui... En fait nous, faire confiance.


J'entendis quelques petits chuchotements, mais rien que je puisse comprendre parfaitement.

Je continuais de les regarder encore quelques secondes. Certains grimaçaient encore, d'autres avaient laissé place à une mimique un peu moins dérangeante.

Je fis volte-face et fis signe à « mes hommes » de me suivre. Je pris la direction qu'avait indiqué Abigail sur la carte. La ruelle que nous empruntions était un peu plus éloignée de celle où je m'étais rendue plus tôt.

J'indiquais à certains hommes de rester posté dans la ruelle. En leur indiquant de ne pas trop s'éloigner les uns des autres, comme ça, s'ils voyaient quelque chose de suspect, ils pourraient agir très rapidement.

Je partis donc en tête, plus profondément dans cette venelle avec d'autres hommes. Ils restèrent tous très silencieux, et je devais bien l'admettre, moi aussi je n'émettais aucuns sons.

Sûrement à cause de la peur, mais il y avait autre chose, et je ne saurais dire exactement ce que ça pouvait bien être.

Alors que nous continuions de marcher, je posai instinctivement ma main sur le pommeau de ma rapière.

Je ne remarquai pas immédiatement, mais je diminuai légèrement ma cadence, laissant ainsi les homes qui m'accompagnait prendre  de l'avance.

Je m'arrêtai et jetai un rapide coup d'œil derrière moi, et lorsque je me retournai de nouveau, je constatai qu'ils avaient pris énormément d'avance... Enfin, j'avais l'impression qu'ils avaient couru, vu la distance entre nous.

Je décidai sans réfléchir de m'aventurer plus dans cette allée et par je-ne-sais quel « charme » -si on pouvait appeler cela ainsi- l'endroit était devenu bien plus sombre d'un coup.

Ma main droite toujours sur la poignée de mon arme, la gauche tenait fermement l'appareil radio émetteur en cas de problème.

Je pris un profonde inspiration et entrais dans ces ténèbres.











L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 5 Jan 2017 - 15:58

Une fois que tous tes hommes sont partis, tu te diriges vers l’office de l’intendant. Tu préfères rester en retrait pour te reposer un peu. Autant d’action en une seule journée n’est pas sans risque de fatigue, même pour toi. Tu regardes autour de toi et analyses la grande pièce qui t’entoure. Il n’y a qu’un mobilier rustique pour un bureau des plus banals. Un bureau en kit trône en plein milieu du local, n’y apportant aucune prestance, accompagnée d’une ou deux petites armoires blanches. Il y a un portemanteau à côté de l’une d’elles. Si le poste finit par te revenir, la qualité des meubles ici va drastiquement s’améliorer. Il te faudrait un ameublement en bois véritables afin d’offrir un sentiment de vivant à ton interlocuteur. Quelque chose qui dit « Vous serez toujours accueilli en ami, mais si vous faites une erreur, gare à vous ».  L’ébène fera l’affaire.

Tu t’installes sur la chaise de bureau et profites de la sensation que cela te procure, mais pas trop, car la certitude d’être la prochaine intendante de la Garde Noire n’est pas certaine. Tu regardes dans les différents tiroirs des armoires et ne trouves que des papiers liés au bâtiment, aux soldats et à certaines missions passées. Pour prendre le temps de vitesse, tu lis ces documents recélant de précieuses informations.

Une demi-heure après ton entrée en ces lieux tu saisis ton talkie-walkie et demande après des nouvelles  de tes hommes. D’abord sur le canal de ton nouveau sergent.

-Safety, état de la situation, je vous prie.
-RAS pour l’instant, madame. Je vous recontacte au besoin.
-Bien, dis-tu avant de switcher sur le canal de Milla. Capitaine, comment cela se passe de votre côté ?


Seigneur des Esprits

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
374/500  (374/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 5 Jan 2017 - 19:09


Plus j'avançais dans la ruelle, et plus mon cœur battait rapidement.

J'espérais retrouver mes hommes rapidement. Je m'en voudrais terriblement s'il venait à leur arriver quoi que ce soit.

J'étais concentré sur mes pas, j'étais très silencieux. il n'y avait aucun son dans cette ruelle.

Mais lorsque mon talkie-walkie se mit à ronronner d'une étrange manière et avec la voix d'Abigail me fit sursauter un court instant.

Je tentai de calmer mon cœur qui venait de prendre légèrement un coup et rapprochai la petite radio près de mon visage et ainsi chuchoter.

En espérant qu'elle m'entende, je ne suis pas du tout rassuré. Si jamais il y a quelque chose ici, je ne veut pas lui donner l'opportunité de m'attaquer...


- Capitaine, comment cela se passe de votre côté ?
- C'est... Étrange. Il y a comme une source de magie plutôt malveillante dans la rue que nous avons emprunté.


Je fais une pause et rapproche un peu plus le talkie-walkie de ma bouche pour que a voix soit un peu audible.

- Une partie est restée en retrait, l'autre est devant moi... Mais je ne sais pas où exactement. Je vais tenter de les retrouver et vous recontacte dès que je peux.


Je relâchai la pression sur le bouton de communication et dégainai ma rapière. Le bruit de la lame sortant de son fourreau résonna dans cet endroit lugubre.

Je m'arrêtai un instant, retins ma respiration, ferma les yeux et tentai de me concentrer sur un éventuel bruit... Mais rien.

J’accélérai le pas, je marchai de plus en vite -au diable la discrétion- et je me mis à courir pour enfin retrouver deux de mes hommes qui s'étaient arrêtés.

- Qu'est ce qui se passe ?
- On s'est arrêté pour vous attendre, on vous avait perdu de vue. Et puis les officiers Spike et Harris ont décidé d'avancé un peu plus encore.
- Mais pourquoi ?
- Ils ont entendu un bruit.
- Quel genre de bruit ?
- Un grognement. C'était assez... Flippant.
- Pas de temps à perdre. Ils pourraient être en danger. On y va !


Je repris mon émetteur radio et entrai en contact avec le Capitaine Underwood.

- Une partie de mes hommes a été retrouvé l'autre est partie plus en avant. Nous continuons donc notre chemin. Mais il doit y avoir une créature là-bas.


Je mis de nouveau fin à la conversation -plutôt sèchement je dois l'avouer- et repartis avec mes deux derniers hommes vers cet étrange bruit qui avait intrigué les deux autres officiers.










L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 11 Jan 2017 - 12:00

Tu déposes  le dossier parlant de la rébellion, ouvert sur la page de leur chef, photo à l’appui.  Une créature rode donc dans les ruelles de votre belle cité. Un sans-cœur peut-être ? Tu fais confiance à cette Maxwell pour régler cette affaire. Le nom de cette jeune femme te rappelle tant de choses concernant ton enfance, mais c’est une autre histoire. Pour l’instant, aucun ennemi n’a fait face contre tes braves soldats. Ils doivent nous préparer un coup bien fumant, te dis-tu, en voyant encore un autre tiroir. Tu y découvres l’arme à feu de Marvin, feu le bras droit de Death. J’ai eu vent que quelqu’un l’avait assassiné il y a peu. Et avec ce revolver se trouvent des outils pour son entretien. Tu t’en saisis, les places devant toi ainsi que tes deux colts.

D’un geste expert, comme si tu avais fait cela toute ta vie alors que tu ne fais que de te servir de ta faculté de compréhension, tu retires les barillets de leurs socles. Grâce à une longue tige en métal relié à une brosse que tu imbibes d’huile, tu graisses les canons de tes armes. Tu fais pareils avec les encoches destinées à accueillir les balles. Tu nettoies ensuite l’extrémité de trous à l’aide d’une petite brosse afin de ne pas rendre le rechargement incertain. Tu retires également le surplus d’huile à l’intérieur des canons et des barillets à l’aide d’un petit linge et d’une simple branche métallique. Tu t’appliques à laver l’intérieur du socle vide grâce à un petit morceau de coton. Et, enfin, tu remontes tes deux armes et les recharges. Tout en faisant cela, tu essayes d’imaginer ce que l’armée rebelle a prévu. Soudainement, un bruit sourd provenant de l’extérieure vient te tirer de tes songes suivis du grésillement de ton talkie-walkie.

-Capitaine ! dit Safety dans l’urgence. La rébellion est arrivée par surprise. Heyner est avec eux. Venez vite !
-Et merde ! profères-tu peu discrètement.


D’un bon, tu sautes par-dessus le bureau et te diriges en courant à l’extérieure. C’est la cohue dehors. L’armée rebelle est en proie contre ta propre armée, arme à feu contre armes à feu, épée contre poignard. Le bruit et la mort règnent en maître dans cette cour. D’un rapide coup d’œil, tu repères leur chef, bien loin de ta portée. D’un geste, tu abats deux soldats adverses à l’aide de tes colts.  Une dizaine de tes frères d’armes gisent à terre, mais tu te rassures en te disant qu'en face ils ont perdu plus de leur soldat.

-Milla, si vous êtes dans la capacité de revenir, faites-le ! cries-tu dans ton talkie-walkie afin de couvrir les bruits de la bataille.

Tu te saisis de tes deux épées et pars dans la bataille à corps perdue.


