No you can't !

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
649/650  (649/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 15 Avr 2015 - 0:08
Megamind passa entre deux gars armés d'une mitraillette lourde et... voilà, marchant encore un peu, avec des tas de regard sur lui, il était entré dans la zone. Ce n'était pas tellement une question de misère, non ! Parce qu'en soi, les gars qui portaient des flingues portaient aussi de belles montres, pour la plupart ! Non c'était justement... qu'en tournant dans une ruelle, il était passé d'un monde à l'autre. En-dehors de ce quartier, Illusiopolis est sale et dangereuse et en-dedans... c'était... sale, dangereux, étrangement désert et bourré de méga gangsters. Et... c'était plutôt cool, pour notre méga méchant... de se retrouver dans cette ambiance ! Il vivait à Illusiopolis sans vraiment y vivre parce qu'il restait tout le temps dans son casino barricadé, il ne voyait personne.

Sans dire que sortir un peu lui faisait du bien, il pouvait guetter le véritable second plus grand danger de cette ville, non la shinra, comme on aurait pu le penser ! Mais la menace grandissante de la racaille en colère ! Quand tout serait fini, qu'il aurait détruit le... la lune, il essaierait de se donner une journée à vraiment comprendre comment fonctionnait ce monde ! D'habitude ce genre de choses ne l'intéressait pas, évidemment mais pour le coup, il y avait toujours une opportunité pour se faire remarquer ! Connais tes ennemis, bel homme en bleu !

Dans sa menotte, une très grosse valise noire... La somme demandée pour acheter  l'ogive et la charge était à ce point astronomique qu'il avait eu, c'est vrai, du mal à trouver une solution. Quinze-milles munnies, rien que ça ! Et tout ce quartier, ce pâté de maison, tout ça appartenait au gars dont lui avait parlé un de ses mamans.

Un homme s'approcha de lui... parodie de gangster, blingbling, casquette à l'envers, lâchant jamais son flingue alors que... enfin... il se trouvait au sein du quartier, pas en garnison. Megamind ne put s'empêcher de tressaillir d'excitation à l'idée d'entrer dans la tanière du loup !


" T'es qui ? "

" Megamind. "

" Jamais entendu parler de toi. "

" Retiens mon nom dans ce cas, tu pourras dire que tu m'as connu quand ça comptait ! "

" Bon, t'veux quoi, man ? "

" Je viens... faire des affaires avec Sanchez... "

" ... Qui ça Sanchez ? Y a pas de ça ici, connard. "

Le gars pointa son flingue sur la poitrine de notre vilain, qui d'un sourire hésitant, paraissant plus amusé qu'effrayé, répondit vivement !

" Sanchez ou un nom latino de ce genre... euh... Alejandro ? Tunisiano ? "

" ... Enzo ? Le chef quoi ? "

" Bah voilà, tu savais ! Tu me laisses passer ? "

" C'est louche...  j'vais v... "

Là, une voix surgit du plus profond du quartier à l'encontre d'eux deux.

" C'est bon, laisse passer, on l'attend. "

" Merci ! "

Megamind continua son chemin jusqu'à l'homme qui l'attendait à l'embouchure d'une ruelle.

" Faut qu'j'te fouille, man. "

" Fais donc ! "

" T'es v'nu seul ? "

Il commença son affaire, glissant ses mains baguées sur les habits moulants de l'intrus ! Il retira son pistolet dé- de son holster qu'il glissa sous sa ceinture;

" J'te le rendrai quand t'auras fait ton affaire. "

" Pas de soucis. Et oui, bien sûr, je suis venu seul ! "

" ... On t'avait rien dit à ce sujet. "

" Bah voilà ! "

" Ok bon, suis-moi. "

Les rues étaient jusque-là un peu désertes, vous disais-je ! Où se cachaient donc les habitants ? Y avait-il seulement quelques civils ? Megamind n'eut aucune réponse mais remarqua tout de même le changement puisqu'à présent, alors que la ruelle était plus étroite, il y avait de nombreux hommes armés, le scrutant méchamment.

Mais tous restèrent à l'intérieur quand le gangster et Megamind entrèrent dans un batiment où... il y avait tout de même beaucoup d'hommes autour d'un gars, qui n'avait rien d'un latino, au passage, et aucune arme en main... mais qui avait comme particularité toute simple d'être devant une table. Un peu nul oui, rien de très clinquant comme une cicatrice sur la langue ou une oreille en moins ! Mais c'est ainsi que l'acheteur le reconnut !

