Derniers sujets
» Froide Noblesse
par Huayan Song Aujourd'hui à 19:52

» Tombent les masques
par Abigail Underwood Aujourd'hui à 19:25

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Aujourd'hui à 11:13

» Absences de Pamela
par Milla Maxwell Hier à 16:46

» Promenons-nous dans les bois -
par Agon Wiley Hier à 5:58

» Il était une fois ... Toxine (En cours )
par General Primus Hier à 2:06

» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Shadow Mer 15 Nov 2017 - 16:46

» Sauver Tania [Exploit]
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:56

» Déménagement
par Chen Stormstout Mer 15 Nov 2017 - 10:34

» Contrats - Demande de Mission
par Merrion Dexelo Mar 14 Nov 2017 - 23:00

» Fiche d'Identité de Narantuyaa
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 9:17

» Attaque Nocturne
par Narantuyaa Mar 14 Nov 2017 - 2:54

» Avant de poster dans Histoires de Grimm...
par General Primus Mar 14 Nov 2017 - 0:15

» L'âme d'un chercheur
par Huayan Song Lun 13 Nov 2017 - 15:45

» La fiche d'identité de D.Va
par D.Va Lun 13 Nov 2017 - 15:03


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 [Mini-Série] Equilibre Rompu
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Chasseur Ardent
Masculin
Nombre de messages : 665
Age : 27
Localisation : Pourquoi ? tu veux te battre !!!!
Date d'inscription : 18/11/2009

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
431/550  (431/550)
Lun 9 Nov 2015 - 15:11


Le silence et l’obscurité….Les Hommes craignent ces deux aspect de la vie car ils représentent l’inconnue. L’Homme est toujours à la recherche de savoir et de compréhension, alors quand l’inconnue s’offre à eux, ils le rejettent et se cachent derrière une vérité maquillé pour restreindre leur peur. Mais quand l’inconnue les encercle….les enferme en son creux, alors l’Homme perd tout espoir, il s’abandonne à la peur et irrémédiablement aux Ténèbres. Si l’Homme pouvait être maître de ses émotions, peut être aurai-il un avenir plus glorieux.

Le Silence est pourtant une grande source de calme et de paix quand on sait écouter. L’Obscurité quant à elle permet de se focaliser sur ce qui est réellement important sans se laisser distraire par les apparences. C’est pourquoi mon sommeil reste long.
Durant ce sommeil, je peux méditer sur l’Univers tout entier. Je peux entendre et voir ce qu’aucun être n’est capable de percevoir par ses yeux et ses oreilles. Et je peux juger de ce que les Mondes sont en train de devenir.

Pourtant, qu’elle est cette lueur dans mon esprit ? Qu’elle est cette voix qui résonne au loin ? Je la connais….Je l’ai déjà entendu il y a longtemps pour une vie humaine. Alors parce que je n’ai rien à perdre, je me laisse porter vers cette lueur et cette voie qui vient tacher telle une brume de lumière la noirceur de ma conscience

- Je vous en supplie Grand Esprit…..fit en tendant une main ensanglanté dans ma direction une jeune femme aux longs cheveux noirs, dont la robe cérémonielle d’un naturel blanc était presque intégralement recouvert d’un rouge pourpre. Aidez…..nous……

Et ces forces l’abandonnèrent. Sa main chuta doucement sur le sol comme si elle était une plume, ses yeux perdirent leur éclat de vie et subitement la brume de lumière s’éteignit.

L’obscurité avait repris son droit, le silence regagné sa place. Pourtant mon esprit n’était plus en paix, il cherchait à présent cette lueur comme si il en était affamé. Et il l’a retrouva, mais elle n’était pas identique, une autre voix en provenait, elle aussi était connue mais beaucoup plus récente.

- Apprend moi à devenir plus fort ! Hurla ce gamin aux cheveux roses en montrant les dents tel un animal. Son regard semblait si vide de sentiments, seule la rage et le désir de puissance y brillait. L’arrogance qui attrait à son sang était en train de prendre le dessus sur son mentale, tout cela par ma faute.

Cette fois-ci je chassai de moi-même ce moment de mon esprit.  Pourquoi ? Pourquoi étais-je assaillit depuis peu par ces souvenirs ? Cette décision je l’ai prise il y a tant d’années, alors pourquoi refait-elle surface dans ma mémoire ? Serait-ce du regret ? Même moi suis incapable de répondre à cette question.

Malheureusement, le temps n’était plus aux questions du passé. Je me devais de réfléchir sur l’avenir de mon peuple, je me devais de faire ce qui était nécessaire pour que notre race ne cours pas à sa perte une fois encore. Alors je sortie de ma torpeur.

