Infante du Soleil

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
124/400  (124/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 2 Oct 2015 - 16:20
Il lui aurait été tout bonnement impossible de ne pas apercevoir la petite troupe d’ouvriers qui attendait au point de rendez-vous. De fait, elle avait pu les apercevoir au loin, tous assis au coin de la rue sur la multitude de caisses qui devaient contenir la marchandise. Sa première réaction avait été de lever la main en signe de salut,  puis elle s’était automatiquement ravisée, de peur d’être trop familière. Quand elle fut assez proche que pour les ouvriers comprennent qu’elle s’adressait à eux, plusieurs se retournèrent et l’interrogèrent du regard.

-Y’a quelque chose que je peux faire pour vous Mam’zelle ?


Ils ne semblaient pas bien méchants, et pourtant leurs tailles comparées à celle de Raiponce ne pouvaient qu’imposer le respect. Elle hésita donc une seconde avant de se présenter.

-Bonjour Messieurs, on m’a envoyée pour vous aider à installer les…postes de télévisions.
-Hmm… Sans vouloir vous vexer… Je n’vois pas trop c’que vous pouvez faire pour nous aider.
-En fait, M. Genesis a pensé qu’il vaudrait mieux que je sois là pour le représenter, pour vous indiquer où disposer les postes, pour…


Ils semblèrent hésiter à l’unisson. Ils ne devaient pas être habitués à être « dirigés » par une fille de moins de vingt ans, et c’était bien normal. Cette position n’allait probablement pas être confortable, et cela d’autant plus si ces hommes s’avéraient aussi maladroits que l’avait prédit le Consul. Elle tenta de les convaincre en se montrant courtoise et encourageante.

-Ne vous en faites pas ! Je me ferai toute petite et vous oublierez bien vite que je suis là. Je ne suis pas d’un naturel contraignant.
-Eh ben, si vous le dites… Moi non plus, je suis pas d’un naturel qu’on trainant.


Ils se levèrent tous ensemble. Ils semblaient avoir été comme « programmés » pour penser comme un seul homme et agir de la même façon. Raiponce se recula pour leur laisser le champ libre.

-Et donc, c’est ça, une télévision ?
-Non, c’est ce qu’il y'a d’dans.
-Oui… mais… Et vous en avez déjà installées ?
-On commence, ouais… Les riches commencent à en vouloir dans leurs maisons, mais bon, c’est pas l’même travail qu’ici, ‘faut dire.
-Oui j’imagine. Et à quoi cela sert-il ?
-Bah…


Celui à qui elle s’adressait et qui apparemment s’était proclamé autorité de la bande, sembla hésiter et se tourna vers un autre.

-José ! Hey José ! Comment tu dirais, toi ?
-Quoi ?
-Bah, la télé, vieux ! Ca sert à quoi ?
-J’en sais rien, moi ! Tu crois que j’ai assez d’argent pour le savoir ?!
-Pfff…


Abrégeant la conversation abruptement, il se tourna vers la grosse caisse la plus proche et il la saisit comme si c’était une simple boite de friandises. Il fut suivi par toute la bande. Tous ensemble, ils pouvaient transporter l’intégralité du matériel. Au moins, ils ne manquaient pas de force. La jeune fille recula encore un peu pour leur laisser la place pour passer. Et bien qu’ayant fait natter ses cheveux pour l’occasion, elle parvint à  trébucher contre un pavé de la ruelle. Cette chute n’échappa pas aux ouvriers.

-Eh ben, vous n’êtes pas bien douée ! Vous voulez de l’aide ou ça va aller ?
-Non… ça va, merci !


Raiponce se sentait ridicule. Elle se demandait si elle avait vraiment quelque chose à leur apporter. Pascal choisit ce moment pour sortir du sac de la jeune fille et, se tenant à présent sur son épaule, il la questionna, à sa façon, pour savoir si elle allait bien. Elle hocha la tête.

-C’est quoi ça ?
-Oh, juste mon ami caméléon, il m’accompagne souvent lors de mes sorties. Ne vous en faites pas, il ne vous embêtera pas non plus.
-Ah bah, c’est sûr que lui non plus, il va pas pouvoir nous aider… Ahah…! Ahah !


Quelques rires s’en suivirent. Les deux amis ne se laissèrent pas impressionner par cette plaisanterie qui, ils en étaient sûrs, ne serait pas la dernière. Raiponce caressa la tête de Pascal et le rassura en un murmure.

-Ne t’en fais pas, je pense que c’est sa façon de détendre l’atmosphère…


Le groupe se mit donc en marche. Raiponce, qui était en possession de la carte de la ville où des marques avaient été posées, se tenait en tête et avançait avec détermination. Cette drôle de marche, accompagnée des conversations des ouvriers, avait attiré les gens hors de leurs maisons. On aurait tout bonnement pu croire à un cortège. Plusieurs personnes faisaient des signes.

-Bonjour !
-Hey ! Qu’est-ce que vous faites ?
-Vous verrez bientôt, c’est une surprise pour tout le monde !


La jeune femme et le caméléon se sentaient étrangement heureux et fiers d’ajouter un peu de surprise dans le quotidien des habitants de la ville. Elle avait toujours aimé les surprises. Raiponce se retourna quand elle eut l’impression que la marche derrière elle s’était interrompue. Mais le chef de la bande reprit immédiatement en main ses comparses.

