Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
47/500  (47/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 23 Oct 2016 - 23:21
Illusiopolis, inutile de dire que j'pensais pas revenir ici de sitôt !

Et pour être tout à fais honnête ça ne m'enchantais guère, la nostalgie pour un coin pareil ça existe pas. Le domaine enchantée, là ouais il y avait moyens de regretter un coin pareil avec ses forêts verdoyantes, ses jolis étangs, la citadelle et son château dont les tours montaient majestueusement dans ciel. Mais Illusiopolis avec ses rues jonchés de déchéts, ses murs grossiers couverts de crasse et ses immeuble tous identiques bouffaient le paysage. Tout ça dans un putain de gris qui pouvait saper le moral au gars le plus joyeux de l'univers.

Et forcément Megamind avait pas arrangé les choses, depuis mon départ les choses avait pas franchement évolué, les ruines et les nombreux cratères dû à la chute de l'astre n'avait pas été réparé et il faudrait sans doute encore un bon moment avant qu'on puisse voir un peu d'amélioration de ce côté si la situation était toujours aussi anarchique.

Enfin au moins là il faisait nuit et la faible lueur des quelques lampadaire encore en état de fonctionner n’empêchait pas l'obscurité de me cacher les détails de l'environnement dans lequel j'évoluais, ce que je ne regrettais aucunement, les cadavres et les traces de sang ne m'ayant jamais amusé.

Oui j'étais venu de nuit, ça pouvait paraître assez con puisque le coin est déjà assez risqué de jour mais là j'avais pas trop eu le choix. Depuis que j'avais décidé de donner un enterrement correct au Petit j'avais pas laissé traîner les choses. Le Sanctum était dans une situation assez...délicate ces derniers temps, j'suis pas sur qu'on aurait accepté si j 'avais demandé à prendre mon week-end. Du coup j'avais comme qui dirait dû déserter et si j'voulais pas trop d'ennui à mon retour j'avais intérêt à rev'nir le plus rapidement possible.

Du coup le soir où j'ai compris qu'il fallait que j'le fasse s'y j'voulais pouvoir trouver le sommeil j'ai foncé chez mes amis du quartier fauve et harcelé quelques marchand qu'avait fermé d'puis belle lurette pour me procurer les affaires nécessaires, que j'trimballais dans un grand sac en toile dans mon dos. Et ensuite direction la station Shin'Ra où j'ai pris la première navette en partance pour Illusiopolis, coup de bol la dernière partait dix minutes plus tard.

Me v'la donc dans un endroit que j'déteste pour faire que'que chose auquel je ne crois que moyennement, d'une manière qui met ma place au sein de mon ordre en péril pour faire plaisir à quelqu'un dont l'état l'empêche certainement d'faire attention aux efforts que j'déploie pour lui.

Je n'vois pas où pourrait 'y avoir du soucis.

Sortant de la station Shin Ra je mis donc le cap sur les ruelles sombres des profondeurs de la ville où j'ai laissé le corps du Petit. Retrouvant mes vieilles habitudes je progresse lentement, une dizaine de mètres puis une pause, un croisement une autre pause. Pas que l'obscurité m'empêche de marcher, la clarté dispensé par les vieux lampadaires suffit à faire apparaître les obstacles les plus important. Non par contre les malfrats sont plus que jamais les dangers du coin, et avec les troubles causés par la chute de l'astre il y a sans doute bien plus de gens décidés à égorger un vieil homme rodant seul dans les rues.

Ceci dit j'ai vécu des dizaines d'années sans y laisser ma vie et je ne compte pas la perdre à cause d'une visite de quelques heures. Au moindre danger, au moindre doute je m'arrête donc et sonde les environs avec ma magie, cherchant à détecter quiconque étant susceptible de me faire une mauvaise surprise avant qu'il ne me voit. Et pour le moment ça marche plutôt bien, seulement trois personne sont rentré dans l'air de mon sort et à chaque fois j'ai réussi à les éviter en faisant un détour.

Non je ne pense pas que la difficulté de mon éscapade soit les brigands, par contre ma destination oui.
Non parce qu'il n'y a rien qui ne ressemble plus à une ruelle sombre et miteuse ayant subit une chute d'astéroïde qu'une autre ruelle sombre et miteuse ayant subit une chute d'astéroïde. Et j'ai beau avoir une connaissance relativement bonne des bas quartier et me souvenir plus ou moins du chemin que j'ai pris quand j'ai quitté le Petit il serait stupide de penser que je vais réussir à remettre la main dessus du premier coup.
Si j'arrive à remettre la main dessus d'ailleurs, Illusiopolis n'étant pas plus sympa avec les cadavres qu'avec les gens bien portant...

Mais allez du courage ! Au bout d'une bonne heure je finis par arriver devant les ruines d'une maison où seul tient encore debout un mur orné d'un graffiti suffisamment grand et détaillé pour que même avec la pénombre j'arrive à voir qu'il s'agit de deux mogs en train de...hum enfin en train d'faire plus ample connaissance quoi. Cependant j'souris, pas que j'ai un goût prononcé pour se genre d’œuvre d'art mais j'me souviens être passé par ici avant de quitter la ville pour aller rejoindre le Sanctum.

Parfais j'ai donc une piste, maintenant le problème c'est que le chemin part dans trois directions, j'avais pris laquelle, moi ? Et j'avais parcouru combien de chemin avant de tomber la dessus, vingt mètre ? Cinquante ? Cent ?
Bon une chose à la fois, je commençe par me débarrasser de mon sac, si le Petit est vraiment pas loin j'aurais pas long à faire pour aller le chercher et je me sent quand même bien plus à l'aise sans. Une fois caché sous une pile de débris, d'manière à ce que j'sois le seul à pouvoir deviner qu'il y avait que'que chose là, je relance mon sort de détection. Une personne à gauche, rien sur les autres chemin, bon autant pas jouer avec le feu j'allais commencer par le chemin à droite comme ça...


« -Ouin ! Ouin ! »


Le mec de gauche justement, apparemment il devait pas être bien vieux, ni bien futé pour faire autant de bruit ici. Bon fallait que j'me grouille de décamper avant qu'il ne rameute d'autre gens qui n'hésiteront pas à...à le détrousser, le violer et le tuer...

Est-ce que j'allais laisser faire ça ?

Le moi du passé aurait répondu « oui » sans hésiter, aucun doute là dessus. Mais est-ce que j'étais encore le moi du passé ?
Il y avait des chances pour que ce soit un piège, des chances pour que des gens mal intentionnés arrivent et s'en prenne à moi si j'étais encore dans les parages. Très peu de chance pour que ce gamin sache où se trouve ce que je cherche, il sera sans doute bien plus un poids qu'autre chose. Le choix était évident, j'aurais même pas dû hésiter autant.

J'ai pris à gauche.

C'était con et je sentais déjà toute les emmerdes que ça allait me causer mais j'avais plus le choix. Si j'avais voulu rester le même homme je ne serais pas retourner à Illusiopolis ce soir. Non aujourd'hui je n'étais plus celui que j'étais, aujourd'hui je suis Fiathen.

Une fois dans la ruelle j'aperçois vite le gosse, il pleure agenouillé sur le béton, un lampadaire pas trop loin de lui le rend juste assez visible pour le deviner. Je m'approche doucement de quelque pas, les mains ouverte à hauteur de mon visage pour lui montrer que j'suis pas dangereux. Le chiard doit pas avoir une mauvaise ouïe parce que j'suis encore relativement loin de lui lorsqu'il relève la tête, l'air terrifié. Aussitot j'me met à parler, pas la peine de rester discret vu le boucan qu'il a fait juste avant.


« -Hola bonhomme, pas de panique ! J'te veux pas de mal, juré !

-...Z'êtes qui ?
Me demande t'il, l'air toujours pas rassuré.
-Je viens d'un autre monde, j'suis du Sactum. »

Là j'lui montre mon insigne mais j'comprend tout de suite que pour lui « autre monde » et « Sanctum » ça a autant de sens que « générosité » et « bienveillance » pour les trafiquants d'armes du coin.

« -On est...heu...des gentils en que'ques sortes. On essaye d'aider les gens comme toi.

-Comme ceux de l'orphelinat prêt de la station Shin Ra? Ceux qui s'occupent des gens qu'ont plus de maman ou de papa ?
Un orphelinat ici ? Ca me surprend mais j'vois une porte de sortie à ma situation.
-Heu...ouais c'est ça exactement. D'ailleurs s'tu veux je t’emmène là bas, ce sera plus sur pour toi que d'rester ici.

-C'est vrai ? Attendez j'vais chercher mes trésors et j'arrive.
Qu'y m'dit en faisant un grand sourire. »

Et aussitôt j'le vois décamper dans la direction opposer. Ses « trésors », bah c'est sans doute un morceau de verre violet ou un bras de poupée cassée mais si ça lui fait plaisir. C'est vrai que j'aurais préféré partir de suite pour pas laisser plus de temps à d'autre gens de nous trouver, mais même malgré ça j'étais plutôt content.
Je m'étais prouvé à moi même que je pouvais vraiment réussir à changer, que même malgré des années passé dans ces foutues rues je pouvais être quelqu'un qui aide les mômes quand ça rapporte plus d'ennui qu'autre chose.

Puis le gosse est passé sous le lampadaire et j'ai remarqué un truc qui m'a glacé le sang. Une main  imprimée au fer rouge sur son avant bras. Un signe de gang.

Et là j'ai remarqué toutes les petites incohérences qu'auraient dû me sauter au visage dès le départ.
Le gosse qui me fait face dès que j’apparais comme s'il m'attendait. Le fait qu'il se soit pas enfuit quand il m'a vu alors qu'ici tout le monde à peur de tout le monde. Le fait qu'il m'ait fait confiance aussi vite alors que j'suis loin d'être le modèle du mec rassurant. Le fait qu'il sache qu'il y ai un orphelinat mais qu'il en reste aussi éloigné...

La suite du scénario j'ai pas envie d'la connaître. Je ramène ma main droite ouverte à hauteur de mon épaule gauche, j'ai encore le temps dl'empêcher de prévenir ses potes. Il court pas trop vite, la ruelle est droite et dégagée j'peux pas le louper.

Je ferme la main pour annuler le sort.

C'est con bordel ! C'est de plus en plus con mais non ! Même si il m'a enculé à sec, même si je dois me retrouver face à cinquante gugus, même si je dois y perdre la vie, non ! Il peut être sincère, il peut avoir échappé à ses tortionnaires, je ne peux pas faire ça. Plus maintenant. Pas Fiathen.

A la place du glacier je lance donc un sort de détection, encore personne derrière moi ; par contre dans la direction où a disparu le môme il y a environ cinq gars qui se dirige vers moi. Sans perdre de temps à regretter mes choix je fais demi tour et repasse devant le graffitis, en continuant d'accélerer je prend la ruelle de droite censé être vide où je pique un sprint.
Avant de devoir m'arrêter en catastrophe à cause d'un cul de sac.

Merde ! Les gus derrière moi continue d'avancer, apparemment il se sépare en deux groupes : trois prennent au centre, deux vont vers moi.

M'accroupissant au maximum dans le coin le plus sombre que j'arrive à trouver j'essaye de me faire le plus discret possible. Ils vont me trouver c'est certain mais plus l'autre groupe sera loin à ce moment là mieux ça vaudra. Serrant mes poings j'y concentre mon froid, les gars sont à dix mètres, cinq mètres...Au moment où les yeux du premier truand rencontrent les miens j'ouvre les mains en direction de leurs tête et rapidement leurs bouche est solidement scellée par une couche de glace qui leurs recouvrent toute la partie inférieurs du visage. Sans leurs laisser le temps de revenir de leur surprise j'envoie deux glacier dans la même direction qui les envoient au tapis direct.

