Derniers sujets

Coeur Oublié

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Mort ou vif Left_bar_bleue317/350Mort ou vif Empty_bar_bleue  (317/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 4 Avr 2016 - 17:52

Les fumées de Leicester furent en vue pour la jeune rate peu avant l’heure du dîner, celle-ci ayant chevauché toute la matinée afin de ne pas manquer le rendez-vous que le shérif lui avait fixé aujourd’hui. L’ours avait appelé Freyja sous la tente de commandement tôt le matin afin de l’envoyer en mission urgente : le recrutement d’un nouveau membre, ou son élimination. Elle ignorait encore son réel objectif. La cavalière tira sur les rennes de l’animal, le mettant au pas afin de lui permettre de souffler un instant. Caressant doucement son encolure afin de le remercier, la jeune rebelle relâcha ensuite son emprise sur les lanières de cuir pour permettre à la jument de s’abreuver à la rivière où ils venaient de s’arrêter. Profitant de ce moment de pause, la jeune femme  étira ses bras et craqua sa nuque avant de glisser ses doigts en dessous de la cape des brigands afin d’en retirer l’avis de recherche répondant au nom de Dolce.

L’homme apparaissant sur le papier n’était pas un monstre, en comparaison avec Kefka, mais il n’était pas pour autant ce que nous pouvions appeler un chic type. Il était responsable de nombreux incidents dans les villes aux alentours de Nottingham, au point d’avoir une prime de cinq cents munnies sur la tête.

Le chien aux boucles blanches avait été aperçu dans les alentours de la ville récemment et semblait s’être installé dans la région sans pour autant avoir fait parler ses talents d’antan. Une vieille annonce placardée sur la place de Leicester l’aurait trahie lors de l’un de ses passages en ville, invitant un habitant à prévenir le seul défenseur encore présent dans ce monde. Voici donc la raison pour laquelle Freyja avait été dépêché ici, en apprendre plus sur ce Dolce et choisir ce qu’il fallait en faire. Elle ne comprenait pas pourquoi le shérif lui avait confié cette tâche, beaucoup de personnes dans le camp ne lui faisait toujours pas confiance et attendait le bon moment pour prévenir Ravness afin de l’envoyer aux fers définitivement. Peut-être un moyen supplémentaire, à la hauteur de Petit-Jean, afin de faire comprendre aux autres rebelles que la jeune femme n’était pas une ennemie. Elle allait accomplir cette tâche au mieux, sachant pertinemment que sa décision allait avoir un impact direct sur la vie du pauvre hybride. Que ce soit en bien ou en mal.

Les quelques minutes de pause finies, la cavalière reprit sa route et se rapprocha de la ville à bonne allure, espérant retrouver la personne ayant signalé Dolce à la rébellion. Même si la lettre confirmait qu’il vivait en ermite dans les bois avoisinant, elle n’avait aucune connaissance des lieux et n’aurait gagné qu’à se perdre dans ce dédale de branche. Il ne fallut pas plus d’une vingtaine de minutes pour que la jeune rebelle franchisse les portes de la ville, et pour qu’elle se rende compte que la situation de Nottingham n’était pas isolée. La guerre ne faisait des ravages jusqu’ici et il ne fallut pas plus qu’un coup d’oeil pour le comprendre, c’est dans cette atmosphère que Freyja s’engouffra dans la ville, presque honteuse de pouvoir manger et boire au camp de Robin ou d’être assise sur un cheval à cet instant.

La capuche recouvrant son crâne, il ne fallut pas longtemps à la jeune femme pour qu’elle trouve la place du village ainsi que le panneau ou se trouvait les annonces de la ville. D’un seul mouvement, elle descendit de l’animal et l’attacha à l’un des nombreux poteaux bordant la place et se rendit devant le tableau pour ensuite découvrir son visage et rechercher le même avis qu’elle avait dans la poche. Entre les informations de taxe, les reventes d’objets et les annonces de la ville, son portrait trônait autour d’autres personnes recherchées. Tel que Robin des Bois, Petit Jean ou même Ravness pour une somme d’autant plus important que celle du pauvre Dolce, à se demander pourquoi un habitant de la ville ait pris la peine d’avertir la rébellion de sa présence.

Je m’attendais à ce que vous arriviez bien plus tôt que cela…
Surprise, Freyja se retourna pour voir un homme-chien pas plus grand que le renard. Son pelage était blanc, mais recouvert de poussière, bouclé sur toute sa surface et en particulier autour de son museau. Sa truffe noire remuait devant la jeune rate alors que son regard bleu analysait la rebelle de toute sa taille avant de sortir sa patte et la tendre en sa direction.