Seigneur des Esprits

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
374/500  (374/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 11 Jan 2017 - 20:46


Alors que je continuais d'avancer dans cette obscurité avec mes deux derniers officiers. Je tenais fermement ma rapière, les grognements de la créature s'intensifiaent de plus en plus.

C'est à ce même instant qu'un crie de terreur -et probablement de douleur- se fit aussi entendre tout comme le grésillement du talkie-walkie que je gardais toujours à la main.

- Milla, si vous êtes dans la capacité de revenir, faites-le !


Le souffle coupé, je comprenais rapidement que malgré la voix qu'avait Abigail sur ce simple message était emplie de haine. Il avait dû se passer autre chose de plus grave près de notre point de départ.

- Qu'est ce qu'on fait ?


La peur se lisait sur mon visage. Je n'étais pas à l'aise et ça pouvait se comprendre. Soit je laissais mes hommes seuls avec cette créature ou bien je venais apporter mon aide aux autres.

Réfléchis Maxwell... Tu as déjà la mort de ta fammile sur la conscience. Tu tiens vraiment à ce qu'il y en ai deux de plus ?


- On ne réfléchis plus. On fonce !


Je sautai devants mes deux compagnons tout en demandant à un d'eux, s'ils avaient une lumière en leur possession, mais je n'eus le droit qu'à de la négation -ce qui me parut normal après coup, car s'ils en avaient eu, ils auraient sûrement déjà pensé à l'utiliser-.

Je leur ordonnai -en criant- de foncer, il n'était plus question de jouer sur la discrétion, deux de compagnons d'armes étaient peut-être sur le point de mourir voir pire encore.

En peu de temps nous arrivâmes à la créature. Il s'agissait d'un sans-cœur... Non rectification, il n'y en avait pas qu'un seul. Plusieurs paires d'yeux jaune luisants nous fixaient. Et impossible de savoir s'il y en avait d'autre encore.

Je me tenais en garde, brandissant mon arme comme pour me protéger le temps que ma vue s'habitue légèrement à l'obscurité, mais ce n'était pas chose aisée. C'est alors que mes deux compagnons d'armes se mirent à faire feu dans cet endroit.

Les tirs provoquaient des flash et plus encore lorsqu'ils touchaient les murs me permirent d'avoir un semblant de luminosité. Je remarquais alors très rapidement qu'une des ombres était très proches de moi, j'en profitai pour alors frapper avec un maximum de force la créature en plein tête.

Le sans-cœur se mit à pousser des sortes de couinements et les mêmes grognements que nous avons pu entendre plus tôt. Nous savions désormais que les seules créatures dans ce lieu n'était autre de de simples ombres.

Alors que la bestiole se mit à courir à l'opposé de ma position, je perdis tout instinct de survie et fonçais vers elle, ignorant la position exacte des autres pour planter la créature par derrière. Dans un flash lumineux, je pus voir que ma rapière avait transpercé le sans-cœur de part en part.

Je fis signe à un de mes hommes de venir s'attaquer à la deuxième créature pendant que je me focalisais sur la dernière paire d'yeux qui était resté sur place mais remuait sa tête de droite à gauche.

Nous arrivâmes rapidement à bout des trois créatures ce qui provoqua un retour de lumière. Ce n'était pas comme à l'entrée de la ruelle, mais il était désormais possible de voir les éléments qui nous entourait ainsi que les deux officiers Spike et Harris.

Ils étaient au sol, légèrement blessé mais rien de bien grave à première vue qui pourraient éventuellement transformés ces deux homme en créature des ténèbres.

Je demandais à mes deux autres compagnons de les aider à se relever et de les ramener vers l'entrée de la ruelle. Là-bas une autre bagarre nous attendait et il y avait peut-être d'autres sans-cœurs plus loin dans la venelle.










L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 5 Fév 2017 - 19:59

Tu ne comptes plus combien d'hommes sont morts sous le fil de tes épées aujourd'hui. Une dizaine ? Une vingtaine ? Tu n'en sais trop rien. Le plus important pour toi avant tout c'est de garder tes hommes en vie. Tu aimerais dire que vous allez vous en sortir dans trop de dommage, mais cela revient à mentir. Autant ils sont très mal, autant tes soldats ne sont pas très loin de la situation de ceux d'en face.

Tu essayes de repérer Heyner dans toute cette cohue, car à force de te battre, tu l’as perdu des yeux, mais rien n’y fait il doit être parti. Quel lâche ! Alors que toi tu restes prêt de tes hommes jusqu’au bout, lui il n’hésite pas à prendre ses jambes à son coup. Ou bien, prévoit-il quelque chose de plus sournois encore, seul le temps pourra le dire.