Bon ça a pas fais trop de bruits, je sonde les environs et sens que les trois derniers hommes sont partis relativement loin, apparemment il n'y a encore qu'eux dans les environs. Pas questions de partir à gauche si c'est pour rencontrer le reste du groupe planqué je ne sais où, va falloir que je me charge de ces trois là pour m'enfuir.

M'autorisant à souffler quelques secondes pour récupérer un peu je m'avance à l'entrée de la ruelle. elle est plutôt sombre et mes trois ennemis ne m'ont pas encore vu, moi même je ne sais qu'ils sont là que grâce à mon sort. Pointant mes deux mains en direction du sol je fais naître une fine surface de glace entre eux moi, puis ramenant mes bras en arrière je lance deux glaciers dans leurs direction. Malheureusement ils sont trop loin et l'endroit est trop mal éclairé, le premier touche un de mes assaillants à l'épaule sans l’assommer tandis que l'autre, légèrement trop haut, file dans l'obscurité sans nuire à personne.

Forcément les trois abrutis ont finis par me voir et deux d'entre eux me foncent dessus sans réfléchir pour se manger le béton deux mètres plus loin en marchant sur ma patinoire. Je n'attend pas que le troisième se décide et, les deux mains à plats sur le sol, je fais naître des liens de glaces qui les attachent solidement au sol. Et quatre en moins, plus que...

PAN !

Merde ! Je me rends compte que si le dernier ne m'a pas chargé c'était pas par manque de courage mais parce qu'il est mieux outillé que ses compères. Heureusement la balle ne fait qu'un simple trou dans mon manteau au niveau du coude, j' en esquive une deuxième d'une roulade en arrière puis ,me relevant, je fais une glissade vers l'entré et parviens tout juste à me planquer contre un des murs à l'extérieur de la ruelle avant qu'une balle ne vienne traverser le côté de ma cuisse. Bordel, ça réveille !

Bon clairement lui je peux pas l'affronter de front, j'aurais pas le temps de charger un glacier et de l'assommer tout en esquivant ses tirs, d'autant que j'peux plus compter sur l’effet de surprise.
Lançant un sort de détection j'essaye de voir ce qu'il fait et heureusement pour moi cet abrutis cours à ma rencontre, il doit être persuadé qu'il va pouvoir me tirer comme un lapin pendant qu'j'me fais dessus. Grave erreur connard.

Plaçant ma main ouverte en direction de l'entrée de la ruelle d'où il devrait pas tarder à sortir je charge mon froid dans le sol puis me recule prudemment de quelques pas.
J'avais à peine fais un mètre que le couillon marche sur la zone piégée et déclenche une explosion de glace qu'il se prend en pleine poire, bien fait pour toi salaud ! Sans lui laisser le temps de se relever je fais tomber un bloc de glace sur le sommet de son crane. Puis je règle leurs compte de la même manière à ses deux collègues toujours fixé au sol.

Bon une bonne chose de faites !

M’asseyant sur le corps d'un des malfrats je prend une bonne minute pour récupérer, je dois pas rester trop longtemps ici mais tout ça m'avais bien vanné mine de rien. Plaçant ma main sur ma jambe blessé je gèle légèrement la blessure histoire de pas perdre trop de sang et d'éviter de trop sentir la douleur. C'était loin d'être le top comme traitement mais valait mieux ça qu'être gênée au moment de prendre la fuite contre une autre bande.

Tout en continuant de reprendre mon souffle et mon froid je songe à mon sac, je peux pas le laisser là. Ça risque d'être chaud pour aller le rechercher une fois que tout le monde se sera réveillé, surtout que le gosse pourrait...

Merde le gosse ! J'avais complètement oublié le gamin dans tout ça, mais si ce petit con venait voir comment ses collègues allaient, ou si il prévenait d'autre gus en voyant pas les autres revenir...merde !
Sondant les environs mes craintes tardent pas à se confirmer, dix autres gus viennent du fond de la ruelle de gauche.

Sans attendre plus je sors mon sac des décombres et repique un putain de sprint dans la ruelle du centre. Je bifurque à chaque fois que je peux, essayant de rendre mon parcours aussi difficile à suivre que possible. A chaque croisement je ne m'accorde qu'une demi seconde pour voir si quelqu'un m'attend dedans dans les cinq prochains mètres et je reprend ma course.

Droite, gauche, gauche, milieu, droite, demi-tour, gauche, droite, encore le centre et encore demi-tour. Maudissant chaque cul de sac je parcours les rues aussi vite que possible et enfin, à bout de souffle je reprend le risque de lancer mon sort de détection au maximum et je constate que je suis seul, enfin ! Me traînant derrière les décombres d'un mur éboulé histoire de pas me faire remarquer par un quelconque passant je m'écroule.

Honnêtement je ne sais pas combien de temps je suis rester là, dix minutes ? Une heure ? Pas facile de garder sa perception du temps du temps dans un endroit pareil. En tout cas après ce qui m'a semblé une éternité j'ai finit par me relever à contre cœur, j'allais pas retrouver le Petit en faisant la sieste.

Et en regardant autour de moi pour essayer de me repérer je me suis figé. C'était là. Le mur qui tenait debout, le trou dans le sol, les deux ruelles qui donnaient exactement dans les bonnes directions, même sa table d'écriture improvisé avec deux parpaings et une vieille planche. Tout était exactement comme dans mes souvenirs, il ne manque que les morceaux de la lune et...

Et le Petit.

Pendant un instant j'ai pas voulu y croire, j'me suis frotté les yeux, fais dix fois le tours de l'endroit pour être sur qu'il avait pas était recouvert par un ébouli, essayé de trouver des indices qui pourrait m'indiquer une direction à suivre, m'expliquer pourquoi il n'était plus là.
Mais non. Rien. Le Petit était parti sans laisser a moindre trace.

C'était logique au fond, j'le savais, les chances que j'avais de le retrouver après autant de temps passé à Illusiopolis était nul. Mais voilà je m'était battu pour une cause juste, j'avais suivi à la lettre toutes les putain de règles qu'on m'avait imposé, j'avais essayé de changer et j'imaginais que du coup j'pouvais mériter un petit coup de pouce. Sauf que non.