La rivière souterraine dans laquelle je sommeillais se mit à frémir quand mon corps se mit en mouvement. Lentement, ma tête émergea la première, faisant déborder les flots tout autour de ma personne. J’expirai une soudaine bouffée d’air pour éjecter l’eau qui était encore dans mes narines, avant que la première de mes pattes ne sorte pour prendre appuis sur la paroi rocheuse qui m’entourait. Puis je révélai l’entièreté de mon corps lorsque je sortis enfin intégralement du cours d’eau. Je secouai alors brièvement mon visage pour en éjecter le liquide qui s’était accroché dans ma crinière, ma fine barbe et mes moustaches
Quand mon regard se porta tout autour de moi, l’obscurité régnait encore dans ma caverne. J’y étais habitué depuis tant d’année que même les yeux ouvert, les ténèbres restaient mes plus fidèles compagnons. Cependant, dire que je ne sois pas capable de voir dans de telle condition serait stupide pour ma part. Ceux de mon espèce peuvent voir le monde à travers une myriade de couleur quand la lumière disparait, chacune d’entre elle représentant une source de chaleur allant de la plus froide à la plus brulante.

Je restai alors un instant pensif, le temps pour mes longues griffes de parcourir délicatement mes moustaches pour les recoiffer soigneusement. Ces souvenirs restaient encore gravés dans ma tête malgré l’importance de ce qui m’attendait. Je devais les enfermer en moi avant de quitter mon repère, ils ne feraient que me gêner.
Alors je me mis à méditer une dernière fois avant mon départ, chassant toutes pensées néfastes à ma concentration hors de ma psyché. Puis quand le dernier souvenir fut chassé, j’entrepris l’ascension de ma caverne en passant par l’une des nombreuses galeries qui la parcourent.

Mes griffes acérées trouvaient facilement leurs prises dans ces murs de pierres. Mon corps ondulait et glissait entre les parois comme le vent entre les racines de l’arbre. Mon flaire me guidait dans ce dédale, suivant le chemin que l’air pure empruntait pour parvenir jusqu’à moi. Il ne me fallut que peu de temps pour terminer mon escalade et finir par arriver devant un trou presque intégralement obstrué par une épaisse couche de neige. Je tendis alors l’oreille, attentif à tout son qui m’annoncerait la présence d’un Homme dans les parages, tandis que mon flaire faisait encore son travail en cherchant lui aussi des intrus.
Rien….Tant mieux, je n’aimerais pas que mon antre soit découvert alors que j’ai tant à faire.

Puis je me m’arquai solidement, et dans un violent effort, je me propulsai à l’extérieur, traversant la couche de neige en la faisant voler en éclat.

Le temps était gris, le ciel assombri, le vent soufflait violement tandis que l’orage se faisait menaçant. Cela me permettrait de camoufler ma présence le temps que je traverse les nuages. Lorsque je parvins de la cime des cumulus, le soleil me salua de toute sa splendeur. Ses rayons se reflétaient sur mes écailles blanches en une multitude de couleurs, tandis que mon corps ondulait dans le ciel à un rythme rapide et soutenue. Je me devais de me hâter, même si je craignais que mon arrivé ne soit pas apprécié de tous. Il me fallait rester maître de mes émotions et faire preuve de la plus grande sagesse dans le choix de mes mots. Car celui que je m’apprête à rencontrer est un roi parmi les rois, dont l’arrogance n’avait d’égal que sa puissance.


Au bout de plusieurs heures de vols, je finis par redescendre lentement vers la terre ferme, laissant le soleil à sa solitude pour retourner au cœur de la tempête. Celle-ci était complétement perturbée, par moment le vent soufflait avec une force inouïe, parfois des éclairs zébraient le ciel tandis que le tonnerre assourdissait mes oreilles, et parfois le calme revenait l’espace d’un instant pour être de nouveau balayé par les éléments déchainés.
Mais mon périple n’était pas encore terminé, lorsque je fus enfin en vue de ma destination : une chaîne de montagne bordant le royaume de la Chine, je ne pus que contempler impuissant le résultat de notre décadence. Un véritable tourbillon céleste entourait le sommet de la plus haute et la plus imposante montagne, celle que malheureusement je devais rejoindre.

Je ne pouvais pas hésiter, il n’y avait plus le temps pour cela. Les choses pourraient empirer grandement si je ne faisais rien immédiatement. Alors je continuai ma progression, accélérant  mon cheminement et usant de ma force magique pour me protéger du typhon. Lorsque je pénétrai à l’intérieur, je senti chacune de mes écailles martelés par le blizzard, mon corps avançait maintenant au ralentie dans les airs tandis que je peinais à trouver l’accès dans la montagne pour me réfugier.
C’est alors que le Destin m’ouvrit les bras ! L’entrée que je cherchais se dessina devant mes yeux giflés par les bourrasques cinglantes, de celle-ci en jaillissait une lueur à peine perceptible dans la tempête. Je tenta de m’y faufiler mais le vent décida de jouer à nouveau avec moi et se fit soudainement moins violent. J’eu à peine le temps de m’agripper solidement au flan de la montagne avant que mon élan ne m’emporte plus loin. Puis je me mis à ramper contre la paroi en enfonçant solidement mes griffes afin de ne pas être à nouveau balancé par le vent.

