Derniers sujets
» Que la vengeance commence!
par Kestia Aujourd'hui à 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Aujourd'hui à 19:09

» Chasse aux corsaires
par Lotis Terrick Aujourd'hui à 17:08

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Aujourd'hui à 12:23

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Hier à 23:02

» Tour du Propriétaire
par Surkesh Hier à 22:58

» Le savoir c'est le pouvoir
par Narantuyaa Hier à 3:51

» Mille Épines
par Death Lun 11 Déc 2017 - 18:27

» Cachons tout ça
par Milla Maxwell Lun 11 Déc 2017 - 11:08

» Tombent les masques
par Maître Aqua Dim 10 Déc 2017 - 0:41

» Fiche Technique: Waltz
par Waltz Sam 9 Déc 2017 - 17:52

» Au coeur du Vide
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 17:29

» La vertu des brutes
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 16:56

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 21:12

» Attaque Nocturne
par Chen Stormstout Ven 8 Déc 2017 - 15:16


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Bien plus qu'un Intendant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Boucher de Grimm
Masculin
Nombre de messages : 506
Age : 27
Date d'inscription : 05/02/2014

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1034/0  (1034/0)
Jeu 17 Sep 2015 - 18:17

Le bureau de l’intendant, ma seconde demeure depuis que la Princesse m’ait promus à ce grade. Depuis combien de temps maintenant, un an ? Je n’en sais rien, les jours passent et se ressemblent depuis bien trop longtemps. Être la seule autorité en vigueur à quelque chose de reposant, bien trop reposant. Je passe mes journées le cul sur une chaise à remplir des piles de dossiers ou à envoyé des jeunes recrues accomplir la besogne que je n’imagine même plus accomplir. Merde, depuis combien de temps le gamin est dans nos rangs…? Négligemment, j’attrape une feuille dépassant de son dossier, son premier rapport de mission daté de plusieurs mois et la dernière apparition d’Hayner suite à nos exécutions mensuels. Merde, qu’aie-je fait depuis que je me prélasse dans mon autorité, outre répondre à des provocations de mercenaire sans importance. Putain, qu’est-ce que je suis en train de devenir, un pâle reflet de l’autre conne dans son château ?!

J’abaissais mon regard à mes pieds, contemplant ma ceinture libre de ses armes. Où sont-elles ? Accroché à un crochet du mur en face de moi, ainsi que l’hostler de mon arme de poing. N’importe qu’elle abruti pourrait défoncer la porte et me tirer une balle dans la tête que je serais incapable de me défendre. Je suis comme un chat d’appartement en plein hiver, gras et oisif, jouant avec un crayon et du papier pour tuer le temps et attendant l’été pour perdre cette couche graisseuse dans laquelle je me complais. Je ne quitte plus ce monde, mais merde, pourquoi ?! Je ne crains personne… Je suis l’Intendant de la Garde Noire, l’homme le plus craint et respecté de tous les royaumes de la Coalition Noire. J’ordonne et les autres exécutent, cependant, je reste caché derrière de grands murs en béton. C’est quoi mon putain de problème !

Respirant fort sous l’énervement, je me relevais et faisant les cent pas dans cette pièce minuscule. Le rapport de la bête de métal était arrivé ce matin, m’indiquant qu’il ne restait plus que des cendres du village, le dernier endroit où j’ai laissé exploser ma rage. Mais oui, c’est ça… Le goût du sang, je l’ai perdu depuis bien trop longtemps. Je renie ma vraie nature dans cette pièce, je suis le Faucheur, néanmoins, je ne prends plus aucune vie. Un sourire mauvais se dessinait sur mon visage, oui, j’avais besoin de sentir mes lames perforer la chair. Il me fallait trouver des adversaires à combattre, des hommes à mutilé ou de simple vie à prendre. Sans attendre un instant de plus, j’attrapais mes armes repliées et les attachais aux boucles de ma ceinture et quittais ce monde sans dire mot à quiconque. Mon vaisseau, je n’avais besoin que de lui pour me conduire vers l’unique soulagement, ce soir, je profiterais du sommeil du juste.

Jecht le mercenaire, j’ai une dette envers toi. Et je m’en vais la régler en terminant le travail du gamin au Colisée de l’Olympe, j’espère que tes confrères seront plus courageux que toi.

