Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Cissneï Aujourd'hui à 1:03

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Hier à 20:01

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Nouveau service à la Shinra !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 340
Age : 21
Localisation : Dans mon bureau
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
221/650  (221/650)
Mar 15 Nov 2016 - 19:47
Bonjour messieurs. Mademoiselle. Je vous prie de m'excuser pour le retard, un problème de dernière minute qu'il me fallait résoudre. Ne perdons pas de temps, je vous écoute.

Je tirais la chaise du bout de table, celle qui m'étais réservée, et m'assieds confortablement. Scarlett s'assied à mes côtés, et sortit de quoi prendre des notes. L'on m'avait fait demander pour m'exposer une idée soi-disant cruciale pour l'avenir de la compagnie. Elle venait de Jefferson, du département des innovations.

J'espérais qu'il ne m'avait pas fait venir pour rien. Mon emploi du temps était déjà assez chargé comme ça pour que j'aie le temps de m'occuper des idées de génie de mes subalternes. Ce Jefferson était d'un ennui redoutable. Marié, deux enfants, tous à la charge de la Shinra comme en stipulait le contrat de travail que nous avions passé il y a quelques années lors de son arrivée dans la compagnie. Il avait réussi à gravir les échelons sans trop de mal, mais il avait un problème de taille. Il manquait de confiance en lui, il bafouillait devant les assemblées, il perdait ses mots. C'était ce quelque chose de comique qui m'avait fait déplacer.

Eh bien, allez-y Jefferson. Nous attendons.

Bien, bien... Alors... Comme vous le savez, les... les Mercenaires qui sont établis à Port Royal fonctionnent par le biais de... de contrats. Ces contrats fonctionnent sur un principe simple. Un client, une personne dans le besoin, vient au Centurio, leur établissement, et propose une tâche à effectuer. En échange d'argent, le Mercenaire qui choisit de s'occuper de cette dite tâche doit l'accomplir.

Je me tournais vers Scarlett et posai la main sur sa feuille de papier.

Inutile de noter cela, ma chère. Aucun intérêt.

Je me retournais vers Jefferson, en face de moi, accompagnais mon regard d'un sourire.

Écoutez, Jefferson. Je sens une volonté de bien faire, vraiment. Mais comme vous le savez, mon temps est précieux. Je vous demanderai donc de ne pas en abuser et d'aller droit à l'essentiel. Je sais comment les Mercenaires fonctionnent, tout le monde ici le sait.

Il me regarda un instant, décontenancé. C'était si facile. Voyons voir maintenant comment il allait se rattraper.

Bien... Je... Je me disais que peut-être la Shinra pourrait faire de même.

Quelques rires silencieux se firent entendre dans la salle. Certains de mes collaborateurs parlaient entre eux, plus ou moins discrètement ce qui ne faisait que renforcer le malaise de Jefferson. Moi, de mon côté, je fis un signe de main à Scarlett pour qu'elle soit prête à noter.

Je dois dire que contre toute attente, c'est une idée intéressante.

Les brouhaha murmuré s'arrêta d'un coup alors que je m'enfonçais dans mon fauteuil, joignant mes mains. J'accordais un répit à Jefferson, émettant l'idée que j'eusse pu me tromper à son sujet.

Nous possédons des stations Shinra dans tous les mondes. Ces stations sont notre présence dans ces dits mondes. C'est donc là que nous avons le plus de visibilité. Peut-être qu'il serait possible d'aménager un comptoir de contrats où tout le monde pourrait venir y déposer une demande. Elle serait ensuite examinée par une équipe dédiée puis postée ou non sur des terminaux prévus à cet effet au vaisseau-mère. Le client viendrait donc à la station, remplirait un formulaire avant de prendre les transports pour son travail ou autre, et la demande serait donc immédiatement mise en ligne.

Et... qu'est-ce qui vous fait croire que les gens nous choisiraient nous plutôt que les mercenaires ? Il est dur de bouleverser des habitudes vous savez ?

Scarlett s'était transformée en machine à écrire. Elle prenait des notes à la vitesse de l'éclair ! Les pages se remplissaient de mots, de phrases, d'idées. Elle citait mes paroles, certaines de Jefferson. C'était agréable de voir une employée aussi dévouée.

Nous pouvons jouer deux cartes que les mercenaires ne peuvent pas jouer. Tout d'abord il y a la... la carte de la rapidité. Comme je l'ai dit dans mon exemple, le client viendrait à la station pour son transport, il pourrait y déposer une demande, et elle serait traitée dans la journée. A son retour à la maison le soir, la tâche aurait été effectuée. Rapide et efficace.

La seconde carte est celle de la sécurité. Vous ne devez pas être sans connaître Natsu Dragneel, un mercenaire de longue date. De par le passé, les contrats qui lui furent confiés finirent souvent par une destruction partielle ou totale de biens aussi bien meubles qu'immeubles. Si nous assurons un « service sans-bavure », sans ne demander de supplément de la poche du client, alors je suis certain que beaucoup se tourneront vers nos services et délaisseront ceux des mercenaires.


Je pris une pause avant de lentement applaudir. Le reste de l'assemblée se mit à applaudir de même le vieux Jefferson.

Je dois dire que vous n'êtes pas totalement rouillé, Jefferson. Je vous félicite même ! Votre idée est très bonne et nous allons la mettre en place très très rapidement. Vous vous occuperez de ce projet vous-même, mais je serai là pour vous épauler. Jefferson... je crois que vous venez de vous faire un ami. Je suis fier de vous compter dans les rangs de la Shinra.

Le pauvre ne savait plus où se mettre. Il semblait gêné. Il me remercia alors que je faisais signe à Scarlett d'arrêter d'écrire.

Bien, mesdames et messieurs, je pense que cette réunion est terminée. Jefferson vous passerez à mon bureau cette après-midi aux alentours de seize heures trente. Nous prendrons un café et continuerons de discuter de ce projet. J'avais un rendez-vous pour une question de déchets radioactifs mais cela peut attendre.

Tout le monde quitta la pièce en me saluant comme à leur habitude. Je me tournais vers Scarlett qui était restée et lui offris une pause.

Vous aussi vous avez été remarquable, dis-je en jetant un coup d’œil à ses notes, prenez une pause, allez vous chercher un café. Vous le méritez. Et si vous pouviez appeler l'éclaireur, nous avons besoin de publicité pour le lancement de notre nouveau service !

Bien monsieur.

Elle sortit de la pièce et je plongeais mon nez dans les notes. Les Mercenaires n'avaient qu'à bien se tenir, ils allaient perdre le monopole de leur seule source de revenus. Et moi, la Shinra, j'allais m'offrir de nouvelles parts de marché. Merci, Jefferson.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le numéro que vous avez composé n'est plus en service. Veuillez racrocher, et composer de nouveau.
» A propos du service de l'EDH
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» le nouveau gouvernement
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport