Derniers sujets
» L'appel du changement
par Kurt Brown Aujourd'hui à 16:45

» La voix des anges
par Daenerys Targaryen Aujourd'hui à 13:35

» À la croisée des Mondes
par Milla Maxwell Aujourd'hui à 11:59

» Au cœur des festivités
par Chen Stormstout Hier à 15:51

» Bouc émissaire
par Agon Wiley Mer 21 Juin 2017 - 21:10

» Les Orphelins
par Général Primus Mer 21 Juin 2017 - 19:09

» Entre ciel, terre et campagne
par Fabrizio Valeri Mar 20 Juin 2017 - 22:41

» De l'ennui naît l'horreur
par Maître Aqua Mar 20 Juin 2017 - 12:05

» Une menace qui plane
par Chen Stormstout Mar 20 Juin 2017 - 10:27

» Coeur de dragon
par Ulthane Lun 19 Juin 2017 - 16:48

» Préparation d'une somptueuse soirée
par Death Lun 19 Juin 2017 - 10:25

» Une main tendue
par Cissneï Dim 18 Juin 2017 - 22:22

» Un chant d'en bas
par Matthew March Sam 17 Juin 2017 - 20:41

» Evaluation post-traumatique
par Rufus Shinra Sam 17 Juin 2017 - 19:22

» Le bon, l'hideux et l'amoureux.
par Roméo Sam 17 Juin 2017 - 17:24


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Coeur de dragon
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dynaste de Rubis
Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
20/650  (20/650)
Mer 16 Mar 2016 - 22:51
Le bruit de ses pas résonnait dans le couloir vide, rapide mais mesuré. Aucune hâte ni aucun empressement. Le ciel pâle et le soleil naissant à l'horizon faisaient se refléter une lueur fantomatique sur les pièces de métal ornant sa chevelure. Chaque fenêtre offrait un pâle halo de lumière qui devenait plus brillant à la minute.

Il était en retard.

Si tôt, et pourtant. Cette dernière lecture n'avait pas pu être si longue, non ? Ce fut en laissant odieusement la Synthèse sur les écailles de dragon sur son bureau favori de la bibliothèque, à al merci de quiconque, qu'il se dit qu'il était peut-être temps de s'agiter quelque peu. Les jours se rallongeaient, et lui, d'habitude si précis, s'était laisser aller au mépris de son emploi du temps chargé. Une petite heure de lecture s'était allongée, et le voilà qui s'agitait pour rejoindre le vaisseau qui devait l'emmener à la Terre des Dragons.

Le but de sa lecture, de toute évidence.

Aujourd'hui était un jour tout particulier. Bien que le sans-cœur fut ce qu'il fut, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver un intense engouement pour sa mission. Une excitation des plus minimes, pourtant refoulée aux limites de sa conscience, occupait néanmoins tout son esprit. Son visage pâle et dégagé affichait une mine concernée, trop légèrement différente de son habituel calme. Ses cheveux, habilement retenus en arrière, tressés et attachés, allaient de pair avec ses vêtements ombres, pratiques. Pas de manteau ample, simplement une longue veste, redorée de quelques pièces d'armure. La majorité de ses protections étaient magiques ; le dragon maîtrisant la foudre, il ne fallait quand même pas tenter le diable. Ses yeux luisaient déjà de son anticipation.

Du dédale de couloirs qui composait le Sommet des Arts, il passa par une cour intérieur, puis une avant-cour : l'architecture des lieux ne le retenant pas pour le moins du monde. Il se laissa aller à une petite note intérieure sur la beauté des lieux et puis passa son chemin. Ce monde était beau. Oui, certes. Quelque chose de plus intéressant l'attendait après tout.

Il s'approchait du lieu de rendez-vous, qui n'était qu'un point d’atterrissage commun de vaisseaux faisant souvent la liaison entre les mondes du Consulat et les autres. L'idée de plusieurs mondes lui était toujours tellement étrange.... Cette idée là, il avait plus de mal à la mettre de côté. Tellement de choses qui puissent coexister dans un même univers ? C'était plausible, mais dur à concevoir. C'était un défi comme tant d'autres.

Le bruit le tira de ses pensées. Un vaisseau s'élevait dans les cieux, là, et ici, un conducteur encore légèrement ensommeillé lisait un journal dans son uniforme fraîchement repassé. Un chat sautait sur un rebord de fenêtre, cherchant un endroit à l'abri du vent mordant de la matinée. Chaque respiration était un souffle de fumée blanche, le givre resterait encore une heure, peut-être moins sur les toits. Le soleil peinerait à dégeler l'endroit. La place, pavée de fort jolie manière, était tout ce que le Consulat pouvait rêver pour un premier endroit à faire voir à un visiteur. Même le chat était propre.

Sauron se dirigea vers le poste de départ alloué au vaisseau qui m'emmènerait, lui, ses alliés ainsi que tout leur matériel. Pour cette mission, il devait admettre qu'il avait vu grand. Pas dans une démesure totale, mais tout de même. Il paraît à toute éventualité et, avec les talents de son équipe ainsi que le budget, il avait pensé pouvoir se le pemettre.

Au pire, quelques chaînes de mithril  n'étaient jamais de trop dans tout bon quartier général qui se respecte ?

Une bonne partie du matériel avait – il espérait, été installé à l'avance. Cela faudrait-il encore aller vérifier. Il n'avait pas une confiance complète dans ses nouveaux alliés. Bien-sûr, eux non plus ne devaient pas lui faire absolument confiance. Cela allait de soi, pensait-il. A propos d'alliés, et d'ailleurs à propos des siens, il songea un bref instant à ses compagnons d'infortune. Il connaissait leur noms, bien sûr, et avait même aperçu Ulthane à plusieurs reprises. Assez pour pouvoir le reconnaître.... Non pas qu'il soit difficile à reconnaître. A cela s'ajoutait Cassandra Pentaghast, du Sanctum.

La religion n'avait jamais été le fort de Sauron, et, s'il devait croire en quelque chose, alors il préférait être lui-même la croyance de ses fidèles, honnêtement parlant. Contrairement à Ulthane, il n'avait aucune idée de qui cette personne pouvait bien être, mais cela dit ; il n'avait qu'une vague idée de ce dont Ulthane était capable... Sur le papier, certes, tout était écrit noir sur blanc, et annoté de sa propre main. Il n'avait cependant aucune idée de comment ces mots allaient se transformer en actions. Comment les capacités de ces petits curriculum vitae allaient se mettre en action.  

« Bien le bonjour. » lança-t-il, une fois arrivé. « Je me nomme Sauron, Général du Consulat, c'est un plaisir de vous rencontrer. »

Il sourit aimablement, s'inclina respectueusement. Tout allait bien se passer.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
320/400  (320/400)
Mar 22 Mar 2016 - 21:39

L’heure du déjeuné n’était pas encore annoncé par l’hôtesse au moment où Pentaghast descendit les marches de l’escalier de l’auberge dans laquelle elle avait couché pour la nuit, le bruit de ses bottes résonnant dans la salle commune encore vide à cette heure de la matinée. Le soleil commençait seulement sa lente ascension et le patron de l’établissement venait à peine de recevoir la commande qu’il avait passé la veille à la boulangerie du centre de la ville. La garde du Sanctum était déjà apprêtée pour rejoindre ses compagnons, mais devait attendre que les propriétaires de l’endroit soient levés pour quitter les lieux. Qu’elle soit ici ou dans son monde natal, elle se devait d’observer les règles de politesse et remercier les personnes l’ayant recueilli la veille de sa mission en collaboration avec le Consulat, même si cela devait passer par une attente interminable dans une salle vide et froide.

C’est avec un brin de lassitude que la jeune femme tira une chaise et s’assit à l’une des tables de la salle, attendant dans son armure de plates qu’un des deux propriétaires passe par ici pour qu’elle puisse ensuite rejoindre ses compagnons avant de quitter ce monde pour la Terre des Dragons.

Perdue dans ses pensées, due à l’attente à laquelle elle n’était pas habitué en règle générale, Pentaghast se questionna intérieurement sur les choix de ses supérieurs. Pourquoi avait-elle été envoyé pour cette mission ? Elle qui passait plus de temps qu’aucun autre en ronde dans les rues de la Citadelle, elle n’était probablement pas aussi qualifiée que le Paladin en chef lui-même ou encore Sir Valeri. Tout deux ayant passé plus de temps dans d’autre monde ou ayant rempli bien plus de missions au nom de la Déesse, leur foi et leur dévotion n’étant plus à prouver comparer à la jeune garde. Une question en amenant une autre, la jeune femme se questionna aussi sur les raisons pour que le groupe des artistes demande au groupe religieux de l’aide pour ce genre de manoeuvre. Peut-être dans le but de prouver la loyauté des fidèles d’Étro quant à l’accord signé entre les deux groupuscules ? La garde l’ignorait, elle ne prenait et ne prendrait peut-être jamais part à ce genre de décision et c’était mieux ainsi.

Mademoiselle ?
Surprise, la jeune femme relevait le regard et quitta ensuite sa position pour se mettre au garde-à-vous devant la propriétaire de l’établissement, apparemment inhabitué a voir des clients aussi tôt dans la salle et à se faire saluer de la sorte.

- Pardonner-moi, je ne voulais pas vous effrayer.
- Il n’en ait rien. Je vous attendais afin de vous remercier de m’avoir hébergé pour la nuit, mon séjour dans votre auberge me fut des plus agréable.
- Oh… Eh bien merci, mais vous n’attendez pas le déjeuné pour nous quitter ? Nous avons reçu des viennoiseries ce matin, ce serait bête de ne pas en profiter. Surtout que c’était compris dans le prix de votre séjour.

L’image d’un croissant traversait l’esprit de la garde, et l’idée de rester cinq minutes de plus à cette table avant de rejoindre les transports Shin’Ra n’était pas non plus désagréable. C’est un sourire aux lèvres que Pentaghast accepta la proposition et se rassit à table alors que la gérante revint cinq minutes plus tard, portant un tableau ainsi qu’un tasse de café pour la garde. Espérons que cette fois, la jeune femme n’ait pas le mal des transports en accompagnant les consuls.

C’est une heure plus tard que la fidèle d’Étro passa la porte de l’auberge pour se rendre au point de rendez-vous. Elle était resté avec la gérante à discuter de la ville des consuls et de ce qu’il avait apporté aux Jardins Radieux et surtout, des informations sur les compagnons qu’elle allait accompagner. Seulement des noms apparaissaient sur son ordre de mission, et la gérante avait permis de donner une idée de ce qui l’attendait. Le dénommé Ulthane serait de consul de la forge, autant connu pour la maitrise de son art que son humeur et qu’il avait été l’une des premières personnes à défendre la ville le jour ou la Coalition Noire avait attaqué. Quant au second, elle ne savait au final pas grand chose sur cette personne. Sauron serait une personne fort discrète parmi les consuls et seuls ses frères amis de la littérature le connaîtraient vraiment. Et malheureusement, Pentaghast ne pouvait plus se permettre un détour pour en attendre plus, elle risquait d’être en retard, chose qu’elle détestait le plus au monde.

Et cette chose que la jeune femme dépréciait, il semblerait que ses compagnons le temps d’une mission ne soit, pas le moins du monde, dérangés. Pentaghast attendait devant le hangar de la compagnie interstellaire une heure durant qu’arrivent les deux consuls, contrairement à leurs équipements qui s’amoncelaient devant le transport. Finalement, alors que la garde avait écarté le protocole pour s’appuyer contre le mur afin de reposer ses épaules et ses mollets. Un homme élancé, grand et fin à la chevelure rougeoyante s’approchait de la dame pour finalement faire la révérence à son intention.

Vous êtes en retard… 
Le regard sévère, la garde ne quitta pas des yeux l’homme pour finalement se redresser et s’approcher du dénommé Sauron.

Pardonner mon insolence, je n’ai pas l’habitude de trainer à ne rien faire dans les rues. Je me prénomme Pentaghast, commandante de l’ordre de Templier du Sanctum. J’ai été désigné afin de vous accompagner dans votre manoeuvre et j’espère pouvoir me rendre utile.
Elle finit sa phrase par un hochement de tête dans sa direction pour porter son regard derrière l’homme qui venait d’arriver.

Ne deviez-vous pas être deux ?



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marteau noir
Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 25
Localisation : La Forge improvisée du consulat
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
97/270  (97/270)
Dim 3 Avr 2016 - 0:39
Y faisait co sombre dehors. Je m'étais couché tôt pour être sur d'pas arriver en retard,  après une semaine d'préparation faudrait pas louper l'voyage.
Y devait être une bonne heure avant l'aube et j'finissais d'charger les dernières caisses d'équipement sur l'chariot qu'Chen m'avait prêté pour l'occasion. Les roues grinçaient sous l'poids des cinq caisses massives, j'espérais qu'ça tiendrait l'trajet. C'bruit m'suivit à travers les rues désertes à cette heure d'la nuit.
J'avais pas l'habitude d'me lever si tôt, pendant certains boulots, c'était même plutôt l'heure où j'me couchais. Les allées si animées l'jour laissaient place la nuit à un silence brisé uniquement par l'son métallique d'mes bottes et l'grincement d'la carriole agonisante.

