Derniers sujets
» Aux abonnés absents
par Kurt Brown Aujourd'hui à 14:09

» Breaking News : Course poursuite à Costa Del Sol !
par Roxanne Ritchi Hier à 18:50

» La Menace Chocolatée
par Rufus Shinra Hier à 17:56

» Trois petits oiseaux
par Rufus Shinra Hier à 17:37

» De l'ennui naît l'horreur
par Maître Aqua Hier à 16:50

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Hier à 10:38

» Il faut du soin
par Pamela Isley Ven 21 Juil 2017 - 12:18

» Thé glacé sous les palmiers
par Kurt Brown Jeu 20 Juil 2017 - 16:25

» Après une pause
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:24

» Libre, l'univers pour t'accueillir
par Abigail Underwood Jeu 20 Juil 2017 - 13:11

» Est-ce qu'il y a un médecin dans l'assemblée ?!
par Chen Stormstout Jeu 20 Juil 2017 - 12:04

» Entre ciel, terre et campagne
par Agon Wiley Jeu 20 Juil 2017 - 9:49

» Des morceaux de Fred dans les cheveux
par Jecht Jeu 20 Juil 2017 - 1:43

» Les Orphelins
par Natsu Dragneel Mer 19 Juil 2017 - 21:43

» Réglementations et demande de Partenariat
par Le Cygne Mer 19 Juil 2017 - 16:45


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Et une nouvelle aventure qui commence......YO-HO !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Chasseur Ardent
Masculin
Nombre de messages : 665
Age : 27
Localisation : Pourquoi ? tu veux te battre !!!!
Date d'inscription : 18/11/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
431/550  (431/550)
Lun 4 Jan 2016 - 23:44

Dans le quartier commerçant de Port Royal, celui situé à l’Est de la ville, s’élevait encore un fois dans l’air l’agréable parfum de pain cuit et de feu de bois dans l’une de ses principales ruelles. Le boulanger était en activité depuis des heures, répétant inlassablement les gestes que lui avait enseignés son paternel avant de lui remettre la clef de l’édifice pour qu’un fois encore, une génération supplémentaire de leur grande famille d’artisan culinaire œuvre à nourrir la population et les honnêtes travailleur de la ville portuaire des Caraïbes.

Comme toujours, le quartier était remplit de passants venant y faire leurs courses en couple, en famille, en bande ou bien seul. Toujours aussi vivant, les habitants ne tarissent jamais de nouvelles histoires à se raconter entre eux, les ragots vont bon trains et se portent avec le vent, les affaires fonctionnent selon les aléas du marché, mais fort heureusement le commerce dans les Caraïbe n’est jamais à plaindre. Surtout celui de la piraterie et du larcin !
En effet, c’est dans ce même quartier, et principalement cette fameuse boulangerie, que trois individus, dont deux jumeaux d’une vingtaine d’année sortirent hâtivement les bras chargés de pains, croissant et autre brioches encore chaude. Bien entendu, un appel au vol résonna peu après dans l’enceinte de la boulangerie, les passants qui l’entendirent restèrent étonnés, se demandant d’où provenait le hurlement de détresse. D’autres qui avaient assisté à la scène étaient encore trop décontenancé par la rapidité d’exécution des voleurs pour réagir. Seule une petite patrouille de cinq miliciens qui faisaient leur ronde se mit à accourir dans l’instant sur les lieux du crime pour en apprendre les évènements. Les habitants, qui désormais avaient retrouvé leurs esprits, indiquèrent vaguement la direction dans laquelle s’étaient enfuis les voleurs, puis les soldats se mirent rapidement à leur poursuite, brandissant leur fusil tout en ordonnant aux passants de leur faire place pour qu’ils rattrapent les criminels et les traînent devant la justice.

De leur côté, le trio de voleurs venait de s’engouffrer dans une ruelle en cul de sac. Les murs des maisons adjacentes couvraient le soleil, rendant le passage sombre d’où était entreposé un peu partout plusieurs tas d’encombrant. Le groupe ne ralentie pas son avancé pour autant, gravit rapidement les tonneaux, caisses et autre ferrailles entreposés de-ci et de-là pour aller se hisser agilement sur les poutres apparentes des maisonnées, malgré leur encombrement,  jusqu’à finir par se retrouver sur les toits de la ville et s’y coucher un instant.
L’un des jumeaux, celui qui possédait un bandana bleu qui lui recouvrait l’entièreté du crâne, laissa sa tête dépasser discrètement de leur cachette afin d’apercevoir leurs poursuivants, ceux-ci passèrent à toute vitesse devant leur ruelle sans même s’y arrêter.

- Ces idiots de la marine ne sauraient pas trouver un poisson dans l’océan, chuchota victorieusement le leadeur de la bande après que son partenaire lui ait fait part de ce qu’il avait vue.