Lorsque je parvins enfin à entrer dans la béante embouchure de la montagne, la lueur s’étant alors transformée en un brasero de flammes taillé dans la roche. Un long couloir sculpté s’étendait sous mes yeux tandis que de nombreux autres luminaires de grandes tailles continuaient d’éclaircir la noirceur des lieux. Les murs étaient larges, et la voûte haute. Moi-même qui suis imposant par rapport à un Homme me sentais minuscule en ce lieu. Pourtant cela n’avait rien d’étonnant puisqu’il s’agissait autrefois d’un ancien nid pour ma race, désormais il ne s’agissait plus que d’un repère pour les plus décadents de mon peuple.
Lorsque je fini par arriver au bout de mon chemin, je me retrouvai face à une imposante caverne dont les murs étaient couverts de part et d’autre de stalactites et de stalactites, alors qu’en son centre se trouvait plusieurs affaissements du sol un peu comme ces cour de justices qu’on les Hommes. Et bien sûr, cette grande salle n’était pas vide, de nombreux Dragons s’y étaient installés et pointaient leur regard dans ma direction tandis que le silence les étranglait. Pas par peur ou respect de ma personne, cela m’aurait extrêmement surpris, mais parce que nul ne s’attendait à ma présence. Et rapidement, une lueur mauvaise se mit à briller dans le regard de certains d’entre eux tandis qu’ils faisaient passer des messes basses entre eux, jusqu’à ce que tous me dévisagent avec cette même haine.

Je ne pouvais…Non je ne devais pas reculer maintenant. Alors je m’approchai de ce groupe, fier et aucunement intimidé par leur sentiment. C’est alors que sortie de derrière cette petite communauté une ombre qui les contourna pour s’interposer entre eux et moi. Il était grand, légèrement plus que moi, mais bien plus large de par la puissance qu’il dégageait. Ses écailles étaient grises comme la cendre, striées par endroit de cicatrices. Ses cornes étaient blanches, encore petites, d’ailleurs celle de droite était brisée. Je le connaissais, de tous les Dragons il était celui que je ne voulais absolument pas croiser. Son arrogance et sa vanité étaient grande, sans doute presque autant que son pére.

- Xiao Meï….Fit-il amèrement sans cacher une seule seconde ses sentiments à mon égard. Tu es donc encore en vie ! Les lâches dans ton genre sont plutôt tenaces il faut avouer.

Ce jeune Dragon insolent….il s’est terré dans les montagnes par peur peu après que son père se soit fait enfermé, et il ose me traiter de lâche ! Je devais ravaler mes mots et les choisir avec sagesses. Qui sait quelle excuse il pourrait trouver pour avoir le plaisir de se jeter sur ma gorge.
Je penchai alors ma tête en guise de soumission, mais aussi en cas de défense si il venait à s’en prendre à moi par pure plaisir.

- Je vous salue bien bas, Seigneur Khun-long. Je viens en ce lieu pour m’entretenir d’une affaire grave avec votre père…..
- Mon père n’est pas là ! d’ailleurs si ça avait été le cas tu peux t’assurer qu’il t’aurait arraché le cœur au moment même où tu aurais posé une seule de tes misérables écailles sur cette montagne.


Je ne bronchais pas, ni ne bougeait le moindre centimètre de mon corps. Je me devais de montrer la plus grande docilité. Ne pas croiser son regard, ne pas entendre le venin qui sortait de sa bouche.

- Dans ce cas, fis-je Humblement, m’est-il possible de m’entretenir avec le souverain actuel de ce lieu pour une affaire de la plus haute importance ?
- Et pourquoi devrais-je t’écouter ? d’ailleurs pourquoi devrais-je te permettre de vivre alors que tu n’es même pas un des nôtre ! Tu n’as pas ta place parmi nous, tu devrais retourner auprès des insectes avec lesquels tu à décider de vivre dans ta grotte misérable.


Je savais pertinemment qu’il parlait des Hommes lorsqu’il faisait allusion aux insectes, je comprenais également qu’il embrassait les idéaux de son père avec encore plus de ferveur que lorsque je l’avais connu alors qu’il n’était qu’un Dragonnet. Mais il me fallait continuer à parler, je devais parvenir à lui faire entendre raison.

- Notre peuple est en déclin mon Seigneur, notre temps….

Je ne finis pas ma phrase, car d’un geste rapide je déviai ma tête sur le côté pour éviter la morsure qui m’était destiné, puis je tirai profit de mon mouvement pour faire basculer l’entièreté de mon corps et ainsi prendre légèrement du recul par rapport à mon opposant dont la haine dans ses yeux était remplacé par une subite folie meurtrière.