Au bout d'quelques minutes j'arrivais enfin devant la station Shin'Ra, un des rares bâtiments illuminé pour ses voles de nuit. J'me suis arrêté un moment, l'temps d'sortir d'ma poche l'papier où j'avais noté l'numéro d'la piste et celui d'not' vaisseau.
J'me remis en route tout en regardant les panneaux d'indication d'la station. J'venais d'trouver not' transport quand j'vis un employé d'la compagnie courir vers moi en agitant ses bras.

« -Qu'est ce que vous faites ?! Foutez-moi le camp d'ici, vous n'êtes pas autorisé à circuler avec ça sur les pistes !
-J'suis ici en mission pour l'Consulat, Rhapsodos a réservé un vol pour la Terre des Dragons, ce matin, pour moi et les deux personnes qui doivent m'accompagner, j'ai l'papier ici. »

J'sortis un autre papier sur lequel s'trouvaient les infos d'réservation envoyé par Génésis. Le p'tit gars la prit pour y jeter un œil.

«Effectivement, trois réservation... Terre des Dragons... la date est bonne... c'est en ordre. Mais cela ne m'explique toujours pas ce que c'est que ça ! »

L'employé pencha la tête de côté et pointa du doigt la charrette et les caisses derrière moi. J'suivis son regard n'sachant pas bien où il voilait en venir.

« -Ça ?... Beh c'est l'équipement nécessaire pour la mission, des armes, des armures et du matos spécial en plus. Tout c'qu'y faut pour chasser un dragon quoi...
-Les bagages doivent être enregistré à l’accueil monsieur, c'est le règlement.
-Ha ! Moi j'veux bien mais ça passera jamais sur les bandes, rien qu'dans celle-là y a bien deux cent mètres d'chaînes en mithril, j'sais bien qu'le mithril c'est sensé pas être lourd mais j'ai pas eu la main légère pour c'qui est de l’épaisseur des maillons, avec les dragons vaut mieux prévoir large. Chacune d'ses boites pèse minimum une tonne. Du coup ça devrais être chargé dans la soute directement...
-Wow wow wow ! Une petite minute monsieur. Ce vol est un vol civile, pas un cargo. Le poids maximum de chaque bagage ne peut pas dépasser les 32 kilos et chaque passager peut emporter un maximum de quatre bagages. C'est une question d'ergonomie, si nous chargeons trop nos vaisseaux ils dépenseront trop de carburant. »

C'était impressionnant, vraiment. Habituellement j'voyais au moins l'intérieur du transport avant qu'on n'me fassent chier à la Shin'Ra, y font toujours plus d'efforts semblerait-il. Malheureusement pour moi, le p'tit gars avait pas l'air d'rigoler, et malheureusement pour lui, moi non plus. J'avais ni l'envie ni l'temps pour ces conneries.

« -T'es bien au courant qu'y a des dragons qui posent problème en Terre des Dragons, dis-moi ?
-Oui, mais ce n'est pas mon problème. Je ne peux pas vous laisser surcharger l’appareil !
-Mais est c'que j'dois t'rappeler qui nous envoi régler l'problème ?
-C'est Génésis Rhapsodos, c'est noté sur vos papiers...
-Bien, et maintenant est c'que j'dois t'rappeler qui dirige ce monde sur lequel tu travail, et qui pourrait très facilement transformer ta vie en enfer s'il apprenait que TU nous a empêché d'libérer la Terre des Dragons d'son fléau ?
-Heu...mais...le règlement...c'est pas ma...
-Y a un téléphone dans la station ?
-Heu, oui...mais pourqu...
-J'vais passer un p'tit coup d'fil au grand patron, et vu l'heur j'crois bien qu'y sera pas d'bonne humeur.
-Hin ? »

J'laissais là tout l'matos, et j'me dirigeais à grand pas vers l'entrée d'la station. L'employer resta là quelques secondes l'temps d'comprendre c'qui risquait d'lui arriver, avant d'commencer à courir derrière moi l'air paniqué.

« Non ! Monsieur, pitié ! On doit pouvoir trouver un arrangement !... »

---


L'soleil était déjà bien levé quand j'revenais enfin m'occuper de l'équipement.
À ma surprise, une p'tite dame en armure était appuyée contre l'mur à côté d'la charette et j'crus reconnaître l'maigrichon en robe rouge. Apparemment Sauron et not' compagnon du Sanctum étaient d'jà là. J'leur fis signe en agitant l'bras et les interpellai.

« Bonjours ! Désolé du retard, j'ai arrangé quelques problèmes concernant notre transport. Nous aurons l'vaisseau pour nous seul...par contre, si avant d'embarquer vous voyez des voyageurs en rogne n'y faites pas trop attention. »

Arrivé près d'eux, je serrais la main d'Sauron, ou du moins sa main serra mon doigt.

« Content d'enfin pouvoir faire plus ample connaissance avec not' stratège, rien d'mieux qu'une mission pour ça. »

Puis j'me retournais pour faire de même avec la p'tite du Sanctum.

« Ulthane, grand forgeron du Consulat, tu m'excusera d'reporter les présentations plus en détail, j'ai du matos à charger avant l'décollage et on part dés qu'le pilote arrive, ce qui devrait pas tarder. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dynaste de Rubis
Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
20/650  (20/650)
Mar 26 Avr 2016 - 17:43
L'apparition miraculeuse d'Ulthane -cela ne pouvait-être que lui à moins que le Consulat n'eut l'idée d'engager une armée de géants, sauva Sauron de l'inquisition préparée par la personne répondant au nom de Cassandra Pentaghast. Même s'il avait commencé à la détailler grossièrement, l'apparition du dernier membre de leur petite équipée changea nettement la donne ; il avait maintenant une personne avec qui la comparer, et également, il avait une personne à qui comparer Ulthane, en plus de lui-même. Cela pouvait paraître étrange, mais il se comprenait parfaitement sur ce point. Aussi inventif qu'il put être, son esprit fonctionnait rarement hors de son petit décan. Il aimait comparer les choses, en très très gros.

Et il n'y avait pas plus simple. Son esprit s'émerveillait devant tant de différences. Quoique ces deux personnes n'eurent pas l'air hors contexte dans un roman d'aventures, le stratège n'eut que rarement l'occasion de voir deux personnes si différentes. La jeune femme, Cassandra Pentaghast donc, était plutôt grande pour une femme, en réalité, en tous cas comparé à lui-même, qui se considérait de taille normale. Elle se tenait fièrement, la tête haute, des traits taillés à la serpe couronnés de courts cheveux d'un noir de jais. Quant à Ulthane, et bien, c'était Ulthane, tel qu'il avait pu l'apercevoir à quelques reprises déjà. Même si placer des noms sur les visages de chaque personne travaillant pour le Consulat était une tâche ardue, voire même difficile en quelques semaines, croiser et reconnaître Ulthane et ses trois mètres de haut n'était pas bien dur.

Le temps pris par Sauron pour ses élucubrations avait depuis longtemps laissé Ulthane se présenter et expliquer la raison de son retard. Et celui du vaisseau donc, de toute évidence, la mission commençait bien. Que faire maintenant ?

« Nous aurons tout le temps de parler du plan dans le vaisseau, le vol ne sera pas des plus longs mais il sera amplement suffisant. » commença le stratège. Il n'avait pas envie d'exposer son plan dans l'immédiat, comme un sauvage sur une aire d'embarquement là où des badauds pouvaient entendre.

Il fallait également dire qu'il n'était pas des plus loquaces – chose qui le surprit d'ailleurs. Il n'avait pas de sujet qui pourrait convenir à deux personnes comme celles qu'il avait actuellement en face de lui. D'autant plus que le forgeron s'en alla derechef charger les divers équipements de la mission. Pentaghast était aussi portée sur la parole qu'une gargouille, en parlant de ça. Les quelques minutes d'attente furent longues, voire même très longues alors que le léger bruit des badauds était aussi lointain que persistant. Le soleil venait d'apparaître, timide sur les toits, nimbé d'une brume tenace. L'année était bien entamée pourtant. Sauron ne sentait que trop peu le froid, ayant pris soin de s'équiper en conséquence pour le paysage montagneux que l'équipe allait affronter.

Lentement, presque trop lentement, ce qu'il devina comme étant leur vaisseau apparut dans leur champ de vision, depuis un hangar sur le rebord des pistes. Un monstre de métal et de blocs gummi, branché en plusieurs points à de longs câbles, le chargeant pour le départ. Son épaisse carlingue brillait des premiers éclats du soleil. Bien, c'était exactement le genre de transport requis pour le matériel, songea Sauron alors qu'il s'approchait alors que la machine s'était stoppée dans un doux bruissement métallique.

« Bien. » dit Sauron en s'installant confortablement sur l'une des nombreuses places vides du vaisseau.

Il avait choisi un coin spacieux -et par chance le vaisseau était plutôt haut de plafond, souci d'équité pour Ulthane, songea-t-il, garni d'une table. Il attendit que tout le monde se soit installé avant de commencer son explication.

« Il y a encore bien trop de zones d'ombres -notamment sur la topographie des lieux et les occupations exactes de ce dragon , pour me permettre de me prononcer clairement sur ma marche à suivre. Allez de votre point de vue et de vos opinions si le cœur vous en dit, je vous en prie, attendez néanmoins que j'aie terminé, ce serait d'une politesse... toute logique. »

Il fit une courte pause, croisant les jambes.

« Compte-tenu de l'absence d'installation préalable, nous devrons nous charger des piliers de mithril nous-mêmes. Ce métal est plus conducteur qu'un autre, c'est pourquoi j'ai privilégié le coût ainsi que la qualité de ce dernier. Il nous faudra les installer dans une vallée encaissée, un cirque ce glace, quelque chose qui aurait la forme... D'un amphithéâtre, si vous voulez. Mon cher Ulthane, j'espère compter sur toute l'étendue de votre expertise. Nous attirerons le dragons en son centre, et en toute théorie, la puissance de ses attaques électriques se verrait diminuées, qu'elles proviennent de lui-même ou bien qu'il puisse les invoquer d'une quelconque manière. Dame Pentaghast, je ne saurais qui recommander mieux que vous pour cette affaire. »

Son regard illuminé d'un intérêt pour ses propres propos allait de l'un à l'autre de ses coéquipiers. Clignant des yeux, il leur demanda.

« Vous me suivez ? »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
320/400  (320/400)
Sam 30 Avr 2016 - 14:59

L’apparition du second consul semblait faire avancer les choses, il annonça que la question du transport ainsi que des centaines de caisses marquées du sceau des artistes avait été régler par ses soins. Et compte tenu de la carrure du prénommée Ulthane, il serait étonnant que beaucoup de personnes ne lui refusent quoi que ce soit. Dire qu’il dominait la Templière d’une tête ou deux étaient pures euphémisme, il la dominait de bien plus d’une taille et malgré ses bonnes intentions envers l’envoyée du Sanctum, elle ne pouvait que se sentir intimider devant sa personne. Protocole obligeant, elle le salua respectueusement avant de le suivre sur les quais d’embarcation et contempla une fois de plus l’un des monstres d’acier de la compagnie. Pentaghast arpentait la piste au côté de l’homme à la chevelure de feu, silencieusement et s’interrogeant sur les mots utilisés par le géant il y a moins d’un instant. Il avait honoré cet homme du titre de Stratège, tout comme l’homme au corbeau résidant au Domaine Enchanté, pouvaient-ils avoir un quelconque lien ? Ce n’était que pure spéculation de sa part, abreuvée pas une méfiance qu’elle nourrissait pour un ennemi à mille lieux de sa position et diamétralement opposé à l’homme élancé qu’elle escortait.

Soufflant du nez par agacement, la jeune femme s’efforça d’écarter toutes ses pensées et se concentra sur le voyage qu’elle s’apprêta à faire. Un de plus, un de trop dans l’un des monstres de métal et elle sentit déjà son estomac se nouer dans ses entrailles.

Sauron entra en premier dans le vaisseau alors qu’Ulthane s’occupait de charger les dernières caisses dans les compartiments du vaisseau. Pentaghast suivait l’homme aux travers des longs couloirs de métal vitré, marchant entre les fauteuils pour finalement s’installer face au Stratège et l’observer avec plus d’insistance. Il était lui aussi plus grand que la jeune femme, et plus grand que la plupart des personnes résidant au Château du Roi Stéphane, d’une expression extrêmement calme et posée alors que lui aussi devait juger la personne assis face à lui. Aucun ne parla, attendant l’arrivé du troisième membre afin de parler du plan concernant l’animal qu’ils avaient à abattre, seuls les bruits métalliques résonnèrent dans la carlingue de metal entrecoupait le silence imposé. Après de longue minute, le chahut cessa pour être remplacés par l’empreinte du bruit de pas d’énorme botte de fer, Pentaghast remarqua du coin de l’oeil que le géant s’approchait et qu’il s’installa finalement au côté de la garde, profitant de l’espace de la cabine pour conserver toute sa hauteur.