Les deux frères répondirent avec un petit rire moqueur avant de se mettre à admirer leur butin. Ce n’était pas extraordinaire mais au moins ils avaient de quoi manger pour un petit moment. Cependant, ce n’était pas réellement par soucie de nutrition qu’ils avaient réalisé leur forfais. Ils possédaient chacun une petite somme suffisante pour se loger  et vivre un tant soit peu durant quelque jours sans soucie. Ce qu’ils désiraient c’était faire parler d’eux, se forger une petite réputation comme ceux étant capable de voler et brigander au nez et à la barbe de la marine et des Mercenaires sur leur propre Q.G. Ils sévissaient déjà depuis quelques jours, allant de petits vols en petits vols, réussissant à chaque fois à semer leurs poursuivants de façons astucieuses. Depuis, leur tête avait été mise à prix, la somme n’était pas extravagante ni peu intéressante pour les chasseurs de primes en tous genres, mais il manquait un élément sur leur Curriculum Vitae de bandit pour qu’il soit parfais : l’annonce « veuillez remettre ces personnes au Centurio si vous les capturez ». Ce qui signifiait beaucoup ! Cela leur permettrait de vraiment être reconnues comme des criminels notoires, avec une influence qui forcerait le respect auprès des autres pirates sillonnant les mers.

- Et Maintenant on fait quoi Arty ? Demanda le second jumeau qui possédait un bandana rouge. Non parc’que les p’tits vols à l’étalage ça va bien cinq minutes mais là on tourne en rond.
- Ouai c’est pas faux, surenchérit l’autre, notre prime à pas énormément bougé depuis qu’on a commencé. On devrait égorger quelqu’un ou chiper autre chose que des p’tits trucs merdiques.
- Vous prenez pas la tête avec ça les gars, fit malicieusement le leadeur. C’est justement pour faire croire aux Mercenaire qu’on est juste des voleurs de bas étages qu’on va réussir à les coiffer au poteau lors de notre prochaine action.


A ces mots, les jumeaux ouvrir de grand yeux avant de se prendre aux lèvres de leur compagnon en parfais auditeurs, grignotant en même temps quelques morceaux de brioches pour se remplir l’estomac suite à leur petite course.

-Voila le topo, lança Arty en s’asseyant en tailleur après avoir jeté un regard tout autour pour s’assurer que personne ne les observait. J’ai appris que dans deux jours le Centurio allait recevoir un réapprovisionnement en boisson. La cargaison est très peu protégée et uniquement véhiculée par une charrette et son cocher. Ça sera un jeu d’enfant de lui tomber dessus, de lui prendre les rennes et de filer jusqu’à notre planque pendant que les Mercenaires pleureront leurs boissons disparut. On pourrira leur petit commerce de ce côté-là, et avec les nombreuses fois où on les a emmerdés ils auront tellement la haine qu’ils augmenteront notre prime sans hésiter juste pour se venger personnellement.
- Et à nous la gloire et le respect ! s’extasia le jumeau au bandana rouge.
- Avec ça on va devenir super connu et monter facilement notre propre équipage ! se mit à rêver son frère.
- Vous avez l’intention de chourave la bibine de Fred ! vous allez être dans une de ses merdes quand les copains vont savoir ça !


Le trio tourna subitement le regard en direction de la nouvelle voix qui s’était ajoutée à leur conversation. Celle-ci appartenait à un homme mal rasé, au teint mâte et dont la chevelure était parsemée de tresse qui venait subitement de faire émerger sa tête du toit en soulevant l’un des tuiles qui le composait. Cela eu pour effet de faire bondir de peur le jumeaux au bandana bleu qui trébucha et tombât de son perchoir lourdement en plein milieu de la rue piétonne. Son bras se réceptionna mal et il se brisa douloureusement sous le choc

- Fréro ! hurla son double familiale en se précipitant sur le rebord pour observer l’état déplorable de son fraternel.
- Putain mais t’es qui toi ! lança avec stupeur le leadeur de la troupe de voleur.
- Moi ? c’est Willem ! Et lui là c’est Miguel, fit-il en tendant son pouce sur sa gauche.
- Holà ! lâcha impassiblement un imposant homme basané au crâne rasé en pointant un tromblon en direction d’Arty en même temps que sa tête émergea de la toiture à son tour.
- Et elle, enchérit Willem en pointant cette fois-ci à sa droite de son index, c’est Cathy
- Salut ! fit jovialement une jeune femme vêtu à la garçonne en apparaissant à l’identique de ses camarades tout en pointant une rapière sur le postérieur du jumeaux encore présent.
- On est Mercenaire ! finit-il en dégainant un pistolet dans chacune de ses mains pour menacer les deux restants du trio avec un sourire malicieux.
- Mais…Mais…..comment vous nous avez trouvé ? jamais personne ne nous a rattrapés avant
- Ah ça c’est parce que vous vous planquiez toujours bieeeeeeeeen avant qu’on débarque, donc c’est sûr que c’est pas facile de vous courir après. Pour ce coup-ci je dois avouer qu’on a eu du bol, vous êtes passé devant nous sans vraiment nous calculer en fait. Et comme on a réagi un peu plus vite que tout le monde, on vous à vue vous faufiler dans la ruelle et monter sur les murs
- On a juste eu à entrer dans la maison et monter jusqu’au grenier en quatrième vitesse. On pensait sortir rapidement pour tenter de vous poursuivre sur les toits mais vous êtes resté connement sur place à faire les malins et à raconter vos plans foireux. Au départ on se disait « hey, et si on les prenait à leur propre piège », puis quand vous avez parlé de la cargaison du Centurio là on s’est dit qu’il fallait faire preuve de pitié et vous arrêter avant que ça ne dérape.
- Si…..
- J’ai maaaaaaaal….résonna sous la forme d’un écho plaintif les lamentations des jumeaux encore étendue au sol.
- ‘Faut dire aussi que z’étes vraiment débile de penser que vous puissiez survivre au moins cinq jours à foutre le bordel à Port Royal sans qu’on finisse par vous tomber dessus. Même si je dois avouez que tenir aussi longtemps mérite un tant soit peu de respect.
- No….