- JE VIENS DE TE DIRE QUE TU N’ES PAS UN DES NÔTRE ! Et il se campa sur ses deux pattes arrière tandis qu’il menaçait de me réduire en charpie avec les griffes  de ses pattes avant, me toisant ainsi de toute sa hauteur. TU NE FAIS PAS PARTIE DE NOTRE PEUPLE !

Puis il me tomba dessus violemment avec toute la force de son corps. Je ne pouvais rivaliser avec lui en termes de puissance pure, il me fallait  prendre de la distance, continué à le raisonner. Je déviai une nouvelle fois de sa trajectoire avec rapidité, force était de constater que je conservais cet avantage sur son corps lourd, si cela n’avait pas été le cas il m’aurait brisé les os avec la même facilité qu’il a fissuré le sol sous sa puissance. Mais cela ne durerait pas éternellement, je parvenais à éviter ses coups de griffes mais cela ne faisait que l’énerver encore plus. Maintenant il se mettait à s’agiter frénétiquement en ondulant pour essayer de me mordre.
Son sang était trop bouillant, il ne m’écouterait pas. Je devais essayer de le maitriser. Mais connaissant son arrogance et devinant sa haine à mon égard, je ne ferais qu’attiser encore plus sa colère. Alors je dû me résigner à lui tendre ma nuque sans protestation. C’était l’unique solution pour que sa fureur se tasse.


Ses crocs transpercèrent mes écailles, les maculant de mon sang qui se mit à couler sur le sol. Un cri d’agonie me déchira la voix tandis qu’il m’emportait dans son élan pour venir m’écraser contre les stalagmites. Le fracas assourdissant qui résultat de notre collision et de la destruction de la pierre fit trembler les parois de la montagne Puis, sans me laisser de répit, il me souleva comme si je n’étais rien à la seule force de sa gueule et me jeta à terre une seconde fois, puis une troisième, puis une quatrième, puis une cinquième avant de relâcher son étreinte et de me laisser gisant au sol dans mon propre sang. Sur le moment, je ne pouvais pratiquement plus émettre le moindre son, seul mon souffle brisé parvenait encore à s’échapper de ma gorge. Je recrachais autant que je le pouvais le sang qui était en train de s’y engouffrer pour ne pas m’étouffer, mais cela me causait d’atroces douleurs.
Khun-long quant à lui me fixait avec la même intensité dans le regard, mais cette fois ce  n’était pas à cause de ce que j’avais dit mais de ce que j’avais fait. Il était noble et fière malgré son arrogance, et il détestait combattre un adversaire sans défense. Il venait de le comprendre et fulminait intérieurement que son code morale l’empêchait de me tuer sur le champ. Cette carte je l’avais joué et j’avais gagné, bien que mon corps me face souffrir affreusement. Je pouvais m’accorder un peu de repos car le jeune Dragon était en train de reculer et d’attendre ma réaction.
Il s’imposait lui-même ce carcan psychique, se forçant à restreindre ses ardeurs pour ne pas blesser son propre honneur. Une chose qu’il semblait encore avoir au fond de son cœur. Une chance pour moi.

Je tentai de me relever, mes membres tremblaient douloureusement, alors je dû m’allonger pour ne pas trop puiser dans mes forces, je devais en garder un maximum pour maintenir ma focalisation sur mes blessures et mon souffle. Je devais gérer mon énergie afin de récupérer au plus vite. Mais je n’oubliais pas de surveiller mon adversaire ainsi que ses acolytes qui me fixaient avec une irrésistible envie de venir m’achever. Cependant, tant que Khun-Long serait dans les parages et qu’il me désignerait comme sa proie, aucun d’entre eux n’osera m’attaquer.

- Si le but de ta venue est de te faire réduire en charpie sans réagir alors retourne chez toi Xiao ! Finit-il par prononcer après quelques instants. Un lâche tel que toi ne mérite pas de mourir dans un combat. Il mérite une mort solitaire et oublié par tous
- Je…ne crains pas….la mort…articulais-je difficilement. La Mort…est naturelle…en ce monde. Mais….je ne peux…..Laisser mon peuple…tout entier…disparaitre….
- Ne recommence pas ces foutaises Xiao ! Tu n’as jamais été de notre côté ! Tu es faible comme ces humains que tu protège.
- Je ne…les protège pas…. La douleur était horrible. Je voulais économiser mes paroles trouver les mots qui sonnaient les plus juste mais Khun-long n’en comprendrait que la moitié. Je….cherche…un équilibre….entre les Esprit….et les Hommes.
- Les Hommes ne sont que des insectes ! Nous somme des Dieux pour eux ! Et pourtant ils ne nous témoignent pas le respect que nous méritons. Nous devons les éliminer pour qu’ils comprennent qui sont les Grands Seigneurs de ce Monde ! Nous devons leur rappeler la peur que nous somme capable de produire.