Puis la colère est arrivée, j'avais jamais été aussi juste de ma vie, j'avais même voulu aider un gosse jusque dans le pire endroit possible de la manière la plus désintéressée qui soit et voilà ma récompense. Rien.

Pendant un bon moment j'ai craché sur le Sanctum, sur Etro, sur mon putain de destin de merde qu'avait décidé de se foutre de moi pour le restant de mes jours. Je les ai tous maudits, pour moi ils étaient tous responsable de sa disparition. Je suis resté là cinq bonnes minutes à ne rien faire d'autre qu'insulter tout ces connards.

Et finalement la colère est partit. Mais elle a emporté avec elle tout le reste, tout ce que j'avais essayé de mettre dans mon cœur, tout mes efforts pour changer, tout ce qui m'avais poussé à quitter ce monde. Tout est parti. Ne laissant qu'une seule chose, une chose qui m'avait accompagné depuis bien plus longtemps que tout ça. Mon seul ami.

Le Froid.

Etro ne voulait pas m'aider ? Grand bien lui fasse. A partir de maintenant on allait appliquer la seule méthode qui fonctionne ici.
Bien entendu ma bonne conscience était pas forcément d'accord mais je m'y était attendu.


« -Je sens que tu est sur le point de faire un truc que tu vas regretter mais...

-Ta gueule Petit. Tu est plus important que ma tranquillité d'esprit. » Et j'ai arrêté de l'écouter.

J'ai caché mon sac et suis parti. Un sort de détection m'apprend que trois personnes isolées ont finit par s’arrêter à vingt mètres de là. Tant pis pour eux.
Je m'approche en silence, glissant au ras des murs, bientôt je les aperçois. Assis en cercle au milieu d'un feu de camps, personne pour surveiller les alentours. Je m'arrête juste avant d'être éclairé par le feu et lève mes mains de bas en haut.
Une barrière de stalagmite surgit du sol et fonce se planter au hasard sur leurs corps. Un d'entre eux est trop gravement blessé pour m'être utile. Je m'approche de lui, arrache une stalagmite et lui fiche dans le cou.
Les deux autres sont allongés par terre, salement blessé mais survivront le temps de me répondre.


« -Le corps incrusté dans un bloc de glace à vingt mètres d'ici. Où il est ?

-Ont sait pas ! Ont vient d'arriver ! S'il vous plaît nous... »

Pas la peine de les laisser s'égosiller plus, dix secondes plus tard ils rejoignent leur pote. Je m'y prend mal, c'étaient des nomades. Pas là depuis assez longtemps. Je dois chercher des plus gros groupes, des gens qui se sont implantés là il y a un moment et n'ont pas bougé. Des gens suffisamment important pour avoir là main mise sur les ressources. Je dois trouver un gang.

Je déambule au hasard, sondant les environs et je finis par détecter deux autres personnes seules. Pas ce que je cherchais mais elles allaient m'aider.

Ce coup ci je suis moins adroit que la dernière fois, ils me remarquent, sortent des flingues. Pas le temps d'esquiver, je lance une autre rafale de pic de glace et recouvre mon tronc et ma tête d'un givre résistant. Une balle dans le flanc et une autre dans mon épaule me force à lâcher un cri malgré ma protection. Les deux autres ne peuvent même plus tenir sur leurs jambes.

« -J'met fin à la douleur si vous me lâchez ce que vous savez sur les gang des environs.

-Aah !...Y à la main noire...elle occupe le seul entrepôt des environs...j'en connais pas d'autre...

-Va..chier... »


Sans dire un mot je les égorgent de la même manière qu'avant et commence à chercher.

Après avoir marché pendant un moment je finis par arriver. Mon sixième sens m'indique d'abord vingt personnes au même endroit. Le bâtiment est construit derrière une grande cour, je me cache derrière un genre de muret placé devant.

Mon abri possède assez de fissure et de trou pour me permettre d'observer discrètement.  L'entrepôt possède une entrée en face de moi. Elle est gardée par deux personnes. L'entrée est excentrée sur la droite, y a des fenêtres au dessus. Sur la gauche rien de particulier.
Le bâtiment doit être en deux parties, une entrée avec un étage au dessus et une autre partie séparée du reste. La partie stockage sans doute.

Il me laisseront pas leur parler. Je suis trop louche et j'ai l'air trop faible avec mes blessures et mon age. Mais celui qui à trouver le Petit en a sans doute parlé aux autres. Un cadavre dans un bloc de glace c'est pas courant. Il me suffit d'un seul survivant pour savoir où il est.

Je pousse mon sort de détection plus en avant, en plus des deux personnes en bas j'en sens quatre au même niveau, la plupart sont à l'étage, rien dans la gauche.

D'abords je prends le temps de me remettre de ma recherche. Je gèle mes deux blessures dues aux tirs de ma dernières rencontres. Cinq minutes pour que mon froid revienne. La glace n'est pas pressé.

Puis je fixe mes deux premiers ennemis. Je concentre mon froid autour d'eux, l'intensifiant de plus en plus. Il commence à ralentir leurs mouvement puis les figent complètement. Je me relève vite, pas beaucoup de temps avant que mon sort ne s'arrête. Je croise les bras et les rouvrent tendu vers eux. Une nuée de stalagmite naît en direction de leurs tête. Ils tombent.

J’enchaîne les glissades pour rentrer le plus rapidement possible à l'intérieur. Les mecs à l'étage ne pourront pas me canarder d'en haut là-bas. Un mètre avant d'arriver je vois les portes commencer à s'ouvrir.

Je m'arrête et concentre le froid dans le sol. Les deux premières personnes à sortir font exploser mes mines, elles s'écroulent. Deux personnes les suivent et sont ralentis par l'explosion. Je croise les mains au dessus de ma tête et les fais retomber, vingt pics glacées les fauchent.