Le soleil se couchait sur la mine de soufre des Mercenaires, il m’a fallu plus de temps pour rejoindre cet endroit du monde. Je posais mon vaisseau en retrait de l’entrée de la mine, à une bonne centaine de mètre, néanmoins, je doutais que je sois passé inaperçu. Le temps que les moteurs se coupent et que la passerelle me permette de sortir qu’un patrouille de trois hommes pointait leurs mousquets sur mon visage en hurlant de décliner mon identité. Je m’immobilisais devant eux, le haut de ma colonne vertébrale un brin courbé alors que je perçais leurs regards du mien. Ma tête était légèrement inclinée alors que j’exaltais la situation, le sang, je l’entendais battre dans leurs corps… Il m’appelait, il attendait de pouvoir se répandre sur le sol. J’abaissais alors mes mains, les approchant du manche de mes faux et leurs répondais dans un seul souffle.

Le Faucheur est à vos portes…
J’empoignais le manche de chacune de mes armes et les dépliais dans un bruit aigu, la lumière de la lune reluisant mes armes restées bien trop longtemps inutilisé. Et la seconde suivante, j’entendais un des hommes hurler d’ouvrir le feu, les éclairs des mousquets fendirent l’air alors que les balles de plombs entamaient leurs courses vers ma chair. Je tournais alors sur moi-même, entravant la course d’une de celle-ci de ma lame et la faisant ricocher en direction du sol et en m’abaissant sur moi-même afin d’éviter les deux autres. Elles sifflèrent au-dessus de la tête alors que je donnais une forte impulsion dans mes mollets afin de me propulser sur le premier à ma porter et porter un coup dans son abdomen. La lame incurvée traversait son corps de part en part et celui-ci crachait déjà du sang dans une mimique de douleur, je relâchais le manche de mon arme pour empoigner celui de la sienne et le poussais ensuite pour le voir tomber comme une pierre. Le bruit sourd ainsi que le nuage de poussière se levaient devant le regard impuissant des deux derniers hommes de la patrouille, la peur gagnait leurs coeur, me faisant sourire d’autant plus.

L’un d’entre eux dégaina une dague alors que l’autre faisait déjà demi-tour, prêt à s’enfuir. Oh non, il n’aura pas cette chance, je retourna alors la faux dans ma main gauche afin que la lame passe derrière mon dos et d’un coup, je lançais mon arme afin de la faire tournoyer dans sa direction et l’éventrer à son tour. Le cri de rage du dernier me rappelais à l’ordre quand je le vis se jeter sur moi prêt à me planter, juste le temps de ramener le mousquet contre mon torse et le placer de tel sorte que la dague se plante dans la poignée de celui-ci. Maintenant tout proche, je relevais le fusil pour casser le nez du gars et d’un coup de pied dans le torse, le coucher à quelques mètres de moi. Je m’approchais alors d’un pas lent, lui trop occupé à presser sa main contre la fracture afin de calmer l’afflux de sang, je le regardais de toute ma taille et jubilant de le voir ainsi à ma merci. Lentement, j’attrapais l’arme au bout du canon et pointais la crosse vers le bas. Et dans un geste répétitif, je frappais son visage jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une pâte rouge visqueuse et que les cris s’arrêtent.

Le goût du sang est tellement exquis, il m’en fallait plus.

Je jetais le mousquet et me dirigea vers les deux autres corps afin de reprendre mes armes en main, et comme une machine, je m’avançais en direction des feux de camp dressé à l’entrée de la mine. Peut-être par souci du spectacle, je laissais traîner mes armes sur le sol tout en m’approchant. Néanmoins, aucune bruit de metal ne résonnait, seulement le bruit des pierres remuées par-dessus le bruit de mes pas s’enfonçant dans ce gravier. Peu à peu, j’entendais le bruit des conversations se rapprocher de moi, l’excitation que je ressentais était palpable et n’arrêtait pas d’augmenter à la mesure de mes pas.

Jusqu’à ce que finalement, de longues ombres dansantes sous le crépitement des flammes apparaissent devant-moi. Le spectacle allait pouvoir commencer, mais il n’y aura pas de présentation cette fois.

Je me jetais dans la mêlée, tenant les armes du bout de leurs manches afin de les abattre dans un mouvement long dans les corps à ma portée. Cette sensation unique, comme quand on enfonce un couteau dans du beurre, ou encore le bruit du metal perforant la chair, c’était sensationnel. Je me sentais revivre, comme si je sortais d’un cauchemar d’oisiveté où j’étais incapable de faire quoi que ce soit. Il fallut attendre une dizaine de secondes pour qu’il puisse répondre à mon attaque, et déjà je voyais les lames s’approcher de moi. Je raffermis mon emprise et rapproche les lames de mon corps pour me protéger, j’entendais le metal s’entrechoquer devant moi avant de repousser les lames et abattre de nouveau mes faux dans mes ennemis. Deux corps tombaient lourdement, je les enjambais afin d’enchaîner les coups rapides dans toutes les directions sans faire distinction entre les hommes armés ou blessés… Ils périront tous !

