Derniers sujets
La forme de vie ultime

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officier
XP:
217/150  (217/150)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 31 Aoû 2016 - 23:02
Les limites de la patience

"ILS SONT SERIEUX ?!!"

Le hérisson noir explosé à l'annonce que venait de lui faire un des gardes, n'ayant pas forcément choisis la voie de la diplomatie d'ailleur.

"Ranger la bibliothèque, entretenir le jardin, tant qu'ils y sont ils vont me demander de garder les enfants de la prochaine vague de réfugiés ? Je suis pas leur boniche, je suis un soldat !!! UN SOLDAT !!!"

Le personnage de jeu vidéo prenait alors la direction de la remise, la trouvant avec une facilité déconcertant même les membres du personnel habituel du château. Il fallait dire qu'on le cantonnait autant que possible à ce genre de tâche dernièrement, comme pour l'éloigner des champs de batailles et des missions d'importances encore plus que de coutume. Quelque chose le dérangeait profondément depuis la disparition du leader de la Lumière : On continuait d'envoyer les soldat à gauche et à droite sans véritable but, on en stationnait d'autre au château sans la moindre raison.

La créature digitale ressortait alors de la pièce avec une faux dont le manche était au moins aussi grand que lui et avançait vers l'herbes qui lui dépassait les genoux. Il brandissait alors l'outil de jardinage comme une arme et effectué un large mouvement avec cette dernière, tentant d'approcher la lame aussi près que possible du sol sans toucher, avant de recommencer un peu plus loin, échouant à plusieur reprise à descendre suffisamment bas ou touchant le sol, provoquant de dangereux rebonds de la lame. Tout en continuant, il réfléchissait… À qui la disparition de Cissnei profitait le plus en ce moment en dehors de leurs ennemis ? S'il s'agissait d'eux, ils n'auraient surement pas pris la peine de l'enlever, c'était mille fois plus simple de la tuer et de laisser le cadavre sur place s'ils voulaient s'en débarrasser et il se serait déjà manifesté s'ils comptaient l'utiliser comme moyen de saper le moral des troupes. Ses pensées n'était interrompue qu'au moment où une des servante du château poussait un cri de surprise, le forçant à bloquer soudainement le mouvement de sa faux. La pointe de sa lame venait de couper la bretelle de sa robe et n'était qu'à quelque millimètres de sa gorge.

"On ne t'a jamais dit qu'il ne fallait pas approcher quelqu'un qui travaille avec ce genre de lame sans s'annoncer ?! Dégage de là !"

Il serrait les dents avant de reprendre, la jeune femme s'éloignant après lui avoir fait remarquer que s'il continuait, il allait également couper les parterre de fleur, devenu presque invisible sous cette végétation. Que pouvait-il bien en avoir à faire lui, des fleur ?

Il repensait à tout ces moment où il était au château alors qu'un désastre se produisait ailleur, de la destruction de la lune d'Illusiopolis à la disparition de leur chef, tout lui semblait évitable. Un sniper, une escouade ou un bataillon aurait suffit à régler plusieur de ces problème, alors pourquoi ne pas l'avoir fait.

La pelouse maintenant tondue, il s'attaquait aux haies, se contentant d'en faire d'énorme rectangles à l'aide de l'outil tranchant, avant de le planter dans le sol en plein milieu d'un des parterre de fleur, le manche dépassant d'une vingtaine de centimètres pour permettre de la récupérer sans avoir à piétiner les fleurs. Il n'avait toujours pas la moindre idée du responsable de la disparition de leur chef, pas plus du pourquoi de l'inaction de toute sa faction, mais il devait prendre une décision, faire quelque chose. Il frottait alors simplement ses mains, dépoussiérant ses gant blanc avant de soupirer les yeux fermés. Il prenait ensuite la direction de la salle de commandement, deux gardes décidant de lui barrer la route face aux portes de cette dernière en croisant leurs lances face à lui.

"Vous allez me laisser passer ou vous voulez que je force le passage ?"

L'un d'eux gardait parfaitement sa position alors que l'autre semblait hésiter un instant, l'instant suffisant pour que Shadow attrape sa lance et tire sur cette dernière pour le déstabiliser et s'en emparer, frappant son confrère au visage avec le côté rond de l'arme. Sonné un instant, il était sauvé d'un second assaut du hérisson par le soldat qui venait d'hésiter, qui saisissait le héros de jeux vidéos sous les bras en croisant les mains sur sa nuque avant de le soulever.