Le seul miracle qu’il te soit permis d’espérer, c’est l’arrivée impromptue de Milla. Tu luttes de toutes tes forces dans cette bataille quasi dantesque. Que faut-il de plus à Heyner pour tout arrêter face à nous ? Encore plus de morts ou de jeunes âmes à envoyer à la morgue ? Il se révolte en vain, la Coalition a déjà pris le pouvoir de la Cité et ne le rendra jamais. Cinq autres rebelles viennent de trouver la mort à cause de cette folie. La mort est ton métier, tu la donnes à tes ennemies telle la faucheuse, mais tu sais reconnaître quand tuer ne rime à rien et ici, c’est le cas. Tu n’as pas envie de perdre plus d’hommes que nécessaire. Une trentaine de décès dans ton cas est déjà suffisante.

Tu désespères face à ce carnage, mais ne baisses pas les bras. Tu sens que la situation va bientôt pencher en votre faveur. Et c’est le cas. Ton attente a été récompensée. Les diverses troupes qui se trouvaient en ville ont fini par venir jusqu’ici t’aider dans l’extermination des troupes rebelles. Tu peux également apercevoir Milla avec eux. Enfin, tout ceci va avoir un terme.




Seigneur des Esprits

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
374/500  (374/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 7 Fév 2017 - 13:19




Je revenais en compagnie de mes hommes, deux étaient blessés c'est pourquoi deux autres les aidaient à se déplacer.

Nous venions de retrouver enfin la place où Abigail m'avait demandé de revenir un peu plus tôt. C'était l'hécatombe. Il y avait eu un carnage, certains de nos homme avaient été massacrés, même charcuter pour certains et heureusement pareil dans le camp adverse.

Je laissais mes hommes derrière moi un instant, je courrais vers un des rebelle et plantai ma rapière dans son dos.

Attaquer les gens par derrière, ça ne se fait pas ? Ce n'est pas ça qui en dérange certains. Autant me mettre à leur niveau...


Je passais près d'un autre qui était à deux doigts de tuer un homme de la garde noire. Je tendis mon épée vers son cou qui traversa sa gorge. Je n'essayais pas de comprendre quoi que ce soit, j'aidais mon allié à se relever.

Je cherchais du regard le capitaine Underwood, mais lorsque je l'aperçu, elle ne s'était pas cachée mais la panique de voir tous ces corps m'avait choqué et je ne l'avais pas vu immédiatement. Je m'approchais d'elle.

- Désolée, je n'ai pas pu revenir plus vite. Je devais venir en aide aux hommes dans la ruelle.


Je me retournais vers la venelle que nous avions empruntée pour revenir et regardais de nouveau la scène où nous étions tous.

- Les rebelles avaient préparé leur coup. Ils ont fait en sorte de nous séparer. Ils devaient savoir qu'il y avait des sans-cœurs là-bas ! Et il y en a encore.


En prononçant ces mots, je pointais du doigt la fameuse rue et me retournais de nouveau vers les deux hommes de mon groupe qui avaient été amoché.

- Il faut que les blesser se fassent soigner. Si les rebelles reviennent plus nombreux, il nous faudra des hommes pour mettre fin à ce carnage.











L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 23 Fév 2017 - 17:22

Une joie certaine t’envahit quand tu aperçois enfin les renforts de Maxwell arriver. Tu sens déjà la différence que cela rajoute avec l’armée d’en face. Vous étiez une soixantaine à défendre l’avant poste contre une légion qui comptait au moins cent vingt personnes et là les rôles sont diamétralement opposés. Vous êtes enfin en supériorité numérique. Mais la réalité est dure et Milla fait bien de te le souligner. Effectivement, tu te dis vous ne disposez plus d’hommes, autre que ceux présents en ces lieux, et qu’en cas d’arrivée massive de soldat rebelle vous êtes cuit.

Excellent idée, Capitaine. Vous allez donc vous occuper de rassembler les blessés qui peuvent être soignés et renvoyer au front immédiatement. Ceux qui demandent plus d’attention seront également soignés légèrement et on leur donnera de meilleurs traitements quand la bataille se terra.  Exécution.

Il ne faut pas traîner, la survie de ton groupe en dépend. Cette escarmouche durait depuis combien de temps d’ailleurs ? Une bonne heure, au moins, te dis-tu. Qu’importe tout la vaillance et le sang froid que tu pouvais afficher, ton corps commence à sentir la fatigue l’envahir à grands pas. Il est temps que cette boucherie cesse. Il est temps que tu utilises tes dernières réserves avant de devenir complètement inutile. La meilleure solution serait de mettre à mort le chef adverse. Sans la tête pensante, il sera plus difficile pour eux de se coordonner et de garder une cohésion. Tu le vois, épée en main, un peu en retrait de l’affrontement, dispenser ces ordres comme un chien s’excite sur une personne qui passe devant la clôture de son maître.  