J'enjambe leurs cadavres et entre. Devant moi une grande salle, quelques tables et chaises. Au fond deux escaliers des deux côtés de la pièce mènent au dessus. A gauche une porte blindée. Je crée un mur de glace devant moi.

A peine terminer les premières jambes commencent à apparaître au dessus des escaliers. Je tend les mains en direction des escaliers pour créer de nouvelles mines. La premières personnes que j'aperçois braque son flingue vers moi en descendant, se protégeant une oreille de son index. Elle explose. Les escaliers sont solides et résistent. Les malfrats continuent de descendre. Je replace des mines deux fois avant qu'ils n'atteignent le bas.

Mon mur commence à encaisser des balles. Des gens me fonce dessus couvert par ceux resté sur les escaliers. Je concentre mon froid dans un de mes poings, l'écarte de mon abri, l'ouvre, cinq pics de glace foncent sur mes assaillant de droite et les repoussent. La même chose à gauche.

Je fatigue et sent mon froid s'amenuiser. Ils s'amenuisent aussi. Ils restent six personnes devant moi. Ils semblent hésiter, attendre. J'en profite pour récupérer. Je n'ai presque plus de froid. Il me reste un sort peut être. Mon attention reste focalisée sur mes ennemis. Je ne veux pas qu'ils...

Ma tête explose.

Le noir. Ma conscience m'échappe. Seul des bribes de paroles me parviennent. « comme les autres », « mort lente », « dissection ».

Le toucher me revient en premier. Je sens une sensation très agréable, comme si on me massait. Et des liens aussi. Sur mes poignets et mes chevilles.

Puis l'ouïe. Quelque chose souffle en continue, comme un ventilateur.

Puis la vue. De la glace partout. Je suis dans une pièce immense toute recouverte de glace. La partie gauche de l'entrepôt est une chambre froide gigantesque.

Je souris. Ils pensaient m'offrir une mort lente et douloureuse. Que j'allais me tordre de douleurs, tenter de me réchauffer par tout les moyens et mourir. Ils n'avaient jamais vu quelqu'un de vraiment froid.

Je me redresse en position assise et aspire. Le froid entre par tout les pores de ma peau et m'aide à me relaxer. Mais le froid lui même ne peut me soigner et le coup de matraque m'a donné une bosse et une grosse migraine. Et ils ont dû ajouter quelque coups de pieds aussi vu mes courbatures.

Je commence par faire naître un couteau de glace dans ma main pour me libérer. Puis me levant je regarde plus attentivement. Mes soupçons se confirment. Cette chambre froide est remplie de viande humaine.

Étonnant mais pas affreux. Ici les cadavres peuvent servir à beaucoup de chose. Nourritures pour les plus pauvres, organes à revendre, médecines alternatives pour les charlatans.

Sur mon ventre je repère une étiquette, chaque cadavre en a une aussi. La mienne indique « dissection ». Une autre raison de ne pas m’abîmer trop. Ils voulaient aussi mon froid.

Puis une prise de conscience.

Il conserve tout les cadavres. Du coup peut être l'ont-il...Je fonce à travers la chambre froide, inspectant chaque cadavres. Des gens mort de leurs guerre, d'escarmouches, de leurs pillages, de faim, de misère, de viole...et lui.

Le Petit.

Il est là devant moi, sont torse toujours aussi disloqué, la peau abîmée par la morsure du froid. Mais il est là, toujours dans son bloc de glace.

Et à sa vue la Chaleur est revenue, emmenant avec elle tout ce que le Petit m'a donné. La paix, Le désir de changer, de lui ressembler. Mon humanité. Et mon Froid reprit sa taille normale pour laisser de la place à tout ça.

Un frisson me parcouru en repensant à ce que j'avais été prêt à faire pour le retrouver. Même avant de faire sa rencontre je n'avais jamais était aussi Froid, comme si son regard n'avait pas juste remplacé ma dureté par son altruisme mais avait aussi forcé mon cœur à s'agrandir pour accueillir toute sa Chaleur.
Et quand je l'ai perdu mon Froid a colonisé tout ces espaces me transformant plus qu'il ne l'avait fais jusqu'alors.

Tout ceci relativisait aussi les agissements du Sanctum. Je m'étais senti gêné par les décisions de notre Primarque, trouvant que nous nous éloignions trop de notre idéal. Mais j'avais fais bien pire. Au final quand notre famille est en danger la priorité est de la sauver, qu'importe les conséquences, le Prim arque a simplement défendu sa famille.
Dans certaine situation il est nécessaire de changer, le Sanctum n'a pas changé mais il est en sécurité aujourd'hui. C'était l'important.

Et c'était ce que je devais garder à l'esprit. Aujourd'hui la méthode du Sanctum m'avait permit de retrouver l'endroit où le Petit était enterré, celle d'Illusiopolis de retrouver son corps. Il ne fallait pas que je supprime l'une ou l'autre mais que j'arrive à les réunir.

Secouant ma tête je me concentre sur la situation actuelle. Si je veux pouvoir enfin enterrer le Petit et retourner aider le Sanctum il faut d'abord que je sorte d'ici.

En premier il faut que je regagne un peu d'énergie, ça c'est facile, la ventilation refroidissait bien la pièce et celle ci devait être assez humide car le givre était présent partout. En plus de ça la salle ne devait pas être dégivré très souvent. Et ça pour moi c'était parfais.

Claudiquant vers les plus gros amoncellement de glace j'appliquais sur eux les parties de mon corps les plus blessées, d'abords les blessures par balles, puis la tête. Tour à tour elles absorbèrent la glace et finir par se fermer comme si mon corps avait cicatrisé naturellement.

Finalement je pris au moins deux heures à arpenter tout le hangar pour absorber la moindre trace de glace, rechargeant mon énergie et mon froid. Une fois ce travail terminé je n'étais pas en pleine forme mais...frais. Mon corps ne me faisait plus souffrir et répondait à peu près aussi bien que quand j'étais arrivé néanmoins ce n'étais pas comme si j'avais passé une bonne nuit de sommeil. Plutôt comme si je m'étais injecté une grosse dose d'adrénaline froide dans le corps.
J'espèrais que ça allait se maintenir.