Il s'approcha donc...


" T'es Megamind ? ", dit-il d'une voix très basse mais assurée.

" Oui ! "

" Et t'es bleu... ? "

" Tandis que vous ne l'êtes pas ! "

" Et t'es venu seul ? "

" Pourquoi est-ce si étonnant ? "

Enzo regarda les hommes autour de lui, l'air de dire "parce qu'on est dix milles. " Tous rirent ! Comme s'ils s'étaient entraînés des années durant à rire en choeur et au bon moment ! Magique ! En parlant de ça, ils devaient être une bonne dizaine et ne portaient pas que des lance-pierres.

" Personne fait ça. "

" Je me suis dit qu'il y avait déjà... suffisamment de monde. ", dit Megamind avec un sourire malicieux. " Et je me suis disputé avec ma nounou. "

Certains gangsters rigolèrent franchement à cette plaisanterie, qui n'en était pas une mais qui révélait encore une fois de la propension naturelle du génie du mal à être aussi une bête de scène.

" Ok... Tu veux la bombe H... C'est super et t'as de la chance, je me fiche de la raison. Tu veux la transporter comment ? T'as une brouette ? "

" Juste des bras puissants ! "

" Ok ok... Tu me paies et tu pourras la voir, ça te va ? Elle est au sous-sol. "

" Ca marche. "

Megamind posa la valise sur la table, la tournant vers Enzo et ses hommes. Le chef l'ouvrit, l'air serein et satisfait. Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'il vit son contenu.

" Un skate ?! "

Certains hommes réagirent au quart de tour, braquant leurs armes sur le génie du mal qui, l'air gêné mais plaisantin, s'exprima aussitôt " Oh pardon ! " avant de reprendre la valise, de saisir le skateboard et de chipoter la valise. "J'ai oublié de vous dire qu'il y avait un double fond ! ", il pinça une petite languette habillement cachée de sa seule main libre et retira le faux fond qu'il posa à côté de la valise, révélant le véritable contenu, un boitier noir avant de la retourner en direction d'Enzo avec un grand sourire.

" Voilà le paiement ! "

" Qu... ?!"

Megamind se jeta en arrière, tandis que la valise explosa devant Enzo et ses hommes. L'explosion n'était pas incroyable, il l'avait voulu ainsi, mesurant le risque d'être lui-même touché par la détonation, et... obéissait à une commande vocale prononcée à l'instant, dont Megamind était un fin expert ! Evidemment il avait... pris en compte le fait que ce mot risquait à tout moment d'être prononcé par un des gangsters ! Mais que serait la vie sans...

" Fumez-moi cette petasse ! ", s'époumona un Enzo vivant, blessé et furieux, dégainant lui-même deux armes de poing. Megamind fit la seule chose qu'il pouvait faire. Il fit tomber son skateboard sur le sol, mit un pied dessus et resta en équilibre sur la planche avant de frapper le sol de son autre pied.

Le skateboard sembla s'activer, trembler, et bientôt léviter, parcouru de lumières bleues. Petit souvenir de la shinra, qui lui avait couté une petite fortune... et dont il avait améliorée les performances !

Il glissa donc sur le sol à pleine vitesse, contournant le groupe d'hommes qui commencèrent à tirer, vidant leur chargeur avec une précaution certaine, ne prenant jamais le risque de se blesser entre eux, mais jamais assez précis pour le toucher, du moins pour l'instant.  Dommage, Megamind avait compté dessus ! Mais il pouvait déjà voir quelques cadavres, souvenirs de l'explosion de toutes à l'heure, dont il n'avait pas sous-estimé l'effet de surprise.

A partir de cet instant, tout était dans sa tête réglé comme du papier à musique. Une fausse note, et il rejoignait ses parents dans l'enfer des super vilains... Et si tout marchait bien... dans quelques jours, Illusiopolis serait sous son règne de terreur.  
Le génie du mal leva son poignet gauche jusqu'à son visage et parla à ce dernier d'une voix forte.


" Accio Eclair de feu  !"

