Derniers sujets
» Les Orphelins
par Raiponce Aujourd'hui à 16:50

» Un soir, une fête, une femme, un homme
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 12:35

» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Aujourd'hui à 4:31

» Beau gosse
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 4:06

» Hybris
par Arthur Rainbow Aujourd'hui à 0:24

» Rex tremendae
par Matthew March Hier à 21:55

» Reading Project
par Sauron Hier à 21:00

» Pensées rationnelles
par Cissneï Hier à 19:29

» Entremetteuse
par Arthur Rainbow Hier à 19:24

» Aux abonnés absents
par Rufus Shinra Hier à 12:02

» Changer de tête
par Pamela Isley Mar 19 Sep 2017 - 18:15

» La nature a horreur du vide
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 12:00

» Les sans-coeurs aussi ont le droit de se marrer
par Lenore Mar 19 Sep 2017 - 9:37

» Le glorieux et puissant être mystérieux !
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 23:31

» De retour au bercail...
par Surkesh Lun 18 Sep 2017 - 22:20


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Rapport à un ami
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Noirâtre Acceptation
Féminin
Nombre de messages : 324
Age : 26
Date d'inscription : 22/06/2011

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
548/650  (548/650)
Ven 22 Mai 2015 - 19:43

[mini-série]


Je la laissai alors là, derrière moi, se remplir de remords et de culpabilité tandis que j'avançais vers un vaisseau m'éloignant loin de la Terre des Dragons et de Vesper Earl. Je ne m'étais retourné qu'une fois, dans le mince espoir qu'elle change d'avis, mais il n'en fut rien, elle me laissait partir. Amer, je quittai définitivement ce pays.

Quand j'atteignis le Jardin Radieux, il était tel que je l'avais laissé hier, animé et splendide. Je respirai un bon coup, soulagé d'avoir au moins la satisfaction  d'être chez moi, en sécurité. Et pourtant, je ne m'en contentais pas. Je saluai sur la place des commerçants qui étaient ma clientèle faisant le tour et simulant ma bonne humeur habituelle, celle d'un homme qui veut gagner la confiance des autres. Sans tarder, je gagnai mon petit appartement, non loin de cette place et me jetai sur mon lit, soupirant encore et encore, tandis que je fixais le plafond.

-Et dire que j'avais espéré, mais quel con...

Je n'avais pourtant rien fait, c'était bien elle qui avait fait le premier pas, de façon inespérée. Et alors... Je m'étais dit que nous étions peut-être sur la même longueur d'ondes. Tout ça pour qu'elle finisse plus ou moins par me repousser. Réfléchir ? Oui, je connaissais la rengaine. Pas que j'aie de l'expérience en matière de femmes, non, mais je n'ignorais pas leurs façons d'agir. Et celle-ci ne faisait finalement pas exception. C'était pourtant celle-là que je voulais. Quelle folie que d'y être allé la veille, je me sentais encore plus mal.

Alors je me retournai sur le lit et attrapai mon carnet. Dessus se trouvaient une multitude de croquis, dont ceux de sa sœur.  Ils m'importaient peu à présent, ces croquis. Alors que j'avais enfin réussi à m'intéresser à une autre, elle m'avait fait revenir dans sa vie. Je tournai les pages déjà remplies du carnet et en pris une vierge pour adresser quelques mots à un vieil ami.

Chasseur,
J'écrirai sans détours même si quelques formules de courtoisie s'imposent depuis le temps. Je l'ai rencontrée hier en terre étrangère. Cette rencontre n'était pas fortuite, elle m'avait invité. Si comme je le crois, tu désires obtenir des nouvelles, viens dès que possible. Je resterai au Jardin Radieux les prochains jours.
Maxence.


A cette évocation, et bien que cela m'en coûte, je me sentais presque fier d'avoir été celui qu'elle avait choisi pour cette rencontre. Je savais qu'il s'en inquiéterait, et l'idée me sembla très jouissive.

Quelques jours plus tard, alors que je passais à nouveau la porte de mon deux-pièces, je fus à peine surpris de le voir, encore recouvert de sa cape, assis sur un fauteuil. Il avait à peine tourné la tête vers moi, comme si nous nous étions quittés  cinq minutes plus tôt. Je m'approchai de lui lentement.

-Chasseur...
-Maxence... Je t'en prie, assieds-toi.

J'émis un rire lors de sa proposition. Il ne manquait pas de culot, où qu'il soit, il me prenait encore avec condescendance. Je décidai de mimer la gratitude pour me moquer de ses habitudes.

-Oh ! Merci Chasseur de m'autoriser à m'asseoir dans ma propre maison.
-Oui, et bien... Ne fais pas l'intéressant, s'il te plaît. Je pensais qu'après tant de temps, nous n'en serions plus à ces chamailleries.
-En effet, et comme tu le sais, je ne t'ai pas appelé pour ça.