Tu te focalises dessus, ne le quittant pas des yeux. Tu marches lentement dans sa direction comme en transe. Les coups perdus que tu te prends ne te font pas chanceler ni dévient de ta route tellement la concentration que tu mets en œuvre pour réaliser ta dernière action est grande. Tu sens ton essence ténébreuse bouillir en toi. Elle gronde, elle hurle. Tout ton être te dicte d’empoigner le terrible pouvoir que t’offrent les ténèbres. Sans vraiment t’en rendre compte, te voilà en train d’invoquer un bouclier sombre afin de te protéger des éventuels projectiles qui pourraient venir te blesser sur le chemin qu’il te reste à accomplir entre toi et ta proie.

Cependant, un des soldats rebelles n’est pas d’accord avec ton plan et décide de s’interposer entre vous deux. Il charge vers toi, son épée bien au-dessus de sa tête. Sans y prêter attention, tu dégaines rapidement l’un de tes deux colts et lui tires une balle  entre les deux yeux. Il s’arrête dans son geste et s’écroule à tes pieds. Tu l’enjambes sans réel respect, mais dans l’état qui est le tien, tu n’en as pas vraiment cure, et poursuis ta marche macabre.




Dernière édition par Abigail Underwood le Mer 8 Mar 2017 - 9:47, édité 1 fois
Seigneur des Esprits

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
374/500  (374/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 6 Mar 2017 - 9:51




Je recevais mes ordres et sans rien ajouter, à part un simple signe de tête au capitaine Underwood je m'attelais à ma tâche.

Je récupérais rapidement les soldats les plus blessés pour les mettre légèrement en retrait pour leur sécurité et tentais de soigner quelques soldats moins blessés. Mais ma magie n'étant pas suffisamment élevée, je ne pouvais pas leur apporter les soins qu'ils méritaient.

Je tournais la tête pour voir ce spectacle se dérouler et aperçus Abigail qui avançait vers le chef du groupe adverse. Bien décidée à mettre fin à ce carnage.

Bon, je vais me contenter de tuer quelques clampins pour continuer à baisser leur nombre.


Je fis signe à quelques hommes moins estropiés de s'occuper encore de rebelles, comme pour occuper un maximum de terrain et ainsi éviter que l'on soit tous focalisés sur les mêmes hommes, nous perdrions plus de temps qu'autre chose.

Je me retournais pour ainsi faire face à un de nos ennemis, mais à peine mon mouvement effectué je pris en plein visage un coup avec une arme blanche.

Instinctivement, je frappais à mon tour mon adversaire pour lui offrir la même blessure. Seulement, cet homme n'avais pas eu le même réflexe que moi et posa sa main sur son visage. Je ressentais la douleur et le sans couler sur ma joue mais, je voulais y faire abstraction le plus possible et le frappai de nouveau mais cette fois dans son torse. Ma rapière perfora son estomac et je le vis tomber à terre.

Il souffrait je le voyais bien. Mais là, inutile d'abréger ses souffrances, il avait choisi le mauvais camp et m'empressai de trouver un autre homme à abattre.

Je remarquai rapidement un de nos soldats qui esquivait tant bien que mal les coups qu'un des rebelles lui infligeait. Je me précipitai vers lui et jetai mon arme, la lame vers la tête de l'ennemi. La partie tranchante vint s'écraser dans un de ses yeux. Le soldat profita de la douleur de son ennemi pour en finir avec lui.

Je m'approchai un peu plus, récupérai mon arme et l'essuya dans les vêtements du rebelle avant de voir Abigail Underwood enjamber un cadavre et reprendre sa course vers le chef.










L'Assassin écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
61/400  (61/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 9 Mar 2017 - 15:39

Dix mètres.
Une balle déviée par ton bouclier ténébreux.
Sept mètres.
Une lame parée grâce à ta propre arme.
Cinq mètres.
Une attaque esquivée d’une pirouette sur toi-même et un homme mort transpercé par ton épée  
Trois mètres.

Ça y est, tu es enfin à la hauteur du chef rebelle. Tu ne vois plus que lui, la force sombre qui t’anime en  ce moment même ne te permet pas de te concentrer sur autre chose. Il doit être mort, c’est un impératif vital pour la survie de tes propres soldats. Même la pensée de l’accomplissement de l’ordre que tu viens de donner à Milla ne te traverse pas l’esprit. Tout ce qu’il compte désormais, c’est de voir cet être répugnant empaler sur le fil de ta lame et de constater que le voile de la vie l'a véritablement quitté.