Bon j'étais libre de mes mouvements et j'avais de l'énergie, prochaine obstacle : une porte en fonte et les trois gus que je sens de l'autre côté, facile.

Ceci dit il y avais  un détail auquel je n'avais pas fais attention lors de l'attaque mais qui me revint soudain en mémoire, le mec qui me tire dessus un index sur l'oreille. C'était stupide un index ça ne va pas assourdir le bruit, et puis si on craint les armes à feu à ce point là on descend pas en premier lors d'une fusillade.

Non par contre ça aurait pu expliquer l'arrivée de ce qui m'ont assommé à la fin, j'avais senti personne à cinquante mètres à la ronde, et pourtant ils ont rappliqué plutôt vite. Le bruit des tirs auraient pu les alerter mais est ce qu'ils seraient venu aussi vite ? Les fusillades sont plutôt courantes ici, ils seraient venu voir ici sans doute mais pas aussi vite.

Par contre si ils sont dotés d'oreillette pour alerter leurs potes en cas de pépin ça pouvais expliquer l'index dans l'oreille et l'arrivée en urgence de leurs potes.
Des oreillettes pour un gang ! Si c'était ça ils avaient les moyens les salauds, mais en même temps, le trafic d'organe doit pouvoir rapporter pas mal et vu la taille de la chambre froide et son encombrement ils étaient plutôt efficace.
Et de toute façons c'est une hypothèse qui m'arrange puisque je peux m'en servir contre eux, donc on va dire que j'y crois.

Je commence par lancer mon sort de détection pour affiner ce que je sais sur l'état des lieux de la pièce d'à côté. Deux gars assez loin à droite de moi, ils doivent garder l'entré, un juste devant moi dans la pièce à l'intérieur du coup.

Personnes d'autre. Peut être sont ils allés chercher l'aide d'autres personnes du gang non équipé d'oreillette ou en train de patrouiller dans les rues autour pour chercher d'autre attaquant. Une attaque comme ça il y a des chances pour qu'ils se disent que sa viennent d'un gang rivaux.

En tout cas fallait que je profite du fais qu'il était seul dans la pièce, mettant mon index dressé devant mon visage je me concentre. Puis concentré au maximum je le pointe en direction de la personne derrière la porte.


« -Sortez moi le vieillard avant qu'il ne crève ! Le boss veut le voir au plus vite ! »

J'lui ai gueulé ça directement dans sa tête, j'sais plus exactement comment j'ai découvert que j'pouvais faire ça mais en attendant c'était bien pratique. Là avec un peu de chance il va penser que c'était son oreillette qui transmettait le message. Bon fallait qu'il soit un peu con mais c'était pas impossible.

En attendant une réaction du gars j'me suis occupé du Petit. Le bloc de glace dans lequel il était provenait de mon froid, il avait dû être trouvé peu après la catastrophe et placé directement ici. Du coup je l'ai fais fondre à l'exception de la glace qui lui recouvrait le torse, ça permettrait de le garder en un seul morceau mais de pouvoir le transporter plus facilement que si il était encore dans le bloc.

Une fois ceci fait je remarque que la porte commence à s'ouvrir, parfais ! Aussitôt je place une mine de froid juste à l'entrée et me place de manière à être caché par la porte quand elle sera ouverte. Un bruit d'explosion, je me précipite de l'autre côté pour m'enfuir...et retourne vite fais derrière mon abri avant de me faire canarder copieusement. Mince ! Il a dû flairer le piège et s'est fait accompagner de ses collègues.

Ceux ci m'empêchent de bouger de ma planque en faisant un tir de barrage bien nourri, j'aime pas ça. Plus de temps je reste ici, plus ils ont de temps pour prévenir leurs potes et là je pourrais plus compter sur l'effet de surprise.

Tant pis je durcis mon visage avec ma glace et concentre mon froid dans mes deux poings, puis le plus vite possible je passe un œil derrière la porte, une balle me touche la joue en me laissant une jolie éraflure mais j'arrive à apercevoir mes deux ennemis. Aussitôt je relâche mon froid de manière à les immobiliser et la fusillade s'arrêtent. Je me place alors devant eux et leurs lâche deux bloc de glace à bout portant pour les envoyer au pays des rêves.

Ok j'ai le champ libre maintenant faut que j'me grouille ! Prenant le corps du Petit dans mes bras je m'arrache le plus vite possible. Pendant la traversée de la cour je suis stressé comme pas un, c'est ici qu'il y a le plus de risque. Un mec peut être dans le bâtiment sans que je l'ai détecté et me tirer dans le dos, des gars peuvent surgir devant moi et me couper la retraite et...ça passe !

Une fois à l'abri de la lumière je respire déjà un peu mieux, maintenant discrétion !
Je sonde le terrain en permanence, évite tout les lieux d'affluences, fais parfois des détours de plusieurs centaines de mètres. Je n'hésite pas à retourner sur mes pas pour trouver une ruelle sans lampadaires ou avec plus de cachettes et reste parfois immobile pendant plusieurs dizaine de minutes pour laisser passer des gens qui sont à la lisière de mon champ de détection.

Et après sans doute plus d'une heure de tours et de détours j'arrive enfin à l'endroit où j'ai caché mon sac. Une fois là je dépose doucement le corps du Petit par terre et me saisi de la pelle que j'avais emporté dans mon sac. Normalement trouver un coin de terre serait impossible ici, ce monde a dû être entièrement recouvert de béton à sa création. Mais depuis que Megamind est passé par là ont peut trouver pas mal de cratère causé par la chute de l'astre, dégageant le béton et laissant de la terre à l'air libre.

Me saisissant donc de mon courage je commence à creuser, c'est pas facile. La terre est tassée à mort ce qui rend la terre super dur, mais à force de juron et sueur je finis par faire un trou d'une taille correcte. Une fois ceci fait la cérémonie peut commencer.

