La Clé du Destin

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3739/3500  (3739/3500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 6 Sep 2016 - 15:13

- Mini-série -

Un bruit de tonnerre résonna d'au travers des montagnes et me fit me réveiller en sursaut. Je me redressais d'un bond, paniquée. Je jetai un coup d’œil autour de moi, rien n'avait changé. Un deuxième coup de tonnerre suivi de peu d'un grand flash me fit prendre conscience qu'il s'agissait d'un orage. L'espace d'un instant, j'étais terrifiée. Depuis mes rêves, j'avais cru entendre un coup de feu comme il en était coutume à Port Royal à cette heure de la nuit.

Je pris une longue inspiration avant de lâcher un soupir. Pendant combien de temps ce monde allait-il me hanter ? Pendant combien de temps je resterai aussi craintive ? Je pensais à Roxas. Il était vaillant, n'avait peur de rien. Il était venu me chercher jusqu'en enfer, bravant les dangers auxquels je faisais face tout les jours. En fait... Je voulais être comme lui.

Je ne voulais plus avoir peur, je ne voulais pas avoir à me cacher, je voulais découvrir les mondes qui nous entouraient. Je voulais plein de choses, mais pour le moment, je n'étais capable de rien. Je commençais à mieux comprendre pourquoi Roxas ne voulait pas que je reste avec lui. Qui avait besoin de s'encombrer d'une personne comme moi ?

Je repensais à ses mots pleins d'encouragements, où il m'assurait qu'il n'était qu'une question de temps avant que je ne devienne une personne forte. Je voulais le croire, je voulais lui montrer qu'il avait raison, je voulais qu'il soit fier de moi. Je voulais juste rester avec lui et ne pas être un poids.

Trois coups résonnèrent à la porte. Trois coups secs. Il y eût une brève pause, puis une autre série de trois coups reprit. Ce devait être lui, qui s'inquiétait pour moi. Je lui dis d'entrer mais la porte resta close. Puis, trois autres coups se firent entendre. Je me levais, et fis quelques pas en direction de la porte. Je posais ma main sur le bouton de porte et l'ouvris pour voir que le couloir devant moi était vide de toute présence.

Roxas ?

Pas de réponse. Rien d'autre que le bruit du tonnerre qui grondait au dessus de nous. Peut-être essayait-il de me jouer un tour ? Je commençais à avancer lentement dans le couloir mais je ne distinguais rien. Pour ne rien arranger, les seules lumières qui éclairaient mon chemin étaient les flashs lumineux qui suivaient les coups de tonnerre.

À un moment, le couloir fut éclairé pendant une demi seconde, et, au bout du couloir, je distinguais une silhouette très étrange. C'était mince, c'était crochu, ça n'avait rien d'humain. Si Roxas s'amusait à me faire peur, moi ça ne me faisait pas rire. L'instant d'après, lorsque le couloir fut de nouveau illuminé, la silhouette avait disparu.

Sans attendre davantage, j'appelais à moi ma Keyblade. Il y avait une faible chance pour que ce ne soit pas Roxas mais un sans-cœur, comme il m'avait expliqué la veille. S'il était venu me voler mon cœur, j'avais bien peur qu'il reparte bredouille !

Soudainement, la porte de ma chambre claqua. Je me retournais, interpellée par le bruit, et vis le temps d'un flash la silhouette courir dans ma direction ! Je perdis instantanément toute notion de courage et me mis à courir moi aussi pour lui échapper.


ROXAAAAAS ! hurlai-je, essayant de retrouver le chemin de sa chambre dans la pénombre et la confusion. Je ne voyais rien et j'étais paniquée ; je ne vis même pas la commode qui se trouvait dans le couloir et me cogna le genou contre elle. Je n'avais pas le temps d'avoir mal, la chambre de Roxas était à côté, je devais m'y réfugier au plus vite. Je mis ma main sur le bouton de porte, le tournais et rentrai dans la pièce. Toujours la Keyblade à la main, je tentais de la rentrer dans la serrure de la porte, en vain. Ça ne marchait pas !