Il fit ensuite tourner le cadran de sa montre, et tandis qu'il glissait sur le sol de l'entrepôt à toute vitesse, zigzagant, il disparût... complètement, s'évapora ! Les hommes cessèrent de tirer, alarmés, balayant la pièce du regard, regardant partout ! Les coins, même le plafond ! De temps en temps, certains se retournaient brusquement, comme...

" J'ai entendu un truc ! "

" Cherchez... Inspectez tout ! ", hurla Enzo, avant de s'adresser à un de ses hommes à ses côtés, blessé lui aussi. " Va dire à tout le monde que personne ne sort de ce quartier, situation d'urg... "
Il s'interrompit... et pourtant, rien ne s'était passé, sinon qu'une idée lui était passée par la tête...

" L'ogive ! Que deux gars aillent protéger l'ogive ! Vous la quittez sous aucun prétexte !"

Deux s'exécutèrent ! Et là vous vous dîtes qu'il y en a trois en moins ! Sauf que l'explosion fit venir du monde. Cinq gangsters entrèrent dans l'entrepôt. Et durant de longues secondes, rien ne se passa.
Un homme, un peu isolé, fut soudain désarmé. Son arme lui fut tout simplement arrachée des mains, avant que Megamind n'apparaisse juste devant lui, toujours sur son hoverboard, retournant le canon de l'uzi, un pistolet mitrailleur vers la canaille avant de presser la détente, criblant son torse de quelques balles. L'hoverboard tourna sur lui-même avec précision avant de se diriger vers un mur. Megamind, fut de nouveau la cible de nouveaux tirs, auquel il répondit balayant la salle de deux rafales de tirs, touchant un gangster à la tête.
Gardant toujours un oeil sur les tireurs, il put, en se penchant, éviter quelques tirs. Impensable, vous dîtes-vous, qu'il tienne quelques secondes de plus sans se prendre quelques balles dans le corps ! C'est aussi ce qu'il s'est dit car l'instant d'après, il disparût à nouveau. Pour lui c'était clair, l'invisibilité ne serait bientôt plus une option. Son appareil faisait tout de même du bruit et l'énergie de cette fonction octroyée par sa montre serait très bientôt épuisée.

Une dizaine de secondes plus tard, tout son chargeur fut vidé sur les hommes... en tuant pas moins de trois. Les gangsters le cherchèrent longuement avant de le remarquer, mais trop tard, son hoverboard glissait à même le mur, le longeait et piquait désormais vers le sol !


" P... putain... File-moi un chargeur, j'ai oublié d'en prendre ! "

" Tu ris ?! ", dit un autre en mettant une main dans la poche de sa veste, gardant sa thompson dans l'autre main, furieux et concentré. " Euh... "

" Bah quoi ?! "

" J... j'en ai plus. "

Ils se dirent d'autres choses, bien sûr, mais rien que Megamind n'entendit, tant les coups de feu, souvent les siens, étaient sonores. Il poussait dès à présent l'hoverboard au max de sa vitesse, tournant autour des ennemis, glissant sur les murs et des changements de direction brusque pour éviter un maximum de cartouches. Comptant précautionneusement, il estima le nombre de gangsters comprenant Enzo, à six... dans l'entrepôt. Mais la réalité était autre. Certes ils étaient six mais... déjà trois à ne plus tirer.

" Enzo ! File des cartouches, man. "

Mais... et à cet instant Megamind ne put réprimer un grand sourire, Enzo aussi en était dépourvu. Tandis que dans ses poches, dans les revers de ses manches et même dans ses bottes, se trouvaient un nombre plutôt impressionnant de chargeurs qui ne lui servaient à rien. Quatre étapes à ce magnifique plan ! Premièrement, leur échapper en hoverboard, être une cible facile mais... étonnamment agile. Deuxièmement disparaître et leur faire les poches ! Troisièmement...

Megamind s'arrêta et descendit de son hoverboard, faisant désormais face aux gangsters. Un grand sourire aux lèvres, il dégaina son pistolet dé-, qu'il avait subrepticement volé à celui qui l'en avait privé un peu plus tôt, et le pointa sur Enzo.


" Je suis d'humeur magnanime. J'épargne ton gang de rigolos, et toi... tu me donnes ce que je suis venu chercher. "

Enzo lâcha son flingue et cracha à terre, tremblant de fureur, pointant Megamind de son index.

" C'est bien une attitude de baltringue. T'as un tout p'tit avantage et tu t'dis qu'tu vas le perdre pour nous proposer un truc débile, t'sais bien qu'on va jamais accepter, connard ! "

" Cela rendra ma victoire d'autant plus retentissante ! "

" T'serais venu dans mon gang, tu l'aurais eu ton ogive de merde. J'aurais payé cher pour un gars comme toi. Au lieu d'ça tu fais le con. Réfléchis, man... T'vas faire quoi ? Nous buter puis tu sors et tu te fais fusiller par une cinquantaine de mes hommes ? "

" C'est plutôt le contraire, dans mon idée. "

Megamind tira deux fois, touchant les deux hommes restant ayant encore des munitions dans leurs armes, avant qu'ils ne tirent enfin, avant de diriger une nouvelle fois son pistolet sur Enzo.

Le grand discours du méchant, c'était plutôt son genre. Donner trop de temps à l'adversaire pour se retrouver ensuite dans un sale pétrin. Perdre trop proche du but, il connaissait. Mais dans ce cas-ci, non... Tout ce qu'il pouvait faire, c'était gagner du temps.

Il pointa soudain son arme sur l'homme à la droite d'Enzo et le réduisit, lui aussi, en cendres avec son désintégrateur. Mais le chef du gang était un rapide ! Et il se pencha, souleva la manche de son pantalon, et prit une autre arme de poing qu'il avait caché, avant de tirer sur Megamind. Ce dernier fut touché, une balle lui perforant la hanche. Il tira en retour, mal, et n'eut d'autres solutions que de se replier, dirons-nous, s'enfonçant en claudiquant dans l'entrepôt et évitant les autres balles du gangster, par chance. Il entendit Enzo crier à son dernier homme sur place.


" Va chercher du renfort, crétin ! "

L'homme partit sans doute, c'est ce que Megamind crut, en tout cas. Mais une seconde plus tard, faisant sursauter tous les hommes, il y eut comme une explosion... provenant de l'extérieur, assez loin.

" Voilà mon passe-droit. ", s'exclama Megamind, sa voix portant à travers l'entrepôt, caché qu'il était devant les restes d'une voiture. La douleur vive tordait son visage, la tension le faisait trembler mais malgré tout, il accueillait cette bonne nouvelle avec joie.

" Mes hommes vont le descendre ! "

" Ecoute bien et répète-moi ça ! "

Megamind se tût lui aussi, pressant sa main contre sa blessure tout en étant attentif aux bruits dehors. Il y avait de nombreux tirs, des rafales incroyables et incessantes, et entre tout cela, des bruits de pas assourdissants et rapides ainsi que des tirs réguliers et des explosions incroyables.

" Un indice... Tant que ça tire, c'est qu'il y a un problème. "

" ... C'est quoi ce truc ? "

" Une machine. Elle est immense et intelligente. La mauvaise nouvelle pour toi, c'est que son but n'est pas de tuer tes hommes mais de venir vers moi et pas conséquent, t'exterminer. Tu devrais f...

" Ta gueule ! "

Malheureusement pour Megamind, il avait vraiment intérêt à ce que le gangster décide d'abandonner le navire. Certes, ses renforts n'arriveraient pas mais... le vilain était blessé et l'autre non. Il ne prendrait pas volontiers le risque de se confronter à lui.
Et Enzo s'approchait... lentement mais il l'entendait toujours plus clairement.


" On s'attaque pas à moi comme ça. Tu sais pas d'où je viens, mec... "

Pour tout dire, le scientifique fou était un peu déçu par son ennemi. On l'avait présenté incroyable et... au final, il était mort de trouille.

" J'ai pas vécu comme un chien à la cité du crépuscule et galéré pour en sortir... pour crever ici. "

" Oh crois-moi... je suis moi aussi obligé de survivre à cette journée ! "

Enzo n'était plus qu'à quelques mètres... Megamind s'apprêta à sortir de sa cachette et... l'abattre aussitôt.

" Il faudra pourtant que ça arr...

