Derniers sujets
» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Aujourd'hui à 13:41

» A l'abordage !
par Chen Stormstout Aujourd'hui à 11:03

» En ligne de mire
par Cypher Aujourd'hui à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Aujourd'hui à 0:10

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Hier à 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Mer 13 Déc 2017 - 12:23


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Exploitation Souterraine
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Masculin
Nombre de messages : 216
Age : 22
Localisation : Vaisseau-mère de la Shinra
Date d'inscription : 17/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
266/550  (266/550)
Mar 11 Oct 2016 - 11:08
Secoué dans tous les sens, Kurt se maintenait autant que faire se pouvaient à son siège. Ils étaient huit à voyager dans le vaisseau de combat affrété par la compagnie, équipage non-compris. Après tout, ils n’étaient que deux gars. Un pilote et un chef artilleur. L’escouade à laquelle il était rattaché le médecin restait impassible dans la soute, éclairé par un seul gyrophare orange qui tournait et tournait depuis des heures. Ils avaient quitté le vaisseau-mère selon les ordres du Président, une nouvelle mission à remplir pour SOLDAT. Pas un truc habituel, genre transporter des civils d’un monde en voie d’extinction jusqu’à Illusipolis, ça non ! Pourquoi pas libérer un casino, et jouer aux dés par la même occasion ? Non plus ! Ils allaient devoir fouiller une mine de matéria au Colisée de l’Olympe à la recherche du truc ayant fracassé le matériel.

Eh ouais… On est si bien dans la caserne à faire des pompes, pourquoi changer nos habitudes.

Le temps de revêtir son armure, son casque, vérifier si l’arme est nettoyée, prendre de la morphine ainsi que du fil et une aiguille, de quoi cautériser les plaies, des potions, ne pas oublier les munitions, ranger trois grenades à la bandoulière et finalement embarquer dans le vaisseau… Eh bien, ils n’étaient pas encore arrivés ! Sincèrement, les mecs, nous savons tous que la compagnie fonctionne grâce à ses vaisseaux de transport, mais vous n’avez jamais la gerbe quand cette carcasse vous balade dans tous les sens ? Frappant son front, le toubib laissa échappé une injure en se rappelant qu’il avait oublié de prendre du paracétamol. Le Sergent de l’escouade avait toujours la migraine quand le voyage en vaisseau dépassait une heure.

- Un problème papy ? Disait le technicien assis à sa gauche, l’injure n’étant pas tombé dans l’oreille d'un sourd.
- Ouais, j’ai zappé de prendre les médicaments du Sergent. Répondit-il, un sourire aux lèvres en laissant son regard se diriger vers l’intéressé.
- Il s’en remettra.
- Ouais, mais en attendant, on va se taper son humeur de chien toute la mission.
- Vos gueules les pucelles. Furent les seuls mots que le Sergent prononça de tout le voyage.

Pouffa un instant, le toubib et le technicien frappèrent leurs poings avant de discuter d’autre chose. Il avait déjà passé une heure dans le transport, il ne devrait pas tarder à arriver. Et finalement, la lumière orange passa au verre et la voix angélique du pilote résonna dans les hauts-parleurs.

- Arrivé sur cible les gars, descendez en rappel et on vous couvre.

Comme un seul homme, l’escouade se leva et se dirigea vers le cul de l’appareil. Chaque SOLDAT s’équipa d’un harnais pour ensuite s’équiper d’une arme à feu estampillé Shin’ra. Deux minutes après, ils étaient en formation, attrapant une corde de rappel et nouant cette dernière à l’heure harnais en attendant que la porte s’ouvre.

- C’est parti !

Les portes s’ouvrirent et un appel d’air énorme manqua de faire trébucher le médecin. Une raillerie plus tard, les hommes accrochèrent la corde au treuil et descendirent en rappel tous ensemble. La nuit était tombée sur le Colisée de l’Olympe, et devant la lueur de la torche en dessous de leur canon, l’escouade pouvait voir l’entrée de la grotte ainsi que les installations de la compagnie. Du moins, ce qu’il en restait.

- Fiou, c’est pas la joie ici. Faisait remarquer le médecin, illuminant le poste de garde complètement défoncer.
- Tu crois vraiment que ça allait être une ballade de santé ?
- Brown, passe devant et cherche après nos hommes. Le sergent observait sa montre, avant de dispatcher d’autre homme. Vous deux, sécurisé l’entée de la mine et placer l’artillerie lourde en prévention.[/color]
- En avant jeunesse ! Répondit le toubib, avançant calmement en direction du poste de garde.

