Derniers sujets
» Pensées rationnelles
par Rufus Shinra Aujourd'hui à 13:19

» Aux abonnés absents
par Rufus Shinra Aujourd'hui à 12:02

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Hier à 22:11

» Les Orphelins
par Septimus Hier à 19:06

» Changer de tête
par Pamela Isley Hier à 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Hier à 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Hier à 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20

» Lessive à Port Royal
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 17:55

» Tatanes et coups de lattes!
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 16:53

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 16:06

» Envie de me connaitre ? Il y a un peu de lecture - Fiche d'identité A. Underwood
par Abigail Underwood Lun 18 Sep 2017 - 14:31

» Achetez mon vaisseau, il est beau mon vaisseau !
par Chen Stormstout Lun 18 Sep 2017 - 14:25

» L'enthousiasme éternel
par Death Lun 18 Sep 2017 - 12:26


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Entretien pour changer de vie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Coeur intrépide
Féminin
Nombre de messages : 276
Age : 26
Date d'inscription : 30/04/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
197/650  (197/650)
Dim 6 Sep 2015 - 22:58
Lili était assise sur une chaise placée contre un mur de pierre, il y avait des chaises placés à l’identique à sa droite et à sa gauche toutes alignée à la perfection. Une table base devant avec des journaux et des magazines. Un parquet de bois bien propre, et deux portes : l’une fermée bien décorée de gravures, imposante et l’autre ouverte où le bureau de la secrétaire s’y tenait, joli grand bureau d’ailleurs tout en bois massif. Elle, elle portait comme le cliché basique que l’on se fait des secrétaires : une paire de lunette, un chemisier et une jupe droite le tout accompagné de talons et ses cheveux noirs étaient attachés en chignon. Elle avait toujours le nez plongé dans des dossiers et ne l’avait levé qu’une fois : quand Lili était arrivée. Elle lui avait souhaité la bienvenue, la petite brune lui avait expliqué sa venue ici, et la secrétaire avait simplement dit d’attendre ici le directeur qui allait la recevoir.

Mais avant cela Lili était passé par le « barrage » de gardiens, qui vous passez au peigne fin afin de savoir si vous avez des armes ou autres. Le joli minois de l’errante n’avait pas attendri ses armoires à glace et elle dû passer tous les examens avant. Lili n’avait rien dit et exécuta se que l’on lui demanda en souriant à l’intérieure d’elle-même : « ma Keyblade n’est pas présente mais elle est avec moi tout le temps, jamais vous ne le saurez !!! ». Encore un point positif d’avoir comme arme une Keyblade. Elle y a passé presque une demi-heure dans ses contrôles. La sécurité était primordiale ici semblait-il. Peut-être que le boss était menacé par trop de gens ?! D’un côté il était le directeur de…

La secrétaire avait fait tomber son stylo, sortant Lili de ses pensées. La demoiselle se tenait droite comme un i, soufflant un peu, elle se décontracta. Elle décida de ne pas se focaliser non plus sur le temps sinon il allait s’écouler trop lentement à ses yeux. La brune posa ses coudes sur ses cuisses et sa tête dans les paumes de ses mains. Le regard noisette fixant un point imaginaire se trouvant entre deux tableaux accrochés sur le mur d’en face. L’élue repensa aux évènements et réflexions plus ou moins liés qui l’avaient amenée jusqu’à cette salle t’attente.

La nouvelle forme de sa Keyblade lui rappelait une fleur dont le nom scientifique était : Diphylleia grayi. Surnommé la fleur squelette, elle a des pétales blanches qui deviennent transparentes au contact de l’eau ; quand il pleut on peut donc voir une fleur passer du blanc au transparent comme par magie. C’était sa mère qui lui avait parlé de cette fleur plutôt rare qui était ordinaire au premier regard mais qui avait un très beau secret qu’elle ne révélait qu’à ce qui s’intéressait assez longtemps à elle. Elle avait ajouté : « moi et ton père, on s’est inspiré du nom de cette fleur pour toi ma petite Phyllia ». A la maison, on l’a surnommé Lili, ça aurait pu être aussi « Fifi » mais l’un de ses frères avait déjà ce surnom, heureusement pour elle : Lili c’était bien plus joli. Bref, cette forme de Keyblade lui prouva qu’elle ne devait pas oublier ni rejeter son passé : la Lili actuelle était Phyllia avant, elle faisait partie d’une grande famille, elle s’amusait et grandissait parmi eux s’épanouissant. C’était les premiers instants, les premières pierres qui l’avaient bâti pour faire face à cet immense univers. On ne peut pas retirer une pierre d’en bas d’un mur sans faire écroulait celui-ci (ou le fragiliser). Lili l’avait compris il y a peu, pendant son séjour à la Contrée du Départ : elle devait accepter son passé et pas le fuir, elle devait vivre le présent et attendre le futur sans craintes. Tous ce qu’elle avait vécu avait fait de Lili ce qu’elle est à présent. Et elle allait encore changer avec ce que lui réservait l’avenir.

Pour l’instant, dans le présent, la porteuse de Keyblade avait choisi de se tourner vers l’équilibre à travers les mondes, c’était le but premier des porteurs de Keyblade il y a longtemps… En même temps elle voulait voir les sept princesses aux cœurs purs afin de s’assurer qu’elles aillent bien et discuter avec elle, histoire d’en apprendre plus sur Kingdom Hearts ou un autre moyen de restituer les cœurs volés de sa famille. Il y a peu la demoiselle était en train de penser à tout ça, mangeant un morceau dans un petit « fast food » du Jardin Radieux, son monde, elle ne savait pas trop pourquoi elle y était retournée… Ses oreilles se concentrèrent sur le son un peu grisé d’un poste de télé. Elle leva les yeux et regarda les images défiler. C’était les news tenues par l’Eclaireur qui passaient ; c’était pratique d’avoir des informations des quatre coins de l’espace, voyant ce qu’il se passait ailleurs que sur son monde, l’actualité sur les groupes gouvernants et se chamaillant les terres qui n’étaient même pas à eux au départ. Lili croqua dans son sandwich classique (avec un salaire d’errant ce n’est pas le bon plat chaud qu’on peut se payer !). Tiens des petites notes défilaient en bas de l’écran… Elle rappelait que l’Eclaireur était une société de journalisme qui recrutait. Tic tac tic… Il fallut un petit temps avant que l’ampoule dans la tête de la jeune femme s’allume illuminant son visage d’un sourire ! Mais oui tout parait évident, à croire que sa bonne étoile lui faisait carrément des appels de phares… Lili devait faire partie de l’équipe de journalistes de l’Eclaireur créant une rubrique sur les sans-cœurs ; avec sa Keyblade elle irait de monde en monde voir l’évolution de ces créatures sombres ça serait plus facile pour elle que pour un simple journaliste. Elle pourrait aussi se renseigner sur les princesses de cœurs, et les autres élus, voyageant tout en étant payée. Lili pourrait s’améliorer et se rapprocher du titre de maître de la Keyblade (même si elle en était encore loin d’après son propre jugement). De plus la demoiselle pourrait être au courant de tout ce qui se passe dans chaque monde avec le réseau de l’Eclaireur, et pourrait avoir des informations très importantes sur Kingdom Hearts ou encore sur les Keyblades. Mais… Mais POURQUOI elle n’y avait pas pensé avant ?!! Bon, il faut positiver : mieux vaut tard que jamais !

C’était comme ça que la brune se retrouva dans une salle d’attente devant le bureau du directeur de l’Eclaireur quelques minutes plus tard, sans avoir pris de rendez-vous, ni préparé son entretien d’embauche, les mains dans les poches en gros ! C’était pourquoi Lili, assise et remise de l’émotion de son idée subite, se rendit compte qu’elle y était allée un peu trop vite. Mais maintenant que la secrétaire lui avait dit que le directeur avait un créneau pour la recevoir et qu’elle attendait devant son bureau, faire demi-tour n’aurait pas était bien vu. La porte massive en bois s’entre-ouvrir, un homme ni grand ni petit en costard apparut il avait une allure et l’assurance d’un homme d’affaire mais son visage n’était pas aussi strict : il était marqué de multiples aventures sur le terrain. Il imposait directement le respect et l’admiration chez la demoiselle qui se leva maladroitement de sa chaise, se passa les mains rapidement sur ses vêtements qui n’étaient pas adaptés pour un entretien et puis elle tendit la main à cet homme :


« Bonjour, je m’appelle… Lili. Je viens pour passer un entretien d’embauche…

Hmmm… Vous utilisez déjà un pseudonyme ?! Si cela est votre souhait. Entrez nous serons plus à l’aise pour parler que debout dans la salle d’attente ! »


Ils se serrèrent la main et entrèrent dans le bureau : une grande pièce avec de grandes étagères remplies de millions de dossiers rien qu’en les regardant Lili eu mal au crâne. Le directeur l’invita à s’assoir sur un fauteuil devant son bureau. Face à cet homme, la demoiselle savait qu’elle devait se vendre, se mettre en avant et elle n’avait pas le droit à l’erreur !

« Alors Mademoiselle ou Madame Lili… En quoi moi et mon entreprise pouvons-nous vous être utile ?

Mademoiselle… En fait, je souhaiterais travailler chez vous. J’aimerais être faire partie des votre et aider à la transmissions d’informations à tous, quelques soit le monde.

D’accord. Avez-vous un CV et une lettre de motivation à me faire part ?

Heu… »


Lili fut très mal à l’aise, mais le cacha, elle répondit de suite, essayant de ne pas montrer son manque de préparation pour une telle rencontre :

« Non désolée. Je pense que me présenter oralement et répondre à vos questions, sera une meilleure façon pour vous de cerner qui je suis et voir si je suis capable de devenir un reporter…

Ce n’est pas faux. Vous êtes plutôt intelligente et mignonne pour passer à l’écran, c’est un plus. Vous voudriez être dans quel type de rubrique ; la beauté, la santé, le bien-être … »


Lili fit légèrement la grimace : elle faire de la télé et donner des conseils beauté et nutrition pour être belle alors que quand elle se lève le matin c’est douche et basta : pas de produits ou autre ! La demoiselle fut un peu gênée, et répondit :

« Non Monsieur, je souhaiterais être sur le terrain. Je voudrais faire des reportages sur les sans-cœurs qui sont un problème pour chaque monde : des informations sur leurs nombres, évolutions et autres seraient bénéfiques pour tout le monde, et aussi sur les princesses de cœurs…

Une rubrique sur les sans-cœurs ! Ça c’est une bonne idée !!! Cela m’avait déjà traversait l’esprit mais je n’avais pas de reporters à qui conviendrait se poste. D’ailleurs j’avais déjà le titre : « Sans-cœur& Cœurs » : sans-coeurs, princesses, élus de la Keyblade ! Mais, sans vouloir vous brusquez, pourquoi je prendrais une jeune demoiselle qui semble à peine savoir se défendre pour un job si dangereux ?

Les apparences sont trompeuses ! Je sais plutôt bien me défendre, j’ai mon petit secret… En fait je suis une élue de la Keyblade et… »


Lili devait lui dire la vérité sachant qu’être une élue serait qu’un point positif pour décrocher ce poste. Et vu la tête du directeur quand Lili avait dit qu’elle était une élue, il semblerait bien que cela l’ai choqué mais une lueur brilla dans ses yeux, comme un enfant devant un trésor :

« Attendez… Prouvez moi que vous êtes bien une élue. »

La demoiselle ne le fit pas attendre elle tendit sa main droite devant ses doigts écartés, un halo de lumière dansa autour de sa main et après un petit flash blanc, sa Keyblade Espérance Infinie se matérialisa dans sa main dont les doigts s’étaient refermé sur le pommeau de son arme. La bouche grand ouverte, le directeur se ressaisis et posa sa main sur son menton faisant mine de réfléchir :

« Une belle arme que vous avez là mademoiselle. Vous m’intriguez un peu… Mais savez-vous au moins l’utiliser ? Vous battez vous depuis longtemps ?