- KHUNG-LONG ! retentit subitement un hurlement si puissant que la grotte tout entière se fissura par endroit, laissant chuter de nombreux stalactites qui obligèrent les autres Dragons présent à s’écarter les uns des autres pour laisser la place à une immense masse.

Des écailles vertes comme l’émeraude, des bois et une crinière dorées, une taille au moins trois fois plus imposante que la mienne, et une aura comme on ne pouvait en voir que chez ceux en qui coule le sang des plus grands rois. Une aura de conquérant, une aura de souverain, une aura quasi-divine…l’aura d’un Roi-Dragon : Shen-long !

Le susnommé se raidit de tout son corps quand le rugissement se fit entendre, laissant entrevoir de la peur mêlée à du respect sur son visage. Quant à moi, bien que sois allongé je m’inclinai respectueusement devant mon suzerain.

Les pas de ce dernier faisaient trembler le sol. Des pas lent mais précis, emplit d’une toute puissance incontestable. Lorsqu’il se trouva entre Khung-long et moi-même, je pus sentir toute la force de son regard déferler sur son fils qui venait à son tour de s’incliner.

- Mon roi…fit le fils terrifié sans oser lever les yeux.
- Pourquoi n’ai-je pas été avertie de la présence de Xiao Meï ! trancha le Seigneur Dragon en toisant son enfant de toute sa stature et dont les mots vibraient d’une colère difficilement contenue.


Khung-long n’osait plus rien dire, l’aura de son père l’écrasait totalement. Sa volonté était en branle tandis que son corps ne cessait de tremblait de peur. Devant son silence, Shen-long ordonna à tous les Dragons de se retirer dans les autres nids de la caverne. Il désirait rester seul avec moi.

Il s’installa alors à mes coté, posant sur moi un regard plein de compassion et de respect, autant que je lui portais mon respect. Je voulus m’exprimer sur ma raison dans son repère, mais il leva sa patte face à moi pour me commander poliment le silence.

- Guérie d’abord tes blessures, mon vieil ami. Ensuite nous auront le loisir de parler comme nous le faisions dans le temps.

Il est vrai que maintenant que mon affrontement avec Khung-Long était terminé, je pouvais librement relâcher ma concentration. J’oubliai momentanément la douleur pour créer une lueur d’un blanc pure tout autour de mon corps, et lentement, mes maux se résorbèrent un à un. Lorsque mes forces me furent revenue, je m’éclaircie la gorge en toussotant et en crachant les dernières gouttes de sang qui y étaient resté coincé.

- Mon roi, saluais-je humblement mon seigneur. Je viens te faire part d’une menace grandissante pour notre peuple : L’équilibre des Force est menacé ! Les Ténèbres prennent de l’ampleur chaque jour. Je crains que ce Monde ne soit sur le point d’être envahit à son tour.
- Et qui penses-tu en est la cause, mon ami ? répondit-il avec un calme inquiétant
- Des Êtres adorateurs des Ténèbres, mon seigneur. Ils semblent avoir pour objectif de semer le chaos et les graines de la noirceur partout où ils passent.
- Non ! le ton sec que mon roi prit à cet instant fut comme une gifle qui venait de fendre l’air tout entier autour de nous.


Je ne pus rien faire hormis le laisser parler, car je savais qu’il n’allait pas se contenter de ce simple « Non »….je craignais même d’avance ce qu’il allait dire.

- Ce ne sont pas des Êtres de Ténèbres, ce sont des Hommes. Des Hommes qui ne comprennent pas leur place dans ce monde ni dans aucun autres d’ailleurs….L’histoire se répète Xiao Meï, les Hommes nous défie à nouveau par leur arrogance. Ils pensent être investis d’une toute puissance alors qu’ils ne sont rien du tout face à nous. Autrefois il aurait été si facile de briser les chimères qui les guident dans le mensonge, mais maintenant qu’ils ont mis la main sur une force dont il ne comprenne pas la toute-puissance, il est difficile de briser leurs illusions de grandeur.
- Je vous en prie mon Roi, ne refaite plus la guerre aux Hommes. Cela n’apportera rien de bon à nos peuples.
- Nos Peuples ! parle-moi d’eux Xiao ! Conte moi ce qu’est advenue notre monde durant ces siècles où je fus emprisonné. Enjolive ou tourne les mots comme tu as toujours su le faire mais tu ne pourras pas me masquer la vérité. Les Esprits se cachent et se meurent en silence, les Hommes nous oublient et ne montre plus le moindre signe de respect à notre égard alors que nous leur avons tout offerts ! nous leur avons donné le ciel et l’air, nous leur avons donné les rivières et la terre pour que naisse l’agriculture, nous leur avons offert le feu pour que naisse le métal et la chaleur dans les foyers, nous leur avons offerts les secrets de la natures et eux ne nous adresses plus le moindre remerciement. Pire encore, ils voient les Esprit comme des monstres à chasser des terres qu’ils pensent leur appartenir. Alors je t’écoute Xiao ! Dit moi ce qui à changer depuis la dernière fois ? Absolument rien ! Même nous, les trois Roi-Dragon avons été mis au rang de simple légende dans les histoires alors que nous faillirent détruire la race des Hommes tout entière. Où vois-tu encore une raison de ne pas reprendre ce que nous avons autrefois donné ? Ta Neutralité n’est-elle pas en fin de compte qu’un acte rebelle envers ton Roi, comme celui d’un enfant envers son père !


Il avait raison, l’histoire se répétait bel et bien. Plus je l’écoutais parler, et plus je nous revoyais plusieurs siècles en arrière. La suite de notre conversation me donna l’impression de rajeunir.

- Les Hommes ne sont pas tous mauvais, mon roi. Certains sont porteur de Ténèbres, mais d’autre sont porteur de Lumière. L’un ne va pas sans l’autre, tout comme le Yin et le Yang. Ils font partie de la dualité cosmique qui régit l’univers, et il est de notre devoir de préserver l’équilibre de cette dualité. En vous en prenant à l’entièreté des Hommes, vous ébranlez l’équilibre et risquez à votre tour de sombrer dans les Ténèbres.
- Penses-tu sincèrement que je ne serais pas capable de les contrôler ?
- Que voulez-vous dire ?


J’avais parfaitement comprit, mais j’espérais que mon esprit me jouait des tours. Au fond de moi je désirais ne pas avoir entendu ces paroles, qu’elles ne soient que le fruit de mon imagination.

- Je suis l’un des Trois Roi-Dragon, Je suis en mesure de contrôler la puissance des Ténèbres, et même bien mieux que n’importe lequel de ces Hommes.
- Mon Roi c’est de la folie ! n’avez-vous pas entendu le hurlement de Tian-Long déchirer le ciel ! Êtes-vous aveugle à ce qui est en train de se produire ? Les éléments sont en train de devenir incontrôlables.
- C’est parce que Tian-long était le plus faible d’entre nous qu’il s’est laissé submerger par les Ténèbres. Il à laisser de simple Hommes le dresser comme un vulgaire animale. Je suis bien plus puissant que lui ! je pourrais parfaitement dompter les Ténèbres et devenir ainsi bien plus puissant que n’importe qui. Je pourrais même devenir, l’unique Roi-Dragon !


J’étais désormais terrifié, pas seulement à cause de l’incroyable énergie qui émanait de mon suzerain, mais principalement à cause de cette malfaisance qui se déversait de ses propos. Il disait vrai en affirmant que Tian-long était le plus faible de la Trinité. Sa vantardise l’avait fait se pavaner aux yeux des hommes, révélant sa présence et signant la fin de sa vie. Si il avait été plus sage, peut-être serait-il encore en vie…Mais le Shen-long que je connaisn’aurait jamais prétendue utiliser la puissance des Ténèbres pour parvenir à ses fins, ni même aucune puissance hormis la sienne d’ailleurs.
Quelque chose n’allait pas dans l’esprit de mon Roi, maintenant que je découvrais cette nouvelle facette de sa personnalité j’en vins à me demander ce qui avait pu se passer durant ces siècles d’enfermement. Son désir de remettre l’ordre d’antan entre les Esprits et les Hommes était louable autrefois, bien qu’il désirait utiliser la force et assujettir les Hommes, son but restait noble et quelque peu liée à la sauvegarde de l’équilibre. Ses méthodes étaient simplement mauvaises et avaient fini par causer sa perte. Mais aujourd’hui c’était complétement différent, il n’y avait plus d’équilibre, plus de noblesse, il n’y avait que de la rage et de la folie pure….De la Folie !

- Mon Roi…Que t’es-t-il donc arrivé dans ta prison ?
- Ce qu’il m’est arrivé ! me lança-t-il avec sombre sourire. La vérité mon vieil ami, rien de plus, j’ai passé tout ce temps à réfléchir à ce qui s’était passé, à ce qui nous avait fait échouer dans notre tentative de régner à nouveau en maître sur ce monde. Tu étais le plus Sage et le plus malin de notre peuple, ton savoir aurait pu nous aider à remporter la victoire. Au lieu de cela tu as préféré la Neutralité, tu as retourné l’esprit de tant des nôtres à ta cause et nous à priver d’une force de frappe qui nous manquait cruellement. Mais le pire dans tout cela, c’est que tu m’as abandonné à ma cellule ! Tu n’as jamais rien tenté pour me libérer, tu as préféré rester dans ta grotte à soi-disant veiller sur ce fameux équilibre que tu respectes tant…ALORS QUE SOUS TES YEUX LES HOMMES PIETINNAIENT SANS RETENU TON PRECIEUX EQUILIBRE ! ET TOI TU N’AS RIEN FAIT POUR Y REMEDIER !