Un silence gênant tomba sur le groupe tandis que les deux voleurs regardaient Miguel avec un air perplexe et déconcerté.

- ‘Faites pas attention à lui, souligna Cathy en agitant légèrement sa main libre devant son visage comme si elle essayait de chasser des mouches invisibles qui l’importunaient. Il sait pas aligner plus de trois mots quand il est bougon.
- Bon quoi qu’il en soit, vous vous rendez ou on vous troue la peau et on vous donne à bouffer aux requins ?
- Heu….gémit péniblement Arty  en levant lentement les mains en l’air en signe de soumission. Non sans essayer une dernière ruse vieille comme le monde : Pourparlers ?


Quelques instants plus tard, au cœur du poste de la milice de Port Royale, le petit groupe de Mercenaire y avait empoché la récompense mise sur la tête des trois briguant. Pendant que ces derniers étaient emmenés dans leur cellule, Willem, Cathy et Miguel quittaient la place avec un large sourire en comptant les Munnies qu’ils venaient de gagner

- Héhéhéhé ! jubila Willem. 45 Munnies les gars ! y’a pas à dire on assure comme des bêtes !
- Talentueux ET Chanceux, renchérit Cathy. On est fait pour ce boulot !
- Si…..
- Ah non tu vas pas encore faire la gueule Miguel ! s’énerva soudainement Willem. J’t’avais prévenu que cette prostituée n’en avait qu’après ton argent mais tu m’as pas écouté. Môssieur il pensait que c’était le grand amour. La prochaine fois tu me feras un peu plus confiance ! Allez, en attendant je vous paye à boire ! Direction la maison !


Et le trio inséparable de Mercenaires reprit tranquillement la route tout guilleret, se délectant par avance du festin qu’ils pouvaient se faire avec cette coquette somme qu’ils venaient d’empocher, non sans oublier de garder un œil ouvert sur ce qu’il se passait dans les rues de Port Royale. Avec un peu de chance, ils pourraient se faire encore plus d’argent de la sorte.


Pendant ce temps, au Q.G des Mercenaires, l’ambiance y était aussi chaude et décalé que d’habitude. Ses habitants festoyaient en célébrant leurs dernières missions effectuées, ou prenaient simplement du bon temps en attendant de remplir d’autres contrats. L’alcool et la bonne nourriture y coulaient sans que cela ne soit par abondance pour autant, le gérant de la Taverne mettait un point d’honneur à faire respecter un certains quota à ses clients pour que plus jamais des bagarres destructrices ne dégénèrent au sein de Port Royale. Car si il y avait bien  un endroit où on pouvait trouver les individus les plus redoutable de ce monde, c’était bien au Centurio ! Donc pas question de les faire boire plus que de raison quand on sait de quoi ils pourraient être capables si ils venaient à se déchainer.
Ce même gérant était d’ailleurs en train de compter une vieille légende au plus turbulent des Mercenaires dans le but de le faire ralentir sur son débit de boisson. Ce qui avait le mérite de bien fonctionner.

- …..Et c’est grâce à ce petit moulin magique que l’eau des Mers et des Océans devint salée, finit de narrer Fred le Tenancier en même temps qu’il achevait de nettoyer le dernier verre sale sur le comptoir.
- Troooooooooooop coooooooooooooool ! Lança Natsu des étoiles plein les yeux en sirotant une énième pinte de rhum. T’as un don pour raconter des histoires c’est fou ! pour un peu j’m’y serais crut !
- T’as toujours été bon public, sourie amicalement le Tenancier. Bon sinon quand est-ce que tu vas te remettre au travail ? Depuis ton retour t’as pas été très actif.
- Je sais pas trop quoi faire…grimaça-t-il en se grattant l’arrière du crâne. Y’a tellement de boulot que j’hésite entre quelques-uns.


A ces mots, le Chasseur Ardent sortie de sa poche arrière un bout de papier sur lequel étaient griffonné des ordres de missions, de leur monde de provenance ainsi que de la somme en récompense à leur exécution.

- Y’a une grosse bestiole dans le monde Enchanté que j’aimerais bien allez défoncer pour me dérouiller un peu. Y’a aussi du grabuge dans le Nouveau Monde, faudra que j’aille y jeter un œil pour savoir c’qu’il se passe. Il s’passe également des trucs bizarres à Halloween, j’y ai pas fait gaffe la dernière fois que j’y suis allez et j’aimerais régler le problème….Mais le hic c’est que c’est un peu trop personnel. Après sinon y’a ce type à tête de mort qu’à foutu la merde à Port  Royale l’autre fois, sa tête vaut un pactole ! j’suis sûr que je pourrais dégoter des infos sur cet enfoiré et le traquer pour tout rafler.
- Les enfants grandissent si vite de nos jours, émit Fred en feignant des larmes de joies qu’il s’essuyait d’un revers de la main. Dire qu’il y a pas si longtemps tu ne réfléchissais jamais à ce que tu faisais, c’est presque touchant de te voir aussi….mature
- Je sais pas comment je dois le prendre, répondit le Draconicus en plissant les yeux de méfiance.


Le Tenancier voulut continuer à taquiner le jeune homme, mais la grande porte à double battant du Q.G s’ouvrit à l’aide d’un violent coup de pied, laissant entrer un groupe de trois Mercenaires dont les dernières missions réussis avec un succès fou donnaient l’impressions qu’ils pourraient un jours devenir de grandes têtes du Centurio dans quelque temps.
Celui qui marchait en tête du groupe possédait de longue tresses noires qui retombaient sur ses épaules, encadrant son visage mâte qu’elles pourraient presque entièrement couvrir si il n’avait pas un bandeau rouge vif qui lui ceinturait le front pour venir se cacher dans sa chevelure. Il avançait le dos légèrement vouté, les mains dans les poches de son long manteau gris couvert de poussière en dessous duquel on pouvait apercevoir une chemise blanche qui commençait à jaunir. Celle-ci se terminait au niveau de ses entre-jambes, flottant librement par-dessus son pantalon beige clair qui lui-même disparaissait dans ses bottes d’un marron délavé. Chacun de ses pas permettait d’apercevoir caché sous ses habits une multitude de pistolets, tandis qu’a sa ceinture était fixé un sabre des plus classique comme on pouvait en voir dans ces eaux.
A sa suite ce tenait un grand gaillard bâtît comme une armoire. Un large tatouage venait orner son crâne chauve tandis que la seule trace de poil qui apparaissait sur son visage était une barbe en forme d’un long collier. Il était torse nue malgré le temps doux qui faisait office dans les Caraïbes depuis un petit moment, une large bande de tissus noir venait lui ceinturer la taille afin de tenir son pantalon rouge qui s’enfonçait dans ses bottes noirs. Il portait un imposant tromblon sur son épaule et ses avant-bras étaient cerclés de brassards en cuir robuste.
Aux côtés du grand type marchait une jeune femme coiffée d’un chapeau en feutre  de couleur carmin. Elle possédait une coiffure courte à la garçonne, et était vêtue d’une simple chemise à larges manches, superposée d’un gilet en cuir resserré sur son buste ainsi qu’un foulard rouge autour du cou afin de dissimuler au maximum sa poitrine. Cette même chemise venait s’enfermer dans un pantalon marron foncé assez large pour que l’on ne devine pas sa fine silhouette. Celui-ci dissimulant presque entièrement ses bottes noires Elle possédait une fine rapière à la ceinture ainsi que deux pistolets cachés dans son dos

Le premier affichait un large sourire victorieux tandis qu’il s’avançait suivit de son équipe en direction du bar en tonitruant d’un air jouasse.

- PATRON ! File nous un de tes meilleurs tonneaux, c’est notre tournée !
- Willem, Miguel, Cathy, les Salua Fred d’un geste de la tête. Qu’est-ce qui vous amène de si bonne humeur ?
-Salue les gars ! leur lança joyeusement Natsu en faisant un "High Five" avec les deux hommes de l'équipe avant de faire la bise à Cathy
- Figure toi, s’extasia cette dernière, qu’on est tombé sur un des groupes qui cherchent à se faire un nom en nous cherchant des puces en ville depuis un moment. On leur est tombé dessus sans le vouloir et maintenant ils sont dans les prisons de la marine en train d’attendre la date de leur pendaison
- Et regarde un peu ce qu’on a gagné en remerciement de notre collaboration, continua Willem en posant un petit sac sur le comptoir qui déversa une partie de son contenue. 45 Munnies mon gars ! Je m’impressionne moi-même tellement on est doué pour se faire du fric
- Pas mal, émit le Tenancier après un sifflement d’admiration, et vous avez mis la main sur qui exactement ?
- Le groupe avec des jumeaux là, tu sais ceux qui s’amusent à faire un coup pourri pour ensuite allez se planquer rapidement. Un jour ils font un truc dérangeant, et l’autre ils font des trucs complétement débile qui font que nous prendre la tête plus que nous emmerder vraiment.
- Ha oui, je pense voir de qui tu parles…..Et bien, 15 Munnies par tête, j’ai presque de la peine pour eux tellement c’est une somme insignifiante.
- Et tu connais pas le meilleur, reprit Willem en se retenant de pouffer de rire. Leur prochain coup était de dévaliser la prochaine livraison de rhum du Centurio !