Roxas ! Aide moi ! Il y a quelque chose dans le couloir !

Ici non plus, il n'y avait pas de réponse. Il n'était pas là. Je m'adossais au mur, juste à côté de la porte et me laissais tomber. Il était parti ? Il m'avait abandonnée ? Et maintenant, j'étais là, seule, avec cette chose aux trousses. Je n'étais pas assez forte, j'allais... mourir ? Pourquoi était-il parti ? Pourquoi ne m'a t-il rien dit ?

Trois coups secs résonnèrent à la porte. Une vague de frissons me parcourut le dos et des larmes coulèrent sur mes joues. C'était là, juste derrière, je l'entendais se rapprocher, dans quelques secondes il allait m'attraper.

Je ne veux pas mourir... dis-je d'une voix étouffée par la peur.

Des cris de corbeaux retentirent dans le couloir avant que de nouveau s'installe un silence pesant. Mon cœur s’accélérait, mon souffle en devenait haletant, ma vision se brouillait dans mes larmes... Puis une lame se planta dans le mur à quelques centimètres de ma tête. Je me mis à me débattre comme une démente agitant mes bras et mes jambes avant de voir la lame se retirer et frapper cette fois-ci au dessus de ma tête.

Je me mis à ramper jusqu'à l'autre bout de la pièce, cherchant à m'éloigner le plus possible de cette fichue porte et me cachais derrière le lit. Pourquoi ça ne me laissait pas tranquille ? Je tentais de rassembler mes esprits et de comprendre ce qu'il se passait. Roxas n'était plus là, une chose difforme tentait de s'en prendre à moi. J'étais seule, et je n'avais que la Keyblade pour me défendre, or, ça aussi ça possédait une arme. Je n'étais pas endurante et... J'étais fichue.

Non ! Je devais prendre confiance en moi. Je regardais ma lame et me disais « Il suffit de faire comme Roxas ». Je me levais et me dirigeais vers la porte, prête à en découdre, quand j'entendis une série de pas rapides se diriger vers ma chambre. C'était des pas plus lourds que ceux de la chose. Roxas peut-être ?


Maddie ! T'es où ? s'écria la voix de Roxas en provenance de ma chambre. Ici ! Viens-vite s'il te plaît ! hurlais-je en retour.

Les pas se dirigèrent plus lentement vers moi, la porte s'ouvrit et je vis Roxas. Ni une ni deux, je courus dans sa direction, et m'apprêtais à le gifler. Il me saisit le poignet, je tentai de lutter mais j'abandonnais très vite, préférant me caler contre lui.


Calmes-toi, dit-il d'une voix douce, je suis là. Tu l'as vu ?

Je lui montrais du doigt le mur à côté de la porte.

Ça va ? Tu n'as rien ?

Je hochais la tête horizontalement, toujours contre lui. Il me prit les épaules et me recula, plongeant son regard dans le mien.

J'ai bien vu qu'il se passait quelque chose d'anormal. Je me suis levé et je fait le tour du manoir pour voir si je trouvais quoi que ce soit, mais apparemment, cette chose t'as trouvée avant. Tu peux me raconter ?

Oui. J'étais dans ma chambre quand l'orage m'a réveillée. Puis ça a toqué trois fois à la porte. Au début je pensais que c'était toi, que tu venais voir si j'allais bien. Puis après, ça a retoqué. Je t'ai dit d'entrer, mais tu ne l'as pas fait. Alors, j'ai cru que tu attendais que je vienne t'ouvrir, par politesse. Mais quand j'ai ouvert, il n'y avait personne. J'ai discerné une silhouette au loin, grâce à l'orage, mais elle s'est mise à me courir après. Du coup je suis venue me cacher ici, en espérant te trouver.