Le Chasseur sembla soudainement mal à l'aise avec le point nommé, il hésita quelques secondes et partit sur les banalités habituelles.

-Alors, comment vas-tu ? Je vois que tu as acquis une situation plus confortable.
-Si par plus confortable tu entends que j'ai réussi à me payer des meubles plus décents pour vivre, alors oui.
-Tu travailles toujours dans la « poste » ?
-Oui, je transporte des messages, des objets pour des gens importants, ou du moins qui se pensent importants...
-Je vois...
-Et je ne te l'ai pas dit, mais j'ai rejoint plus ou moins officieusement les troupes du Consulat. Je pensais que ça m'offrirait un plus large panel de clients. Et puis, ils font tellement ici... Je me suis senti concerné.
-Si tu le dis.

J'avais toujours pu observer qu'il ne se sentait pas à l'aise avec les idées d'appartenance à un groupe ou à quelconque rassemblement, ou même à un idéal, cette fois encore, il faisait preuve de détachement.

-C'est une situation qui me convient très bien.
-Je n'en doute pas. Mais ne me demande pas de sauter de joie. De mon point de vue, il est toujours préférable de garder son indépendance, même professionnellement.
-J'imagine que nous ne nous accorderons jamais sur ce point de vue, mais ça ne m'empêche pas de respecter ta liberté.
-Ni moi de te respecter.

Tandis que nous nous enfoncions de plus en plus dans les courtoisies et ennuyeuses discussion, je m'impatientais.

-Pourquoi tournons-nous en rond ?! Toi et moi savons très bien pourquoi tu es venu ici aussi rapidement après avoir reçu ma lettre.
-J'ai simplement essayé d'être poli, Maxence.
-Ce n'est tellement pas dans tes habitudes que cela sonne terriblement faux. Alors... veux-tu que je te dise comment elle va ?

Il resta silencieux, il n'allait certainement pas me faire le plaisir de répondre à cette question pleine de bons sentiments. Je décidai donc que cela comptait pour un oui.

-Elle va bien, elle est en bonne santé.

Il sembla soudainement rassuré, un poids venait de s'ôter de ses épaules même si je me doutais qu'il avait du chercher à le savoir avant cela, mais sans avoir pu l'approcher.

-Bien sûr, elle a changé par rapport à la dernière fois. Je l'ai même trouvée cynique...
-Je crois qu'il fallait s'y attendre, on ne reste pas indemne en ces lieux.
-Mais elle semblait moins triste, moins désespérée...

A cet instant, je pus voir dans les yeux du chasseur que quelque chose avait bougé en lui. Il me sembla même apercevoir une pointe de tristesse et de déception...

-Et pourquoi t'avait-elle fait venir ?

Bien sûr, depuis quelques jours, j'avais eu le temps d'anticiper cette question qui devait arriver très logiquement. Après tout, c'était la première fois que cela arrivait, en plusieurs années... Malgré tout, je ne me montrais pas très convaincant.

-Elle avait besoin de mon aide pour trouver une sorte de plante...
-C'est une plaisanterie... ?
-Un peu... En vérité, il fallait qu'elle se rende en Terre des Dragons pour cette raison, et elle a pensé que l'occasion était parfaite pour rencontrer quelqu'un qui puisse lui donner des nouvelles en des territoires non hostiles à cette personne.
-Le pays lui manque...
-Je dirais surtout... que sa vie d'avant lui manque.

Je faisais évidemment allusion à la vie qu'elle et lui avait en commun, une vie qu'il avait abandonné, et puis elle. Je savais qu'en disant cela, je réchauffais son cœur tout en lui faisant regretter ses actes, ses erreurs.

-Elle ne retournera jamais en arrière...
-C'est ce qu'elle m'a dit.
-C'est tout ?
-Eh bien... Elle ne m'a pas vraiment donné de nouvelles de la vie qu'elle mène, préférant certainement épargner la vision que j'ai d'elle...
-Très bien... Passons à autre chose...

A cette réponse, je fus presque furieux, il n'allait pas s'en tirer si facilement. J'ignorai donc sa requête.

-Et malgré tout, nous avons tout de même passé deux jours ensemble.

Soudainement, il m'analysa de haut en bas, scrutant mon expression, essayant de voir ce que je sous-entendais par là. Il lui fallut quelques instants pour répondre à cette provocation.

-Pourquoi si longtemps ? Ce n'était qu'une plante après tout...
-Je te l'ai dit Chasseur... sa vie d'avant lui manque.
-Pourquoi ai-je l'impression que cette idée t'enchante ?
-Parce que tandis que tu te cachais dans ton coin, nous étions ensemble, au point qu'elle était parvenue à t'oublier par moment...

Sa réaction fut sans détour, il bondit sur ses pieds et m'arracha de mon fauteuil par le col de ma chemise pour m'écraser contre une colonne. Le coup fut tellement fort, que je sentis mes poumons aspiré dans le choc.

