Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1297/0  (1297/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 13 Avr 2015 - 19:26

La Garde Noire, rien d’autre qu’une bande d’excitées de la gâchette venue de tous les horizons du Royaume Noire. Des hommes et des femmes cherchant un certain confort sous le règne de la Coalition Noire, prêt à entacher leurs âmes afin d’être du bon côté du canon. Au milieu de l’armée d’ombre d’Ariez, ils ne sont rien de plus que de la chair à canon. Et dans le meilleur des cas, ils continueront à obéir à la Princesse dans leurs morts… S’ils sont trop fous pour se laisser croquer par un sans-coeur. Il faut que ça change. Maintenant sous mes ordres, cette armée ne sera plus envoyé en première ligne comme du bétail, afin de préparer le terrain pour les sans-coeurs. Nous ne devons plus dépendre des ombres pour être craints en dehors du Royaume, nous devons montrer notre force !

Depuis combien de temps je n’ai rejoint le quartier général… Deux semaines ? Un mois ? J’en sais rien, et je m’en moque royalement à vrai dire, j’ai bien trop de choses à faire ici. Aucune missive ne m’es parvenu du Manoir ou du Château de la Bête, c’est qu’ils n’ont pas besoin d’un larbin pour je ne sais quelle connerie.

Avant mon arrivé, il n’y avait pas de réelles hiérarchies dans les rangs des gardes. La loi était simple, le plus fort dirige les gardes, d’où mon altercation avec Marvin à mon arrivé dans la Caserne Noire. Je ne sais pas si la Princesse était au courant du bordel régnant à travers ces murs, mais il fallait reprendre les troupes en main. Voilà pourquoi je n’ai pas rejoint mes appartements au manoir, cette garde doit ressembler à quelque chose pour la grandeur de la Coalition Noire.

Mise à part quelques hommes tirés sur le volet, dont le tristement Marvin, la plupart des gardes étaient incapables de se battre. Ils parvenaient simplement à pointer leurs armes dans une direction et vider leurs chargeurs sans réfléchir, tu parles d’une armée…

Durant l’entièreté de mes actions, les habitants de la Citée du Crépuscule ont vécu au rythme de la garde. Je ne me servais pas de la population comme mannequin, je ne suis pas un monstre… Les tirs d’entraînement résonnaient dans les rues désertes de la ville à toute heure de la journée. Un moi que cela a duré, un mois à apprendre à des imbéciles à utiliser la mire d’un fusil pour atteindre leurs cible, un mois à regarder des incapables pleurnicher sur leurs sorts, un mois à trier les talents dans cet amas d’égoïstes.

Maintenant que la Garde Noire était capable avec un fusil dans les mains, j’allais pouvoir passer à la vitesse supérieure.

Les premières lueurs du soleil noir se levaient sur la Citée, et avec lui, les gardes de la caserne. Il avait fallu quelque temps pour instaurer un semblant d’ordre dans les rangs, dire qu’il y avait des fortes têtes serait un doux euphémisme. Les seules actions coordonnées sortant de ses murs étaient les rondes ordonnées par le manoir, histoire de donner le change et d’éviter une inspection. Mais maintenant, avec un intendant présent, ils n’avaient d’autre choix que d’obéir… Où rejoindre les ombres de la Princesse.

Je sortais de mon bureau et empruntais les escaliers jusqu’à la cours, Marvin à mes côtés. Je le traînais en laisse, rappelant aux autres gardes qui était le patron et qu’ils n’avaient aucun intérêt à l’oublier. Je m’arrêtais devant la troupe, ils étaient combien ? Pas plus qu’une centaine à croire que rejoindre l’armée d’Ariez n’était pas aussi intéressant. Et maintenant, après un mois, il avait le mérite d’être capable de tenir un fusil, mais j’ai de biens plus grandes inspirations pour chacun d’eux. Je m’arrêtais face à mes hommes, les bras croisés dans mon dos, je prenais une grande inspiration avec de commencer.