Un incroyable bruit résonna dans tout l'entrepôt. Et marchant sur une porte détruite, un robot de trois mètres de haut, incroyablement large, regarda Enzo qui s'était évidemment retourné. Sa tête était celle d'un taureau, surmontée de deux grandes cornes. Bruyamment, Méga-géoros renâcla une incroyable bouffée d'air qui par condensation, sortit de ses narines aussi blanche que de la neige. Il frappa le sol de ses sabots de métal... Quelques tirs le touchaient encore dans le dos, et son corps était criblé de balles, et pourtant rien n'y faisait. Les robots de Megamind n'étaient pas indestructibles mais avaient comme atout principal d'être très solides et réparables.

Enzo courût. Il s'enfuit aussitôt. Le génie du mal ne tenta même pas de le poursuivre pour abattre un potentiel revanchard. Non, il devait finir cette bataille, et vite.


" Je suis là, Géoros ! "

Megamind sortit de sa cachette, un peu faible, et se dirigea vers son robot.

" Nettoyons le quartier. "

Géoros sortit en premier et commença, tirant sur les hommes qu'il restait. Ceux-ci pouvaient être à couvert, cela n'avait que très peu d'importance. Le Méga-géoros avait une mitrailleuse accrochée au bras droit. Oui j'ai bien dit une mitrailleuse, pas une mitraillette, là je parle d'un véritable engin de cinquante kilos ! A son bras gauche, rien... en apparence. Il pouvait troquer sa main gauche contre un canon lance-roquettes. Il y en avait trois stockées dans son avant-bras. En somme, se mettre à couvert paraissait risible car sa puissance de feu pouvait traverser la pierre.

Megamind l'avait conçu, paradoxalement, pour les combats rapprochés, alors que les armes portées sont exclusivement de longue portée ! Il était doté d'un moteur extrêmement puissant et d'une vitesse maximale de trente kilomètres heure. Épouvantable dans les virages mais inarrêtable dans sa charge, une force cinétique tout simplement bluffante !

Le génie du mal le suivit... d'assez loin toutefois, se sentant trop faible pour tenter d'esquiver le moindre tir. Il visait systématiquement ceux que la machine ne voyait pas.

L'idée n'avait jamais été d'opposer le Géoros à une petite centaine de gangsters. Les cadavres étaient nombreux mais ne confirmaient pas ce chiffre. Megamind avait, dès le début, compté sur la fuite du gang lors de l'arrivée du taureau.

Ils retournèrent, une demi-heure plus tard, à l'entrepôt. Le travail était fini, l'exploit accompli, comme qui dirait ! Il se sentait fier, oui bien sûr comme à son habitude... et malgré son pincement au coeur en pensant à Nounou, il savait que la mission aurait été impossible telle quelle en sa compagnie; Il aurait du attaquer dès le départ avec Géoros et... l'effet de surprise aurait été tout autre. Néanmoins... malgré cette nouvelle réussite, il ne pouvait ignorer cette torpeur qui gagnait peu à peu son corps. Etait-ce la douleur ? Son sang qui coulait ? Et bien non, car oui c'était douloureux, mais ses pensées allaient toutes vers l'avenir. A présent, trop tard pour reculer. Il allait détruire la lune, être enfin le super vilain qu'il était destiné à devenir depuis sa naissance. Et tout changerait... en bien, sûrement, du moins pour lui ! Néanmoins, actuellement, il n'avait pas à se plaindre de sa vie. Certes il vivait dans l'anonymat le plus total, bien qu'involontaire, mais il résidait dans un casino très bien gardé, inaccessible ! Il avait à sa disposition une petite centaine de mégabot, quelques robots comme Géoros pour sa protection personnelle. Il avait Nounou pour s'occuper de lui, et de l'argent... Ainsi qu'une bombe à hydrogène de cent mégatonnes, évidemment. Si Megamind l'avait voulu, il aurait pu tirer le rideau au dernier moment. Là était sa dernière occasion. Finir en beauté et disparaître !


" Allons chercher l'ogive. ", dit-il d'une voix lente à Géoros, passant devant, une main pressée contre sa blessure à la hanche. Il descendit les escaliers, trop étroits pour que Géoros ne les piétine pas avec maladresse. Et il ouvrit enfin une porte en bois, pensant encore à cet avenir qui lui tendait les bras.
Malgré toutes les facilités que la vie lui avait offertes... Son génie incroyable, un meilleur ami essentiel et un groove endiablé, il avait trimé, chaque jour, pour accomplir son rêve mais aussi celui de ses parents. Devenir le maître de l'univers était... une oeuvre qu'il était destiné à accomplir.
Et il s'était toujours promis de ne jamais abandonner, qu'importent les obstacles.