Il t’a enfin remarqué. Il te toise avec toute la haine qu’il peut avoir en lui. Toi, tu ne le regardes pas vraiment, car tu n’as que faire de sa misérable existence. Il se met en garde, son cimeterre droit devant lui, son pied maître en retrait et sa main faible dans son dos. Cette position laisse à penser qu’il a reçu une éducation de l’art de l’épée en comparaison des autres. Au moins, il va te donner du fil à retordre.

À ton tour tu te mets en position pour combattre. Tu te penches vers l’avant un peu, ton pied gauche en avant et ton pied droit légèrement en retrait et perpendiculaire par rapport au premier. Ta première épée pointe directement vers ton adversaire et la seconde est dans l’alignement de ton pied en retrait.

Tu attends sa première attaque, le laisser venir à toi afin de mieux le contrer et répliquer avec une meilleure approche. Tu scrutes le moindre de ses gestes, les plus imperceptibles spasmes que son corps peut produire, afin de déterminer quelle sera sa première action. Il s’avance vers toi par à-coup et, au dernier moment, le voilà qui ramène son membre resté à la traîne vers l’avant afin de gagner en allonge. Il arme son coup et abat son épée violemment dans ta direction. Tu te redresses d’un mouvement vif et par son attaque. Dans la foulée, ta deuxième épée vient trouver son flanc gauche et l’entaille superficiellement.

Vous reculez tous les deux, mais tu ne le laisses pas le temps de respirer et attaques de nouveau, mais il esquive ton coup habillement, d’une parade éclaire, et t'infliges un coup d’estoc. La douleur est bien présente, ton corps la ressent bel et bien, mais tu n’en prends pas acte, ta concentration est totalement ailleurs. Tu profites de l’ouverture afin d’écarter son arme et de lui asséner une balafre au visage. Il hurle, mais ne perd pas le fil du combat pour autant.

Le combat s’intensifie à chaque coup que vous échangez. Les forces sont les mêmes dans les deux camps. Aucun de vous deux n’est décidé à laisser l’autre prendre l’avantage. Vous vous acharnez l’un l’autre, redoublant à chaque fois de plus de stratagème et de bottes diverses afin de venir à bout de cette rixe décisive. La fatigue est là, aussi bien pour toi que pour lui. C’est plus une bataille d’endurance tout compte fait. Le premier qui fait baisse sa vigilance à perdu. Mais le premier à faiblir, c’est lui. Plusieurs fois, il a laissé son flanc gauche à découvert. Alors, tu attends. Tu guettes le bon moment pour agir. Là, voilà. Une ouverture grande comme une vallée. Tu te rapproches rapidement de lui et engouffres ton bras droit entre son côté et son propre bras. Tu pivotes sur toi-même afin de saisir son cou de tes deux cuisses. Surpris, il tombe à la renverse comme tu l’espérais. Une fois étendu sur le sol, tu le transperces de toutes parts de tes deux épées.

— Vous allez pas vous en tirer comme ça, crois-moi, arrive-t-il à articuler entre deux crachats de sang. La rébellion finira par prendre sa revanche sur la Coalition qui emprisonne les pauvres gens de notre glorieuse cité !

À peine a-t-il fini sa phrase que la vie a quitté son être entier. Enfin, cette bataille futile est finie. L’agitation se fait déjà ressentir autour de toi à propos de la perte de leur chef. Tu récupères tes armes et fais quelques pas en direction de ton camp avant de t’écrouler de fatigue. Ton corps ne veut plus bouger, trop araser par les efforts que tu as dû fournir. Tu fermes les yeux à la recherche du repos que tu as bien mérité en entendant très subrepticement un « Protéger le capitaine Underwood ! ». Enfin, Morphée t’accueille. Le reste, lui, ne dépend plus de toi.


Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1357/0  (1357/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 15 Mar 2017 - 17:44
Bon, j’suis là pour noter votre mission en coopération ! Même formule que d’habitude, vous allez chacun avoir droit à un commentaire sur vos postes respectifs. Dingue, j’fais ça à chaque fois. Bref, commençons mes petits coalisés.

Abigail Underwood :

Alors, premier rp ! C’est simple et sympa. Ça pose la situation, tu nous parles direct de se pauvre Kingston perdu à jamais dans le souffle d’une explosion. Comme quoi, quand nous parlons de la durée de vie des pnjs, Marvin à eu une longue vie. Petite reproche que je peux faire, c’est simplement une chose que j’ai déjà dit et à laquelle tu as déjà fait un effort, c’est des dialogues trop long par rapport à un contexte donné.