Je prend une inspiration et, le plus délicatement possible, je dépose le corps du Petit sur le lit de jonc au fond du trou, les bras vers le ciel. C'est mamie Belette qui s'est chargée du tressage, l'idée de m'en charger m'a traversé l'esprit mais me rappelant à quel point j'étais habile et le peu de temps que j'avais j'ai préféré lui déléguer ça.

Ensuite je lui ai pris quelques cheveux que j'ai placé dans le creux de ma main, j'ai fermé les yeux et me suis concentré. Dans ma tête j'ai essayé de me rappeler les statues d'Etro que j'avais aperçu dans le château et les chapelles du Sanctum. Puis petit à petit j'ai laissé mon froid couler dans ma main se poser sur les cheveux et se solidifier, doucement, calmement.

Mon esprit était plus agile que mes doigts c'était certain mais il me fallait quand même me concentrer le plus possible, je voulais obtenir quelque chose de parfais. Pour ça aussi mon amie du quartier fauve m'a proposé son aide, mais là j'ai refusé.
Déjà j'avais pas mal abusé en lui laissant faire le tressage et aussi il fallait un résidu du défunt sinon les dieux étaient pas content ou un truc du genre. C'était pas franchement très logique de mon point mais bon c'est pas moi qu'inventais tout ça, pour le Petit ça aurait sans doute était super important.

Et puis le faire moi même me permettait de...de laisser une partie de moi avec lui, j'voulais pas qu'il fasse le trajet tout seul en fait. Naïf comme il est il aurait sans doute besoin de son vieux pour pas se paumer en route. En tout cas là c'est pour moi que c'était important.

Quelques minutes plus tard je déposai une statuette d'Etro à ses pieds ainsi que quelques fleurs, des bleus, des rouges, des jaunes, des blanches, je m'étais plutôt bien débrouillé. Bon les parterres du château garderaient sans doute les stigmates des mon passages un bon bout de temps mais ça valait le coup.

Après ça c'était au tour du masque et de l'encens, le masque ça va c'était pas trop dur l'encens par contre...J'veux dire c'était pas de les allumer ou de les secouer au dessus de la tombe le plus dur non. Le truc c'est que...bah d'aller le chercher comme ça avec tout ce qui s'est passé j'ai eu l'impression...qu'il était encore là en quelque sorte. C'était un peu comme quand j'étais aller le sortir de sa merde avec les ombres le jour de not'rencontre.

Alors que là avec mon encens, la fumée qui partait vers le haut j'ai vraiment eu l'impression de le quitter à jamais, de le perdre pour de bon. Là c'était vraiment la fin, j'te reverrais jamais Petit alors fais un...bon voyage et...réincarne toi vite parce qu'on a vraiment b'soin de toi ici bas. Si y a une file d'attente des morts ou quoi tu t'en fous, grille tout le monde, pousses en un ou deux au besoin t'as ma permission mais surtout reviens.

Il y a encore plein de vieillard qu'ont besoin qu'on leur réchauffe les entrailles.

Et j'suis resté là un bon moment comme ça à lui parler, à pleurer aussi, tant est si bien qu'les bouts d'encens on finis par me cramer les doigts. A ce moment là j'me suis forcé à me reprendre, j'ai repris cette foutu pelle et j'ai rebouché le trou, de manière à ce qu 'on remarque pas de trop qu'on y avait enterré quelque chose. D'ailleurs j'avais fais l'impasse sur la stèle, si j'voulais pas qu'on le déterre illico fallait éviter tout ce qui pouvaient attirer l’œil, j'espère que l'Petit comprendra.

En tout cas moi j'étais enfin apaisé. En arrivant ici je m'étais sentis tourmentés, coupable, en désaccord avec moi même et le Sanctum. Et à présent j'étais simplement en paix.

Et tout ça c'était grâce à toi. Une dernière fois merci Petit.



Déduction de 250 munnies pour le transport, avant 550, après 300.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 24 Oct 2016 - 22:41
Ainsi, me voilà pour noter ton exploit ! Et je m’excuse d’avance, après lecture, je pense avoir beaucoup de critiques à faire.

Je vais commencer par celles-ci, histoire que ce soit fait et pouvoir parler du bien de ta mission et finir sur une note positive. Après, ne prend pas cela en mal, il y a un système sur le forum et il arrive que nous ayons à pointer ce genre de détail pour que vous compreniez bien ce qu’il se passe.

Ma première grosse critique viendrait de tes statistiques. Tu me disais sur la CB que t’avais peur d’avoir fait du godplay, et il y en a tout de même un peu ! Pas spécialement sur la magie, mais plus sur ta défense. Je prends très souvent cet exemple car celui-ci est vrai. Tu peux comparer tes points de statistique à une échelle humaine, l’exemple est qu’un être humain lambda possède dix points dans chacune des statistiques. Dans ton cas, tu te retrouves avec douze, alors faisons le comparatif sur certaines choses qui t’arrives dans le rp.

Pour l’exemple, tu te prends une balle dans la cuisse. Et en prenant notre échelle comparative, prend-toi une balle dans la cuisse et je te jure que tu ne vas pas cavaler comme une biche juste après. Servons nous des films comme exemple, outre nos héros badass, quand un type se prend une balle, il hurle à la mort et est bien incapable de marcher ou il boite et fait un maximum de bruit. Cela peut paraitre chiant, voir méga-pénible sur ce genre de système quand tu désires rp, mais cela permet de ne pas avoir de godplay et de nous donner une idée des capacités de nos personnages.

Tu vois ou ce que je veux en venir ? Après, ça ne gâche pas la lecture, j’étais pris dans ton texte. Je signale juste ça pour le futur, et dit toi aussi que la défense n’est pas juste un élément de comparaison pour les dégâts que tu vas prendre, il s’agit aussi de ton endurance générale. Et de ce point de vue là, t’as bien montré les capacités de ton personnage.