Un silence survint alors instantanément en plein cœur du  Q.G des Mercenaires. Tous venaient de stopper leurs occupations pour se tourner en direction du comptoir pour s’assurer de ce qu’ils venaient tous d’entendre.

- Sérieusement ? finit par émettre Fred en levant un sourcil de surprise.
- Si… répondit le grand Miguel avec un petit sourire.


S’ensuivit alors l’hilarité générale, tout le monde dans le Centurio riait aux éclats. Certains tombèrent à la renverse, d’autre se tenaient les côtes, et d’autre ne pouvaient s’empêcher de taper du poing ou du pied pour aider à faire passer le fou rire ambiant. Natsu lui remplissait les trois méthodes à lui tout seul, roulant par terre tout en versant quelques larmes. Fred lui-même ne put s’empêcher de laisser transparaitre un large sourire dans un coin de son visage.

Lorsque la bonne humeur fut par redescendre de plusieurs crans, le Tavernier finit par accepter la demande du trio, empocha leur argent nouvellement gagné et leur sortie un tonneau de rhum pour que ceux qui en avaient la motivation boivent aux frais de la fine équipe. Ces derniers emportèrent avec eux le fût d’alcool et se dirigèrent dans un coin de la taverne proche d’une fenêtre pour profiter de la lumière du soleil, rapidement suivit par une quinzaine de leur comparses.
Natsu voulut se joindre à la troupe pour profiter de la bonne ambiance mais Fred le retint solidement par le col de sa longue veste sans manche, l’obligeant à se rassoir en frôlant de tomber de sa chaise.

- Pas toi mon gars ! Si tu veux boire il va te falloir gagner ta vie !
- Mais pourquoi ? Protesta le Chasseur Ardent. Il me reste encore de l’argent de côté, j’peux en profiter encore un peu…
- Sauf que t’es un vrai troue sur patte ! Tu vas tout dilapider en une semaine ! Et ça je sais que ça n’a pas changé chez toi. Donc trouve toi un travail qui paye un minimum, ramène de quoi renflouer les fonds du Centurio et tu auras droit à ta part comme tout le monde.
- Ces quoi ces conneries ! C’est pas la première fois que je reste sans rien faire pendant plusieurs jours d’affilés !
- C’est la crise je te rappel, tous ceux que tu vois ici bossent dure pour que la Taverne ne s’écroule pas et pour que nos affaires continue de fonctionner. Mais on a de moins en moins de contrat juteux sur les bras, sans oublier qu’on perd des sommes astronomiques rien que pour financer notre projet du Nouveau Monde.
- On n’a toujours pas trouvé d’or ?
- Non, lança Fred après avoir poussé un long soupir. Et ça commence à devenir urgent, Radcliffe a intérêt à se bouger le cul si il ne veut pas qu’on le lui botte bien comme il faut.
- Je rêverais de le remettre en place ce type ! Se mit à grogner Natsu en repensant au gros Gouverneur. Mais c’est un envoyé de Londres, mandaté par la couronne et tout le bazar, donc on a pas le droit de le toucher.
- Qui t’as dit ça ? Demanda le vieil homme en écarquillant les yeux de surprise
- Ben les colons….Pourquoi ?


Le Tenancier fixa le jeune homme dans les yeux pour s’assurer qu’il ne disait pas n’importe quoi, puis il se frotta énergiquement les mains en se rendant compte qu’encore une fois le Chasseur Ardent avait tout comprit de travers.

- Natsu…rappel moi qui à organiser le projet de l’expédition pour le Nouveau Monde
- Ben…Nous ? fit-il d’un ton hésitant, craignant instinctivement de ce prendre une claque pour avoir encore fait ou dit une énième bêtise.
- Oui…ensuite dit moi qui à proposer de nous filer un coup de main via la Compagnie des Indes
- Heu…La Gouverneur….Mlle Swan ?
- Bien, bien…Et qui a créé un partenariat avec Londres afin de nous envoyer des fonds ainsi qu’une personne qualifié pour gérer les ressources humaines, financières ainsi que le déroulement des opérations d’extractions des richesses pendant que NOUS nous occupons de la sécurité et de la bonne avancé de l’établissement de nos campements ?
- La Gouverneur ! Répondit cette fois-ci le jeune homme du tac-au-tac.
- Et qui est cette fameuse personne qualifié ?
- Radcliffe !
- Encore juste, Ce qui fait de Mlle Swan le commanditaire de ce gros contrat, et donc par extension l’employeuse de Radcliffe. Mais comme nous somme en partenariat direct avec elle cela fait de nous…..
- Les patrons de Radcliffe ! lâcha-t-il avec un large sourire de fierté en se félicitant de son sans faute pour répondre au questionnaire du Tenancier. Seulement il ne semblait pas encore avoir réalisé ce qu’il venait de dire et il resta quelques instant impassible avec un large sourire débile.