Genre ici, explosion qui a causé la mort d’un garde ainsi que la porte de la caserne soufflée dans l’explosion. Et vous avez le temps de vous poser pour la discussion. Tu as déjà fait un effort là-dessus, mais je profite juste de la situation pour le dire une dernière fois !

Seconde réponse, rien à dire de spécial. Il s’agit ni plus, ni moins du début d’une réunion stratégique en temps de crise.

Troisième réponse, le discours du général à ses troupes. J’ai l’impression de rien glander en disant cela, mais il n’y a rien de spécial à dire ! Juste des conseils que j’ai envie de donner. Par exemple dans ce genre de situation où tu tiens un discours, la gestuelle à aussi beaucoup d’impact. Il suffit de regarder les discours incisifs donnés par les dictateurs qui tranchent et donnent le ton, ou ceux des pacifistes qui accompagnent leurs mots afin de faire passer le message. Pour moi, ça rapport toujours de donner ce tonus en plus.

Quatrièmes réponses, c’est marrant de voir le sentiment de satisfaction alors que rien ne t’est encore attribué. Dans le sens, c’est sympa de voir cette certitude et les aises que tu prends dans l’endroit en question et étant loin de la bataille.

Dans cette réponse, une chose à signaler que je trouve intéressante. Peut-être par orgueil, c’est ce que j’interprète, Abigail se permet de continuer sa petite pause dans le bureau pour nettoyer son arme. C’est cool et c’est bien décrit, l’impression de songe rend bien dans ce contexte. Et enfin, l’attaque de la rébellion arrive ! Heureusement, quand on utilise la méthode de l’élastique, il ne faut pas perdre trop de temps sinon tu perds ton lecteur. Ça communique bien avec les réponses de Milla.

Et petite note, je t’ai vu faire l’erreur, mais le nom de chef de la résistance est : « Hayner » et pas « Heyner ».

Le raisonnement soulevé dans ta sixième réponse est intéressant. À savoir, combien de personnes doivent mourir pour la réussite ou l’échec d’une attaque ? À quel moment est le repli, qu’est-ce qu’on doit faire pour gagner une bataille sans perdre et ainsi de suite. Personnellement, je pense que ça mériterait un approfondissement dans le futur, au coeur d’une autre bataille ou que sais-je.

Petite déception, et c’est entièrement personnel, c’est le manque de description pour la situation. Nous avons le résultat et pas le développement. Il s’agit d’une des plus grosse attaque de la rébellion depuis longtemps et nous en savons très peu en finalité.

Contrairement à ce que je reprochais dans la dernière réponse, nous avons droit à plus de description du lieu. C’est bien, c’est bon et ça aide à se situer plus dans la cours de la caserne. Seconde chose que j’apprécie dans cette réponse, c’est qu'Abigaïl redevienne « elle » et non « futur intendant de la Garde Noire qui commande ». Pour moi, quand nous sommes un dirigeant, dans une armée, le respect des hommes vient des actions du dirigeant et pas seulement des ordres.

Ça fait très américain, mais je pense sincèrement que les actions d’un dirigeant forge le respect. Et que là, Abigail soit au-dessus en faisant cette action, ça entretient la légende.

Conclusion du rp. J’apprécie qu’ils se finissent sur la fatigue de ton personnage et la fin de cette attaque après le combat de boss. Comme je te l’ai déjà dit, ça fait très jeu-vidéo avec la victoire en achevant le boss. Mais ici, le combat est bien écrit et ça me laisse sur un bon sentiment. Cependant, n’oublie pas que nous avons le système de compétence et tu tires un peu trop sur ta défense ici. On est d’accord, vingt en défense est bon ! Mais rester combattre aussi longtemps et finir sur un combat, c’est un poil juste. Faut attention à cela.

Bon, maintenant que j’ai fini, l’avis général. Le rp est bon en soit, il y a les critiques que je t’ai fait plus haut et je ne vais pas les recommencer une seconde fois. Ce que j’aime bien ici, c’est la grande part de réflexion plus que du combat vénère. Tu as su gérer entre les deux et c’est ce que nous voulons voir dans ce genre de situation. Et ici aussi, faut attention parce que j’ai vu pas mal de faute d’inattention ou des mots qui manquaient dans tes phrases. Ce n’est jamais un malheur de relire un rp plus tard, ça aide justement à remarquer ce genre d’erreur. Maintenant, profite bien de ton bureau !

Mission accomplie !

Périlleux : 39 points d’expérience + 350 munnies + 3 PS ! Deux en magie et un en Défense.