Il arrivait parfaitement à l'immobiliser un instant, avant que la créature noire ne pose ses deux pieds sur le torse de son armure et ne se lance dans un rapport de force entre ses jambes et les bras du chevalier. Le métal de l'armure se mettait à grincer, se pliant sous l'effort alors que l'autre garde se remettait debout et se saisissait de son épée, assénant un coup descendant en direction de la nuque du hérisson avec le plat de sa lame. Shadow cessait alors de forcer, se relâchant complètement pour se laisser glisser entre les bras du garde, tombant à genoux avant de bondir en avant, frappant l'abdomen de l'armure de l'épéiste de toute ses forces, le projetant au sol avant de se réceptionner debout, quelques instant avant de poser un genoux à terre lorsqu'il recevait un coup de manche sur l'épaule droite, se rendant compte que la pointe de l'arme se trouvait face à son visage.

"Tu aurais mieux fait de la planter dans mon épaule et de m'agrafer au sol."

Il s'en saisissait alors et la tirait vers l'avant alors que son coude prenait la direction du flanc du soldat, le projetant contre la porte qui s'ouvrait alors dans un bruit de métal tonitruant, le hérisson noir le piétinant comme un paillasson alors qu'il s'apprêtait à se relever, le regard noir et projetant un éclair de plasma dans le lustre de la pièce à l'aide de sa main droite, juste au cas où son entrée n'avait pas été assez remarquée.

"Si j'avais été un traite, un de nos plus puissant guerrier passé à l'ennemi, vous seriez tous mort, juste à cause de l'hésitation de ce type. Il n'y a qu'une seule possibilité pour que l'enlèvement de Cissnei ai fonctionné, ça venait de l'intérieur, de quelqu'un en qui elle avait confiance, et tout ce que vous trouvez à faire, c'est m'envoyer un garde pour me demander de m'occuper du jardin ?!!"

Il serrait les poings, des éclairs bleuté partant de ses épaules en direction de ses mains alors qu'il se sentait bouillonner de rage, interrompant sans vergogne un de ses supérieur tentant de prendre la parole pour demander de quel droit il agissait de la sorte.

"C'est parce que vous ne faites rien !!! On est en guerre, privé de chef, peut être même infiltré par l'ennemi et vous continuez simplement de nous envoyer remplir des objectif ridicules, sans queue ni tête. Même maintenant, je me demande si vous allez tenter quelque chose, donner un ordre contre moi ou simplement me laisser quitter cette pièce, puis le château à bord d'un vaisseau que j'aurais volé dans le hangar des deux écureuils ?"

L'être digital tournait alors le dos et s'apprêtait à sortir, ses mains chargée d'électricité prête à faire voler en éclat les fenêtre du couloir pour lui ouvrir un accès à la cours. Une dernière pensée lui traversait l'esprit alors que sa main droit s'ouvrait progressivement pendant qu'il tendait le bras en direction de la fenêtre.

"Si seulement Rouge était là, je pourrais avoir confiance en elle au moins… Il y a bien Omega, mais à part tout détruire sur son passage, il ne sert pas à grand chose Au moins lui peu rester et me servir d'agent de renseignement interne si j'arrive à partir d'ici."



Dernière édition par Shadow le Ven 23 Mar 2018 - 17:09, édité 1 fois
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
500/500  (500/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 1 Sep 2016 - 16:37

La lieut… Non ! La Capitaine Fiona marchait au trot dans les couloirs du château, se dirigeant vers la salle d’audience depuis le quartier des gardes. Derrière et devant elle, une sympathique escorte à n’en plus finir de gardes de la lumière, soucieux, en tous cas pour certains, de hâter le pas ! Fiona avait vu sa seule supérieure exécuter ces gestes tant de fois qu’elle en oubliait presque qu’elle pouvait courir ! Mais son allure lui servait au moins à finir de se préparer. A ses plus proches côtés il y avait trois gardes les bras remplis d’armes et d’accessoires tels que, pour n’en citer qu’un seul, une ceinture militaire. Lorsqu’elle tendit la main vers sa gauche, c’est justement qu’on lui donna en un geste. 
Tandis qu’elle l’accrochait à sa taille, elle s’adressa à l’une des gardes la précédant de quelques pas.

« Lei Lei, tu vas sonner l’alarme dans le jardin et tu passes auprès de tous les gardes des environs pour les tenir en alerte. Baudoin, tu vas avec elle. »

La capitaine saisit les deux dagues qu’on lui tendait et de gestes fermes glissa les lames de celles-ci sous sa ceinture dans son dos en disant d’une voix claire et chantante : « Merci. »

« Je veux dix lances avec moi, pas moins, pas plus. Les autres vous prenez un arc ou une arbalète et vous allez sur les remparts. » Elle attrapa un de ses glaives au vol avant qu’il ne tombât des bras du garde à sa droite, avant de l’attacher à sa ceinture, juste à côté de sa hanche droite. « Personne ne sort. Il m’en faut un pour rejoindre Tic et Tac et si nécessaire… contrôler la tourelle Exo brasier machin truc de Nikoleis, et qu’il en profite pour envoyer un message aux quelques gars qui patrouillent en vaisseau autour du château. »

« Qui, Nikoleis ? » demanda une voix derrière elle, d’un ton peu assuré.