Son rugissement fut d’une telle force que les murs et la voûte acheva de se fissurer et s’écroula de part et d’autre de la caverne. Quant à moi je fus plaquer au sol rien que par le souffle de sa voix.

- J’aurais pu ordonner à mon fils de te tuer, fit-il en approchant son visage du mien, mais cela ne m’aurais pas permis de parler une dernière fois avec toi mon vieil ami. De plus, je veux que tu sois témoin de ta propre lâcheté. Tu vas retourner dans ton repaire, et continuer à vivre en exil comme tu as su si bien le faire pendant ces derniers siècles. Et tu regarderas l’Equilibre tomber dans le creux de ma main. Tu verras comment sans toi, j’ai préparé le plan le plus brillant pour devenir le seul Maître de ce monde. Pendant que toi, Xiao Meï tu resteras seul dans l’obscurité à observer sans jamais agir. Maintenant quitte ce lieux et ne recroise plus jamais ma route ou celle de mon clan. Car si la mort ne t’effraie pas, nous saurons comment te la faire désirer plus que tout au monde.

Je voulus lui répondre, tenter de calmer sa rage et sa folie, mais je sentais au plus profond de moi-même que si je venais à le faire, alors il me briserait l’échine d’un mouvement de patte. Je n’ai jamais réellement crut qu’il m’écouterait entièrement après ce qui était arrivé durant la Grande Guerre entre les Hommes et les Esprits, je n’espérais pas tant de patience de sa part non plus. Mais jamais je n’aurais cru que son emprisonnement  l’a autant affecté. Maudit soit le fou qui avait brisé le sceaux, il ne devait pas être conscient de ce qu’il avait libéré.

Face à la puissance de mon souverain, je ne pouvais plus rien faire, je n’avais d’autre choix que d’obéir. Il semblait que le peu de bon sens qui lui restait consister à me donner une chance de rentrer chez moi pour vivre. Mais à quel prix allais-je bénéficier de cette chance ? Comment vais-je passer le reste de mes jours désormais ? Cela reviendrait pratiquement à être mort pour moi.
Alors je me levai, difficilement, l’aura de terreur que m’inspirait Shen-long ébranlé jusqu’à mon âme. Puis je me dirigeai d’un pas lent vers la sortie, la tête penché en avant par le poids de ma peine, sans lancer un regard en arrière. Ma volonté m’avait abandonné. Je n’arrivais plus à réfléchir convenablement pour empêcher un drame d’arriver à notre monde.

Lorsque je parvins à l’entrée de la caverne, le qui tourbillonnait autour de la montagne n’avait pas faiblit en amplitude. Et avec mon esprit embrumé, j’aurais bien plus de difficulté à repartir jusqu’à chez moi. Je bondis de la même manière que je faisais pour m’envoler, ondulant dans l’air, mais plus avec la même force d’antan. Alors irrémédiablement, le vent me balaya comme un rien. Je me forçais à lutter, tentant de m’accrocher à la paroi rocheuse, de résister contre ce vent violent pour le combattre. Mais cette lutte était aussi vaine que ma conversation avec Shen-long. Je défiais une puissance qui dépasse l’entendement. Il ne me restait qu’à me laisser faire, ce vent de destruction était comme les Ténèbres dans le cœur de mon vieil ami, je ne pouvais lutter contre sa rage.

Je fermai alors les yeux, prêt à relâcher ma prise, rejoignant l’obscurité, faisant abstraction du vent qui sifflait dans mes oreilles. J’étais prêt à les rejoindre pour l’éternité. Puis sans que je m’en rende compte, cette nouvelle brume de lumière apparut de nouveau dans mon esprit. Sans savoir pourquoi, je revis une dernière fois ce gamin aux cheveux rose, les yeux pleins de volonté et de bonté. Son cœur brillait d’un éclat pur pour ceux qu’il considérait comme ses amis et sa famille. Je n’ai moi-même jamais considéré qu’il était une partie de moi, pourtant mon sang coule dans ses veines, et un fragment de mon cœur s’est imbriqué dans le sien. Cela me faisais mal de l’admettre, mais ce gamin sans cervelle allait un peu me manquer.

Une seconde !….une lueur….un cœur de lumière…..La Lumière….Pourquoi ? Pourquoi à cet instant précis me suis-je mis à réfléchir alors que j’étais prêt à accepter ma mort ? La Lumière comme Les Ténèbres sont arrivé dans ce monde en même temps que nous les Dragons. Mais ce sont les Hommes qui l’ont utilisé à mal. Si les Ténèbres sont arrivé en masse sur nos terres, alors il nous faut la Lumière pour la neutraliser. Je suis incapable de le faire par moi-même, mais cet idiot aux cheveux roses m’avait parlé de ce Groupe. C’est quelque chose d’insensé, de complétement fou, rien ne dit que cela fonctionnera, rien ne dit que l’on m’écoutera, et si cela venait à être le cas je perdrais le secret de ma présence à tout jamais. De toute façon qu’avais-je à perdre de plus si je ne le faisais pas ? Cela pouvait être ma dernière chance de ramener l’équilibre.

Je devais donc non pas continuer à lutter contre le changement, je devais accepter qu’il soit nécessaire pour retrouver l’équilibre. Tout comme pour cette tempête, je ne devais pas lui résister mais m’en servir pour sortir de ce tourbillon. De ce désordre reviendra l’ordre.

C’est à ce moment que j’ouvris de nouveau les yeux et lâcha ma prise. Je me laissai porter par le courant d’air, virevoltant entre les rochers. Gravissant les hauteurs de la montagne je prenais de plus en plus de vitesse jusqu’à finir par arriver au-dessus du cyclone. De là je pus finalement profiter à nouveau de la chaleur du soleil. Lui qui m’avait accompagné pour ce périple allait être une nouvelle fois mon compagnon de route jusqu’à ce que je rentre dans mon antre. De là il me faudra espérer que ce gamin me rende visite comme il en a l’habitude.

C’était bien la première fois que j’espérais sa venue.

[/color]
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Noirâtre Acceptation
Féminin
Nombre de messages : 340
Age : 26
Date d'inscription : 22/06/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
562/650  (562/650)
Mer 22 Fév 2017 - 12:23
Vous l’aviez attendue cette notation hein ! Et bien là voilà. TATALALATA.

Bon pour me défendre en public, tu as posté ce message il y a plus d’un an mais tu as demandé ma notation il n’y a « que » quelques mois, soit un an après, alors que tu aurais du le faire au moment où tu l’avais posté, à Xaldin à cette époque. Enfin bref, je ne vais pas mentir, c’était pas ma priorité.

Cette mini-série a vraiment mis son temps pour démarrer je dois dire. D’abord, on te trouve dans un style différent de celui de Natsu. Bon, c’est vrai qu’avec Natsu, tu as l’habitude de faire des descriptions assez conséquentes mais ici, c’est plus « poétique », plus spirituel. On sent toute l’inspiration asiatique que tu as pu prendre.

Très rapidement, je signale qu’il y a régulièrement des fautes d’accords, de conjugaison et de temps. Donc il faudrait essayer d’y faire attention.

Sinon, c’est plutôt bien écrit mais comme je le disais j’ai eu un peu de mal à accrocher. Déjà, je ne connaissais pas le personnage donc je débarquais totalement. C’est finalement grâce à ce que tu m’as dit dans ton mp de rapport, que j’ai pu me repérer au début, sinon j’étais perdue. En fait, il a fallu que j’arrive aux dialogues avec le fils du roi dragon pour que je commence à accrocher.

A partir de ce moment-là, c’était assez intéressant. Tu as pas mal développé la rage des dragons, leur sens de la fierté, leur caractère impulsif et supérieur. En fait, ça m’a fait penser au comportement des dragons dans FFXIV, mais je ne pense pas que tu y joues.

Sinon, je pense que tu as pris pas mal de risques vis à vis des dragons.

De une, tu prends des décisions, il me semble, assez importante sur les motivations du roi dragon, sur sa personnalité, sur son histoire.

De deux, tu parles de plusieurs dragons dans cette histoire, avant l’arrivée du roi dragon. Or, il me semblait qu’il ne pouvait y avoir en tout et pour tout que trois dragons ramenés à la vie. Mais bon, je ne suis pas certaine de ce que j’avance. J’ai bien compris ici que tu disais que ces trois dragons étaient les plus forts mais du coup, moi je ne sais pas s’il peut y avoir d’autres.

Par rapport à ça, je pense qu’il faudrait voir avec Xaldin vu que c’est lui qui a amené cette trame dans le contexte du forum, il me semble.

Je ne sais pas trop si tu as l’intention de continuer avec ce personnage, mais je me permets de te rappeler que normalement, quand on fait une mini série avec un personnage, on fait plusieurs rps de suite avec le même personnage et quand c’est fini, c’est fini. Ensuite, on peut passer à un autre personnage. Donc normalement, si on suit la règle de base, normalement, tu n’es pas censé continuer cette mini-série puisque tu en as fait une autre avec un autre « personnage après ».

Bon sinon, niveau notation, ça donne…:
Très Facile : 5 points d'expérience + 60 munnies (bonus de 10) + 1 PS en vitesse

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mini-quêtes/évents de Slayers Online
» 40k Mini-Tournoi 2 VS 2 :: Samedi 5 février au Grimoire
» Mini Jeu le Seigneur des Anneaux
» Idée de mini jeux.
» Mini craft