-Hey, Jean-Mi ! Arrête de draguer la boulangère et avance, ou t’auras pas ta paye, j’te préviens !


En effet, le-dit Jean-Michel était resté un peu en arrière et tenait déjà en bouche une grosse brioche. Il répondit à l’appel du chef et se remit en route, apparemment très déçu.

Quand ils arrivèrent sur la place principale de la ville, ils interrompirent leur marche en un instant.

-Bon. C’est où qu’on met ça ?
-Je vous dis ça dans un instant…


Raiponce leur indiqua ensuite plusieurs endroits, leur recommandant cependant de procéder progressivement et d’installer une télévision à la fois. Plusieurs habitants de la ville avaient suivi le cortège et se tenaient à distance, attendant avec hâte que l’installation commence. Raiponce et Pascal se regardèrent, inquiets, ils avaient désormais la pression de réussir à organiser cette installation sans faire trop de dégâts.

Le premier poste serait installé sur un large poteau.

-Bon, qui a l’échelle, déjà ? Amène-la moi Greg’ !


L’escabeau fut de suite installé. Sans perdre un instant, l’un d’eux monta pour installer le support. Ce dernier agit avec tant de brusquerie qu’alors qu’il tendait les bras pour saisir la télévision, l’échelle se mit à tanguer dangereusement. Raiponce, ainsi que deux ouvriers se précipitèrent sur cette dernière pour la maintenir droite, ce qui faillit bien précipiter l’acrobate dans l’autre sens, avec la télévision dans les mains.

-Ouf… C’est bon !
-Faites attention, tout de même !


Raiponce venait tout juste de hausser le ton, ce qui l’étonna elle-même, mais qui ne manqua pas de calmer le concerné.

-Bon…! Ca va hein, j’ vais faire attention !


La jeune fille put entendre les rires des spectateurs à quelques mètres de là. Au moins, la météo était belle. Il finit par fixer l’engin et lui lier un ou deux câbles dont Raiponce ne connaissait évidemment pas l’utilité. Il appuya ensuite sur un bouton et une grande lumière éclata au sein de la télévision. La jeune responsable sursauta. S’en suivirent ensuite plusieurs images qui apparurent sur l’écran. Il lui fallut quelques temps pour comprendre ce qui se déroulait devant ses yeux.

-C’est comme une… reproduction de la réalité dans cette boite.
-Mais c’est la réalité, Mam’zelle ! Tout ce qui vient de la télé est vrai ! Ca, j’peux vous le dire ! Elles sont belles, hein ?
-Quoi ? Ah, les sirènes ? Oui, je trouve aussi. C’est drôle… parce que je les ai justement rencontrées…
-Dommage qu’elles habitent dans l’eau. Sinon, j’aurais bien été les voir, moi aussi.


Des applaudissement et des petits cris d’enthousiasme éclatèrent derrière la petite bande. Raiponce se tourna vers eux et leur annonça avec joie.

-Et il y en aura bien d’autres !
-Quoi !? On n’a pas fini journée ?





_______________________________
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1124/500  (1124/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 5 Oct 2015 - 0:26
Mission accomplie.

C'est simple mais j'ai bien aimé. Je n'ai pas de reproche à faire; Alors c'est sûr que finalement, Raiponce a été convoquée juste pour tenir une échelle et que je m'attendais à quelque chose d'un tant soit peu... plus burlesque ou en tous cas mouvementé. Attention je trouve ta vision des choses plus réaliste et quand même assez intéressante mais je n'ai pas... vraiment ressenti la lassitude de Raiponce face à des ouvriers hyper maladroits. J'aurais aimé qu'on en arrive à ce moment où elle doit faire dix-huit choses à la fois pour éviter la catastrophe.

Quand je donne une mission, mon idée n'est pas tant de diriger cette mission que de... mettre à l'épreuve une chose. Tu sais c'est comme un défi. Si je donne à Sauron la mission de manger des patates chaudes tout en parlant, c'est pour l'obliger à faire des dialogues où il parle avec une voix dégueulasse, des mots machés et surtout pour le voir brûler de l'intérieur. En gros, pour voir ce qu'il peut faire avec une situation compliquée qui touche, pour cet exemple, sa manière de parler.

S'il arrive en retard à son rendez-vous et qu'il fait son discours en mangeant des patates refroidies, bah... oui il aura accompli la mission, le résultat sera le même mais il n'aura pas répondu à l'attente.

Donc j'aimais cette idée de confronter Raiponce à une situation extrêmement éreintante.

Alors bien sûr j'ai aimé ton rp. J'aime beaucoup ton interprétation du personnage, j'ai beaucoup aimé le fait que tu articules ta mission pas seulement autour de Raiponce mais aussi autour des citadins qui se demandent ce qu'il se passe. Oui c'est vrai que c'est un événement pour les citadins... Maintenant, des écrans sont disposés un peu partout dans la ville. C'est plutôt sexy !

Bref, bon rp.

J'aime beaucoup le petit gif que tu as fait. Ca t'a permis de faire un clin d'oeil à l'éclaireur, ce qui est cool ^^

Des écrans qui diffusent dans la ville les reportages de l'éclaireur, c'est genre la méga classe.

Mission facile :

11 xp, 110 munnies et 2 PS en défense.
messages
membres