Dolce, comme l’indique ce splendide portrait. Et chercher pas plus loin, c’est moi qui ait envoyé la prime à la bande Robin, fallait que je vous parle.
Un peu abasourdie, la rebelle finie par attraper la patte du chien et la serra un instant avant qu’il ne l’engouffre de nouveau dans ses poches. Il tourna le regard pour observer la place et s’adressa de nouveau à la rate.

Prenez votre cheval et suivez-moi. Je ne pense pas que vous ayez super envie de discuter au milieu de la place avec moi, surtout si un des gardes de Kafka ce ballade et reconnaisse la cape qui vous donne un air si jovial à la rébellion.
Hochant de la tête, Freyja se retourna et détacha l’animal avant d’emboîter le pas de l’homme qu’elle se devait de retrouver. Et à vrai dire, elle ne comprenait pas vraiment la situation. Pourquoi avait-il pris le risque de rentrer en contact avec la rébellion, surtout après avoir été dans le collimateur du shérif pendant tout ce temps ? L’ours avait parlé d’un homme insupportable, avec un caractère de chien et une manie de faire parler sa magie plutôt que la diplomatie. Cela rassura Freyja de l’intérieur, elle s’était déjà imaginé les pires scénarios durant le voyage et se voyait ramener la tête de Dolce plutôt qu’un nouvel allié. Les deux hybrides quittèrent la place et s’engouffrèrent dans les rues pour finalement quitter la ville et se diriger vers les bois. À chaque fois que Freyja tenta d’engager la conversation, Dolce répondait par une phrase courte ou une insulte afin de faire taire la rebelle. Prétextant que bien trop de personnes pouvaient entendre ce qu’il avait à dire.

C’est finalement au bout d’une demi-heure que l’homme recherché daigna ouvrir la discussion, au moment ou les deux personnages arrivèrent dans une clairière dans laquelle se trouvait une tente ainsi qu’un feu de camp consumé.

- Ce n’est pas un trois-étoiles, mais tu ne dois pas vraiment être habitée à mieux dans le Forêt de Sherwood. Un café ? Vous devez avoir fait une sacrée route pour venir me voir.
- Volontiers.

L’homme-chien s’approcha du foyer éteint, il y déposa une bûche et l’enflamma l’instant d’après à l’aide d’un brasier. Il se retourna ensuite vers sa tente, attrapa une bouilloire et rempli d’eau en tournant sa patte au-dessus de celle-ci et la posa sur les flammes déjà vive. Maintenant qu’il avait lancé ses affaires, il se retourna vers la rate en exhibant ses dents dans un sourire moqueur.

- Impressionnez ? Je sais, je fais cet effet-là à tout le monde, c’est pas courant de voir un mec capable de telle prouesse ! Du moins, avant que l’autre clown se pointe et crame la moitié de la forêt. Sale époque… 
- Celle où vous allumiez les incendies ?

Il se crispa, effaça son sourire et s’approcha de la jeune femme la pointant d’un doigt accusateur. La jeune rate n’avait pas réfléchi avant d’ouvrir la bouche, le simple fait qu’il mentionne l’incendie l’avait tout de suite braquée.

- Ola ma petite dame, je vous invite chez moi et tu m’insultes ? Ce n’est pas très poli ça ! Je me pointe avec toutes les bonnes intentions du monde et vous parvenez à cracher dans la soupe ?
- J’ai un problème avec les pyromanes…
- Oh, une rebelle qui n’aime pas voir des feux de bois ? Marrant, moi, j’ai jamais cramé la gueule des gens… Seulement leurs auberges pour quelques pièces, je suis un chic type ! Pas une putain de psychopathe ! Ça vous pose problème, ou je dois m’arranger pour avoir le renard à ma table plutôt qu’un sous-fifre ?
- Navré, ça n’arrivera plus.
- J’aime mieux cela.

Freyja serra les poings, prenant sur elle-même alors que Dolce revenait au niveau du feu et prit place sur un tronc d’arbre couché dans la clairière. Il invita la rebelle de faire de même et reprit ensuite la parole.

- Donc, pourquoi sommes nous là ?
- À vous de me le dire, vous avez cherché à nous contacter.
- T’as pas une petite idée ? Allez, il n’y a pas que des imbéciles chez les rebelles.
- Vous ne le faite pas de gaieté de coeur, la clown doit être mauvais pour vos affaires.
- Presque ma jolie… Oh attend, le café est prêt.

Il se releva et attrapa la bouilloire qui venait de commencer à siffler. Il attrapa ensuite deux tasses, versa le café moulu à l’intérieur et le dilua dans l’eau chaude avant de tendre la tasse à la rebelle et reprendre la discussion.

Ne soyons pas idiot, avec l’envoyée de la Lumière à votre tête, il y a de fortes chances pour que vous gagniez cette guerre et que le clown disparaisse en même temps. Et que se passera-t-il ensuite ? Tout reviendra comme avant ! Robin volera les riches pour donner aux pauvres et l’ours reprendra son rôle de shérif, et moi dans tout ça ? Et bien, je reviendrais à l’ordre du jour et on me traquera dans tout le royaume
Plus il parlait et plus la jeune rate comprenait où il voulait en venir. Il ne cherchait rien d’autre qu’une échappatoire au cas où Kefka se ferait détrôner. Il s’était caché depuis longtemps dans les bras, mais l’instant ou le clown ne sera plus un problème, il ne tardera pas pour que la garde se remettre à traquer les anciens criminels du pays.

- Et moi dans tous ça…
- Et vous dans tous ça… Vous allez louer vos services aux plus offrant afin de vous faire une place dans le prochain royaume, comme faire disparaître cette prime et ne plus avoir à vous cacher dans les bois.
- T’as tout compris, nous avons un marché alors ? Je dois attendre que le clown se pointe pour faire une proposition bien plus alléchante que la tienne ?

Dolce avait repris le même sourire que tout à l’heure, il savait que nous ne pouvions refuser son aide. Ou du moins, elle serait précieuse dans les plans des dirigeants de la rébellion. Même si le shérif avait souligné le fait que sa prime était toujours de rigueur, il n’avait pas omis de dire que l’homme était un homme capable de changer la donne. Heureusement, elle n’avait pas besoin de le convaincre de se joindre à la rébellion car il avait déjà prévu tout depuis le début. Il ne lui manquait qu’un coursier pour le faire rentrer chez les rebelles. Freyja souffla un instant sur la tasse et bu une gorgée du café amer proposé par l’homme-chien, elle reposa la tasse devant elle et se leva à son tour.

- Ce n’est pas à moi de décider, mais cela, je pense que vous vous en doutez. Si nous partons maintenant, nous serons au camp de Robin avant la nuit et vous pourrez trouver un arrangement avec le shérif.
- Laissez-moi deux minutes pour réunir mes affaires et nous pourrons partir. J’adore quand un plan se passe dans accro, pas vous ?
- C’est cela…



_______________________________
Le Drapeau Blanc

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Mort ou vif Left_bar_bleue225/550Mort ou vif Empty_bar_bleue  (225/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 28 Sep 2016 - 23:50
Mission accomplie.

Je vais être assez court, sans doute.

C'est une bonne mission. Maintenant, elle n'est pas très soignée. Y a pas mal de fautes très bêtes que tu aurais pu éviter en te relisant. Très sérieusement, ton orthographe s'est tellement améliorée ces dernières années que quand je vois ça, je me dis... bif bof ^^.

Et ce sont vraiment de bêtes erreurs.

Je vais pas en faire des caisses parce que cette mission a déjà... cinq mois. Ca sert à rien de faire un laïus sur des fautes.

Donc je vais essayer de faire du reste un bon conseil général...

Ce que j'ai trouvé dommage, c'est finalement la résolution de la mission. C'était donc Dolce lui-même qui avait signalé sa présence à la rébellion, pour que celle-ci vienne à lui.

Ok, je trouve que c'est une bonne idée. Mais alors pourquoi je trouve ça dommage ?

Parce que Freyja, deux fois sur trois, quand tu reçois un intitulé de mission, tu détournes la mission ^^. Soit tu décides de changer la narration, soit la mission change un peu. Ce n'est jamais un problème en soi mais... le problème est qu'ici, ça n'a rien de surprenant puisque tu ne fais quasiment jamais de mission un peu classique où tu obéis simplement à un intitulé.

Mon conseil est simple/... Le fait d'alterner entre le classique et l'original, c'est ça qu'on appelle "varier".

Il faut toujours rendre une mission ou un rp en général intéressant. Et c'est possible sans détourner l'ordre de mission.
C'est une bonne mission à part ça, évidemment. Dommage que tu en aies fait un chien, on en a déjà trois cent milles dans le camp de kefka;

Oui c'est une chouette mission.

Mission facile : 11 xp, 110 munnies et 2 PS en dextérité (pour l'équitation).




_______________________________
Mort ou vif Signatureprimus
messages
membres