Après, j’ai deux trucs à te dire, toujours en rapport avec le système du forum. Si tu te souviens, t’as fait une fiche de compétence à ta validation qui retranscrit ce dont ton personnage est capable. Et après lecture, il a certaine chose que tu fais sans pouvoir les faire ! Et ici, je vais dire un truc qui semble très con, mais qui est foutrement vrai avec notre système de compétence. Si tu n’as pas la compétence « lancer », tu ne peux rien lancer. Tu me diras que c’est foutrement con, que le premier des imbéciles est capable de lancer des trucs ! Pourtant, le système fait que non. Et c’est pour ça que je ne peux que conseiller de faire des rp avec sa fiche à côté pour ne pas faire de conneries dans le futur.

Maintenant, tu vas me demander ce qui cloche de ce point de vue là ? Eh bien, c’est le simple fait de lancer des piques de glaces. La compétence « Modeleur de glacier » et sa suite te permettent de créer des piques de glace, mais une fois que ceux-ci sont créés, tu as besoin de la compétence « lancer » pour les projeter sur tes ennemis ! C’est très con, mais c’est comme ça !

Pour ce qui est de l’utilisation de ta magie, tu marques bien tes pauses pour te régénérer niveau mana. Sauf que, avant l’épisode de la salle frigorifié, tu pompes vraiment énormément dans ta magie et je ne ressens pas cette fatigue magique. Et ici, une dernière remarque sur les compétences et j’arrête de te faire chier après. Durant ton absence, la série « Harmonie élémentaire » à changé et les noms aussi, je te conseille d’envoyer un MP à Général Primus afin que vous corriger ça. Et finalement, il y a de nouvelle compétence associée assez sexy et je te conseil de partir voir ça, ça ne pourra que t’être utile.

Voilà ! Fini sur les critiques, elles étaient vraiment ciblées sur des problèmes de compétences et de statistique. Et ça, c’est bien ! Ça veut dire que tu te renseignes bien sur les mondes et que je suis content de ne pas avoir a corriger des problème de contexte.



Maintenant, parlons véritablement de ton exploit !

En premier lieu, j’adore l’idée et la continuité du personnage, je me demande même si ce n’était pas prévu. Dans le sens ou, tu attendais de voir un enterrement au Sanctum pour faire cet exploit ou l’idée est vraiment venu à la suite de « Sacrements ».

Qu’on se comprenne, ton rp est surtout la recherche du corps que t’as abandonné pour lui rendre le dernier hommage. Nous avons une longue trame pour cette quête, genre, on pourrait croire qu’il s’agit réellement d’une nuit de labeur rien que pour ça. Et le simple fait de revoir un Fiathen « nouveau » avec les idées du Sanctum en tête dans le décor qui l’avait vu grandir. Vraiment, le moment de faiblesse où il abandonne ses nouveaux principes pour faire à sa façon, j’ai adoré. Les moments ou tu part en arrière, un moment de folie et de relâchement total, j’ai ce genre de chose. Ton personnage se construit toujours, il ne va pas tourner le dos à une vie entière en un clin d’oeil et ce rappel m’a vraiment fait un plaisir fou.

Après, je me pose réellement la question du fait de continuer la quête quand ta première préoccupation est balayé de la sorte. Dans le sens ou tu te ramènes pour offrir les derniers sacrements à Fiathen, et le simple fait d’abandonner les bonnes raisons que tu gardes du gamin, est ce logique de continuer ? C’est une vraie question. Dans le sens ou, tu le rappel, ton personnage à toujours eu l’ambition d’éviter les problèmes comme la peste. Pourquoi se jeter dans le combat comme ça ? Comme je le pense, si ça s’apparente à un baroud d’honneur, car tu ne sais pas réellement si le gang saura te dire ou se trouve la tombe de glace. Et cette idée de sacrifice, je l’adore rien que pour l’idée de partie en emportant le plus de personne.

Ce qui est marrant, c’est que je parle beaucoup du milieu / fin du rp, mais assez peu du début. Pas que je n’ai pas aimé, simplement que le contenu important m’a beaucoup plus plu. Le coup gamin/appât, je l’ai vu venir à mille kilomètres et j’ai même hurlé mon désespoir de te voir le rejoindre. Heureusement pour moi, t’as corriger le tir en disant clairement que tu étais bien moins vigilant qu’avant. Et c’est cool, car ça lance tout le bordel !

Pour l’épisode du congélateur, je t’avoue m’être posé la question du pourquoi du comment tu faisais pour te régénérer. Ensuite, j’ai lu tes compétences et j’ai compris. Je vais avouer mettre posé la question de savoir si le trafic d’organe n’était pas une bonne raison pour permettre à ton personnage de retourner au combat, genre, il fait le plein avant de partir. Et j’étais même prêt à faire une tirade sur le pourquoi ton visage il devient de glace et résiste aux balles ! Malheureusement, les compétences répondent une fois de plus à mes questions. Et ça me rappelle pourquoi j’ai bien aimé la scène, même avec l’abus de statistique et je te renvoie au début du commentaire pour dire le pourquoi du comment.

Et finalement, le final. Je dirais une fois de plus qu’avec six en force, transporter un corps à moitié gelée, ce n’est pas de tout repos… Si tu vois ce que je veux dire … Et j’aime l’enterrement que tu donnes au gamin. En vrai, c’est marrant l’idée de revenir pour enterrer un corps. Seulement, ce n’est pas ça le plus important. C’est tout le symbole autour du personnage du petit, et j’aime bien ce que j’ai eu à lire. En vrai, j’ai eu un frisson en terminant ton rp. Et quoi qu’on en dise, c’est bien d’avoir ce genre de moment ! Enfin, je termine là dessus, en bref, une note très positive, car j’ai véritablement apprécié le but de ton rp ! Et j’attends de voir s’il y aura suite à cet épisode.

Donc… Exploit accompli !


Difficile : 38 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS. Deux en Magie, un en Force et un en Défense !

_______________________________
 
 
 
messages
membres