J’ai une pratique plutôt régulière des combats contre les sans-cœurs comme cette arme les attire. Ensuite, j’ai participé au tournoi de Leto sur le monde du Colisée de l’Olympe. J’ai combattu au côté de la grande Tifa…

Je me rappelle de ce tournoi, votre match contre le maître aux oreilles de chats et ses invocations étaient vraiment magnifiques ! Et Tifa : une vraie beauté qu’il ne faut pas énervée… Bref, autre question importante : Est-ce que vous faite parti d’un groupe ?

Non je suis une errante pour le moment.

Sachez que l’Eclaireur est une société de journalisme qui ne fait partie d’aucuns groupes.

Oui, vous ne vous battez pas pour avoir des mondes. Vous, vous transmettez les informations importantes à tous, quelques soit leurs appartenances, c’est un point qui me plait beaucoup chez vous.

Très bien. Vous m’avez réellement convaincu et ce en très peu de temps ! Je vous prends à l’essai, et ses vos premières missions se déroulent bien, nous vous garderons.

Merci Monsieur, c’est un réel plaisir de pouvoir travailler avec vous. »


Le directeur appela sa secrétaire, et tous les trois mirent en place un contrat liant Phyllia, alias Lili (elle gardera ce pseudonyme lors de ses reportages) et l’Eclaireur. Si elle réussissait ses premières missions elle continuerait, sinon elle ne sera pas embauchée. Mais il fallait donc qu’elle arrive à être au top devant une caméra, dire le nécessaire ni trop ni pas assez, et récolter ce qu’il fallait afin d’avoir un audimat élevé et de quoi intéressait du monde. Et aussi que les recherches qu’allait mener le directeur sur Lili lui prouve qu’elle a été sincère et qu’elle est capable de tenir ce poste.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 762
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Dim 6 Sep 2015 - 23:48
Exploit accompli.

J'ai beaucoup apprécié cet exploit, je dois dire. Déjà évidemment parce que tu as foncé sur l'occasion pour avancer avec ton personnage, ce qui le remet instantanément dans le bain, selon moi. J'espère vraiment que tu feras quelque chose de cool dans l'Eclaireur ^^. Pour info le groupe ne tardera pas à être créé. J'attends juste les avatars et c'est bon.

Tu m'as fait un bel exploit; Je n'ai rien à lui reprocher, si ce n'est peut-être que la justification de son choix d'avenir est plutôt vite réglé. Ce n'est pas mal mais je m'attendais à ce que tu prennes plus ton temps.
Les dialogues m'ont convaincu, déjà. Bien sûr le patron t'accepte assez facilement mais comme je l'ai déjà dit, je pense que ton personnage est en effet parfait pour le job. N'importe qui peut vite s'en rendre compte en posant deux trois questions.

Allez peut-être une petite critique. Il y a ce moment où Lili parle d'une rubrique sur les sans-coeurs. Là le reporter s'emballe un peu et j'ai trouvé ça un peu middle. Il propose exactement ce que tu veux à un point où... limite il avait déjà prévu de créer la rubrique et justement, Lili arrive pile au bon moment pour le job.

Ca j'ai trouvé middle. J'aurais trouvé plus cool que Lili tente de convaincre le patron du bien fondé de cette rubrique. Ca n'aurait pas été très dur parce que c'est un sujet très important, mais j'aurais trouvé ça intéressant.

J'ai super hâte de lire tes rps en tant que reporter. Ca me fait très plaisir d'avoir un personnage qui partage la vie de reporter dans l'Eclaireur, et la vie de vrai personnage. Je suis sûr que la vision de l'envers du décor dans tes rps sera juste parfaite.

Mission facile : 11 xp, 110 munnies et 2 PS en vitesse... Oh ! Dans le contrat, tu trouves un rapport ! Tu peux demander à Vesper qu'elle t'en envoie un !

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Et un entretien pour la cabane dans le vieux chêne, un.
» Pour être heureux, il faudrait se persuader qu'on vît quand on rêve, qu'on rêve quand on vît. (Réouverture par Camelle)..
» Formulaire pour changer de rang
» Que faire pour changer Haiti ?