Garde Noire, je suis… Satisfait… De vous.
Je tournais sur ma droite et avançais d’un pas lent le long de la formation.

J’ose espérer que, en cas d’attaque, vous allez vous mettre à couvert et tirer sur nos ennemis… Et mieux encore… De viser, et non vider vos chargeurs sans réfléchir.
Je m’arrêtais un instant devant un garde, une femme et approchais mon visage à quelques centimètres du siens.

Malheureusement, vous êtes incapable de vous défendre une fois l’ennemi face à vous…
Je refermais ma main et donnais un uppercut dans le ventre de la garde, elle n’eut aucune réaction, aucun mouvement. Je sentais mon poing s’enfoncer dans sa chair et son visage se décomposer sous la douleur… Je relâchais finalement la pression pour la voir s’écrouler et se tordre sur le sol, toussant, la respiration haletante. Je la toisais de toute ma hauteur avant de rajouter…

Un couteau ou même une branche taillée, et ton sang se répandrait sur le sol… Et ta mort n’aura servi à rien !
Je faisais un pas en arrière et recommençais à défiler devant les troupes.

Les résistants, la Lumière, le Sanctum ou même les Mercenaires ne vous laisseront aucune chance. Ils n’apparaîtront pas à dix mètres de vous, vous laissant dégainer vos armes et leur tirer dessus. Ils chercheront vos points faibles et les exploiteront ! Et pour l’instant… La plupart d’entre vous sont incapable de se défendre, tout comme notre victime toujours à terre. Et je suis prêt à parier que vous n’êtes pas capable de tenir une lame…
J’arrêtais ma marche à l’endroit où je l’avais commencé et regardais en direction des troupes, le regard fixe devant eux.

À partir d’aujourd’hui, fini l’entraînement au tir. Marvin donnera une arme blanche à chacun d’entre vous, choisissez entre les épées, les haches et les lances… Je m’en moque. À partir de maintenant, vous devez être capable de tenir une position avec vos fusils ou vos armes !
Je lançais un regard à Marvin, celui-ci acquiesça et s’en alla ouvrir les portes de l’armurerie située au fond de la cour. Il entra quelque instant pour sortir plusieurs râteliers ainsi qu’une carcasse de porc qu’il alla accrocher au mur situé derrière moi. La troupe n’avait toujours pas bougé, restant immobile devant moi.

Qu’est-ce que vous attendez ? Allez chercher vos armes !
Une heure était passée avant que chaque garde soi de nouveau face à moi, une arme à la main. J’avais droit à tous, partant du poignard à l’épée bâtarde et passant par les hachettes ou les masses de combat. Malgré les réserves, il semblerait que chacun ait trouvé son bonheur.

En attendant, je m’étais assis sur les marches menant aux étages. Mes deux faux sorties, attendant de pouvoir donner la première leçon aux gardes.
Je profitais de l’instant pour passer la pierre à aiguisé sur le metal de mes armes. Chose que, je n’ai jamais fait depuis que je les possède, et probablement, la raison pour laquelle mes coups étaient moins efficaces. Marvin se ramena finalement, me susurrant que chaque homme était maintenant équipé pour l’entraînement.

Bien…
Je me relevais, empoignant fermement le manche de mes armes et me dirigeais vers la carcasse pendante.

Avant de frapper bêtement des mannequins en bois, je vais vous apprendre les bases du combat…
Je laissais glisser le manche de l’arme dans ma main, et resserra seulement mon emprise quand je sentais le pommeau. Et dans un mouvement, j’amenais mon bras en arrière et donna un coup violent en dessous des côtes du porc, transperçant le corps de ma lame.

Vous frappez pour tuer… Si vous ne vous en croyez pas capable d’abattre votre cible du premier coup, ne faite rien. Vous ne ferrez rien d’autre que de donner une occasion à votre ennemi. Et j’ose croire que vous ne voulez pas mourir d’une manière aussi conne.
Je m’installais à côté de la carcasse, face au garde et pointais de ma main libre le coup que je venais de porter.