Par la lucarne de la porte au fond du couloir, il vit l'ogive, imposante et capable de raser cette ville. Et elle était à lui, à présent. Pour ces quelques jours à venir, il était l'homme le plus dangereux de la galaxie.

Il inspira profondément, prit son courage à deux mains et ouvrit la porte avec franchise, un regard fier et un sourire victorieux dessinant son visage.


" Tire ! "

Deux hommes pointèrent leur pistolet mitrailleur sur lui.
Comment avait-il pu les oublier ?! Heureusement, c'est son instinct le plus primaire qui guida sa main jusqu'à son pistolet, qu'il dégaina avec dextérité, mettant un pied en avant et se mettant de profil, avant de tirer et d'exterminer l'un des deux hommes. Il braqua ensuite l'autre, mais... ce dernier tira, assez précisément, tandis qu'une rafale de balles traversa son corps. Sa poitrine, son abdomen, ses bras, quelle partie de son corps fut épargnée ?

Il chuta sur le côté, lâchant son pistolet, ses yeux grands ouverts fixant le gangster qui le visa... avant d'être littéralement coupé en deux par la mitrailleuse de Géoros.
Et ce dernier, impassible, baissa simplement son regard sur le génie du mal.


" Ramène l'ogive ! ", cracha le blessé, avant de se laisser tomber sur le dos. Géoros s'activait déjà, alors qu'il leva, difficilement, son poignet jusqu'à sa bouche, parlant à sa montre.

" Code : Exfilt... exfiltration. Code : Je suis à terre. "

Il garda les yeux ouverts, quelques secondes encore, le visage... alaidi par la douleur, le sang coulant de sa bouche, et la colère lisible depuis le vert de ses iris.
Non... il n'y avait pas de suspens, pas de cliffhanger. Il refusait tout simplement de mourir anonyme.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 16 Avr 2015 - 16:44
Alors, je vais faire simple… Ta mission est cool !

Comme à chaque fois que je me lève et vois une mission de Megamind, je sais que je vais passer un bon moment. C’est l’humour que j’aime, l’humour que j’attends et l’humour que tu me donnes. Et à chaque fois, tu fais mouche et illumines ma journée !

Et tu devines la suite… Chaque fois, j’ai difficile à te faire un commentaire utile pour tes prochains exploits.

C’est con, je n’ai vraiment qu’une chose à reprocher à ton texte, enfin, à une infime partie. C’est le moment où tu utilises ton hoverboard et ta compétence d’invisibilité pour zoner dans tout l’entrepôt et rafler les chargeurs des racailles latinos.
L’idée de profiter de la compétence et de ta dextérité pour désarmer les ennemis, elle est juste géniale, vraiment. Mais avec du recul, et deux heures de réflexions, je trouve ça un peu facile. Oui, un mec invisible et doué de ses mains n’aurait aucun mal à faire ça. Mais dans le feu de l’action, dépouiller six personnes sur un hoverboard et en aussi peu de temps, C’est un peu limite et peut-être pas assez expliquer.

Enfin, je dis vraiment ça avec beaucoup de recul… Et surtout que je cherchais un critique à faire !

Mais sinon le reste, les punchlines, l’action… Pour moi, c’est parfait ! Et dieu que ton robot, il défonce trop bien les latinos, je veux le même ! Mais clairement, le moment que j’ai le plus apprécié, c’est le final.

Même Megamind à oublier les deux gardes devant l’ogive et BIM! Rafale dans la panse. Moi-même, j’avais totalement oublié l’ordre d’Enzo et j’ai été surpris, agréablement surpris. Et ça, c’est vraiment une force de l’avoir respecté… Enfin je l’écris ici, mais je te l’ai déjà dit !

Donc voila voila… Rien d’autre à ajouter !


Exploit accompli !

J’ai longuement hésité, mais je penche vers le périlleux. Au final, les membres du gang ou même le chef ne te pose pas trop de problèmes. Suis-je bête… Personne ne pose problème au grand Megamind !!!

Périlleux : 38 points d’expérience + 325 munnies + 3 PS ( De la défense pour la trois ! )

_______________________________
 
messages
membres