Derniers sujets
» J'vais vous pécho !
par Arthur Rainbow Hier à 22:34

» Tours de force d'Heinrich Ventrecroc
par Heinrich Ventrecroc Hier à 21:41

» De l'ennui naît l'horreur
par Chen Stormstout Hier à 19:50

» Les Exploits du Poète
par Arthur Rainbow Hier à 13:47

» Halloween quand tu nous tiens !
par Arthur Rainbow Hier à 12:56

» L'enthousiasme éternel
par Agon Wiley Hier à 2:28

» Trophées d'Agon Wiley
par Agon Wiley Hier à 2:01

» Le ciel est à nous
par Arthur Rainbow Lun 21 Aoû 2017 - 12:55

» Absence Xaldin...
par Général Primus Lun 21 Aoû 2017 - 1:50

» Annonciation
par Matthew March Dim 20 Aoû 2017 - 17:14

» Une main tendue
par Matthew March Dim 20 Aoû 2017 - 16:28

» L'empereur du micro
par Lotis Terrick Dim 20 Aoû 2017 - 10:57

» Breaking News : Annonce du Porte-parole !
par Roxanne Ritchi Dim 20 Aoû 2017 - 0:03

» Ecrire pour les nuls
par Lotis Terrick Sam 19 Aoû 2017 - 16:36

» Field of Heroes
par Invité Sam 19 Aoû 2017 - 16:07


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Oubliée des dieux
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Sorcière
Masculin
Nombre de messages : 78
Age : 24
Date d'inscription : 12/09/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
394/650  (394/650)
Mer 22 Avr 2015 - 15:22
Suite de : Oubliée des hommes

« Quelle pute… »

« C’est une folle, Abran. Tu dois ignorer ses moqueries. »

« Comment tu veux que je fasse ?! »

« Ne l’écoute plus ! Ne mets pas le Seigneur Swain dans une position délicate. »

Elle les entendait… elle pouvait même les voir. Sans jamais cligner des yeux, son regard était posé, fixe sur le bas du corps des deux autres gardes de Swain. Elle ne pouvait voir leur visage, mais distinctement, comme si elle s’était retrouvée cachée dans le couloir où ils conversaient, espionnait cette discussion d’une manière qu’elle-même trouvait encore difficile à croire.

« C’est une sorcière, Abran. Une sorcière… et quoi qu’on en dise, ces gens-là sont… mauvais par nature. »

« Mais Swain est… »

« Ne le compare pas à Maléfique. »

Intérieurement, Lulu jura… De toutes manières elle ne pouvait pas parler et avait peu de chances de se faire entendre. Son esprit était entré dans la figurine qu’elle avait confectionnée à l’aide de branches, et… elle avait eu la bonne intuition de ne pas lui dessiner de bouche.
Elle avait cru qu’un des gardes révélerait assez vite un des secrets de Swain, notamment lié à… peut-être certains de ses pouvoirs, s’il en avait, mais elle se fit une raison. Qu’importe ce qu’elle apprendrait, tout était bon à prendre.


« Non évidemment. »

« Elle utilise ses sortilèges sur toi. »

« Mais à quelle fin ? »

« Corrompre ton esprit, peut-être… ou atteindre Swain. »

Autant qu’elle en était capable, Lulu détestait ces hommes. C’était devenu personnel quand le stratège l’avait mise en prison pour avoir bien agi. Et leur dévotion envers Swain était à son sens pure félonie. Mais pour autant, elle guettait en certaines de leurs paroles une incompréhension envers elle identique à la sienne quant à la motivation de Swain.
Si elle avait été en effet capable de corrompre l’esprit d’un homme, elle aurait amené sur la table un sujet de discussion houleux comme… la venue des étrangers en terre du domaine enchanté. A quel point haïssaient-ils l’inconnu ?

Le garde à la ceinture de laquelle elle était accrochée, qu’ils avaient appelé Abran, se tourna légèrement sur le côté, donnant à Lulu une perspective nouvelle. Elle pouvait voir les barreaux de sa propre cage, à présent… Etrange de se dire qu’elle s’y trouvait encore, au moins de corps, tout en étant présente à l’extérieur.