Pour tuer un homme, il n’y a pas mille façon… Vous visez les points vitaux. Ici, j’ai enfoncé ma faux dans le foie de l’animal, et si elle en reçoit pas de soin important dans les prochaines minutes, elle mourra.
J’attrapais le manche et retirais la lame de la carcasse pour ensuite passer la pointe sur la gorge.

Vous le savez surement, entailler la gorge et la victime se videra de son sang… Si vous êtes assez malin pour trancher la jugulaire, dans le cas contraire, vous laisserez la vie sauve à votre victime.
Tout en accompagnant mes paroles, j’enfonçais la pointe de la lame dans la chair et dessina une large entaille sur le cou de l’animal. Finalement, je relevais mon arme et posa le tranchant au milieu du cuissot du porc.

Vous pouvez aussi couper une autre veine cave, juste ici. Le résultat sera le même qu’à la gorge, mais prendra un peu plus de temps… Enfin, si vous aimez voir vos cibles souffrir avant de trouver la mort.
Je forçais un instant et trancha simplement la cuisse, faisant tomber dans un bruit sourd le reste de l’animal au milieu de la cour. Je rangeais finalement mes deux armes à ma ceinture et me positionnais à nouveau face au troupe.

Vous trouverez des mannequins en bois dans le fond de la cour, on va faire simple pour aujourd’hui, répéter ses trois mouvements. Soyez capable d’atteindre les points vitaux et l’on passera à la suite des évènements… Que les gardes déjà capables de faire ça supervisent les autres.
En une dizaine de minutes, les gardes c’étaient ranger en groupe devant les mannequins et commencèrent l’exercice. Je passais derrière chaque groupe, jugeant les gardes d’un coup d’oeil et dans le pire des cas, corriger les erreurs. À vrai dire, c’était le pire moment de cet entraînement, regardé des hommes taper comme des demeurés sur du bois… Mais c’était un mal nécessaire.
Une heure passa, puis une seconde et la technique des gardes s’amélioraient à peine. La plupart avaient compris la nature de l’exercice, mais ne la faisait pas pour autant avec entrain. Je faisais un dernier tour avant de me diriger vers Marvin.

Continue l’exercice une heure de plus, qu’ils soient capable de frapper avec les armes qu’ils ont choisies. Ensuite, tu me sélectionne les plus doués dans un style de combat et tu me les envoies… Demain, il entraîneront les autres gardes et fin de la semaine, on organisera une petite sortie avec les meilleurs. Et tu viendras avec nous, je te réserve une surprise…
Je posa ma main sur l’épaule de Marvin, il fit un signe de la tête et se retourna vers les gardes et hurla ses ordres. Je me dirigeais vers les escaliers et montais vers mes bureaux, il fallait préparer la petite escapade… Pour la Coalition Noire.



_______________________________
Clef Noire

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
55/55  (55/55)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 25 Avr 2015 - 18:09
C'est une mission de routine, pourrait-on dire... et elle est bien faite. Je t'avoue que j'ai lu "N'oubliez pas notre nom" avant et que du coup, ça joue un peu sur ce que je pense de ce rp. Au niveau de l'écriture elle-même, j'ai rien à dire, aussi simple qu'efficace, on va à l'essentiel sans omettre les détails.

Je sais que la Garde Noire, à la base, ce sont surtout des criminels, malfrats et autres... aussi simple que soit l'entrainement, il est celui que la logique impose. J'avoue ne pas avoir grand-chose à dire, en bien. C'est une mission qui suit son objectif (former la garde noire en l’occurrence) et à ne pas trop en faire, Death est crédible en chef de la garde, dialogues à l'appui.

Facile : 10 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS... 1 en psychisme pour supporter ces mauviettes et 1 en dextérité pour les améliorer. (Je ne peux pas toucher à ta fiche par contre, donc tu te débrouilleras de ce côtés là)
messages
membres