« Très drôle. », dit-elle dans un soupir.

Elle attacha son deuxième glaive à sa ceinture près de sa hanche gauche avant de saisir des mains de son porteur attitré deux bandoulières qu’elle enfila difficilement.

« C’est pas nécessaire de le tuer, les gars !  », cria-t-elle à l’encontre de tous les archers qui étaient déjà éloignés du groupe. « On ne le tue que s’il quitte le territoire ! »

Elle tourna la tête derrière son épaule et estima le nombre de gardes avec elle égal à ce qu’elle escomptait, soit une dizaine. La jeune femme suspendit sa lance et son arbalète sur les deux bandoulières et garda sa hache à deux mains, son arme de prédilection, dans ses menottes.

« Ça va aller les gars, vous êtes des stars ! », exhorta-t-elle à ses hommes d’une voix claire. « Je suis toute excitée, moi ! »

Tenant sa hache d’une main, et puisque sa troupe se rapprochait du hall principal où était la salle d’audience et le « cas », elle fit un geste de son autre main, encourageant la plupart des gardes à courir se déployer dans le hall. Ils la dépassèrent tous sauf deux qui restèrent à sa droite et gauche. 
Lorsqu’elle arriva dans le couloir, elle vit le spectacle affligeant d’un couloir en bordel, d’un garde à terre et d’un nain poilu encerclé par huit soldats de la lumière.

D’une voix forte elle prit la parole.


« Bravo, chef. », dit-elle en affichant son plus beau sourire. « Tu t’es fait entendre, je suis sincère. Avec une telle attaque éclaire… » Elle s’approcha à hauteur de ses hommes, à deux mètres du hérisson. « tu peux être sûre que tu as su réveiller les consciences de ce château. »

Ses hommes étaient dispersés. Deux tenaient un arc, trois des lances et le reste était armé d’un bouclier ou d’une hache et d’une épée. La créature qu’ils ciblaient tous avait l’air… folle furieuse, c’était peu de le dire ! Dans ses mains, il y avait comme une électricité impressionnante que Fiona était bien incapable de produire.
Fiona n’était pas encore en garde, si ce n’est qu’elle comptait sur son air sympathique pour dissuader quiconque de l’attaquer alors qu’elle était sans défense… ou presque.

« Tu sais, tu as des fans parmi mes gars. Je suis sincère ! On est quelques-uns à te connaître, et on t’adore ! Maintenant… on m’a dit que toi par contre, tu n’étais pas trop fan de nous. » Son sourire se changea en un autre sourire, plus gêné. « Pour avoir agressé mes gardes, je vais être obligé de te mettre dans un de mes cachots où tu attendras d’être jugé. Si tu résistes, on te collera une raclée à onze contre un et si tu fuis, tu meurs. Ok ? »[/i]
La forme de vie ultime

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officier
XP:
217/150  (217/150)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 5 Sep 2016 - 14:52
Les limites de la patience

En entendant les pas dans le couloir, le hérisson détournait son regard dans leur direction, son sort de foudre toujours chargé et prêt à partir. Il ne baissait son bras et dissipait l’énergie qu'une fois que la jeune femme se mettait à lui adresser la parole, soupirant en entendant son discours et ses menaces, se contentant de prendre son pistolet mitrailleur, de le charger et de l'armer. Il regardait alors les gardes autour de lui, le pointant tous avec leurs lances. Il répondait alors sur un ton relativement détaché :

"Fan de moi ou fan de Shadow the Hedgehog ? De toute façon ce n'est pas ça qui va me rendre sentimental..."

Il pressait alors la détente et effectué une rotation sur lui même, tirant légèrement plus haut que le sol pour faucher les jambes de ses adversaires.

"Trois contre un..."

Pointant ensuite son arme vers les deux gardes du corps de la jeune femme blonde, il avançait en leur fauchant à leur tour les jambes avec deux rafales supplémentaires avant de laisser tomber le chargeur au sol et d'en engager un nouveau dans son armes.

Ce n'est même plus un duel à ce stade, laisse tomber cette hache et tout le reste de ta quincaillerie... Je suis vraiment désolé pour tes subalterne, mais malheureusement, la seule personne qui peux m'amadouer, la seule a réellement avoir ma confiance, elle n'est pas ici, je ne sais même pas si elle existe en dehors de ma mémoire.

Il avait intentionnellement évité de citer Omega, le seul avec qui il comptait garder contact après son départ. Encore une fois, il aurait peut lâcher une réflexion sur les équipements archaïques de ces soldats, mais il n'en avait pas envie, ce n'était qu'une perte de temps et les dix blessés aux sol serait sûrement plus parlant. Il préférait se contenter de décrire une situation qui pouvait arriver.

"Ce n'est pas la première fois que vous voyez des armes à feux… Vous devez savoir que j'en utilise et pourtant… Vous feriez quoi si un commando équipé de cette façon attaquait le château ? Et si ce commando se cachait déjà parmi nous ?"

Il se tenait devant elle, suffisamment loin pour qu'elle doivent faire quelques pas si elle souhaitait le frapper de sa hache, le canon de l'arme en direction de son visage, le visage fermé, le regard sévère et en position de combat.

"Tu veux qu'ils tentent de m’arrêter ? Ou de me tuer ? Sérieusement, tu devrait peut être y réfléchir à deux fois et me servir de porte de sortie. Combien d'archer je pourrais abattre d'ici sans même sortir dans la cours à ton avis ? A quel point je pourrais endommager les défense du château et combien de vaisseau je pourrais endommager ? Quel impact ça aurait sur les troupes de perdre leur capitaine de la garde juste après leur commandante en chef ?"

Il laissait un instant de calme, attendant de voir sa réaction avant d'ajouter une dernière phrase.

"Tu me sers d'otage, on me fournis un chasseur biplace puis je te laisse sur un monde allié ou alors j'essaye de forcer le passage, mais même si vous parvenez à m'arrêter, je ne sais pas si on pourras appeler ça une victoire, que je finisse au cachot ou au cimetière."

Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
500/500  (500/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 6 Sep 2016 - 0:53

Quel baratin ! Qui ici parlait de l’amadouer ?

Les yeux écarquillés par la surprise lorsqu’elle vit l’officier Shadow tourner sur lui-même et tirer des rafales de balle dans les jambes de tous ses hommes, la capitaine des gardes ne bougea pas d’un cil, pour le grand plaisir d’un grand bavard.
Elle balaya les gardes aux alentours d’un coup d’œil, voyant du sang couler de leur jambe et entendant quelques gémissements de douleur… et soupira discrètement, la tête baissée avant de relever son regard en direction du fauteur de troubles.

L’amadouer… Qui diable avait-elle froissé pour se retrouver devant un tel gaillard ? Un simple méchant de la Coa lui aurait suffi pour gonfler sa réputation auprès des cadors… au lieu de cela elle avait une boule de nerfs narcissique qui voyait en « rends-toi ou meurs » une tentative de le calmer de mots chanteurs.

Il était rapide, il était audacieux et profondément irréfléchi… Elle avait vu de nombreux gardes de ce genre avant de tomber entre ses mains ces deux dernières années durant lesquelles la générale avait été absente… Mais aucun d’eux n’avait tiré sur ses hommes auparavant.

Et pourquoi parlait-il de confiance ?!

Les sourcils légèrement froncés, en garde et… menacée par un pistolet-mitrailleur, la jolie capitaine toujours en forme restait de marbre, l’air alerte, durant les conseils et avis militaires d’un homme qui allait finir en prison ou six pieds sous terre. Elle ne put retenir son imagination de travailler lorsqu’il la qualifia de « son otage. » Bon sang, aucun plan ne pouvait davantage lui déplaire !

Fiona fixa longuement les grands yeux de Shadow, le visage quasiment aussi sérieux que le sien.

Deux flèches fusèrent alors des côtés de Fiona dans la direction de Shadow, le touchant sans mal… Statique, concentré et profondément imbu de lui-même ! Fiona avança rapidement vers le hérisson, se ruant sans prendre de grandes précautions. Il tira, comme promis… et elle fut touchée comme il l’avait pressenti. A la tête ? Non. C’était un piète tireur, jamais elle n’en aurait voulu sur ses remparts. Il utilisait sans pouvoir supporter le recul, sans avoir une visée assez stable, une arme à rafales.

Pas moins de six balles touchèrent la capitaine des gardes… Dans la poitrine, dans son épaule gauche et une dans sa jambe, tandis que les autres vinrent s’écraser contre son armure, ici et là…

Elle prit une légère impulsion de sa jambe droite, tourna de 360° autour de celle-ci en se laissant légèrement tomber en avant et frappa du tranchant de sa hache le frêle corps de son adversaire, le mettant au sol avec violence.