-Pourquoi Maxence ? Pourquoi ferais-tu ça à ton ami, qui te considère presque comme un frère ?
-Lâche....MOI.

Le Chasseur  desserra ses doigts, brusquement. Je pus enfin respirer à nouveau. Et tandis que je me massais le coup, il se tenait derrière, prêt à recommencer à tout moment.

-Parle.
-Je t'ai dit ça... parce que je voulais voir comment tu réagirais... si tu sortirais enfin de ta torpeur...
-Qu'est-ce que ça peut te foutre ?
-Ça te plairait, hein... que ça ne me concerne pas du tout... Mais tu vois, ça me concerne depuis que j'ai transmis la lettre... Et même... depuis que tu es venu me voir.
-Et qu'est-ce que tu  veux ?
-Quand est-ce qu'elle saura enfin la vérité ?
-Pourquoi devrait-elle ? Tu l'as dit toi-même, elle commence... à accepter.
-Oui... Par moment... Et puis à d'autres... quelque chose la retient.
-Quelque chose comme moi ?

Il me regardait avec cet air plein d'assurance. Il savait qu'elle l'aimait encore, et que d'une certaine façon, elle lui appartenait. A présent, c'était à mon tour de perdre patience. Je n'allais cependant pas jusqu'à me montrer  violent, mais il m'avait manifestement irrité. Je savais qu'il avait raison.

-Tu n'es qu'un foutu égoïste.
-Que s'est-il passé en Terre des Dragons ?
-Elle a arrêté de me regarder comme un gamin.

Je n'avais pas besoin de lui faire un dessin. Je savais parfaitement qu'il allait se faire une idée des événements totalement exagérée. Et pourtant, la pensée qu'il se trompe ne me déplaisait pas du tout. Il s'approcha à nouveau de moi, à quelques centimètres à peine de mon visage. Je pensais subitement qu'il pourrait me frapper à mort.

-Malgré toute l'amitié que j'ai pour toi, si tu profites de la situation pour...
-Pour quoi ?
-Tu n'existeras plus pour moi.

Il quitta les lieux sur le champs, ne laissant que sa colère pour planer dans l'air. Sur le moment, j'eus l'impression que ça ne comptait pas pour moi, que je pouvais tout à fait me passer de sa bénédiction et qu'il pouvait crever dans son coin. Mais la vérité, c'était que j'étais seul, terriblement seul. Et que ni Vesper, ni le Chasseur ne semblaient vouloir de moi dans leurs vies sinon que pour les lier à leurs anciennes existences.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Drapeau Blanc
Masculin
Nombre de messages : 762
Age : 24
Date d'inscription : 23/12/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
225/550  (225/550)
Jeu 4 Juin 2015 - 2:35
Mini-série accomplie !

J'ai beaucoup aimé deux choses. Premièrement, que la mini-série commence directement après la fin de ta mission. C'est un peu dans l'idée de ce que j'aime dans la mini-série... Un personnage croise un autre moins important, il y a un contact, un échange, et pendant quelques heures, la caméra s'accroche au personnage secondaire pour raconter... une portion de sa vie.
Outre ça, ça donne un dynamisme vraiment agréable.

En soi, j'ajouterais, en parlant de dynamisme, qu'il y a un changement de style qui me plait, ici. Ta manière d'écrire n'a pas sensiblement changé, toutefois, le point de vue est différent. J'aurais du mal à dire si avec Vesper, tu décris beaucoup ton environnement mais ici, on va beaucoup plus vite à l'essentiel. L'ellipse est décrite en une phrase, tu racontes les choses rapidement. Ca me plait beaucoup.
Je ne sais pas si c'est voulu mais j'aime ce dynamisme pour la mini-série. Qui plus est, j'estime que s'il y a un moment pour tester de nouvelles choses, c'est bien lors d'une mini-série.

La deuxième chose que j'ai beaucoup aimée, c'est finalement ce qu'il se passe dans cet rp... Ce qui en soi se résume à pas grand chose. J'aime d'autant plus l'aspect "anecdotique" de la mini-série. La caméra ne suit pas forcément le personnage secondaire parce qu'il va lui arriver quelque chose de palpitant. Cela dit, clairement, la rencontre entre Maxence et le Chasseur était super. J'ai beaucoup aimé le dialogue qui était, je dois le dire, très réussi.

Je n'ai rien à reprocher. Le seul point noir, c'est... une phrase.
"Je faisais évidemment allusion à la vie qu'elle et lui avaient en commun, une vie qu'il avait abandonnée,"

Ce n'est pas critiquer pour critiquer. Vraiment, c'est tout ce qui cloche à mes yeux. Deux fautes.

Voilà donc... Très agréable.

Très facile, évidemment
5 xp, 50 munnies et 1 PS en dextérité.

_______________________________
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» rapport de bataille apocalypse
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006