Derniers sujets
» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Hier à 16:26

» Jour de fête
par Fiathen Hier à 14:41

» Météo en live : le 18 octobre
par Janna Hier à 13:02

» Pour un peu de bien
par Lulu Hier à 13:00

» La Chute de Nottingham
par Général Primus Hier à 12:58

» Tombent les cartes
par Lenore Hier à 9:06

» Tombent les masques
par Agon Wiley Hier à 4:28

» Comme le dit Oscar Wilde...
par Genesis Rhapsodos Hier à 4:24

» Et là, un squelette !
par Genesis Rhapsodos Hier à 4:15

» Réglementations et demande de Partenariat
par Invité Hier à 2:21

» Field of Heroes
par Invité Hier à 2:18

» Répétition
par Arthur Rainbow Mar 17 Oct 2017 - 21:39

» Qui part à la chasse perd sa place !
par Rufus Shinra Mar 17 Oct 2017 - 18:21

» La cerise sur le gâteau
par Général Primus Mar 17 Oct 2017 - 15:04

» Loué soit Son nom
par Cypher Mar 17 Oct 2017 - 14:01


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Représailles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
59/500  (59/500)
Ven 2 Sep 2016 - 22:49

Pentaghast se réveillait une fois de plus avec peine, sa blessure ne lui laissait aucun répit. La bouche sèche et la respiration courte, la jeune femme releva la tête et tenta de distinguer quel moment de la journée il pouvait être. Elle tendit le cou et tourna la tête pour voir au travers de la lucarne, elle ne distinguait qu’un ciel aussi gris que la pierre qui l’entourait et rien d’autre. Depuis combien de temps était-elle captive ? Elle l’ignorait. Les derniers moments de vie étaient rythmés par ses inconsciences dues à la douleur, le passage des hommes de Swain cherchant une quelconque vengeance en crachant au visage de la garde où en éructant un flot intarissable d’insulte et les longues minutes d’attente dans le froid de sa geôle. Nerveusement, la garde gesticulait sur le sol pavé et cherchait une position moins inconfortable pour la millième fois et fit résonner le cliquetis des chaînes dans tous le cachot.

Le son strident était la seule chose qu’elle entendait, hormis les voix d’homme de l’autre côté de la porte, ses nerfs commençaient lentement à atteindre leur limite. Seulement, elle n’avait plus assez de force pour se plaindre ou quoi que ce soit d’autre. Faisant fit de la douleur brûlante dans ses poignets, la jeune femme baissa son menton et ferma ses paupières, sombrant une nouvelle fois dans un demi-sommeil.

Le frottement d’une porte réveilla Cassandra, soulevant lentement une paupière avant de sentir une douleur fulgurante dans son bas-ventre. Le coup de pied qu’elle venait de prendre lui fit expectorer le peu de choses qu’elle avait avalée ces derniers jours. De la bile mélanger à du sang perlait sur sa lèvre inférieure, elle respirait mal alors qu’elle redressait son regard vers son bourreau. L’homme de Swain regardait la garde de son regard perçant, un rictus sadique s’affichait sur son visage alors qu’il prenait parole dans la geôle.

Je t’ai fait mal ? Pardonne-moi…
Il baissa son regard avant de donner un impressionnant crochet du droit à la garde, lui arrachant un cri de stupeur avant que le bourreau ne se redresse en frottant ses phalanges de son autre main. Entre les halètements de Pentaghast, les ricanements des autres hommes de Swain se firent entendre.

Tu n’imagines pas combien de fois j’ai rêvé de faire la même à ta copine. Malheureusement, elle nous a quittés et je n’ai d’autre choix que de me rabattre sur ta carcasse.
Le regard clos, la mâchoire pendante, Cassandra restait impassible. Elle ne regrettait pas ses actes, et quand bien même cette idée lui aurait traversé l’esprit, il était trop tard pour s’apitoyer sur le passé. Elle avait agi selon ses principes et son jugement, et rien de ce que pouvait faire ces hommes ne lui ferait oublier la satisfaction d’avoir permis à Dame Lulu de vivre libre. Machinalement, elle remua sa langue dans sa bouche et crachat un mollard de sang sur le pavé froid de sa prison.

Par contre, il faut que je profite le plus possible de nos petits moments ensemble, bientôt, il seront fini. Et tu sais pourquoi ?
La femme ne prononça pas le moindre mot et ne détacha pas son regard du sol, respirant à peine. Insatisfait, l’homme du Stratège brisa ce silence par un nouveau coup de sa botte dans les côtes de la prisonnière, lui extirpant un cri.

Demain, à la première heure, tu seras exécuté comme la chienne que tu es, devant ton Roi et le peuple que tu prétendais défendre. Ça ne te fait pas mal ? De savoir que toutes les belles valeurs que tu essayais de transmettre par le biais de ta connasse de Déesse, eh bien, elles ne te serviront à rien quand tu balanceras ou bout d’une corde.
Le garde s’était de nouveau rapproché du visage de Cassandra, posant sa main sur son menton et forçant la captive à redresser le regard du bout de ses doigts.

Mes amis… Ce serait dommage de gâcher un aussi joli minois, vous ne trouvez pas ?
Il glissa alors son autre main le long de son cou, le caressant du bout des doigts, et continua de descendre sa main le long de son corps. Palpant ses seins avant de s’attarder sur le bas de son dos et agripper se dernier afin de le rapprocher de lui, provoquant l’hystérie de la jeune femme qui tentait de se défaire de cette emprise à tout prix. Provoquant l’hilarité des hommes présents alors que la détresse se lisait dans les yeux de Pentaghast.

On résiste, j’adore ça… Malheureusement, tu devras attendre ce soir. J’ai quelques affaires à régler avant de profiter d’une fidèle d’Etron.
Il relâcha son emprise et tourna le dos à la garde pour quitter la cellule avec les autres hommes, laissant la garde dans la terreur d’une mort proche et des souffrances à venir. Les larmes commencèrent à perler sur son visage alors qu’elle se recroquevillait sur elle-même et adressait l’une de ses dernières prières à sa déesse. Avant de sombrer une nouvelle fois dans l’inconscience. Dans un sursaut, plusieurs heures après l’épisode avec le garde de Swain, Cassandra se réveilla  en entendant du grabuge de l’autre côté de la porte de sa cellule. Elle se débattait déjà, collant son dos contre le mur et cherchant à se relever par tous les moyens, entrechoquant les chaînes de fer qui résonnèrent dans la pièce. Distinguant dans son empressement la lune au travers de la lucarne, unique témoin de ce qui allait bientôt se dérouler.

Pendant un temps qui sembla durer une éternité pour la garde, les bruits qu’elle percevait ne finirent pas se stopper pour être remplacés par le bruit caractéristique d’une botte de fer marchant sur le sol se rapprocher lentement. Dans un cliquetis, le panneton de la clé ouvrit la serrure et la porte s’entrouvrait dans le grincement dont elle avait dorénavant l’habitude et qui la hantera jusqu’au dernier moment de sa vie. Apeurée, elle n’osa pas regarder dans l’encadrement de la porte et attendait immobile contre le mur, à moitié redressé. Le martèlement se rapprochait, Cassandra toujours immobile, jusqu’à ce que la sensation d’une main effleurât son épaule. Dans un seul geste, la femme balaya le sol de son pied, tentant de renverser son adversaire jusqu’à ce qu’une voix parvint à ses oreilles.

- Dame Pentaghast, calmez-vous. Je suis le Capitaine Teyll, le Primarque m’a chargé de venir vous sortir d’ici.
- Le… Primarque…?

Lentement, la garde se décrispa et redressa son regard pour apercevoir un homme portant l’armure des Paladins, son épée dégainée et son armure maculée de sang. Après que celui-ci ait rengainé son arme, Pentaghast distinguait un autre homme en armure venir avec un trousseau de clés pour détacher la dame de ses liens. Maintenant libre, elle se redressa de toute sa hauteur tout en frottant ses poignets bleuis par les chaînes avant de remercier le soldat.

- Merci… Capitaine… Je ne sais pas comment vous…
- Nous attendrons la fin de la nuit pour les remerciements, nous avons à faire.
- Pa… Pardon ?
- Nous avons des ordres du Primarque, Commandante, nous devons ratisser le château et intercepter les hommes de Stratège. Frère Maxwelle, soignée ses blessures.

Un homme s’approcha de Cassandra et posa l’une de ses mains sur la plaie visible sur son bas-ventre. Après une courte prière au nom d’Étro, sa main s’illumina et la dame sentie une douce chaleur envahir son corps et la douleur s’atténuer un instant. Le Capitaine appela un autre garde qui arrivait avec une épée et un bouclier à la main, ceux de la Commande, et ce dernier tendit les armes à Cassandra.

À l’instant où je vous parle, Sir Valeri s’attaque à une troupe des gardes de Swain en dehors de la ville. Et nous devons réagir avant que ce dernier n’organise ses troupes. Prenez vos armes et joignez-vous à nous, il nous reste peu de temps.
Pentaghast acquiesça du regard et attrapa son bouclier qu’elle lia à son poignet avec difficulté, pour ensuite dégainer son épée et prit le pas du Capitaine Teyll. Faiblement, la dame sortie de sa prison pour voir les corps sans vie des trois gardes chargés de sa surveillance et franchir la porte menant au long couloir des cachots.

- N’oubliez pas ma Dame, nous devons les arrêter à tout prix. Qu’ils se rendent ou que nous ayons à les tuer de sang-froid.
- Arrêtez-les !

La troupe de Paladin tournait le regard pour distinguer une vingtaine de gardes du Roi débouler de l’autre côté du couloir, l’arme à la main et prêt à arrêter les membres du Sanctum. Dans un seul mouvement, plusieurs Paladins se mirent en formation serrée bouclier en avant afin d’amortir la charge. Pentaghast resta en arrière, s’échauffant en faisant tourner son arme malgré la douleur dans ses poignets jusqu’à ce qu’un heurt métallique la ramène à la difficulté de la situation. Elle distinguait déjà des corps meurtris au sol, que ce soit des gardes du château ou des Paladins. Et soudain, un homme s’échappa de la formation et se rua sur la dame, préparant un coup ascendant. Cassandra para sans difficulté le coup de son bouclier, mais celle-ci s’affaissa sous la frappe, laissant à son opposant de donner une autre attaque avant qu’elle ne puisse répliquer.

Le garde tenta de donner une attaque d’estoc sur la blessure de la jeune femme, qu’elle devra de justesse avec la pointe de son épée. Levant les yeux sur son ennemi, elle reconnut le visage du garde venu plus tôt dans la journée. Et dans un cri de rage, Cassandra s’avança d’un pas en avant en donnant un coup de son bouclier pour déstabiliser son adversaire avant de balayer l’air de son épée et toucher le garde au visage. Prise de rage, elle continua d’avancer en assenant des coups rapide, sans réellement toucher son adversaire pour qu’une fois acculé contre un mur, frapper l’homme au visage à l’aide de la tranche de son bouclier. Sonné par le coup, ce dernier s’affaissa au sol, désarmé et faible au pied de la garde. Et dans un rictus de haine, Pentaghast assena un coup de toutes ses forces avec le pommeau de son épée sur la tempe droite de son adversaire pour ensuite  donner un coup de talon dans les parties du garde groggy en prenant appui sur les murs.

Étro, qu’une étincelle de ta charité éclate dans les ténèbres et que l’aube de la Paix se lève au lendemain de cette guerre.
Après cette courte prière, galvanisant la Templière, Pentaghast se rua au combat aux côtés de ses frères Paladins pour que, ce soir, la menace répondant au nom de Swain soit éradiquer du Domaine Enchanté.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
59/500  (59/500)
Jeu 22 Sep 2016 - 1:21

Il ne fallut pas plus de quelques minutes pour que les bruits de lutte cessent devant les portes du cachot, pas plus d’un instant pour que les gardes de château tombent sous les armes des membres du Sanctum. Machinalement, Cassandra dit tourner sa lame ensanglantée avant d’essuyer cette dernière sur le corps sans vie d’un des hommes du Stratège. La dévotion dont faisaient preuve les Paladins d’Angeal avait surpasser la haine des hommes du Stratège au combat, même si dans la mort, nous trouvions autant d’armure immaculée que de plate noire gisant sur le sol de pierre. Profitant d’un moment de répit, la Templière rengaina son épée avant de s’appuyer avec son dos contre le mur, respirant difficilement après l’effort qu’était le combat après autant de jour aux fers.

Commandante, nous n’avons pas le temps de nous reposer. Chaque seconde que nous perdons ici est une seconde qu’il gagne contre nous, relevez-vous et combattez.
Le Capitaine Teyll se retourna après avoir donné son ordre et guida le reste de sa troupe vers les escaliers menant à la sortie du château. Dans un soupir, Pentaghast se releva et tituba sur quelques mètres avant de se reprendre et rattraper l’escouade. Chacun de ses muscles lui hurlait de s’arrêter, seulement, elle ne pouvait stopper maintenant. Elle était responsable de tout cela, jamais le Sanctum n’aurait orchestrer une attaque de cette ampleur sans la libération de l’Institutrice. Malgré elle, Cassandra avait déclenché une guerre civile en décidant d’écouter ses convictions et non les ordres du Primarque.

Des Paladins, des Templiers, même des gardes du Roi ont perdu ou perdrons la vie ce soir, et le poids des morts reposait sur les épaules de la jeune femme.

Marchant au pas de course, faisant résonner le bruit métallique de l’acier des bottes heurtant le sol, la troupe de Paladin quitta les cachots et longea le long couloir menant à la salle du trône. Malgré toutes la bonnes volontés que faisait preuve Cassandra, elle ne put s’empêcher de trébucher, ses pieds s’emmêlant l’un à l’autre durant sa marche et la faisant s’écrouler lourdement sur le sol. Teyll remarqua l’état de la dame et demande au Paladin Maxewelle de rester en arrière avec elle, ce dernier s’exécutant et s’en retourna pour aider la jeune femme alors que la troupe continuait sa manoeuvre pour rejoindre le reste de l’armée du Sanctum. L’homme d’un âge mûr tendit sa main à la blessée et l’aida à se relever, péniblement, elle tira sur ses jambes endolories battant au rythme de son coeur. Cependant, elle retomba instantanément au sol, terrassée par la douleur que chacun de ses muscles avait décidé de lui infliger. Dans un râle de douleur, elle jeta son bouclier au sol et se glissa à l’aide du Paladin vers le mur pour s’appuyer contre ce dernier.