Le bruit du vaisseau de soutien résonnait encore dans les oreilles de Kurt, il n’était d’ailleurs qu’à cinq mètres deux. L’énorme projecteur de la bête éclairait plutôt convenablement la zone, ils ne risquaient pas de se faire prendre par surprise en dehors de la mine. Maintenant à quelques mètres du poste de garde, il risqua à éclairer l’intérieur du poste au travers des fenêtres, et il distingua un sacré bordel. Tentant d’abord d’ouvrir la porte à l’aide de la clenche, il finit par enfoncer cette dernière d’un bon coup de botte. L’intérieur était irrécupérable, le faisceau de la lampe passait de débris de bureau, feuilles volantes, pot de fleur fracturé et bouteille renversée. À croire qu’un gamin en quad s’était amusé dans la pièce.

Entre deux détritus, le docteur finit pas découvrir un membre du personnel présent dans la salle. Du moins, ce qu’il en restait. Après une légère déglutition, Kurt s’approcha du bras sans corps trônant au milieu de la pièce. Empoignant ce dernier et l’amenant devant ses yeux, il comprit rapidement que c’était celui d’un scientifique, un bout de veste blanche l’accompagnait toujours. Après une bonne minute de recherche, à suivre l’imposante trainée de sang, il trouva le reste du corps, adossé contre un mur et baignant dans une mare rouge. Fallait pas être médecin pour comprendre que son bras avait été arraché et que le pauvre était mort exsangue.

- Brown, des nouvelles ?! Le son de son oreillette le rappelait à l’ordre, le docteur jeta alors le bras prêt de son propriétaire avant d’amener sa main à son oriellette.
- Un mort, un scientifique ou un ingénieur, bras arraché sans aucune délicatesse.
- Génial… Rien d’autre ?
- C’est un foutoir sans nom, je n’ai toujours pas trouvé la salle des caméras. Dit-il en balayant la zone de sa torche.
- Te fatigue pas et revient, il n’y a aucune camera ici.
- Génial…

Lâchant un dernier regard au cadavre, le médecin finit par rebrousser chemin et rejoindre le reste de l’escouade dehors. Ils étaient tous rassemblés devant l’entrée de la mine, deux hommes montant une mitrailleuse lourde et pointant vers le noir de la grotte.

- Un problème ? À l’instant où il prononça ces mots, un bruit sourd se fit entendre et venait très clairement de la grotte.
- Ça. Répondit l’un des techniciens, programmant un drone.
- Une idée du « ça » Sergent ? Demanda l’un des artilleurs.
- Aucun idée. On suppose qu’il s’agit de la raison de notre présence. Il se retourna et regarda le technicien occupé à bidouiller sa commande au poignet. Alors ?!
- Ça vient…

L’instant d’après, le drone s’alluma et s’envolant à un peu plus d’un mètre du sol, allumant ensuite une torche que le gars à genoux dirigeait depuis sa commande au poignet. En vrai, ça impressionnait toujours Kurt de voir ça. Au lieu d’envoyer l’escouade au casse-pipe, il envoyait la machine qui nous donnerait toutes les informations utiles. Allant jusqu’à dresser un plan des lieux, évitant ainsi qu’un de nos gars de trébucher. Alors que l’escouade patientait, les bruits sourds se firent de plus en plus fréquent. Et c’est seulement une dizaine de minutes plus tard que le drone illuminait notre incompétence en affiche en haute définition la raison d’un tel tapage.

Devant le petit drone, un centaure chargeait une épaisse porte d’acier. Ne faisant pas réellement attention à la machine, il se contentait de reculer, charger, s’écraser contre la porte et recommencer. Une analyse rapide de la machine confirmait que de l’autre côté se trouvait une dizaine de personnes toujours en vie.

- Les gars. Le sergent s’était relevé, enlevant ensuite la sécurité de son arme. Nous partons en mission de sauvetage.
- Trop bien.
- Génial.
- D’enfer. Répondirent les hommes de la troupe. Et on fait comment contre le centaure ? Se risqua le technicien.
- On le bombarde, s’il bouge encore, on canarde. Comme à l’entrainement contre les mannequins.
- Sauf que le mannequin ne fait pas trois mètres de haut et à le cul d’une jument. Ricana le docteur, sortant une cigarette de son paquet et l’allumant. On avance, j’ai un déjeuné avec l’interne.

Maintenant que la troupe avait pénétré la mine, tout avait changé. En formation, avançant pas à pas en évitant de trébucher, l’escouade se dirigeait vers le fond de la grotte. Il n’y a pas à dire, cinq mètres de dénivelé, ça vous fait les genoux. Plus les minutes passaient, et plus le bruit sourd de la charge se faisait fort. Et avant l’embouchure menant à notre trouble-fête, le sergent fit signe de la main de fermer nos lampes et ensuite à deux hommes de se diriger de l’autre côté de l’embouchure. D’un coup d’oeil, la troupe observait la créature mythologique dans son balai. Et l’instant d’après, les goupilles des grenades perlaient sur le sol. Chaque homme tenait la grenade en main, immobilisant le mécanisme en attendant l’ordre. Et finalement, dans un geste commun, les explosifs roulèrent au sol pour péter au niveau des sabots de l’animal.