Enfin que la troupe finie de s’installer sur la banquette, le Stratège prit la parole alors que le vrombissement du moteur traversa le vaisseau. Obligeant la jeune femme de fermer les yeux et serrer les poings afin de calmer cette frayeur, restant immobile quelques secondes avant de se reprendre et d’écouter le plan du Consulat.

Le plan était, d’apparence, simple. Il suffisait d’attirer la bête dans un piège dont le forgeron s’occupera de dresser les collets afin d’affaiblir la bête et de pouvoir combattre à arme plus ou moins égale. D’après les renseignements dont lui avait fait par le Primarque, l’animal faisait toujours le même trajet et était, pas extension, des plus prévisibles. Connaissant maintenant le plan d’attaque élaboré par le Stratège, il n’avait plus qu’à trouver le terrain propice dont il parlait afin de pouvoir attirer l’ennemi vers sa propre fin. Afin d’utiliser d’autre terme que ceux employés par Sauron, il fallait un appât afin de combattre Shen-Long dans les meilleures conditions, Pentaghast allait endosser ce rôle. Frottant un instant son menton de son gantelet, la Templière songea à ce qu’elle venait d’entendre avant de prendre la parole à son tour.

Je me chargerais d’attirer la bête dans votre piège, ce ne devrait pas être un problème. Du moins, s’il ne lui vient pas l’idée de me griller avant que je n’atteigne le collet que vous allez monter dans cet amphithéâtre. Je suis prête à endosser ce rôle, mais je n’ai malheureusement pas tous les accessoires disponibles pour ce genre de manoeuvre, ne serais-ce qu’une autre arme que mon épée à projeter afin qu’il me remarque du haut des cieux.
Une autre secousse remua le vaisseau, obligeant Pentaghast à se calmer intérieurement avant de faire une autre remarque à ses hôtes.

Avons-nous autre chose que les piliers de mithril pour combattre, ne serait-ce qu’un moyen de le maintenir au sol ?



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marteau noir
Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 25
Localisation : La Forge improvisée du consulat
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
97/270  (97/270)
Ven 13 Mai 2016 - 23:53
Mes deux compagnons étaient d'jà monté quand j’embarquais la dernière caisse portant la marque du Marteau Noir, quatre énormes caisses qui n'laissaient pas beaucoup d'place pour toutes les autres caisses plus p'tites du consulat...en même temps elles n'étaient pas à moi et n'avaient aucun rapport avec la mission. Un p'tit gars à côté d'moi, un technicien d'la Shin-Râ, grinçait des dents presqu'aussi fort qu'les trains d'atterrissage à chaque nouvelle caisse chargée.
J'pouvais enfin monter à mon tour.

Moi qu'avais pris l'habitude d'voyager avec les bagages, ça m'changait d'monter du côté passager et j'le sentais pas trop. Malheureusement Sauron semblait vouloir parler du plan là haut.
Comme je m'y attendais l'plafond était encore trop bas, pas l'plus bas que j'ai pu voir mais assez pour d'voir garder l'dos courbé. Heureusement les deux humains s'étaient installé dans l'fond près de l'espace des hôtesses où y avait juste la place pour m'permettre de m’asseoir à terre dans l'allée...il n'y aurait pas d'équipage autr' qu'les pilotes d'toute façon...''charge maximale réglementaire dépassée''...une connerie Shin-Râ du style.

L'engin démarra et le stratège exposa son plan. Jusqu' là rien d'trop nouveau, c'était pricipalement c'qu'y m'avait mis sur sa liste d'préparatifs. Non la chose inattendue elle vint d'la p'tite du Sanctum. Moi qui m'attendais à jouer l’appât, j'avais pas vu v'nir cette p'tite dame qu'avais l'air pas très fraîche au moment d'lancer sa proposition, son teint passait du rouge, au blanc puis au vert.
J'me penchais en arrière passant ma tête derrière l'rideau du compartiment avant d'me redresser en ramenant du fond un paquet d'sac en papier qu'je tendis au templier qui terminait d'parler.

« -...Avons-nous autre chose que les piliers de mithril pour combattre, ne serait-ce qu’un moyen de le maintenir au sol ?
-Bien-sur qu'on en a ! Les paratonnerres, c'est qu'la primière caisse. Pour c'qui est d'garder là bête au sol j'ai une caisse entière d'chaînes avec des maillons épais comme mon pouce.
Alors par-contre pour résister à la force d'un dragon j'ai encore été taper dans l'mithril, parc'que bon l'épaisseur n'servirait à rien si ça encaisse pas les coups derrière. Mais vous en faites pas pour la conductivité du matériau, j'ai pratiqué une oxydation anodique sur tout l'matos autre qu'les paratonnerres. Si vous touchez les chaînes une fois l'bestiau capturé vous risquez au pire d'avoir les cheveux qui frisent, en théorie.  Après j'connais pas la puissance électrique du monstre mais avec le traitement ça devrait aller. »


J'pris une p'tite pause pour sortir une liste d'ma poche et un dossier d'une des sacoches d'ma ceinture. Not' alliée du Sanctum avait commencé à déballer les sachets.
J'dépliais la liste avant d'continuer.

« Alors concernant la troisième caisse elle est remplie d'assez d'équipement taille humaine standard pour équiper une dizaine d'hommes s'il y en a qui nous accompagnent parmi les gardes locaux, tout traité pour réduire la conductivité. Si besoin, vous pourrez piocher là dedans pour vous couvrir. Là aussi, c'est du mithril. J'y ai aussi mis des armes, épées, lances, boucliers,... tout ça. »

J'repliais la liste et la déposais sur la tablette entre mes deux compagnons pour les laisser regarder s'ils y trouvaient leur bonheur. J'ouvris ensuite le dossier.

« C'document contient des infos récoltés par not' maître-brasseur lors d'sa rencontre avec l'dragon, ainsi que quelques cartes. D'après l'panda, Shen Long n'a pas l'air d'vraiment contrôler ses pouvoirs, y fait tomber la pluie et les tempêtes autours d'lui mais sans vrai précision. Pour ça les paratonnerres d'vraient faire l'café, pour peu qu'on les plante assez haut, ils d'vraient tout s'prendre. Avec la quantité prévue, on devrait être couvert à défaut d'être au sec.
L'gros risqu' c'est surtout sa force et sa mobilité. Toujours d'après Chen, c'est une vraie anguille et même si on arrive à lui passer les chaînes, faudra quand-même faire gaffe à ses griffes, sa mâchoires et sa queue. Oubliez pas l'était des forts où il est passé, c'était pas qu'avec d'la foudre qu'il a fait tout ça. Avantage pour nous, la bestiole est borgne, ce qui signifie qu'elle a un angle mort.
Ces infos sont fiables car croyez-le ou pas mais il arrive qu' Stormstout soit sobre... occasionnellement. »


J'passais l'dossier à Sauron avant de déplier une copie de carte d'la Terre des Dragons trouvées dans la bibliothèque du Jardin. Je l'étalais par terre pour qu'les notes que j'y avais ajouté soient visible de tous.

« Voilà, alors les lignes là, c'est les chemins par où on sait qu'le monstre passe. Comme nos gars ont tendance à l'perdre d'vue quand y prend d'la hauteur, l'tracé n'est pas complet, surtout autours d'ces montagnes là et quand y passe le fleuve là... »

J'faisais courir mon p'tit doigt le long d'la ligne pour illustrer mon explication, mon index leur aurait caché la vue.

« ...Pour c'qui est de '' l’amphithéâtre '' il y a des vallées et des passes qui correspondent à c'dont on a besoin là...là...là...et là. Malheureusement il n'y en a qu'deux sur l'chemin connu du dragon...
Là, c'est un ravin d'une centaine d'mètres de large. Si on arrive à l'attirer là dedans, on peut planter les paratonnerres sur les bords d'la crevasse et on devrait pouvoir y tendre les chaînes depuis les parois. Seul problème c'est que not' propre mobilité y serait réduite aussi.
Où alors là, C'est une plateau entre trois montagnes. Ça colle plus à l'idée d'amphithéâtre du stratège et on aurait plus de place pour bouger, mais l'endroit est plus large. Les paratonnerres seront plus éparpillés, moins efficaces donc, et on devrait fixer les chaînes au sol. »


J'avais l'impression d'avoir parlé pour une éternité. Par les hublots de l’appareil on pouvait d'jà voir la Terre des Dragons approcher.

« Après c'est vous qui voyez, ça reste un merdier dans les deux cas. 
Mais j'aimerais prévenir juste d'un truc. Tout mon stock de mithril est passé dans cette mission, y en a pour une fortune. Y m'en restait plus qu'une p'tite caisse et je l'ai utilisée pour me faire une couteau à dépecer format dragon et une scie à os.
J'ai bien l'intention d'utiliser sa peau pour des protections et mon Marteau Noir serait parfait avec un manche en os de dragon.
Pour que j'puisse tirer quoi qu'ce soit d'cette expédition, on a pas intérêt à s'planter. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dynaste de Rubis
Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
20/650  (20/650)
Mer 18 Mai 2016 - 2:06
« J'admet avoir des réserves quant à l'emploi de soldats locaux. » répondit Sauron. « Je propose que nous devrions les envoyer se charger des paratonnerres, ils connaissent forcément mieux le terrain que nous et nous feraient gagner un temps précieux. Quant à les employer dans le combat contre la créature même, ils seraient plus à risque de nous freiner. »

Sauron n'avait pas vraiment idée de l'étendue morale de ses compagnons du jour. Est-ce qu'ils se préoccupait de la vie de soldats ? Lui-même ne voyait pas d’inconvénient à s'en occuper lorsqu'il était possible de le faire ; après-tout une armée fournie et volontaire est bien plus efficace que des hommes ployés par l'inéluctabilité du destin. Toujours était-il que s'ils causaient un problème, il n'aurait aucun scrupule à les laisser se faire dévorer.

Devait-il le dire à haute voix ? Comme il venait d'y penser, il n'avait pas idée de ce qu'en diraient ses équipiers, mais il avait de forts soupçons sur le fait que cela ne plairait pas à tout le monde.

Son regard s'attarda sur les cartes. Tandis qu'Ulthane énumérait les points de rencontre possibles et les détails du terrain, il laissa son regard vagabonder sur les détails tracés à l'encre sur le papier. Des symboles et des raccourcis topographiques, une autre méthode que celle qu'il connaissait pour référencer des détails réels en un langage pragmatique et adapté aux explications.

« Il ne faudrait pas que la créature puisse s'enfuir, mais la crevasse reste beaucoup plus risquée. Le plateau est plus sûr, et l'élévation des montagnes nous protégerait d'une partie supplémentaire des dégâts que la foudre pourrait occasionner. Il est hors de question d'attirer le dragon dans un endroit qui lui est -et qui nous est inconnu. C'est un risque à prendre, je suppose. Il vaut mieux rester sur nos acquis. Il faudrait dans l'idéal toujours restés séparés, chacun à distance égale d'un autre, afin que l'un de nous reste toujours dans l'angle mort de la créature. Cela ne devrait pas être difficile, n'est-ce pas ? » le Stratège regarda alternativement ses compagnons.

Il se leva et s'approcha des cartes éparpillées. Dans un bruissement léger de tissu, il s'agenouilla et, avec un crayon il traça des croix autour du plateau. Une, deux, cinq au final. « Je vous assure, maître forgeron... » commença-t-il en fixant la carte. « Que vos profits dépasseront de bien loin vos dépenses durant cette mission. »

Le vaisseau continua son trajet jusqu'à sa destination, et il fallut en descendre bien assez tôt. Sauron s'aperçut que le climat dans cette région de l'univers était bien moins clément que le doux givre du Jardin Radieux. Quelques maisons s'éparpillaient au delà de la place qui servait de terrain d'atterrissage. Des bâtiments de terre, de pierre et de bois aux murs peints en rouge fané par le temps. Un coup de vent brutal le fit rabattre sa capuche afin de se protéger du froid et des flocons qui tombaient sans discontinuer. Pensivement, le Stratège regarda les quelques badauds s'affairer ; aucun d'eux n'avait envie de s'attarder dehors.

« Bien, je vais tâcher de trouver ces soldats dévoués. »

L'insigne du Consulat était comme toujours bien présente sur les vêtements de Sauron, et était parfaitement visible, rouge sur noir, alors qu'il marchait calmement en direction de l'avant-poste de l'armée impériale. Laissant ses compagnons derrière, sûr de lui, il n'avait pas besoin d'eux, si ?