Le choc des lames, la chair qui se découpe et les balles volant en tout sens. Les mots manquaient pour décrire l’ivresse dans laquelle j’étais plongée, le sang coulant et les mercenaires criaient, une symphonie douce à mes oreilles.

Une douleur soudaine dans le dos, je tourne la tête et aperçois un homme pointant ne lance imbibé de sang, le mien. Dans un cri, je me retourne et frappe verticalement pour propulser sa lance au sol et courir dans sa direction et coller mon poing dans sa mâchoire, je la sentis craquer sous mes articulations. Il tombait en arrière, mais je m’empressais de le rattraper en plantant la lame dans son omoplate et le ramenait sur moi afin de l’utiliser comme bouclier vivant face au tir de mousquet. Merde, il commençait à se rassembler. Je relâchais le corps et me propulsais en arrière pour tomber nez à nez avec deux hommes, épées pointées vers moi. La première passa à quelques centimètres de mon torse, mais la seconde se planta dans ma jambe. Dans un cri de rage, je lâchais mes armes et attrapais leur crâne et les tirais en arrière, les faisant tomber avec moi. Une fois au sol, j’effectuai une simple roulade pour m’écarter d’eux et toujours allongé, je levais ma jambe pour écraser mon talon sur la tête du plus proche. Un bruit gras résonna, je profitais de l’instant pour récupérer mes armes et me propulser dans une direction sans homme à combattre.

J’amenais la main sur ma jambe, l’effervescence du combat passé et la douleur rappliquait. D’un regard, je distinguais encore des hommes debout prêts à me traquer. J’ai chargé en solitaire et ils se sont regroupés, prêts à abattre la bête assez folle pour s’attaquer à eu. Mon coeur me suppliait de retourner me battre, mais ma tête était satisfaite de cette soirée. J’étais repu, le sang avait étanché cette soif belliqueuse.
Sans demander mon reste, je rengainais mes armes et plongeais ma main dans la sacoche accrochée à ma ceinture pour ressortir plusieurs bâtons d’explosifs et une boite d’allumettes. Dans un geste lent, je craquais le soufre au bout de la brindille et allumais les mèches des bombes avant de les balancer face à moi. Une série d’explosion se fit ensuite entendre, propulsant des morceaux de corps en charpie dans les airs et calmant définitivement cette faim. Je me retournais alors, profitant de la situation pour rejoindre le vaisseau. Demain, je désirais quiconque d’assez sot pour me défier et ainsi montrer que je ne suis pas ce gros chat incapable d’attraper une souris.



_______________________________
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Bête de feu
Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 20
Date d'inscription : 15/08/2015

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
157/200  (157/200)
Lun 5 Oct 2015 - 15:24
Alors! Première notation de ma part pour mon cher supérieur, ça fait plaisir!

Bon, l'intro, le moment où Death se rend compte que le temps passe vite, il commence à prendre conscience de ce qu'il devient, à se demander ce qu'il fout ici, dans le bureau à ne rien faire.
J'ai bien aimé le fait qu'il se dise qu'il ne s'imagine même plus faire le travail donné aux recrues. Ça montre bien à quel point ça fait longtemps qu'il a pas levé le petit doigt, plusieurs mois. Et là Death commence à se dire ''putain, déjà !'' il est comme désemparé face à ce qu'il est devenu, un chat gras et oisif qui cherche à faire passer le temps comme tu l'as si bien dit. Il redoute même le fait de devenir une copie d'Ariez ! Sincèrement, si d'ici quelques rps tu balançais que tu quittais ton rang d'intendant de la Garde Noire, je serais pas surpris. Death n'a pas besoin de ce titre pour se faire respecter, tout le monde le craint. Alors c'est vrai qu'il pourrait plus donner d'ordres, mais je le vois bien s'interroger sur ce qu'il va devenir s'il continue à rien faire. Et je pense qu'il préférerait être au milieu de l'action plutôt que de s'occuper de la paperasse, d'autant plus qu'on voit bien par la suite à quel point il en a besoin, et à quel point ça lui manque. Il est pas fait pour ça, c'est évident.