- Je ne suis qu’un boulet dans cette guerre, je… J’ai du mal à marcher et mon bras est trop faible pour tenir mon épée. Je dois être le pire Templier que compte nos rangs. Puisse Étro me pardonner de mes actes.
- Calmez-vous ma dame.
- Je connais mes torts. Il aurait suffit que je fasse comme tout le monde, que j’attende que le Roi libère l’Institutrice et rien de cela ne se serait produit.

À fleur de peau, la Commandante ne put se retenir de pleurer. Elle était seul dans ce couloir, un Paladin dont elle ignorait l’existence jusqu’à ce qu’il vienne la sauver de ses propres erreurs à ses côtés. Difficilement, elle ramena ses genoux à son torse et collant son visage contre ses cuisses. Qu’est-ce que ses pairs pensaient d’elle dorénavant. La Templière pensait avoir toujours agi selon la doctrine de l’Éternel, pensant répandre les valeurs qu’elle défendait. Au final, quand était-il véritablement ? Les secondes passèrent, bercés des sanglots de Cassandra, quand la main du Paladin vint se poser sur l’épaule de la dame.

Tout ce qui arrive aujourd’hui a été écrit par notre Déesse. Étro à un plan pour chacun d’entre nous, et le vôtre étaient de rendre sa liberté à Dame Lulu et le mien est d’être ici, à vos côtés. Ne culpabilisez pas pour vos actes passés, ils devaient être purs pour que vous décidiez ainsi de défier nos lois pour la sécurité d’un seul d’entre nous.
Relevant la tête, Pentaghast essuya ses joues avant de plonger son regard dans celui de l’homme à ses côtés.

Prenez le temps nécessaire pour vous reposer, quitte à rester ici toute la nuit, vos frères et vos soeurs se battent contre notre ennemi et ils pourront se passer de vous.
Elle resta figée un instant, répétant les paroles du Paladin dans sa tête de longue secondes ignorant ce qu’elle pouvait répondre. Était-ce aussi simple que cela, nous ne ferions que d’avancer sur un chemin déjà tracé ? Certes, la religieuse croyait sincèrement qu’Étro gardait un oeil sur chacun de ses enfants et pouvait les guider pour qu’ils avancent vers sa Lumière. La destiné, serait-elle vraiment venue au monde il y a vingt-deux ans dans l’unique but de sauver une femme qui devait elle-même être conduite en prison ? Non, Cassandra croyait ardemment en sa Déesse et elle ne désirait pas pour le moins du monde que tout cela se finisse aujourd’hui. Dans un seul mouvement, elle tenta de se relever en poussant autant que se faire se peut sur ses jambes pour se redresser. Seulement, elle tomba en avant une fois de plus. Frappant du poing, elle reprenait sa position contre le mur et cogna l’arrière de son crâne contre le mur.

Je vais tout de même prendre cinq minutes…
Le Paladin ricana à cette remarque, il décrocha alors une gourde de sa ceinture qu’il tendit à Pentaghast. Elle n’avait pas bu depuis combien de temps ? Elle l’ignorait, les hommes de Swain devait la garder en vie mais n’en firent pas réel attention durant son emprisonnement. Elle hocha la tête en signe de remerciement et attrapa la gourde qu’elle porta à ses lèvres, avalant goulument le liquide comme si c’était la première fois qu’elle buvait de sa vie. Cinq minutes passèrent dans cette scène, le Paladin et la Templière étaient immobiles à fixer le mur face à eux, dans le plus grand des silences jusqu’à ce qu’elle tente une nouvelle fois de se relever. Maxwelle tendit alors le bouclier de la garde, qu’elle noua une nouvelle fois à son avant-bras avant de dégainer son épée et rejoindre ses compagnons dans la salle du trône.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
59/500  (59/500)
Lun 10 Oct 2016 - 18:00

Marchant au rythme de la Templière, les deux membres du Sanctum avancèrent dans le long couloir pour rejoindre la salle du trône. L’acier frappait le sol au son de leurs pas, progressivement, la lumière de la salle principale de la place-forte illuminait les escaliers permettant de rejoindre le hall. Arrivé à hauteur de ce dernier, les bruits du combat s’intensifièrent pour finalement devenir perceptibles à leurs oreilles. Oubliant un instant Cassandra, le Paladin s’avança sur les marches et distingua l’affrontement qu’il y avait dans cette aile du château. Voyant le soldat afficher un visage terrifié, la garde décide de suivre son pas en s’appuyant contre la rambarde de l’escalier. Arrivé à sa hauteur, l’arme à la main, Pentaghast pouvait finalement distinguer l’ampleur de la bataille. Dans les cachots, elle n’avait vu qu’une fraction de l’armée dirigée par le Stratège afin de les stopper. Ici, il y avait probablement le reste de son armée encore vivante luttait ardemment pour sa survie.