Le poste de garde n'était qu'une maison parmi tant d'autres, à la différence qu'il arborait des drapeaux montés sur des mats plantés sur les côtés de la porte . Un dragon ainsi que des signes qui lui étaient indéchiffrables étaient peints noir sur écarlate, terni par le temps et la neige.

« Puis-je avoir quelques minutes de votre temps je vous prie ? » dit le Stratège à un homme qu'il jugea comme un responsable. Quelques détails le trahissaient comme tel ; plus âgé, les traits tirés, une épée à la ceinture. C'était majoritairement un coup en aveugle de la part du Stratège. « Je me nomme Sauron, envoyé du Consulat. Ce dernier a envoyé quelques uns de ses meilleurs combattants afin de terrasser le dragon Shen Long. »

Cassandra venait du Sanctum. Inutile de le mentionner, est-ce que ces soldats en avaient quelque chose à faire ? Probablement pas. Sauron considérait le Sanctum comme un groupe à la limite de l'intéressant, et ne le considérait qu'avec un peu plus que du dédain. Oh, nul doute que Pentaghast devait être un femme charmante, à défaut de savoir sourire.

Le soldat haussa les sourcils. « Ah oui ? Bonne chance, hein, c'est tout ce que je peux vous souhaiter. »

Oh, ce soldat avait de bien rustres manières.

« Je suis venu requérir votre aide. Votre connaissance du terrain nous serait fort profitable ; je ne doute pas que vous ayez une grande expérience du combat de par ailleurs. Nous avons amené la dernière technologie, ce dragon de nous échappera pas. »

Dubitatif, le soldat ne répondit pas immédiatement. Après quelques secondes, il rétorqua d'un ton dur. « Vous savez, vous seriez pas les premiers à vous casser les dents hein. On en a vu passer des chasseurs de Dragon, mais le Consulat.... C'est une autre histoire. J'aurais adoré refuser, vous savez. Mais ce dragon... si je pouvais lui planter mon épée dans le cœur pendant qu'il s'applique à vous broyer les os, je le ferai. »

Haussement de sourcils surpris de la part du Stratège. Il était évident que cette phrase n'était pas des plus chaleureuses. Cet odieux personnage aurait probablement son utilité. En temps et en heure.

« Rejoignez le vaisseau sur la place avec une équipe de dix hommes.  Le plus tôt possible, il n'y a pas de temps à perdre. »

« Nous aurons le loisir de parler du prix, monsieur le Consul. »

Sauron s'en retourna d'où il était venu, les yeux noirs. L'irrespect de cet homme encore dans son esprit. Il ne prit pas la peine d'adresser un mot à ses équipiers, et retourna aussi sec dans le vaisseau afin d'y étudier les plans de plus près encore.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
320/400  (320/400)
Mer 15 Juin 2016 - 20:50

Pentaghast resta sans voix devant le baragouinage du géant, apparemment maître forgeron chez les consuls. Le Templier n’était pas une inculte, elle avait bénéficié d’une certaine éducation durant ses jeunes années et au moment où elle avait rejoint les rangs du Sanctum, seulement, aucune ne l’avait préparer à tenir une discussion avec ce genre d’énergumène. Il débita sans aucun arrêt son charabia relatif aux propriétés du mithril, connaissait-elle seulement l’alliage dont était composé son armure, et la garde n’avait d’autre choix que d’hocher la tête dans une expression d’incompréhension totale. La jeune femme se concentra à nouveau quand ce dernier déposa la carte de la Terre des Dragons sur le sol, un domaine où elle pourra éviter de passer pour une parfaite sotte. Une légère turbulence durant le voyage força la dame à se tenir les côtes alors qu’elle observait le doigt du géant indiqué le trajet du dragon, passant principalement à proximité des hauts-reliefs du pays et survolant la quasi-totalité de la forêt de bambou. Malheureusement, cette information ne collait pas avec le plan conçu par le Stratège et fut rapidement écartée.

Le Templier ne pouvait rien faire d’autre qu’acquiescer l’échange de paroles entre les deux consuls, après tout, elle n’était ici que comme aide de camp et non un dirigeant. Du moins, elle resta attentive au plan afin de ne pas rester en arrière quand les choses deviendront sérieuses.

Avant que les reliefs de la Terre des Dragons ne se dessinent à travers le hublot, elle ne put s’empêcher de lancer un regard noir au forgeron. Particulièrement au moment où il finit son discours en soulignant ses pertes financières pour cette traque. Nous n’étions pas venus pour le profit, mais bien afin de libérer le peuple de la terreur d’un dragon, du moins, c’était pour cette raison que la garde avait accepté de se joindre aux consuls et elle pensait que cela motivait aussi les artistes. D’ailleurs, que penser du Stratège ? Chacune de ses phrases étaient plus énigmatique les unes que les autres et bourré de sous-entendu. Du moins, c’était l’impression que Cassandra avait à chaque fois qu’il ouvrait la bouche et ne rêvait que de lui demander d’être explicite au lieu de se cacher derrière des mots.

Malheureusement, elle n’était qu’un soutien dans leur entreprise et la garde agirait comme t’elle. Quitte à mordre sur sa chique durant tout le temps de l’opération.

Une fois arrivé à bon port, la jeune femme ne put que se rendre compte de son idiotie de ne pas avoir pris d’autre vêtement. Le vent froid des lieux mordait sa chair à l’instant ou elle posa pied à terre, resserrant le col de la doublure de son armure et collant ses bras à son corps, elle chercha après un abri pendant que le Stratège s’en alla demander de l’aide aux habitants locaux. C’est à contre coeur qu’elle prit la décision de rentrer dans le vaisseau, du moins en attendant que la compagnie se rende jusqu’à son objectif et qu’elle n’ait d’autre choix que d’affronter le froid de ce monde. Les monstres de fer était peut-être la raison de son mal des transports, toutefois, il avait l’avantage d’être aussi chaud que l’âtre d’une cheminée. La garde regrettait presque son château à l’instant ou elle s’assit sur l’un des sièges, regardant à travers la vitre l’activité autour de la cargaison et voir le forgeron s’activer avec autant d’entrain pour son travail.

Je t’en prie Étro, garde moi de ces personnes.
Les jambes et les bras croisés, Pentaghast restait pensive quant à l’agitation. Voyant que le temps n’allait pas en s’améliorant et cherchant des yeux après un vêtement qu’elle pourrait emprunter le temps de la traque. Et alors qu’elle était perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas que l’homme aux cheveux de feu était lui aussi rentré dans le wagon et s’était installé avec le calepin que le forgeron lui avait donné plus tôt. Cassandra ne cherchait pas à attirer l’attention de ce dernier, pas que sa compagnie lui déplaisait, mais elle ne désirait pas entendre le son de sa voix hautaine pour le moment. Surtout qu’il semblait hors de lui après avoir été recruté la milice locale pour la cause du Consulat, peut-être que cela ne c’était pas passer comme ses désirs.

Bref, le Templier ne voulait pas savoir ce qu’il en retournait. Elle ne dirigeait pas aujourd’hui, et ne comptait pas faire d’excès de zèle avec le Forgeron ou le Stratège jusqu’à ce qu’on ait besoin de ses compétences.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marteau noir
Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 25
Localisation : La Forge improvisée du consulat
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
97/270  (97/270)
Mar 12 Juil 2016 - 0:33
Voyant qu'Sauron s'chargeait des soldats, j'avais le loisir de décharger toutes les caisses tout seul. Pas qu'ses p'tits bras fragiles m'aurait servi à grand chose mais ça aurait été sympa d'au moins proposer, enfin bref. J'resserrais mon écharpe et m'dirigeais vers la soute.

J'étais occupé avec la première caisse quand j'entendis une p'tite voix hésitante.

« Je peux vous aider à prendre vos bagages monsieur ? »

J'me suis alors retourné pour voir d'où ça venait mais la caisse qu'je portais m'bloquait la vue. Me posant pas plus d'questions j'ai laché la caisse qui s'écrasa lourdement en bas de'la rampe dans un vacarme métallique à peine étouffé par la neige. J'entandis soudain un cri d'la même p'tite voix et j'vis un p'tit homme enveloppé d'un épais manteau orné du logo Shin-Ra faire un plongeon dans la neige pour pas finir écrasé par la boite.
Pour une fois un d'ces gars allait pouvoir s'rendre utile.

« Ah tu tombe bien, oui tu peux m'aider en chargeant celle-là sur la charrette là-bas. »

J'lui indiquais du doigt la charrette de Chen que j'avais déjà déchargé pour qu'le forgeron du coin fixe des chaînes sur les roues. Manquerait plus qu'une d'ces roues en bois s'bloque dans la poudreuse.

Quelques minutes et trois caisses déchargées plus tard, j'vis qu'maintenant y avait trois employés de plus, probablement l'entièreté du personnel local, qui portait la première caisse à mi-chemin du chariot. Inutile de décrire leur têtes quand j'les ai dépassé en quelques enjambées avec la seconde caisse dans les bras.

Une fois ces deux boites chargé sur l'véhicule maintenant chaîné, on pouvait passer à la suite.

« -On doit monter les deux autres dessus aussi ?
-Non celles-là je les ouvre maintenant, merci les gars. »

Pile à l'heure, Sauron remontait dans l’appareil et d'la caserne sortaient une dizaine d'gardes menés par un soldat grisonnant.

« Si vous venez nous aider pour l'dragon, j'vous conseille d'piocher là dedans... »

J'fis sauter l'couvercle révélant tout un arsenal d'armes et d'armures.

« J'vais juste prendre quelques trucs pour mes camarades. »

Ayant pioché dans le lot, j'me dirigeais vers la porte du vaisseau. Passant la tête par l'entrée, j'balançais l'équipement à l'intérieur.

« J'vous ai gardé ça d'côté. Pour la miss, un plastron et un bouclier, pour l'arme j'savais pas trop quoi t'prendre donc tu regarderas toi-même. Et pour l'stratège, comme t'es du genre à t'balader en robe de chambre j'me suis dis qu'une armure t'irais pas. Du coup je t'ai pris une côte de maille, celles en mithril pèsent que dalle. »

Revenant vers les gardes, l'capitaine m'interpella.

« -Dites, votre ami le rouquin m'a dit que vous aviez apporté ''la dernière technologie'' pour chasser ce Shen-long. Je serais curieux de voir quel genre d'arme vous avez amené.

-Hin... Dernière technologie ? Beh j'ai des chaînes...
-Ah des chaînes spéciales magitech ?
-Heu...non, juste des grosses chaînes... 
-Mais...je ne suis pas sur de comprendre...et cette énorme caisse là, que contient-elle alors ? 
-Aha ! Attendez ici, j'vais vous montrer ça»

J'pris la caisse et m'enfermais avec dans la soute. À l'extérieur, les gardes entendirent de lourds bruits de 'métal entrechoqué. Au bout d'une dizaine de minutes la porte d'la soute s'ouvrit d'nouveau dévoilant mon dernier chef d’œuvre.

« Je vous présente l'armure brise-fer, une armure spécialement faite pour les géants et les géants uniquement. Une cuirasse complète avec les plaques épaisses de deux pouces humain, fait d'un alliage Osmium/Mithril et enchanté à la poussière de fée juste assez pour ne pas entraver la mobilité tout en la gardant assez lourde pour encaisser les charges d'créatures massives.
L'modèle est entièrement recouvert d'gravures propre à la culture des géants d'Fantasia avec les iconiques visages barbus entrelacés d'runes. J'ai laissé tomber l'casque pour l'moment, ça n'ferait qu'diminuer ma vision. Avec ça l'dragon n'a qu'à bien s'tenir ! »

J'sautais d'la rampe secouant tout l'vaisseau, pour atterrir sur le 'sol dans un grondement qui fit tomber la neige des toits les plus proches et qui résonna à travers la montagne.

« Qu'il vienne, j'suis prêt ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dynaste de Rubis
Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
20/650  (20/650)
Ven 9 Sep 2016 - 21:31
Petit à petit, les personnalités de ses deux coéquipiers se dessinaient. Là ou auparavant une vague idée s'était tenue, il y avait maintenant une courte description. Cependant, sans en venir au mépris, Sauron souhaitait garder cette connaissance au minimum ; il avait juste besoin de connaître l'étendue de leur savoir martial, et s'ils se battaient aussi bien qu'ils étaient équipés, il y avait largement de quoi ne pas s'inquiéter.

La chance semblait de son côté, alors qu'Ulthane apparaissait dans l'embrasure de la porte du vaisseau, balançant un sac contenant un pêle-mêle d'équipements divers. Quelques secondes de plus et la proximité avec Pentaghast allait devenir critique. Il avait failli lui adresser la parole. Que lui aurait-il dit ? Bonjour ? Non, quand même pas. Elle était l'archétype, -non, ils, étaient les archétypes des combattants sur une ligne de front alors que lui attendait patiemment non-loin, les voyant se faire souvent réduire en charpie. Ils pouvaient bien mourir aujourd'hui, aussi faisait-il de son mieux pour garder les interactions au minimum. Il n'avait pas envie de répondre à des questions de veuves éplorées.

Les aléas du travail sur le terrain. Nombreux et surprenants.

Il s'exila quelques secondes dans une annexe, afin de s'équiper convenablement. La cotte de mailles du forgeron ne pouvait qu'être utile ; il fallait être prévoyant. Il n'avait vraiment aucune intention de se battre au corps à corps, mais trop de héros étaient morts de choses si futiles. Achille, Bellérophon... ou étais-ce peut-être Thésée ? Il devait relire cette anthologie qu'il avait trouvé l'autre jour. Et pour cela, il devait survivre sans se faire griller vif. La cotte de mailles était nécéssaire.

La sensation de légèreté du métal était étrange, porter cette cotte de mailles était comme de porter une chemise, légère au dessus ses vêtements, il en oubliait l'existence alors qu'il remettait son manteau et ressortait afin de retrouver ses équipiers. Il avait beau n'être qu'une ombre de lui-même, il espérait tout de même faire son effet, aussi petit soit-il. La stature était très importante en combat, spécialement lorsque l'on a pas de masse de quinze kilos à agiter autour de soi.

Il repassa par la pièce qu'il avait quittée un peu plus tôt sur le chemin de l'extérieur. La personne qu'il y avait laissée posait problème. Jusqu'à présent, pendant les cinq minutes qu'eut duré sa petite préparation, il avait relégué cette pensée à l'arrière de son crâne, en comparant l'importance avec celle d'un cactus à arroser. Maintenant, face à la jeune femme -elle ne pouvait qu'être jeune, bien que son visage taillé à la serpe lui annone une vie remplie de difficultés et de combats. Il devait lui parler, ne serais-ce que pour lui prouver qu'il était un être capable d'actions d'ordre social. Il lui sourit poliment, les mots viendraient d'eux même.

« Je vous prie de m'excuser pour- »

Un rugissement interrompit le début même de sa phrase.

Ses yeux s'écarquillèrent, et il s'approcha de la fenêtre pour tenter de voir d'où venait ce cri. Le dragon était-il arrivé ? Non, quand même pas !

Il arqua un sourcil à la vue du Forgeron ; clairement visible autour des soldats, semblables à des enfants à ses côtés. Affreux énergumènes, le soldat coincé et le forgeron exubérant. Il ravala une injure, se contentant de sortir du vaisseau d'une allure qui ne semblait ni trop rapide, ni trop lente. Un pas décidé, voilà.

« Si j'en crois cette exclamation, Maître Forgeron, je comprends que nous sommes tous fin prêts à partir. »

Son ton était dur, sans équivoque.

« Je vous remercie pour votre équipement qui nous sera d'une aide précieuse. » Sa cotte de maille scintillait sous son manteau, juste sous son col. « L'endroit le plus propice afin de combattre le Dragon est le plateau rocheux, dont le relief alentours nous sera pratique afin d'y placer les pylônes. Je gage que les soldats useront de toute leur expérience afin de nous y guider. Je vous assure un butin assuré au trépas de la créature. »

Il fit un signe de tête aux soldats ainsi qu'à leur capitaine. Puis son regard s'en retourna vers Ulthane.

« Sommes-nous prêts à partir ? »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
320/400  (320/400)
Dim 11 Sep 2016 - 17:54

Voir ainsi le géant déposer, si le terme était correct, son matériel sur le sol du vaisseau avait un quelque chose d’unique. C’était bien la première fois que Cassandra voyait un artisan traiter ses oeuvres avec aussi peu de considération, la comparaison avec un enfant étalant ses jouets sur le sol était peut-être la seule qui venait à l’esprit de la jeune femme. Elle identifia rapidement l’armure et le bouclier dont parlait le forgeron, et elle attendit quelques minutes après que le second consul ait quitté le compartiment pour se lever et examiner le matériel offert. Pentaghast observa l’armure en premier lieu. D’apparence, elle n’avait rien de plus que son armure de plate hormis les symboles imposés par le maître-artisan. C’est à l’instant où elle prit cette dernière dans les mains qu’elle constata la nette différence de poids entre cette armure et le corset frappé du symbole d’Étro. Honteuse un instant d’avoir eu cette idée lui traversant l’esprit, elle défaisait les cordelettes de cuir maintenant la jointure au niveau de ses côtes pour enlever l’armure de son ordre et s’équiper du présent fait par le Consulat.

La différence de poids sur ses épaules était frappante, le Templier effectua quelques étirements avec sa nouvelle armure avant de décider de porter cette dernière pour la durée de la mission. Son attention se porta alors sur le bouclier au sol, une épaisse plaque de métal taillée en cercle avec le symbole du Consulat en son centre. Elle regarda longuement la pièce d’armure avant de laisser cette dernière au sol, préférant conserver la sienne qu’elle accrocha à son dos pour ensuite s’équiper d’une dizaine de javelines et de son épée qu’elle noua à sa ceinture.

Dorénavant prête, elle retourna s’installer à sa place, attendant la suite des opérations. Seulement, il y avait une question qu’elle n’avait toujours pas résolue, celle du froid. Elle se releva et écarta du pied l’amas de métal pour finalement découvrir une longue veste de cuir ornée d’une peau de bête laissé par le forgeron. C’était d’un manque de gout flagrant. Malheureusement, elle n’avait pas vraiment le choix. Elle attrapa la veste qu’elle remarqua alors doublée de mailles et sans manches, pour ensuite la passer au-dessus son équipement actuel. Finalement équipée, Cassandra s’en retourna à sa place et posa son regard sur les décors enneigés Il ne fallut pas plus de cinq minutes pour que la tranquillité de cette scène soit brisée par l’arrivée du Stratège, cherchant quelconque façon d’entamer une conversation avec la jeune femme. Et avant que ce dernier ne puisse finir sa phrase, un cri nous força à quitter le wagon pour découvrir une nouvelle scène étrange avec le géant.

Lui aussi était prêt, revêtant une armure aussi imposante que son porteur. Pentaghast s’avoua intérieurement que cela avait l’avantage d’être intimidant en vue de la quantité de détails que cette dernière affichait. Finalement, ils étaient prêt à quitter la station Shin’ra pour le plateau rocheux. Après cinq minutes à faire l’appel, ayant le don d’exaspérer Cassandra, le groupe se mit enfin en marche dans la poudreuse. Il fallut attendre plus de deux heures pour atteindre notre destination, et une seconde paire d’heures afin d’installer l’équipement. Le Templier se mêla aux hommes du Consulat pour décharger les caisses de la charrette, et aussi aider à monter les pylônes à répartir dans le plateau.

Une fois le travail terminé et réchauffée par tout le travail accompli, la jeune femme se rapprocha du géant et du Stratège. Elle les salua brièvement avant de prendre la parole.

Bien, maintenant que nous en avons fini avec les préparatifs, nous allons pouvoir commencer notre traque? Dans combien de temps devrons-nous partir à la rencontre du Dragon ?



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marteau noir
Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 25
Localisation : La Forge improvisée du consulat
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
97/270  (97/270)
Mar 20 Sep 2016 - 20:23
Deux heures pour arriver sur place et deux aut' pour tout installer, tout s'passait comme prévu et même mieux. Y faisait froid mais mon dernier passage dans la région et l'épaisseur d'mon armure m'y avaient préparé.

J'me trouvais au centre du plateau, une des chaînes sur l'épaule, regardant autours d'moi. Les équipes une et deux venaient d'finir d'placer leurs paratonnerres, les équipes trois et cinq étaient déjà revenu sur l'plateau et l'équipe quatre finissait d'placer les siennes. Depuis ma position j'pouvais clairement les voir, bien haut et relativement dispersé, plus qu'je l'aurais voulu mais bon on ferait avec. Calculant vite fait les distances m'séparant des barres, j'fis quelques pas en direction du Nord-Est. Là c'était l'endroit parfait. J'fis glisser la chaîne d'mon épaule pour faire passer un solide piquet d'un bon mètre d'long par l'dernier maillon. D'un coup puissant j'le plantais entre mes pieds puis prenant mon marteau et m'éloignant à longuer de manche je commençais à marteler. En quelques minutes j'avais enfoncé l'entièreté du piquet dans l'sol rocailleux. Ça rebiquait même plus, impossible d'faire bouger ce côté d'la chaîne. Restait plus qu'à attacher la bête à l'aut' bout et on improviserait la position des autres chaînes.
C'est là qu'la miss s'approcha :

« -Bien, maintenant que nous en avons fini avec les préparatifs, nous allons pouvoir commencer notre traque? Dans combien de temps devrons-nous partir à la rencontre du Dragon ? »

J'lui fis signe d'me suivre en direction d'la tente qu'on avait installé entre deux énormes rochers en bordure d'plateau, contre l'une des montagnes. Là l'stratège nous attendais étudiant une dernière fois les plans à l'abrit du vent.

« Si nos cartes sont exactes, c'est lui qui viendra à nous. Comme j'vous l'ai dis, c'plateau et sur sa route habituelle. Et si nos dossiers sont eux aussi exactes, ... »

J'sortis ma montre d'une d'mes sacoches de ceinture, pour mes compagnons c'était plus un très gros réveil.

« ...Il devrait passer ici dans plus ou moins 6 heures, au beau milieu d'la nuit donc, s'il est aussi ponctuel qu'on l'dit en tout cas. On a travaillé vite, c'qui fait qu'maintenant on a une p'tite marge. Si on avait pris l'autre position on aurait attendu plusieurs jours. »

Selon l'dossier d'Chen l'dragon mettait une semaine à faire sa tournée, on avait au moins ça d'not' côté. J'rangeais ma montre et proposais qu'on mange un bout avant de désigner des tours d'garde. Les soldats sortirent les vivres et commençaient la préparation.

L'ventre plein et l'piège en place, les tours d'garde pouvaient commencer. J'me suis évidemment porté volontaire pour l'premier avec quelques soldats. Les autres s'reposeraient pour être au top au moment de l'affrontement.
Les tours passaient au fil des heures dans un calme perturbé uniquement par le vent.

H-10 minutes avant l'arrivée calculée de Shen-Long, c'était bientôt d'nouveau mon tour quand un son réveilla tout l'camp sans exception.

Le tonnerre avait retenti...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dynaste de Rubis
Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
20/650  (20/650)
Ven 23 Sep 2016 - 13:46
Il aurait aimé connaître le secret de la foudre, son pouvoir battant comme un cœur, attisant une flamme au plus profond de lui. Il ne dormait pas, et n'avait pas pu dormir ces dernières heures, dans un état de fébrilité qu'il n'avait pas connu depuis longtemps. L'intérêt de la quête, l'excitation de la bataille, l'anxiété et ce tenaillement fugace qui aurait semblé être de la crainte. Tellement de choses qu'il croyait liées au cœur alors qu'elle étaient reliées à son esprit seul. Sa poitrine était vide, mais ses yeux étincelaient.

Il n'avait pas dormi et avait au final rejoint un des feux de camp installés entre les tentes.

Inutile d'alerter le camp vu que, de toute évidence, le rugissement avait largement rempli cet office.

La nuit était encore complète et la lune donnait un éclat irréel à la scène. La neige blanche et les reliefs découverts, noirs contre le fond de la vallée. Les étoiles se comptaient par milliers dans le ciel, les pylônes de mithril renvoyaient un éclat presque sinistre.

Les écailles du dragon fut ce qui le différencia de l'obscurité, à mesure de son approche. Il louvoyait probablement entre les courants et les bourrasques puissantes de la montagne, dans une technique qui lui était probablement secrète et unique et dans une grâce incomparable. Son long corps ophidien serpentait dans le ciel, formant de larges cercles tandis qu'il rugissait à qui voulait l'entendre.

Sauron s'approcha de la petite plaine délimitée par les arrêtes rocheuses où étaient solidement encrés les pylônes. Autour de lui, un vent plus violent se levait. D'à peine remarquable, il devenait tempétueux, et la lumière se faisait plus rare alors que la nuit étoilée se couvrait de nuages. Tout était comme raconté dans les rapports, et le dragon était un être bien plus puissant que lui.

Il fit une totale confiance en ses coéquipiers pour prendre leurs marques, comme prévu, à vrai dire c'est à peine s'il y pensa, l'excitation était bien trop forte et son esprit, centré sur l'observation du dragon, ne se préoccupait pas du reste. Le dragon ne s'approchait pas, il fallait l'attirer. Ce n'était pas son travail. La stratégie, aussi simple qu'elle était, le plaçait lui, mage de son état, sur une seconde ligne. Alors que les soldats prenaient position, il s'était arrêté sur le rebord d'un rocher et observait la scène d'un air soudainement maussade. Hm. Il n'avait vraiment aucune envie d'être au second plan, mais n'était pas pour autant assez téméraire pour se jeter là où le combat promettait d'être le plus sanglant. Mine de rien, il tenait à cette enveloppe charnelle qui n'avait de charnelle que le nom.

L'arène n'était pas une arène à proprement parler, elle n'était qu'un tas de roche recouvert de neige. Cela devrait suffire. Sauron avait bien l'intention de commencer le combat. Il rassembla ses mains devant sa poitrine, chargeant un sort dans une attitude calme, ses yeux brillant comme ceux d'un dément étant la seule preuve de son présent état d'esprit. Son sort d’Annihilation prêt, il le dirigea vers le dragon survolant la zone. Il n'y avait aucun autre moyen, pensa-t-il. Ses alliés arriveraient d'une seconde à l'autre, il les entendait, tout proche qu'ils étaient. Ceci dit, bien qu'ils allaient être là d'une seconde à l'autre, il n'allait, lui, pas attendre plus longtemps.

Avec une pointe d'appréhension, il regarda le mince filament ténébreux partir tel un éclair. Des volutes de ténèbres contre le ciel noircissant plus encore avec chaque seconde. Il toucha le dragon, qui rugit en réponse.

Sans les regarder, le dragon s'agita, et une volée d'éclairs s'abattit sur le terrain.

Certains furent arrêtés par les pylônes, redirigés, canalisés. Ils étaient protégés. Seuls un ou deux des traits d'énergie sauvage furent trop éloignés pour être capturés et allèrent frapper des sommets peu éloignés. Telle était la puissance de cette créature. Créature qui se dirigeait maintenant vers eux dans un probable intérêt. Peut-être était-il en colère ? Peut-être étais-ce simplement un questionnement fugace, comme toute créature en avait au regard de quelque chose de différent sur son chemin ô combien inchangé.

Le choc du tonnerre rappela le Stratège à la réalité, au froid et à la tempête grandissante. Le vent s'était fait glacé, insidieux et énervant, le ciel était plus noir qu'il n'était possible de l'être. Il était au sommet d'une montagne, mais son esprit se sentait comme au fond d'une sombre cave.

Il utilisa un sort d'invisibilité, et vida les lieux rapidement avant que le dragon ne puisse le traquer d'une quelconque manière. Il se posta derrière ses alliés, estimant avoir fait le nécessaire.

« Je crois bien que notre combat a commencé. » dit-il pour toute forme d'explication.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
320/400  (320/400)
Lun 26 Sep 2016 - 19:48

Les heures passaient dans le camp de fortune au sommet du plateau. Derrière les draps de lin, Cassandra pouvait voir les piliers se dresser vers le ciel, un piège pour un ennemi inatteignable pour le commun des mortels. La troupe de soldats engagés par le Consulat s’était dispersée dans le sommet rocheux. Nous pouvions remarquer plusieurs lumières filtrées entre les pierres, deux hommes tout au plus par camp afin d’observer les environs et prévenir les forces présentes au moment de l’attaque. Nerveuse, la Templière ne trouvait pas le sommeil afin de se préparer à l’embuscade. Ce qu’elle allait faire aujourd’hui, jamais elle n’aurait imaginé à le faire, surtout contre ce genre de créature.

Un dragon, Pentaghast ignorait tout de ces créatures, outre les récits de son monde natal. Demander à un enfant du Domaine Enchanté, et il vous parlera de la sorcière Maléfique et du Prince Philippe ayant pourfendu la créature.

Seulement, aujourd’hui il n’y avait pas de Prince Philippe ou de fée pour guider le bras des chasseurs de dragon. Ils étaient seuls, l’arme au poing et le vent froid des lieux comme seule caresse en ce jour. Notre ultimatum s’approchait lentement, les hommes présents étaient plus alarme, prêt à ce qu’ils attendaient. Outre les deux Consuls et la fille du Sanctum, il n’y avait que des soldats de l’armée de l’empereur, eux-mêmes terrorisé par la créature que nous allions attaquer. Étaient-ils fièrent d’être de l’expédition, ou simplement lentement gagner par la peur de leur tortionnaire.

Il ne restait plus qu’une heure avant le passage présumé de Shen-Lang. Cassandra quitta sa tente, son épée dans le fourreau et la lanière de son bouclier à l’épaule, s’avançant sur le plateau. Sa tâche était simple, du moins, dans les plans du Stratège. Elle avait pour mission d’occuper le dragon afin que ses alliés puissent tirer les chaînes et le maintenir au sol, servir d’appât en résumé. Aujourd’hui, c’était à cette fille bercée dans les contes de sa jeunesse qui devait affronter la personnification du mal. Était-elle seulement prête à faire cela, aurait-elle la foi et la force suffisante pour y arriver ? Elle l’ignorait, et elle ne devait pas penser à cela maintenant. Machinalement, elle détacha la dizaine de lances qu’elle avait prit plus tôt dans la journée et les plantait une à une dans la neige. Jusqu’à ce que le dragon soit au sol, c’était les seules armes qu’elle possédait pour tenter d’attirer son attention.

Les minutes passaient, le souffle du vent comme seules réponses au silence du plateau. Dans un mouvement, la Templière s’agenouilla dans la poudreuse et priait en attendant que son heure arrive. Et finalement, le tonnerre gronda.

Tout c’était passé à une vitesse fulgurante. Pentaghast avait juste eu le temps de se relever et d’empoigner une lance, scrutant le ciel à la recherche de l’ombre du Dragon dans cette nuit étoilée. Les soldats se rassemblaient, le vent s’éleva de façon exponentielle de façon à ce que la poudreuse s’envole et balaye la zone. Plissant les yeux et réaffirmant ses appuis dans la neige, elle suivait le reptile des yeux alors que son corps se contractait suite à cette étrange attaque et libérait ses décharges d’éclair tout autour de nous. Non, elle se questionnerait sur tout cela plus tard, dés que ce sera fini, elle devait agir maintenant. Maintenant aux côtés des deux consuls, elle récita une prière avant de s’avancer vers l’arène, une lance dans chaque main.

Étro, je viens te louer et te remercier, ta Lumière est mon arrière-garde. En ton nom, je te prie de m’entourer de ton mur surnaturel de lumière pour me prévenir moi, et mes compagnons,  contre les assauts de tes ennemis.
L’armure de Cassandra fini par s’illuminer suite à la prière, devenant la lumière d’un phare sur le plateau. Avec cela, le dragon ne pourrait l’ignorer. Ce dernier continuait de se contracter, faisant tomber la foudre sur le plateau ainsi qu’une pluie battante, frappant le visage de la jeune femme. Dans un mouvement ample, la Templière passa son bras armé derrière sa tête avant de donner toute sa force pour lancer l’arme en direction du dragon. Disparaissant dans la nuit, la lance fila à travers l’air pour passer à proximité du corps reptilien, l’agaçant certainement car d’autres éclairs s’abattaient. Passant l’arme dans sa main droite, Pentaghast réitéra l’action et fit mouche cette fois-ci, plantant l’arme à l’arrière des pattes. Le dragon tourna alors sur lui-même, serpentant autour de la vallée faisant s’intensifier la pluie progressivement.

Une autre !
Cassandra cria l’ordre à un soldat à ses côtés, ce dernier sorti une lance du sol pour la lancer à la Templière. Se concentrant un instant, elle fixa la course du dragon, tentant d’anticiper sa course pour atteindre sa tête. Elle lança une nouvelle fois de toutes ses forces et toucha la base du crâne de se dernier. Un hurlement résonna sans la vallée, faisant s’intensifier la météo capricieuse, une bourrasque balaya alors la garde qui peina à tenir sur ses deux jambes alors que le dragon baissa en altitude alors que les éclairs frappaient de plus en plus souvent. Le vent frappait son visage, elle n’arrivait plus à discerner son ennemi à cause des litres d’eau se déversant sur son visage. Instinctivement, elle passa son avant-bras devant ses yeux pour tenter d’y voir claire, et malheureusement, elle n’eut le temps de discerner la queue du dragon qui fouetta l’air devant-elle.

La garde fut projetée à plusieurs mètres en arrière et tomba dans une boue de neige, à proximité de ses alliés, elle tentait de faire briller son armure avec plus d’intensité pour n’être que la seule cible de la bête. Crachant du sang, elle se releva et rattrapa une lance pour ensuite pester en arrière. C’était inutile, le bruit de la tempête couvrant tout ce qu’elle pouvait dire à cet instant.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marteau noir
Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 25
Localisation : La Forge improvisée du consulat
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
97/270  (97/270)
Jeu 13 Oct 2016 - 21:13
Les hostilités avaient commencées et moi j'rassemblais mon matos que j'avais posé d'côté pour faire un somme. Ça gueulait d'jà pas mal en dehors d'la tente. Sauron semblait l'avoir repéré en premier et aux ordres gueulés aux gardes, Cassandra s'était d'jà mise en position aussi. Ce n'est qu'au bout d'une minute que j'retrouvais ma chaîne supplémentaire planqué sous une couverture laissé par un garde bordélique. La passant sur mon épaule, j'empoignais mon marteau et me ruais dehors. Non loin d'la tente, trempée jusqu’aux os et l'armure brillante, la templière s'relevais après s'être apparemment pris un coup qui l'avait envoyé bouler. Devant elle s'trouvait la bête rugissante.

J'avoue avoir calé un moment, impressionné. J'avais vu des oiseaux d'feu magnifiques et des démons à la peau dure comme la pierre, mais jamais une créature qui alliait si bien ces deux caractéristiques. L'monstre s'agitait au centre du plateau et tout c'que moi j'voyais c'était l'agencement parfait des écailles qui constituaient l'armure naturel du reptile. Chaque écaille d'la taille d'un p'tit écu reflétant la lumière d'la guerrière.
J'avais une sorte d'illumination artistique, le matériau parfait !

J'fus sorti d'ma rêverie quand en avançant d'quelques pas, j'quittais l'abri qu'offrait l'rocher du bord du plateau et qu’instantanément j'me suis pris un seau d'eau à la gueule.
L'dragon s'énervant d'plus en plus. C'qui avait commencé comme un simple tourbillon d'neige s'était transformé en un début d'typhon qui finit par atteindre la tente et la balaya comme si on l'avait jamais fixée. La tempête nous enfermais maintenant sur le plateau avec la bête, coupé d'nos renforts. Y n'restait qu'moi et Cassandra avec un garde qui lui tenait ses lances et bien qu'on ne l'voyait pas j'avais cru entendre l'stratège pas loin.

Malgré l'fait qu'on était dans œil du typhon, la météo ne s'améliorait pas. La pluie et l'vent nous fouettait toujours l'visage. J'venais seulement d'quitter not' abri et déjà j'étais aussi trempé qu'la miss. À ce stade, armure traitée ou pas, si on s'faisait juter on serait grillé tout pareil. Par chance les paratonnerres semblaient tenir pour l'moment et faisait leur boulot. Seul l'un ou l'autre éclaire passait d'temps à autre c'qui était du à l’écartement des pylônes, c'était à prévoir.  

L'armure d'la templière éclairait la zone comme un sapin d'noël c'qui attira l'attention du bestiau. L'plan semblait partir sur un bon départ, maintenant fallait enchaîner.
Comme indiqué dans son rapport, Chen avait bien éborgné la créature. Repérant l'angle mort j'me suis mis à cavaler sans trop faire gaffe au bordel que j'faisais, avec la tempête qui hurlait autour c'était quasi impossible d'entendre aut' chose. J'fis l'grand tour du plateau pour pas m'faire repérer puis après un bon quart d'cercle, j'bifurquais sec en direction du flanc d'la bête en dérapant. L'vent ayant déblayé la neige, l'bout d'la chaîne encré au centre de l'arène était bien visible. L'oscurité aurait été un problème si l'mithrile n'captait pas si bien l'reflet de l'armure d'Cassandra. Le lézard dans toute sa subtilité avait envoyé valdinguer la chaîne qui traînait d'mon côté. Sans ralentir ma course j'attrapais l'premier maillon où je passais le piton avec lequel je devais la fixer au sol. D'un coup puissant, j'ballançais l'piton comme un javelot par dessus l'monstre.

Passant par dessous, j'me retrouvais d'nouveau du côté d'son oeil valide et malgré la loupiote d'la guerrière, Shen-Long s'retourna.
Sans perdre un instant, j'récupérais l'piton et l'enfonçais dans l'sol d'un seul coup d'marteau. L'dragon semblait commencer à comprendre c'que j'faisait quand il sentit finalement les maillons glisser sur ses écailles. Il poussa un nouveau rugissement de 'rage et les éclaires tombèrent d'plus belle mais j'avais d'jà passé la chaîne dans l'anneau.
D'toute la force d'mes bras j'ai tiré sur la chaîne en reculant, écrasant l'serpent sous le lien tendu.

« Y rest'ra pas au sol très longtemps ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dynaste de Rubis
Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
20/650  (20/650)
Ven 21 Oct 2016 - 14:14
Le dragon était au sol alors que la furie des éléments atteignait une force que Sauron pouvait pas se rappeler avoir déjà vécue. Son esprit, toujours à comparer les choses, se retrouvait pris au dépourvu alors qu'un large sourire illuminait son visage. Se retrouver au cœur du combat dans une situation digne d'être plus tard racontée par des conteurs était fortement intéressante et vraiment réjouissante ; il pouvait aller explorer d'autres adjectifs au plus profond de la grammaire, mais aucun n'était capable pour l'instant de décrire ce qu'il voyait et ressentait. Il avait oublié le vide dans sa poitrine, l'excitation avait tu chacun de ses sensations, et ce jusqu'à ce qu'un éclair égaré vint frapper un haut rocher à quelques centimètres de lui. Une gerbe de lumière et de vapeur de neige fondue, sublimée par la chaleur soudaine et balayée immédiatement par le vent acheva de le raisonner.

D'un coin de l’œil il voyait toujours le chevalier s'échiner à attirer l'attention de la bête ; son armure brillait comme une pierre et il ne doutait pas que s'il l'avait entendue, ç'aurait été des cris guerriers qu'elle aurait hurlé. Peut-être hurla-t-elle en ce moment même, car la seule chose qu'il pouvait entendre était son esprit qui, dans un dialogue silencieux avec ses nerfs, le guidait dans ses actions.

Le Forgeron s'était approché et avait cloué la bête au sol ; en résultait la présente situation. Le temps avait permis à Sauron de rassembler ses esprits et de le rassurer sur la plupart de ses appréhensions. Aussi détachât-il son manteau, qui l'empêchait plus de se mouvoir qu'il ne le protégeait du froid. Le vent l'emporta aussitôt, c'était dire qu'il avait été encombrant. Il se rapprocha du dragon, restant tout de même à une distance que seul un mage pouvait se permettre ; résolument loin donc. Il parvenait à peine à distinguer une écaille d'une autre sur la cuirasse de ce monstre. Levant son bras gauche en l'air, il laissa la magie s'y accumuler. Focalisant le dragon dans son esprit, il laissa la Brûlure Spirituelle s'insinuer en lui et referma le point, le ramenait proche de sa poitrine ; sapant l'énergie magique de son ennemi. Une fois qu'il fut sûr de son coup, et que l'énergie était bien au bout de son bras, il détendit son poing et la laissa s'évaporer dans le tumulte.

Il aurait aimé prévenir ses alliés qu'il leur avait fait gagner quelques secondes ; mais ne put que leur faire signe parmi le vent et l’obscurité. Les éclairs frappant les pylônes lui donnait un repère peu fiable, mais c'était tout de même un repère et il allait devoir faire avec, car c'était le seul moyen qu'il avait pour savoir qui se situait où.

Sauron se résolut à une idée qu'il n'avait pas eu envie d'exécuter jusqu'à présent, mais que sa qualité de sorcier ne pouvait que le prédisposer à exécuter, à son plus grand malheur. Alors qu'il lançait un sort de soin en direction du Templier, il maugréa. Était-il rendu à une simple position d'arrière-garde ? Une position de soutien ? Il n'aimait pas ça. Plus que tout il avait envie de s'approcher et de déchaîner les enfers sur cette créature jusqu'à son trépas. Mais il risquait sa vie. Celle de ses compagnons également, mais cette dernière n'était qu'accessoire. Leur survie garantissait néanmoins la sienne, alors, se concentrant, il focalisa le Forgeron et lui lança un sort de Bouclier.

Il bougeait lentement, dans le seul but de s'assurer de ne pas être frappé par un éclair. Il espérait que sa présence dans le combat soit assurée par ses sorts, et que ses alliés comprennent qu'il était là pour les protéger.

Il roula des yeux et soupira ; personne ne l'entendit, alors il n'avait aucune intention de se taire.

« Veillez à ne pas gâcher ma précieuse magie ou je vous ferai la grâce de vous achever moi-même ! »


Sa voix se perdit dans la discorde climatique, dans ce maelström de neige, de pluie, de vent et d'orage. Et il sourit. Il avait leurs arrières, ne tenait qu'à eux de foncer tête baissée comme les idiots qu'ils étaient.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
320/400  (320/400)
Lun 31 Oct 2016 - 22:03

Devant la bête, devant le dragon qui à lui seul déchaînait les éléments, Cassandra manquait de force. Elle était parfaitement incapable de dire combien de temps c’était écoulé, cependant, elle n’aurait aucune difficulté à conter les bourrasques de vent manquant de lui faire quitter le sol. Le géant avait rempli sa part du contrat, la bête était enchainé au sol. Du moins, jusqu’à ce qu’il relâche ses muscles ainsi que la chaîne. Les coups de tonnerre se répétaient à une vitesse alarmante, et malgré la pression contre le corps reptilien, ce dernier s’agitait avec d’autant plus de hargne. Ce n’était pas seulement le mal qu’il combattait en ce moment même, la nature était aussi contre eux.

La bénédiction de sa Déesse avait pris fin, son armure cessait de s’illuminer et la jeune demoiselle sentait que son énergie s’en allait avec elle. D’un seul geste, elle lâcha la lance qu’elle tenait encore main pour dégainer son épée et son bouclier. L’arme d’hast s’envola en un instant, emporté par les rafales et alla s’échouer à des centaines de mètres de là.

Elle ignorait parfaitement ce qui se déroulait autour d’elle, il était même possible qu’elle soit la seule survivante tant la pluie était forte. Le seul indice lui permettant de croire que ses alliés tenaient toujours debout se matérialisa par un sort, la jeune femme ressentit les effets du soin, ce qui la galvanisait pour ses actions futures. Et de son chemin, seul le fracas lumineux de l’orage lui permettait de se diriger. Pentaghast s’avança alors, le vent dans son dos la poussait vers l’animal affublé d’une chaîne qu’il n’avait pas demandé. Plus qu’une dizaine de mètres la séparait du monstre, propulsé par la tempête, elle sauta en sa direction avec son épée brandie et prête à s’abattre sur la bête. En plein vol, l’attention que portait le dragon envers le géant se reporta sur la Templière et celui-ci hurla en ondulant comme un serpent. Le vent dans son dos s’intensifia en même temps que le bruit lointain d’une explosion et du tonnerre fracassant le sol. Un instant d’inattention et balancée par le vent, Cassandra se fit happer dans la gueule du dragon.

Les crocs de la bête se refermaient sur elle, maladroitement, elle amena son bouclier devant son visage. Le bruit du métal perforé était le seul son qu’elle entendit alors qu’elle était agité dans la gueule du monstre. Entonnement, ses oreilles buttait sur les sons qu’elle percevait. En dehors, dans le coeurs du combat, elle n’entendait rien alors qu’ici tout semblait calme. Cela en était effrayant, l’adrénaline faisait que Cassandra s’agitait en donnant des coups d’épée dans tous les sens alors que son bouclier se faisait mâchée en même temps que l’armure qu’elle revêtait. Finalement, elle planta son épée dans le palais du monstre et un flot de sang se répandit sur tout son corps.

Cassandra ignorait le déroulement du combat en dehors, seulement, elle sentait la bête se soulever et la Templière être recraché dans le décor cataclysmique. Elle pensait le vent et la plus forte, sauf que maintenant, des vagues entières d’eau venait s’écraser sur son corps. La jeune femme roula sur elle-même sur plusieurs mètres, emportée sur de courtes distances par l’ouragan.

Plantant sa lame dans le sol, Pentaghast tenta de se relever malgré les forces en oeuvre autour d’elle. Elle força énormément sur son gras gauche, le vent s’engouffra en dessous de son bouclier et faisait battre son vent au rythme des rafales. Par dépit et éreinté par les mouvements brusque, elle attrapa la dague à sa ceinture et coupa les lanières de cuir retenant le hoplon brisé avant que celui-ci ne s’envole dans les airs, emporté tel un feuille-morte par les vents de l’automne. Dorénavant libre, elle se releva et contempla le spectacle en face d’elle. Le Dragon se relevait lentement de son entrave, et aucun dégât outre son coup d’épée n’était visible. Non, il était trop tôt, il devait profiter de l’avantage de le clouer au sol. Tendant son bras, la Lumière d’Étro se concentra et murmura au travers de la tempête une ultime prière à son créateur.

Heureux soit l’homme à qui l’Éternel n’impute pas l’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a pas de fraude ! Ô Déesse, aie pitié de moi dans ta bonté. Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions… Car je reconnais mes transgressions. Aujourd’hui et en ce lieu, devant ton jugement, impute ton ennemi du fardeau de ses actes.
Le poing de Cassandra s’illumina un bref instant, elle ramena ensuite son bras au niveau de son coeur avant de lancer celui-ci en direction de la lourde chaîne en mitrhil. L’incantation divine frappa le métal et durant un bref instant, se répandit sur chaque maillon de la chaîne. Et à travers le hurlement de la tempête, le cri du Dragon se fit entendre. La menotte du Consulat chuta alors lourdement, entrainant le corps du dragon avec lui dans un angle improbable avant que sa gueule ne s’écrase sur le sol de pierre de la montagne. Le déferlement de vent s’arrêta une brève seconde, avant de repartir de plus belle dans la vallée. Réaffirmant son emprise sur son épée, Pentaghast se redressa et avança à moitié penchée vers le dragon pour continuer le combat. Toute la honte et la culpabilité du monstre s’abattaient sur ses épaules, le moment opportun pour que chaque personne présente sur ce plateau puisse porter une attaque décisive sur l’arme d’écaille du reptile.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marteau noir
Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 25
Localisation : La Forge improvisée du consulat
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
97/270  (97/270)
Sam 1 Avr 2017 - 17:50
J'ignorais si les autres avaient entendu mon avertissement mais la réponse n'se fit pas attendre. L'espace d'un instant une faible lueur m'enveloppa et j'me sentis bien, comme protégé par une armure supplémentaire, un genre de second souffle presque. L'stratège était définitivement encore dans l'coin.

Malgré ça, la pluie et la neige continuaient d'nous emmerder et j'sentis les maillons commencer à glisser entre mes mains. La chaîne s'détendit peu à peu et la bestiole s'redressait.
La lumière d'la templière commençait à s'enstomper mais au moment où elle disparut entièrement, un cris d'guerre retentit dans l'blizzard suivi un instant plus tard par un son ressemblant à une lance d'arçon lourde perforant un bouclier, généralement...c'est pas bon signe.

Puisant dans mes forces j'réaffirmais mon emprise sur les maillons glissants. J'vis la silhouette du dragon faire un mouvement bizarre et j'cru l'voir recracher quelqu'chose, ou plutôt quelqu'un.
La chaîne s'tendit d'nouveau sous la force du serpent qui recommençait à s'envoler, j'tirais comme j'pouvais mais l'reptile aurait bientôt l'espace pour s'dégager, une seule chaîne n'suffisait pas à l'garder à terre.

Soudain, j'entendis s'qui m'semblait comme un murmure dans la tempête et d'un coup, l'poid d'la chaîne en mithril normalement relativement légère changea. Dix kilos, cent kilos, une tonne, dix tonnes,... j'relâchais mes mains avant d'y perdre des doigts. J'savais pas qui du maigrichon ou d'la miss avait fait son affaire mais j'perdis pas mon temps à la contemplation.
Tirant sur l'dernier maillon d'toute mes forces, j’alignais le lien avant de l'encrer solidement au sol avec deux nouveaux pitons. Puis profitant d'la sensation d'protection du mago, j'retournais foncer dans la mélée.

Pendant ma course, j'retirais la seconde chaîne d'mon épaule et j'en fis un genre d'lasso. Traversant la tempête j'distinguais d'nouveau correctement la bête qui s'débattais sous l'poids des maillons.

D'une impulsion forte, j'bondis sur l'dos du ver juste derrière sa tête, assis entre ses bois.
J'lançais mon lasso en mithril sur son museau et au moment où la bestiole s’apprêtait à rugir une nouvelle fois, J'tirais un bon coup, resserrant le lien et lui clouant l'bec. Et pour assurer ma prise, J'passais la chaîne autour d'ses bois. Il l'ouvrirait plus d'si tôt.

Tenant toujours la chaîne d'une main, j'dégainais mon Marteau noir et j'commençais à lui battre les flancs.

« LES GARS, C'EST L'MOMENT D'EN FINIR ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dynaste de Rubis
Féminin
Nombre de messages : 44
Age : 22
Date d'inscription : 07/08/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade:
XP:
20/650  (20/650)
Lun 17 Avr 2017 - 0:18
Le mage n'avait qu'une très mauvaise vision du déroulement des choses. Le seul moyen pour lui était de profiter du court laps de temps entre deux bourrasques de vent -chose fort peu probable dans l'ouragan qu'était devenue cette tempête de neige, et ses propres sorts, ou plutôt leur énergie. Pour quelques précieuses secondes, il savait où se situaient ses alliés, il savait ce qui se passai, avant d'être rendu aux ténèbres. Il était un être ténébreux bien évidemment, mais la conscience que son corps ne fut qu'une ombre en comparaison de son ancien être, digne de siéger à la droite des rois les plus illustres et, ô comble de la joie, d'être roi lui-même, était toujours une calamité.

Toute la Chine entendit les hurlements du dragon, c'était probablement sûr. Sauron, lui, était certain que toute la Chine avait également entendu le hurlement d'Ulthane, qui enjoignait ses alliés à en finir avec le dragon. Il n'avait pas entendu Pentaghast. Était-elle tombée face au monstre ? Elle semblait plus capable que ça.

Il n'y avait qu'une solution pour pallier à ce cruel manque de visibilité auquel Sauron survivait actuellement, c'était de se rapprocher. Il était confiant en sa magie, et, à défaut d'être confiant en ses alliés, il avait aussi une indicible certitude de la qualité de son expérience.

Ses sens étaient étourdis par la force du vent, son corps frappé par le froid. Il ne pouvait ressentir ni peur ni rage, et cette impossibilité de ressentir une quelconque émotion lui interdisait de céder à une furie destructrice. Cependant, son assurance exacerbée le fit ignorer ses alliés, alors qu'il se rapprochait jusqu'à voir la forme du dragon, au sol.

Il fit naître un sort au creux de la paume de ses deux mains, savourant avec plaisir la puissance magique. Elle était tel un chant qui s'élevait dans les airs, s'envolant dans la tempête, d'une beauté sans pareil.

La créature était au sol, aussi ne songea-t-il pas plus de quelques seconde à la nature de ses sorts, qu'il voulut les plus dévastateurs possibles. Aussi lança-t-il immédiatement un sort de brasier d'une intensité phénoménale. Puis une Terreur.

Il sentait la magie quitter son corps, ce corps désespérément faible qui était le sien. Ce fut avec un souffle de dépit qu'il se rendit compte qu'il ne ressentait rien à part ceci. C'est ainsi qu'il renouvela les sorts, augmentant ses capacités par un autre sort qui lui promettait un contrecoup dévastateur. Le sorcier s'approcha encore quelque peu de la créature afin de voir de plus près ses réactions ; ses hurlements perçaient, eux, sans aucun problème l'ouragan glacé. Il percevait la présence de ses alliés, vivants. A la bonne heure.

De la neige jusqu'aux genoux, oubliant même sa capacité de lévitation, Sauron lançait sort après sort, testant ses propres limites. Il lança un brasier infernal sur la créature jusqu'à ressentir le feu jusque dans ses épaules, repoussant stoïquement son esprit qui, d'une logique froide, l'exhortait à s'arrêter. Il n'avait pas eu l'occasion d'utiliser la magie depuis très, trop longtemps, aussi n'allait-il pas s'arrêter. Il considérait sa raison comme les chaînes d'une geôle noire qu'il voulait éviter.

Chacune de ses inspirations était une goulée d'air glacé, lui rappelant qu'il était en vie. Cette pensée lui tira un sourire ; il n'était pas heureux, mais son esprit s'ouvrait aux immenses possibilités de cette demi-vie que les ténèbres lui avaient accordé. Les particules de magie pure se mêlant aux flocons tour autour de lui, ainsi que les râles graves de la créature l'auraient émerveillé s'il avait eu un coeur. C'était une plaisanterie cruelle, de le laisser seul maître du destin d'une si magnifique créature alors qu'il n'était qu'un être qui ne savourerait jamais une telle victoire. Un sourire aux lèvres, il matérialisa un sort de glace, qu'il dirigea là où les écailles du dragon semblaient plus fines. D'un geste, il acheva la créature dont les crus se turent.

Et avec eux, le vent mourut quelque peu, comme endeuillé.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lumière d'Étro
Masculin
Nombre de messages : 97
Age : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandante
XP:
320/400  (320/400)
Mar 18 Avr 2017 - 0:29

Elle y était presque, le dragon à la gueule enchaînée était devant-elle. Il suffisait à Cassandra de faire un pas de plus afin de pouvoir brandir son épée au-dessus de sa tête, ensuite, l’abattre de toutes ses forces sur le saurien. Participer à l’effort de guerre, donner ne serait-ce qu’un seul coup, alors que de son côté, le géant abattait sans relâche son énorme masse dans les côtes du dragon. Le vent harcelait son visage, la pluie s’abattait sans relâche et semblable à des centaines de coups de poignard maltraitant son corps.

Il fallait que cela finisse. Il fallait qu’il tombe. Il fallait que ce mal soit définitivement éradiqué de cette terre.

Passant son bras gauche devant les yeux, brandissant son bras armé vers le ciel, elle fut projetée en arrière quand une déflagration toucha la bête de plein fouet. Elle sentit une chaleur comme elle n’en avait jamais connu lécher la peau de son visage, envahissant ensuite le haut de son corps alors qu’une seconde attaque magique provenant de son dos vint s’abattre une nouvelle fois sur le béhémoth. Elle crut que les éléments s’étaient déchaîné une nouvelle fois avant qu’il ne cesse subitement. Le dragon était vaincu, une immense stalactite perforant son crâne. Et à plusieurs mètres de cela, un Sauron au visage transfiguré d’une joie indescriptible. Ils avaient réussi, la terreur que répandait Shen-Lang venait de s’arrêter au centre de ce plateau.

Retombant mollement sur le dos en observant un ciel redevenu bleu, un sourire se dessina sur le visage de la garde avant qu’elle n’amène sa main au visage et balayât ce dernier pour se redresser. Un horrible acouphène vrillait ses tympans alors qu’elle se redressait, Ulthane descendit de sa monture et Sauron ne quittait pas sa transe. S’abaissant pour empoigner son épée et ranger celle-ci dans son fourreau, s’approchant ensuite du mage d’un pas lent. La douleur commençait à s’en prendre à chacun de ses muscles, elle serait heureuse en retrouvant sa terre natale.

Felicitation, consuls.
Alors que le vent s’était enfin calmé, la nature impitoyable de la montagne reprenait son droit. Ils étaient tous les trois trempés jusqu’au os, et lentement, le froid ambiant vint offrir un nouveau ennemi à affronter. Soufflant, un nuage blanc se cristallisant devant l’envoyée du Sanctum.

Lorsque la tempête s’est levée, j’ai cru un instant que vous m’aviez conduit à la mort. Fort est de constater que, nous avons affronté la nature elle-même.
Un sourire se dessina sur son visage, à l’intention des deux hommes du Consulat. Pour que finalement, elle laisse son regard se poser sur l’homme à la chevelure de feu.

Cependant, Sauron. S’il y a une prochaine fois, veillez à ne plus compter sur vos alliés comme de vulgaires dommages collatéraux.
Elle ne rajouta rien, se contentant d’appuyer son regard tout en fronçant les sourcils. Elle avait eu de la chance d’avoir été ralentie par les rafales du dragon, il aurait fallu d’un rien pour que son sort percute de pleins fouets la garde. Et à l’instant, elle n’osait pas imaginer ce qu’avait endurer le géant alors qu’il surmontait le dos du monstre. En tout logique, il avait dû être en premier ligne quand le mage eusse enfin décidé de déchaîner ses arcanes contre Shen-Lang. Quittant finalement les yeux de couleur ambre de Sauron, elle s’attarda finalement pour observer les dégâts qu’avait put recevoir Ulthane.

Même si cela était égoïste, Cassandra priera intérieurement à l’intention d’Étro. Remerciant la déesse d’avoir enveloppé sa fille de sa lumière pour cette épreuve. Ainsi qu’à ses alliés, même si une pointe de colère naissait dans le coeur de la garde à l’intention de cet homme.



_______________________________
 
 
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marteau noir
Masculin
Nombre de messages : 92
Age : 25
Localisation : La Forge improvisée du consulat
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
97/270  (97/270)
Lun 19 Juin 2017 - 16:48
C'était fini, la bête était mort. Les dernières attaques du stratège en étaient venu à bout. J'me rendais bien compte qu'si j'avais pas été des terres du Feu j'aurais finit grillé avec l'dragon... et quelqu' part j'me disais aussi qu'le stratège n'y avait pas réfléchis plus qu' ça et qu'ça lui en touchait une sans faire bouger l'autre. Il faudrait l'garder à l’œil c'ui-là.
J'descendis du dos du monstre alors qu'mes compagnons s'approchait d'la carcasse. La templière partit en félicitations qu' j'écoutais qu'à moitié, l'gros du message semblait positif.
Shen-long était mort, et les habitants d'ce monde pourraient dormir en paix, jusqu'à la prochaine catastrophe. L'monstre était mort et la mission fini... du moins pour les autres.

Parc' que oui, l'dragon avait été un danger à éliminer, mais c'était loin d'être la seule raison d'mon implication dans l'affaire.
Je n'ai jamais perdu d'vu mon objectif personnel, la raison pour laquelle j'avais rejoint l'consulat, améliorer mon art, devenir l'meilleur. Depuis que j'avais mis la main sur l'bouquin listant les œuvres du grand forgeron, les armes « uniques », j'avais pas arrêté d'essayer de m'approcher d'la perfection... de sa perfection. Et pour y arriver y m'fallait les matériaux adéquats.
Parce qu' c'est bien gentil la poussière de fée mais quand on m'a parlé du dragon, c'est ça qu' j'avais en tête, les matériaux parfaits !

La miss n'avais pas finit d'parler que j'sortis mon couteau, qui pour un humain tenait probablement plus du cimeterre. Tout deux m'regardèrent d'travers, s'demandant pourquoi j'sortais une ''arme'' après l'combat, mais avant qu'y n'ai pu m'dire quoi qu'ce soit, j'me suis retourné vers la bête et j'ai commencé à l'examiner.

La tête avait pris l'plus cher, l'énorme pieux d'glace avait traversé la mâchoire inférieure, transpercé la langue et la cervelle et était ressorti de l'autre côté fendant l'crâne en deux et fragilisant toute la structure crânienne qui s'disloquait en glissant vers la base du pieux planté dans l'sol par l'impacte de sa chute.

« Quel gâchis... »

Au moins les cornes semblaient intactes.
J'inspectais ensuite l'reste du corps, Les griffes étant solides comme elles le sont, étaient resté en parfait état, malgré l'sang coagulé qui les couvraient. Passant la main sur la peau écailleuse du ver j'sentis qu'la plupart des côtes avait été brisées.

« J'aurais pas du y aller si fort, c'est dommage... »

Mes compagnons m'suivaient du regard perplexe en m'entendant marmonner des propos qui devaient leur paraître fou, parlant comme ça d'un monstre qui avant causé tant d'mort dans son sillage.

Arrivé au bout d'la queue, j'y suis allé d'toute ma force pour retourner la bête sur l'dos avant d'commencer à faire une entaille qui faisait toute la longueur d'la carcasse et quelques autres coupures au niveau des pattes et d'la tête décidément bien trop amochée.

La perplexité des deux p'tit s'transforma en dégoût quand toujours à l'aide d'mon couteau j'décollais la peau des muscles d'Shen-long. J'peux pas leur en vouloir, même moi ça m'cramait et sinus au travers d'mon écharpe masquant ma bouche et mon nez.

Les rares survivants de l'attaque avait commencé à s'regrouper et la guerrière avait commencé à organiser l'retour, ordonnant d'récupérer tout c'qui était récupérable du matos du camp et d'enterrer les morts.
Des chariots il n'en restait qu'un d'intacte et les soldats l'avait déjà remplis à moitié quand j'arrivais, balançais la quasi totalité du matos récupéré et qu'je l'ai tiré jusqu'à la dépouille.
Sur le temps qu'ils avait mis à récupérer leur matos inutile, j'avais fini d'dépecer et d'désosser l'dragon, et j'avais pas l'intention d'laisser traîner la moindre miette.

Les écailles pour de l'armure, les os pour des armes, la viande et les organes j'savais pas co c'que j'allais pouvoir en faire mais j'avais même répandu d'la Brune d'orage dans la neige pour récupérer quelques litres du sang d'Shen-long dans ma flasque, alors j'trouverais bien une utilité à ça aussi.

Prenant les devants du chariot, j'revins vers la troupe qui semblait m'attendre pour partir.
Les nerfs du mage s'étaient refroidis, comme l'reste d'son corps maintenant privé d'manteau. Et des fragments du bouclier d'la miss étaient encore visible entre les dents d'la tête difforme siégeant au sommet d'la chariote.

« J'oublierais pas vot' rôle dans cette mission quand j'ramènerais ça à ma forge. T'as failli m'cramer avec l'reste l'magus, mais t'as au moins mérité un manteau en peau d'dragon. Et pour vous templière, j'pense qu'un nouveau bouclier en omoplate de Shen-long pourra vous servir... »
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coeur de Dragon, un film arthurien !
» Vos moments préférés dans les films/série/courts-métrages
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» How train your dragon