Milla Maxwell :

Ta première réponse m’a bien fait rire. Pas dans le sens moquerie, mais simplement dans la dualité avec ton personnage. Ce que je veux dire, c’est que tout le monde est au courant que la Coalition Noire est l’organisation des connards sans scrupule et que ce serait bien qu’il dégage ! Tu dis toi-même que c’est ce que pense certaine personne et qu’il mérite bien de crever. Pourtant, et par après, Maxwell trouve un clochard et lui donne une pièce par pitié.

Et la question devient intéressante ici, quelle est la limite de Maxwell ? Est-ce qu’il irait jusqu’à tuer une personne innocente sans la moindre attention mauvaise envers lui ou son groupe, c’est la question que j’aimerais bien explorer, savoir jusqu’où tu pourrais aller.

Deuxième réponse, pas grand chose à dire non-plus. Après, il s’agit un peu de la réponse permettant à ton personnage de venir dans la réunion. Tu n’es pas la personne qui dicte, mais celle qui écoute et ça te limite dans tes actions. Sauf que, t’arrives à nous détailler certaines choses qui n’ont pas été dites par ton comparse et tu prends le temps de la décrire. Mine de rien, ça fit toujours plaisir d’avoir ce genre de chose sur nos personnages.

J’ai une remarque à faire dans cette réponse, c’est en rapport au commandement fait par une femme. Simplement que, ça ne me semble pas illogique que des brutes aient du mal à être sous le commandement d’une femme. Sauf que, la Coalition Noire à été dirigé par Ariez pendant des années et qu’elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, si tu vois ce que je veux dire. Du coup, une animosité est probablement présente, mais il y a de fortes chances qu’ils gardent cela pour eux par crainte de se faire écarteler.

Note positive, j’aime la tension donnée en te laissant en arrière face à l’inconnu !

La réponse est cool, tu installes une ambiance que j’apprécie de voir. Un peu comme celle dans un thriler ou le héros / héroïne en vient à flipper pour un truc du quotidien, la communication dans le cas précis. En fait, j’ai attendu que vous finissiez le rp pour le lire, et je découvre au fil de ma lecture et cette partie m’intrigue !

Ça me rassure qu’il s’agisse de sans-coeur en fait. Simplement que, les gens ont tendance (moi aussi) que la Cité du Crépuscule possède aussi des ombres chez eux et qu’elles ne sont pas forcément avec la Coalition Noire. C’est un ennemi commun à tous, et même nous avons à leur botter le cul ! Après, je vais rectifier un truc. Les sans-coeur ne ressentent pas la peur, et par conséquent, une personne les chargeant en hurlant comme des brutes ne les feront pas fuir. Si tu vois ce que je veux dire !

Sixième réponse à toi aussi ! Ce qui est cool, c’est que vous vous posez les bonnes questions. Sauf que la réponse, je me demande vraiment où elle se trouve. Par exemple, tu dis que ça ne te dérange pas d’attaquer dans le dos des rebelles, car tu t’abaisses à leur niveau. Sauf qu’ici, qui est le premier à avoir « mal » agi ? La question de mal est très floue et personnelle dans ce rp, mais la question est aussi intéressante.

Autre chose de sympa, c’est que tu ressors bien l’état des lieux ici. Tu parles de la même chose qu’Abigail, sauf que tu rajoutes ta touche personnelle qui ne fait pas redondant.

Dernière réponse de Milla ! J’apprécie aussi cela, nous nous trouvons vraiment sur champ de bataille à suivre le déroulement. Ce qui est bien ici, c’est les deux parties. Entre une aide que propose ton personnage, un peu comme un soutien avant de retourner dans le combat. C’est bien, ça renforce le réel de ce qui se trouve ici.

Bien, maintenant que tu as fini ton rp ici, je vais simplement te dire que tes interactions dans le rp était simple et efficace. Tu nous as fourni deux ambiances et j’ai particulièrement apprécié les questions que tu soulevais dans tes textes. Pour moi, tu as fait ici une bonne mission en coopération avec un membre et je tenais à te le dire. Contrairement à ce que tu dis souvent, j’ai l’impression que tu faisais avancer les choses et que tes réponses n’étaient pas vides de sens dans le déroulement du rp. Donc voilà ! Cependant, je vais quand même le dire, j’ai vu pas mal de faute d’inattention dans quelque un de tes textes. Tu as un bon niveau en général, et ici, ce sont des erreurs bêtes qui se corrigent simplement en relisant par après. Ce n’est pas grave, ça ne gêne pas la lecture ! Mais ça donne toujours un petit plus de ne pas les voir.

Mission accomplie !

Périlleux : 39 points d’expérience + 350 munnies + 3 PS ! Deux en Défense et un en Magie.

_______________________________
messages
membres