Un cri de douleur, mélanger à de la haine, se fit entendre dans les gorges de la mine et l’animal se retourna dans la direction de la troupe.

Réglé comme une montre suisse, les éclats de feu des canons illuminèrent la salle comme un ciel étoilé. Combien de douilles on rejoint les goupilles déjà au sol ? Aucune idée, mais une chose était sûre, le centaure dégustait sa mère. Malheureusement pour les SOLDAT, c’est au moment ou le chien ne rencontrait plus de munitions que la bête libéra sa rage et fonça en direction de l’escouade !

- Repli ! Hurla le chef d’escouade, alors que la charge chevaline avait déjà fauché un des membres de l’escouade, le propulsant contre le mur.
- Oh putain…

D’une roulade, Kurt esquiva in-extremis la charge de l’animal, se réfugiant derrière un rocher et se faisant aussi petit que possible. Du coin de l’oeil, il voyait le corps désarticulé de son pote avant que l’animal ne l’attrape par une jambe et s’amuse avec lui comme une petit fille avec sa poupée. Et que, dans un lancer digne d’un grand joueur de baseball, fauche un autre membre de l’escouade occupé à remonter vers la sortie de la mine. Tournant son regard sur la droite, le docteur remarqua le Sergent occupant une place aussi sécurisée que la sienne. Sans un mot, il s’échangèrent les instructions à suivre alors que Kurt remplaça le chargeur de son arme automatique et récupéra la ceinture d’explosif laissé par son compagnon probablement décédé.

De ses mains habiles, le toubib lia sa ceinture à celle ramassée précédemment pour dégoupiller chaque grenade, lançant finalement le super explosif en direction du monstre. L’explosion avait eu le mérite de faire trembler les parois de la grotte, laissant de précieuses secondes au médecin et au toubib de sortir de leur cachette pour se diriger vers la sortie de la grande. Alors qu’au milieu de leur chemin, se trouvait la créature s’étant masqué le visage suite à l’explosion.

Balançant ensuite un fumigène, le reste de l’escouade encore en vie se rua vers la sortie. En route, le toubib distingua le corps du mec fauché par son compagnon, lui-même cherchant à ramper vers la sortie. Dans un souffle, il jura envers dieu et s’arrêta en route aidée son collège à se relever et continuer vers la sortie. Un cri se fit entendre en arrière, péniblement, Kurt passa le bras du blessé par-dessus son épaule et souleva se dernier en espérant atteindre la sortie avec sa charge. Trois mètres, le bruit des sabots se faisait entendre derrière, lui. Deux mètres, il sentait le sol trembler sous ses pas. Un mètre, il voyait le projeteur du vaisseau lui griller la rétine.

Et à cet instant, un sifflement libérateur. Juste au-dessus de sa tête, une rafale d’un bloc Brasier X traversait l’air, percutant le centaure de point faible le faisant chuter sur lui-même. Sa croupe tombant à deux mètres du toubib et du blessé.

- Beau tir Tchekhov ! Hurlait le Sergent dans l’oreillette.
- Oh putain, tu parles d’un tir !!! Ce connard allait me faucher !!!
- Arrêté pépé, on est bon… Disait une voix faible sur son épaule, le technicien parlait difficilement.
- Je m’occupe de toi.

Kurt déposa son compagnon à terre et commença à l’occulter. C’était pas beau, il avait une fracture ouverte à la jambe, un truc horrible. Demandant au Sergent de maintenir sa tête, il tenta de remettre la jambe à sa place d’un geste vif, faisant résonner un craquement de la zone. Ainsi que le cri du technicien. L’instant d’après, il attrapa un bandage dans ses sacoches et banda aussi bien que possible la plaie. Il attrapa ensuite une seringue ainsi qu’un flacon, de l’antiseptique et piqua le SOLDAT dans la cuisse.

- Doc… De la morphine… Demanda faiblement le technicien avant de tomber dans les pommes.
- Brown, tu en as ?
- Bien sûr, mais là, ça sert plus à rien. Vite aidé à moi à faire une attelle et monter le dans le vaisseau. Répondit le Docteur avant de sortir deux tiges flexibles d’une poche de son jean.
- L’artilleur va t’aider, je m’occupe des rescapés.

Alors que le docteur finissait son attelle, le sergent redescendait dans les mines pour ouvrir la porte et libérer le personnel. La mine était automatisée, il n’y avait que des ingénieurs sur ce site. Ils remontèrent peu de temps après, remerciant l’escouade alors que Brown se relevait, les mains tachées de sang. Ils s’étaient enfermés dans le second puit de ventilation espérant que le centaure parte à un moment ou l’autre. Seulement, ils ont dû attendre l’intervention du patron. Ils traînaient là depuis trois jours, ils avait une aussi une sale gueule. Mais bon, ils étaient en vie, contrairement à membre de l’escouade, reposant sous un drap blanc.


Dernière édition par Cypher le Lun 9 Oct 2017 - 12:27, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Playboy Milliardaire
Masculin
Nombre de messages : 425
Age : 21
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)
Mer 12 Oct 2016 - 18:56
Désolé pour le p'tit retard !

Alors ? Ben c'est pas mal du tout ^^ Y'a de bonnes choses, et finalement peu de mauvaises choses de mon point de vue. Pour les mauvaises choses en fait c'est le truc con : quand on lit un RP, s'il est bon on est pris dedans, on lit, on lit et l'imagination travaille. Là le souci que j'ai eu, ça n'a du arriver que très peu mais je le signale quand même, c'est qu'il y a eu des répétitions de mots, genre comme quand on construit un début de phrase, qu'on l'efface pour en réécrire une autre et qu'on efface pas tout, je sais pas si tu vois ce que je veux dire ^^ Puis y'a aussi un "verre" a la place de "vert" j'imagine, qui m'a fait sortir du truc. Des fautes d'inattention en somme, c'est pas très grave ^^

Pour ce qui est des bonnes choses, déjà je pourrai parler du trajet en vaisseau. En général la plupart le skip parce que c'est chiant, qu'au bout de dix RP on a compris que ça sert a rien d'en foutre partout.... Mais là, t'as la chance d'avoir des PNJ avec toi. On en parlait avec Chen et Vesper l'autre jour, il est toujours plus facile et plus intéressant de faire les trucs quand on a des PNJ, c'est plus vivant. Donc là du coup, c'était plutot bon.

La suite, pour l'arrivée sur les lieux. On sentait bien ce que j'appellerai "l'esprit Shinra", genre, la scène est facilement imaginable pour peu que l'on ait joué aux jeux ou quoi. C'est crédible. Puis on se serait cru dans un film un peu, t'as le moment où les gars arrivent sur place, c'est le bordel, y'a un bras qui traine par terre, tout ça... Le suspens monte, on se demande ce qui a bien pu arriver et ...

Et le coup du Centaure, eh ben c'était vraiment pas con ! A vrai dire, je me suis forcé à ne rien imaginer en donnant la mission. Je voulais pas avoir d'idées de ce que pourrait être la cause de ce boxon, justement pour être surpris quoi qu'il arrive ^^ Maintenant, on est au Colisée, un Centaure ça reste cohérent... pour moi en tout cas.

Et là, on arrive a la dernière partie. Ouais, parce que j'ai trouvé que ton RP avait trois parties bien distinctes. J'écoutais de la musique en même temps, et au moment où Kurt prend la fuite et sort de derrière son rocher, j'ai eu une musique badass de Mushroomhead qu'a pop de nulle part. Putain ça a rythmé le truc, c'était genre méga bien placé. Le petit truc que je pourrai reprocher à ce passage, c'est que finalement, c'est assez court. Le problème n'étant pas que le centaure se fasse dégommer en deux deux, mais la fuite aurait pu être plus longue je pense. Enfin, ça restait quand même bien.

Et puis y'a eu la référence au Bloc Brasier X. Sur le coup, je me suis dit "putain stylé, il mélange parfaitement Shinra, KH, et la faune locale". Bon, après j'ai réfléchi et je me suis rappelé que les blocs brasiers X, c'étaient des bloc réacteurs ^^ Mais, bon, là c'est un peu chipoter.

On s'en tire finalement avec un mort. J'ai été partagé, autant je sais que Kurt est pas méga méga copains avec son escouade, autant là c'était un peu le gros battage de noix. Du moins c'est ce que j'ai ressenti. Après il est encore trop tôt pour me prononcer vis a vis de ça.

Au final c'était un texte agréable et facile à lire !
Avancé : 33 points d'expérience + 330 munnies + 3 PS, 1 en Dextérité, et 2 en vitesse.
Et je te remercie d'avoir pensé à renseigner ta fiche dans ton profil ^^




_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exploitation anarchique de la nappe phreatique dans l'Ouest
» Haïti - Économie : Vers l’exploitation des ressources du sous-sol haïtien
» Les chasseurs de trésors reviennent
» Kris Kapab!
» Exploitation éhontée de nos enfants.