« Onze contre un, gangster. », dit-elle avec un sourire alors que tout autour d’elle, chacun de ses hommes se relevait de ses blessures, saisissant avec douleur ses armes. Elle avait passablement mal, oui. Ce genre d’armes pouvait être tenu par n’importe quel gosse et tuer un adulte bien portant, alors quand on savait à peu près l’utiliser, ça pouvait faire des dégâts. Mais ni elle, ni le moindre de ses hommes n’étaient des adultes bien portants… Ils avaient suivi des entraînements rigoureux, avaient côtoyé des personnes terriblement puissantes, avaient subi des pertes horribles. Ils étaient formés à ce genre de douleur. Leurs os étaient plus solides, leur volonté indéfectible et leur loyauté envers la générale absolument totale.

Elle posa sa botte sur la main du hérisson tenant le pistolet-mitrailleur, le forçant à le lâcher, abaissant le fer de sa hache jusqu’à la gorge de l’assaillant, le menaçant… un peu.


« Au temps pour moi. » prononça-t-elle d’une voix onctueuse. « Je pense que c’est du hérisson bleu que je suis fan… J’confonds tout le temps ! » avant d’ajouter dans un sourire malicieux : « Tu sais, nous les gardes sommes tellement cruches. »

Quelques soldats approchèrent, menaçant Shadow, tandis que d’autres restèrent à quelques mètres, arcs brandis. L’un d’eux s’approcha avec une paire de menottes et se pencha vers Shadow.
La forme de vie ultime

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officier
XP:
217/150  (217/150)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 10 Sep 2016 - 12:55
Les limites de la patience

"Bande d'idiots !"

C'était tout ce qu'il avait le temps de dire au moment où il ressentait les flèches se planter, une dans son épaules gauche et l'autre dans son genoux droit. Serrant les dents en grognant, il pressait la détente tout en abaissant d'abords le canon de l'arme, il devait la ralentir, mais dans cette situation, il n'avait pas le temps ni la force de maintenir l'arme suffisamment bas pour lui tirer dans les jambes, ne pouvant alors qu’espérer ne toucher aucun organe vital. C'est alors qu'un cri de douleur raisonnait dans le couloir, alors que la créature digitale recevait de plein fouet l'attaque de la jeune femme.

Au sol sans avoir peut esquiver, il grognait lorsqu'il ressentait la pression du pied de la capitaine de la garde sur sa main, avant de tourner la tête sur le coté et de la regarder. Le tranchant de l'arme le menaçait alors qu'elle se moquait de lui.

"Sonic… Peut être qu'au final j'aurais mieux fait de le convaincre de vous rejoindre ou rester avec lui à la salle d'arcade..."

Le hérisson noir fermait les yeux un instant en inspirant profondément.

"Mais il est au moins aussi naïf que vous tous réunis !"

Dans un grognement de douleur, il saisissait le manche de la hache fermement de son autre main, avant de tirer sur l'arme de toute ses forces afin de se dégager de l'emprise de la guerrière et de projeter un violent coup de pied dans le torse du soldat venu l'attacher après s’être redressé. La violence du coup était bien plus importante que tout ce qu'il avait peut démontrer jusque là, alors qu''il était assez facile de remarque qu'il tirait clairement sur une corde bien plus fragile que ce qu'il aurait souhaité. Il dégainait alors son katana et se défendait contre les assaut des lancier, tranchant les manches des armes avant de les frapper du dos de la lame, asseyant de les viser à la tête pour les sonner avant de simplement les charger pour se dégager de cette mêlée désavantageuse.

A peine avait il fait quelques pas qu'il ressentait alors deux point douloureux de plus dans son dos, posant un genoux à terre en grognant.

"De qui je me moque… Je suis au moins aussi idiots que vous, sinon je me serais contenté de vous tuer ou d'utiliser des explosifs..."

La respiration haletante de Shadow ne laissait aucun doute sur le fait qu'il avait finalement atteins ses limites physiques. Il tentait bien de se relever et de partir en titubant avant de retomber, cette fois sur son autre genoux.

"Fait ce que t'as à faire… J'abandonne…"

Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
500/500  (500/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 12 Sep 2016 - 23:11

Fiona haussa les sourcils alors qu’un rictus vint déformer son visage lorsque Shadow se permit encore, dans sa situation, de se moquer des gardes. Elle n’était pas aussi intransigeante que pouvait l’être la générale à propos des « héros de la lumière » mais à ce moment-là elle devait bien admettre qu’ils avaient cette fâcheuse manie d’être de véritables starlettes !
Mais la capitaine fut surprise, oui, lorsque l’hybride posa une main sur la hampe de sa hache et la tira vers lui. Elle ne lâcha pas prise aussi facilement qu’il semblât, non… La force qu’il avait déployée n’était pas la sienne. A aucun moment la capitaine des gardes n’eut l’impression de ne pouvoir rivaliser avec cette force que Shadow découvrit.