Je suis désolé. Tu n'as rien c'est le principal. Je vais aller m'en occuper, il doit s'agir d'un sans-cœur. Restes-ici d'accord ?

Tu... Tu ne veux pas plutôt rester avec moi ?

Je dois aller voir ce qu'il se passe par moi même et m'arranger pour que ce sans-cœur disparaisse.

Alors c'est moi qui vais avec toi, je ne veux pas rester seule.

Il réfléchit quelques secondes et accepta. Ma seule consigne était de ne pas m'éloigner de lui. Nous sortîmes de la chambre et commençâmes à marcher dans le couloir, restant à l'affût de bruits suspects.

On y voit vraiment que dalle ! Donne... Donne moi ta main. Je voudrais être sûr que tu ne t'éloignes pas.

J'acceptais sans hésiter et il prit ma main dans la sienne. J'étais stupide. Dans un moment aussi critique je me surprenais à... Non, c'était pas le moment !

Nous avancions, fouillant les pièces une à une sans réel succès. J'étais sûre que la chose se déplaçait en même temps que nous, j'étais même cette désagréable sensation d'être observée. Ce manoir ne m'avait jamais semblé aussi sinistre qu'à cet instant.

Au loin, nous entendîmes des bruits de pas sur le plancher. C'était comme si l'on tapait un bâton sur le sol. Puis, les bruits d'une nuée de corbeaux résonna dans tout le manoir.


Par ici ! Vite !

Sans me lâcher la main, Roxas se mit à courir vers le bruit. Je tentais de le suivre, me concentrant davantage sur le fait de garder sa main que sur mes pas. Lorsque Roxas s'arrêta, je vis devant nous la silhouette de cette chose. Il me lâcha la main et appela ses Keyblades à lui. Je fis de même et il me regarda d'un air satisfait.

S'il tente de s'échapper, tu l'en empêches, d'accord ?

Oui !

Il se jeta sur la figure de bois et commença a lui donner des coups d'épée. Il toucha pour deux coups, mais rata le troisième. Le sans-cœur en profita pour riposter d'un coup de sa faux qui effleura la peau de Roxas. Puis, il se « lia » à lui et se mit à ricaner.

C'est pas un sans-cœur !

Roxas se tint la poitrine, à l'endroit où le lien entrait en lui et grimaça. C'était à mon tour, je devais l'aider. Je courus vers le monstre et concentra toutes mes forces en un puissant coup pour l'éjecter. Il vola à quelques mètres en arrière pour s'écraser dans une coiffeuse. Je posais ma main sur l'épaule de Roxas et lui demandai comment il allait. Je n'eus le temps de finir ma phrase que le monstre revenait à la charge. J'entendis le cliquetis de ses jambes de bois sur le plancher mais ne parvins pas à le discerner dans la pénombre. Je sentis soudainement un violent coup en plein dans mon ventre, ce qui me fit me pencher en avant. Je rouvris les yeux et vis une terrifiante figure de bois souriante à quelques mètres de mon visage. Je le vis aussi lever son arme et se préparer à me donner un coup.

La lame incurvée de sa faux fila vers ma tête. Je fermais les yeux et me crispais incapable de bouger, tétanisée. C'est là que Roxas donna un coup dans son bras pour faire dévier son coup de sa trajectoire. Il se releva, titubant, et pris dans sa main une des jambes avant de poser son pied sur ce qu'il lui servait de tronc. Il se mit à tirer et le membre de bois fut arraché du reste du corps.

Il se pencha ensuite pour prendre le monstre par la taille et l'a balancé par la fenêtre. Le verre se brisa et nous vîmes pour la dernière fois la créature rire, éclairée du clair de lune. Roxas se concentra quelques instants, enflammant sa main, et lança une boule de feu par la fenêtre incendiant le monstre de bois.

Je m'approchais jusqu'au rebord de la fenêtre et vis ce qui ressemblait maintenant à un épouvantail se consumer avant de disparaître en une nuée de corbeaux.


On à réussi !

Roxas fit quelques pas vers un lit et s'appuya de sa main sur un ornement.

Petite victoire. Ce truc n'est pas mort.

Il... va revenir ?

Je pense pas qu'il reviendra nous embêter nous, si tu veux mon avis.

Il tenta d'esquisser un sourire mais je voyais bien qu'il souffrait encore un peu.

Tu vas bien ?

Oui, trois fois rien. J'ai juste besoin d'un peu de repos.

Pourtant, cette lumière t'as grandement affaibli. Qu'est-ce que c'était ?

Je n'en sais rien, dit-il agacé. Ce truc m'a presque vidé de mes forces. Tu pourrais m'aider à aller jusqu'à ma chambre ?

Je passais ma main derrière sa nuque et il fit de même. Nous avançâmes lentement dans les couloirs et bientôt, nous passions le seuil de la porte. Je le portais jusqu'à son lit où il se laissa tomber sur le côté et, sans lui laisser le temps de protester, m'allongea dos à lui. Il s'endormit presque sur le coup.

Bonne nuit ! m'exclamai-je souriante, fermant moi aussi les yeux.[/i]
Noirâtre Acceptation

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
567/650  (567/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 19 Nov 2016 - 18:08
Quelle coquine cette Maddie !

Bon, alors, j'ai pas trop compris ce que cette chose était. Je me demande si j'en saurai plus avec la suite, nous verrons bien. A part l'allusion à "l'épouvantable épouvantail" dans le titre, je ne sais pas trop...

Alors, j’ai plutôt bien aimé la construction du rp. En fait, c’était plutôt simple, j’avais l’impression d’être un peu dans un film d’horreur. Puis, il y avait un peu toutes les allusions habituelles « orage, nuit noire, grand manoir, toc toc toc, une lame qui traverse le mur, la fille perdue qui pleure et qu’on vient sauver in extremis ». Donc voilà, je m’y voyais. Au final, ce que j’ai trouvé le plus convaincant c’est le monstre. Justement parce que je n’ai pas bien compris ce que c’était, justement parce que c’était mystérieux et que je ne pouvais me faire qu’une idée étrange et inquiétante du truc.

Ce qui m’a moins convaincue pour être honnête c’est la retranscription des sentiments de Maddie. Je l’ai trouvée moins « vraie », moins émouvante qu’à l’habitude. Je ne croyais pas trop à ses pleurs et à sa peur. Je ne sais pas trop te dire pourquoi. Je ne dirais pas que c’est parce que tu en as fait trop ou pas assez. Il doit y avoir autre chose. Je voudrais aussi souligner le fait que j'apprécie la personnalité de Roxas telle qu'elle est mise en avant ici, et même en fait jusqu'à présent dans le reste de tes mini-séries. Tout en étant prévenant, il reste "distant" d'une certaine manière, j'ai l'impression qu'il tempère un peu le comportement de Maddie (ça équilibre le rp et on n'a pas quelque chose de trop guimauve). Et je trouve ça bien, d'autant qu'à ma connaissance, il n'a pas encore de coeur à ce moment-là.

Je reconnais volontiers avoir bien marché dans le rp et dans le suspens installé, en me demandant ce qui allait arriver.

Sinon, il y a toujours un bon dynamisme entre les deux personnages. C’est bien que Roxas ne fasse pas en permanence le chevalier servant et que Maddie se batte un peu, ça lui donne un peu plus de légitimité.

Je me dis… que le truc devait vraiment être super balèze pour avoir fatigué Roxas à ce point, quand on connaît ses statistiques. Après tout, étant donné sa vitesse, sa dextérité, il doit être quasiment inatteignable.

En conclusion, je dirais que c’était plutôt bien écrit, comme d’habitude, mais que j’espère ressentir plus d'empathie la prochaine fois. =)

5 points d'expérience + 60 munnies + 1 PS en force.

(Félicitations pour ta quatrième stat à 100 !)
messages
membres