Puis son sourire s’effaça lentement de son visage au fur et à mesure que le courant revenait dans sa caboche. Jusqu’à finir par le transformer en une moue de surprise lui donnant l’impression que ses yeux allait sortir de leurs orbite tandis que le bout de sa langue s’enflamma instinctivement comme il le faisait à chaque fois qu’il devenait trop énergique

- LES PATRONS DE RADCLIFF !!!!!!! Reprit-il soudainement en beuglant comme un dégénéré avant de se lever d’un coup de sa chaise tout en aplatissant lourdement ses mains sur le comptoir. BORDEL DE MEEEEEEEEEERDE !!!!!
- Tu comprends vite mais il faut encore t’expliquer longtemps à toi. Fit Fred en se frottant les oreilles, craignant d’en avoir perdu l’une des deux.
- Non mais ça veut dire qu’on peut lui botter le cul ! Continua le Draconicus complétement surexcité par ce qu’il venait enfin de comprendre après tout ce temps. Moi j’croyais que parce qu’il était gouverneur c’était un noble qui avait tous les droits sur nous.
- Londres nous a envoyé un individu correspondant aux critères. Cela ne signifie en rien qu’il a les pleins pouvoirs, il reste sous contrat avec nous. Pour ce coup-ci NOUS somme les commanditaires et la Couronne les employés
- Ça veut quand même dire qu’on peut lui botter le cul quand il nous emmerde ! reprit Natsu sans masquer le sourire sadique qui venait de se dessiner sur son visage.
- Calme toi et assied toi bougre d’âne ! lâcha Fred en donnant une claque sur le sommet du crâne du jeune Mercenaire, l’obligeant à lui obéir. On ne résout pas un contrat par partenariat avec ses poings, il faut une bonne entente entre les différents partis ! Sinon le contrat peut se rompre dès qu’une des deux décidera de quitter le navire. Radcliffe a effectivement des droits et des pouvoirs sur l’avancé et le fonctionnement de notre petite colonie, mais nous en avons tout autant, voir plus !
- Comment ça ?
- Radcliffe peut décider à tout moment d’abandonner la gestion des ressources et en faire part à la Couronne, si sa raison s’avère être de notre faute pour quelques mauvaises actions ou comportements alors le Roi refusera de continuer à faire affaire avec nous et brisera le contrat. Nous n’aurons alors plus les fonds nécessaire pour continuer le projet.


Le Tenancier venait de sortir un papier ainsi qu’un crayon et se mit à dessiner grossièrement un schéma récapitulatif de ce qu’il énuméré sous la forme de dessin simpliste.

- De notre cotés nous avons également les même droits que Radcliffe, nous pourrions parfaitement faire part de notre mécontentement à Mlle Swan qui pourrait faire annuler le contrat. Sans notre protection les colons n’oseront pas rester un jour de plus sur ces terres sauvages et les fuiront rapidement. Mais ce que nous avons de plus c’est le droit de licencier Radcliffe s’il est le seul problème dans nos pattes. Une fois que Mlle Swan en aura référé au Roi, celui-ci fera rapatrier le Gouverneur et nous enverra quelqu’un de tout aussi compétent.
- Dans ce cas pourquoi on va pas le dire tout de suite à la Gouverneur ?
- Parce que Radcliffe est la seul personne à avoir accepté de se joindre au projet, j’ai entendu dire que le Nouveau Monde fait peur à de nombreux nobles en Angleterre, et que rares sont ceux qui veulent tenter leur chance dans un lieu aussi hostile. Pour beaucoup c’est un gros parie car ils pensent en majorité qu’il n’y a pas d’or. Ce qui fait que nous ne pouvons pas le virer comme ça, sinon nous perdrions probablement la seule personne qui ait accepté de nous aider dans ce projet. Et ça il doit probablement le savoir mieux que personne. Il pense que nous ne pouvons pas le virer sans perdre notre moyen de gestion des ressources sur place, c’est probablement pour ça qu’il se croit supérieur à nous. Mais si nous allons lui rappeler qui tient les rênes et que nous lui faisons croire que d’autres personnes sont intéressé par son poste, je pense qu’il ravisera sa façon d’être avec nous.


Natsu se mit à soupirer longuement d’exaspération. Oui il venait de réaliser la complexité d’un tel contrat et c’était quelque chose de très gros pour sa petite tête. Il dû s’alléger un minimum l’esprit en s’enfilant trois-quatre autres pinte de rhum avant de pouvoir être capable de reprendre la conversation.

- Donc tout ce qu’on doit faire c’est juste le menacer, et si jamais il recommence on fera quoi ?
- Il ne recommencera pas, j’en suis pratiquement sûr ! De nombreuses rumeurs courent au sujet de ce type à Londres. On dit qu’il aurait entreprit cette expédition afin de bien se faire voir par le Roi ainsi que de s’enrichir grâce à notre partenariat. C’est un noble avant toutes choses ! Et les Nobles ne pensent qu’à leur réputation. Radcliffe pense nous tenir par les bijoux de famille mais il va vite se rendre compte qu’on le tient tout aussi fermement. Je te parlais d’une bonne entente entre les deux parties tout à l’heure, et bien ça c’est une bonne entente version pirate : On se sert une franche poignée de mains visant à apporter un sentiment de confiance tout en gardant un poignard caché dans le dos au cas où.
- Mais……Si jamais il recommence ?
- Alors utilise le poignard…en clair : botte-lui le cul !
- Ah ben enfin un truc facile ! sourit-il en faisant craquer ses phalanges.


Satisfait que sa longue explication touche à sa fin, Fred se remit à gérer le bon déroulement du bar, tandis que Natsu restait sagement assis à sa place en train de finir de siroter son énième verre. Chose qui interpella le Tenancier

- Et ben tu attends quoi ?
- Quoi « j’attends quoi » ?
- Quoi  « Quoi j’attends quoi » ! Va préparer tes affaires pour partir dans le Nouveau Monde !
- Là ? Maintenant ?
- Oui ! Là ! Maintenant ! Un navire va partir dans une vingtaine de minutes pour ravitailler la colonie ! alors bouge-toi un peu. Et ne reviens pas sans avoir régler le problème !


Le Chasseur Ardent soupira fortement d’exaspération avant de finir d’une traite son verre et de se lever péniblement de son siège pour rejoindre sa chambre. De-là il y récupéra son sac à dos avec lequel il voyage constamment et retourna auprès du Tavernier afin de recevoir une dernière fois les instructions de son travail du jour : A savoir la mission de remettre les pendules à l’heure avec Radcliffe

- J’suis vraiment obligé d’y aller ? gémit le jeune homme aux cheveux rose. Y’a pas quelqu’un de mieux que moi pour des trucs de ce genre ?
- C’est parce que je sais que tu en es capable que je t’y envoie, tenta de le réconforter Fred d’un ton plein d’honnêteté et de sympathie. Tu à fais du chemin durant ton absence, mais si tu ne te contente de faire face à des obstacles que tu franchiras facilement tu n’avanceras pas dans la vie. Ceci est un défi que je sais que tu peux relever si tu t’en donne les moyens.
- Pffffff…..N’empêche j’aurais aimé me farcir la grosse bestiole du Domaine Enchanté. Bougonna-t-il une dernière fois avant de quitter le Centurio sous les applaudissements en encouragement festifs de ses camarades pour ensuite filer en direction du port.



Le Mercenaire flamboyant se rua alors sur les quais, se déplaçant de toits en toits en bondissant pour ne pas se faire gêner par la population.
Lorsqu’il arriva en vue de l’étendue aquatique, un somptueux  trois mats était en train de manœuvrer pour entamer son voyage. Les drapeaux qu’il affichait possédaient les couleurs et sigles de la compagnie des Indes, de la Couronne d’Angleterre et du Centurio. Ces Insignes n’étaient visible que sur les navires qui effectuaient la traversé jusqu’au Nouveau Monde au nom des Mercenaires. A cette vue, Natsu maudit Fred pour lui avoir sortie un horaire de départ faussé, l’obligeant à pressé le pas encore plus en couplant ses sauts avec une part de magie ardente.

L’embarcation commençait lentement à s’éloigner du Port, laissant résonner dans l’air le tintement de sa cloche en signe d’adieux à cette terre pour aller rejoindre une autre plus mystérieuse.

Au même moment, le Draconicus était sur le poing d’arriver sur le toit du dernier bâtiment des quais. Et la distance devenait de plus en plus large au fil du temps qui passait. Il n’avait plus le choix et devait faire appel à plus de magie.
Il resserra les bretelles de son sac à dos, puis se mit à exécuter une série d’acrobatie démarrant par une roulade, puis mêlant saltos et autres vrilles aériennes avant de se terminer par un puissant saut dans les airs tout en faisant jaillir de ses bras un violent souffle de flamme qui le projetèrent haut et loin dans le ciel. Tous ceux qui se trouvaient sur les quais furent surpris par le souffle magique avant de voir le responsable de ce vacarme filer dans les airs tel une fusée embrasée en direction du navire.

Une fois arrivé à hauteur de l’embarcation, Natsu fit cesser ses flammes, effectua une pirouette pour aller s’accrocher à un cordage avant de s’y laisser glisser tranquillement pour finir sereinement sur ses deux pieds parmi les marins. Ces derniers avaient vu le Mercenaire se joindre à leur compagnie avant qu’il n’arrive et en avaient informé le capitaine.

- Ça alors ! rugit-il plein d’entrain. Le jeune Dragon est de retour parmi nous pour cette expédition ! Bienvenu à bord Natsu, installe toi et…

Mais le jeune homme aux cheveux roses ne prit nullement attentions aux mots du capitaine. A l’instant même où il avait posé les pieds sur le navire, son mal des transports se mit à lui faire tourner la tête et remuer son estomac si violemment qu’il ne trouva rien d’autre à faire que se précipiter à la rambarde du bateau pour s’y accrocher et se mettre à nourrir les poissons, ses jambes ayant perdu toutes force de le supporter.
Faisant alors abstraction de ce qu'il venait de voir, le Capitaine se mit à brailler des ordres à ses matelots pour que leur voyage vers le Nouveau Monde ce passe une fois encore sans accros.