Tel un baroud d’honneur, les hommes de Swain formaient un dernier bastion dans la salle du trône. Ils étaient surélevés, gardant le coeur du hall au fil de l’épée, s’accrochant au symbole qu’ils défendaient depuis de nombreuse années. Le siège du Roi et de la Reine étaient renversés, utilisé comme de vulgaires barricades afin d’empêcher les hommes de Sanctum d’avancer.

Combien en restaient-ils ? Pentaghast l’ignorait, elle distinguait seulement le fer des armes embrochant ses frères tombant au pied de l’estrade, maculant le tapis du sang des morts. Elle voulut parler à Maxwelle, seulement, il était déjà parti au coeur de la bataille. Réaffirmant l’emprise sur son bouclier, elle enjamba le corps d’un garde du château et s’avança dans la salle. L’odeur du sang et de la sueur lui monta à la tête, partout ou son regard se posait, elle voyait ses frères tombés au combat. Le Paladin l’ayant accompagné était à quelques mètres d’elle, penchés au-dessus de son Capitaine, il extirpa une dague plantée dans ses côtés avant de le soigner comme il l’avait fait plus tôt avec elle. Le bruit de ses pas ne résonnaient plus, elle pataugeait dans le sang. Son estomac se noua, elle voulait vomir devant ce spectacle, elle amena son avant-bras à sa bouche et laissa échapper de la bile qui coula le long de ses joues et son cou.

Reprenant ses esprits, elle remarqua que le Paladin Maxwelle pointa une direction. Pentaghast tourna son regard et remarquait trois hommes armés de lance déboulés par l’une des sorties de la salle. L’armure qu’ils portaient n’était pas estampillée du symbole de la Divine et il se dirigeait pour prendre à revers les Paladins tentant d’achever les hommes acculés.

Rendu sourd par le combat, les Paladins n’entendirent pas l’ordre de leur supérieur et continuèrent de tenir position. Ils allaient essuyer un cuisant revers de la main. D’un seul mouvement, la garde chargea dans leur direction pour donner un coup ascendant sur l’homme à la tête de la troupe. Elle fit mouche avec son premier coup, entaillant profondément le bras de l’homme, l’obligeant à lâcher son arme et trébucher au sol a cause du sol glissant. Reprenant difficilement ses appuis à cause du sang sous ses bottes, Cassandra se dressa devant eux, le bouclier brandit et l’épée pointée droit devant elle. Ils se jugèrent un instant, le dirigeant de la troupe couché à ses pieds et les deux hommes positionnant leurs armes pour répondre à la Templière. Pentaghast fit un pas en avant pour frapper la hampe des lances afin de les faire reculer, l’effort embrasait ses muscles et elle ne put retenir un rictus de douleur. En réponse, les deux hommes frappèrent ensemble d’une estoc et d’un coup vertical que la jeune femme peina à esquiver, la faisant glisser et tomber sur ses fesses contre le sol pourpre de la salle.

Un coup retomba sur elle, qu’elle para de son bouclier et un second qui vint frapper le sol de sa pointe à côté de la dame. Rapidement, elle donna un coup de pied en avant, bousculant l’un des hommes qui recula alors que le second tenta à nouveau de frapper la femme au sol. Avant qu’il ne finisse son coup, une épée traversa sa cage thoracique, le Paladin Maxwelle extirpa ensuite son arme pour achever le deuxième homme et aida la jeune femme à se relever.

Cassandra observa une nouvelle fois les alentours, d’autres hommes du Stratège rejoignaient le combat dans le hall principal, ainsi que plusieurs Templiers et Paladins. Appuyée contre un mur, la jeune femme entendait le Capitaine hurler ses ordres, se tenant le ventre et masquant la douleur que l’on pouvait lire sur son visage. Progressivement, la poche de résistance se libéra pour avancer sur les hommes du Sanctum. Epuisée, la garde assistait à la scène et elle n’arrivait pas à analyser tout ce qui se passait. Elle avait des moments de blanc, les images qu’elle voyait sautant devant elle au rythme que son regard se tournait pour tenter de comprendre ce qui se passait. Le Paladin restait à ses côtés, affrontant les hommes qui tentaient de s’attaquer à elle. Son bouclier était baissé, sa lame était tombée, elle n’avait plus la force et tombant subitement contre le sol, sa tête heurtant le pavé. Le bruit sourd, son tympan battant frénétiquement, elle ouvrit les yeux une nouvelle fois. Sa vue était brouillée et teintée de rouge, poussant sur ses bras, elle se releva pour distinguer des combats épars dans la salle et plus personne pour faire attention à elle.

Partout ou se posait ses yeux, les formes se déformaient et s’étiraient. Prise de panique, elle tâtonna autour d’elle afin de retrouver son arme. Quand elle sentit le cuir de son épée dans ses doigts, elle tenta une nouvelle fois de se relever et bascula quelques mètres avant de tomber de nouveau, expirant bruyamment et ne comprenant rien à ce qu’il se passait. Au milieu de la mêlée, elle prit un coup de gantelet dans le visage qui la propulsa en arrière un instant. Péniblement, elle ouvrit les yeux et compris que les combats s’intensifiaient et était incapable de se redresser. Glissant sur le sol, elle s’avança en poussant sur le sol glissant pour atteindre les marches de l’estrade menant au trône, dorénavant inoccupé, et tenta de s’installer pour voir la totalité de la scène. La vision d’horreur, les corps jonchant le sol et la douleur qu’elle ressentait, c’en était trop pour Cassandra. Elle finit par joindre ses mains et clore ses paupières afin de réciter une prière à Étro.

Ô Divine Étro, comment pourrais-je prier quand le mal m’écrase et que je n’en peux plus… Toi qui as connu le creux de la souffrance, toi qui éclaire les ténèbres, aujourd’hui sois avec moi. Toi qui fait face jusqu’au bout, aide-moi à tenir bon. Toi qui châtie le vilain, aide moi en ce jour funeste.
Ouvrant de nouveau les yeux, Cassandra contemplait le combat s’intensifier. Elle soupira un instant, consciente de ce qu’y devait être fait. Elle souffla un instant, prenant sa respiration avant de souffler quelques mots aux oreilles des défunts en ce jour.

Mes frères, mes amis, vous qui ont un jour baigné dans la Lumière d’Étro. Pardonner mon insolence, malheureusement, je vous demande de revenir venger votre mort pour que brille la bienveillance de notre Déesse.
Lentement, Cassandra leva ses deux mains en direction du ciel, ne brisant pas le bruit du combat. Elle se concentra autant qu’elle le pouvait, et progressivement, les âmes des Paladins et Templier tombés au combat se relevèrent de leur enveloppe charnelle. Tous furent frappés de stupeur en voyant les spectres revenir d’entre les morts et se dresser à leur côté. La sueur perlait sur le front de la jeune femme, elle observait tous les hommes morts ici par sa faute, elle ne pouvait plus rien faire pour eux. Fermant une nouvelle fois ses paupières, elle finit par laisser retomber ses bras. Les âmes des défunts s’avancèrent alors, s’engouffrant dans les hommes du Stratège qui gesticulèrent de douleur pendant de précieuse seconde. La jeune femme entendait au loin les ordres du Capitaine qui ordonnait d’abattre les gardes du château avant de tomber une nouvelle fois dans l’inconscience.



Progressivement, la lumière illuminait les paupières de Cassandra. Lentement, elle se réveillait. De longue minute, elle soupira en observant progressivement autour d’elle. Elle sentit un poids sur sa poitrine, elle tenta de bouger ses bras pour remarquer qu’une épaisse couverture était posée sur elle. Tournant le regard, elle distingua le Paladin Maxwelle assis à ses côtés, lisant un papier avant de remarquer que la jeune femme c’était réveiller. Dans un mouvement, il attrapa un drap humide qu’il déposa sur le front de la garde et lui somma de rester couché. Il rapprocha ensuite sa chaise du lit, et se pencha au niveau de la dame, souriant chaleureusement à son intention.

- Ne soyez pas inquiète, mademoiselle.
- Où… Où suis-je ?
- Dans votre chambre, du moins, celle que vous possédiez avant d’avoir démissionnée.

Elle tourna alors le regard, observant avec plus d’insistance pour retrouver tous ses biens à la même place qu’elle les avait laissée. Elle sourit avant de s’enfoncer dans sa literie. Plusieurs minutes passèrent avant qu’elle ne se relève dans un sursaut, cherchant à quitter son lit.

- Les Paladins… Swain… Je dois…
- Calmez-vous !

Sa voix était plus forte et il força de sa main pour maintenir la garde dans son lit.

- Ne soyez plus inquiète, Swain est mort.
- Pardon…?
- Notre Primarque, Angeal, il l’a poursuivi et abattu dans la caserne du château. Il ne sera plus jamais un problème pour le Sanctum.

Relâchant ses muscles, la jeune femme retomba une nouvelle fois dans ses draps. Maxwelle retira sa main et s’assit de nouveau sur sa chaise, observant ses réactions. Était-elle heureuse ? Elle ne le savait pas, elle avait une étrange sensation qui lui rongeait le coeur. L’exaltation de savoir que plus jamais le Sanctum n’aura à craindre des agissements de cet homme odieux. Seulement, qu’elle avait été le prix ? Elle l’ignorait, elle était fatiguée. Lentement, elle tourna sa tête sur la gauche et ferma ses paupières et sombra dans un sommeil qu’elle attendait depuis longtemps.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Sorcière
Masculin
Nombre de messages : 82
Age : 24
Date d'inscription : 12/09/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
394/650  (394/650)
Lun 10 Oct 2016 - 22:07
Troisième partie du mini-event close !

Avant d'entrer dans les détails, j'aimerais rappeler que c'est le premier rp de Cassandra que je commente. Et je suis content que ce soit celui-là et pas un autre parce que, je vais être tout à fait franc, je ne suis pas le plus grand fan de Cassandra.

Je ne dis pas que je n'aime pas. Simplement je sais à quel point Cassandra est un personnage populaire sur le forum. Il fait l'unanimité, je crois que... si on faisait le tour des personnes sur le forum et qu'on leur demandait "quel est le meilleur personnage de Chen ? Celui qui est le plus profond ?", on aurait une majorité de Cassandra.

Et c'est là que personnellement, je ne suis vraiment pas d'accord. De tous tes personnages Cassandra est peut-être celui que j'aime le moins. Je l'aime bien. Y a de supers concepts autour de ce personnage, notamment le simple fait que c'est la première à se battre avec des psaumes.
Mais je n'ai jamais véritablement accroché, passé ta fiche, à ce que tu écrivais avec Cassandra.
Si tu me demandais pourquoi, je te répondrais une critique que j'ai faite à ta fiche : Cassandra est parfaite. Elle n'a pas de vrais défauts. Tu me diras que si et oui évidemment, à commencer par le fait très honorable qu'elle n'est pas très jolie...

Mais comme je l'avais dit, c'est Sainte-Thérèse.

Cet aspect, je le trouve un peu lisse. Ca bloque... toute capacité d'empathie, pour moi.

Je ne te fais pas une diatribe ! C'est pas du tout pour casser ton mood ou quoi que ce soit. Non c'est pour te dire qu'enfin je trouve quelque chose de vraiment vraiment bon dans ton rp.

Je t'avais déjà dit, en parlant de Représailles, que c'était ce que tu avais écrit de mieux depuis très longtemps. Donc là je le confirme. C'est le meilleur rp que tu aies fait avec Cassandra... C'est le meilleur rp que j'aie lu de toi depuis longtemps. Et j'irais jusqu'à dire que c'est le meilleur rp que tu aies jamais écrit, selon moi. Je prends des risques, je n'ai pas lu absolument tous tes rps mais je pense sincèrement qu'il a atteint un niveau vraiment haut. Honnêtement je ne pense pas me tromper... Tu es un bon rpiste mais cet rp-là reflète un niveau très supérieur à ta moyenne. Et je critique pas ta moyenne mais là y a un bond.

Les trois rps sont tous excellents. Je considère que ces trois rps n'en forment qu'un seul mais pour un peu structurer mon commentaire je vais commenter rp après rp. Je les relis en diagonale tous une fois.

Le premier rp est peut-être le plus variable. Je l'avais déjà un peu commenté devant toi mais sache que cet rp seul est déjà pour moi excellent.
Il commence bien... On a une ambiance installée en... deux secondes et demi. Pas besoin de plus, on a... une lourdeur (dans le sens que l'atmosphère est lourde), on sent toute la pression, la douleur et surtout la fatigue de Cassandra. Tu décris une situation avec cet rp qui contraste très bien avec la situation de Lulu qui était bien traitée, qui était... une prisonnière presque politique.

Là Cassandra, on sent qu'elle vient d'être traînée dans la boue. Elle se fait grave molester, c'est assez violent. Tu as joué la bonne carte, c'est-à-dire que tu n'as pas interprété une Cassandra qui se lève et qui commence à boxer tout le monde avant de se faire rétamer. Non elle est trop crevée pour être audacieuse, pour se la jouer « Vous m'aurez jamais ! Plutôt crever que d'arrêter de me battre ». Ca rend cohérent le fait qu'elle soit à ce point exténué.

Petite faiblesse à ce moment-là... Les soldats de Swain qui la touchent, qui la menacent de la violer. Bah... Tu sais ce que j'en pense. Je le dis quand même... Ce n'est pas que c'est improbable ou quoi. En vérité Cassandra est tellement dans la merde à ce moment-là que rien ne peut la protéger ou même faire en sorte que ses derniers jours soient agréables. Pourquoi ? (pour ceux qui ne savent pas) Parce que Cassandra est une templière qui a libéré une prisonnière. En gros elle vient de tremper l'entièreté du Sanctum dans son crime. Elle a presque condamné à elle seule le Sanctum. Donc non, rien ne peut la protéger.

Alors que des hommes parlent de viol, bah c'est pas illogique.

(Ce que je vais dire est étonnamment cru donc... je le mets sous spoiler au cas où. J'avertis le lecteur de ce commentaire! Je sais qu'on est entre adultes mais on ne sait jamais.)


Spoiler:
 


Mais ensuite ! De cette tarte à la crème tu crées quelque chose de très bon. Parce que juste après avoir appris qu'elle allait être exécutée... Cassandra tombe de fatigue, se relève et... Elle panique de ouf en entendant des bruits de pas dans le couloir. Parce qu'elle va être exécutée bientôt ? Non... parce qu'elle pense être outragée par des gardes. Tu sens qu'elle a moins peur de la mort que de ça et c'est très intense ce moment.

J'ai trouvé très bon ce réveil en sursaut, cette peur subite.

Ensuite... se passe ce qu'il se passe. C'est très bon.

Et on a une petite faiblesse dont je t'avais déjà parlée. Je m'étonne d'avoir fait un commentaire oral si complet. Au moment où Cassandra est libérée par des templiers et des paladins... arrive une vingtaine de soldats du roi.

Alors je rappelle que Swain voit à travers les yeux de ses hommes. C'est logique qu'il sache où il doit guider ses hommes.

Mais... vingt hommes c'est énorme. Swain a peut-être une centaine d'hommes, de très bons soldats, de vétérans de la guerre. Une vingtaine est déjà à l'extérieur... Et il dépêche une vingtaine de soldats dans les cachots ?

Tu m'avais dit « Oui mais il veut absolument avoir Cassandra. »

Mais... Cassandra a de la valeur parce que son crime a prouvé que le Sanctum agissait mal, selon lui. A partir du moment où les templiers et les paladins les attaquent, lui et ses hommes, Swain aura comme seule priorité d'organiser ses troupes pour se défendre et certainement pas d'envoyer au casse-pipe 1/4 de ses effectifs. Je rappelle que ses hommes sont attaqués de partout et que lui-même est la cible de templiers et de paladins.

Alors... le deuxième rp ! Pour moi il est juste excellent. De mémoire je n'avais rien à dire. Je relis quand même...

Cassandra a seulement le temps de réaliser ce qu'il se passe. Elle se rend compte que tout ça... est indirectement de sa faute. Alors... toute petite faiblesse. En quoi est-ce de sa faute ? Oui on est d'accord. Elle a libéré Lulu et c'est Lulu qui a organisé cet attentat. Mais Cassandra ne le sait pas. Pourtant tu dis «  jamais le Sanctum n’aurait orchestrer une attaque de cette ampleur sans la libération de l’Institutrice. »
Alors... peut-être voulais-tu dire que sa libération a précipité les choses ou quoi mais... si c'est ce que tu voulais dire, ce n'est pas clair dans ton texte.

Mais bon reprenons. Donc elle se rend compte que c'est de sa faute... et j'ai adoré justement le fait que sa fatigue... sa maladresse... font qu'elle craque. Elle commence à pleurer, lâche tout. Et on sent vraiment toute la profondeur du questionnement qu'elle s'inflige. Je me mets à sa place et je me dis que la fille... voulait juste bien agir et se retrouve à être l'instrument de la mort de plein de personnes. J'ai adoré ça.

Le reste est très bon et c'est un rp que j'ai adoré... justement parce qu'après ces quatre jours de détention, Cassandra est trop extenuée, trop chamboulée pour être efficace. Elle est un boulet et je trouve ça vraiment cool.

Un petit problème : Maxwell dans ton premier rp était un membre du Clergé. Et il est devenu un paladin dans le deuxième. C'est dommage. De la même façon, j'aurais certainement pas utilisé un terme catholique « Frère Maxwell » dans le premier rp, pour désigner un membre du clergé.


Troisième rp... Il est encore meilleur. Il a les qualités du deuxième. On sent toute la détresse, toute l'impuissance de Cassandra. L'ambiance est géniale, les descriptions sont très bien.

Je ne vais pas m'étendre, je me contenterai juste de... reprocher une chose, une exagération assez énorme de statistiques.

Spectre d'entrave te permet d'appeler quelques âmes à se « battre »... pas toutes les âmes des soldats morts autour de toi. Moi j'imagine qu'il y en a... une trentaine, même une vingtaine c'est beaucoup trop. L'idée était super bonne donc je la salue quand même mais ça vraiment, ça ne va pas.


Mission difficile : 35 xp, 350 munnies et 5 PS dont 1 bonus. 2 en force, 1 en défense, 2 en psychisme . Troisième partie du mini-event close !

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grève dans la grande distribution
» Représailles.
» Représailles - Mission Pirates [Namida/Ryu/Yuu]
» Quiconque ouvre ce journal s'expose à de sérieuses représailles | Ophelia's diary
» Key'Lann Kriek, représentant de la Force