« Cela dit… y a un point sur laquelle elle a pas tort. » , dit un des gardes. Abran se retourna vivement, ôtant de la vue de la sorcière les barreaux de sa prison. Voilà ce qu’elle attendait… Ce qu’il allait dire ne l’intéressait pas, non. Ce qui avait une chance de la concerner n’était rien d’autre que la tension entre les gardes.

« Répète ? »

« Calme-toi, mon ami. Avant de t’enflammer, écoute ce que j’ai à dire. »

« Oui bah je fais que ça… »

« On a combattu aux côtés de Swain… Cette guerre, nous l’avons remportée au prix de notre sang. Nous y avons tous… énormément perdu. »

« Si tu parles de ça… J’ai jamais considéré ça comme une perte. »

« Disons que tout a changé. Et aujourd’hui, nous nous retrouvons à garder la cellule d’une… vulgaire prisonnière. »

« Elle a tué deux des nôtres, Roscelin. »

« Nos frères et amis, oui… Mais avant même qu’elle ne naisse, nous perdions déjà nombre des nôtres, chaque jour. »

« Ca c’est la politique… » , dit le troisième homme dont le nom n’avait pas encore été prononcé. « Cette sorcière est le point de rupture entre ces crétins d’endoctrinés et nous autres. Swain va pas laisser les Etrons la libérer comme si de rien était. »

« Avouez qu’il y a une différence de prestige. Autrefois, le peuple nous acclamait. A présent, ces démagogues ont réussi à nous rendre impopulaires auprès des citoyens. »

« C’est insupportable… On était là avant, bon sang. C’est notre monde… on y a grandi ! »

« Vous avez raison. Bon sang, si Swain me demandait de décapiter Angeal et toute sa clique, même si je devais en crever, je le ferais avec joie. »

Lulu profita du silence qui tomba dans le couloir de sa chambre. Elle aurait pu les comprendre si seulement elle n’était pas elle-même native du domaine enchanté. Aux yeux des gardes de Swain, elle était autant une étrangère que le Primarque… Tout ce qu’elle avait eu à faire pour être ainsi considérée, c’était de rejoindre le Sanctum.
Et si elle doutait, de plus en plus, d’être à sa place dans ce groupe, jamais elle n’avait eu l’impression d’appartenir à un autre monde que le sien. Ses valeurs étaient de cette terre, et bien qu’elle fut plus jeune que ces hommes… Elle avait connu ce monde avant que les mondes ne soient connectés.

Donc elle n’était pas différente de leurs filles, s’ils en avaient. Ces brutes n’avaient en définitive pas la moindre excuse, sinon celle de l’ignorance. Ils refusaient de s’adapter, de partager leur quotidien avec des personnes ressentant une foi pacifique et les aidant à protéger leur territoire.
Le Sanctum était puissant et à présent allié à un groupe plus puissant encore. Se dresser contre la force de cette alliance n’était que pur orgueil.

Par après, d’autres discussions furent engagées, mais infiniment plus superficielles. Elle prit son mal en patience et observa ce qu’elle put de chacun des gardes… N’apprenant pas grand-chose.
Il y eut plus à dire à partir du moment où la garde vint prendre la relève. Abran quitta prestement ses deux compagnons et partit de son côté, s’aventurant dans les couloirs du château. Elle… revit les tapisseries, entendit le bruit des pas contre le marbre et… se surprit à aimer revivre ces instants. Cela paraissait si étrange. Elle pouvait sortir régulièrement, pouvait se promener dans la petite cour du château, mais ne passait plus par les endroits fréquentés par la cour. Non… elle était une criminelle. Pouvoir aller où bon lui semblait n’était plus un droit.
Ce qu’elle comprit, de la même façon, ce fut que si elle s’évadait bien… là non plus, elle ne ressentirait plus cette sensation de totale liberté.
Pouvoir emprunter le couloir qu’elle voulait était un luxe qu’elle voulait se permettre. Être prisonnière ou évadée revenait au même, en définitive.

Le garde prit soudainement un couloir qu’elle ne connaissait pas. Lulu sourit intérieurement, satisfaite de s’être prise une jolie raclée quelques heures auparavant, puisque ça lui permettait de voyager dans l’antre secrète des quartiers de la garde royale, et plus spécifiquement de la garde rapprochée de Swain.  
Elle entendit Abran saluer à de nombreuses reprises les gardes sur son chemin. Avec elle, il était d’une vulgarité sans nom, et auprès des deux autres gardes avec qui il avait parlé, bien qu’étant considérablement plus sympathique, il s’était montré encore assez grossier. Mais sur son chemin, il était plus que courtois. Elle aurait pu le qualifier de charmant si sa voix et son allure nonchalante ne lui rappelaient pas sa violence et sa cruauté quotidienne. Nonobstant cet odieux personnage, elle devait remettre les choses à leur place… Abran n’était pas important. Il n’était qu’un garde de Swain comme un autre. Bien sûr, cela restait un prestige, elle l’avait bien compris… A vrai dire, les gardes qui le saluaient illustraient encore mieux qu’elle l’éminence d’un homme de la garde rapprochée du stratège.
Non… Ce n’était pas tout à fait ça.

Abran avait, comme quelques rares, combattu durant la guerre noire, aux côtés de Swain, et gagné les combats avec lui. C’est ce qu’il disait plus tôt… Et en témoignaient  ses nombreuses cicatrices, qu’elle avait aussi repérées à quelques reprises sur d’autres vétérans.
Si leur chef n’avait pas été ce manipulateur xénophobe, sans doute ces hommes seraient-ils encore considérés comme de véritables héros par le peuple, davantage encore que les templiers. Cela devait jouer. Avec l’arrivée du Sanctum, ils étaient passés de légendes à vestiges du passé… Après tout, l’on parlait extrêmement peu de la guerre noire, actuellement. La génération à laquelle elle donnait cours, avant d’être enfermée, n’avait sans doute jamais entendu parler de cet évènement. Swain l’avait voulu ainsi en gardant les secrets de cette bataille sous son manteau, et par la même occasion, avait condamné ses hommes à une vie de chair-à-canon, gardes anonymes.

Comment un héros de guerre pouvait-il accepter que l’armure clinquante d’un paladin vienne attirer l’attention qu’il avait gagnée au prix de batailles sanglantes.

C’était une piste… intéressante. Comprendre Swain n’était pas véritablement une option. Il était l’homme à abattre. Toutefois, comme l’avait dit Angeal, elle devait en apprendre plus sur ses hommes et… si elle se mettait un peu à leur place, comme l’exigeait une véritable investigation… il était évident que le Sanctum trouvait encore une fois le moyen d’avoir ses torts dans l’histoire.

Abran arriva dans la caserne et s’approcha d’un groupe de gardes assis autour d’une table qu’il salua brièvement, avant de s’asseoir à leurs côtés. Une fois sa monture sur la chaise, elle ne vit que le rebord de la table et ne put compter que sur son ouïe.


« Tout ce que je dis… c’est qu’il n’est pas un étranger. »

« Son royaume n’a pas toujours été en paix avec le nôtre. »

« Non… mais Maléfique, c’était pas rien. A l’époque, on n’a rien pu faire contre elles. Avec l’aide des bonnes fées, il l’a vaincue… et a sauvé la princesse. »

« C’est vrai. On a de la chance de l’avoir. »

« De l’avoir ? » , intervint Abran d’une voix moqueuse. « Attends, je suis d’accord avec toi, il est mieux avec nous que contre nous. Mais là actuellement, tu sais comme moi ce que Swain nous a dit. »

« Il n’est pas allé dans les détails mais… »

« Le prince Philippe est venu pour aider le Sanctum. Le même Sanctum qui a laissé sa femme se faire enlever par une bande de bouffons. »

« Je suis quasiment sûr que c’est un Etron. » , plaisanta l’un des gardes. Elle… détestait cette expression. Visiblement entre eux, c’était une blague désopilante pour désigner les fidèles d’Etro. Mais Lulu se sentait trop concernée pour apprécier objectivement l’humour lourd de vulgaires guerriers.

« La Princesse l’était bien… tout comme le roi d’ailleurs. »

Ce n’était que spéculation mais certaines voix semblaient considérablement plus claires que d’autres. Elle ne pensait pas qu’il y ait la moindre femme dans le corps des gardes du roi, toutefois… elle pouvait reconnaître des voix plus jeunes que d’autres.
Ce n’était pas qu’une discussion entre hommes de Swain… non. Abran ne prendrait certainement pas le risque de répéter son point de vue sur le roi Stéphane à tant d’hommes dont la mission était de le protéger, cela même malgré son autorité.


« On s’en fout. »

Il se leva. Elle le devina énervé, bien qu’elle ne vit évidemment pas son visage, la figurine en bois étant toujours accrochée à sa ceinture.

« Abran ! » , résonna une voix forte dans la caserne. Elle put voir le visage de tous les gardes se tourner vers un coin, et elle-même fut contrainte de regarder la provenance de ce cri quand le susnommé réagit à cet appel autoritaire.
C’était Swain… Difficile de jauger son humeur, avec cet immonde manteau qui cachait une partie de son visage mais ses yeux fous semblaient dire qu’il était furieux. Il s’approcha, boitant, d’Abran… Son corbeau, toujours perché sur son épaule. Elle put bientôt le voir d’assez près pour se rendre compte qu’il ne regardait pas le garde mais elle.


« Idiot ! Ne la vois-tu pas scruter chacun de tes gestes ?! »

« Qu… »

Swain approcha sa main de la figurine, réceptacle de l’âme de Lulu, et la saisit sans délicatesse, s’adressant dorénavant à elle et désormais à la sorcière.

« Pure folie… »

Ce n’était pas son corps. Elle n’était pas en danger. Et pourtant, la jeune femme sentit un frisson parcourir son échine, alors même qu’elle ne contrôlait plus sa propre enveloppe charnelle. Le stratège l’avait trouvée… mais comment ? Les pouvoirs psychiques étaient à sa connaissance par essence absolument indétectables par perception magique.  Il n’était pas là lorsqu’elle avait glissé cette figurine sous la ceinture du garde et enfin, il venait d’arriver, n’avait aucune raison d’avoir compris…

« Entendez ceci… Je vous ferai brûler. »

Elle devait savoir. Angeal ne lui avait pas demandé d’enquêter à son sujet, toutefois… elle était certaine d’être seule à pouvoir le faire en ce moment. Lulu ignora ses paroles et ne regarda que ses yeux, cherchant en ceux-ci… la raison de tout cela.

Une petite minute plus tard, dans son lit, elle se réveilla, brusquement. En s’agitant, elle ressentit une vive douleur au niveau des côtes mais ne fut pas arrêtée dans son élan et marcha jusqu’à la porte de sa cellule où elle interpella le garde qui l’avait soigné, plutôt maladroitement.


« Mademoiselle ? »

« Je dois parler à un officier du Sanctum de toutes urgences. »

Elle avait compris le secret de Swain.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ainé des Surhommes
Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 26
Date d'inscription : 04/09/2010

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
239/350  (239/350)
Mer 22 Avr 2015 - 18:24
Le commentaire ne sera probablement pas aussi long que l'autre... mais j'ai adoré ce rp... qui, je trouve, à la mise en scène d'une série. Sérieux... tout se passe bien, l'enquête se poursuit et quand Swain est arrivé, j'étais déjà pas serein... puis il découvre Lulu et... Lulu découvre Swain ! Autant je trouvais que tu aurais pu plus jouer le mystère dans ta première mission... autant dans celle-ci, il y a la dose. Pourtant je crois savoir certaines choses mais... j'ai l'impression d'être larguée là où Lulu a tout compris.
Alors oui, ça peut paraitre facile mais je sais d'avance que la conclusion sera à la hauteur.

De plus, la description de l'humeur de Swain et sa garde est parfaite, qui plus est... j'ai faillit te donner un bonus sur oubliée des hommes... mais j'ai bien fait de le réserver à cette mission. J'ai quand même hésité entre périlleux et difficile... selon tes propres conseils, je note ça périlleux.

Un bémol... j'aurais imaginé Lulu un peu mal en point que ça, pas tant au niveau du corps que de son esprit... mais soit.

Périlleux : 45 points d’expérience (10 en bonus) + 300 munnies + 3 PS en psychisme.

_______________________________

Fiche de compétence
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Manoir Oublié
» Un anniversaire oublié [Privé]
» Mission de rang C : Le reliquaire oublié
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» Un enfant oublié sur une aire d'autoroute...