Et c’était partie pour une nouvelle aventure…YO-HO !




Suite
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Noirâtre Acceptation
Féminin
Nombre de messages : 321
Age : 26
Date d'inscription : 22/06/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
483/650  (483/650)
Mar 8 Mar 2016 - 22:48
Alors, il y a d’abord cette loooooooongue introduction, qui ne concerne pas du tout Natsu, au point que je me suis demandée à un moment « mais où est-ce qu’il nous amène ». Il s’est finalement avéré que tu as fait la connexion et que tu as assez bien enchainé avec Natsu. Alors on ne peut pas dire que ce soit d’une importance capitale pour ton personnage, mais quelque part le fait que tu reparles de ces trois personnages un peu récurrents et que tu récites leurs aventures, ne m’a pas déplu. J’ai bien aimé le fait qu’on passe au fil du rp de 3 points de vue différents (les voleurs, les mercenaires, Natsu). Bien sûr, encore une fois, ça n’apporte pas grand-chose pour Natsu et ça ne change en rien sa vie, mais bon, c’est un hors-sujet qui n’est pas désagréable. Pour ce passage que tu as quand même développé assez bien je dirais :

Les dialogues peuvent clairement être améliorés, ils manquent un peu de naturel, essaie toujours de te demander mentalement si ces dialogues seraient « cool » dans un film. Moi j’ai un peu de mal à être convaincue ici.
La couleur verte d’un des voleurs qui est juste ILLISIBLE sur ce fond.
Je me demande si c’est vraiment nécessaire de mettre autant de descriptions de personnages pour une introduction qui n’est pas essentielle. Ca ralentit le contenu plus qu’autre chose.

Bon, sinon pour le contenu en lui-même du rp avec la partie sur Natsu, je vais citer quelques points faibles :

En premier lieu, l’orthographe. J’ai l’impression que tu te trompes principalement sur les verbes. Par exemple :

-Tu as écrit « Ils ouvrir » au lieu de « Ils ouvrirent » (un infinitif au lieu d’un passé simple 3èmeppl)
-Tu as écrit «  sourie amicalement le Tenancier » au lieu de « sourit ».
-Tu as écrit « le Chasseur ardent  sortit » au lieu  de « sortit ».

Bon sinon, franchement, il n’y a pas trop trop de fautes.

A ma connaissance, Ratcliffe n’est pas un noble. Donc je veux bien qu’il travaille pour le roi, et qu’il est bien habillé, un peu snob, mais ce n’est pas un noble pour autant. Autre chose : c’est Ratcliffe (et pas Radcliffe ou encore Radcliff comme j’ai pu le voir sur pas mal de rps des mercenaires).

J’ai essayé de me poser la question de savoir si c’était possible que Fred invite Natsu à partir à la rencontre de Ratcliffe. J’ai essayé également de voir s’il y avait des erreurs par rapport à ton interprétation de la relation entre les Anglais et le Centurio, donc je me suis un peu renseignée sur ce sujet auprès de Ravness. Voici donc ce que je ferais observer :

Tu mentionnes le Roi plusieurs fois dans les dialogues ainsi que Londres. Alors que visiblement, pour les Anglais, il n’y a pas vraiment de « roi », ni de Londres, qui soit lié à cet univers. Par exemple, Big Ben du Pays Imaginaire n’a strictement rien à voir avec le Londres qu’on pourrait voir dans le dessin animé Pocahontas. Il n’y a donc techniquement aucun roi qui entre en considération pour les Anglais (de la compagnie des Indes) et pour le Centurio. Comme tu l’as bien dit, les Anglais (de la compagnie) appartiennent et obéissent au Centurio, maintenant que Port Royal est sous le joug des Mercenaires.

Apparemment, le Gouverneur Swann n’est pas à l’origine du choix de Ratcliffe. Ce serait les Mercenaires qui l’ont directement choisi pour le Nouveau Monde, donc il n’y a pas vraiment de lien entre le choix de Ratcliffe et le Gouverneur. Et si quelqu’un peut virer Ratcliffe, c’est bien le Centurio.

Sinon, je dois dire que ce rp est plutôt sympa. Bien détaillé, comme souvent avec toi. J’apprécie encore une fois l’échange entre Natsu et Fred, il me semble un peu mieux écrit que les premiers dialogues avec les voleurs et le trio de mercenaires. J’aime bien le fait que Fred pousse Natsu à se remettre au travail plutôt que de continuer à boire au bar.

Exploit facile : 10 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS en Vitesse
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Début d'une nouvelle aventure.
» Un pokémon pour une nouvelle aventure !
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]
» Une nouvelle amie de nouvelle aventure [Privé : Petit Emeraude :) ]
» Lily Potter • Chaque jour est une nouvelle aventure.