Sinon, j'ai adoré quand il a vu ses armes accrochées (et pas accroché :p) au mur. Enfin, je m'imagine en tant que Death, devant son bureau, sur sa chaise avec la pile de documents et le crayon. La porte au fond de la salle et les armes juste à côté. Personnellement, j'aurais défoncé le bureau en me disant ''qu'est ce que j'ai fait de ma vie ?!''.
En fait, Death est censé être le Faucheur, et c'est quand même vachement con de voir qu'il a pour seule arme à portée de main un putain de stylo et du papier ! J'ai trouvé ça très drôle ^^
Ses armes devraient être à côté de lui, et pas au bout de la salle.. Et on voit très bien qu'il s'en rend compte.
Quand t'as regardé le rapport, tu t'es rappelé ce dont tu avais besoin ! Et en fait, ce que j'aime le plus, c'est que je me rend compte à ce moment là que Death et Orma sont, dans le fond, identiques. Ils ont tous les deux la même... passion? Tuer. Et pourtant ils sont différents, puisque Death s'en réjouit, il s'exalte devant le sang qui coule à ses pieds, il en redemande encore et encore! Alors qu'Orma n'agit que parce qu'il ne sait faire que ça. Death agit pour se satisfaire, et Orma pour passer le temps.
Enfin, pour en revenir au rp, il se rend compte qu'il ne peut vivre sans combattre, blesser et tuer. Il a besoin de voir le sang jaillir, sentir sous ses lames les membres de ses ennemis, voir leur peur dans leurs yeux.

Puis on passe au vrai rp, si je puis dire. C'est là que la réflexion de Death se termine pour laisser place au combat.
Et là j'ai pris mon pied ! Franchement le combat a été mon moment préféré, je sais pas si ça t'as pris du temps pour l'écrire. Mais tout m'a semblé naturel, comme si c'était quelque chose d'automatique. C'est bien écrit malgré les fautes, le tout s'enchaîne bien comme il faut et je ne pense pas qu'il y ait d'abus.
Le combat est long et pourtant je l'ai lu plus vite que le reste! Ca passe à une vitesse folle. En fait j'ai eu l'impression que le temps s'était arrêté et que Death faisait ce qu'il avait à faire, tuer. J'ai cru qu'il était dans une sorte de transe, dans sa bulle où n'existait que lui et ces hommes. Il y retourne sans hésiter et là, surprise ! Death se prend un coup, je m'y attendais pas, ça a cassé le rythme de l'écrit d'une façon très réussie. On pense qu'il va reprendre le dessus mais on constate qu'il arrive à bout et n'en peut plus trop, il souffre.
Et on comprend la suite, son cœur en veut plus, sa raison lui dit que c'est pas une bonne idée. Comme on pouvait s'y attendre, il n'est pas fou et n'y retourne pas.
J'avoue que je m'attendais pas à la dynamite, pourquoi pas. Tu finis le travail que tu as commencé de manière efficace et rapide.

Pour finir, je me suis senti concerné pour ta dernière phrase, je sais pas si je me devais de l'être ou pas, mais j'ai aimé. ^^


Bon, ça c'était pour le contenu ! Après, au niveau de la lecture j'ai été très embêté.. Je vais essayer de faire court, même si c'est pas mon fort !

Beaucoup de fautes hein, tu le sais, je te l'ai dit ^^' je vais pas les mettre surtout que la plupart sont dues à des étourderies, puisque tu ne t'es pas relu !
Donc bon, fautes d'accords, de conjugaison, de grammaire, d'orthographes..
Je vais te dire, les plus gênantes à mon avis c'est celles où tu me mettais ce genre de chose ''et faisant les cent pas dans cette pièce minuscule.''. Je dis peut-être des conneries, mais ça se dit pas, si tu dis ''faisant les cent pas'', tu arrêtes pas ta phrase. Si tu veux vraiment l'arrêter, tu utilises le passé simple, ''et fis les cent pas.''
Pareil pour ça : ''et jubilant de le voir ainsi à ma merci''  Soit tu mets ''et'', auquel cas tu continues ta phrase, soit tu remplaces ''et'' par ''en''. ^^
Y a les temps aussi, tu me mélangeais le présent, l'imparfait et le passé simple. J'ai eu du mal à savoir ce qu'il se passait à quel moment.
Enfin voilà, toujours la même chose pour les fautes de toute façon.. Je suis certain qu'une relecture aurait éliminé la plupart des fautes. Mais je suis conscient que le courage n'est pas toujours là ^^

Bon, du coup c'est fini, je suis embêté parce que j'ai peur d'avoir mal noté ou quoi. J'en aurais sûrement des échos !
Enfin ! Un conflit intérieur, un beau combat et deux blessures, mine de rien c'était chaud pour toi à un moment, donc j'hésite parce que tu t'en es quand même pas tiré indemne !

Mission avancée : 30 points d'expérience, 300 munnies et 3 PS (2 en force et 1 en vitesse) !
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Bon annif à notre intendant préféré !
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »