Derniers sujets
» Et elle est où mon attraction ?...
par Ioan Kappel Aujourd'hui à 3:00

» [Piano] Compos, reprises, KH et autres...
par Sora Hier à 18:15

» Un famtôme dans la boutique
par Famfrit Hier à 12:36

» Les règles du jeu
par Death Ven 16 Fév 2018 - 16:14

» Vol pour l'hoverboard
par The Babylon Rogues Ven 16 Fév 2018 - 9:47

» As de Coeur
par Huayan Song Ven 16 Fév 2018 - 1:10

» Ho ho ho !
par Daenerys Targaryen Jeu 15 Fév 2018 - 12:32

» Absence Roxas
par Huayan Song Mer 14 Fév 2018 - 14:01

» Objets trouvés non réclamés
par Kurt Brown Mer 14 Fév 2018 - 12:52

» De Nouveaux Traits
par Chen Stormstout Mar 13 Fév 2018 - 18:14

» L'importance de faire ses preuves quand on est un fauve
par Cassandra Pentaghast Lun 12 Fév 2018 - 23:04

» Ambition privée
par Huayan Song Lun 12 Fév 2018 - 17:14

» UUUUUUn joyeux bon anniversaire mon (ma) chér(e)
par Kurt Brown Lun 12 Fév 2018 - 11:59

» Intrusion
par Agon Wiley Dim 11 Fév 2018 - 1:32

» Cocktail du Soleil
par Huayan Song Sam 10 Fév 2018 - 19:11


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Retard de livraison
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Expert comptable
Féminin
Nombre de messages : 330
Age : 28
Date d'inscription : 27/09/2016

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: commandant
XP:
65/400  (65/400)
Dim 2 Oct 2016 - 14:32
Ma première mission ! Le culot avait payé. Ils ne perdent pas de temps chez ses mercenaires. Le petit bonhomme qui avait surgît dans la conversation, se présentait sous le nom de Natsu. Les cheveux roses en pétard, le corps nerveux et les gestes exagérés, il débordait d’énergie. Je souriais avec amusement alors qu’il me donnait sa mission à effet immédiat. Il m’avait offert un verre, que je ne comptais pas refuser, mais au final, l’intitulé de la mission et les explications données, sans m’en rendre compte nous nous étions déplacés tout en discutant vers la porte, et c’est devant celle-ci, refermée, une laisse dans la main, que je me trouvais à cligner des yeux avec un petit sourire interdit.





  Je regardais le chien, « mascotte nationale », nommé Daigoro, qu’il m’avait chargé de promener. Somme toute, pas une grosse affaire. S’enquérir de la prochaine livraison de rhum ? Pas bien méchant non plus. Je m’apprêtais à une soirée remplie mais abordable. Je n’avais pas encore conscience de la difficulté réelle de la mission : le cumul des deux ! Comment voulez-vous enquêter discrètement avec un chien qui court partout.

« WHA ! » Mon client s’impatientait.
Je souriais de nouveau avec amusement mais j’eus le tort de lui répondre.
« En route ? »
Le son quitta à peine mes lèvres, que Daigoro s’élança avec enthousiasme dans la course, m’arrachant un hoquet, presque un bras, me coupant le souffle sur le coup de la surprise. J’ai faillis faire la promenade à racler le sol, à manger les pavés de la rue, que nous descendions à grandes enjambées.

« J’aurais dû me méfier. Si Natsu avec son air survitaminé, trouve lui-même Daigoro énergique… »

  Me voici donc à courir comme si la mort me poursuivait, juste pour tenir la cadence d’un chien, dans les ruelles étroites de Port Royal, à hurler des injonctions aux passants pour qu’ils dégagent le passage.

  Je n’ai pas eu le temps de comprendre un traître mot de ce que braillait, ce gros bonhomme avec son hachoir devant sa boutique que je percutais violemment celui qui en sortait en courant, les bras chargés de victuailles.

  Daigoro eût au moins la gentillesse de s’arrêter pour venir voir mon état, sinon nous partions en convoi emberlificoté, cet homme, ses saucisses et moi. Affalée sur lui, je me remettais les idées au clair. Un clochard en haillons, dont émanait des odeurs pestilentielles de vieux rhum, de vieille urine et de vieux vomis qui me piquaient le nez. Sa rapine de charcuterie avait provoqué la rage du commerçant et le hasard l’avait littéralement mis sur mon chemin.
Je me relevais sous les remerciements du boucher qui agitait son hachoir et invectivait le voleur. Il allait passer un sale quart d’heure, assurément. Une idée me traversa l’esprit désormais éveillé.

« Je vous en prie, Monsieur. Les Mercenaires veillent et sont là pour vous. N’oubliez pas de passer au Centurio pour récompenser comme il se doit notre bienveillance….. Je ne plaisante pas. Faites-le. Je vous ai à l’œil….. Je sais où vous habitez. Tout travail mérite salaire après tout. Votre générosité vous honore Monsieur. »

  Je fis une révérence, habillée d’un sourire assuré pour égayer mon discours et faire plus facilement passer la pilule, sans oublier d’en profiter pour subtiliser en douce une saucisse, profitant de la longueur de ma jupe pour masquer le méfait. Daigoro méritait bien une récompense. Avait-il conscience de son acte héroïque ? Le voilà, torse bombé, trottinant fièrement à mes côtés alors que nous quittions la ville pour nous rendre à Tortuga.





  Au final, j’étais ravie d’être accompagné de Daigoro en traversant Tortuga et son ambiance électrique voir épileptique. Si je m’étais efficacement faufilée dans la taverne de Port Royal en esquivant le passage de plateau des serveuses, il me fallut toute mon attention et des compétences bien supérieures pour tenter d’esquiver un tas d’objet volant pas toujours identifiés.

  Je m’arrêtais à temps pour voir s’écraser au sol un  poivrot trop fauché, jeté d’un bordel. Sa tête se planta littéralement dans la boue épaisse qui recouvrait le pavé, du moins j’espérais que s’en fût. Daigoro était gagné par l’atmosphère et faisait presque autant de bruit que l’ensemble de la population qui chantait, hurlait, ou se bagarrait.

« Oh pardon ! … Madame, Monsieur … je ne fais que passer, ne vous dérangez pas pour moi »
  Je dépassais une prostituée et son client, qui n’ont même pas daignés réagir malgré les aboiements de mon compagnon canin. Il devait penser que la dame, belle comme un vieux navire d’apparat repeint à neuf, se faisait attaquer par le scélérat, en dépit du peu de réaction de la victime. Je me posais la question de savoir qui escorte qui au final en prenant la bête en amitié.

  Je glanais des morceaux d’informations auprès des plus ivres, allongés çà et là dans les restes de leur conscience. Ils sont plus faciles à faire parler gratuitement. Ces bribes mises bout à bout, je finis par trouver la direction de la boutique de négociant en spiritueux.
 
  Une bâtisse discrète avec une large porte, de quoi faire passer les tonneaux dans une charrette pour les livraisons. Cependant tout semblait fermé. Je toquais, longuement, sans réaction. Je n’allais pas me mettre à souffler comme Le Loup avec les Cochons, çà aurait été peine perdue mais l’idée me fît sourire.

  Je m’éloignais pour questionner un potentiel riverain. Quelques mètres suffirent pour qu’un homme approche d’un pas décidé la boutique, clés en main, pour finir par disparaître dans l’obscurité de la porte qu’il ouvrit et refermer derrière lui.

  J’étais intriguée, si c’était le propriétaire, pourquoi cette démarche rapide, discrète, inquiète ? À regarder autour de lui avant d’ouvrir. Je posais les yeux sur Daigoro, occupé à faire sa toilette avec la souplesse remarquable que possèdent ses animaux, et je me demandais comment opérer. L’abandonner attaché quelque part ? Il était assuré d’aboyer en un raffut monstre. L’emmener avec moi n’était pas moins risqué.





  Assez rapidement, l’homme ressortit avec tout un équipement de sacs et de bandoulières, de quoi tenir une petite expédition. S’il s’agissait du propriétaire, alors la livraison ne risquait pas d’être effectuée. Il me fallait vérifier tout de même. Je pris Daigoro avec moi pour m’approcher de la porte, une fois l’inconnu disparu du champ de vision. Je fis glisser deux petites aiguilles, habituellement cachées parmi les baleines de mon corset, dans mes mains. Je me mis à genoux devant la serrure évidement gratifiée d’un coup de langue sur la joue par le chien, désormais à hauteur de son museau. Il me fallut alterner grattouilles et tentatives de crochetage pour l’empêcher de devenir impatient.

  Heureusement la ville à cette heure-ci était occupée à fêter dans un maximum d’excès, quelques pâtés de maisons bien plus loin. J’entrais en invitant mon comparse à me suivre et refermais la porte derrière moi.

  La pièce était plongée dans le noir. Armoires, tonneaux, fût, bouteilles, tout était impeccablement à sa place. Le comptoir séparait la boutique des pièces à vivre. Nous avancions doucement, en silence vers celui-ci. Je fouillais quelque peu sous le comptoir pour trouver le livre des comptes.

  Depuis quelques jours, il enregistrait des livraisons entrantes et des commandes mais aucun flux sortant. Le propriétaire n’avait pas l’air pressé d’assurer ses engagements. Là ! La commande du Centurio en attente. Je replaçais le livre à sa place usuelle pour me faufiler dans les quartiers plus privés. Une petite cuisine sans intérêt,  une chambre, et un bureau. La demeure était bien déserte.

  Je m’attardais sur le bureau pendant que Daigoro fouillait la cuisine librement, allez savoir comment il a réussis à ouvrir un placard ! Je trouvais une carte de la région, annotée de gribouillis, des bouteilles vides, et trois feuilles griffonnées à la hâte dont l’aspect gondolé trahissait le fait qu’elles avaient été roulées et placées dans ses bouteilles.

  Des messages à la mer ? Des messages de détresse en tout cas. Non signés, sans destinataire réel, l’homme y avait écrit un mot entouré de point d’interrogation «  Princesse ». Les messages étaient eux d’une écriture féminine assez élaborée très différente. Je ne pris rien, ni ne déplaçait quoi que ce soit.

  Je récupérais juste Daigoro en refermant le placard dont il avait extrait de la nourriture et nous repartîmes. J’étais bien incapable de ramener à moi seule un chargement complet de rhum et je préférais ne pas risquer une plainte pour vol. Après tout, on me demandait juste de me renseigner sur le retard de livraison.





  Sur le retour à Port Royal, Daigoro put de nouveau, courir à son envie. Je me demande tout de même s’il n’a pas volontairement cherché à m’arracher un bras...

  Je rentrais au Centurio, lessivée, pour prendre ENFIN ce verre que Natsu m’avait offert et lui rendre sa mascotte. Je lui fis mon rapport. La livraison n’était pas prête d’arrivée, le négociant étant occupé à chasser après une inconnue qui balance des appels à l’aide à la mer.

  Je mentionnais également vaguement l’intervention sur le voleur de charcuterie. Il valait mieux ne rien cacher pour le moment. D’ailleurs,  il me faudrait également un endroit où dormir si j’étais bel et bien validée. Mon regard alternait entre Natsu et Fred. C’était un bon début, l’endroit n’était pas si mal, et pour le peu que je sois bien payée, je rembourserais rapidement mes boulangers préférés au Pays.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chasseur Ardent
Masculin
Nombre de messages : 665
Age : 27
Localisation : Pourquoi ? tu veux te battre !!!!
Date d'inscription : 18/11/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
431/550  (431/550)
Dim 2 Oct 2016 - 22:35
*tend un chope à Lenore en échange de son rapport de mission en même temps qu'il boit une pinte"

Hum...hum....Mouai.....la seconde mission que je vais noter.....Alors alors.

Premièrement, je tient à dire que j'adore ton style d'écriture....je ne sais pas si tout le monde à le même filling que moi à ce sujet, mais quand je lis tes Rp, j'ai l'impression de lire de vieux comics ! ceux où on à la scène en dessin mais qu'en plus on à le personnage qui décrit ce qu'il fait ou pense avec une exactitude très simple...presque enfantine...

tu nous donne de mince détails, mais étrangement, la façon dont je te lis me donne l'impression de parfaitement visualiser ce que tu fais....c'est très simple, mais terriblement efficace.....
Comme au début avec le boucher...sur le coup je me suis dit "de qui/quoi elle parle ?" mais en continuant de lire BOUM ! je me suis fait prendre dans l'action de la scène en même temps que ton personnage !...honnêtement ça me change énormément de tout ce que j'ai put lire à présent . Bon ok je suis pas un grand lecteur comme la plupart des gros bonnets du forum....mais je peux quand même dire fièrement que j'ai au moins vue pas mal de style de tournure de phrase...et la tienne m'a mit une gifle en pleine tronche ^^


Le problème de cette méthode...c'est que parfois, j'ai été obligé de beuger devant certains passage, de continuer à lire et de retourner en arrière pour être sûr de n'avoir rien oublier avant de comprendre qu'il n'y à pas une grande description des lieux que tu décrit....

Ex: "La pièce était plongée dans le noir. Armoires, tonneaux, fût, bouteilles, tout était impeccablement à sa place. Le comptoir séparait la boutique des pièces à vivre. Nous avancions doucement, en silence vers celui-ci."

Comme tu le dis "tout était impeccablement à sa place", et même si "la pièce était plongée dans le noir", tu semble être capable de voir des élément....le comptoir, par exemple....il sépare la boutique...oui mais où ? il est sur la droite ? la gauche ? y'a un étage ? (bon ok le dernier est un peu idiot, si il y avait eu un étage tu l'aurais souligné ^^)...enfin un petit peu plus de détails serait cool....pas besoin d'en faire des tonnes ! je suis sûr qu'avec ton style une ligne ou deux suffirait à ce qu'on visualise parfaitement la scène.


...pourtant, une fois cela passé, et comme je te l'ai dit plus haut....je m'imagine alors la scène dans ma tête (je l'imagine peut être à ma façon....mais d'un coté il faut voir ça de façon avantageuse...des lecteur très imaginatif peuvent visualiser l'action comme il veulent) et je te voit parfaitement te mouvoir et agir à l'intérieur de ce que j'ai imaginé...malheureusement, un peu plus de détail serait intéressant pour savoir ce que ton personnage voit exactement (mais ça ne reste que mon avis...j'ai un esprit très perfectionniste et donc j'aime avoir du détail pour savoir où j'avance)

par contre du coté des senteurs là on s'y croit rien qu'avec les minces petits détails diablement efficace



Pour ce qui est des fautes d'orthographe ou de grammaire...je ne suis pas un champion incontesté la-dedans....mais pour ma part...j'ai rien vue de semblable chez toi Smile c'est correcte !


Et maintenant venons en à l'intitulé de la mission...c'est assez bien respecté ! j'aime bien la finesse avec laquelle tu la réalise. le but était de savoir pourquoi on ne se faisait plus livrer en Rhum...c'est cool, tu à découvert quelque chose....mais....c'est tout...bon après je t'avoue que tu joue avec les mots...la mission était de SAVOIR ce qui faisait le problème et non pas de RÉSOUDRE le problème. Ce qui me permet d'y voir un certain professionnalisme la-dedans ;)....T'es du genre à faire la mission qu'on te donne avec exactitude et ça c'est une bonne mentalité de vrai pourrie Mercenaire Smile I LIKE IT !
Bon, j'aurais quand même aimé que tu t'occupe du type pour l'obliger à nous livrer....mais je vais plutôt rebondir sur ce que tu viens de faire pour la suite des évènements ;)



Alors...je compte 12, je retiens la racine carré de la babouche à Xaldin et je la multiplie par la féminité de Jecht et ça nous donne un total de :
Mission normale ! 20 points d'expérience + 200 munnies (ainsi qu'un petit bonus de 10 munnies pour le service du Boucher ^^ brave travailleuse) + 3 PS (2 en Vitesse et 1 en Dextérité) + la Clé de ta chambre (que tu partagera avec 3 autres personnes ! elle est au quatrième (et dernier) étage avec toutes les autres filles !

Bienvenue chez les Mercenaires Smile
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un mois de retard pour la rentrée
» réveil en retard ou l'art d'avoir la honte (libre)
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» Délais de livraison chez GW?
» La cavalerie arrive toujours en retard [Galowyr Dyrian]