Elle n’eut à vrai dire, en réponse à ce dernier souffle, que deux instincts, deux réponses. Son corps lui dicta d’arracher sa propre hache des mains de son prisonnier et de l’abattre sur ce dernier pour l’exécuter. Elle en avait la force, elle en avait le droit… Face à ses nombreuses doléances, le renégat n’avait toujours pas renoncé et avait blessé ses hommes, aussi, impunément pouvait-elle l’abattre. Mais elle ne le fit pas, au contraire, car son deuxième instinct lui cria qu’il ne devait pas forcément mourir de sa rébellion.

Et le temps de réfléchir, le temps de s’arrêter de faire un mouvement trop sanglant, Shadow saisit un instant l’avantage. La capitaine recula de quelques pas, saisissant une dague dans sa main gauche et un glaive dans sa main droite, tentant de prendre une ultime décision…

Ses quelques lanciers s’attaquèrent à Shadow avec peut-être la même appréhension, peu certains de vouloir l’abattre. Et leur faute fut la sienne. Elle avait hésité et les avait fait hésiter, c’était… impardonnable.
Fiona estimait être une personne… plutôt agréable, même carrément sympa. Envers ceux qui fautaient, elle essayait toujours de rester cool tout en appliquant les sanctions en rigueur. De surcroît, contrairement à sa supérieure, sa colère était rare et restait toujours dans un cadre personnel.

Mais là, Fiona était fâchée. Qu’il résiste encore était une chose qu’au fond d’elle-même, elle pouvait admirer… mais que même à ce stade, même surmené, il s’amusât à tenter d’assommer des hommes aussi forts qu’il l’était et beaucoup plus méritants qu’il ne le serait jamais, la mettait dans une rage noire.

C’était une vaste blague.

Elle lança sans hésiter une de ses dagues qui vint se planter dans le dos du hérisson qui commençait à s’enfuir… et un peu plus tard, un archer le toucha non loin de ce même impact, d’une flèche. Il était fini oui.
Ses hommes étaient blessés mais victorieux… Ils étaient saufs et conscients. Aucun de ces ridicules coups contondants n’avaient eu raison d’eux. Oui, ils avaient gagné, et même à plate couture.

« Fais ce que t'as à faire… J'abandonne… »

Un sourire mauvais apparut sur le visage de la capitaine. Elle glissa son glaive sous sa ceinture et mit une main à son dos, saisissant son arbalète. Elle encocha un carreau en une petite seconde et visa Shadow.
« Trop généreux. »

Elle tira sous l’exclamation de ses gardes, alertés par son geste. Le carreau d’arbalète tiré d’à peine quelques mètres traversa la poitrine de Shadow et le mit pour de bon au sol.
Lorsqu’elle baissa la crosse de son arme, la tenant toujours à deux mains, Fiona fixa un instant le corps inerte du renégat. Elle ignorait s’il était mort ou vif… et savait qu’elle n’aurait pas dû mais sut par-dessus tout qu’elle avait agi. C’est là ce qu’on attendait d’elle.
La capitaine rengaina son arbalète et regarda ses hommes avec son habituel sourire aux lèvres, chaleureux et encourageant.

« Au cachot. Vous enverrez le corps médical s’occuper de lui quand il y sera enfermé. »
La forme de vie ultime

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officier
XP:
217/150  (217/150)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 13 Sep 2016 - 2:57
Les limites de la patience

"Ca… C'était gratuit… Sale gar..."

La douleur qui venait de lui traverser le torse était insoutenable, lui coupant progressivement le souffle alors qu'il perdait connaissance. Sa vision se troublait, puis plus rien, il était incapable de bouger ou de parler.

Combien de temps passait ensuite, la créature faite de données n'en savait rien, de temps en temps des image lui venait dans son sommeil, des voix aussi, sa mémoire numérique faisant surface pour lui rappeler qui était Shadow, ou du moins l'original. Il en venait à regretter de ne plus être aussi implacable qu'avant sa rencontre avec Rouge et le Docteur. Il aurait anéanti le monde pour se venger à l'époque, mais il avait finit par se laisser attendrir par quelques souvenir et une jeune femme au cheveux blanc. Il finissait par rouvrir les yeux et se redresser sur une planche de bois recouverte d'une simple couverture. Les cachot du château probablement. Il posait alors sa main droite sur son visage, remarquant que ses chaussures à répulsion n'était pas à ses pieds et qu'on lui avait également retiré ses anneaux aux poignets et aux chevilles.

Étrangement, c'était un sourire qui se dessinait sur ses lèvres.

"Je suis vraiment devenu trop gentil depuis que je t'ai rencontré Rouge… J'aurais peut les foudroyer ou utiliser un lance-grenade, mais non, il a fallut que j'aille au corps à corps et que je me contente de les neutraliser."

Il se levait alors et se dirigeait vers la porte, tentant de la forcer en la tirant, puis en frappant à plusieurs reprise, avant de se rendre compte qu'il n'arrivait pas à employer son sort de foudre, pour une raison qui lui échappait, sûrement l'épuisement.

Il se mettait alors à tourner en rond dans sa cage un moment, réfléchissant à comment se tirer de ce mauvais pas. Des excuses ne suffirait pas et il s'attendait soit à pourrir ici soit à finir sa route une bonne fois pour toute, le dernier game over pour tout ceux qui perdait une vie en dehors de leurs jeux. Peut être simplement allaient-ils l'exiler, mais il n'y croyait pas trop. Adossé au barreau de sa cellule, il penchait la tête en arrière et regardait le plafond en soupirant, les bras croisé sur le torse, étrangement calme.

"Je ne sais pas ce qui est le pire, avoir du en arriver là pour qu'ils ouvrent les yeux sur ce qui les attend, ou de n'avoir aucune chance de la revoir, même si je n'en avais probablement aucune."

Il réfléchissait à voix haute sans se soucier de savoir si quelqu'un écoutait. De toute façon, le fait que des criminels ne quittant jamais cet endroit connaisse ses état d’âmes actuel ne le dérangeait pas, surtout vu leur absence de réponse.

"Bon, maintenant comment je me sors de là, Omega n'arriveras pas jusqu'ici sans se faire remarquer et je ne peux pas vraiment compter sur qui que ce soit d'autre..."

Noirâtre Acceptation

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
567/650  (567/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 20 Sep 2016 - 15:07
Mission accomplie...?

Alors, comme je te l'ai dit, cette notation m'a demandé pas mal de réflexion. Pour la même raison qu'entre admins nous avons du pas mal discuté de la réaction adéquate à adopter par rapport aux actes de Shadow.

Comme tout le monde le sait, toi y compris, le château de la Lumière est un peu vidé de ses officiers joués par des joueurs. Pourtant, après les actes de Shadow qui étaient d'une gravité assez considérable, il fallait qu'il y ait une réaction en rp. Dans le cas contraire, ce n'aurait pas été logique, ni rp : il y a toujours des gens irp à la lumière, même sans Ravness et Cissnei.

Il fallait réagir. Pourquoi ? Parce que Shadow (le personnage) a carrément dépassé les bornes. Ce n’est pas la première fois en fait qu’il s’en prend à d’autres membres de la lumière, qu’il en désarme ou qu’il en tabasse presque d’autres. Il était temps, tu ne trouves pas ?

Ce qui nous amène à la raison pour laquelle il a fait ça. Il voulait prouver quelque chose, que la Lumière n’était pas prête, que n’importe qui pouvait faire n’importe quoi et foutre un bon gros bordel dans le tas s’il en avait le désir : bref il voulait conscientiser la Lumière, les bouger. Devine quoi : nous n’avons rien contre ça. Le fait que ton personnage en ait marre et se rebelle contre la lumière, tu as sans doute eu raison de le faire et c’était rp pour ton personnage que je considère comme hyper impulsif. De la même façon, c’était roleplay pour nous de réagir avec le maître du jeu (avec Fiona) de façon adaptée à tes réactions et de faire en sorte que Shadow soit neutralisé.

J’ai néanmoins quelques critiques assez importantes que j’aimerais que tu prennes en compte à l’avenir si Shadow survit à sa détention et à ses blessures importantes :

Premièrement, parce que c’est la chose qui m’a frappée en lisant le premier message et je t’en avais déjà parlé dans une autre notation, il y a un problème de difficulté dans tes missions. Comme tu as pu le remarquer, j’ai donné une mission sans réelle difficulté à Shadow, une tâche ingrate en somme. Je pense que ce n’est pas la première fois qu’on lui en donne une. Pourtant, j’avais une très bonne raison de te la donner : comme je te l’ai déjà fait remarquer, tu as tendance à faire trop de missions difficiles par rapport à ton grade (présentement officier). Je voulais donc équilibrer la chose en lui donnant une mission réellement facile où il ne pourrait pas mettre de combat épique, augmentant la difficulté. Malgré tout, tu as quand même réussi à ajouter de la difficulté à la fin avec ta rébellion. Ce n’est pas la première fois qu’on te donne un intitulé de mission facile et que tu le transformes en rp en niveau périlleux et le système ne fonctionne pas ainsi. J’ai aussi cette impression que tu ne peux pas t’empêcher de mettre du combat systématiquement. Je pense que tu n’es pas obligé d’en mettre toujours et qu’on peut faire des rps très intéressants, mais c’est plus de l’ordre de la subjectivité. J’insiste surtout sur le fait qu’il faut vraiment que tu fasses plus de missions ou d’exploits dans des niveaux faciles et très faciles.

Ensuite, je passe à un autre problème qui est plus ou moins lié au précédent et que j’ai déjà pu remarquer dans d’autres rps également quand tu mets KO plusieurs personnes (parfois des officiers) alors que tu es toi aussi officier. Oui, je vais parler de god play. Shadow a vraiment trop de facilité à neutraliser les autres, à éviter leurs coups ou encore à endurer des coups sérieux sans réellement broncher. Le premier message comme les autres est concerné par ce problème. Il faut absolument que tu te rendes compte que tes statistiques ne te le permettent pas. Shadow est plus rapide que la moyenne certes, mais ce n’est pas non plus une fusée. De plus, il a une défense à peine plus haute que la moyenne et il a en face de lui des gardes de la lumière, donc pas des bleusailles. La défense est aussi l’indicateur de l’endurance : autrement dit, à l’heure actuelle elle ne te permet pas d’être rapide très longtemps. Voilà, ta force est plutôt bonne aussi mais pas extraordinaire, et pour finir : ta dextérité est elle aussi plus banale. Oublie donc que Shadow vise extrêmement bien.

Il faut vraiment que tu prennes conscience de cela, ce sera critique pour la suite. Rends toi compte aussi que dans le cas où tu fais un rp avec quelqu’un, un combat, ce n’est pas agréable si l’autre se surévalue. Je pense que tu avais déjà essayé de prendre ça en considération et de t’améliorer sur ce point (notamment en disant que Shadow est beaucoup plus faible que dans son jeu), mais il y a encore pas mal de travail à faire sur ce sujet, notamment par rapport au nombre. Plusieurs officiers, caporaux et un capitaine surpassent forcément un seul officier. De plus ils peuvent réagir à plusieurs en même temps. A plusieurs reprises, je pense que Fiona le tenait en respect et que Shadow aurait difficilement pu réagir, et pourtant il a continué en se sortant du problème d’une manière un peu aisée, c’est vraiment symptomatique d’une surpuissance.

Honnêtement, si le personnage de Fiona l’avait voulu et compte tenu du fait que il avait continué à se débattre, elle aurait tout simplement pu l’abattre. Là aussi, ça aurait été roleplay. Pourquoi en suis-je venue à ce sujet ? Je tiens vraiment à insister sur le fait que tu avais le droit de faire ce que tu voulais de ton personnage si c’était son style d’agir comme ça, mais il faut rappeler que c’était aussi une grosse prise de risque. Rends toi compte qu’il n’aurait pas été impossible que ton personnage ne survive pas à cet événement, parce qu’il s’était montré réellement menaçant et dangereux. Tu avais peut-être cette éventualité en tête mais je tenais quand même à le préciser, au cas où. Quand un personnage prend de gros risques, il ne faut pas que le joueur se dise que son personnage survivra quoi qu’il arrive puisqu’il n’a pas donné son autorisation pour le faire mourir. Sur ce forum, on a le droit de tuer le personnage d’un autre si la situation le suggère ou l’impose, c’est d’ailleurs précisé dans le règlement. Voilà, ce n’était pas un reproche, juste un petit rappel à titre informatif.

J’ai envie de conclure sans parler des fautes de français, c’est important, mais un peu secondaire par rapport à l’importance d’être roleplay. Donc voilà, on n’est pas contre et on est même plutôt contents que certains créent des événements impromptus et se rebellent par rapport à leur groupe. On est aussi contents que la situation de Shadow change et que ça bouge à la lumière. Il faut juste que tu penses à faire ça dans les règles du rp, donc en essayant de prendre en compte les deux grosses remarques que je t’ai faites dans ce commentaire.

C’est très paradoxal du coup par rapport à ce que je t’ai dit sur la difficulté et je tiens à ce que tu fasses plus de mission faciles mais voilà :
Mission avancée : 30 points d'expérience + 290 munies + 3 PS... en défense !

Je t’ai mis un malus symbolique de 10 munnies. Je ne pense pas que ça fait une réelle différence pour toi mais je veux surtout que tu te rappelles qu’il y a des choses à revoir ici et j’aimerais que tu y réfléchisses dans le cas où Shadow réussit à s’évader. Être roleplay et fairplay c’est quand même la chose la plus importante sur un forum rp et c’est ce qui donne aux autres l’envie de rp avec soi.
messages
membres